AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 The night is my veil. - PV Kamehameha.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité




MessageSujet: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Dim 23 Fév - 20:53


Calypso jeta un coup d'oeil rapide à sa montre. Il était tôt. Beaucoup trop tôt, mais elle aimait mieux arriver en avance plutôt qu'en retard. Elle n'aurait qu'une chance et refusait formellement de la laisser lui passer sous le nez. La récompense était bien trop grosse. Et son travail avait fini par la passionner, mine de rien. Elle aimait espionner les gens, découvrir tout ce qu'il y avait de plus compromettant sur eux, et revendre ses informations à des prix peu abordables.

Au fond, elle ne différait pas spécialement d'une chasseuse de primes. Hormis dans la mesure où elle ne ramenait pas des têtes, mais des détails croustillants à ses clients. Pourtant, l'idée de tuer pour gagner sa vie l'avait délicieusement traversée une fois, mais elle n'était que dans un jeu et loin d'elle l'envie de finir par subir les conséquences de ses actes par simple envie d'effusions de sang.
Calypso était capricieuse, avide, mais raisonnable. Elle connaissait ses limites et ne tenait pas à les dépasser.

19h03. Elle enfila rapidement sa veste en cuir par-dessus son habituel bustier court, sangla sa ceinture sur son pantalon fait de la même matière que son veston, et rejeta sa longue chevelure d'un rouge sombre en arrière. Après un rapide coup d'oeil dans le miroir, elle humecta ses lèvres, enfila ses bottes, et sortît discrètement de chez elle.

Les rues du quartier semblaient bien plus animées que d'ordinaire à cette heure-ci. La nuit tombait, l'heure des pires atrocités arrivait, et aussi intrépide fut-elle, la jeune femme ne tenait pas spécialement à servir d'entrée à des hommes aux yeux plus gros que le ventre, alors elle disparût. Son pouvoir était réellement amusant et utile parfois. Et si elle avait mis du temps à s'y adapter, elle en jouait désormais à sa guise et n'hésitait absolument pas à l'utiliser à n'importe quels moments. Qu'ils fussent subtils, ou pas.

La rousse déambula un long moment dans le quartier, jetant des coups d'oeils rapides aux habitants passant près d'elle, sans réellement leur prêter un quelconque intérêt. L'air de rien, elle reparût aux yeux du peuple et glissa ses mains dans ses poches, arrivant au lieu prévu pour son actuelle mission. Elle escalada alors une barrière qui ne manqua pas de grincer sous son poids -témoignant ainsi de sa vieillesse-, et se réceptionna à merveille de l'autre côté, arrivant aux abords d'une étrange bâtisse qu'elle aimait mieux ne pas visiter. L'atmosphère était étouffante et désagréable, elle n'aimait pas ça, mais l'appât du gain l'empêchait de reculer et d'éviter de s'avancer en terrain escarpé. De toute manière, il était trop tard pour retourner en arrière.

Silencieusement, elle grimpa sur quelques morceaux de bétons et de bois lamentablement détachés du bâtiment, se glissa sous la rambarde de ce qui avait dû être un balcon auparavant, et... grimaça. Elle avait une désagréable sensation d'être épiée, et ce fait ne pût qu'accroître son sentiment d'insécurité. Néanmoins, elle ne bougea pas, balayant les lieux du regard à la recherche d'un quelconque visage qu'elle aurait dû reconnaître. Mais rien. Elle était effectivement en avance, et quelque chose lui disait que rien ne se déroulerait comme elle l'avait minutieusement prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Mar 25 Fév - 2:08

- Psst ! Hey mec !

- Quoi ?..

- Ca t'intéresse de faire un petit voyage au pays des merveilles ?

- Qu'est-ce que tu m'racontes là ?

- Mon pote, soyons clairs entre nous. Ca, tu vois ? C'est d'la bonne ; la meilleur de ce côté-ci du quartier. J't'assure mec qu'un simple coup dedans et t'es parti pour un tour... Alors, ça te branche ?

- ... Mais t'es dingue ou quoi ? J'en veux pas de ta connerie. Laisse-moi jouer.

- Mec... Mec ! Fait pas le con ! T'as pas compris que ce genre de truc ça te buff temporairement et te dévoile des quêtes secrètes ou quoi ? Les gens sont si stupides : ils ratent des occaz' pour se faire du blé et de l'XP, damned !.. C'est ton dernier mot alors ?!

- J'commence à en avoir ras le c** ! Dégage !

- Non mais ho Kévin ! C'est quoi ce langage ? C'est pas parce que tu es sur internet qu'il faut commencer à faire ton intéressant, hein ?!

- Mais... Arrête de me suivre là, OMG !

- Wow wow wow ! On se calme Bob. Tu vas pas commencer à activer ton mode PvP parce que cette histoire va mal se finir ici. T'oublies qu'il y a pas mal de lascars dans le coin prêts à nous foncer dessus dès que notre barre de vie sera à moitié vide ?! Allez, soit sympa, fait pas l'idiot, prends-en un peu. En plus, t'as le teint plutôt pâle, t'as bien besoin d'un p'tit remontant.

- Vas-y donne-moi ça et casse-toi ! Tiens ton magot ! Moi je m'en fiche, je vais bientôt aller farmer avec mes copains de la guilde.

- Très bon choix, Rémi !

