AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 Pour une Vodka de plus [Calypso]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mar 4 Mar - 3:10

Ellyas avait eu vent des sois disant tension existante entre Hope Corporation et Crimson District, mais lui s'en moquait éperdument, cependant, il avait jugé bon cacher sa marque d'île, il se retrouvait donc avec des bandages autour du cou, que dirait-il si on lui demandait pourquoi ses bandages, probablement la vérité, pourquoi les avoir en ce cas, sans réel raison, a dire vrai, il s'était d'abord dit qu'il était utile d'éviter les tensions inutiles, mais il n'aimait pas mentir, voilà pourquoi si on lui demandait il répondrait aussi naturellement que possible, ajoutant clairement qu'il se moquait éperdument de toute les possible tension. Mais pour le moment, la n'était pas la question.

Non, la réelle question que l'on pouvait se poser était tout autre. Que faisait une personne comme Ellyas dans les quartier mal famées de Crimson District, il n'était ni fort, ni un voyou, ni attiré par de quelconque drogues ou autre. Non, ce qui l'avait conduit ici était une recherche quelque peu nostalgique, une recherche d'un goût manquant a Hope Corporation. En effet bien malgré le fait qu'il était passionné par les rues emplies de Technologie de son île, il ne pouvait accepter l'absence de réel bar la bas. Cela faisait désormais un petit moment qu'il était sur Euphemia et il n'avait pas encore pu goûter une vodka qu'il jugeait convenable, il s'était donc mis en quête d'un bar et il était certains que s'il voulait trouver quelque chose, Crimson était le lieu qu'il lui fallait visiter. Il se retrouvait donc a errer dans les étranges rues de cette île, une veste en cuir sur les épaules, son habituel t shirt sans manche noir et les mains dans les poches d'un pantalon grisonnant quelque peu délavé. Il observait les bars qui s'offraient a son choix le long de la rue, il fallait faire un choix, il remarqua que l'un eu était apparemment plus attrayant, de nombreuses personnes y entraient et en sortait, sûrement le bar le plus prisé de cette île. Soit, ce serais celui ci en ce cas. Ellyas avait fait son choix, il était important pour lui de rester tout de même assez discret.

Il rentra tranquillement, poussant sans réel ménagement ceux sur son chemin, il n'était certes pas une personne massive, mais son regard froid et son attitude glaciale suffisait généralement a dissuader les gens de s'approcher de lui, il alla alors s'asseoir au bar. Il ne fit pas de commande dès l'instant où il était arrivé, il préférait regarder tout d'abord quelle genre de personnes étaient les habitants de Crimson District. La surprise fut assez grande, ce n'était en rien une bande de voyous barbare et brutaux, ils avaient simplement l'air de personnes atypique, originale et bon vivant. Ellyas aimait l'ambiance qui respirait ici, la chaleur émanant des gens, les conversations trop forte pour être comprise ou réellement privé. Les odeurs des alcools qui se mêlaient les une aux autres. Voila qui rendait cet endroit plaisant, vivant, chaud. C'était très différent de la froideur métallique d'Hope Corporation. Mais il sentait qu'il ne pourrait vivre ici, car cette chaleur ambiante était probablement quelque chose de commun aux habitants qui devaient eux aussi avoir le sang chaud. Il avait remarquer des badauds au visage rubicond qui était prompt a parler fort et probablement a frapper fort aussi, il était persuadé que son naturel a dire ce qu'il pensait, son naturel a agir comme il l'entendait lui aurait attiré des ennuis, mais il se doutait que cela pouvait aussi lui faire des amis. Il se tourna alors vers le tenancier, il l'observa de haut en bas, un personnage non joueur typique, l'homme de base, celui qui ressemblait parfaitement aux stéréotype qu'on lui attribuait, massif, barbu, le regard brusque, probablement très bourru dans ses propos. Ellyas ne pu réprimer un haussement de sourcil amusé. Il frappa doucement sur le bar, deux petites tapes pour attirer l'attention du barman, il ne comptait pas parler futilement. Il attendit qu'il soit suffisamment proche et déclara d'un ton sec et direct.


«  - De la Vodka, mais attention, je veux de la vraie Vodka, pas l'une de ses ignominies aux rabais imbuvable faite dans une cave. »

Il n'eut pas a attendre longtemps pour être servit, il observa un peu l'alcool dans le verre, elle ne semblait pas aussi bonne qu'il l'espérait, mais elle ne semblait pas être non plus la pire Vodka que l'on pouvait trouver. Cependant, il était persuadé que cela ne pourrait satisfaire son goût raffiné. Mais il se doutait aussi qu'il allait devoir ce satisfaire de cela. Il observait ainsi le verre, sans réellement le boire, sans même le toucher, comme dans la plupart des bars, la vodka était servie en shooter, a peine de quoi satisfaire sa mémoire de Russie. Il se souvenait en boire assez souvent et pas uniquement en shooter. Il finit par se décider, il prit le verre entre deux doigts et l’avala d'une traite, il ne pu refréner une grimace amer. Il le savait, elle n'était réellement pas bonne. Bien sur il avait bu pire, mais elle faisait l'effet que fait toute les mauvaises Vodka, elle vous octroyait en plus de l'ivresse des grimace de dégoût. Il soupira désespéré, mais il en commanda une autre, sans parler bien sur, il ne fit qu'un signe de main vers son verre, peu après, il le vida et en redemanda un autre, au quatrième, la grimace n'était plus, le goût restait toujours aussi déplaisant, mais les papilles y étaient désormais habitué.

Ellyas se demanda un instant ce qu'il faisait encore ici. Il y avait de moins en moins de monde dans le bar. Ellyas avait à nouveau commandé, c'était désormais le septième. Il ne put réprimer ses paroles, elle n'était réellement destiné a personne mais il lui fallait le dire, c'était plus fort que lui, il avait toujours eu cette impression que taire l'une de ses pensées étaient semblable à un mensonge. Il se mit a parler, mais pas réellement discrètement, il se moquait de cela. De toute façon, il savait qu'il ne faisait qu'énoncer qu'un fait.


«  - Réellement déplaisante, cette Vodka n'est rien de plus qu'un simili écœurant, je me damnerais corps et âme pour une véritable Vodka, l'alcool noble qui réchauffe l'âme et l'esprit. Et je suis persuadé que ce n'est nullement ici que je trouverais cela. »

Il prit son dernier verre et se leva. Il ne voulait rien de plus qu'un dernier verre, mais d'une vrai Vodka, ce n'était pourtant pas compliqué, il bouscula sans ménagement une ou deux personne sur son chemin, il était à la sortie quand il en bouscula une de plus et cette fois ci, il se permit d'ajouter avec sa délicatesse légendaire et sa douceur naturelle quelque petits mots d'une gentillesse incroyable.

«  - Je vous prie de bien vouloir ne pas vous mettre dans mon chemin, je n'aime guère être confronté a n'importe quoi et encore moins que ces derniers se permettent de me bloquer le passage, alors s'il vous plaît comprenez qu'il est important pour vous de rester à la place qu'il vous sied, loin de moi. »

Il n'avait nullement fait attention a la personne qu'il avait bousculer, homme, femme, chien, chat, peut importait, pour lui, c'était simplement une nuisance à l'instant. Ellyas était quelque peu aigri en l'instant. Il n'avait pas l'alcool mauvais, cependant le mauvais alcool l'agaçait et l'absence de Vodka convenable sur Euphemia le rendait encore plus aigri. Ce n'était pourtant pas compliqué de faire un alcool aussi simple que la Vodka, un alcool fait de pomme de terre, voilà qui n'était pourtant pas si noble. Alors pourquoi la majorité d'entre elle était aussi médiocre. Il n'en savait rien. Il se rendit cependant compte qu'il avait cesser de bouger, il était rester fixer a l'endroit où il avait bousculer la dernière personne sans réellement savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mar 4 Mar - 13:25

Calypso abattît brusquement ses deux pieds sur le comptoir du bar « Le Dragon Hurlant ». En plus d'être affublé d'un nom relativement ridicule, les lieux étaient d'un pittoresque accablant et le service laissait grandement à désirer en raison de sa lenteur et de son manque de volonté. Autant dire qu'elle ne s'attendait absolument pas à des lopettes de cette ampleur dans un tel quartier. Le pire dans tout cela était qu'elle ne désirait pas boire. Mais elle aimait avoir ne serait-ce qu'un verre d'alcool dans la main lorsqu'elle avait à échanger des bribes discrètes avec les patrons de bar. Là, en l'occurrence, elle n'en aurait pas la chance et démontrait à merveille son agacement quant à la situation.

Le regard furibond, les bras croisés sur sa poitrine, appuyée contre le dossier d'une chaise haute, elle avait relevé ses jambes pour les poser sur le bar et fixait désormais le tenancier d'un air mauvais. Elle lui aurait tranché la gorge si elle le pouvait. Et aurait fait fermenter son sang une semaine au moins pour ensuite empoisonner les plus fidèles clients de ce bar après.

« Mademoiselle, je vous demanderais de retirer vos pieds du comptoir, s'il vous plaît. »

La rousse arqua un sourcil, se redressa, et envisagea alors de tout simplement monter sur le bois grinçant pour s'y tenir, se penchant sur le patron afin de le regarder droit dans les yeux. Techniquement, elle n'aurait pas du autant se faire remarquer. Voir pas du tout. Mais elle était colérique, très colérique. Le pire étant qu'elle n'était pas là pour le travail et qu'elle avait donc encore plus l'impression de perdre de son précieux temps. Tout d'abord silencieuse, elle replia l'une de ses jambes pour la poser contre le torse épais de graisse du pauvre homme face à elle, glissant ses mains dans ses propres poches en ne tenant que sur une jambe.

« Je vous prierais quant à moi de vous la boucler et d'en profiter pour faire fermer votre bar, par la même occasion. Vous nuisez à la réputation de ce mot. »

Là-dessus, elle appuya un peu plus sur son pied de manière à le renverser, le regarda d'un air hautain et... Disparût pour à tout prix éviter les ennuis. Elle n'était pas lâche, absolument pas même, mais elle aimait mieux ne pas se faire remarquer bien que l'envie de mettre cette taverne sens dessus dessous ne lui manqua absolument pas.

Silencieuse, Calypso esquiva habilement tous les clients se bousculant vers le comptoir, réussissant finalement à s'extirper en grondant sourdement sa rage et soupira une fois dehors. Elle ne reparût qu'une fois loin du « Dragon Hurlant » dont le nom lui arrachait à la fois un sourire ironique et une moue désappointée.
Rejetant sa chevelure écarlate en arrière, la jeune femme prît alors le chemin d'un autre bar, ayant finalement pour plan de picoler jusqu'à plus soif ce soir-là. Cela faisait bien trop longtemps qu'elle ne s'était pas réveillée avec une sacrée gueule de bois et un homme dont elle ne connaissait ni le nom ni le visage. En l'occurrence elle se passerait de l'homme, pour cette nuit. Les joueurs d'Euphemia étaient tous bien trop bizarres et elle ne serait pas surprise s'il lui manquait un truc ou deux dans son inventaire au réveil. Ou même de l'argent.

Mais là n'était pas le centre de ses occupations et ce fût à la recherche de quelques verres d'un bon alcool qu'elle entra dans un bar au hasard, après tout rien ne pouvait être pire que celui qu'elle venait de quitter.
Focalisée sur la rage qu'elle essayant tant bien que mal de calmer, elle ne prêta aucune attention aux personnes qui la bousculaient. Ils s'excusaient pour la plupart à vrai dire, les hommes ne manquant pas de lorgner ses formes d'un air envieux. Du moins jusqu'à ce qu'elle bute dans un mur, qui lui fît relever la tête pour la simple et bonne raison qu'il ne bougea pas. Evidemment que les murs ne bougeaient pas, mais apparemment il s'agissait tout simplement d'un homme comme un autre. A l'exception près qu'elle devinait rien qu'à son odeur qu'il avait déjà quelques verres dans le sang.

«  - Je vous prie de bien vouloir ne pas vous mettre dans mon chemin, je n'aime guère être confronté a n'importe quoi et encore moins que ces derniers se permettent de me bloquer le passage, alors s'il vous plaît comprenez qu'il est important pour vous de rester à la place qu'il vous sied, loin de moi. »

Calypso arqua un sourcil au-dessus de ses deux grands iris d'un vert intense, dénués d'un semblant d'émotion bien que la surprise pouvait clairement se faire ressentir. Une surprise indignée. Pourtant, elle resta calme, rivant son regard dans celui de son vis-à-vis et croisa ses bras sur sa poitrine. Il n'aimait pas être confronté à n'importe quoi ? Soit, cette appellation ne la blessa absolument pas dans la mesure où elle savait ce qu'elle valait et avait même tendance à surestimer sa personne. Mais qu'il s'y croit au point de lui suggérer de s'écarter, elle ne pouvait le tolérer. Elle était fière et orgueilleuse. Impulsive en plus de cela. Espérait-il réellement s'en tirer de la sorte ?

