AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 Parmi les ruines du passé. [Red]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Parmi les ruines du passé. [Red]   Mar 7 Jan - 18:49

Il s'agissait de la première fois qu'Ellyas visitait ces ruines,il n'en savait pas grand chose et à dire vrai ne s'y intéressait pas le moins du monde, que faisait il ici alors ? Il avait fuit, fuit son propre magasin, il ne tenait pas réellement a y rester, il n'avait que très peu de client et son intérêt déclinait, non, il était plus curieux de voir les limites de cette île. Ces ruines en faisait d'ailleurs amplement partie, des ruines dans une ville de Technologie, n'était ce pas ironique ? Était ce le symbole du déclin de l'ère technologique ? Pas réellement, après tout, la technologie ne se construisait elle pas sur les ruines ? Sur les ruines de technologies plus ancienne, tout se renouvelle sur des ruines, la technologie actuelle aussi sera un jour des ruines n'est ce pas? Ellyas en était persuadé, tout était déjà écrit et tout ne faisait que s'approcher lentement de sa fin, de la fin technologique, sauf ce jeu. Oui ce jeu était éternel car les joueurs l'était, ne pas vieillir, le rêve de l'Homme n'est il pas ? N'était ce pas la l’apothéose de la technologie ? Son plus grand chef d’œuvre ? Une vie éternelle virtuelle ?

Ces ruines n'en était pas pour Ellyas, tout du moins pas totalement, ce n'était que les ruines d'une vie réelle, de la vie misérable que les autres avait sur terre alors que ce lieu, ce lieu magnifique, ces quatre îles étaient tellement plus intéressante, plus parfaite, un symbole absolu de la réussite. Certes elles étaient toutes différentes, mais les goûts des hommes variait aussi. Non aux yeux d'Ellyas ce jeu était un symbole de la supériorité humaine, plus d'ennui face au quotidien, plus de soucis face a la peur de vieillir. Ellyas était assis sur des gravas, observant les alentours comme assis sur un trône de décombres, un sourire sur les lèvres. Ce lieu lui plaisait, cette déchéance lui plaisait, n'était ce pas le propre de l'humain d'apprécier la destruction ? La fin ? Probablement que si, lui adulait cela en tout cas, tout autant que la création, il aimait voir le monde sous ses formes les plus pure, la première et la dernière, le début et la fin. Il poussa quelque gravât de sa main, avant d'en prendre une poignée et de la laisser glisser entre ses doigts. A cet instant la, il aurait aimé avoir du sable entre ses doigts. Cela n'était pas marrant. L'envie failli le prendre de se déplacer en usant de son pouvoir, mais il s'y refusa lui même, ce don n'était pas fait pour de tel futilité, il ne l'userait pas a moins d'avoir une dague sous sa gorge. Il s'était promis cela lui même, il se devait d'être bon avec lui même.

Mais une seule fois ne ferait de mal à personne, n'est il pas ? N'était ce pas bon ? Il ne l'avait encore jamais fait, quelque sensation cela pouvait avoir ? Était ce grisant? Le pouvoir était forcément une bonne chose. Il tendit alors sa main vers un monticule de pierre, elle ne devait pas dépassé la taille de son poing, tout du moins pour celle qu'il regardait. Soudain il se sentit comme happé, aspiré vers l'endroit qu'il regardait et à l'arrivé il tomba lamentablement sur le sol. Le petit monticule s'écroula son poids et il entendit le bruit d'une pierre qui glissait les quelques trois mètres plus loin. Il se releva en prenant appuis sur ses bras il était a quatre pattes sur le sol, quelque gouttes de sueur perlait sur son front, c'était amusant. Il se releva et ôta la poussière sur son Marcel noir, de même sur le pantalon noir, c'était amusant. Tellement amusant. Il monta un peu plus haut sur le monticule suite a cela et s'assit a nouveau, allait il recommencer ? Probablement pas, un jour sûrement il s’entraînerait à atterrir convenablement, même s'il pouvait changer de place avec un objet cela ne signifiait pas qu'il pouvait aisément se « poser ». A dire vrai il le pensait avant de l'utiliser mais cette chute ridicule ne fit que lui prouver le contraire. Il était assis devant ce royaume de destruction. Un sourire au lèvre, le menton posé sur son poing, le coude sur son genoux, la jambe plié l'autre ballante dans le vide. Ses cheveux vert dans un désordre habituel, de la poussière partout dedans, peut être même quelque morceaux de gravier. Il comptait rester ici un peu de temps encore, qui sait, peut être que s'il attendait suffisamment longtemps la technologie d'Hope Corporation deviendrait obsolète et serais remplacé par une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 14/07/2013
Localisation : Hope Corporation o/

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Jeu 9 Jan - 23:41


Red regardait autour d'elle. Tout paraissait vrai. Vrai à partir du soleil couchant et de ses couleurs chaudes qui se reflètaient sur les immeubles en verre, jusqu'à la grande baie vitrée de son appartement. Et la jeune fille arrivait encore à le percevoir, il y avait quelque chose qui n'allait pas. Quelque chose qui résidait dans son appartement depuis le début. Il était trop grand, trop bien rangé, trop bien recouvert d'une peinture trop claire. Comme une maladie, Red l'avait ignoré lors les premiers symptômes dans l'espoir que ça disparaîtrait. A présent ça avait grandi, et elle le sentait dans chaque parcelle de son corps. Son mal du pays était revenu, plus fort, pesant comme un poid sur ses membres. Le pire, c'était ses poumons. Voilà à quoi ses deux jours de congé "bien mérités" allaient servir. Elle allait les passer à subir ses crises d'angoisses. Ces trucs qu'elle avait du mal à calmer. Elle avait bien pensé à appeller des connaissances, et pourquoi pas sortir les voir, histoire de bercer le malheur dans l'oubli, encore et encore. Pourtant Red, cette fois, s'était décidée à le déraciner ou du moins accepter sa nouvelle vie. Il fallait voir la réalité en face, elle avait toute l'éternité pour le faire et n'allait pas la commencer à regretter.
Red était assise dans un fauteuil blanc, trop confortable. Elle fixait l'horizon, cherchant à se calmer, respirer. Le stress faisait de sorte que son corps entier se contractait, tout temblant, fatigué. Elle repensa aux ruines. La jeune fille disait toujours que ce n'était pas prudent d'y aller. Qu'on pouvait y croiser des gens pas très net. Et pourtant, elle était dans une telle mentalité aujourd'hui que tout lui était égale. Cet appartement avait le don de la tuer à petit feu. A la brasserie, ou autre part, elle ne pensait pas à la maison, et même si c'était le cas, elle avait encore ce reflexe de penser qu'elle rentrerait chez elle après. Mais assise dans ce fauteuil, dans son chez soi vide, elle se sentait tellement triste. La jeune fille avait envie de casser quelque chose, de briser cette harmonie de clair et d'ordre qui règnait dans la pièce. Mais peu importait, Red se leva le corps lourd, elle enfouit sa clé dans sa poche de jean et sortit du loft.

L'avantage à Hope, c'était la téléportation. Pas besoin de faire des kilomètres à pied ou en voiture comme à Seattle. La nuit tombait, la lueur des néons allait commencer à éclairer la rue principale et quelques quartiers. Pour tout dire, Red était déjà assez anxieuse pour se permettre de faire tout le chemin à pied. Et puis, les taxis, même les robots, elle n'avaient pas envie de les voir. Elle rejoinds l'un des téléporteurs publics en bas de l'immeuble et disparu dans la grosseur des pixels.
La vue qui se distingua à l'arrivée ouvrait sur la limite de la ville, près des ruines. Un sentier de gravats qui ne se différenciaient pas entre eux sous le ciel étoilé.
Les étoiles... Ça faisait longtemps qu'elle n'en avait pas vu à cause les éclairage de Hope et de son ciel noir de suie. Peut être les fixait-elle trop longuement, trop intensément. Sa nuque lui faisait mal. Heureusement, ça n'avait rien à voir avec son stress de tout à l'heure. C'était d'ailleurs curieux comment un pas posé sur la frontière de la ville l'avait vidé de toutes sensations. Ses yeux brillants tantôt de larmes scintillaient à présent dans l'éclat des étoiles du ciel artificiel. Ses mains, pourtant, étaient toujours un peu tremblotantes. Ça s'était rafraîchit depuis quelques jours, elle n'y avait plus pensé. La jeune fille enfouit ses mains dans les poches de sa veste et poursuivit sa route vers l'au-délà.
C'est vrai, il n'y avait pas un chat entre les roches et les quelques murs délabrés. Juste de la poussière qui traçait un petit chemin entre les débris. Red marchait au hasard. Au début elle prenait le temps d'esquiver des petites pierres par-ci par-là, mais au final elle s'intéressait bien plus au paysage. Celui-ci avait beau être plongé dans la plus sombre obscurité, il s'étendait comme s'il était infini. Parce que la mer était calme et fondait dans la nuit. L'air qu'on y respirait, dans les ruines, mêlait fraîcheur et vieux livres usés. A tout idée préfaite, cette odeur n'était pas désagréable.
Les souvenirs lui revint soudain en mémoire. Ils lui revennait avec cette même impression de retrouver de vieux souvenirs. Elle ne serait dire pourquoi l'angoisse du passé ne venait pas la hanter cette fois-ci. Ou bien décrire cette toute nouvelle sensation, celle qu'on éprouve dès que l'on se souvient qu'on respire, que c'est contraignant de le faire, et puis d'un coup qu'on pense à autre chose et on vit. Red le voyait tout ça, mais non, elle ne se sentait pas prête à vivre.