Ce fut donc à toute allure que cet homme, jeune, aux cheveux noirs comme l'ébène, quitta les lieux aussi vite que possible avec un petit sac de pièces d'or. La transaction avait été une réussite et les affaires étaient plutôt bonnes en ce moment. M'enfin, à vrai dire, les drogues apportaient autant de bonus que de malus mais les avantages étaient bien trop importants pour que les désavatanges puissent être vus par les joueurs peu expérimentés.

Akira Kodama, sous le pseudonyme de Kamehameha, dit "Kame", n'avait à présent plus rien dans son inventaire lié à la marchandise. Seule une grosse somme d'argent était affichée dans celle-ci. Un petit tour à la banque n'était donc pas de refus ; mais il avait trouvé lui-même une petite cachette personnelle.

Le monde d'Euphémia était un univers vraiment fantastique et presque réel. Malgré le fait qu'ils soient tous bloqués dans ce jeu, il fallait avouer qu'il s'agissait d'une expérience (ou un traumatisme psychologique) unique ! En tout cas, notre protagoniste de ce jour en était si ravi qu'on pourrait le qualifier de "no-life" ; à croire qu'un jeu forçait les joueurs à n'avoir pour vie qu'une vie virtuelle dans un monde virtuel et fictif ; quelle ironie.

La course effrénée du dealer le mena à un vieux bâtiment abandonné. Jetant son regard tout autour de lui, il s'assura que personne ne l'avait suivi puis il passa par une porte dissimulée dans la barrière. Rapidement, comme s'il connaissait les lieux comme sa poche, il grimpa jusqu'au premier étage de l'édifice et dégagea quelques décombres dans un coin obscur. Là, un petit espace montrait un carrelage ancien. Discrètement, il ouvrit une petite trappe qui recouvrait une cachette, vraisemblablement utilisée comme garde-manger de secours. Et hop ! Le sac fut laissé à l'intérieur. Ceci fait, il referma la trappe et éparpilla à nouveau les décombres par dessus.


*Hinhinhinhinhinhinhin !* ricana-t-il dans ses propres pensées.

Soudain, un grincement l'alerta. L'avait-on suivi ? Si tel était le cas, il ferait mieux de reprendre son butin et de s'enfuir le plus loin possible ! Mais pour être honnête, il avait la flemme. Sa curiosité se porta surtout sur la raison pour qu'une personne puisse venir s'aventurer dans un bâtiment aussi délabré et étrange.


*Oh mon Dieu !.. Les proprios ?!*

Ou encore des huissiers.

En tout cas, sa vigilance s'accentua tel un chat aux aguets. Se déplaçant sur la paume des mains et la pointe des pieds, il rampait comme une goule affreuse. Il arriva à un niveau où il pouvait observer l'étage du dessous sans être vu. Ce fut à ce moment qu'il aperçut une belle chevelure écarlate, une peau claire et, surtout, des courbes qui faisaient retourner chaque homme qui croiserait une telle silhouette.

Bref, le bâtiment avait seulement l'apparence d'un manoir abandonné mais il existait bel et bien des propriétaires. Même Kame ne les avait jamais rencontrés à vrai dire : il squattait l'endroit depuis une semaine.


*Voyons voir... Qui est donc cette charmante demoiselle ? Héhéhé*

Il décida de la suivre tel un stalker qui aurait décidé de filer une belle femme. Restant dans l'obscurité des lieux et prenant soin de ne pas être démasqué. Cependant, ce n'était pas dans le genre de Kame d'être aussi discret ; surtout dans un jeu. La preuve, son pouvoir n'était pas des plus discrets non plus.

Ce fut donc au bout de quelques instants que la jeune femme s'arrêta et regarda les lieux autours d'elle. Cherchait-elle quelque chose ? Pensait-elle trouver un quelconque trésor ici, hormis le butin de Kamehameha ?


- Coucou toi !

Comme surgit du sol, Kame venait de se redresser d'un seul coup alors que la demoiselle semblait avoir la certitude qu'il n'y avait "visiblement" personne dans les environs. D'un geste de la main, afin de compléter son action, il la saluait gaiement.

- Est-ce qu'on est perdue, très chère ?!

Il esquissa un sourire qui montra des canines pointues. Dans ses yeux, une lueur folle venait tout juste de s'allumer.

Cependant, on pouvait se demander si cette surprise allait être bonne pour la santé du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Mar 25 Fév - 13:17

Le sol était inconfortable. Très inconfortable. Tant et si bien qu'à l'instant même où elle avait envisagé de s'installer en tailleur sur le bois pourri, son pantalon le lui avait fait formellement regretter. Le cuir n'était pas la matière la plus épaisse et par conséquent la plus efficace, lorsqu'on s'asseyait sur des gravats et des échardes. Alors elle se redressa, resta accroupie, attendant patiemment que l'un des hommes qu'elle attendait daigne se montrer, avec cette même sensation gênante d'être surveillée. Qui ne fût pas de longue durée, ceci dit.

- Coucou toi !

La rousse sursauta, recula et grimaça en sentant le bois émettre un grincement sinistre sous son mouvement un peu trop soudain. Les yeux légèrement écarquillés, elle fixa un moment son vis-à-vis, ne sachant pas trop quoi faire ou dire. Et merde. Evidemment qu'elle était épiée, cet endroit devait être le squat parfait pour des joueurs amateurs d'adrénaline et de substances peu recommandables.
Tentant de faire retrouver à son coeur un rythme à peu près normal, Calypso jeta un vague coup d'oeil à sa barre de vie, qu'elle avait cru voir défiler devant ses yeux, et se trouva aussitôt remarquablement stupide. Wahou. Comme si un effet de surprise pouvait lui retirer des lifepoints.

