AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Stalker


Le maire
Le maire

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 05/09/2013

MessageSujet: Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.   Jeu 9 Oct - 10:43






Harold le marchand est mort ! Et avec lui tout ses biens redistribués à la mairie faute d'héritiers. Néanmoins, la rumeur d'une vieille carte conduisant à un passage secret dans le château de Holy Sword se répand  dans les bars. Vous tombez même sur un homme assez ivre pour vous donner l'objet de toute ces rumeurs. Votre petite enquête semble bien commencer !

• Vous arrivez dans un bar, "le Sanglier Penseur". D'après votre enquête sur les récentes rumeurs tout semble avoir commencé ici. Lorsque vous poussez l'épaisse porte en bois du bar, vous voyez un homme debout sur une chaise qui raconte à qui veut l'entendre qu'il sait de source sur où se cache un trésor et qu'il est prêt à négocier l'affaire.  

• L'homme répond au nom de Funny Roy et ne semble pas dangereux. Le teint légèrement rosé, il est certain que cet homme boit depuis un moment. Avec un peu d'insistance et d'astuces, il pourrait vous céder quelques infos, voir la carte elle même !

• A vous de jouer ! L'aventure commence dans le bar du "Sanglier Penseur". Plantez le décor et faites cracher le morceau à ce bon Funny Roy ! (Racontez votre arrivée dans le bar et vos premiers mots avec le PNJ, lorsque chacun de vous aura répondu, j'interviendrais pour la suite des événements)

Le Stalker t'informe: Nous interviendrons dans ta quête pour te guider, et te donner de nouvelles informations. Nous gérons les PNJs. Bonne chance à toi !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avast!


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 14/10/2013
Localisation : Sur une barricade.

MessageSujet: Re: Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.   Dim 12 Oct - 1:13



Boy take me back to hell.
« well I'd better let the dogs out. »


feat Liar.
Les bottes ferrées d’Ava produisaient un son de chaînes claquées en heurtant lourdement les pavés d’Holy Sword. C’est qu’elle n’avait jamais eu le pas léger, et que sa mission du jour requerrait une détermination qui se manifestait par un martelage en règle des petits pavés de pierre innocents. En attendant, on aurait dit qu’une manifestation de fantômes en règle boulet au pied se trimbalait vaillamment dans les rues de la ville ; non pas qu’elle s’en souciât le moins du monde. En règle générale, un ou deux regards noirs suffisaient à faire baisser les yeux aux passants qui osaient se penser importunés par le bruit.
En bref, là où la justice passe, le reste du monde a tout intérêt à se la fermer.
Avast! n’était cela dit pas de si mauvaise humeur : pour une fois que son job ne consistait pas à courir après des adolescents rebelles pour leur écraser son pied dans la figure, elle s’estimait assez chanceuse. Ce n’était pas tant l’exercice physique, à vrai dire, qui la dérangeait, mais surtout le bavardage impertinent dont ces petits malins s’évertuaient à lui rabattre les oreilles du matin au soir ; quand ce n’était pas les balbutiements incohérents d’ivrognes de bas étage. Après avoir passé la nuit à hurler sur des soûlards que oui il y avait un couvre-feu et oui si ils ne coopéraient pas ils ne reverraient pas le jour de sitôt, la jeune femme était plutôt satisfaite de la promenade de santé qu’elle s’apprêtait à entamer.
En effet, pour elle, récupérer un bien qui par leg aurait dû appartenir à l’administration d’Holy Sword en raison de son importance (de son point de vue tout du moins) était une tâche aussi fatigante que pousser la porte d’entrée du poste de police chaque matin. Ce qu’elle ferait de cette soi-disant carte au trésor ensuite, elle ne l’avait pas encore envisagé : mais de toute façon, si passages secrets il y avait au palais, il allait bien falloir les sécuriser un jour ou l’autre. Histoire qu’une pléthore d’aventuriers un peu têtes brûlée n’aille pas y mourir bêtement, maintenant que le gameplay était devenu légèrement dangereux pour leur survie.
Après, elle ça ne la gênait pas tant que ça, ça leur apprendrait un peu la vie à ces bleus. Mais d’un autre côté, c’était son job, veiller à la sécurité du citoyen, tout ça. Et inutile de lui préciser qu’officiellement elle n’était rattachée qu’à Crimson, parce qu’au fond elle était bien loin de s’en soucier.