Elle n'eût pas le temps de poursuivre sa reflexion que la peur surgit, un charognard en ciel découvert. Elle entendit quelque chose tomber au milieu du silence, elle ne voyait pas ce que ça pourrait être d'autre qu'une pierre. Seulement, elle ne put là, pas non plus, pousuivre sa pensée qu'elle glissa sur l'une d'elle et dévala une pente à toute vitesse. Ses pieds dérapaient malgré eux sur la poussière, les roches discernables, les roches poussièreuses. Ses bras se balaçaient de manière entièrement aléatoire. Le genre de chutes particulièrement délicates pour s'arrêter sans se rabattre la tête dans le sol.
Alléluia! elle parvint à happer un bout de mur de bâtiment assez enfoncé dans les autres rochers pour la freiner.
Une fois sûre qu'elle ne basculera pas dans une autre descenteelle leva la tête, cherchant, les yeux à l'afflût, son point de départ. Mais à présent, seul les pierres dans un rayon de vingt mètres étaient visible, le reste était trop ombreux. Son coeur battait vite. Elle n'était plus habituée à ces tombées. A Seattle, elle adorait dégringoler la pente du jardin de sa maison, petite. Elle esquissa un petit sourire. Ce genre de souvenir qui réchauffe le coeur sans penser au reste.
Elle marcha sur un nouveau terre-plein de poussière et continua son chemin, maintenant elle n'avait pas d'autres choix que de chercher de quoi remonter. Vu la pente, il faudrait un miracle pour qu'elle remonte saine et sauve.
C'est alors qu'elle cru apercevoir quelqu'un, une forme humaine, mon dieu! Ses membres en venaient à trembler. Qu'est ce qu'elle disait avant d'y aller, bien sûr qu'elle allait croiser quelqu'un de pas net tient! Idiote! Red tenta de se dissimuler dans l'ombre. Ces petites suffocations dû à la chute de tout à l'heure créeait de petit nuage blanc devant sa bouche, ils disparaissaient instentanément.
La raison avait raison d'elle. Si elle voulait continuer, il fallait qu'elle passe. D'un pas hésitant, Red sortit de sa pauvre cachette et le figea un petit instant, oui, un petit instant juste de quoi passer sans se faire repérer. Elle marcha lentement ne quittant pas des yeux les cheveux aux reflets verts de l'homme de dos et parvint à milieu du chemin estimé.
Manque de bol, une pierre siègeait sur le chemin de poussière et comme dans un de ces film comique et desespérant, Red trouva le moyen de s'effondrer en glissant dessus, brisant le beau figement. Elle ne comprit qu'après avoir pousser un pauvre cri d'agonie qu'elle était vraiment mal, qu'elle était trop stressée pour recommencer à appliquer son don.

 

_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Sam 11 Jan - 4:21

Ellyas était décidé a partir, la pénombre était devenu intense, les gens le confondrait sûrement avec un quelconque criminel ou pire, des criminels le confondrait avec l'un d'entre eux, cela serais probablement amusant, il s'était toujours demandé ce qu'il serais en tant que méchant, mais non, ce serais un rôle ennuyeux a endossé en une si belle soirée, il ne voulait pas gâcher cela. Ce monde incroyable qu'était Euphemia méritait d'être admiré avant d'être détesté. Il avait bien du temps avant d'en venir a haïr cette création qu'il voyait encore comme parfaite. Il observa les étoiles encore un peu, ce lieu avait quelque chose enchanteresse a ses yeux. Il se demanda un instant si tout le monde pensait ainsi, si tout le monde pouvait voir la beauté de cette destruction, l'incroyable splendeur du passé. Probablement pas, il était sûrement la seule personne consciente d'une chose pareille. Après tout qui d'autre pouvait avoir conscience d'une chose pareille a part lui ?

Soudain, la lassitude le pris, l'ennui, les étoiles ne le satisfaisait plus, après tout elles étaient artificielles non ? Elles n'étaient pas réelles, pouvions nous réellement nous distraire devant un pareil spectacle, sûrement pas. Ce n'était qu'une création de main d'Homme après tout, rien d'incroyable, encore et toujours une création d'Homme, c'était toujours cela, ces mots qu'ils pensaient, création, ses objets qu'il vendait création, cet avatar qu'il incarnait création. Tout n'était que création, que ce soit ici où dans le monde véritable tout était création. Alors pouvait il réellement y prendre goût ? Bien sur que oui, a dire vrai il était déjà comme happé par ce jeu, c'était comme si il ne voulait jamais le quitté, bien sur cela était probablement du a l’excitation de l'arrivé, mais il n'avait rien dans le monde réel. Des amis a usage unique, de l'argent a usage unique, de la nourriture a usage unique. Ici il pouvait être vrai et oublier que toute choses était éphémère. Car sur Euphemia plus rien ne l'était.  Il était éternel, immortel. Et rien ne pouvait jamais plus le déranger. Tout du moins c'est ce qu'il supposait.

Il fut sortie de sa réflexion par un cri, un cri de douleur, cela provenait de derrière lui. A l’ouïe il pensait qu'il s'agissait d'une jeune femme ou alors d'un garçon très efféminé. Il hésitait, devait il se retourner, s'il s'agissait d'un film d'horreur la meilleure réaction aurait été de partir sans se retourner et sans courir, comme si rien n'était jamais arrivé. Mais ce n'en était pas un, cette personne c'était peut être blessé en tombant sur des débris. Mais cette personne hypothétique Ellyas ne la connaissait pas, il n'avait donc aucun intérêt a s'occuper d'elle a se retourner.  Non il était persuadé qu'il ne devait pas le faire, il en était même convaincue au plus profond de lui même. Pourtant, pourtant, il se leva et se retourna. Il aperçu une silhouette un peu plus bas, étalé sur le sol, cette personne était soit aveugle soit extrêmement maladroite ou idiote. Tomber dans un lieu pareil était assez grave selon Ellyas, il s'agissait de ruines après tout, il était naturel voir primordial de faire attention, le moindre talus de roche pouvait s’effondrer a cause d'une pierre glissant hors du talus suscité. Et elle tombait, comme cela, au milieu de nul part. Réellement désespérant. Ellyas n'avait désormais plus d'autre choix, si cette personne était maladroite il était de son devoir de l'aider après tout. Et puis cela pouvait toujours être amusant et distrayant. Après tout dans ce monde de faux, les gens étaient encore par l'esprit vrai.

Cependant, il était quelque peu ennuyé a l'idée de devoir se déplacé et faire la conversation, mais si elle était blessé il n'aurait pas d'autre choix, il observa quelque peu l'emplacement, il pouvait se laisser glisser, sauter ou même essayer de marcher simplement, les trois solutions lui offrait la possibilité de tomber. Il pouvait aussi abuser de son pouvoir, cependant cela avait deux inconvénient, le premier il pouvait tomber une fois de plus, l'échec de tout a l'heure lui laissait un goût amer, le second, elle en saurait plus sur lui, que lui sur elle. C'était une mauvaise idée. Il opta donc pour sa toute première idée, se laisser glisser sur les quelques débris, il prit alors cette position étrange que les surfeurs prenaient sur leurs planches et se mis a glisser sur les débris. Son arrivé fut quelque peu cocasse, des mouvement de moulinets de ses bras dans les airs, deux trois petits saut a cloche pieds devant lui, plus un retour rapide a une posture plus droite et naturelle. Comme s'il n'avait pas du tout failli s'étaler sur le sol comme cette pauvre petite chose. Petite, il avait penser cela naturellement, mais a bien y regarder, la jeune femme n'était pas bien plus petite que lui. Il détestait réellement sa taille. Il n'avait pas encore dit mot qu'il tendait une main vers la jeune femme, une main franche et sympathique, il se mit a parler tout en tendant cette main salvatrice.


«  - Bien le bonsoir Mademoiselle, êtes vous blessées ? Auriez vous besoin d'aide ? Vous seriez vous égarés dans ces lieux magnifiques? »

Il n'attendit pas réellement de réponse, il reprit quasiment aussitôt la parole, il n'avait fait une pause que pour prendre une respiration. C'était futile de la laisser parler pour le moment après tout, il ne s'était même pas complètement présenté, c'était tout de même la base, un être de son acabit devait se présenter. N'était il pas normal ? Après tout, il lui venait en aide, elle devait savoir le nom de son sauveur. C'était amusant finalement cette situation était distrayante, elle venait d'offrir un second souffle a ses ruines aux yeux d'Ellyas qui commençait a éprouver un ennui certains envers elle, mais cette maladroite avait réussi a égayer sa soirée, voilà qui était grandiose n'est il pas ? Toujours est il qu'il disait.

«  Je me nomme Switch, Ellyas de ce que je nommerais mon prénom, j'espère ne pas vous avoir effrayé par ma magnifique entrée, mais je vous ai entendu crier et je me suis dis que vous vous étiez peut être blessé. Vous êtes plutôt chanceuse que je me trouvais ici a dire vrai, vous ne pensez pas ? »

Ellyas était fier de son entrée en scène, fier de lui, fier de ses propos, tout était parfaitement calibré, parfaitement réaliste, c'était une réussite absolu, il était définitivement génial, il n'en doutait pas, le temps avait une destiné pour lui, c'était certains, le bois du futur avait quelque chose de spécial pour lui, il était gravé de son nom. Mais de quel nom, il n'en savait rien a dire vrai, mais il était persuadé que c'était le sien, il était forcément la pour quelque chose. C'était obligatoire, sinon par quel miracle aurait il croisé cette jeune femme dans un lieu aussi désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 14/07/2013
Localisation : Hope Corporation o/

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Lun 13 Jan - 23:20


Red sentit une douleur fuser dans son genoux. A cet instant, elle ne doutait pas pouvoir marcher. Et pourtant quand elle le vit s'approcher: d'une démarche si sûre, si délicate, aussi innocente qu'un chat qui s'approche d'une souris. Elle voulait s'enfuir, creuser un trou dans le sol et s'y cacher. Lorsque Red tenta de se lever, sa jambe cèda. Son premier réflexe fut de crier, d' appeller à l'aide en ce lieu de deuils et de plaintes, ainsi, brisant l'harmonie de cette nuit sombre et incolore. Malheureusement, la peur se fonda en toi Red, elle emplit les poumons, la gorge, finissant par actionner le coeur comme une machine, tambourrinant tellement fort contre la poitrine qu'il lui fut impossible d'inspirer le peu d'air dont elle avait besoin.
Red étouffait. Elle dévisagea l'homme qui se tenait à présent devant elle d'un regard desemparée. Il la regardait: pas ses yeux, mais elle, en son intégralité comme s'il l'évaluait. Red eut un mouvement de recul lorsqu'il tendit sa main, elle n'avait pas fait un geste brusque, elle aurait peur de l'offenser. Non, elle avait juste lègèrement reculer de cette main mêlant en elle méfiance, angoisse et tant d'incompréhension.

- Bien le bonsoir Mademoiselle, êtes vous blessées ? Auriez vous besoin d'aide ? Vous seriez vous égarés dans ces lieux magnifiques?  