- Est-ce qu'on est perdue, très chère ?!

Elle en vînt à vaguement se poser la question elle-même. Perdue, oui, elle l'était. Dans la mesure où elle n'empocherait certainement jamais la récompense qui lui avait été promise si elle ne menait pas à bien cette mission. Et au vu de la tournure des choses, et de la discrétion du jeune éphèbe en face d'elle, autant considérer tout son travail comme potentiellement tombé à l'eau.
Blasée, la jeune femme lâcha un soupir et se releva en époussetant son pantalon, rejetant sa longue chevelure sanguine en arrière. Ses yeux se glissèrent alors sur son interlocuteur, qu'elle dévisagea sans aucune gêne. Il était mignon. Des cheveux noirs comme l'ébène, des yeux d'une couleur assez particulière, et, par-dessus tout, cette lueur folle dans son regard. Oui, il était mignon. Sa folie semblait mignonne.

- Je ne suis pas perdue, non. Toi en revanche, si tu restes, c'est ta barre de vie que tu risques de perdre.

Son arrogance frisait la provocation. Elle ne lui cherchait pas des noises, non. Ou du moins, pas volontairement. Seulement, elle n'avait jamais appris à être délicate dans sa façon de parler. Et elle détestait qu'on vienne l'importuner sur son lieu de travail. Surtout lorsqu'il s'agissait de personnes aussi peu discrètes qu'un flamant rose parmi des otaries.
La comparaison lui arracha un vague moment de déconnexion. Wahou. Son esprit était vraiment... Dérangé parfois. Toutefois, elle secoua discrètement la tête, soupira une fois de plus et se mît à mâchouiller nerveusement l'une de ses mèches de cheveux. Elle était contrariée. Très. La situation risquait de lui échapper et elle n'aimait pas ça du tout.

Alors, disparaissant soudainement, elle s'accroupît sur le sol, calant son coude sur genou et son menton dans sa main, réfléchissant à toute vitesse. Avec un peu de chance, s'il ne la voyait plus, il en conclurait qu'elle était partie et en ferait de même. Avec un peu de chance, oui. Voir beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Ven 28 Fév - 0:57

La belle demoiselle fut en effet surprise par cette apparition soudaine de Kame. Voir ce changement d'expression sur son visage était si comique et divertissant. Les yeux écarquillés, un mouvement de recul incontrôlé, elle en était restée bouche bée : la surprise avait parfois tendance à rendre les gens muets. En tout cas, c'était peut-être à cause de cette fameuse stupéfaction qu'elle n'avait pas tout de suite répondu à la question de Kame qui la regardait avec un sourire malicieux.

Enfin, il pouvait mieux la contempler. Quelle beauté flamboyante ! Akira pouvait le confirmer : cette femme était bien équipée. Son arsenal serait capable de descendre bien des guerriers. A ce niveau-là, c'était de la provocation pure et dure, du TAUNT. Sans compter cette voix autoritaire, froide, digne d'une tsundere, elle avait un charisme à couper le souffle. C'était une femme fatale, une Femme avec un grand F, sensuelle, avec du charme et du féminisme, selon un certain point de vue bien sûr. Sa silhouette élancée laissait transparaitre les professions dont elle serait capable d'exercer, passant du mannequin, à l'infirmière sexy ou encore à l'agente secrète. Les yeux pervers du jeune homme tentaient tant bien que mal de maintenir un contact visuel fixe. Il sentait qu'il existait une limite à partir duquelle il ne devait sous aucun prétexte descendre plus bas. Aussi, se forçait-il pour regarder sur le côté d'un air distrait ou à focaliser son regard sur le beau visage de la douce et tendre demoiselle face à lui.


- Je ne suis pas perdue, non. Toi en revanche, si tu restes, c'est ta barre de vie que tu risques de perdre.

En voilà une menace ! Kame fut frappé par une incompréhension totale de cette manifestation d'agressivité à son égard. Son expression était partagée entre l'étonnement, la surprise, l'incompréhension et une peur fausse. Kame ne voulait absolument aucun ennui, surtout lorsque son butin n'était pas si loin de là. D'ailleurs, que faisait cette femme ici ? Avant qu'il ne puisse lui demander quoi que ce soit ou répondre à sa réplique cinglante, elle avait aussitôt disparue comme par magie.

*Sacré nom d'une pipe ! Où est-elle passée ? C'est quoi ce bug ?! Elle lag ou quoi ? Non... Une déconnexion est impossible ! IMPOSSIBLE !*

- Allô ?.. Hé ho ?.. Où t'es passée ?.. Allez... Je n'vais pas t'manger !


A moins qu'elle ait téléporté, il n'y avait aucun moyen pour qu'elle disparaisse de la sorte. Etait-ce le fruit de son imagination ou de l'effet d'une drogue qu'il aurait consommé il y a peu ? Akira n'était pas tellement du genre à consommer ses propres substances illicites.

....

Aucune réponse.


- *soupir* Bon, bah, j'ai plus qu'à dégager d'ici en vitesse... OUPS !

Il venait tout juste d'avancer droit devant et il venait de se prendre les pieds sur une forme matérielle mais invisible. Il sentit alors quelque chose de chaud et doux contre lui. C'était comme s'il s'était affalé sur un canapé à la fois dur et moelleux par endroit. Il sentit contre son nez un chatouillement et une douce odeur agréable. Sous la surprise, il avait ouvert la bouche pour exprimer autant la douleur que la stupeur et avait refermé brûtalement sa mâchoire sur quelque chose de tendre avant de chercher à se dégager le plus vite possible.