Mais trêve de réflexions. La jeune femme poussa la porte d’un bar dont le nom collait parfaitement à sa personnalité, dans lequel un ou deux passants verbalement agressés lui avaient confié qu’un hurluberlu cherchait à marchander la carte qu’elle cherchait.
Comme la plupart des gens qui ont une bonne histoire à raconter, ledit individu était bien en vue en plein milieu de la salle, contant à un groupuscule rassemblé autour de lui ce qui devait être les exploits remarquables qu’il avait dû accomplir pour obtenir l’objet. Ou quoi que ce soit d’autre qui n’intéressait pas trop Ava, pour le coup. La policière fit un tour du propriétaire d’un coup d’œil brun, mâchonnant sa gomme du bout des dents : puis elle rajusta sa casquette sur sa tête et se dirigea vers le groupe d’un pas sonore qui fit se retourner plusieurs client sur son passage.
Sans prendre de gants, la jeune femme écarta deux membres du public de Roy qui lui barraient la route et se planta devant lui, une main sur la hanche. L’homme avait dû s’asseoir, sans doute pour compenser un équilibre chancelant qui transparaissait toujours alors même qu’il était avachi sur sa chaise. La policière décida de ne pas perdre temps, étant déjà de toute façon certaine à 80% qu’il s’agissait de l’individu recherché :
« Funny Roy, police. Au nom des forces de l’ordre d’Holy Sword je réquisitionne la carte que vous avez en votre possession. Si elle indique effectivement l’emplacement de zones secrètes, celles-ci doivent être contrôlées avant toute visite. Veuillez me la remettre. »
Et pour appuyer ses mots au cas où quelqu’un viendrait pointer le fait qu’elle n’était pas tout à faire dans son droit (voire même pas du tout selon les points de vue), Ava pianota sur les menottes à sa ceinture d’un air dépourvu de toute équivoque.

_______________
#4d7161
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liar


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 24/07/2013
Localisation : Là où il peut mentir.

MessageSujet: Re: Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.   Lun 13 Oct - 18:16

avast! & liar

Sucette dans la bouche, Lireacan posé sur l'épaule, tu déambules dans Holy Sword, aventurier à la recherche de quelques actes héroïques à réaliser. Imposteur en quête de quelques naïfs à piéger dans la toile de tes mensonges. Ton passe-temps favori. Ton air innocent et les yeux doux de ton lapin t'accordent systématiquement la confiance de tes interlocuteurs, persuadés de ta bonne foi et de ta pureté.

Pauvres enfants crédules.

Tu installes peu à peu ta suprématie de Roi des lapins, roi menteur aux sujets dociles et ingénus. Ton royaume, même imaginaire, ne pourrait exister sans eux. Et ta mégalomanie ne peut s'exprimer qu'à travers ces belles paroles que tu distribues aux quatre vents, comme un poète qui déclare ses vers devant des demoiselles bouleversées.

« Ils parlent d'un trésor, de souterrains, là-bas ! Ce vieux fou a juste trop bu. »

Rumeurs. Elles courent vite, elles se propagent et tu es là pour les écouter, ces ragots qui se colportent aussi vite que la lumière. Un rapide coup d’œil t'informe que la voix appartient à une charmante dame, que tu t'empresses d'aller saluer, ton plus beau sourire sur le visage. Le plus faux, surtout.

« Pardonnez-moi de vous importuner, mademoiselle, mais que venez-vous de dire à propos de cet ivrogne ? Qu'il parle de souterrains et de trésor ? »
« Euh ... oui ? »

Elle balbutie devant tes yeux pétillants, elle rougit sous ton air de charmeur. Elle s'enthousiasme devant Lireacan. Le meilleur compagnon pour apprivoiser la gente féminine, à n'en point douter.

« Où puis-je le trouver, je vous prie ? »
« Au Sanglier penseur. Venez, je vous accompagne ! »
« C'est bien aimable de votre part ! »

Son engouement est palpable et sans même demander l'avis de son amie, elle attrape ta main et t'entraîne vers le lieu d'où elles viennent, presque en sautillant. Sa joie est contagieuse et tu ne peux empêcher un sourire amusé de s'étirer sur tes lèvres. Les filles aiment toutes les mecs romantiques, accompagnés de surcroit d'une mignonne boule de poils.

