AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 
 I can't control myself [ LIBRE ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeVen 7 Fév - 0:22


Une autre journée de terminée. Tu étais épuisé, fatigué et ennuyé de ce travail peu excitant. Tu avais fait une dizaine de coupes et les gens étaient tous autant bavards. On dirait que les femmes te prennent pour un psychologue, mais tu te fiches complètement de leurs petits problèmes ou joies de la vie quotidienne comme leurs rêves de retourner dans la vie réelle ou ceux qu'elles ont de rencontrer un homme qui est ''hyper séduisant'' comme elles disent tant. Tu trouves qu'ils ont tous les même problèmes, les même façon stupides de penser et ça t'énerve vraiment. Lors de ta première coupe, le cobaye n'arrêtait juste pas de parler et tu lui avais gueulé de se taire, que ce qu'elle disait ne t’intéresse pas et cette petite garce t'avais répondu avec la même intonation que le client était roi et donc que tu avais intérêt à l'écouter et lui faire sa coupe si tu voulais être payé. Finalement, tu ne l'as pas été, mais bon. Tu t'étais amélioré depuis et tu laissais ces personnes discutées toutes seules, disant parfois, rarement, quelque chose pour les aider ou bien les nuire parce que tu te fiches complètement de ce qui peuvent leur arriver à ces petites pestes.

Bref, tu quittas ton salon, verrouillas la porte et partis en direction d'une ruelle sombre. Pourquoi tu allais là? Le bar est de l'autre côté pourtant. Tu continues de marché avec une idée inconnue en tête. Tu rumines comme à ton habitudes, heureusement, mais tu arrêtes peu après. Tu regardes les mecs qui s'échangent des substances illicites. Ah! Tu te tortures à te demander si tu devrais en acheter, mais tu sais que tu es sur l'île de la désolation comme tu adores le dire à voix haute... quand il n'y a personne. Pourquoi tu hésites encore? Ne veux-tu pas retrouver ce goût qui t'a tant manqué? Ce n'est pas non plus la première fois que tu en prendrais une dans ce jeu n'est-ce pas? Dire le contraire serait carrément un mensonge. Tu t'avances vers eux, le visage plisser par ton désarrois, ta faiblesse intérieur face à la tentation divine. Heureusement, tu n'étais pas complètement dépendant. Tu n'en prenais que les soirs de fin de semaine et rarement des soirs de semaines lorsque une cliente était trop énervante. Pour le dernier point, tu en prendrais tout les jours sinon, mais c'était rare que tu te décidais la semaine à commettre cet acte. Les hommes te dévisageaient en te criant de dégager. Tu leur montras de l'argent et demanda s'ils avaient se que tu voulais. Ils t’échangèrent la marchandise contre ton argent et tu partis en t'allumant ton nouveau produit. Ça fait du bien non? Tu étais dos à un mur, ne pensant à rien d'autre qu'à la fumer qui s'émanait de l'objet. Est-ce que tout ceci est bien réel ou est-ce que tu ne fais qu'un long rêve pénible? Tu rêves de te réveiller et voir ta mère encore vivante, ton visage sans ces blessures marquantes. Tu rêves de ne plus haïr ton père, mais tu sais que tu ne pourras jamais, sauf si tout ce que tu as vécu n'est qu'une illusion.

Tu quittas cette sombre rue pour te diriger vers l'endroit le plus lumineux, le casino. Liar game, cela porte bien son nom. Des jeux où les probabilités sont tellement minces à gagner que ce devrait plutôt s'appeler Rich game, l'endroit qui enrichit les fondateurs et appauvrit les imbéciles qui se prêtent au jeu, mais le nom et le slogan ne serait pas vraiment vendeur. Pourtant, tu veux y jeter un petit coup d’œil, pour quelle raison? Ah! j'oubliais que tu t'ennuyais et que tu n'étais plus vraiment en  possession de tous les moyens. Tu voulais aller dans cet endroit, c'était ton choix. Tu ouvris la grande porte après t'être débarrassé de ce que tu avais entre tes lèvres. De beaux hôtes et hôtesse étaient là. Comme tu t'y attendais, aucune horloge ni fenêtre. Par où vas-tu commencer à flamber ton argent, pourquoi pas au black jack?

Tu as gagné. C'en est pratiquement gênant pour toi. Tu soupiras et allas dans un coin tranquille, regarder les idiots qui rigolaient, criaient de rage ou étaient à la limite du désespoir. Tu étais habillé de ton beau kimono, ta frange cachait toujours ton œil. Après un regard mauvais sur toute la salle, tu vis, malheureusement, une des clientes les plus méprisantes qui t'était donné de rencontrer. Tu espéras qu'elle ne t'eus pas vu et t'éloigna discrètement vers un groupe de personnes qui c'était regroupé autour dune table où se disputait un jeu pour le moins intéressant. Ils avaient tous misés leur totalité. Un se s'amassait une totalité de l'argent sur la table tandis que l'autre était en train de se morfondre. Tu trouvais ça amusant, justement la sorte de tristesse, de destruction que tu voulais voir. Tu es dans un jeu, mais celui-ci est devenu ta nouvelle réalité maintenant, alors tu t'amuses à ta façon. Une jolie fille vient t'accoster et te demander comment tu t'appelles. Bon, soit cette fille veut te voler, soit elle est saoule ou bien elle est terriblement bizarre. Tu prend ton porte-feuille et tu t'en vas tranquillement en te disant qu'il vaudrait mieux que tu partes.