- Oh mon dieu ! Je me disais bien que ce n'était pas un cheat-code ! Toi là, la rouquine ! Montre-toi ! Je sais que t'es par là ! Te fous pas de moi !

Dit-il en pointant du doigt vers une direction au hasard, en comptant sur le fait qu'il avait bien percuté et "touché" quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Ven 28 Fév - 12:15

Il l'avait regardée d'une drôle de façon suite à la réplique involontairement acerbe qu'elle lui avait balancé. Si bien que Calypso en était venue à incliner légèrement la tête en se demandant si elle n'avait pas un peu abusé. Mais au vu de la façon dont il l'avait détaillée sans gêne, aucune, elle ne se sentît pas spécialement coupable. Elle ne lui avait pas collé son poing dans la tronche à cause de son indécence, alors il pouvait au moins accepter une pique de ce genre. Et puis, autant dire qu'elle s'en fichait. Elle le savait, que son corps plaisait fortement aux hommes. Que si le bustier qu'elle portait aurait été qualifié de sexy sur certaines, sur elle il s'agissait clairement d'une incitation à la débauche. Calypso avait des formes généreuses, un corps qui lui ouvrirait bien des portes et devant lequel bon nombres d'hommes courberaient la tête, et elle le savait. Pourtant, cette fois-ci, elle aimait mieux ne pas trop en jouer.
Quelle utilité au fond ? Il n'était certainement pas plus âgé qu'elle et au vu de l'endroit où il traînait son derrière, il ne devait pas posséder énormément de PO en stock. Inintéressant, en somme. A moins qu'elle ne s'amuse avec lui uniquement dans le but de se divertir un peu, mais elle avait du travail, et bien qu'elle sût d'avance que c'était foutu, elle tenait à au moins tenter le coup.

Sur ces pensées, elle avait disparu, espérant de tout coeur qu'il s'en irait lui aussi et quel fût son soulagement lorsqu'après l'avoir encouragée à reparaître, il s'était tout simplement résigné et avait formulé à haute voix son intention de partir. Qui pourrît la vie à Calypso encore plus qu'au moment même où il était apparu.

Pourquoi fallait-il que ce genre de chose n'arrive qu'à elle ? Pourquoi fallait-il que, présentement, elle se retrouve avec une tête brune dans la poitrine qui ne se priva pas d'y mordre un grand coup histoire de bien lui donner envie de crier ? Chose qu'elle ne fît pas, cependant elle savait d'avance que son sein droit virerait bientôt au mauve à un endroit précis.
Affalée sur le sol, la rousse avait sagement attendu qu'il se relève avant de légèrement bouger à son tour, grimaçant quelque peu. Il était lourd le bougre, et malheureusement pour elle, son odeur mielleuse chatouillait encore son odorat en raison de sa précédente proximité. Il sentait affreusement bon. Pour un peu elle l'aurait presque mordu pour vérifier s'il n'était pas lui-même fait de miel, mais elle se ressaisît bien vite et soupira silencieusement.

- Oh mon dieu ! Je me disais bien que ce n'était pas un cheat-code ! Toi là, la rouquine ! Montre-toi ! Je sais que t'es par là ! Te fous pas de moi !

La jeune femme était allongée sur le sol, prenant appui sur ses coudes pour relever quelque peu son buste et le regarder. Ses cheveux d'un rouge flamboyant formaient un rideau sur le côté droit de son visage, laissant uniquement paraître son oeil barré d'une profonde cicatrice. Elle souffla d'un air dédaigneux sur ses mèches rousses, l'air agacé, et lança à son interlocuteur un regard sarcastique, mais amusé.

- Oh mais je ne me fous pas de toi voyons. -Elle passa l'une de ses jambes sur l'autre.- Disons juste que j'use de mon pouvoir pour essayer d'échapper à un jeune homme un peu trop bruyant.

Elle désigna sa forte capacité pulmonaire d'un vague coup d'oeil, reparaissant finalement à ses yeux.

- En plus d'être brutal, et légèrement voyeur sur les bords. Si c'est cette poitrine que tu convoites, je te l'offrirais volontiers, une fois que je t'aurais étouffé dedans.

/taunt. Voilà. Calypso ? Enervée ? Jamais, voyons. Son ton était tout sauf irrité. Elle commençait à s'amuser à vrai dire. A le provoquer, à lui montrer qu'elle était dangereuse et que s'il fallait qu'elle use de la malice pour qu'il la laisse en paix, elle n'hésiterait certainement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Sam 1 Mar - 18:46

Lui ? Un voyeur ? Oh non, non, non, certainement pas ! Akira n'était pas ce genre d'individu bien sûr ! Il était pur, innocent et sain d'esprit. Bon nombre de personnes le surnommaient d'ailleurs "le bon samaritain" et jamais il n'oserait faire de mal à une mouche ou encore reluquer des jeunes femmes à la sortie du lycée. Cependant, il devait avouer que la menace qu'elle lui proposait n'était pas si mal. Mourir d'asphyxie entre ces deux desmoiselles serait une mort douce et agréable ; m'enfin, dommage qu'on ne pouvait pas mourir, à proprement parlé, sur ce jeu.