« C'est ici ! »
« Merci beaucoup, mademoiselle. J'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir ! »

Et sur un dernier sourire enjôleur, sans plus te soucier d'elle maintenant qu'elle t'a mené là où tu voulais, tu te faufiles à la suite d'une autre demoiselle, bien moins délicate et beaucoup plus bruyante. Toute en force brute et assurance. Et d'après son petit discours, faisant partie de la police. Magnifique, voici l'occasion parfaite pour pimenter ton quotidien !

« Mademoiselle ...! »

Tu t'approches agilement et te places stratégiquement entre elle et sa proie, l'empêchant de le voir complètement (bien que ta petite taille ne soit pas le meilleur rempart à la vision d'une personne plus grande que toi, certes). Car il est certain que la policière te dépasse en taille, et ce n'est sans doute pas qu'à cause de ses chaussures ferrées. Une légère grimace de déception (et un peu d'inquiétude aussi - un coup de chaussures telles que celles-là doit faire mal, très mal) déforme ton joli visage : tu détestes qu'une femme soit plus grande que toi (ce qui est malheureusement chose courante).

Mais ta grimace disparaît aussi vite qu'elle est apparue pour laisser place à un nouveau sourire qui, tu en es presque totalement sûr, n'arrivera pas à la tromper. Ce n'est pas le genre de femme dupe et candide, comme celle que tu as croisé plus tôt ; elle ne serait pas dans la police si c'était le cas. Tu ôtes ta sucette de ta bouche, pour être bien compréhensible et prenant ton courage à deux mains, tu te lances, t'écriant bien fort pour que tout le monde entende. L'aventure n'attend pas.

« Voyons, voyons. Une charmante demoiselle telle que vous ne devrait pas user de la force contre un citoyen bien atteint par l'alcool et peu à même de vous faire une réponse cohérente ! Ce monsieur n'a même pas dû comprendre ce que vous lui vouliez ! Laissez moi donc m'occuper de son cas, je vous en prie. » A son intention, tu ajoutes : « La violence n'est jamais le meilleur moyen pour parvenir à ses fins, vous savez. »

Et sans attendre de réponse, tu fais volte-face pour te retrouver nez-à-nez avec l'ivrogne, dont le nez, en effet, est particulièrement rouge. Et dont l'haleine empeste le vin.

« Mon bon monsieur, il n'est pas donné à tout le monde d'avoir en sa possession une carte telle que celle que vous détenez ! Êtes-vous certain de son authenticité ? Je suis professionnel en la matière et j'ai fait de nombreuses explorations à travers ce jeu, je suis certain que si vous me laissez l'examiner de plus près, je saurais vous assurez sa qualité. J'ai vu plus d'une carte et d'un seul coup d’œil, je peux différencier les vraies des fausses. Toutefois, un examen approfondi est bien plus intéressant. Il serait embêtant pour vous que vous fassiez l'éloge d'une contrefaçon ! Qu'en dîtes-vous ? Me la prêterez-vous le temps de quelques secondes, que j'y accorde toute mon attention ? »

Et sur ces mots, des petits gloussements émerveillés te font écho : Lireacan fait son cinéma. Et ses yeux doux sont irrésistibles.
Vraiment.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Stalker


Le maire
Le maire

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 05/09/2013

MessageSujet: Re: Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.   Mar 14 Oct - 9:59







• Du remue-ménage ! Des pas ferrés bruyants et une autorité inquisitrice se font ressentir dans la salle. Vous n'êtes pas les seuls à vouloir vous emparer de cette carte et bon nombres des ivrognes du bar sont prêt à en découdre ! Funny Roy, lui, préférerait se faire discret mais il est bel et bien trop tard pour ça.

• Plus encore que la police qui s'introduit au Sanglier penseur, c'est un beau parleur qui capte l'attention du public (qui d'ailleurs commence à s'impatienter). Public qui après quelques paroles lancée par le propriétaire du lapin se décident à intervenir.

• Un bon coup dans les gencives à l'intention du jeune garçon. Les hommes ne sont pas forcément friands de lapins. Ceux-ci le préfère sans doute avec des pruneaux et une sauce chasseur. L'agitation se fait ressentir. Des chaises volent, des bris de verres crissent sur le sol. Bref, c'est le chaos dans le bar...