« Vous êtes dans un lieu public, que vous le vouliez ou non, il y aura toujours un... N'importe quoi qui se mettra en travers de votre chemin. Vous êtes dans les quartiers malfamés, trésor, n'espérez pas vous en sortir uniquement grâce à vos tendances à vous croire au-dessus du monde. »

Elle était plus grande que lui, pas de grand chose mais assez pour qu'elle en soit légèrement flattée, d'ailleurs. De toute manière c'était mieux ainsi, et beaucoup plus crédible. Elle n'aimait pas les gens plus grands qu'elle. Elle haïssait ça. Pour la simple et bonne raison qu'elle s'en sentait écrasée bien qu'elle eût conscience de valoir beaucoup plus qu'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mer 5 Mar - 0:08

Ellyas était décidé à rentrer chez lui, tranquillement, calmement, sans faire d'ennui a qui que ce soit, déclarant simplement ce qu'il pensait, mais ses propos lui attirait des ennuis bien malgré son désir de les éviter il avait fini par possiblement s'en attirer. Il avait bousculé une femme, probablement une habitante de l'île, il eu un léger regret sur l'instant d'avoir été si sec dans ses propos, mais peut importait,  il avait parlé, ce qui était fait n'était plus a faire, il n'aimait pas revenir sur ses propos ou quoi que ce soit de ce genre. Il observa un instant la femme qui se trouvait en face de lui, un peu plus grande, de peu, mais cela lui importait peu, elle aurait pu faire la taille d'une joueuse de basket qu'elle serais rester la même, une nuisance sur le chemin d'Ellyas, pour lui la taille d'une personne ne se mesurait pas a sa grandeur, mais à celle de son intelligence. Il vous sera aisé de dire qu'il s'agit la de parole de petite personne mais rien n'en était, Ellyas le pensait le plus sincèrement possible. Il aurait souhaiter passer pour ignorer ce moment futile, pour ne pas s'ennuyer a perdre du temps futilement, à faire des efforts qui jamais n'aurait la moindre utilité,  mais la femme, une rousse aux yeux d'un vert éclatant, semblait ne pas l'entendre de cet oreille, elle avait croisé ses bras, le regard fixe et s'était lancé dans une importante déclaration de fait.

Ellyas savait pertinemment qu'il y aurait toujours des importuns sur son chemins, en permanence des misérables face a lui, cela était forcé, le monde était peuplé d'être inutile qui endiguant les plus grands, il le savait et avait déjà comprit qu'il s'agissait d'un fardeau éternel. Cependant, il ne pu réprimer des regards désapprobateur a l'entende de certains propos qu'elle avait eu. Le premier lorsqu'elle osa le nommé Trésor, pour qui se prenait elle, sincèrement, il trouvait cette appellation d'une inélégance incroyable. Cependant, il ne dirait rien, pour le moment en tout cas. Car tout d'abord il fallait contredire ses propos incroyablement audacieux. Lui, avoir des tendances a se croire au dessus de tous, non, c'était bien autre chose, il se savait meilleur que la moyenne, meilleur que la plèbe, ce n'était pas une simple croyance, une idée, une pensée, c'était un fait, une réalité, une vérité absolue sans la moindre erreur possible. Il ne pouvait tolérer pareil insolence et diffamation, cette femme devait comprendre qu'elle était dans l'erreur, il ne pouvait accepter qu'une personne comme elle puisse se croire au dessus de lui. Il se mit alors droit comme un i, fier, le regard fixé dans le siens, sans le moindre sourire, sans la moindre émotion, puis il prit la parole, le ton sec, cassant, celui de ceux qui était certains d'avoir raison, celui de ceux qui prouvait leurs dire avec une aisance naturelle, le ton de ceux pouvant tout faire sans le moindre problème en utilisant simplement leurs mots.


«  - Mademoiselle, tout d'abord, je vous prie de me nommer autrement que Trésor, pour vous ce sera Ellyas ou Mr Switch, cela fait peu de différence a mes yeux. Par la suite, il est juste d'apprendre que je ne me pense pas supérieur a la plèbe, je le suis voilà tout. Quand a m'en sortir, je n'aurais pas à le faire car je n'aurais simplement aucun problème. Sur ce, je serais ravis si vous pouviez simplement vous écartez pour me laisser sortir. »

Il fit une pause, il hésitait, un détail lui disait qu'il omettait un détail, un détail simple, que quelque chose échappait a sa pensée. Peut importait, il n'attendit pas réellement qu'elle se pousse vraiment, il se remit en route, il avança, il voulait sortir de ce bouge incapable de servir une Vodka digne de ce nom, il  voulait trouver l'alcool véritable, il avait besoin de quelque chose de convenable, il avait envie d'un Vodka comme il en buvait avant d'arriver sur Euphemia. Il était dans un jeu, le plus réaliste de tout les jeux, le plus perfectionné, une seconde vie pure et simple et pourtant, il était incapable d'obtenir un goût semblable a la Vodka de son passé, incapable d'obtenir une Vodka qu'il jugeait plaisante, l'alcool parlait peut être pour lui, mais la réalité lui manquait peut être pour certains point. Les goûts lui semblaient tous plus fade ici, la neige lui manquait aussi, l'odeur des conifères, tout cela était difficile a admettre mais oui, Ellyas avait envie de revoir certains point de son ancienne vie. Cependant, ce monde avait ses avantages, la franchise, l’honnêteté, cette femme qu'il venait de croisé, elle n'avait pas hésité a lui dire ce qu'elle pensait de lui après avoir entendu si peu de propos de l'homme, elle n'avait pas hésité à presque le menacer de ce qui pourrait lui arriver dans un futur hypothétique où son naturel  supérieur lui aurait attiré des ennuis. Oui, ce monde était tellement plus parfait que l'ancien.

Ellyas était prêt a partir vers un autre bar lorsqu'il se retourna en direction de la jeune femme qu'il venait de bousculer, il ne pouvait décemment pas la laisser entrer dans un bar où un alcool de mauvaise qualité était servie. Elle était peut être assez naïve et peu suffisamment intelligente pour reconnaître la grandeur et la perfection lorsqu'elle se présentait a elle, cependant, cela restait une personne qui méritait de boire quelque chose de bon et non pas quelque chose que l'on aurait pu utiliser pour détartrer une tuyauterie en plomb datant du siècle dernier. Il l'interpella alors couplant ses paroles d'un geste de la main nonchalant en sa direction.


«  - Mademoiselle, je vous déconseille d'entrer dans ce bar, la Vodka qui y est servit est d'une qualité exécrable, ce qui laisse envisager que les autres alcools sont tout aussi écœurant et répugnant. Si vous le désirez, je vais chercher mieux, a moins que vous même n'ayez mieux a me conseiller, bien que j'en doute puisque vous alliez entré dans ce bouge. »

Il l'observait, il lui avait proposé de l'accompagner de façon insinué car il se moquait totalement de sa présence, cependant si elle connaissait un lieu où il pouvait boire une vodka digne de ce nom il en serais ravis, elle pouvait toujours se montrer utile. Ellyas espérait sincèrement que ce soit le cas. Cependant il se demanda s'il était juste de faire confiance à une personne de Crimson, il ne l'a connaissait ni d'Eve ni d'Adam, il n'aurait peut être pas du lui faire cette proposition, après tout rien n'empêchait cette femme de le guider dans une ruelle sombre méconnu de la plupart des gens et de l'égorger ou le dépouiller. Cependant il aimait ce genre de risque, il ne lui restait qu'à attendre la possible réponse de la femme ou le fait qu'elle puisse l'ignorer totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mer 5 Mar - 12:14

Calypso était à un cran de l'explosion totale. Une véritable boule de nerfs, si bien qu'elle en venait à se demander si l'air autour d'elle n'en émettait pas des tensions électriques. Elle était agacée, et cet homme pourri jusqu'à la moelle qu'elle avait face à elle n'aidait pas son sang à cesser de bouillonner. C'était dans ce genre de cas-là qu'elle regrettait de n'être que dans un jeu. Dans le monde réel, elle n'aurait pas hésité à lui coller une sacrée raclée, voir à le tuer. Mais il n'y avait plus de monde réel pour elle, pas plus qu'elle n'avait de possibilités d'agir selon ses envies. Tout cela n'était qu'un jeu, le moindre de ses actes aurait des conséquences plus ou moins graves et la vie lui avait appris à ne pas se faire remarquer. Elle n'était jamais réellement seule, elle le savait. Et un crime ne passerait certainement pas inaperçu sur Euphemia.

Soupirant son désarroi, elle se mît à mâchouiller nerveusement l'une de ses mèches rousses, signe de sa contrariété, écoutant d'une oreille peu attentive son interlocuteur déblatérer des inepties sur son apparente supériorité à la plèbe avant de s'éloigner. Comme quoi il avait compris comme un grand que non, elle ne s'écarterait pas, et qu'il était bien assez intelligent pour la contourner. Si ce n'avait pas été le cas elle aurait sérieusement remis en doute sa pseudo... Condescendance ? Non, pas réellement. Il n'agissait en rien de façon bienveillante, et elle en conclût qu'il devait être au moins aussi égoïste qu'elle, si ce n'était pas plus.

«  - Mademoiselle, je vous déconseille d'entrer dans ce bar, la Vodka qui y est servit est d'une qualité exécrable, ce qui laisse envisager que les autres alcools sont tout aussi écœurant et répugnant. Si vous le désirez, je vais chercher mieux, a moins que vous même n'ayez mieux a me conseiller, bien que j'en doute puisque vous alliez entré dans ce bouge. »

Calypso arqua un sourcil. Ah finalement il était peut-être condescendant, ce crétin congénital. Ses mots en vinrent même à arracher un sourire à la rousse. De toute sa hauteur, il fréquentait les lieux les plus infréquentables d'Euphemia pour une seule bouteille de bonne vodka ? Waw, il était sacrément désespéré le bonhomme. Mais elle savait pertinemment qu'il avait raison, et elle en était encore plus agacée. Sauf qu'elle ne l'admettrait pas. De toute manière, elle avait conscience du manque de qualité de ce bar, mais rien n'était pire que celui qu'elle venait de quitter. Honnêtement.
Il ne s'agissait pas là que de mauvaise foi. Quoique.

« Croyez-moi, rien ne peut être pire que celui dont je reviens. En plus d'un service infâme, leur alcool est une nuisance au palais. Cependant, si vous voulez de la bonne vodka, c'est plus loin qu'il faudra aller. Ce bar-ci est seulement réputé pour ses bonnes bières. »

Et elle n'y venait généralement que pour ses débuts de soirées, qu'elle finissait en temps normal chez des personnes qu'elle connaissait à peine, ou chez elle, avec ces mêmes personnes. La vie à Crimson était amusante. Il était aisé de s'y créer une vie sociale, malgré les tendances dérangées de certains. Les gens y étaient plus accueillants et sociaux que ce qu'elle aurait pu penser. Du moins, c'était sa façon de voir les choses. D'autant fuiraient cet endroit uniquement pour les rues bien trop animées du quartier malfamé. Mais la japonaise aimait cette ambiance. Elle venait d'une ville éveillée en permanence, jamais elle n'aurait pu se faire à un calme serein lorsque l'astre diurne abandonnait le ciel pour laisser place à la Lune.

La roussa passa une main sur son visage, les yeux rivés sur le dénommé Ellyas. Elle avait gardé cet air neutre et froid qui lui était propre, ce ton sec et impassible qui la désignait si bien. Pour aussi femme fatale qu'elle était, Calypso était un être fait de glace et de secrets bien à elle. Elle était un coeur gelé, si bien qu'elle venait à se demander s'il continuait à battre des fois. Rien ne l'intéressait plus que sa propre personne, si ce n'était les rares autres qu'elle considérait comme ses « amis ». Et même pour eux elle n'était pas prête de changer. Jamais elle ne s'ouvrirait. Il y avait bien trop de choses qu'elle désirait cacher. Elle ne voulait pas offrir aux autres cette possibilité de retourner ces éléments de sa vie passée contre elle. Certains auraient qualifié cela de lâche, Calypso, elle, aimait mieux le considérer comme un moyen de se protéger de l'impitoyable infidélité de l'être humain. La confiance n'avait plus aucune valeur de nos jours. Et bien qu'il fût passablement difficile de la détruire ou même de profondément la blesser, elle aimait mieux ne pas tenter le coup.

Elle secoua la tête, se rendant compte de ses divagations mentales et la mèche de cheveux qu'elle s'était remise à mâchouiller, enfonçant ses mains dans ses poches en se rapprochant d'Ellyas.