A ces paroles, Kame la regarda droit dans les yeux tandis qu'une expression narquoise teintée d'un semblant de sadisme s'affichait sur son visage. Elle était donc ce genre de femme qui connaissait ses atouts et n'hésitait pas à les utiliser auprès des hommes s'il le fallait. Il commençait déjà à avoir quelques indices sur la personnalité de cette inconnue mais il n'était pas allé encore très loin. Ce fut donc avec une voix calme et sournoise qu'il lui répondit.


- Ohooo... En voilà une femme sûre d'elle. Me traiter de voyeur alors que ce n'est pas moi qui possède un tel pouvoir ! Aaaah, comme je t'envie. acheva-t-il avec une pointe de fausse tristesse dans la voix.

Il esquissa un sourire de toutes ses dents et commença à marcher autour d'elle.


- Je suis curieux de savoir pourquoi quelqu'un viendrait ici. Ce n'est pas un coin parfait pour les rendez-vous galants, pourtant... Votre fiancé aurait de drôles de goût, hiahiahia !

Il fit mine de réfléchir, la main sur le menton dans un air pensif. Il s'arrêta de marcher puis la fixa à nouveau. On aurait dit qu'il l'analysait encore ; comme s'il était en train de juger la valeur d'une marchandise. Elle était plutôt grande pour une femme. Elle faisait presque sa taille. En plus de ça, elle avait cet air indépendant qui attisait la convoitise des hommes : une proie de choix. Réflexion faite, elle avait l'air plus d'une chasseuse que d'une proie ; mais peu importe. Ce n'était sûrement pas par hasard qu'elle était ici. Alors, pourquoi ?

- Hmm... Ca y est, je vois mieux le plan.

Kamehameha venait de prendre un faux ton sérieux ainsi que l'air d'un type qui venait de découvrir la véritable identité du coupable d'un meurtre sanglant. Son expression s'illumina et il pointa la jeune femme du doigt d'un air narcissique et triomphant.

- Ma réputation a déjà fait le tour du net. Je suis certain que tu m'as suivi jusqu'ici pour savoir où se trouve ma planque ! Héhéhéhéhéhé... Une cliente fidèle et accroc !

Il ne lui laissa pas le temps de lui répondre et se pencha légèrement vers la jeune femme comme pour lui murmurer quelque chose, bien qu'ils n'étaient que deux en apparence.

- Tu es venue pour trouver d'la bonne, hein ? Il fallait me le dire tout de suiiiiiite. Niark !

En un geste rapide, il sortit de la poche intérieure de sa veste un petit sac en lin qui devait probablement contenir quelque chose qui ressemblait à du sable ou à de la poudre. Il avait l'air fier de ce produit : son sourire machiavélique et mesquin le confirmait.

- Ma chère, celle-ci est la meilleure du quartier que j'aie pu déniché. Un petit coup dans cette poudre et tu planes direct jusqu'au septième ciel, ma jolie ! Un régal garanti, autant pour les femmes que pour les hommes... Quoique pour les hommes, il vaut mieux qu'ils soient seuls pour la prendre ; si tu vois où je veux en venir !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Lun 3 Mar - 21:43

Calypso arqua un sourcil, une lueur furieuse traversant son regard. Elle n'aimait pas son comportement. Elle n'aimait pas sa façon de tout détourner vers elle, et elle aimait encore moins sa façon de la regarder. Et puis, elle ? Une voyeuse ? Elle n'avait qu'à décocher un sourire suggestif pour avoir l'homme qu'elle désirait dans son lit, et les femmes n'étant pas spécialement son plat favori, voir un corps féminin nu ne l'attirait pas plus qu'une mise à jour graphique d'Euphemia.

Elle ne broncha pas lorsqu'il suggéra l'idée d'un rendez-vous galant. Avait-elle l'air d'être vêtu pour une sortie en tête-à-tête ? Qui plus est, l'endroit était effectivement... Mal choisi pour des amourettes de ce genre.
Pourtant, elle ne pût s'empêcher d'esquisser un sourire lorsqu'il évoqua un potentiel fiancé. Non, sérieusement, il l'avait bien regardée ? D'une, elle était certainement le genre de femme que les hommes fuyaient en raison de ses tendances léééééégèrement psychopathes, de deux, elle avait l'air de tout sauf d'une donzelle prête à s'amouracher de quelqu'un.

- Tu es venue pour trouver d'la bonne, hein ? Il fallait me le dire tout de suiiiiiite. Niark ! Ma chère, celle-ci est la meilleure du quartier que j'aie pu déniché. Un petit coup dans cette poudre et tu planes direct jusqu'au septième ciel, ma jolie ! Un régal garanti, autant pour les femmes que pour les hommes... Quoique pour les hommes, il vaut mieux qu'ils soient seuls pour la prendre ; si tu vois où je veux en venir !


Calypso écarquilla les yeux, l'air sincèrement choquée. Et... Se retînt de lui décoller la mâchoire à l'aide d'une gifle bien placée. Elle n'avait foutrement rien d'une junkie. Ni les yeux explosés, ni les bras marqués de cicatrices d'injection, soit elle picolait, fumait, s'envoyait loin parfois, mais elle aimait mieux se bousiller les poumons et le foie plutôt qu'autre chose.

La rousse se releva, glissant sur lui un regard d'une douceur égalant son ironie grandissante alors qu'elle ouvrait la bouche pour nonchalamment lâcher :

- J'ai d'autres moyens de m'envoyer en l'air, si tu vois ce que je veux dire.