• Liar reçoit un coup de poing d'un fêtard. Avast! perd le contrôle de la foule qui pour la majorité se rebelle. Funny Roy se fait passer à tabac pour la carte au trésor. Autour de vous, des ivrognes vous lorgnent. Apparemment, ils ne sont pas friand d'autorité. Deux hommes se joignent à Avast! pour ne pas subir de représailles.

Pour Avast! : elle doit faire régner l'ordre (a sa manière) pour le bien de la Police. Deux hommes de bar se joignent à elle.

Pour Liar: Tu as le choix de venir en aide à Avast! ou bien de profiter du chaos ambiant pour essayer de t'emparer de la carte ! N'oublies pas que plusieurs hommes tentent déjà de subtiliser cette dernière.

• Vous savez ce qu'il vous reste à faire. (Liar, précise ton choix en début de réponse).


EDIT: Cadeau Liar.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avast!


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 14/10/2013
Localisation : Sur une barricade.

MessageSujet: Re: Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.   Ven 31 Oct - 5:17

Bien entraînée à anticiper les mouvements de foule, l'oreille attentive d'Ava décela un semblant de nervosité, puis d'agressivité au sein du bar. Et plus particulièrement, du groupe dans lequel elle avait débarqué sans précaution, lançant sans la moindre gêne ses deux bottes dans le plat.
On avait déjà vu entrée plus délicate.
Pour sa défense, elle n'avait pas pour habitude de prendre les ivrognes avec des pincettes. Et elle s'apprêtait à traiter le bon vieux Roy de la même manière que tous les poivrots d'Euphemia, à savoir en l'attrapant par le col pour lui faire faire un beau vol plané dans la rue. L'alcool n'était pas une excuse à l'incompréhension des directives de police.
Heureusement pour le pauvre citoyen, la jeune femme fut soudain distraite par l'arrivée inattendue d'un tout nouveau personnage. Qui mesurait quelques bons centimètres de moins qu'elle et portait un lapin sur l'épaule. Autant dire que le voir s'interposer entre elle et sa proie du jour fit hausser à Avast! des sourcils menaçants de perplexité.
« La violence n'est jamais le meilleur moyen pour parvenir à ses fins, vous savez. »
La jeune femme, au contraire, considérait que c'était un sacré bon moyen de couper les files d'attente. Ce qui lui fit très logiquement considérer le petit bonhomme comme le dernier des pacifistes attardés de la Terre - en premier lieu, puisque, n'étant pas le premier à lui faire la remarque, il eut ensuite droit à un regard teinté de commisération.
Mais qu'il tente, allez. Le monde était plein de gens prêts à croire que leurs semblables n'étaient pas tous des brutes sans cœur et sans cervelle, et la moindre des choses à faire face à une telle candeur naïve était de consentir avec bienveillance à ce qu'ils tentent un petit miracle. Même si le potentiel de réussite du projet au sein d'une taverne pleine d'ivrognes louchant sur un trésor était nettement défavorable.
De fait. Si Avast décrocha au bout de la deuxième phrase du beau parleur, il semblait que certains n'aient même pas eu l'intention d'en écouter un seul mot.
Le splendide coup de poing qu'il se prit dans les gencives dut faire revoir au jeune homme l'intégralité de ses convictions au sujet de la parole comme substitut rapide et efficace à la grossièreté de la force brute. Ce qui ramenait tout droit à l'idéologie d'Avast : un poing dans la gueule, ça aide quand même pas mal les choses.