« Oh et au passage, je ne pense pas que vous soyez en mesure de juger mes connaissances en matière d'alcool puisque vous n'aviez aucune idée quelle qu'elle soit de la raison pour laquelle j'aurais pu entrer ici. Et vous ne semblez pas bien mieux loti que moi puisqu'il est flagrant qu'apparemment bien que la vodka ici soit écoeurante, vous ne vous êtes visiblement pas passé d'en demander plus d'un verre. Enfin, pour écraser toute formalité, mon nom est Calypso. »

Là-dessus, elle sortît du bar, sans même se demander s'il la suivrait ou pas. Elle n'allait pas le traîner par la main non plus. Mais il savait, du moins elle espérait pour lui, que s'il désirait un verre de bonne vodka, il ferait bien mieux de la suivre. S'il ne le faisait pas, tant pis pour lui, mais ce serait dommage qu'un amateur d'alcool comme elle puisse passer près d'un bar où il pourrait enfin trouver ce qu'il désire réellement.
Eh merde, voilà que je deviens condescendante, moi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Lun 10 Mar - 21:41

Une part d'Ellyas réclamait ardemment son départ, une partie de lui ne voulait que partir et ignorer simplement tout les événements qui avait eu lieux, cependant, il avait aussi le désir de pouvoir a nouveau boire une Vodka digne de ce nom. Certains n'hésiterons en aucun instant a déclaré que lui, un Russe n'avait pas la moindre idée de ce qu'était une véritable vodka. Cependant, Ellyas lui avait goûté nombre de Vodka, venant de divers pays, il avait un véritable palais, bien sur il est aisé de ce dire que les alcools n'étaient rien d'autre que de l’alcool, mais Ellyas lui savait que ce n'était pas le cas, il savait que chaque alcool avait son propre goût, son propre développement, toute chose était unique et lorsqu'il s'agissait d'alcool, Ellyas lui n'aimait que les plus raffinés, les meilleurs alcools. Il n'aimait que l'alcool noble, les véritables alcools.

La jeune femme qu'Ellyas avait bousculé semblait emplie de tic et autre tendance nerveuse, Ellyas l'observait d'un œil curieux de savoir à qu'il s'adressait tout de même. Cette femme rousse avait un physique qu'Ellyas aurait qualifié d'avantageux, elle était le genre de femme a pouvoir obtenir ce qu'elle désirait sans un mot, simplement en étant présente, ses yeux vert cependant déplaisait au garçon, ceux ci semblait être ceux d'une vipère prête à mordre sans la moindre pitié. Ellyas pensait qu'il ne s'agissait pas seulement de ses yeux, l'allure de cette femme, tout ce qu'elle était, oui, il émanait d'elle un air de danger, une morsure froide et vive qui réveillait le corps, semblable aux vents venant des steppes et des forêts. Une morsure qui vous rappelait qu'elle n'était pas que beauté, mais aussi danger, Ellyas en était certains, il n'avait pas encore assez bu pour se leurrer totalement ni même pour perdre totalement sa logique. Il lui faudrait au moins le double pour ne ce serais que tituber légèrement. Toujours était que cette femme avait de sale manie, se manger les cheveux, arquer les sourcils, voilà qui était agaçant. Elle finit par parler, répliquer était le terme le plus adéquat.

Elle déblatéra sur le fait que rien ne pouvait être pire que le bar dont elle venait, elle avait donc l'habitude de fréquenter des lieux peu plaisant, elle ne devait pas avoir un palais digne de ce nom en ce cas. Pourtant elle déclara qu'elle savait où trouver une vodka digne de cette appellation se permettant même d'ajouter que le bar dont il venait de sortir n'était connu que pour sa bière. La bière, un alcool de barbare et de brute, un alcool sans noblesse et sans âme, était ce pour cela qu'elle désirait allez ici ? Si tel était le cas, elle devait être encore moins douée pour reconnaître un goût que ce qu'Ellyas avait penser. Ellyas ne pu réprimer sa pensée et de ce fait ses paroles, il se devait d'expliciter son idée, ses pensées, tout devait être dit a ses yeux, tout devait être entendu.


«  - Mademoiselle, vous me semblez bien arrogante de déclarer savoir où l'on peut trouver une Vodka convenable alors que vous venez semble-t-il d'un lieu si ignoble que vous en venez a flatter celui ci. Cependant, nul homme ne sais de quoi le futur est forgé, peut être qu'une incroyable surprise sera mienne dans ce château en Espagne, cet Eldorado dont vous me parlez. »

Ellyas n'y avait pas réellement fait attention, mais elle s'était rapproché, cela agaçait quelque peu ce dernier, il ne faisait que rarement attention a ce détail, jugeant cette donnée comme habituellement futile, mais cette femme était plus grande que lui, de peu certes, cependant, sans qu'il ne sache pourquoi, cela lui déplaisait. Elle mangeait a nouveau ses cheveux, était elle a ce point affamée, avait elle mit du miel dessus, était elle juste totalement dénué de logique, était elle stupide, dans de possibilité qui ne faisait qu'agacer Ellyas un peu plus, cependant, elle avait ce regard froid, glacial, le regard de ceux sachant que le monde n'est pas doux, le regard des gens logique, le regard des êtres ayant vu et connu le monde. D'une certaine façon Ellyas appréciait ce regard, mais d'une autre, il n'avait pas oublié sa première impression, il resterait tout de même quelque peu méfiant, c'était important, il était toujours futile de se laisser surprendre, il devait avoir le contrôle de toute chose après tout.

Elle avait ensuite repris la parole pour déclarer qu'il n'était en rien en mesure de savoir ses qualités de goûteuses, qu'il ne savait en rien pourquoi elle était ici. Elle se permit de plus d'ajouter qu'il avait bu plus d'un verre, il ne s'en cachait pas, c'était vrai, pourquoi mentir, après tout s'il avait bu autant de cette vodka insipide cela n'était pour une autre raison qu'il pensait ensuite a rentrer chez lui. Il ne pensait pas croiser une rousse arrogante qui pensait tout savoir et avoir une possibilité de boire quelque chose de convenable. Après s'être présenté sous le nom de Calypso elle sortit du bar sans demandez son reste. Ellyas la suivit sans plus de cérémonie. Il esquissa un sourire involontaire, peut être avançait il a une détention de sept ans, peut être était elle réellement une nymphe diabolique qui enfermait non plus un amour, mais tout homme pour se venger d'Ulysse. Bien sur il en doutait, mais cela aurait pu être amusant, un piment nouveau. Une fois qu'il fut assez proche pour parler a Calypso sans avoir a se déranger plus que cela, Ellyas prit la parole trouvant important de nuancer certaines choses.


«  - Mademoiselle, sachez que vous avez raison, je n'ai nul connaissance des vôtres, cependant, vous avez tout de même flattez un alcool de barbare ainsi qu'un bar assez peu plaisant. De plus, sachez que je pensais simplement rentrez chez moi, ni plus ni moins, c'est pour cela que j'ai pris quelque verre de ce qu'ils nomment vodka, j'ajouterais aussi, qu'il en faut plus à un natif tel que moi pour tomber si aisément. Et pour vous imitez Mademoiselle Calypso, je me nomme Switch, Ellyas de mon prénom. »

Ellyas comme toujours avait été franc, il avait dit ce qu'il pensait, ce qu'il voyait comme vrai comme juste, à quoi bon mentir dans une quelconque situation, sauvez une vie, s'il faut mentir pour celle ci elle ne mérite pas d'être sauver, se protéger, s'il faut mentir pour survivre, alors il faut se dire qu'on ne vivra jamais. Oui, Ellyas avait été direct et fidèle a ce qu'il pensait. Et il suivrait cette femme malgré son impression douteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mar 11 Mar - 10:59

«  - Mademoiselle, vous me semblez bien arrogante de déclarer savoir où l'on peut trouver une Vodka convenable alors que vous venez semble-t-il d'un lieu si ignoble que vous en venez a flatter celui ci. Cependant, nul homme ne sais de quoi le futur est forgé, peut être qu'une incroyable surprise sera mienne dans ce château en Espagne, cet Eldorado dont vous me parlez. »

Calypso fît rouler ses jolis yeux verts, un nouveau soupir fuyant ses lèvres. Ciel qu'il était agaçant. Autant par sa façon de s'exprimer que par cette tendance qu'il avait à avancer des choses comme s'il était aussi omnipotent que n'importe quel être supérieur. C'était affligeant, et effroyablement agaçant. Et autant dire qu'elle n'était pas d'humeur à ce qu'on l'enquiquine à une heure aussi peu avancée de la soirée. De toutes les personnes insupportables peuplant Euphemia, pourquoi fallait-il qu'elle tombe sur l'une des pires qu'elle ait pu croiser jusqu'à maintenant ? Pourquoi ce jour-ci précisément ? Oh et puis au fond elle s'en torchait comme de son premier vol, cela ne l'empêcherait certainement pas de se détruire le foie toute la nuit. Dans le pire des cas, elle se réveillerait avec une infâme gueule de bois. Dans le meilleur des cas, elle se retrouverait avec une infâme gueule de bois ET des informations récoltées soigneusement qu'elle pourrait revendre pour une jolie somme histoire d'arrondir sa fin de mois.

Foulant le sol pavé des bottines noires qu'elle avait enfilées ce jour-là, la jeune femme s'écarta de la foule, peu désireuse de se mêler aux ivrognes courant la rue, ou encore de se retrouver avec une ignoble et puante marque de régurgitation sur ses jolies chaussures claquant bruyamment contre chaque brique où son pied se posait. De toute manière, son regard froid et impitoyable comme un hiver mordant dissuadait la moindre personne de s'approcher d'elle. Elle était dangereuse, elle le savait. Tout le monde le voyait. Elle était cette silhouette désespérément désirable, cette légende appartenant à la mythologie gréco-romaine qui faisait rêver plus d'un homme. Mais elle était une fleur avec des épines, et sa beauté extérieure était bien loin de la représentation qu'elle aurait dû offrir de son âme. Calypso n'était faite que pour piéger. Son corps invitait les hommes à l'aimer, son âme les dévorait, les écrasait, et elle en jubilait presque. C'était malsain, mais drôle. Pour un peu elle en aurait fait son métier.

Recouvrant peu à peu sa bonne humeur, elle glissa un regard en direction du dénommé Ellyas, qui ne manqua pas de se présenter une deuxième fois après avoir à nouveau remis en doute ses connaissances en matière d'alcool. Elle ne s'en acquitta pas, se contenta de lui sourire vaguement en ne se gardant pas de le détailler un moment. Elle avait pu constater peu avant qu'elle était légèrement plus grande que lui. Fait qu'elle se garda de souligner pour la simple et bonne raison que ce détail était à la fois futile et puéril. Même si elle s'en sentait un petit peu plus supérieur du coup.
Il n'avait rien de bien particulier si ce n'était la tignasse verte qui lui servait apparemment de cheveux, mais là dessus aussi, elle se tût. Elle n'était pas en mesure d'en faire la remarque, au vu de sa chevelure écarlate, à elle. Non, la seule qui la marqua chez lui fût son regard et son allure. Il dégageait une présence certaine, et ses yeux, bien qu'ils furent peu expressifs, semblaient profond et d'une franchise à toute épreuve. Il était vrai, contrairement à elle. Il n'avait pas l'air de désirer se cacher derrière de multiples facettes et elle apprécia ce fait, même si elle n'en était pas sûre.

« La bière est un alcool de barbare, je ne le nierais pas. Mais, et vous m'excuserez de vous contredire Ellyas, le fait que j'en boive ne prouve en rien le fait que je ne sois pas apte à reconnaître un bon alcool lorsque j'en trouve. Ce n'est pas la bière qui est bonne en soi, c'est le côté convivial qu'elle apporte. »

Et elle le pensait vraiment. Calypso n'était pas du genre à se perdre dans le sentimentalisme, mais elle devait se l'admettre : Discuter en compagnies de bonnes connaissances autour d'une bière était plus attrayant que le faire autour de shooters de vodka.
Elle tût néanmoins cette pensée, entrant finalement dans un bar à une dizaine de minutes de là, saluant les quelques rares personnes installées sur le peu de tables que comptaient la pièce avant de s'avancer jusqu'au comptoir. Elle s'y installa, jeta un vague regard à Ellyas et se tourna finalement vers le barman en s'accoudant sur le bar, le visage calé contre son poing.

« Ce cher monsieur se plaint de ne pas trouver de vodka à son goût, et encore plus du fait qu'elles sont à peu près toutes immondes par ici. C'est lui qui paie. »


Elle ne voulait pas s'encombrer de surplus inutiles, elle avait été directe, et elle savait que la réaction serait immédiate. Sur ce, elle se tourna vers sa nouvelle rencontre et lui décocha un vague sourire.

« Vous avez une heure pour rentrer chez vous ? Parce que la soirée ne fait que commencer. »  
Revenir en haut Aller en bas
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Dim 16 Mar - 19:10

Ellyas suivait la rousse silencieusement, calmement, il ne comptait en rien parler inutilement, ce n'était pas son genre de faire des efforts qui ne servaient a rien. Lui aimait les choses simple, directe, droite. Cependant, quelque chose agaçait profondément Ellyas, le sol de ses lieux n'étaient autre que des pavés, de la pierre, cela semblait très plaisant à l’œil, mais à l’ouïe cela devenait insupportable lorsque la personne que vous suivez porte des bottes claquant sur la roche.  Pour Ellyas ce bruit était simplement déplaisant, il avait l'impression d'entendre une marche militaire, strict, ennuyeuse, volontaire. Ellyas avait l'étrange impression que ceci était tout à fait voulu de la part de Calypso, il avait l'impression qu'elle voulait a tout prit faire claquer ses bottes sur le sol, comme si elle cherchait à tout prit à paraître plus cruel et stricte qu'elle ne l'était réellement. Pensait elle que cela lui donnait un aspect plus particulier, plus plaisant, lui ne trouvait en cela qu'un masque puéril, mais il n'avait aucune envie de parler de cela, car il n'en était pas certains, il ne s'agissait la que de supposition futile et uniquement faite pour l'aider a occuper son esprit et lui éviter de laisser son esprit vagabonder a toute sorte de digressions.