Trop de question, pas assez d'air. Son esprit répondait, sa gorge se serrait. Red ne put se résigner qu'à hocher bêtement le tête en baissant les yeux. Quelle imbécile. Ne te montre pas aussi naïve que ça Red, pas devant cet inconnue.
La nuit devait peut être cacher son visage, mais elle qui ne savait pas comment s'exprimer par l'oral, qu'allait-elle faire ? Red le regardait, pleine d'inquiètude et d'incrédubilité.  Elle entendait la voix qu'elle avait toujours rêvé d'avoir : les mots roulaient dans ses tons divers, ils étaient clairs, comme si il fondaient dans ses oreilles. Red, elle, begayait. Avec le temps elle avait apprit à parler de manière plus ou moins audible. Pourtant, jamais elle ne penserait parler aussi aisément que lui. Elle était bien trop timide. Et puis, quand on est maladroite, la première idée n'est pas de se justifier ou de tenter la dérision, elle avait la plupart du temps juste envie de fuir.
Fuir...Elle repensa à la nuit, l'obscurité des ruines qui engloutissait tout. Elle avait l'impression que cet homme et elle étaient devenus des êtres de tenèbres, luisant sous la lumière de la lune, furtif et silencieux. Elle voulait le croire. Et rien n'était plus fort que de vouloir croire à un rêve.
Malgré toutes les pensées qui fusaient dans sa tête, malgré la fatigue, Red ne faisait pas confiance à cette main tendue. Elle la jugeait dangeureuse, malveillante. Malheureusement, la situation ne lui laissait pas le choix. Sa jambe lui faisait vraiment mal. Elle était tout à fait apte à recommencer d'user de son don...Mais à quoi bon? Elle n'était plus qu'un oiseau dont l'aile était écorchée.

-  Je me nomme Switch, Ellyas de ce que je nommerais mon prénom, j'espère ne pas vous avoir effrayé par ma magnifique entrée, mais je vous ai entendu crier et je me suis dis que vous vous étiez peut être blessé. Vous êtes plutôt chanceuse que je me trouvais ici a dire vrai, vous ne pensez pas ?

Switch...Switch Ellyas, un pseudo des plus intriguants. Pour dire vrai, elle avait rarement croisé des gens possèdant nom et prénom. Elle releva les yeux, vaguement soulagée qu'on ne l'est pas attaqué après sa dernière réplique en raison qu'elle n'est toujours pas pris sa main. Mais ce qui choqua Red plus que le reste, de quoi lui faire oublier toute son angoisse en la compagnie de cette homme. C'est qu'il ne disait rien sur le figement dont il a été victime. Avait-il perdu quelques secondes de sa vie sans s'en rendre compte ? où essaye-t-il ne l'amadouer pour se venger ? Red était tellement absorbée par ces questions qu'elle ne comprit presque pas la suite de la réplique de monsieur Switch. Elle fixa le sol, l'esprit penseur.  Dans tout les cas, la situation revenait toujours, elle ne pouvait pas bouger. Mais si il lui faisait mal elle n'hésiterait pas à le figer.
La jeune fille ne pensait pas au don que l'homme possèdait. Elle ne savait pas, quand elle accepta la main, si elle allait se faire électrocuter, brûler, blesser. Elle était peut être immortelle. Et ce mot gérait en elle un sentiment d'arrogance. Mais si elle était touchée pour toujours, si elle devenait aveugle, sourde, muette, ou bien mentalement instable, à quel prix serait cette immortalité ?  

Lorsqu'elle se releva doucement, sa jambe cèda à nouveau. La surprise fut telle que son don s'activa automatiquement. Son corps heurta la terre, elle ne pouvait pas rester ici. Ellys allait lui en vouloir. Elle le savait. Lui en vouloir terriblement, au point de... Le temps pressait. Red tira sa jambe vers la cachette la plus proche. Avec un peu de chance, il pensera qu'elle se serait téléporter et cherchera plus loin. Bon sang, pourquoi fallait-il que ça arrive à elle tout ça ? Pourquoi?
Il ne restait que quelques secondes, son don lui donnait des vertiges, encore une dizaine et elle s'évanouirait. Par chance elle trouva un creux dans lequel se dissimuler. Elle pensait être bien cacher, c'est l'intérêt. A present elle pu libérer Ellyas et prier pour que tout se passe bien pour elle.

_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Mar 14 Jan - 2:14

Ellyas attendait patiemment la main tendu, un mot, une parole, une simple remarque, mais rien de tout cela n'arriva, il n'avait pas réellement fait attention mais elle semblait avoir légèrement reculé lorsqu'il avait tendu sa main, était elle androphobe, probablement pas, elle serait déjà partie dans le cas contraire.  Qu'avait elle donc pour être si effrayée, l'ambiance de cet endroit ? Certes il s'agissait de ruines, mais elles possédaient le genre d'élégance que les gens ne pouvait que reconnaître. Quelque chose était étrange chez elle, pourquoi avait elle peur de lui, Ellyas ne pensait pourtant pas être le genre de personne effrayante. Après tout il était plutôt svelte, ses tenues n'étaient pas réellement celle d'un voyou. Pourtant, elle avait reculé. Il réfléchissait trop, elle n'était peut être pas paniqué, il faisait un peu trop sombre pour réellement discerner a la perfection l'allure des gens. Il n'avait qu'à attendre une réponse, il attendait encore quelques mots a ses premières questions.

Il avait attendu, mais pour rien apparemment, il avait vu un mouvement de tête, était un réel oui, une affirmation un peu douteuse, il n'en savait rien, dieu que cela l'agaçait ne pouvait elle pas parler ? Pouvait on être muet dans ce jeu ? Il n'en savait rien, il commençait a penser que oui, mais tout de même, elle pouvait être plus expressive qu'un simple signe de tête non ? C'était tout de même quelque peu impoli de ne pas réagir. Vraiment, Ellyas n'appréciait pas réellement ce genre d'attitude. Cependant, il tenta de se raisonner, après tout, il était un inconnu, la nuit était tombé, elle était blessé, en tout cas s'il avait bien interprété son signe de tête. Il était donc tout a fait légitime pour elle de paniquer un peu et d'avoir du mal a s'exprimer. Il essayait de percevoir son visage, mais la pénombre était assez intense, pouvoir discerner son attitude était très difficile. Il finit par décider de laisser ses yeux s'habituer au noir cela serais probablement plus judicieux.

Cependant, il remarqua qu'elle n'avait toujours pas réagit a ses autres questions, si elle était muette il pouvait concevoir son absence de parole, mais pas celle de gestes. Elle semblait presque plongée dans des pensées, comme lui assez régulièrement, tellement absorbé dans ses réflexions personnelles qu'il ne remarquerais probablement pas une inondation. Mais elle semblait moins absorbé, a quoi pouvait elle bien penser ? Faire confiance à Ellyas ? S'enfuir ? Ou autre ? Soudainement Ellyas se demanda si tout cela n'était pas un piège, était elle une fausse victime pour l'attirer a sa perte. Non, probablement pas, il n'était personne ici, pourquoi vouloir lui faire quoi que ce soit. Quand a elle et bien, Ellyas la trouvait bien trop frêle pour qu'il puisse l'imaginer d'une quelconque façons dangereuse. Non, elle semblait bien trop frêle et fragile pour quoi que ce soit, il eut un petit rire intérieur en l'observant. Cependant elle n'avait toujours pas répondu. Mais elle avait agit, elle avait prit sa main. Il était en quelque sorte ravie de cela, elle se décidait enfin a agir.

Cependant, lorsqu'elle tenta de se relever elle chuta, elle était donc réellement blessé, Ellyas crut que son cœur s'arrêta durant une micro seconde, il ne savait pas ce qui arrivait a cette personne en face de lui et surtout, surtout il avait eu extrêmement peur qu'elle l’entraîne dans sa chute. Il voulu l'aider a nouveau, mais étrangement, il se rendit compte qu'il n'avait absolument aucun contrôle sur son corps. Il voulait, réellement bouger son bras, mais c'était réellement impossible, un bug ? A un moment pareil, c'était réellement déplaisant. Il voulu se déplacer quasi instinctivement, mais bien qu'il en avait l'intention, il en était totalement incapable, il était comme figer. Cela lui offrait cet étrange sentiment de frustration, de colère, pourquoi, pourquoi son corps ne réagissait il pas ? Soudain il remarqua qu'elle s'éloignait, pourquoi ? Était ce elle la responsable de son impossibilité a bouger ? Mais pourquoi avait elle fait cela ? Cette jeune femme perturbait réellement Ellyas, elle semblait soit très stupide, soit étrangement folle. Il la voyait lentement disparaître dans l'ombre alors qu'il se battait psychologiquement pour récupérer le contrôle de son corps. Il en vint même a se demander comment faire pour se déplacer. Oui, cette action que l'on faisait si naturellement, comment l’ordonnions nous ? Que fallait il faire, penser pour mouvoir son bras ? Il se sentait comme bridé. Il ne se concentrait plus réellement sur ce qu'elle faisait, cette petite idiote, il voulait simplement l'aider. Il n'aurait jamais du s'occuper d'elle et simplement partir en la laissant inerte sur le sol. Il était plutôt frustré par cette absence de contrôle, lui n'avait pas le contrôle, sur quelque chose d'aussi primaire que son corps, voilà qui l'agaçait, sa plus grande peur était la, perdre le contrôle, ne pas pouvoir gérer quoi que ce soit, seule ses pensées était encore sienne, c'était tellement frustrant, il aurait presque voulu la faire payez pour cela, cependant, il savait que ce n'était pas une bonne solution et chassa tout de suite cette idée de son esprit faisant mille effort pour bouger tout ses membres en même temps.

Finalement, il récupéra un total contrôle sur son corps et ces réactions soudaine ne purent rien faire d'autre que le faire chuter sur le sol, en effet, il voulu se déplacer et s’emmêla les jambes s'étalent misérablement sur le sol. Il ne pu retenir un immense soupir. Il avait eu l'impression que cette paralysie avait durée durant de nombreuses heures, comme s'il avait été figé ici tandis qu'elle avait eu le temps de visiter les quatre îles. En réalité, il se doutait que le temps avait été assez court. Elle était véritablement idiote. Il ne pouvait décemment pas la laisser ici seule et blesser. Il n'était pas un monstre. Il se releva alors lentement, puis s'épousseta, ce sol était emplie de poussière a cause des débris. Il observa un peu les lieux, forçant sur ses yeux. Cette situation lui pesait sérieusement sur les nerfs, mais il était primordial a ses yeux de garder son calme et d'essayer de la trouver, ce qu'il allait faire ? L'aider bien sur, mais sûrement après lui avoir poser quelque question. Il ne la voyait pas, il décida donc de s’asseoir sur quelque pierres qui étaient sur le chemin puis il se mit a parler assez fort, il ne comptait pas crier, cela aurait été une perte d'énergie.