Elle noua ses cheveux en un chignon négligé et croisa ses bras sur sa généreuse poitrine avant de continuer :

- Plus sérieusement, je suis ici pour mon travail, et tu es en train de tout foutre en l'air, chaton.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Mer 5 Mar - 23:09

La femme aux cheveux rouges paraissait surprise. Une surprise qui n'avait aucun effet sur Kamehameha qui se contentait de la regarder avec un air empli d'espoir. Bien que ce regard choqué et scandalisé semble vouloir dire "J'ai l'air d'une droguée, moi ?!!", il s'en fichait bien. La plupart de ses clients n'avaient pas nécessairement le visage spécifique du toxico en puissance, grâce aux bienfaits de ce jeu vidéo. Néanmoins, il en existait qui, pour des raisons au niveau du rôleplay, tenaient à faire preuve de réalisme : autant vivre comme dans la vraie vie si on était destiné à être condamné à errer sur ces terres virtuelles !

Elle lui avait répondu avec un ton sarcastique. Parlant de "s'envoyer en l'air", Akira se demandait bien quel genre de drogue cette cliente potentielle pourrait apprécier. Une chose était sûre : le client parfait n'était autre que le client addictif. Lorsqu'ils goûtaient à quelque chose, lorsqu'ils savouraient une substance si rare qu'ils ne seraient pas capables de la trouver eux-mêmes, ils devenaient en quelque sorte des zombis. Cependant, il était intéressant de constater des réactions plus ou moins différentes en fonction des individus et surtout des différences entre la vie réelle et la vie sur Euphémia. En effet, un bon nombre de drogues qu'il avait su reproduire ou trouver sur le "Black Market" avaient vu leurs effets modifiés. Agissant comme des potions, les drogues apportaient, évidemment, des malus dans les caractéristiques du personnage. Mettant de côté le système de fonctionnement de ce jeu ; au niveau de la santé, autant physique que mentale, y avait-il réellement des répercussions ? Kamehameha s'en fichait bien mais il se doutait que cela pouvait s'avérer "dangereux". S'ils revenaient dans la vie réelle, est-ce que ses "clients" resteraient autant accroc à des drogues imaginaires ?

Cette pensée lui tirailla l'esprit et il en fut presque excité à l'idée de voir des compagnies de zombis dans les rues, hurlant de douleur et de terreur face à leur manque. Lui aussi pourrait devenir fou un moment ou un autre.

La voix de la rouquine lui fit redescendre sur la terre ferme. Elle était là pour son travail ? Son client lui avait donné rendez-vous ici ? Hey ben... Drôle d'endroit pour faire ça. D'ailleurs, elle l'accusait d'avoir tout compromis.


- Ton travail, hein ?.. Quel dommage. Je serais curieux de savoir ce que tu fais dans "la vie" ma chère.

Il sauta sur le côté et sautilla à plusieurs reprises en regardant dans toutes les directions qui portaient vers des issues.

- Personne par ici ! Personne par là ! Mais enfin, ma tendre rouquine, ceci est une planque abandonnée ! Il n'y a rien de mieux que pour faire des affaires !

Il revint à toute hâte auprès de cette femme aux airbags.

- Et je te prierais de ne pas faire de bruiiiits !! Il serait gênant que des clients fidèles me retrouvent par ici. Tu es la première à l'avoir trouvé, tu mériterais peut-être une réduction, tant qu'on y est ! Haha !

Enjoué par une joie étrange, il tourna trois fois sur lui-même sur un pied. Soudain il s'arrêta net et son expression afficha un air colérique et dégoûté.

- Grrr ! Et je ne suis pas un châton !!!

Se rapprochant à nouveau de la femme à la cicatrice, il lui montra un autre sachet.

- En parlant de ça, si tu as un familier. N'hésite pas à me contacter. J'ai de très bonnes drogues pour familiers. Regarde moi ça ! De l'herbe à chat !

Ce fut à ce moment qu'un bruit étrange se produisit au loin, comme le grincement d'une grille. Cependant, Kamehameha n'y avait pas prêté attention.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Ven 7 Mar - 12:55

Calypso cessa de l'écouter lorsqu'il lui intima de ne pas faire de bruit. C'était sérieux ? C'était réellement sérieux ? Il lui demandait d'être plus silencieuse alors que c'était lui moulin à paroles ? La rousse roula des yeux, le regard encore et toujours rivés sur lui tandis qu'il déblatérait des inepties à propos de drogues pour familiers et autre bizarreries de ce genre. De un, si elle avait un familier, ce ne serait certainement pas un chat, de deux, si même elle ne droguerait pas son animal de compagnie, pourquoi compterait-elle sur lui pour le faire ?

Elle n'eût cependant pas le temps de s'attarder sur la question, alertée par le son du fer rouillé malmené au loin. Quelqu'un arrivait, et s'il ne la bouclait pas en vitesse, elle serait repérée, et en plus elle aurait des ennuis. Quoique. Au pire, elle n'aurait qu'à prétendre qu'il la fournissait en substances illicites et qu'elle venait son bien. D'une pierre deux coups. Elle serait tirée d'affaires et se vengerait de l'indiscrétion totale du jeune homme à ses côtés.

Un soupir las traversa ses lèvres alors qu'elle se mettait à nerveusement mâchouiller l'une de ses mèches rousses, l'ouïe aux aguets, avant de lui lâcher d'un ton monocorde :

- Ce que je fais dans la vie... Je m'amuse à trancher des gorges, pourquoi ?