Alors qu'Ellyas avait insister sur les présentations, veillant ce que tout soit fait dans l'ordre, il avait pu remarquer une fissure dans le masque de glace que la rousse arborait, cela eu pour effet de laisser l'homme quelque peu déconcerté, ce fut un sourire bref, mais elle avait tout de même souris, quel étrange femme, un instant elle se montrait sèche, froide, aussi inaccessible que le marbre. Et peu après, elle pouvait vous offrir un sourire fugace, voilà qui faisait d'elle un cas assez particulier, une contradiction qui laissait Ellyas perplexe, cela prouvait probablement qu'elle n'était pas totalement franche avec elle même, cet aspect de glace qu'elle s'offrait était il un mensonge ? Cependant cela ne le concernait pas, pour le moment, elle ne devait que l'aider a trouver un lieu où il pourrait retrouver une vodka qui serais digne de ce qu'il avait bu autrefois. Elle avait fini par parler, il trouva cela quelque peu dommage, il aurait aimer conserver le silence, cependant, il n'y pouvait rien, il n'avait d'autre choix que d'écouter calmement ses propos. Elle avait admit qu'il avait raison sur l'aspect barbare de la bière, mais elle ne pu s'empêcher de le contredire, elle affirma que bien malgré son goût pour la bière elle pouvait reconnaître un alcool véritable. Et elle conclue sur le fait que la bière offrait un coté convivial, il devait lui reconnaître ceci. Il se décida donc à répondre, il n'aimait guère se taire lorsqu'il pensait quelque chose.


«  - Je suis ravis que vous compreniez, cependant, la bière, de mauvaise qualité, comme la majorité des choses attaque les sens, la capacité gustative en pâtis et ainsi vous peinez a différencier le parfait du moyen, le médiocre de l’écœurant. Cela n'ôte en rien le fait que cet alcool puisse aider aux contacts, mais sachez que cela attaque toute de même votre palais. Oh bien sur vous me déclarerez que tout alcool fait cela et a ceci je vous dirais que la Vodka possède en certains lieux le même effet forçant l'amitié que votre chère bière. »

Il avait attendu un long moment avant de déclarer ceci, une dizaine de minute, en fait il avait attendu d'être devant le fameux bars, vous pouvez trouver ceci fourbe venant de sa part mais pour lui, il s'agissait simplement du moment opportun, maintenant, elle pouvait tout a fait le haïr, le détesté, lui hurler de fuir ou même le frapper, il avait un lieu et il était tranquille. Cependant il était tout de même curieux d'en savoir plus sur cette rousse aux doubles masques. Il était curieux d'en apprendre plus sur elle, pourquoi, sans réelle raison, Ellyas était simplement curieux voilà tout, il était naturellement curieux, il aimait en apprendre plus, en savoir plus, toujours plus, il s'agissait d'une avidité intellectuelle permanente chez lui. Une fois rentrée dans le bar il s'installa a coté de Calypso qui avait déclaré qu'il allait payer, pour qui se prenait-elle, ici sur Euphemia il n'avait pas sa fortune d'antan, il ne pouvait permettre de faire des cadeaux, encore moins à une personne qu'il venait de rencontrer. Elle s'était ensuite tourner vers lui pour sourire  à nouveau et lui demander s'il avait une heure pour rentrer. Pour qui le prenait-elle un enfant ayant un couvre feu parental, était ce une blague, cela l'agaçait profondément. Il ajouta alors assez rapidement et sèchement.

« - En effet, je payerais, pour ce que je vais consommer et uniquement ce que je prendrais. Je ne suis pas quelqu'un d'assez altruiste pour offrir des verres à toutes personnes que je croise dans les bars. »

Il fit une pause avant de reprendre en attendant que son verre soit servis.

«  -Quant à une hypothétique heure de retour, premièrement nous somme dans un jeu mademoiselle, de plus je ne pense pas être un simple enfant ayant besoin de l'accord parental pour sortir ? J'en doute, je suis un homme libre, je fais ce qui me plaît quand il me plaît. »

Après quelque instant il pu obtenir un verre, il le prit entre son index et son pouce, le levant au niveau de ses yeux, la couleur était meilleure de l'autre, de même que l'aspect, on sentait la vodka plus liquoreuse. Il porta alors le verre a ses lèvres délicatement et pris une petite gorgée légère, courte, fine, mais suffisante pour sentir la fraîcheur de l'alcool glissé dans sa gorge,  sans agression, sans mal, sans violence, comme un morceau de glace que l'on aurait avalé délicatement, ce n'était pas la meilleure Vodka que l'on pouvait trouver bien sur, cependant, elle était bonne, très bonne, Calypso avait dit vrai. Mais Ellyas allait taire ce détail tant qu'elle n'en demanderais rien, tant qu'elle ne voudrait pas savoir s'il la trouvait bonne, il ne dirait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Lun 17 Mar - 3:52

«  - Je suis ravis que vous compreniez, cependant, la bière, de mauvaise qualité, comme la majorité des choses attaque les sens, la capacité gustative en pâtis et ainsi vous peinez a différencier le parfait du moyen, le médiocre de l’écœurant. Cela n'ôte en rien le fait que cet alcool puisse aider aux contacts, mais sachez que cela attaque toute de même votre palais. Oh bien sur vous me déclarerez que tout alcool fait cela et a ceci je vous dirais que la Vodka possède en certains lieux le même effet forçant l'amitié que votre chère bière. »

Calypso balaya ses mots d'un signe vague de la main. Il n'avait pas tord, elle le savait, mais pour aussi bornée qu'elle fût, la jeune femme favorisa de ne pas se lancer dans une conversation dont elle connaissait d'ores et déjà le cours. Il était persuadé d'avoir raison. Elle aussi. Cela pouvait mener bien loin et elle ne se contenterait pas d'un match nul. Qui plus est, l'humeur dans laquelle elle était n'aiderait pas la discussion à rester sur un échange calme et elle ne tenait pas en venir aux mains. Non, elle ne lui donnerait certainement pas un autre point sur lequel il pourrait lui casser les pieds. Elle était orgueilleuse, mais pas stupide. Elle était éloquente, mais pas patiente. Et son impulsivité ne l'aiderait absolument pas à garder son poing dans sa poche. Ou son talon dans sa chaussure, au choix.

Silencieuse, elle s'était posée sur l'une des sièges hautes du comptoir en bois verni qu'offrait le bar où elle se retrouvait désormais, en compagnie d'un homme qui ne manqua pas de soulever une fois de plus sa mauvaise humeur. Ciel. De tous les nains affublés d'une pelouse sur la tête peuplant Euphemia, il fallait qu'elle tombe sur le sol qui ne semblait pas savoir ce que le mot « raillerie » signifiait. Il l'agaçait. Sa suffisance lui tapait sur le système autant que son air de jeune homme ténébreux et mystérieux trouvable à chaque coin de rue. Il ne se prenait pas pour la moitié d'un petit cul. Soit, le narcissisme de la jeune femme ne lui permettait en rien d'avoir de telles pensées, mais pour aussi arrogante et imbue d'elle-même qu'elle fût, elle ne s'emmurait pas dans une sorte d'asociabilité totalement stupide et ridicule. D'où venait cette lubie d'agir de façon totalement froide envers autrui ? L'humanité coulait, c'était infâme. Elle n'était certes pas bien agréable à vivre, pouvait se montrer d'une impassibilité agaçante, mais de là à s'offusquer de tout et n'importe quoi, c'était vraiment très poussé. Et puis, qu'avait-il à y gagner ? Sérieusement ? En venait-il à se sentir beaucoup mieux dans sa vie ? Jubilait-il seulement à l'idée de savoir qu'il avait réussi à emmerder la « plèbe » telle qu'il aimait l'appeler avec son arrogance ?

«  -Quant à une hypothétique heure de retour, premièrement nous somme dans un jeu mademoiselle, de plus je ne pense pas être un simple enfant ayant besoin de l'accord parental pour sortir ? J'en doute, je suis un homme libre, je fais ce qui me plaît quand il me plaît. »

Calypso ne cilla pas, butée dans un silence propre à ses réflexions et à la gifle mentale qu'il venait de lui envoyer. Tout ceci n'était qu'un jeu, oui. Rien de tout cela n'était réel, il ne s'agissait pas d'une deuxième chance. Elle n'était rien de plus qu'un avatar désormais. Un avatar doté d'une pensée propre. Comme quoi la technologie avançait de mieux en mieux. Ce détail, autant que la véracité des propos d'Ellyas lui soutira un pic de colère qu'elle tenta tant bien que mal de calmer. Ses doigts se resserrèrent sur le verre qu'elle avait désormais en main, fraîchement servi par ce barman qu'elle ne connaissait que vaguement. Ses jointures en devinrent blanches et son visage blêmit. Elle était aussi énervée qu'accablée, et elle détestait cela. Elle ne supportait pas qu'on lui dise la vérité. Calypso était une femme capricieuse qui refusait d'admettre que sa liberté lui avait été arrachée, qu'elle lui était passée sous le nez comme sa vie elle-même. Ce qu'elle était actuellement n'était qu'un rôle dans lequel elle s'était perdue, dans lequel elle s'était plu et dont elle ne pouvait plus se défaire. Ellana avait été écrasée par Calypso. Elle n'était que spectatrice de la vie qu'elle aurait pu avoir, vécue par une autre, au final.

« Vous n'êtes visiblement pas assez expérimenté dans le domaine social pour comprendre ce qu'est une raillerie. L'amabilité ne vous étouffe pas en tout cas. Par ailleurs, je suis capable de payer ma consommation moi-même, vous risqueriez d'en crever si vous veniez à agir par courtoisie, je crois. »

Elle s'en fichait comme de son premier bleu, au fond, qu'il lui paie un verre ou pas. C'était dans son caractère d'agir ainsi avec les gens. C'était sa façon à elle de communiquer. Elle les cherchait, les taquinait, et qu'il aille se faire trousser ad nauseam si cela ne lui convenait pas. Calypso n'était pas d'humeur. Son esprit était encombré de questions plus écrasantes les unes que les autres, la plus fréquente demeurant le fameux « Pourquoi ? ». Comment en était-elle arrivée là ?

De nouveau silencieuse, la rousse sirota une gorgée du cocktail qu'on lui avait apportée, jetant un coup d'oeil au verre d'Ellyas par la même occasion. Ses iris émeraudes rencontrèrent finalement le comptoir, qu'elle fixa sans réel intérêt, avant de toutefois se ressaisir. Allons bon, tu auras tout le temps de te prendre la tête une fois rentrée, Caly'.

« Elle vous convient, ou pas ? » souffla-t-elle enfin en désignant la vodka de son vis-à-vis d'un air involontairement détaché.
Revenir en haut Aller en bas
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mar 18 Mar - 1:03

La jeune femme semblait essayer d'éluder tout débats, toute discussion, cela semblait stérile, la frustration emplissait Ellyas, il aimait parler, il aimait converser, échanger des opinions, prouver qu'il avait raison, montrer sa culture, montrer qu'il était sans faille, il ne supportait pas réellement d'être couper dans son élan. Et elle venait de le faire. Cependant, il lui devait la découverte de ce bar, il était décidé, ce soir il serait magnanime, il ferait une forme d'efforts, il ne montrerait pas trop a cette personne ses erreurs excepté bien sur les plus flagrantes et intolérables. Heureusement qu'il savait que le silence n'était autre que la preuve absolue de sa raison. Ellyas avait finit par comprendre cela avec les années. Lorsqu'une personne mettait fin à un débat par le silence ou le déclarant futile, il s'agissait généralement simplement d'hypocrisie, cette personne ne faisait rien de plus que mentir, a elle et aux autres, elle ne faisait qu'admettre que l'autre avait raison, qu'elle n'avait plus d'argument, tout simplement qu'elle avait tort, cela arracha un petit sourire satisfait à Ellyas, il se plaisait a avoir raison, la victoire était une sensation grisante, plus que l'alcool, plus que les plaisirs de la chair, plus encore que n'importe quel frissons ou drogues, lui sa drogue, c'était la victoire, avoir raison, être le meilleurs, c'était cela qui le faisait vivre, qui lui offrait le plaisir absolue. Il n'y avait que cela qui lui plaisait réellement, cela et découvrir une nouvelle passion éphémère. Cela faisait partie des seules choses qui n'étaient pas dévoré par l'éternelle lassitude d'Ellyas.