« - Mademoiselle, s'il vous plaît, pourriez vous vous montrez ? Je ne compte rien vous faire. Je n'ai littéralement aucune mauvaise intentions a votre égards. Je vous ai entendu crier et.... »

Il s'arrêta à cet instant, oui il l'avait entendu crier, elle n'était donc pas muette après tout, elle devait pouvoir parler n'est ce pas ? Dieu qu'il était naïf, il failli exploser, mais il finit par souffler lentement, se détendant en pensant positivement, elle était effrayée par l'inconnu, tout cela est parfaitement logique, elle n'est en rien responsable, il ne devait pas lui en vouloir, elle avait juste peur d'un inconnu dans un lieu désert et en pleine nuit, c'était normal. Il reprit alors la parole, parlant toujours aussi fort, peut être même un peu plus.

« - Écoutez, je vous ai entendu criez et je me suis simplement inquiéter. Je ne sais pas si mon avatar a eu un bug ou un freeze ou si mon incapacité a bouger était votre action, mais quoi qu'il en soit, je ne veux que vous aidez. Vue votre peine a vous déplacer vous aurez sûrement besoin d'aide n'est il pas ? Alors s'il vous plaît, montrez vous, ou au moins parler pour me dire ou vous êtes, ou pour me dire de partir. En toute franchise, je me moque totalement de vous, mais je ne pourrais supporter de vivre après avoir abandonner quelqu'un. »

Il savait pertinemment que cette dernière n'était pas réellement nécessaire, mais elle était simplement franche, c'était juste la pure vérité. Un dernier détail lui vint en tête et il ne put se retenir de le dire alors il ajouta, ces derniers propos.

«  - En revanche, je vous préviens, si le fait de m'avoir figer était votre œuvre, ne le refaite pas. Surtout pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 14/07/2013
Localisation : Hope Corporation o/

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Mar 21 Jan - 22:45


Red avait réussi à ramener ses genoux contre elle. Le renfoncement menaçait de s'effondrer. La poussière glissait dans les fissures du mur pourrissant et tombait par pincée sur sa veste blanche. Ce n'est pas qu'elle préfererait être dehors, et respirer l'air frais du soir au lieu que l'odeur lourde des moisissures qui errait sur les pierres. Non, mais sa cachette, elle était loin d'être la meilleure. Et tout ça, la fatigue, ce foutu mal du pays, sa blessure, ça la rendait folle. L'Américaine voulait retourner à Seattle, retrouver ses parents, et sans autres exigences, les serrer dans ses bras.
Il fallait voir les choses en face, elle n'avait aucun repère, aussi bien ici que dans n'importe quel endroit de Euphemia. Regardes autour de toi Red, tout s'emmêle dans ta tête, tu sens le monde contre toi dans chaque feuille, dans chaque pierre, chaque parcelle de terre. Quelque chose écrase ton coeur Red, l'oppresse entre les deux briques qui te servent de poumons dans les intervalles d'entrechoquent que crée ton souffle.

- Mademoiselle, s'il vous plaît, pourriez vous vous montrez ? Je ne compte rien vous faire. Je n'ai littéralement aucune mauvaise intentions a votre égards. Je vous ai entendu crier et....
Écoutez, je vous ai entendu criez et je me suis simplement inquiéter. Je ne sais pas si mon avatar a eu un bug ou un freeze ou si mon incapacité a bouger était votre action, mais quoi qu'il en soit, je ne veux que vous aidez. Vue votre peine a vous déplacer vous aurez sûrement besoin d'aide n'est il pas ? Alors s'il vous plaît, montrez vous, ou au moins parler pour me dire ou vous êtes, ou pour me dire de partir. En toute franchise, je me moque totalement de vous, mais je ne pourrais supporter de vivre après avoir abandonner quelqu'un.


Si Red se concentrait sur la voix d'Ellyas elle arrivait pratiquemment à oublier son stress. Cependant une certaine culpabilité ressortait en elle à cause de ses mots. Il fallait qu'elle se lève, traine sa cheville hors de l'entre et s'excuse. Parce qu'elle était de ce genre de personne. Celle qui avait l'humilité incessante de s'excuser pour tout et rien. Pas que son "pardon" n'avait aucune valeur. Mais qu'elle faisait tellement de gaffes à la seconde, tellement d'erreurs, qu'elle avait l'impression que si elle ne s'excusait pas sans arrêt le ciel lui tomberait sur la tête.
Et puis, deux minutes, il se fichait d'elle ? Tant mieux! mais dans un sens Red avait l'impression d'être une de ses fleurs qu'on a toujours la flemme d'arosée mais qu'on abreuve, juste pour sa satisfaction personel ou pour le bonheur d'avoir fait sa bonne action du jour.

- En revanche, je vous préviens, si le fait de m'avoir figer était votre œuvre, ne le refaite pas. Surtout pas.

Cette dernière réplique la fit presque bondir sur place. Son don avait toujours été à la fois une certaine sécurité, aussi bien qu'un calvaire en ce qui concernait sa vie sociale.  La douleur de son genoux se réveilla brusquement. Il lui était impossible de sortir son corps entier du renfoncement. Sa deuxième jambe n'avait pas la force de tirer son corps jusqu'en haut de la sortie en pente et elle n'arrivait qu'à atteindre la moitié.
Son souffle, elle devait le récupérer. Red chercha au plus profond de ses poumons une mince réserve d'air.

- Je..Je suis ici. Je n'arrive pas à atteindre l'ouverture du mur. Je...Pardon. Pardon pardon pardon pardon pardon pardon pardon...

Elle prit soin de ne pas trébucher avec sa seule jambe valide. Si ce n'est l'autre dont émanait une douleur silencieuse lorsqu'elle ne bougeait pas trop.

- Pardon aussi pour vous avoir figer. Pardon de ne pas m'être présentée, je m'appelle...Red!

Pourtant une question errait toujours dans son esprit. Pouvait-elle lui faire confiance? La dernière réplique de l'homme avait un ton de menace. Ou alors était-ce juste des idée de sa part ? Trop tard de toute manière, elle lui avait donné son nom et son emplacement, idiote!


_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Jeu 23 Jan - 0:23

Ellyas était prêt a partir, il était lassé d'attendre une réponse qui ne viendrait peut être jamais, il n'était pas réellement du genre très patient lorsqu'il attendait quelque chose. En tout cas quelque chose de précis, quelque chose dont il avait conscience. Et il trouvait que cette jeune femme se moquait pertinemment de lui, non seulement elle refusait son aide généreuse, mais de plus elle le figeait. C'était réellement une jeune impertinente. Il n'avait réellement aucune raison d'attendre, jusqu'à ce que finalement il entendit des propos dans le silence nocturne, c'était surprenant, il ne s'y attendait plus, il pensait qu'elle était partie, qu'elle l'avait abandonné ici pour fuir lâchement. Mais il n'en était rien, elle était sûrement trop blessée pour partir ou quelque chose d'autre. Peut importait a dire vrai, toujours est il qu'Ellyas allait être bon et généreux jusqu'au bout, pourquoi, c'était une question intéressante en effet, lui qui ne pensait qu'à lui allait être généreux. La raison était simple, elle était brisée, blessée, incapable de partir d'ici sans aide. Un oisillon en cage, un oisillon perdu, voilà comment il la voyait. Il était la, majestueux, noble, parfait, ici pour l'aider, jamais il n'aurait pu la laisser seule, cela aurait été purement indigne de sa part, il était bien trop merveilleux pour cela.

Il tendit ainsi l'oreille pour localiser la jeune femme, elle était réellement coincée, ne pouvant atteindre la sortie de sa propre cachette, c'était réellement hilarant a l'oreille d'Ellyas, il observait un peu autour de lui pour finalement voir ses cheveux d'une étrange couleur, un rose groseille allant parfois plus sombre, mais était il en mesure pour parler d'étrangeté capillaire, probablement pas, vert, une couleur d'espoir a ce qu'il paraissait, mais lui n'y voyait qu'une ineptie certaine, il maudissait sa tignasse. Mais peut importait, il observa la jeune femme, coincé dans une cachette assez pitoyable, elle lui faisait réellement pensé a un oiseau bloqué ou à un petit rat perdue. Elle s’aplatissait en excuse, comme s'il allait la massacrée, profité qu'elle était incapable d'agir pour lui faire du mal si elle ne s'excusait pas. Il trouvait cela réellement agaçant, réellement. Elle était coincée dans son petit creux, lui était droit, fier face a elle, il l'observait sans un mot, une allure impérieuse. Elle semblait souffrir, s'était elle si sérieusement blessée, avec une chute si minime, était elle fait en verre, tout de même. C'était surprenant cela aussi.  Mais peut importait, Ellyas se pencha vers elle, il était accroupi face a elle et l'observait toujours aussi silencieusement, il n'avait pas grand chose a dire en réalité, il réfléchissait. C'était curieux.

Après un instant elle semble juger bon d'ajouter quelque nouvelle excuse accompagnée d'une présentation, il était enfin temps, Red, intéressant, avait il été le seul a désirer avoir un réel nom pour cette nouvelle vie ? Peut être, en tout cas peut importait, c'était bien plus amusant de découvrir cela au fil des choses. Finalement il laissa s'extirper un soupir assez clair, il était certains qu'elle l'agaçait par ses millier de pardon, c'était horripilant. Il finit par prendre la parole.


« - Cessez, immédiatement, les actions sont faites, vous excusez n'y changera rien, le passé ne changera pas. Pensez au futur et ne le refaite simplement pas. Mademoiselle Red, vous ressemblez à un petit oiseau enfermé dans une cage qu'il a lui même construit, n'est ce pas amusant ? Coincé par votre propre peur et votre propre corps. Je vais profiter de cela pour vous expliquez que les excuses sont futile. Voyez vous, vous m'avez figer, c'est un fait, a cause de vous j'ai ressentit quelque chose d'horrible, est ce que je vous en veux pour cela, probablement, surtout s'il on ajoute la fuite et cette attitude emplie d'excuse. Mais cependant, je n'agirais en aucune réprimande, car cela serait une perte d'énergie, comprenez, que le passé ne peut être changé, que ses actions sont définit et que vous excusez avec tant de véhémence ne fera qu'augmenter la colère et l’agacement. » Il fit alors une petite pause avant de reprendre.   « Heureusement pour vous, je suis quelqu'un de bon et de noble, alors je ne vous en tiendrais nullement rigueur. »

Il finit par s'asseoir sur le sol, de toute façon il ne pourrait pas réellement la sortir d'ici sans avoir un peu de poussière sur lui, puis lentement il tendit a nouveau la main vers elle, il espérait ne pas avoir a attendre cent ans avant qu'elle n'accepte son aide. Il jugea bon d'ajouter tout en lui tendant la main quelque mot.