Elle mentait, évidemment. Mais lui dire la vérité aurait été complètement débile. Un espion ne révélait jamais ce qu'il était. Du moins pas à des personnes aussi étranges et tout juste rencontrées. C'était limite du suicide. Et une perte assurée de son travail. Autant dire qu'elle aimait qu'on l'assassine plutôt qu'on lui arrache sa principale occupation. Elle n'était rien si elle n'avait pas au moins ça, elle le savait. Calypso n'avait pour seule passion que son métier. Elle aimait, espionner les gens, briser les murs de leur vie privée, et ce sans même qu'il le sache. Et autant dire que si l'on venait à lui payer pépites pour dévoiler où se trouvait la planque de son interlocuteur, elle n'hésiterait pas à le faire. Egoïsme, cupidité, quand vous nous tenez. L'argent était la seule chose apte à la manipuler.

Un sourire amusé éclaira le visage de la rousse. Ainsi, il n'aimait pas qu'on le surnomme "chaton" ? Soit, elle le ferait encore et encore dans ce cas. Mais pas maintenant. Il fallait d'abord trouver un moyen pour qu'il se la boucle. Roulant des yeux, elle s'accroupît en tirant sur sa main pour l'entraîner avec elle, essayant tant bien que mal de se camoufler et glissant un doigt sur ses lèvres du garçon. Contre lesquelles elle plaqua finalement sa paume pour espérer le faire taire avant de chuchoter :

- Si tu nous fais remarquer, je te coupe la langue. Occupes toi la bouche avec autre chose en attendant. Je t'achèterais peut-être quelque chose si tu es sage, chaton.

C'était de la manipulation pure et dure. Et au pire si elle lui achetait de la drogue, elle connaissait quelqu'un qui serait ra-vi de s'en débarrasser à sa place. Elle ne se droguait pas. La vie lui avait appris à ne pas s'amuser avec sa santé et encore moins volontairement. Crever d'une overdose n'était pas dans ses projets. Devenir accro à une chose telle que celle-ci et finir par agoniser de manière pitoyable dans le fond d'une ruelle ne l'alléchait guère. Elle en avait trop vu, et s'estimait bien trop... Supérieure pour permettre à une telle chose de lui arriver. La mort lui tendrait certainement les bras encore une fois, mais elle ne l'attraperait pas. Pas à cause d'une telle connerie en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Sam 15 Mar - 18:40

Elle lui avoua être un genre d'assassin. Cela ne sembla pas étonner l'homme aux cheveux noirs comme l'ébène. Ce dernier avait simplement réagi par un haussement curieux des sourcils. Aucune peur ne se traduisit de son expression. Pourquoi aurait-il peur ? Il y avait bien des joueurs qui se prenaient pour le héros d'Assassin's Creed ou de Thief. D'ailleurs, lui-même avait incarné un trafiquant de drogues et ses compétences lui permettaient de marchander aisément avec les PNJ.

Bref, la femme aux cheveux rouges avait été la première à porter de l'attention à l'étrange bruit qui s'était produit auparavant. Ses sens s'éveillèrent tout à coup et elle attrapa aussitôt Kamehameha par le bras afin de le mettre à terre. Akira n'avait pas le temps de réagir ni même de dire un mot de plus qu'elle avait plaqué sa main contre sa bouche pour le faire taire.


- Si tu nous fais remarquer, je te coupe la langue. Occupes toi la bouche avec autre chose en attendant. Je t'achèterais peut-être quelque chose si tu es sage, chaton. lui murmura-t-elle.

Kame saisit aussitôt la demoiselle par le poignet, dégageant de ses lèvres cette main encombrante. Il chercha ensuite quelque chose dans sa poche et sentit au toucher le contact froid d'un sachet. Il le sortit et le dévoila à la jeune femme ; ignorant l'arrivée de deux inconnus.


- Hey... Pssst... Je te fais une remise de 50% sur cette mauvaise herbe aux vertus aphrodisiaques... Enfin... Je ne l'ai pas encore testée mais bon, faut bien un début. Ca t'intéresse ?...

- Hey ? T'as entendu ?.. Je crois qu'on n'est pas seuls...

- C'est sûrement ton imagination. Qui viendrait ici ? Il n'y a rien.

Kamehameha se détourna enfin de la jeune femme allongée à côté de lui et jeta discrètement un oeil par dessus les quelques gravats derrière lesquels ils se cachaient tant bien que mal. Par chance, les deux hommes qui venaient d'arriver ne pouvaient pas vraiment les apercevoir sauf s'ils se tournaient véritablement vers leur direction.

Le premier avait une sorte d'armure médiéval. Ses cheveux étaient blonds et ses yeux d'un bleu azur. Pourquoi un jeune homme aussi charismatique perdrait-il son temps à jouer à des jeux vidéos ? Le second, quant à lui, portait vraisemblablement une robe de sorcier et son visage était l'archétype du jeune prodige, de l'élève modèle, que la société avait conçu : des cheveux noirs bien coiffés, un regard sérieux et froid, une aura digne. Que faisaient-ils ici ? Akira ne craignait pas qu'ils puissent trouver la planque où il cachait ses produits illicites mais il trouvait que ce lieu était de plus en plus fréquenté ces derniers temps. Pourtant, il ne s'agissait pas d'un endroit inédit et aucun évènement ne se rapportait à cette maison en ruines. Apparemment, il y avait une raison bien distincte qui avait poussé ces deux énergumènes à s'aventurer jusqu'ici.


- Bon... Je pense que nous pouvons commencer. Tout est prêt chez toi ?