Un nouveau sourire triomphant déforma le visage d'Ellyas, mais plus que le simple plaisir de la victoire, il s'agissait désormais d'un sourire assez sadique, la pâleur soudaine et versatile de la rousse avait marqué Ellyas. Était ce ses mots qui l'avait ébranlée, probablement, sûrement, certainement, cela ne pouvait être que cela. Dieu quel plaisir, il adulait cette sensation de force, faire réagir les gens, les pousser dans leurs derniers retranchement et ceci sans violence, sans les rabaisser, sans les humilier, sans être plus grand, plus fort, non simplement par les mots, par leurs force, leurs impact, juste les faire réagir de la façon la plus bestiale possible, les rendres moins qu'ils ne le sont. Mais lequel des propos d'Ellyas avait eu cette effet, il n'en savait rien, pas la moindre chose. Il pourrait reparler de tout, mais il n'était pas assez subtil pour cela, il n'arriverait pas à amener chacun des sujets de ses dires discrètement, elle comprendrait, aussi brutale qu'elle semblait, elle ne semblait pas être une imbécile fini, non, il lui était impossible de jouer cette carte la, il devait juste espérer qu'elle en parle elle même bien que ceci soit totalement stupide et contradictoire de sa part. Ou alors, il pouvait simplement, lui demander d'une façon détourner. Voila, il voulait faire cela Il s'apprêtait a parler lorsqu'elle le devança.

Lui pas expérimenté sur le domaine sociale, c'était faux, ineptie, il avait lu, énormément. Non, qui leurrait il, même pas lui même, il le savait, il n'avait aucun tact, aucun humour et il le savait lui même, il était littéral, il prenait tout ainsi. Ainsi, elle l'avait taquiner, peut être devait il présenter des excuses, pas de véritable, quelque chose de semblable bien sur, de plus élégant, fin, moins rabaissant. Il laissa un soupir sortir, elle avait raison, l'amabilité n'était pas son fort mais cela aussi il s'en moquait, après tout, a quoi bon être aimable, il fallait souvent mentir pour l'être, cela était futile et stupide. Elle avait conclu sur un trait d'esprit qu'Ellyas n'avait aucun intérêt à retenir, il s'en moquait, il glissa nonchalamment son doigt sur son verre en répondant tranquillement, sans froideur, sans méchanceté, juste un ton plat.


«  - Je ne peux nier la véracité de vos propos. L'humour et le tact ne sont pas des traits fort de ma personne, je n'aurais peut être du réagir si promptement, mais voyez vous, le vécu influe souvent sur vos actions présentes. Après tout, une femme au masque de glace tel que vous à tout de même réagit assez brutalement a certains de mes propos tout à l'heure. J'espère d'ailleurs n'avoir heurté aucune corde sensible. »

Il ne mentait pas, il espérait réellement que la pâleur précédemment souligner n'était pas quelque chose qui avait blessé, il espérait juste pouvoir s'amuser quelque peu sur ce point, voir le masque se briser, voir la colère, la bestialité, l'être véritable prendre le dessus. Il finit par reprendre le verre et cette fois ci le vida d'un trait, la vodka était un alcool que l'on devait boire ainsi. Il reposa le verre en le claquant sur le bar, un soupir de satisfaction était la. Calypso elle prenait un cocktail, il ne voulait pas savoir de quoi il s'agissait, la vodka seule lui suffisait. Elle avait fini par lui demander comment il la trouvait. Et bien, il devait lui répondre, bonne, c'était la vérité après tout. Mais il lui avait suffisamment donner raison pour aujourd'hui, c'était assez. Il ne pouvait tout de même pas s'écraser aussi aisément face à quelqu'un. Il était temps de redevenir sérieux. Il glissa une main dans sa chevelure verte avant de prendre la parole.

«  - Que dire, il est difficile de faire pire que la précédente, cependant, elle se classe assez bien. Malgré tout, elle n'auras jamais le même goût subtil et glacial qu'une vodka polonaise, si seulement, si seulement je pouvais de nouveau sentir la douceur de l'alcool sur mes lèvres, la fraîcheur de la bouteille sortie d'un peu de neige. Mais malheureusement, ce n'est qu'un jeu, il ne faut pas espérer grand chose. N'est il pas ? Je dirais donc que je me satisferait aisément de celle ci qui rafraîchit la gorge et réchauffe l'âme et de ce fait j'en prendrais bien un second verre. »

Cette dernière réplique n'était plus adressé a la Nymphe, non, c'était adressé au barman, il lui fallait désormais se désaltérer pour oublier l'immondice qu'il avait goûter auparavant. Cependant, l'alcool est fourbe, et nul homme ne peut tenir indéfiniment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Sam 22 Mar - 17:12

«  - Je ne peux nier la véracité de vos propos. L'humour et le tact ne sont pas des traits fort de ma personne, je n'aurais peut être du réagir si promptement, mais voyez vous, le vécu influe souvent sur vos actions présentes. Après tout, une femme au masque de glace tel que vous à tout de même réagit assez brutalement a certains de mes propos tout à l'heure. J'espère d'ailleurs n'avoir heurté aucune corde sensible. »

Une femme au masque de glace ? Brutale ? Une corde sensible ? Calypso retînt l'envie furieuse qu'elle avait de lui balancer une réplique bien acerbe mais franche, au visage. Evidemment que malgré l'impassibilité et l'indifférence dont elle faisait preuve, elle pouvait devenir brutale. Mais il fallait en faire beaucoup. Et il en avait fait trop. Elle était déjà passablement énervée avant de le rencontrer. Il ne l'avait en rien aidée à se calmer. Au contraire, il avait un peu plus fait bouillonner son sang dans ses veines, avait renforcé ses envies de meurtre. Mais pour aussi impulsive qu'elle soit, elle ne comptait aucunement déverser sa colère de façon quelconque. Elle était impulsive et bornée, mais pas stupide.

Gardant ses lèvres closes, elle ne les entrouvrît que pour siroter silencieusement son cocktail, écoutant ainsi donc sa réponse quant à la question qu'elle lui avait nonchalamment posée vis-à-vis de son verre de vodka. En un sens, la rousse se sentît fière de savoir qu'elle avait pu lui faire ravaler ses impressions sur ses pseudos mauvais goûts en matière d'alcool. Il ne l'avait pas dit, mais elle préférait le prendre ainsi. Toutefois, elle ne l'évoqua pas, se contentant de l'observer demander son deuxième verre, un sourcil arqué.

« Vous n'avez rien heurté du tout, j'étais tout simplement ailleurs en plus d'être passablement agacée. »

Elle mentait. Evidemment qu'il avait heurté une corde sensible, mais elle n'allait certainement pas lui dévoiler aussi aisément la raison pour laquelle une lueur d'amertume avait traversé ses iris émeraudes. Après tout, il n'était qu'un inconnu remarquablement emmerdant s'étant permis de la remettre à sa place sans même le savoir, et elle lui en voulait pour cela. Parce qu'il lui avait ouvert les yeux en lui crachant une vérité bien trop blessante au visage.

Calypso secoua la tête, refusant de se perdre une nouvelle fois dans ces idées. Elle laissa un vague sourire traverser ses lèvres et termina son verre, reportant à nouveau son attention sur Ellyas en lâchant, sarcastique :

« N'espérez pas que je vous ramasse si vous finissez par rouler sous le comptoir. »

Elle ne voulait pas paraître méchante, mais ne comptait le ménager non plus. S'il désirait finir ivre, soit, c'était son problème, mais pour aussi gentille qu'elle fût de l'avoir emmené jusqu'ici, elle ne comptait aucunement faire le chemin inverse avec un sac à vomi sur les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Dim 23 Mar - 19:13

Ellyas ne pu refréner un regard légèrement surpris lorsqu'elle ne répondit pas à ses provocations, voilà qui était dommage, était elle moins amusante, moins distrayante que ce qu'il avait cru, finirait elle comme tout autre chose, lassante et ennuyante. Non, il devrait attendre, tirer des conclusions hâtive était futile et généralement stupide, il ne pouvait ce permettre de faire ceci. Il se devait de lui accorder une chance, peut être pourrait elle le distraire un instant, peut être garderait elle l'ennui au loin quelque minutes de plus. Cependant, l'absence de réactions de Calypso semblait déjà être symbole d'ennui. Elle ne semblait pas réellement être du genre à pouvoir offrir le frisson du débat, le plaisir de la confrontation, de la joute verbale, comme de nombreuses personnes, il trouvait cela franchement malheureux, ne pouvait il donc pas prouver aux gens à quel point ils étaient dans l'erreur, leurs offrir ses lumières dans un débat passionné où il finirait par apposer sa vérité. Non, il ne le pouvait et pourquoi, car tout ses êtres agaçant cessant de débattre lorsqu'ils voyaient qu'ils étaient coincés, mais bien sur ils n'abandonnaient jamais en admettant leurs torts, non, ils ne faisait que silence, ce contentant d'ignorer les événements passés, se terrant lâchement dans leurs ignorance bénie, se persuadant de leurs bon droit et de leurs bien-fondé. Ce bon vieux Barbeau disait la vérité pour Ellyas, heureux sont les ignorants. Et seulement ses derniers.

Elle buvait lentement son cocktail, il n'avait rien à dire la dessus, après tout, il s'agissait d'un bar, elle pouvait bien commander ce qu'elle voulait finalement, preuve en étant lui avait finalement son neuvième verre de la soirée, voilà qui le ravissait. Il les comptait, il connaissait ses limites. Il s'en moquait quelque peu cependant. Faire attention ne devait en rien endiguer son plaisir, sa joie et son amusement. Oui, il était ici pour éviter l'ennui, pour se détendre, pour se rappeler des souvenirs que lui même pouvait apprécier, c'était cela et rien d'autre qui l'avait conduit sur cette île. Et peut être, il se l'avouait, un soupçon de curiosité, il se demandait au fond de lui comment était Crimson et étrangement, cette île d'une certaines façon lui plaisait, pas autant que la grandiose technologique Hope, mais Crimson était plaisante. Elle avait finit par parler, il écouta attentivement, peut être allait elle dire quelque chose d'intéressant, qui l'aiderait à oublier toute idée d'ennuis. Ce fut le contraire total, elle brisa toute idées qu'il s'était faite, invoquant ainsi la lassitude sur un char d'or et d'argent. Il n'avait pas réussi à l'énerver rien du tout, elle était réellement impassible, voilà qui était ennuyeux, terriblement ennuyeux. Elle était simplement agacé, il avait déduit qu'il n'était en rien responsable de ceci. Mais tout de même. Cela l'ennuyait quelque peu, il soupira puis parla.


«  - Vous m'en voyez navré, ceci dit, vous pardonnerez ma curiosité, mais pourrais je savoir ce qui occupe vos pensez pour vous agacés au point que vous blêmissiez ? »

Il avait été franc, direct, naturellement, qui sait peut être elle aussi serait honnête, il n'en savait rien, il prit simplement le neuvième, l'avala et fit un signe de le remplir à nouveau, elle aussi avait fini son verre, mais lui ne pourrais se satisfaire de simplement deux d'entre eux après en avoir pris sept immonde. Son sang, sa mémoire, son être, toute sa fibre russe vibrait pour plus, il le sentait, sa tête s'embrumait, mais c'était encore léger, il n'avait pas de soucis à ce verre, quelque verres irait encore, quatre ou cinq, mais pas plus, plus et il ne se lasserait qu'une fois à genoux. Il savait qu'il s'arrêtait avant les quinze, il le devait. Il pouvait s’embrumer l'esprit, mais en aucun cas l'endiguer, il ne tenait en aucun cas à devenir une bête décérébrée. Calypso avait déclaré quelque propos, parlant de le ramasser s'il roulait sous le comptoir, était ce encore de l'humour comme elle l'avait plus tôt, il n'en était pas sur, il décida donc de répondre d'une façon qu'il jugeait réaliste, mais pas suffisamment agressive pour éviter l'éventualité de la vexer s'il s'agissait d'humour. Il déclara alors, calmement.

«  - Mademoiselle, les russes ne roulent pas sous le comptoir, ils posent leurs verre dessus et attende qu'il soit à nouveau pleins. De plus, merci de votre considération, mais je sais où m'arrêtez. »

Il pensa que ce genre de réponse était parfaitement adapté face à des propos à ton humoristique, il évitait parfaitement le fiasco qui était arrivé précédemment, il n'allait pas lui laisser une autre chose de souligner une hypothétique faiblesse qu'il aurait pu avoir durant un instant éphémère, il n'avait aucun soucis, aucun problème,il était parfait et même lorsqu'il ne l'était pas, il le devenait par l'acceptation. Oui, il le savait. Et surtout, il s'en moquait, cette vodka, lui plaisait définitivement, il avait son dixième verre, mais il attendrait quelque minutes avant de le boire. Il était curieux des propos de Calypso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mer 26 Mar - 18:36

«  - Vous m'en voyez navré, ceci dit, vous pardonnerez ma curiosité, mais pourrais je savoir ce qui occupe vos pensez pour vous agacés au point que vous blêmissiez ? »

Un vague soupir s'échappa des lèvres de la rousse. Il était curieux. Trop curieux. Et elle estimait n'avoir aucun compte à lui rendre. Pourtant, quelque chose lui hurlait qu'elle aurait mieux fait de lui répondre. De lui donner une raison à la fois franche et évasive de son agacement. Alors quoi ? Pourquoi était-elle agacée ? Parce qu'elle ne pouvait pas supporter d'admettre que tout cela n'avait rien de réel ? Qu'elle ne vivait le reste de sa vie qu'à travers un vulgaire avatar n'ayant rien à voir avec ce qu'elle était avant ? Ellana était une jeune femme forte, impulsive. Brune, et parfaitement banale. Calypso était un être manipulateur, arrogant, froid et égoïste. Rousse et dangereusement belle. Elle en venait à ne plus savoir qui elle était. Mais elle se complaisait dans le rôle de la nymphe. Alors autant l'être jusqu'au bout, non ? Autant continuer à porter ce masque indéfiniment. Jusqu'à la fin. Jusqu'à ce jeu se termine. Jusqu'à ce qu'elle disparaisse contrairement.