«  - Mademoiselle, je pense l'avoir déjà dit, mais mon but est simplement de vous aider, alors effacez donc cet air perplexe et emplie de doute de votre visage, je ne pense pas avoir a ce point l'air d'un monstre sans foi ni loi, ni même d'un être qui mérite la méfiance. Je pense même être plutôt du genre peu effrayant. »

Il finit par se taire, n'ayant rien de bien plus à ajouté, attendant simplement les réactions de ce pauvre oisillon perdue dans les ruines d'un monde virtuel. Il se demanda tout de même, comment une jeune femme aussi fragile avait pu survivre aussi longtemps dans un monde aussi étrange. Comment n'avait elle pas craqué bien plus tôt, comment avait elle fait pour être encore ici alors qu'elle était totalement inapte à la survie. Après tout, elle venait de se blesser seule en tombant de sa propre hauteur avant de finir par se cacher dans un trou dont elle ne pouvait même pas sortir seule. C'était réellement amusant et désespérant a la fois.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 14/07/2013
Localisation : Hope Corporation o/

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Ven 31 Jan - 22:48


Le mince morceau de ciel était tamisé d'un épais voile de poussière. D'où Red le fixait du fond de son creux en tout cas. Elle avait envie de retenter sa chance: de bondir d'un saut miraculeux pour atteindre la sortie. Du reste, l'impatience avait toujours eut cette force sur elle pour lui faire oublier la dure réalité. Depuis ses vains efforts, Red sentait émaner une douleur martelante et continue dans son genou. De quoi lui donner deux jours de congé supplémentaires. Comme si un ne suffisait pas.
Néanmoins, le destin n'avait pas finit son travail. La poussière du mur continuait de s'écouler lentement sur sa veste. Red n'aurait pas dû elever la voix et respirer de ses lèvres. Ce n'est pas qu'elle n'était pas soulagée d'entendre répondre Ellyas à ses paroles. Le problème était autre part, pas là.
Lorsqu'elle avait répondue à l'homme aux cheveux verts des grains de pierres avait râclés sa gorge. Mais au lieu de la faire âcrement tousser, au moment où elle voulait le faire, elle avait dissimulé, dans un reflexe poli, ses lèvres dans la manche de sa veste. De là, elle ne faisait qu'aspirer la poussière qui résidait dessus. Elle étouffait ainsi en silence. Bloquée à l'intérieur de son minuscule creu de souris, incapable de bouger.
Red découvrit avec horreur qu'elle n'avait plus de voix. La peur qu'Ellyas l'abandonne sait-on jamais ressurgit. Elle n'avait pas essayé de parler mais elle avait déjà tant de mal à respirer que sa gorge devait tellement être sèche qu'il suffisait de deviner.

- Cessez, immédiatement, les actions sont faites, vous excusez n'y changera rien, le passé ne changera pas. Pensez au futur et ne le refaite simplement pas. Mademoiselle Red, vous ressemblez à un petit oiseau enfermé dans une cage qu'il a lui même construit, n'est ce pas amusant ? Coincé par votre propre peur et votre propre corps. Je vais profiter de cela pour vous expliquez que les excuses sont futile. Voyez vous, vous m'avez figer, c'est un fait, a cause de vous j'ai ressentit quelque chose d'horrible, est ce que je vous en veux pour cela, probablement, surtout s'il on ajoute la fuite et cette attitude emplie d'excuse. Mais cependant, je n'agirais en aucune réprimande, car cela serait une perte d'énergie, comprenez, que le passé ne peut être changé, que ses actions sont définit et que vous excusez avec tant de véhémence ne fera qu'augmenter la colère et l’agacement.
Heureusement pour vous, je suis quelqu'un de bon et de noble, alors je ne vous en tiendrais nullement rigueur.


Ellyas avait trouvé le moyen viscieux de la faire culpabiliser en énonçant cette pauvre malédiction qui lui servait de don. Red prit la descence de ne le laisser finir mais la suite de sa réplique l'avait coupé net. Elle le voyait s'abaisser et tendre son bras dans le creux. Un instant elle avait eut peur qu'il bascule mais il n'en fit rien. Après tout il s'était assis.
Red le fixait sans savoir ce qu'elle devrait ressentir. Elle était bien émotive, pourtant à tout vouloir ressentir et définir, la jeune fille ne pouvait que l'observer d'un regard neutre si ce n'est figé. Et c'est ce qu'elle était. Une personne figée, glacée, encrée dans une feuille comme une encre indéllibile, une souris dans sa cachette, un oiseau blessé dans une cage dorée, condamné à rester fixé dans la même position avec le même paysage devant les yeux. Mais c'était faux. Et là, tout surgit dans une vague de malaise: La rage, l'envie de crier, de pleurer, de pointer du doigt les chefs de Euphemia et pourquoi pas simuler des tirs. C'est ce qu'elle detestait le plus en elle: la colère. Elle n'aimait pas se voir comme ça, c'était peut être inexplicable, mais c'était tellement plus simple de creuser une image tout faite plutôt que d'exhumer ce qu'il y a au plus profond de nous même.
Pendant ce temps une pluie sans nuages s'abbatue sur les ruines. La terre dégageait une odeur de fraîcheur dans l'air même si Red avait largement autre chose en tête.
Red sentait cette odeur de là où elle était. Une seule pensée titubait dans son esprit: Si tu es là pour m'aider alors fais moi sortir. Il n'y avait rien derrière cette pensée: juste une innocence déroutante. Au fond, Red n'avait qu'une seule envie, rentrer chez elle et profiter de la solitude jsuqu'à ces jours de congé écoulés. En attendant, la serveuse en congé attrapa la main qui lui était tendit avec un légé sourire que donne une certaine satisfaction personelle.

Spoiler:
 

_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Jeu 6 Fév - 16:08

Ellyas avait des frissons qui parcourait sa peau, il n'était pas réellement du genre a avoir froid, après tout sa terre natale était l'une des plus froides en ce monde et il avait vécu dans ses steppes, loin des grandes villes et de leurs chaleur humaine. Cette pluie pourtant lui avait laissé un léger frisson, peut être était ce le mélange entre cette pluie et l'ambiance presque mortuaire des ruines, l'espace d'un instant il se dit que quelqu'un qui resterais seul ici, dans le même cas que Red périrait sûrement sans que quiconque puisse le savoir ou le sauver. Cette jeune femme pouvait réellement se vanter d'une chance insolente, il aurait pu ne pas l'entendre, ne pas la voir dans la pénombre ou simplement ne pas être ici. Il en était désormais persuadé, une telle chance ne pouvait être que l’œuvre du destin, ce destin immuable, inscrit dans la roche, signé de la main même des dieux. Tout était déjà prévu, la présence d'Ellyas ici, la chute de Red, sa fuite, son erreur qui la piégea, la magnanimité de l'homme, tout était prévu, le futur aussi a dire vrai, ce futur quel était il ? Ellyas n'en avait pas la moindre idée, pour le moment il ne voyait qu'une seule chose, le fait qu'il allait tirer la jeune femme hors de son trou a rat. Cependant, encore une fois, elle demeurait silencieuse, elle avait réussi a parler tout à l'heure, pourquoi était elle à nouveau silencieuse ? Avait elle peur des gens et ainsi terrorisé elle devenait silencieuse en face d'une personne. Si c'était le cas elle serait une réelle épine dans le pied, il aimait bien pouvoir converser et encore plus avoir un remerciement pour son sauvetage héroïque. Non elle devrait parler, elle n'avait d'autre choix.

Elle avait attrapé sa main, bien, il la hissa lentement pour la sortir de la, en faisant cela il vit des petits morceaux de pierre tomber de sa cachette, il remarqua alors que sa tenue était pleine de poussière, c'était franchement peu élégant, voir même sale. Il ne supportait pas cela, mais pour sa sécurité, il décida de ne la lâcher que lorsqu'elle serait bien placé sur le sol sans le moindre risque de retomber. Il se demanda alors quelque chose de très étrange, pouvait on être asthmatique sur Euphemia, probablement pas, mais le devenir, ou développé des troubles suite a l'ingestion de poussière intensive ? Tomber malade ? Tant de chose était étrange en ce monde, mais au fond de lui, il savait, il savait que c'était impossible, que le jeu éviterais ce genre de problème. Après tout, ce lieu était supposé être un paradis et on ne tombe pas malade au paradis, ni en enfer d'ailleurs. Ange et démons se moquent de ce genre de chose. Mais il n'aimait pas cette idée non plus, ce lieu n'était ni un paradis ni un enfer au yeux d'Ellyas, il s'agissait d'une vie tout simplement, pourquoi, car rien n'ai jamais noir ou blanc, rien n'est gris, tout n'est qu'un million de couleurs inscrite sur la frise du temps dans un pêle-mêle intense. Le jeune homme quitta un instant sa réflexion pour observer la jeune femme curieux de voir une réaction, creux de toute patience il se mit a parler, le visage froid, un ton monotone sans la moindre émotion notable, non pas qu'il n'en avait aucune, il n'en avait juste aucune a montrer.