- Oui... Je pense que oui. Avec un peu de chance, on aura assez de temps devant nous pour finir ce qu'on avait commencé.

- Parfait... Allons-y.

Ce fut alors sous les yeux ébahis du dealer que le premier homme enleva son armure tandis que le second retirait sa robe. Le chevalier avait un physique bien bâti tandis que le sorcier étant grand et élancé. Akira assista à la scène qui allait se dérouler face à lui avec un intérêt proche de la curiosité. Il ne s'était jamais attendu à voir une telle scène se produire dans son illustre planque. Les deux hommes se rapprochèrent timidement en se jugeant du regard. Délicatement, ils se serrèrent mutuellement dans les bras, leurs mains glissant doucement sur la peau de l'autre. L'ambiance qui régnait auparavant dans les lieux s'était adoucie et une chaleur soudaine avait gagné chaque recoin de la pièce. Bientôt, leurs lèvres s'attirèrent, se frôlèrent puis s'entrelacèrent tendrement avec passion. Leurs deux corps s'effondrèrent sur le sol dur et on ne put voir d'eux que leur chevelure ou le dos de celui qui se trouvait le plus élevé.

Akira déglutit et porta son regard vers la demoiselle. Il avait paru terrifié en premier lieu puis son expression se transforma en un rictus mauvais et sournois.


- Tu crois que je devrais leur proposer cette mauvaise herbe ? lui dit-il en un souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   Sam 15 Mar - 19:32

- Hey... Pssst... Je te fais une remise de 50% sur cette mauvaise herbe aux vertus aphrodisiaques... Enfin... Je ne l'ai pas encore testée mais bon, faut bien un début. Ca t'intéresse ?...

Calypso grimaça. Ok, s'il l'ouvrait encore une fois, elle allait lui fourrer sa botte dans la bouche. Non, elle n'avait pas besoin d'herbe aux vertus aphrodisiaques, sa vie sexuelle n'était certes pas très agitée en ce moment, mais ce n'était pas comme si elle y apportait une importance quelconque.
Elle entrouvrît les lèvres, comme pour lui répondre, mais fût coupée court dans sa prise de parole par celle d'un des deux hommes entrés dans la bâtisse. Ok. C'était bel et bien eux. Restait à savoir ce qu'ils avaient à cacher désormais.
Allongée à plat ventre sur le sol, elle observa la scène d'un oeil discret, arquant un sourcil au fil de leur conversation. Encore plus lorsqu'elle les vît se dévêtir, et elle ne se garda pas un regard furtif sur le grand blond relativement bien armé. Geste qu'elle regretta aussitôt au vu de ce qui s'en suivît.

Son visage passa de neutre à totalement effaré tandis qu'elle baissait sa tête pour enfouir son visage entre ses bras croisés sur le sol, le jeune homme près d'elle lui assenant le coup final en soufflant :

- Tu crois que je devrais leur proposer cette mauvaise herbe ?

Elle se retourna sur le dos, veillant à ne pas faire de bruit, les muscles tendus et les joues rosies par la honte et le dégoût. Calypso n'avait strictement rien contre l'homosexualité, non. Disons juste que l'idée d'assister à ce genre de scènes ne l'avait jamais spécialement alléchée, et que pour ce qu'elle en avait vu, elle aurait vendu père et mère pour ne plus avoir à poser les yeux sur cet acte. Et encore. S'il n'y avait eu que la vision, à la limite, elle l'aurait accepté, mais les légers râles venant d'en bas de temps à autre la faisaient frissonner et rougir de plus belle. Elle n'était pas gênée. Enfin, si, énormément, mais ce n'était pas ce qui l'embêtait le plus. La rousse aurait tout fait pour sortir de là, mais le bois grinçant n'aurait pas aidé à se défaire de cette situation discrètement et même si elle pouvait user de son pouvoir pour rapidement dégager, elle savait pertinemment qu'elle ne pouvait pas compter sur la discrétion du jeune éphèbe à ses côtés. Il lui avait assez bien démontré le genre de réaction dont il pourrait faire preuve si elle venait à disparaître une fois de plus.

Nerveusement, Calypso déglutît et passa ses doigts dans sa longue chevelure écarlate, laissant un soupir silencieux fuir ses lèvres. Elle frissonna une fois de plus lorsqu'un gémissement parvînt à son oreille, lui arrachant une grimace en raison de la honte qui la tenaillait actuellement.

- A les entendre, je ne pense pas qu'ils en aient réellement besoin. Et si tu venais à leur en donner, je ne tiens pas à être témoin des effets que cela risquerait d'apporter, murmura-t-elle en lui jetant un regard en coin.

Elle se tût un moment, peu ravie de se savoir coincée ici tant que les deux autres en bas n'avaient pas terminé leur...affaire, et ferma les yeux, son avant-bras droit posé sur ceux-ci.

- Bon... Eh bien puisque je suppose que nous allons devoir attendre qu'ils aient fini avant de se tirer d'ici discretos : Je suis Calypso.

Il s'agissait là d'une présentation des plus vagues uniquement pour qu'il lui réponde et que tout cela lui change les idées en plus de lui occuper l'esprit. Elle ne voulait pas y penser, et encore moins l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: The night is my veil. - PV Kamehameha.   

Revenir en haut Aller en bas
 
The night is my veil. - PV Kamehameha.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SMOOTH.NIGHT
» Trailer: Fate stay night
» Bloody Night Rabbit rpg
» Night Wolves RPG'
» Dylan Dog: Dead of Night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Crimson District :: Le quartier malfamé-