Elle frissonna, resserra ses doigts sur son verre. Silencieusement, elle désigna le verre vide d'Ellyas, faisant signe de son envie d'avoir également cet alcool traitre mais délicieux qu'il avait apparemment longtemps cherché. Son esprit divagua alors une fois de plus jusqu'aux raisons pour lesquelles elle s'était montrée aussi agressive et désagréable. Il n'y en avait qu'une seule, à vrai dire. Une seule et unique. Elle avait peur. Elle était terrifiée. Calypso sentait son ventre se nouer à la seule idée qu'on lui dise un jour qu'Euphemia disparaîtrait, et elle avec.

« Disons que je peine à me dire que tout ceci n'est qu'un jeu. Et que la vérité blesse parce qu'elle brise une illusion. Gardez-vous de me le rappeler la prochaine fois, s'il vous plaît. »

Son ton avait été on ne peut plus plat. Ni arrogance. Ni supplication. Ni douceur. Rien. Elle était restée l'impassible jeune femme qu'elle désirait être. Elle s'adaptait au moule qu'elle s'était elle-même formé. Il ne devait pas savoir. Si personne ne le savait, lui n'avait pas à l'apprendre non plus.
Calypso observa vaguement son verre de vodka arriver sous son nez, le saisît entre ses doigts fins et le vida d'une traite. Elle ravala un soupir lorsque la chaleur de l'alcool s'écoula dans sa gorge, pour se répandre dans sa poitrine. Elle avait oublié à quel point cette boisson était agréable à avaler. Depuis combien de temps n'avait-elle pas bu, après tout ? Trop longtemps. Beaucoup trop.

« Mademoiselle, les russes ne roulent pas sous le comptoir, ils posent leurs verre dessus et attende qu'il soit à nouveau pleins. De plus, merci de votre considération, mais je sais où m'arrêtez. »

Elle esquissa un sourire. Ainsi donc, il était russe. Elle aimait sa répartie. Sa façon de voir les choses. Il savait boire, lui. Il savait qu'il y avait des limites mais ne se priverait pas pour autant. Ellyas savait ce qu'il faisait, et en un sens, elle en était rassurée. Se savoir en compagnie d'un adolescent envieux de frimer et de finir par étaler ses entrailles sur le sol n'était pas une idée ayant pu plaire à la rousse. Elle ne se priverait pas de boire non plus, et commanda par conséquent un nouveau verre. Il en faudrait beaucoup pour la mettre à terre. Elle avait la descente facile, mais tenait remarquablement bien l'alcool en raison de ses nombreuses années à vider des bouteilles hors de prix, qu'elle avait volées, de leur contenu.
Calypso sourît un peu plus.

« Je n'en doute pas. Et vous me voyez ravie de voir que vous savez où vous arrêter. »

Elle accompagna ses mots d'un vague hochement de la tête, nouant ses cheveux en un chignon négligé pour qu'ils n'en viennent pas à la gêner. Oui, se trimballer une crinière un poil trop longue était quelque peu embêtant parfois. Notamment lorsqu'elle en venait à s'asseoir dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mar 1 Avr - 3:49

Ellyas se moquait bien des autres clients ou même du patron du bar, pour lui, l'important était cette femme qui l'avait guidé ici. Il hésitait énormément, était elle franche, véritable, ou portait elle un masque en permanence elle était une énigme, cela l'agaçait, l'énervait presque, il voulait a tout pris savoir la vérité, même s'il devait l'arracher à cette dernière. Il n'aimait réellement pas être dans l'ignorance, cela l’écœurait, le répugnant, faisant naître en lui ses plus bas instinct, ses réactions les plus primaires. Il n'aimait que le savoir, la vérité, la découverte, cela l’apaisait, le calmait, tout comme la réflexion. Mais la il ne savait pas, il ne savait pas ce qu'était réellement cette femme assise a coté de lui, était elle une personne noble, digne, intéressante ou une misérable menteuse écœurante à peine digne de survivre en ce monde. Il tapotait ses doigts sur le comptoir, mécaniquement, écoutant le son de ses doigts sur le bois pour l'aider en sa réflexion, sa question du soir, qui était Calypso, suffisamment intelligente et noble d'âme pour guider quelqu'un de perdu, suffisamment intéressante pour captiver l'intérêt d'Ellyas, mais aussi étrangement alternative et froide. Acclamant les biens fait de la bière pour son coté convivial, mais pourtant elle même semblait très inaccessible, elle était un contraste, une oxymore, une erreur illogique. Elle intriguait Ellyas pour cette raison, elle semblait agir aux antipodes de ce qu'elle pouvait énoncé, n'était ce pas la amusant ? Intéressant, une partie de l'homme aux cheveux à la couleur de l'espoir avait envie de briser cela, une partie de lui réclamait que des mots tranchants, secs et brisant abîmé ces jolies contradictions, mais son coté pragmatique reprenait le dessus, il le savait, cela n'avait aucune utilité ou forme d'intérêt. Non ce qui était important, utile, c'était d'observer, de voir, ses réactions, mots, expressions et actions, Ellyas voulait voir, savoir et comprendre cette rousse, tout du moins jusqu'à ce qu'un nouveau mystère se présente à lui.

Elle avait finalement demandé une vodka d'un geste de main, voilà qui montrait bien l'étrangeté de cette femme, elle l'avait conduit ici car la vodka était selon elle délicieuse, mais pourtant elle n'en avait pris que tardivement. Pourquoi, pourquoi ne pas prendre le meilleurs toujours et tout le temps. Ellyas ne tolérait que cela, le meilleur, le parfait, le summum de tout. Et elle semblait se contenter de tout et n'importe quoi, n'était ce pas stupide ? Elle avait finalement pris la parole, ses yeux vert semblait parfait creux, comme ceux d'un poisson mort, comme si elle se perdait dans des pensées futile pour quelqu'un comme elle. Elle avait cependant eu l'importance de déclarer quelque chose d'intéressant, tout cela n'était qu'un jeu, Ellyas le savait pertinemment et en quoi était ce dérangeant ? Il ne comprenait pas cela. Pourquoi devrait-il se garder de le dire ? Pourquoi semblait elle dérangé par l'absence d'illusions dans son univers ? Pourquoi craignait-elle la vérité. Voila des questions auxquelles Ellyas ne pouvait s'empêcher de penser. Les illusions qu'étaient elles si ce n'est des mensonges. Pouvait elle réellement être sécurisante ? Ellyas en doutait, que craignait elle tant face à ce jeu ? La réalité ? Qu'en était il de la réalité, Ellyas se le demanda un instant, il n'y avait que peu réfléchis, la réalité était loin, il l'avait abandonnée, il regrettait peut être certaines de ses joies, mais il préférait sa vie ici. Alors pourquoi, pourquoi pensez à la réalité ? Pourquoi craindre la fin du jeu ? Non, il ne pouvait pas craindre cela, c'était futile, cette jeune femme était naïve. Il prit alors la parole, ne pouvant faire taire son désir de parole, sa pensée le harcelant de déclamer sa vérité, il parla alors lentement.


«  - Vous ne devriez pas vous dire qu'il ne s'agit que d'un jeu. Mais plutôt d'une seconde chance, une seconde vie où il est possible de profiter pleinement sans autre crainte que celle qui vous harcelaient déjà dans la réalité. A quoi bon vous souillez la vue avec des miroirs aux alouettes ? A quoi bon vous brimer par des illusions, alors que la vérité est généralement plus belle, plus forte. Voyez ce bar, il s'agit de la vérité actuelle et elle est merveilleuse. Je ne me garderais nullement de briser vos sottes illusions, car la vérité est l'unique chose qui soit bonne en ce monde. Les masques et les mensonges ne sont rien de plus que les outils des faibles et des lâches. »

L'instant d'après cette déclaration, Ellyas vida de nouveau un verre, d'aucun aurait pu penser que l'alcool parlait mais pour lui ce genre de réflexion était un lot commun, une idée logique et facile. Pour lui les choses étaient telle qu'elle était, ce jeu n'était pas la perfection ? N'était il pas l'absolue réussite de la Hedger impact ? Les games master ne l'avait il pas rendu si divin qui vivre y était un plaisir ? Si, tout ceci était l’œuvre la plus parfaite et belle qui était. Ellyas aimait cela, il aimait cet univers qu'il hanterait désormais il l’espérait jusqu'à une hypothétique fin. Si elle ne pouvait pas apprécier le plaisir qu'était Euphemia peut être aurait elle du simplement rester loin du casque et si elle l'avait enfiler sans savoir alors peut être que disparaître aurait été une meilleure solution pour elle.

Les pensées d'Ellyas si elle avait pu être lu aurait pu sembler bien dure ou cruelle, mais pour lui, ce n'était que logique brute. Il jugeait simplement que les gens préférant vivre dans des illusions ne méritait une perfection pareille. Bien sur, Euphemia n'était autre qu'une forme d'illusion, mais elle était devenue une réalité, une illusion si forte, si plaisante, si jouissive qu'Ellyas pouvait l'accepter comme réalité, comme vérité. Il était heureux ici et cela ne changerait pas, cela ne changerait jamais. Il laissa un soupir s'échapper doucement entre ses lèvres, l'illogisme de Calypso l'avait laissé perplexe, l'avait ennuyer sur un court instant. Mais d'autre part cela renforçait sa curiosité, aussi perplexe semblait elle face au fait qu'il ne s'agissait que d'un jeu, elle semblait aussi pleine de vie et fidèle à des principes quelconques. Elle avait aussi parler, expliquant qu'elle était ravie de voir qu'il savait s'arrêter. Bien sur, il n'était pas n'importe qui après tout. Une part de lui était assez vexé par ses propos, il avait cette impression qu'elle insinuait que c'était incroyable, cette notion de ravissement lui déplaisait, mais il était suffisamment intelligent et grandiose pour passer au delà de chose si triviale. Il prit alors la parole pour lui répondre, après tout, il comprenait qu'elle pouvait être heureuse de ne pas devoir supporter un ivrogne incompétent.


«  - Je comprends ce que vous voulez dire, mais vous ne devriez user de termes aussi fort que le ravissement. » Il fit alors une pause pour enchaîner sur autre chose, presque aussitôt. «  - Par ailleurs, dite moi, vous êtes de Crimson District ? Puis je savoir si vous avez vu le manoir où l'on dit que le Game Master vit ? »

Cette question pouvait sembler étrange aux yeux de n'importe qui, mais Ellyas était curieux d'en savoir plus sur ceux ayant créer Euphemia, ceux dirigeant tout cela. Et qui de mieux qu'une femme vivant ici pouvait lui apprendre des choses, réellement, il espérait obtenir des réponses. Il tapota sur son verre en observant le barman. Il voulait son onzième et peut être son dernier verre de la soirée,il hésitait encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mar 1 Avr - 19:05

Calypso résorba au mieux son envie de lui envoyer son verre en plein visage. Il avait raison, et ce simple fait suffisait à la faire bouillonner de rage. Mais il était contradictoire, très. N'était-ce pas lui qui, peu avant, lui avait rappelé qu'Euphemia n'était qu'un jeu ? Evidemment qu'il s'agissait d'une seconde chance. Mais elle n'arrivait pas à se l'admettre. Pourquoi ? Parce qu'elle ne s'estimait que comme une spectatrice de cette deuxième occasion qui lui était offerte. Parce qu'elle ne pouvait ouvrir les yeux et s'avouer que oui, il s'agissait là de la réalité, qu'elle pouvait cesser de vivre dans la crainte. Elle était stupide, très certainement, aveugle et bornée. Mais sa peur n'était-elle pas légitime et fondée ?
La rousse soupira, agacée. Ellyas était tout bonnement insupportable, lui donnait presque des envies de meurtre. Et Dieu seul savait que si elle avait pu, elle serait certainement déjà en train de l'égorger. Il était relativement emmerdant. Sa suffisance, son air supérieur, buté dans la persuasion que ses idées étaient les bonnes. Typiquement le genre d'hommes qui lui faisaient tourner la tête, et pas dans le sens flatteur du terme, non. Il lui retournait la tête dans le sens où elle ne savait plus si elle devait garder son calme, ou pas. Le cogner pour le faire taire, ou se contenter de répliques cinglantes exprimant à merveille son désintérêt total pour l'être arrogant qu'il était. Calypso était pleine de rhétorique, mais sa patience avait des limites, et il ne tarderait pas à les atteindre, voir à les dépasser.