«  - Allez vous mieux Mademoiselle ? Avez vous enfin cesser de prendre peur comme un faon tout juste né ? Avez vous réussi a faire taire les démons qui murmurent a vos oreilles des craintes absurdes ? Vous êtes désormais libre n'est il pas, libre de ramper avec votre jambe abîmée, libre d'accepter mon aide ou de me rejeter ou encore libre de respirer tout votre saoul l'air frais qui embaume ce lieu. Une chose cependant, décidez vous, faites votre choix promptement, car le temps est une ressource précieuse qui s’évanouit aussi vite que la vie. »

Il profita lui même de l'air frais, cela lui rappelait de bon souvenir, il aimerait de la neige, partout, il aimait cela, il peinait a l'avouer lui même, mais les steppes lui manquait, l'odeur des pins, de la neige, le blanc qui brûle les yeux lorsque le soleil se reflète dessus, la morsure que l'on ressent lorsque l'on touche de la glace avec sa peau nue, le contraste avec de l'eau brûlante qui réchauffe même les os. Il était touché d'une étrange nostalgie, plongé dans ses souvenirs, sans faire réellement attention au petit oiseau framboise qu'il venait de libérer du filet où elle était enfermée. Cependant, bien qu'il était désireux de revoir les paysages traîtres et mortel de la Russie, il aimait aussi la beauté mécanique et cadré d'Hope Corporation, elle lui faisait plaisir, elle éveillait en lui une curiosité, un désir de découverte permanente, il observait le vide, sans réellement faire attention, toujours assis sur le sol sans réel but. Peut importe ce qui lui réservait le destin, une chose était sure aux yeux d'Ellyas, il était bien ici.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 14/07/2013
Localisation : Hope Corporation o/

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Sam 8 Fév - 15:41


Lorsque Red fut tiré du creux, la pluie deferla sur ses épaules. Elle ne prit pas le temps d'essuyer la poussière sur sa veste qu'elle toussa âcrement les grains de pierre résidant dans sa gorge. Bonheur: elle pouvait enfin respirer. La fraîcheur des gouttes d'eau se versant dans les ruines envahit ses poumons. Même si on pouvait qualifier cet air de lourd, d'humide, Red avait l'impression d'en inspirer le plus pure de Euphemia. Après tout, à Hope, personne n'était habitué à un air sain.
Alors qu'elle gonflait son gosier d'humidité, la jeune fille sentait le plombant regard d'Ellyas sur elle. Oh qu'elle s'en fichait. Oh qu'elle était heureuse de pouvoir à nouveau sentir ses pieds sur le sol, sentir son corps tout entier se libérer d'un poids qu'elle n'avait cessé de hisser au plus haut dans l'espoir de s'en débarasser. Car c'est vrai, un poids, ça pouvait aussi tomber sur le pied si on ne le levait pas assez haut pour le jeter.
Son pied lui faisait par ailleurs toujours mal. Lorsqu' Ellyas l'avait tiré, Red avait tellement eut envie de sortir qu'elle avait forcé sur ses deux jambes. Ce qui fait qu'à cet instant, elle regrettait amèrement son enthousiasme de tout à l'heure.
La jeune fille leva les yeux sur le visage de l'homme et découvrit ce même regard que les clients avait l'habitude de lui lancer lorsqu'elle revenait avec leur commande. Il attendait, à ces mêmes yeux, quelque chose. Un remerciement ? Une excuse ? Red cherchait dans les yeux de son interlocuteur le moindre indice. Peut être pouvait-on lui en vouloir d'être si peu causante. Et le "on n'y peut rien c'est comme ça" ne marchait pas toujours avec les gens. Red était déjà si maladroite dans ses actes qu'elle se devait au moins d'éviter de l'être par la parole. Ce n'était qu'une fatalité. A force de refléchir à quoi dire, l'esprit n'est pas concentrer sur les actes.
De ce fait lorsqu'une cage doré disparait, une autre réaparait devant les yeux et ainsi de suite. Il n'y avait pour ce cas rien à faire, c'était un choix dans lequel Red elle même s'était enfermée même s'il lui arrivait de s'en languir.
La jeune fille fixait Ellyas perplexe, il avait cessé d'attendre. Que pouvait-elle bien faire pour retirer cette soudaine indifférence sur son visage ? S'en était déroutant.

- Allez vous mieux Mademoiselle ? Avez vous enfin cesser de prendre peur comme un faon tout juste né ? Avez vous réussi a faire taire les démons qui murmurent a vos oreilles des craintes absurdes ? Vous êtes désormais libre n'est il pas, libre de ramper avec votre jambe abîmée, libre d'accepter mon aide ou de me rejeter ou encore libre de respirer tout votre saoul l'air frais qui embaume ce lieu. Une chose cependant, décidez vous, faites votre choix promptement, car le temps est une ressource précieuse qui s’évanouit aussi vite que la vie.

Lorsqu'on dit que dans la vie on a toujours le choix. C'est faux. Si elle laissait Ellyas partir, Red serait bloquée dans ses ruines. La pluie tombait. Elle pouvait attrapé froid n'est ce pas ? Et qui viendrait la chercher, elle serait morte d'épuisement avant d'atteindre le prochain teléporteur n'est- ce pas ? Ce choix qu'on lui offrait n'était pas un choix. Mais une fatalité déguisée. Red n'arrivait à décrire ce sentiment, mais son bon sens resurgissait en elle comme une pointe au coeur. Elle avait tant de dette envers Ellyas. Mais en même temps, tant de raison de le laisser l'aider.
Ce que Ellyas lui disait. Elle le savait déjà. Par rapport à sa situation de tout à l'heure, elle était libre au moins de respirer, de bouger, de sentir la pluie qui avait finit de laver ses vêtements sur elle. Mais tout cela, elle le pensait déjà acquis depuis fort longtemps. Sa situation de tout à l'heure n'était qu'une restriction temporaire. C'est ce qu'elle pensait après avoir sentit la douce sensation de la libération retrouvée.
Elle devait à présent faire son "choix", et répondre vite. Red ne réfléchit pas beaucoup. La peur parlait d'elle même.

- Mons...Ellyas, vous m'avez dit tout à l'heure d'arrêter de m'excuser. Mais vous m'avez beaucoup aider. Et ça, sans raison. Alors... Permettez moi de ne pas vous rejettez.

Red hésita à poursuivre mais elle n'avait rien à perdre, si? Elle voulait vraiment rentrer chez elle.

- J'aimerais que nous ne restions pas sous la pluie. Que nous allions dans un endroit sec... Et chauffé. Je dis "nous" parce que je ne pourrais pas le faire toute seule. Ne prenez pas ses paroles avec pitié s'il vous plait. Je tenterais de rembourser mes dettes envers vous. Accepteriez vous de m'emmener chez moi? Je vous servirais un plat, à boire ou autres.

Red se disait que si Ellyas lui voulait du mal, cela ferait longtemps qu'il l'aurait fait. Enfin...Elle imposait un peu quelque chose à Ellyas non?

- Où un autre endroit, c'est comme vous voulez...

La jeune fille ne rendit pas compte sur le moment. Ce ne fut qu'après avoir finit de parler qu'elle sentit une étrangeté dans sa voix. Peut être pas quelque chose que Ellyas pouvait deviné ou trouver curieux. Mais elle venait de parler avec sa voix commerciale. Cette voix claire et aimable qui venait d'une fille aux cheveux luisant de goutte, vêtu de vêtements lavés de poussières mais trempés, le pied blessé. Quel aspect étonnant venant d'elle.


_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Sam 8 Fév - 19:24

Ellyas était assez surpris d'entendre la jeune femme tousser d'une telle façon, c'était assez inélégant, mais peu importait, il supposa qu'elle avait avalé de la poussière dans ce trou, il trouvait donc naturellement qu'elle cherche à s'en débarrasser, mais tout de même, Ellyas aurait daigné caché une telle action aux oreilles de quelqu'un. Il supposa que tout le monde ne pouvait être aussi parfait et merveilleux que lui. Il remarqua aussi qu'elle semblait apprécier l'air de ce lieu. Ellyas lui trouvait l'air tout a fait normal, il est vrai que les rues d'Hope Corporation pouvait sembler étouffante pour certains,  la technologie ambiante ne rendait pas l'air plus pur, mais il avait connu l'air véritable, alors tout lieu semblait moins plaisant a ses poumons. Rien n'atteindrais jamais l'air divin que l'on pouvait respirer au petit matin. Il se souvenait, lorsqu'il sortait de chez lui, les forêts de conifères mêlé au vent glacé offrait l'air le plus parfait qui pouvait exister sur terre. Même l'air des côtes de l'atlantique qui érodait les falaises n'atteignais pas la pureté de la Russie.

Il adulait aussi cette pluie battante sur ses épaules et ses bras nu, cependant, ce qu'il n'appréciait pas c'était le fait qu'elle tombe sur ses cheveux, ils allaient s’aplatir, tomber sur son visage, cela commençait déjà, quelque mèches tombaient sur son front et les cotés de son visage, ses cheveux étaient alourdit par l'eau, c'était déplaisant, il trouvait déjà qu'ils étaient atrocement dérangeant dans un état a peu prêt normal, mais mouillé, ils devenaient atroce, il fut obligé de décalé une mèche sur le coté pour éviter qu'elle obstrue son champ de vision. Ellyas remarqua qu'elle le fixait, elle riait intérieurement il en était persuadé, elle osait se moquer de lui, il en était certains, il savait qu'elle pensait a quelque phrase cruel et stupide sur sa chevelure, elle aurait mérité qu'il l'abandonne ici, seule, cela lui aurait donné une leçon, mais cela aurait fait de lui quelqu'un d'ignoble, il ne l'était pas, il n'était pas gentil non plus, il était juste lui. C'était déjà énorme de réussir a se décider malgré l'épée de Damoclès qu'était le destin, Antigone elle aussi avait connu cela, savoir que les choses arrivent malgré tout et vouloir aller a leurs encontre, il savait que ses cheveux le torturerais et pourtant, il espérait toujours pouvoir en tirer quelque chose. C'était réellement frustrant, mais lui ne serais pas aussi stupide que la petite princesse, il n'irait pas se pendre après avoir été emmuré. Non lui aurait la force de combattre cette chevelure dissidente jusqu'à la fin de ses jours. Mais il était mieux pour cette jeune femme de ne dire mot a propos des cheveux d'Ellyas, elle le regretterait sûrement.