Le temps que la flic se ramasse la demi-portion en culottes courtes et son rongeur piaillant qui n'avaient rien trouvé de mieux à faire que de lui tomber dessus, la situation avait pas mal dégénéré : apparemment pas du tout impressionnés par son insigne, pas plus que par le blabla du mini-playboy, les plus aventureux de la foule s'étaient jetés sur Funny Roy comme une bande de vautours sur une carcasse puant en plein soleil. Ce qui n'était pas une comparaison tout à fait erronée, mais pas une bonne raison non plus. La jeune femme poussa un grognement lorsque deux individus s'empoignèrent pour aller rouler sur une table en cassant tout ce qui la recouvrait, ouvrant la voie à une rixe générale.
Un gros paquet à se faire, une tête brûlée et de la bière ; Une histoire vieille comme le monde.
Devant l'agressivité de ses plus proches voisins, Ava dut esquiver un ou deux poings, récolter deux ou trois bleus et distribuer quatre ou cinq claques avant que deux ivrognes (ou plutôt un et demi vu l'odeur) ne se décident à se ranger du côté de la justice. Capoeira aidant.
Tout autour, c’était la révolution générale, au point qu’avant de pouvoir entreprendre quoi que ce soit la jeune femme dut se baisser pour éviter une paire de chaises s’étant subitement découvert une passion pour l’aéroglisse, dont l’une lui heurta douloureusement le crâne.
Le sang commença très légèrement à lui monter à la tête.
Ava décida qu’il était temps de prendre les choses en main avant que la situation ne dégénère… disons plus que maintenant. Balançant une claque à son coéquipier le plus proche et un coup de botte à l’ivrogne qui s’apprêtait à leur tomber dessus, elle hurla des ordres tactiques qui furent malheureusement assez mal compris et assez mal appliqués. Bordel de civils mal entraînés. L’avantage du nombre les menaçait de près.
En désespoir de cause, afin qu’au moins elle ne se retrouve pas entièrement ensevelie sous le nombre, la jeune femme tira le mégaphone de sa ceinture et le balança dans la tronche d’un ou deux types qui n’en avaient pas eu assez. Un coup de menottes assez violent suivit, le temps que la policière se fraie un chemin jusqu’à la table la plus proche.
Ses bottes ferrées s’abattirent sur le bois avec un bruit de tonnerre : debout sur la table en plein milieu de la salle, elle hurla – en écrasant du pied le visage d’un client au passage pour donner plus d’impact à ses mots :
« ÉCOUTEZ-MOI BIEN TAS DE LARVES PUANTES. LA RÉCRÉ EST TERMINÉE. JE VEUX UN ARRÊT COMPLET DE CE BORDEL DANS DEUX SECONDES, ET LES ABRUTIS QUI FERONT ENCORE LES MARIOLES APRES JE LES FERAI CHIALER COMME DES FILLETTES C’EST CLAIR ?! »
Sans se soucier de percer quelques tympans au passage. A vrai dire, au niveau tactique, le commandant antivirus avait plus important en tête.
Tout en beuglant sa diatribe dans son mégaphone en effet, la jeune femme jetait des coups d’œil frénétiques à la salle pour tenter de repérer l’individu qui tenterait de s’en prendre à elle en premier. Non pas qu’elle veuille l’en empêcher, ç’aurait été vraiment dommage et l’aurait privé d’une technique d’intimidation qu’elle aimait bien sortir pour épater la galerie.
Heureusement pour elle, jeudi était un jour de grâce.
Au moment même où elle abaissait le porte-voix, un sifflement strident assorti d’un crépitement sonore se fit entendre et une espèce de salamandre de feu géante (d’accord, un petit dragon en fait) frôla les crânes de l’assemblée en répandant une forte odeur de crin brûlé pour fondre sur la policière et ses deux vaillants compagnons comme un SDF sur un chiche-kebab. Signe évident que les swordiens ne la connaissaient pas du tout. Même l’effet de surprise était raté, puisqu’elle l’attendait depuis cinq minutes : Ava projeta une main vers les flammes comme pour coller une royale baffe au dragon, et celui-ci fit automatiquement demi-tour pour aller cramer les caleçons de la moitié de la salle.
Sans parler d’un tiers des tables, du bar dont les casiers à bouteilles explosèrent et d’un petit morceau de plancher qui passait par là.
Ce qui fit qu’au final, le bordel engendré était presque pire qu’avant.
Mais ne se souciant visiblement que peu des petits foyers qui s’allumaient un peu partout autour d’elle, la jeune femme se remit à fanfaronner dans son mégaphone :
« LE PROCHAIN QUI L’OUVRE FINIT SUR LE BARBECUE PIGÉ ?! »


Bon tu me diras si tu veux que je change quelque chose What a Face

_______________
#4d7161
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quête de Avast! et Liar: La carte d'Harold et les souterrains.
» [Résolu] avast instable
» que penser vous d' avast
» Avast- faux antivirus?
» carte video [résolut]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Holy Sword :: Le palais sur la colline-