« Vous êtes contradictoire. Par ailleurs, votre vision des choses ne me regarde nullement. Tout comme ma façon de penser reste la mienne et n'a pas à être influencée par la vôtre. Vous avez décidé de trouver cela merveilleux, soit. Mais le fait que vous ne vous gardiez pas de vous mêler de mes affaires n'est que pur caprice, et je vous prierais d'aller exercer ce côté de votre personnalité sur d'autres personnes que la mienne. Mes illusions m'appartiennent, je suis la seule à pouvoir me permettre de les briser, et si je ne l'ai pas encore fait, vous n'agirez en rien à ma place. Oui, les mensonges sont les outils des faibles et des lâches. Mais vous avez choisi de faire de ce tas de lignes de code votre réalité, alors qu'il n'y a là rien de réel. Tout cela n'est que virtuel. Vous vivez vous aussi dans le mensonge, dois-je en déduire que vous êtes aussi faible et lâche que moi ? »

Elle termina ces mots par un sourire ironique, demanda un second verre de vodka qu'elle vida sèchement, ne cachant aucunement sa contrariété. Il ne s'agissait que d'un millième de tout ce qu'elle pouvait bien penser de lui. Mais elle avait assez parlé. Elle avait été sincère, pour une fois, avait tombé le masque, l'espace d'un instant, avait daigné lui cracher au visage tout ce qu'elle pensait, sur l'instant. Sa franchise la perdrait un jour. Cependant, Calypso était assez satisfaite d'elle-même. Elle n'avait aucunement craqué, ne lui avait donné aucune raison nouvelle de se considérer comme supérieur à elle. Alors qu'elle aurait pu le frapper, le battre jusqu'à en avoir les mains tâchées de son sang. Lui esquinter la tête tant et si bien que même si ma mère l'avait reconnue, elle n'aurait jamais plus voulu de lui. (Si tu saisis la référence, épouse moi.) Elle s'était contenue, et elle en était soulagée.

La rousse ignora le conseil qu'il lui avisa. Ne pas évoquer le ravissement ? Pourquoi pas ? Elle s'estimait heureuse de ne pas avoir à traîner son cadavre alcoolisé s'il venait à boire au delà de ses limites, n'avait-elle pas le droit de le formuler comme elle le désirait ?
Son sourire s'accentua. Ironique à souhait. Calypso était bel et bien une femme. Chiante. Très chiante. Elle ignora d'un signe de la main sa seconde prise de parole, décidée à traiter ce fait après.

« Si je devais vous reprendre sur tous les termes dont vous ne devriez pas user, j'y passerais la nuit. Autant dire que vous êtes plutôt mal placé pour vous permettre de me reprendre. »

Un nouveau verre de vidé. Cette vodka n'était réellement pas déplaisante. Loin de là. Elle se serait permise de finir alcoolisée par cette seule boisson si l'espèce de nain à pelouse près d'elle n'était pas aussi emmerdant. L'alcool ne l'aidait pas à contenir sa violence, en général. Néanmoins, elle ne se priva pas de boire, analysant la question de son interlocuteur, un sourcil arqué.

« J'ai l'air de débarquer de DreamLand ? Evidemment que je suis de Crimson District. Et oui, j'ai déjà vu le manoir du Game Master, et il n'a sincèrement rien de particulier. »
Revenir en haut Aller en bas
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Mer 2 Avr - 23:46

Ellyas avait écarquillé ses yeux gris à l'entente des mots de Calypso, il était incroyablement surpris, elle répliquait et elle répliquait bien. Elle avait fini par se décider à débattre quelque peu, voilà qui lui plaisait, qui l’excitait , c'était un défi, une provocation pure. Elle le cherchait n'est il pas ? Elle voulait voir s'il n'était qu'apparat ou s'il pouvait réellement avoir un verbiage convenable, c'était cela, il en était persuadé. Après tout elle ne pouvait pas sincèrement mettre en doute les propos d'Ellyas, il était bien trop intelligent pour se tromper aussi lamentablement qu'elle pourrait le faire, il ne jouait pas dans la même catégorie, cependant, il mourrait d'envie de lui montrer ses erreurs, de prendre la parole pour lui apprendre ce qu'était le fait de s'opposer à quelqu'un de supérieur à sois. Oui, il fallait qu'elle comprenne son erreur, il était primordial pour lui de la faire taire, de lui montrer qu'elle n'était rien, rien de plus qu'une petite rousse écervelé. Il se mit alors à analyser mentalement chaque propos de la jeune femme, lui, contradictoire, aucunement, il acceptait ces quelques défauts, le peu qu'il avait, mais il n'était en rien contradictoire, il se refusait a avoir un tel point commun avec quelqu'un comme elle, cela aurait été purement et simplement insultant. Elle avait ensuite déblatéré quelque inepties sans fondement sur le fait qu'il n'avait pas a déclarer sa vision des choses, qu'il lui inculquait la vérité par pur caprice. Elle était réellement une petite écervelée. C'était définitif. Elle avait ensuite déclarer qu'elle seule pouvait briser ses illusions, stupidité, encore une fois, décidément, il fallait tout lui expliquer, voilà qui plaisait et agaçait Ellyas à la fois. Après tout, s'il s'agit d'illusion, elle ne peut les briser elle même, incapable de les voir. Alors il lui fallait quelqu'un pour les briser, un homme noble, un grand seigneur comme Ellyas. Elle avait fini par conclure, conclure qu'il était un lâche et un faible pour avoir fait de ce jeu sa réalité. Naïve, naïve en plus du reste. Elle avait conclu sur un petit sourire étrange qu'Ellyas ne comprenait pas réellement. Il allait lui répondre, il allait lui montrer son erreur, la fatalité qui l'attendait, elle avait voulu jouer, elle l'avait provoquer, elle allait avoir ce qu'elle désirait.

«  - Mademoiselle, vous vous leurrez. Et pas simplement, vous vous trompez tant et si bien qu'on dirais une enfant se dressant face à un maître orateur et laisser moi vous expliquer pourquoi. Tout d'abord, je ne suis en rien contradictoire, les choses que je dis et font son logique brute et idéaux. Ni plus ni moins. Par la suite, sachez simplement qu'une façon de penser ne se forge pas de rien, vous ne pouvez échapper à l'influence d'autrui et c'est celle ci qui vous fait évoluer, pourquoi ne pas accepter l'idée d'un être intelligent ? Vous pensez ensuite que mes actions, mes propos, mes mots sont caprices ? Sincèrement, voyons, vous me sembliez plus intelligente que ceci, vous devriez réviser votre jugement, je suis juste noble d’âme. Vous me semblez suffisamment intéressante et digne pour que je partage avec vous mes pensées. Ensuite, vous avez une illusion plus grande encore que ce que je pensais, vous pensez pouvoir briser vos propre illusions, cela est impossible, autrui les brises, la vie les brises, mais en rien nous même, car nous somme dominer par ses dernières. Si je ne le fais pas, jamais elles ne se briserons. Et je ne cherche pas à agir à votre place, détrompez vous, je cherche à vous aider. Mais libre a vous de rejeter cela. Et pour conclure, je ne suis ni lâche, ni faible. Pour étayer ce que vous devez comprendre, je citerais un très bon pensant. Nietzsche, cet homme à déclaré ceci : Les vérités sont des illusions dont ont à oublier qu'elles le sont. Je déformerais ses mots car je pense différemment, les vérités sont des illusions ou des mensonges dont l'ont a décidé de faire une vérité. Et il s'agit de mon cas. J'ai décidé que ce monde mensonger deviendra ma vérité car il était déjà bien plus vrai que le monde réel emplie d'hypocrites et de larves. Ainsi, veuillez ne plus me nommer lâche ou faible. »

Ellyas jubilait intérieurement, il était heureux, fier, sur de sa victoire, tout était déjà gagné pour lui, il avait approuvé sa vérité, son absolue vérité. C'était sans faille, sans erreur, sans problème, elle ne pouvait en rien contredire cela, à moins d'être totalement de mauvaise foi. Il était fier et cela se voyait, il avait ce regard de vainqueur sur de lui, ce regard de personne insupportable car vous savez qu'il n'est jamais possible de leurs donner tort. Oui, il était totalement assurer de lui même et jouasse de sa tirade. Cyrano n'était qu'un pale orateur comparé à lui, cela lui donnait presque un plaisir absolue. Cependant cela lui avait donner soif, cependant, il cesserait bientôt la vodka, il ne comptait pas trop s’embrumer l'esprit. Il aurait pu risquer de dire des choses qu'il aurait regretter ou même perdre une conversation amicale comme la précédente, il ne pouvait tout de même pas se permettre de laisser cette rousse avoir l’ascendant sur lui. Cependant, il ne pouvait pas l'empêcher d'essayer et c'est ce qu'elle avait encore fait en parlant, lui déclarant qu'il était mal placé pour la reprendre sur les mots à utiliser ou non. Sincèrement, pour qui se prenait elle, il ne faisait rien de plus que dire la vérité sous sa forme la plus pure.

Il attendait avant de reprendre la parole, qu'attendait il ? Son dernier verre bien sur, il voulait profiter avant de déclarer qu'il cessait de boire. C'est pourquoi lorsque le verre arriva il ne le bu pas, il fit simplement glisser son index sur le verre froid, doux, plaisant, réfléchissant à la façon dont il allait rabaisser un peu plus la jeune femme à la place qui lui convenait. C'était à dire, inférieur à celle d'Ellyas. Finalement, elle avait reprit la parole avant lui. Voila qui était agaçant, mais soit, il écouterait. Cela n'était pas un drame après tout, elle aurait tort, il pouvait bien lui laisser le plaisir de parler comme elle le voulait. Elle semblait avoir été ironique, demandant si elle semblait venir de Dreamland, il n'en savait rien, il trouvait les gens la bas étrange, qui voudrait vivre dans un monde aussi Lewis Carolien, mais soit, elle avait ajouter que le manoir du Game Master n'avait rien de particulier, quel dommage. Il était cependant persuadé que ce dernier cachait bien son jeu, après tout, il avait la réputation d'être quelqu'un de dangereux, mais pour Ellyas, il était grandiose. Il se décida donc a reprendre a parole tranquillement.


« - Encore une fois, vous déclarez sans savoir, mes mots ne sont rien de plus que la vérité, la vérité dans son appareil le plus simple, mes mots sont naturel et n'ont aucune raison de changer. Mais amusez moi donc, dites moi, lesquels devrais je éviter ? »

Il bu alors son verre d'une traite, puis le reposa dans un léger claquement sur le bois. Il eu un léger frisson de plaisir a cet instant puis se tourna a nouveau vers Calypso lui adressant un petit sourire arrogant, un sourire en coin.

«  - Les gens de Dreamlands me semble moins sympathique que vous, bien plus étrange. Et je ce verre était mon dernier de vodka en tout cas. Plus serais probablement abusé. »

Il n'avait plus grand chose à dire sur ce genre de sujet, il avait suffisamment raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Jeu 3 Avr - 12:20

Elle se leurrait ? Lui un maître orateur ? Il était affolant de constater combien son taux de débit d'inepties était élevé. Calypso l'écoutait d'une oreille vague et agacée. Jamais elle n'avait entendu quelqu'un s'exprimer de manière aussi prétentieuse et insensée. Il était si sûr de lui que cela en devenait agaçant, qu'elle mourrait d'envie de lui démontrer qu'il avait tord sur tous les points. Elle n'avait aucunement besoin de son aide, ou même de sa pitié. À vrai dire il pouvait même s'étrangler avec, pour rester polie. Et puis, que venait faire Nietzsche dans cette histoire ? N'était-il donc pas capable de se justifier sans avoir à citer les déclarations d'autrui ? Il était d'un manque de personnalité affligeant. Sa contradiction autant que cette supériorité dans laquelle il s'obstinait éveillait autant de la pitié que de la colère chez la nymphe. Une fois de plus, il s'opposait lui-même à ses propos. Définissant ce monde mensonger comme sa vérité. Il ne se justifiait en rien, il ne faisait que lui donner raison à elle à vrai dire. Pourquoi ne pas s'admettre tout simplement qu'Euphemia n'était qu'une illusion idyllique ? Il était stupide, borné. Le monde était certes composé d'hypocrites et de larves, mais n'était-ce pas là ce qui le rendait intéressant ? Ce jeu portait bien son nom. Il n'était là que pour conforter les faibles et les faire évoluer dans un monde bien moins brutal que le réel. Il n'y avait là rien à féliciter. Euphemia n'avait rien de vrai. Chaque évènement, chaque personne n'était qu'un amas de chimères. Personne ne pouvait grandir et se forger un caractère au sein d'une telle ineptie. Et elle le savait, elle. La vie le lui avait appris. Que malgré les difficultés qu'elle avait rencontrées, il ne s'agissait que de multiples courbes sur son existence pour la mener à où elle en était désormais, et elle en était fière.