Ellyas sentait la terre humide imprégné son pantalon, il sentait aussi le poids de son t-shirt grandir a mesure que la pluie tombait et imbibait le tissu, il se décida donc a se lever, il prit appuis sur ses mains et se dressa sur ses jambes, droit, fier, observant le monde comme un prince, un seigneur, un shogun qui admirait ce monde comme s'il était le sien, il glissa ses mains dans ses poches, observant un peu plus la jeune femme, il serait juste de l'aider a se lever elle aussi, sûrement, probablement, mais c'était en toute franchise, cela l'ennuyait, cela faisait énormément d'effort pour peu de chose.  Il aurait probablement du ne pas quitter son magasin, cela lui aurait éviter de nombreux tracas. Cependant, elle se mit a parler, cela tira Ellyas de ses réflexions une fois de plus, c'était incroyable, elle osait parler, toutes les théories d'Ellyas s'évanouissaient. Elle avait failli le nommer monsieur, il ne put retenir un petit gloussement moqueur, cela faisait longtemps qu'il n'avait plus entendu ce genre de propos a son égard depuis qu'il avait renvoyé les domestiques que ses parents avaient engagés avant leurs mort. Elle déclara qu'il l'avait beaucoup aidé, il trouvait cela plus ou moins vrai, il n'avait fait que l'ôter a un problème dans lequel elle s'était mise, elle avait conclut sur le fait qu'elle n'allait pas le rejeter. Elle allait surtout profiter un peu plus de sa bonté, mais il décida de ne pas relever ces propos. Elle semblait avoir d'autre chose a dire, hésitante, il décida d'attendre, curieux d'entendre un peu plus de ses propos. Elle déclara qu'elle préférait éviter de rester sous la pluie, réclamait encore un peu plus son aide et déblatéra quelque inepties a propos de dettes. Au moins, elle n'avait pas encore abordé le sujet de ses cheveux. Elle s'arrête a nouveau avant d'ajouter qu'il pouvait l'emmener à un autre endroit que chez elle. Était elle gênée, il ne comprenait pas réellement pourquoi.

Il laissa s’échapper un soupir puis lui tendit la main, ce faisant il prit la parole, très calme, bien que sa voix arborait un léger ton de réprobation, de reproche.


« - Mademoiselle, Red, si je peux me le permettre, j'ai quelque point a éclaircir, vous pensez bon de précisez un nous futile, si je vous ai sortit de votre piège a rat ce n'est pas dans l'optique de vous abandonner a condition bien sur que vous me l'auriez demander, quoi que, j'en doute moi même. Abandonner des animaux blessés est quelque chose de cruel. » Cette dernière remarque il l'avait fait pour lui même, sans même faire attention si elle entendait ou non. Il reprit ensuite. « De plus, j'aimerais que les choses soient claires, je ne fais en aucun cas cela pour une quelconque récompense, je vous ai vu en proie a des troubles et des maux, j'ai voulu vous aider, ni plus ni moins, je n'attends rien, pas de dette, le plaisir et l'auto satisfaction suffise, je ne suis pas généreux, aider autrui aide l'égo. »

Il fit un pause, était ce réellement utile d'expliquer tout cela a Red, elle semblait assez jeune, peut être serait elle incapable de comprendre quelque chose d'aussi développé, était elle assez intelligente pour cela. Ses paroles étaient certes très claire et sérieuses, mais elle était toujours jeune, il soupira une nouvelle fois lassé.

«  - Une dernière chose, en toute honnêteté, la pluie ne me gêne pas le moins du monde, cependant, si vous êtes blessés et désireuse de vous mettre a l'abri, je pense que votre résidence est le choix le plus logique, vous pourriez vous y reposez et être tranquille. Comprenez moi bien, je pourrais vous conduire chez moi, ou ailleurs, en pleine rue, n'importe où, mais pourriez vous vous y reposez, être tranquille ? Vous soignez, j’émets de doutes des plus important. Cependant, ce choix est le votre, j'irais la où vous le désirer, vous êtes la blessée. »

Ellyas était étrangement sincère, il voyait cette situation comme un fait, il était la uniquement pour l'aider, il n'avait pas a prendre une quelconque décision pour elle, c'était elle qui devait choisir où elle souhaitait aller, elle qui était blessée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 14/07/2013
Localisation : Hope Corporation o/

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Dim 9 Fév - 20:30


Dis moi, Red, n'y avait-il que ta voix commerciale qui t'autorisait à parler longuement, ou au moins, distinctement ? Tu t'en voulais n'est ce pas ? Je veux dire, de traiter cet homme comme tu traites un client, un inconnu. Alors que lui, il t'a aidé et même sauvé la vie.
La pluie tombait, le regard perdu, elle sentait les yeux d'Ellyas pesait sur elle comme une pression à deux mètres sous l'eau. Red était si fatiguée que toutes les émotions se bousculaient, ne laissant qu'un pâle visage, comme lui donnant de l'âge, supporter les gouttes. Des frissons la parcourraient toute entière (merci Zola qu'est ce que j'aurais fait sans toi). Aussi bien physiquement que moralement, elle ne sentait aucune chaleur humaine pour la rassurer.
Elle ne comprenait pas pourquoi Ellyas avait ce regard froid et accusateur. Elle sentait qu'elle avait fait quelque chose de mal. Mais elle ignorait quoi.

- Mademoiselle, Red, si je peux me le permettre, j'ai quelque point a éclaircir, vous pensez bon de précisez un nous futile, si je vous ai sortit de votre piège a rat ce n'est pas dans l'optique de vous abandonner a condition bien sur que vous me l'auriez demander, quoi que, j'en doute moi même. Abandonner des animaux blessés est quelque chose de cruel.

Red leva les yeux au mot "futile". Mais pourquoi?, pensa-t-elle. Red avait toujours été polie. Cela avait toujours été une de ces principales qualité, elle ne pouvait en douter. Et ce futile, ça l'avait hurté. Ça l'avait percuté. Lui donnnant des élans de nervosité et d'incompréhension si intenses que Ellyas ne pouvait imaginer. La politesse était sa seule arme face à ces clients, face aux gens en général. Red n'avait ni muscles pour se battre, ni un art de la parole. Red était juste Red. Et Ellyas venait, peut être, sans s'en rendre compte, de chasser d'un geste de main comme un chasse une mouche, une partie d'elle. Si seulement cela été facile à expliquer, cela ferait longtemps que Red l'aurait interrompu pour défendre  ce qu'elle pensait être une valeur et qu'elle était d'ailleurs fière de possèder.
Ellyas venait de lui donner confirmation. Elle ferait mieux de se taire si ?

- De plus, j'aimerais que les choses soient claires, je ne fais en aucun cas cela pour une quelconque récompense, je vous ai vu en proie a des troubles et des maux, j'ai voulu vous aider, ni plus ni moins, je n'attends rien, pas de dette, le plaisir et l'auto satisfaction suffise, je ne suis pas généreux, aider autrui aide l'égo.

Ses paroles avait le mérite d'être franches
, se dit elle. Red baissa les yeux. Elle regrettait. Cela lui rappellait à quel point elle était naïve. Et ça l'énervait. Cet homme avait ce don pour la rabaisser.
Red n'avait toujours pas prit sa main. Tout à l'heure elle avait failli le faire. Parce qu'elle était desespérée et angoissée, qu'elle avait besoin d'un contact humain pour la garder en sécurité. Mais au mot "futile" son geste s'était ravi. Devrait-elle ? Car elle n'en avait pas envie. C'était soit les dettes, soit rien.
Enfin, c'est ce qu'elle disait. Mais lorsqu'elle serait aux portes de la mort d'autant par l'épuisement, par la faim, par la soif, que ferait-elle ? Il était encore temps de trouver une solution, pour rentrer saine et sauve chez elle avec dignité.

- Une dernière chose, en toute honnêteté, la pluie ne me gêne pas le moins du monde, cependant, si vous êtes blessés et désireuse de vous mettre a l'abri, je pense que votre résidence est le choix le plus logique, vous pourriez vous y reposez et être tranquille. Comprenez moi bien, je pourrais vous conduire chez moi, ou ailleurs, en pleine rue, n'importe où, mais pourriez vous vous y reposez, être tranquille ? Vous soignez, j’émets de doutes des plus important. Cependant, ce choix est le votre, j'irais la où vous le désirer, vous êtes la blessée.

- Ellyas... vous me prenez de haut. Je ne tente pas d'être en affrontement avec vous. Vous gagnerez. Si vous souhaitez m'aider alors s'il vous plait ramenez moi chez moi. Mais avant... écoutez moi. Si...Si vous trouvez mon "nous" futile... si vous trouvez que je suis juste un petit animal à aider pour votre égo. C'est votre choix et je vous en suis malgré tout reconnaissante. Mais je ne vous donne pas le droit de me rabaisser. Je suis maladroite mais j'ai mes raisons.

Red avait répondu au tac au tac. Elle avait envie de sortir tout son coeur dans ses phrases. Mais elle en était incapable. Elle n'avait pas tout les mots. Pas toute les larmes pour exprimer ce qu'elle voudrait qu'on comprenne d'elle.

- Trouvez mon humilité futile, ce n'est pas grave, mais je tiens à rentrer chez moi, à vous servir un chocolat chaud, à vous donner une couverture et à discuter dans un autre endroit qu'ici, car ici, c'est cette impression que vous me donnez. Me prendre de haut. Alors que vous ne me connaissez pas.

La jeune fille glissa sa main dans celle d'Ellyas. Elle savait pertinement le risque qu'elle avait prit à déballer ce qu'elle pouvait. Et la peur qu'il finisse par l'abandonner, parce qu'elle ne lui avait pas léché les bottes, fusait dans ses nerfs et tambourinnait contre ses tempes. Red ferma les yeux, priant pour que cela n'arrive pas. Elle ne pourrait pas rentrer seule. Au bout de quelques heures elle serait sûrement étendue sur les ruines après s'être épuisée à ramper dans le noir sous la pluie.


_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Lun 10 Fév - 18:48

Ellyas n'était pas du genre patient et il était persuadé qu'elle avait déjà remarqué, il était aussi certains qu'elle avait compris qu'elle pouvait avoir confiance en lui et pourtant, elle semblait encore hésité à accepter cette main tendue vers elle, cette main emplie de bon sens, de noblesse et de bonté. Comment pouvait elle encore douté de la bonne fois d'Ellyas, il trouvait cela réellement désespérant, elle était agaçante, cependant, il était dans l'incapacité psychologique de la laisser seule ici réellement, lui faire croire, c'était faisable, mais le faire réellement il ne pouvait réellement pas, il ne pourrait vivre avec une pareille culpabilité, il était important a ses yeux de ne pas laisser les gens dans le besoin, il s'était promit que ce jeu serais une nouvelle vie et non pas recommencer a voir les gens comme les choses comme des biens dispensables à usage unique. Non ici il verrait les gens comme ils sont réellement et serait aussi franc et naturel qu'il le pouvait, tout devrait être comme il le pense.