« Un maître orateur ? De quoi tentez-vous de vous persuader ? Vous êtes si borné dans votre idée de supériorité que vous en devenez pathétique. Je ne vois pas en quoi je devrais accepter l'idée d'un pseudo être intelligent se contentant de la facilité de ce monde pour évoluer. Je me suis forgée ma façon de voir les choses dans le monde réel, contrairement à vous qui prétendez disposer d'une noblesse d'âme contrastant à merveille avec votre manque flagrant d'humilité et qui par ailleurs est persuadé de la véracité de ses propos n'ayant ni queue ni tête. Vous ne savez rien, je ne nécessite pas l'aide d'une personne essayant de briser mes chimères sans même savoir à quoi il s'attaque. Vous voulez m'aider ? Commencez par cesser de croire que je nécessite votre attention d'une quelconque manière. Et veuillez m'excuser mais, vous venez de vous contredire une fois de plus. Vous avez fait de ce mensonge votre vérité parce que ce monde est bien plus vrai que le précédent ? Il n'est en rien plus véridique. Il s'agit là d'un amas de mensonges fait pour conforter les faibles et les aider à évoluer dans un monde où la facilité est de mise absolument partout. Vous êtes lâche et faible. Vous vous terrez dans vos idées parce que vous ne voulez pas ouvrir les yeux, parce que vous avez besoin de vous dire que vous avez raison sur tous les points, parce que vous refusez d'avoir tord. Auquel cas que feriez-vous ? Rien, j'imagine. Votre fierté en prendrait un coup. Votre vision des choses toute entière est un mensonge. Vous n'êtes en rien supérieur, ou même un maître orateur. Vous avez besoin de vous en persuader ? De vous sentir exister ? Sachez que vous ne pourrez démontrer ce talent dont vous semblez vous vanter qu'à peu de personnes tant votre personnalité est déplaisante. »

La rousse haussa les épaules, désinvolte. Elle se fichait d'avoir tord ou pas. Elle se contrebalançait de l'éventuelle perte de cette bataille pour elle, mais elle la mènerait. Ellyas n'était rien de plus qu'un enfant capricieux nécessitant d'être aimé et rassuré quant à sa prépondérance. C'était là tout ce qu'elle voyait en lui. Et elle en avait sincèrement pitié. Il était rare qu'une personne soit capable de lui soutirer de tels sentiments. Mais pour elle, qui avait grandi dans la férocité de la rue, il avait tord sur toute la ligne. Elle savait. Elle avait vu ce que la vie pouvait offrir. Peines comme plaisirs. Et Euphemia n'était en rien véritable. Parce qu'il n'y avait en ce jeu rien de similaire. Ils avaient tout à portée de mains, vivaient comme bon leur semblait.
Il reprît à nouveau la parole, persuadé du fait qu'elle était une ignare incapable de reconnaître son génie. Ou du moins, elle le comprenait ainsi. Et ce détail arracha un soupir las à Calypso. Bon Dieu ce qu'il pouvait être agaçant.

« Les miens sont également la vérité, Ellyas. La vérité franche et mordante. Vous êtes contradictoire, ne savez pas user de mots corrects, et j'ai le droit d'être ravie si cela me plaît, non ? Vous tentez déjà d'influencer mes idées, n'essayez pas d'entièrement me changer. Vous n'êtes en rien mon éducateur ou une quelconque personne engagée pour m'apprendre les bonnes manières. Vous êtes cru, acceptez que les autres le soient aussi. »

Elle n'avait rien de plus à lui dire à ce sujet, et ne pût s'empêcher d'arquer un sourcil lorsqu'il vida son verre d'une traite avant de lui offrir un sourire d'une arrogance lui donnant presque envie de lui découper les joues pour la lui filer éternellement, cette expression. Il aurait été charmant, les joues fendues jusqu'aux oreilles. C'était tentant, cependant Calypso n'eût pas plus le loisir d'y penser, sortie de ses réflexions et de ses idées folles par une nouvelle prise de parole du Ô grand maître orateur.
Ses mots lui soutirèrent un roulement des yeux accompagné d'un soupir blasé.

« En quoi suis-je sympathique ? Par ailleurs, vous buvez comme bon vous semble. Je vous ai embarqué ici pour que vous trouviez une vodka à votre goût, il serait stupide de ne pas en profiter, mais je ne me permettrais pas de tenter de vous influencer de quelque manière que ce soit. Mais si vous estimez que vous devez arrêter là, faites donc. Vous connaissez vos limites. »
 
Revenir en haut Aller en bas
Ellyas Switch


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 15/12/2013
Localisation : Hope Corporation.

MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   Lun 28 Avr - 17:38

Ellyas brulait d'une envie profonde et violente, faire taire cette ignorante, il savait qu'il était bien supérieur à cette rousse, mais pourtant, elle ne cessait de vouloir lui donner tort, comme si elle pouvait ne serais ce qu’espérer avoir la chance d'effleurer, d'ébranler la vérité absolue qui lui apportait. Était elle complètement folle, stupide ou juste simple d'esprit ? Cette jeune femme semblait tellement froide, sure d'elle, adorant son petit masque de sûreté, était elle totalement folle pour se refuser à la vérité en permanence ? Ne craignait elle donc pas d'un jour tomber de si haut qu'elle ne pourrait plus se relever. Ellyas le savait, il fallait accepter la vérité lorsque cela était encore possible, car lorsqu'elle nous frappe de tout son éclat, lorsqu'elle vous écrase de tout son poids il est trop tard pour espérer un jour se relever. Il le savait, la vérité n'est pas quelque chose de gentil, c'est quelque chose de froid, dur, solide comme l'acier, brisant ceux qui vive dans le mensonge, n'ayant pas la moindre chance de laisser qui que ce soit se relever. Lorsque sa petite attitude de reine des glaces aux épines se briserait elle chuterais de si haut qu'elle n'aurait plus jamais l'espoir de voir un jour la douce vérité. Et malgré cela elle refusait encore d'accepter ce qui était vrai, craignant sûrement d'être plus fragile, petit ignorante rousse effrayée par sa propre faiblesse. Ellyas trouvait cela tellement humain, c'était pitoyable, les gens n'étaient réellement que des lâches incapables d'affronter ce qui faisait leurs monde, incapable de se battre pour vivre dans une vérité plus parfaite et plaisante même s'il devait souffrir sang et eau pour en arriver à ce point.

Elle avait fini par lui répliquer quelques mots empli d'un scepticismes écœurant déclarant des inepties sans fondement, ce monde, plus aisé que le précédent, pauvre enfant, ce monde n'était en rien plus aisé, la mort à tout les tournants, la véritable nature des humains qui s'éveillait, la douceur de la haine et du sadisme qui s'éveillait chez les plus fous d'entre eux. Elle pensait sincèrement que ses chimères futile la protégeait de quelque chose, n'était pas plus naïve encore qu'Antigone persuadé qu'affronté son destin était son choix. Plus folle encore que Minos créant un labyrinthe pour y cacher son monstre. Son labyrinthe à elle n'était autre que ses leurres qu'elle s'offrait en permanence et son monstre sa faiblesse. D'un geste nonchalant de la main Ellyas balança l'une de ses mèches vertes sur le coté et pris la parole, lentement, posément, d'un ton aussi glacial que les steppes hivernales de la Russie, plus froide encore que le permafrost, il était temps pour elle de cesser de se bercer d'illusion ou de croire qu'elle pouvait se permettre tout propos. Elle méritait peut être finalement sa stupidité, tout le monde ne pouvait pas être sauvé, mais il essayerait tout de même.


«  - Mademoiselle, vous êtes une idiote. Moi, tentez de me persuader, je n'en ai plus besoin de plus longtemps, car je sais, je ne crois pas, je sais et c'est cela toute la différence entre nous. Vous pensez, vous croyez, vous vous leurrer comme une enfant étant dévoré par ses propres croyance. Vous devriez vous relevez et ouvrir les yeux. Vous dites vous même que vous vous êtes forger vos croyance dans le monde réel. Mais ceci n'est en rien le monde réel, c'est un autre monde, un autre point, une autre réalité. La gravité de votre ignorance est telle que vous aurez bien du mal à comprendre, mais j'essayerais. Vous pensez que je me mêle de ce qui ne me concerne pas, que je ne fais pas ce que vous désirez. Alors pourquoi malgré tout, vous écoutez mes mots, vous répliquez, vous y réfléchissez. Pensez y vous même, si mes mots ne sont qu'inepties et contradiction alors pourquoi y attacher tant d'importance. Vous dites que ce monde dont j'ai fait ma réalité est fait pour les lâches et les faibles, voilà une idiotie bien plus grande encore que tout le reste. Ici, on ne vous donne rien, ici il n'y a que vous. Crimson en est le plus bel exemple, violence, décadence, brutalité, n'est ce pas la le véritable visage de l'ancien monde condensé en une seule île, bien plus dangereuse que tout le reste. La mort est tout aussi permanente, toute aussi douloureuse bien pire encore, ce monde est probablement sur la pente raide. Les véritables lâches sont ceux qui continue de croire que tout est beau et merveilleux, peut importe le monde, il est cruel. Et celui ci est probablement pire encore, c'est un jeu, les gens sont bien plus franc, bien plus vrai, bien plus cruel et prêt à tout, ils s'en moque, ce n'est qu'un jeu alors pourquoi se donner des limites. Quant à mon hypothétique désir de fuir mes possibles tort, encore une fois, vous vous trompez, je ne nie pas mon statut humain, je peux me leurrer, cependant, cela n'arrive pas, car je ne me risque pas sur des sujets dont je ne maîtrise pas les arcanes. Vous pensez que je vous dis tout cela pour moi, pour me sentir vivant, exister, si c'était le cas, j'aurais cherché un moyen moins noble que vouloir aider pour cela, il existe des sensations bien plus brutale pour se sentir vivre et ce ne sont pas celle que je désire. Vous trouvez ma personnalité déplaisante car elle est annonciatrice de vérité et de franchise, les hommes ne supporte pas la franchise car elle les mets face à la laideur qu'est l'humanité et l'humain. Sur ce libre à vous d'accepter mes mots ou de les méditer dans le vain espoir de les briser. »

Il posa lentement ses bras sur le bar, observant la rousse de ses yeux gris, sans un mot, sans un sourire, il était curieux de voir sa réaction, elle était bien plus honnête par ses réactions physique que par ses mots et cela l'intriguait, il voulait voir la différence entre ses propos et ses actes. Pensait elle sincèrement ses propos, était elle réellement persuadée que ce monde était un monde d'aisance et d'opulence, de joie et de trivialité. Il ne tenait pas à reparler de propos qu'il avait déjà expliqué, des mots qui étaient déjà prouver comme vrai, c'était de loin intéressant, il me moquait éperduement de devoir ré expliquer quelque chose, il n'avait pas réussi à comprendre la première fois, elle ne comprendrait jamais, voilà tout, si elle était stupide, elle était stupide, on ne pouvait pas demander à un simple d'esprit de réciter les fleurs du mal et espérer qu'il déclame plus d'un vers. Ainsi lorsqu'elle s'acharna sur sa pseudo vérité et le fait qu'il n'était en rien quelqu'un supposé lui apprendre les bonnes manières il ne déclara qu'une simple phrase.

«  Calypso, sachez que l'on apprends forcément des autres, que l'on le désire ou non. »

Il n'avait plus envie de jouer, elle l'amusait certes, mais il n'aimait pas réellement que qui que ce soit ose se dresser face à lui lorsqu'il savait pertinemment qu'il était dans le juste et le bon. Elle n'était rien de plus qu'une distraction d'un temps pour lui et bientôt la monotonie, la mélancolie et l'ennui reprendrait le dessus dévorant son être comme les flammes dévorèrent Jeanne d'Arc sur le bûcher, c'était son fardeau, sa croix, sa couronne d'épine, il ne pouvait faire autrement que de combattre l'ennui avec véhémence tout en sachant qu'il reviendrait à l'assaut inlassablement. Elle lui avait demander en quoi elle était sympathique, était ce une question sérieuse, elle avait ensuite déblatérer des choses qu'Ellyas n'avait écouter que d'une oreille, des futilités, des trivialités sans intérêts. Il soupira alors lentement, comme pour prendre une respiration avant un long discours, mais il n'en ferait rien, il serait bref, il essayerait en tout cas.

«  - Je dois avouer me demander si cette question est sérieuse. Pourquoi êtes vous sympathique, car vous m'amusez, vous me distrayez, vous êtes semblable à un magnifique papillon coincé dans la toile de l'antipathique araignée que je suis. Vous trouvez ma personnalité haïssable, faites donc, vous semblez haïr ce que je suis, mais cela ne m'empêchera en rien de vous trouvez plaisante. Je ne suis pas de ceux à haïr en retour, je ne suis même pas du genre à haïr. Sachez juste que vous m'êtes sympathique et que je vous apprécie, je n'attends pas que vous compreniez, que vous m'offriez amitié ou une quelconque ineptie de ce genre en retour, les faits sont simplement tel qu'ils sont. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Pour une Vodka de plus [Calypso]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour une Vodka de plus [Calypso]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» code pour inséré les anime (Fond transparent)
» Plugins Firefox pour sécuriser votre navigateur.
» Pb pour le choix de la voie
» hébergeur gratuit pour un site rein quand flash(RESOLUT)
» Affiches comment être et faire pour apprendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Crimson District :: Le quartier malfamé :: Bars-