Alors qu'il avait fini d'énoncer ses propos, ses pensées de la façon la plus direct, il n'eut la moindre seconde pour reprendre sa respiration, Red lui avait répondu en un éclair, elle parlait, franchement, naturellement, c'était donc ce genre de personne, celle qu'il fallait pousser a bout pour voir ce qu'elle pensait, pour qu'elle puisse parler, Ellyas était en un sens satisfait qu'elle parle a ce point, bien qu'elle semblait s'être méprise, la prendre de haut, la rabaisser, cela n'était en rien dans l'idée ni même l'optique d'Ellyas, il n'était pas du genre a être cruel sans raison, il déclarait simplement ce qu'il pensait vrai, ce qu'il pensait juste, il n'avait absolument aucune raison de lui déclaré des choses par pure vilenie, il ne voulait que l'aider après tout, il aurait été une bien étrange personne s'il venait a la rabaisser alors qu'il avait comme projet de l'aider, n'est il pas ? Quel être aurait pu être atteint d'une telle dualité, c'était impossible. Non, s'il l'avait blessée a ce point par ses mots, peut être aurait il du s'excuser, mettre les choses aux claires, c'était important qu'elle ne se fasse pas de fausses idées, il n'était pas un être sans état d'âme, il n'était pas un monstre cruel, sadique et barbare, il en était même le total opposé, il se voyait comme un gentleman délicat, intelligent et raffiné. C'était pour cela qu'il ne la laisserait pas, qu'il ne l'abandonnerait pas comme un chaton dans une boite sous la pluie. Non il n'était pas ce genre d'homme en réalité, il était le genre d'homme a venir en aide a ceux dans le besoin, jamais il ne la laisserait peut importe a quel point elle avait pu se méprendre sur l'état d'esprit du jeune homme.

Elle avait continué a parler, d'une façon qu'Ellyas appréciait, elle était franche, réelle, elle était plus naturelle qu'avant, cela plaisait à l'homme aux cheveux vert, pour lui c'était cela qui était important, dire ce que l'on pensait et elle y arrivait enfin. Elle se plaignait certes, mais elle était franche, elle n'avait rien ajouté de particulier, juste expliqué qu'elle avait réellement l'impression qu'il était condescendant avec elle et qu'elle voulait réellement le remercier. Il trouvait cela a la fois noble et stupide, sympathique et agaçant, il n'avait besoin d'aucune récompense, les choses étaient suffisante ainsi, après tout, elle l'avait distrait jusqu'à maintenant, certes ce n'était pas d'une façon merveilleuse mais elle l'avait aider a passer le temps et c'était beaucoup aux yeux d'Ellyas qui était du genre à chercher a éviter l'ennui plus que tout autre chose. Elle avait finalement pris sa main, il l'aida alors a se lever, l'observant, inquiet de savoir si elle avait besoin d'aide pour se maintenir debout. Il vit qu'elle fermait les yeux, était elle encore effrayé, il n'en savait rien. Il se décida donc a parler pour la rassurer .


«  - Je vous en prie, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous abandonner car vous avez parler franchement, je vous trouve même courageuse de m'avoir dit ce que vous pensiez, ce que vous aviez compris de mes mots. Je suis ravis de cela, vous avez enfin parler d'une façon naturelle et plaisante. Cependant, vous me voyez forcer de vous reprendre, je ne suis pas condescendant avec vous, tout du moins pas volontairement, je ne souhaite pas vous rabaisser où autre, je ne fais que déclarer ce que je pense. Si vous vous sentez rabaisser alors veuillez me pardonner de cette méprise, je ne suis pas réellement du genre a me prendre pour meilleur que je ne le suis, bien qu'il soit difficile de faire mieux que moi. »

Il fit alors une petite pause et laissa apparaître un sourire simple, une chose rare chez Ellyas, cette journée était assez amusante a ses yeux, de nombreuses choses arrivaient, il était parfaitement distrait, il aimait cela, il ne haïssait rien de plus que l'ennui. Il reprit alors la parole.

«  - Je voudrais aussi que vous notiez autre chose, lorsque je déclare que le nous est futile, cela ne signifie pas que le fait que vous avouez avoir besoin de moi est futile, ce qui est futile c'est de le dire maintenant, je pense vous avoir suffisamment aider pour que le fait que je continue de vous aider soit implicite, il me semble logique qu'après vous avoir aider, je vais continuer. Voila pourquoi le nous est futile mademoiselle Red, ni plus ni moins. Pour conclure, je ne considère pas que la bonté mérite dettes, mais si vous insister qui suis je pour refuser ? Je tenais juste a vous faire savoir que peut importe que vous soyez reconnaissante, je ne fais pas cela que pour vous. Je ne suis pas du genre à être le bon samaritain, aider autrui aide votre ego, je l'ai dit et vous l'avez compris mais cela ne m'empêchera pas de vous aider quand même. Si cela ne vous convient pas vous m'en voyez navré. »

Il cessa alors de parler, tout était dit a ses yeux, il n'avait rien a ajouté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 14/07/2013
Localisation : Hope Corporation o/

MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   Mer 26 Fév - 10:29


La pluie ne faisait que plus se déverser sur les ruines. A la manière d'une vague continue battant la roche contre les côtes. Elle ne laissait qu'une empreinte de son passage, et sera par la suite effacée par une autre pluie. Ces ruines sur lesquelles il s'était passé la rencontre étrange d'Ellyas et de Red, il n'en resterait rien. Seul un vague souvenir. Au contraire de la nature, est ce que les rencontres humaines se répétaient, s’effaçaient et se recréaient ? Non, une rencontre c'est une larme sous la pluie, elle disparaît dans le renouveau constant. Maintenant que la boucle naturelle a changé, les hommes ne peuvent que pleurer, et se souvenir des larmes disparues, encore et encore jusqu'à s'éteindre dans une conscience fatiguée.
C'est ce qui sauvera Red. Elle est jeune et oubliera. Elle oubliera parce que l'on préfère toujours penser aux souvenirs heureux et se les recréer. La tristesse ne perdurent pas, la colère non plus: pas dans Red. Pour le moment elle ne peut que se morfondre et regretter. Un jour viendra où elle pourra respirer sainement sans se sentir empoisonner par sa maladie: son mal du pays.
A présent il fallait rentrer, il fallait se mettre à l'abri. C'est une belle image de voir deux êtres armés de leur mémoire sous la pluie, ce renouveau continue ne pas les affecter. L'humain ne se renouvelle pas, il se souvient et acquière de l'expérience. Red il ne reste plus qu'à attendre pour que tu puisses respirer. Tu ne dois juste pas fuir.

- Je vous en prie, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous abandonner car vous avez parler franchement, je vous trouve même courageuse de m'avoir dit ce que vous pensiez, ce que vous aviez compris de mes mots. Je suis ravis de cela, vous avez enfin parler d'une façon naturelle et plaisante. Cependant, vous me voyez forcer de vous reprendre, je ne suis pas condescendant avec vous, tout du moins pas volontairement, je ne souhaite pas vous rabaisser où autre, je ne fais que déclarer ce que je pense. Si vous vous sentez rabaisser alors veuillez me pardonner de cette méprise, je ne suis pas réellement du genre a me prendre pour meilleur que je ne le suis, bien qu'il soit difficile de faire mieux que moi.

Un sourire creusa le visage de Red. Elle eut un petit rire. Loin d'elle le but d'être vexante envers Ellyas. C'était un rire nerveux, soulagée de savoir qu'on allait pas l'abandonner à son sort. Comme une goutte ferait déborder le vase, un excès de modestie faisait renverser la peur,le malheur dans un rire heureux, cela pouvait paraître hypersensible ou étrange, mais à cet instant, Red avait envie de pleurer de joie.

- Je voudrais aussi que vous notiez autre chose, lorsque je déclare que le nous est futile, cela ne signifie pas que le fait que vous avouez avoir besoin de moi est futile, ce qui est futile c'est de le dire maintenant, je pense vous avoir suffisamment aider pour que le fait que je continue de vous aider soit implicite, il me semble logique qu'après vous avoir aider, je vais continuer. Voila pourquoi le nous est futile mademoiselle Red, ni plus ni moins. Pour conclure, je ne considère pas que la bonté mérite dettes, mais si vous insister qui suis je pour refuser ? Je tenais juste a vous faire savoir que peut importe que vous soyez reconnaissante, je ne fais pas cela que pour vous. Je ne suis pas du genre à être le bon samaritain, aider autrui aide votre ego, je l'ai dit et vous l'avez compris mais cela ne m'empêchera pas de vous aider quand même. Si cela ne vous convient pas vous m'en voyez navré.

Red aimait bien Ellyas. Il fallait l'expliquer, il était franc et ne la laisserait pas dans ses ruines. Il avait réussi aussi à la faire rire. Maintenant il n'y avait plus rien à dire, Red acceptait ce qu'il lui disait. Elle hocha la tête comme une enfant qui comprenait une leçon. C'est vrai, elle était une enfant. Une jeune fille à qui on avait appris tellement de valeurs, tellement gavée par celles ci qu'elle ne savait plus quoi en faire. Elle était dépassée par ses propres actes et avait été perdu de ce fait. Sans personne elle aurait continuer à errer pendant un bout de temps dans les limbes . Ce temps il était imagé par celui qu'ils aient pris pour trouver la sortie des ruines. Red avait trébucher quatre fois et demi. Le demi comptait parce que cette fois Red n'avait pas eut besoin d'Ellyas pour garder son équilibre. Pauvre petite bête qu'elle était. A un instant Red avait les larmes aux yeux parce qu'ils prenaient beaucoup de temps pour trouver la sortie et que l'angoisse, Red, elle la supporte très mal.

Arrivée devant le téléporteur, Red entra ces coordonnées. Dire qu'elle avait les doigts frissonnant était un euphémisme, elle les avait trempés jusqu'aux os et congelés: les doigts blancs aux extrémités.
La vue dégagée des pixels, la jeune fille ouvrit la porte de son appartement et proposa à Ellyas d'entrer en premier d'un geste de main.

- Bienvenue.

Red avait le front contracté par l'aventure mais elle creusa un sourire commerciale. Il n'y avait que ça qui marchait pour montrer ses émotions, elle était soulagée à un point inimaginable mais la pluie l'avait beaucoup refroidi et il lui restait à s'occuper d'Ellyas. Parce qu'elle devait le faire point!


_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Parmi les ruines du passé. [Red]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parmi les ruines du passé. [Red]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le délai d'attente est dépassé
» Délai de connexion au serveur dépassé
» Contenu du Pass Découverte Numéricable
» Passage de Silver à Gold
» [résolu]Firefox - Xmarks et LastPass

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP ; :: Les archives :: Rps terminés/abandonnés-