« Ah! Merde. Cette folle m'a repéré. La dernière fois que je l'ai vu en dehors du salon, elle m'a fait un énorme discours sur sa vie. C'était presque pire qu'au salon. J'avais beau lui dire que je m'en foutais, elle continuait de parler en me suivant jusqu'à chez moi. Cette femme est folle! Il faut que je me cache.... mais où? LES TOILETTES! »

Tu te dirigeais rapidement vers les toilettes, les sourcils baissés à cause de la colère et du léger stress de te faire prendre par la jolie dame, enfin, pour une vieille de 45 ans ouais.  Elle te suis de loin cette vieille pie. Tu la manipulerais bien, mais pour se faire, il faut que tu l'embrasse et ça, tu n'en a aucune intention de le faire, non. Le simple fait d'y penser te répugne. Tu entras dans les toilettes et attendu quelque minutes avant de rouvrir la porte légèrement, mais elle était comme un chien de garde. Alors tu es pris dans les toilettes, c'est marrant. Est-ce qu'il y aura un divertissement qui se présentera à toi comme tu le désires tellement?
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeSam 8 Fév - 3:06



i can't control myself;
The strange encounter crapper;



Soupir. Pryce serre rageusement le paquet de cigarette vide entre ses doigts. Il l'écrase. Pryce, il se sent vide sans sa nicotine en poche. Il est de ce genre là, a enchainer clope sur clope. Il jette un dernier regard à ce mec totalement stupide qui vient de se prendre le poing du blond dans la figure. Un abruti finit qui ne cherchait qu'à se battre. Oh oui, il l'a eu sa bataille. Pryce remarque une légère marque violacée apparaitre sur son poignet. Par réflexe, Pryce fait tourner sa main, forçant le mouvement de son poignet. Aucune douleur. Aucune grimace.

Insultes. Ce sont les seules choses qui sortent de la bouche de Pryce lorsque les personnes essaient en vain de lui parler. Sans le vouloir vraiment, Pryce s'est retrouvé dans les rues de Crimson District. Pryce, il tourne en rond. Il trouve de quoi fumer, de quoi se mettre totalement planant. Quitte à ne plus retrouver le chemin de chez lui, Pryce enchaine. Pryce se détruit doucement la tête. Le blond trouve ça pratiquement jouissif. Progressivement, les couleurs prennent des sons. Et les sons prennent eux-même des couleurs, voir même des images.

Bruyant. Pryce vient de pousser la porte de ce casino aux allures étranges. Le Liar Game. Pryce esquisse un léger sourire, pensant que le nom va parfaitement au lieu. Le blond s'arrête un moment au bar, histoire de pouvoir boire, de se mettre un peu plus à l'envers. Pryce pose son regard sur les personnes autours de lui. Des hommes frustrés. Des femmes en manque. C'est tout ce que Pryce arrive à voir dans la foule fréquentant le lieu de décadence. Le blond lâche un soupir après avoir terminé son verre. Il se lève. Attraper une fille ? Chercher un autre endroit pour boire ? Pryce ne sait pas trop. Pryce, il ne sait pas ce qu'il fait là, au milieu de tous.

Rires. Pryce les qualifie plus comme des gloussements des demoiselles se moquant gentillement des hommes venant de se faire dépouiller de leurs biens par un joueur. Pryce est assit au milieu d'eux. Pryce essaie de s'amuser, regardant les autres se faire dépouiller, les plus gourmand. Et le plus observateur prendre tout ce qui se trouve sur la table couverte d'un tapis vert. Un sourire s'étire doucement sur ces lèvres. Le brun en costard noir devant lui vient de découvrir ses cartes. Pryce entend les personnes autour de la table chuchoter. Le blond découvre ses cartes. Le jeu est terminé.

Pressante. Pryce remonte négligemment la fermeture éclaire de son pantalon avant de se diriger vers les lavabo pour se laver les mains. Pryce ne porte même pas attention à la porte des toilettes qui vient de claquer. Après tout, cet endroit du liar Game est ouvert à tous ceux qui souhaite se soulager. Pryce termine de se rincer les mains, et se tourne légèrement pour prendre la direction de la sortie. Son regard s'arrête sur un kimono, et des cheveux ébènes. Pryce le regarde alors que l'homme devant lui semble vérifier quelque chose dans l’entrebâillement de la porte. Sérieusement, c'est quoi ce putain cirque ? L'homme va réellement rester devant la porte, ainsi ?

- Eh, l'travelo ! Dégage de la porte !

Pryce est vulgaire. Pryce est froid. Comme toujours, Pryce donne toujours une magnifique première impression. Pryce, il veut simplement sortir de cet endroit peu plaisant, sans que l'autre n'ai a dire quelque chose. Pryce le fixe, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeSam 8 Fév - 5:04

Tu remarquas ce mec, blond avec plusieurs piercings..... Il était plus grand que toi, ce qui était très rare, mais il ne te faisait pas une tête évidemment. De toute façon, rien n'aurait changer.


- Eh, l'travelo ! Dégage de la porte !

Il t'avait vraiment traité de travelo? Il blaguait, tu espérais, mais tu allais tout de même lui briser le crâne. C'est une blague ou pas, il ne fallais pas trop te chercher et quand on te cherchait, ne serait-ce qu'un peu, on te trouvait très facilement. Encore, même quand les gens ne faisaient rien pour te provoquer, tu leur sautais à la gorge. Alors tu était presque fous de rage, mais un genre sourire se fit voir sur ton joli visage.

- Tu veux répéter? J'crois que mes oreilles n'ont pas compris la langue ''connard''.

T'as toujours eu ce sens de la répartie? Du moins, elle est vraiment nulle. Ha. Ha. Ha. Tu prends le mec qui se trouve probablement drôle de t'avoir traiter de la sorte,
mais il ne va plus rire pour bien longtemps. Pourtant, j'ai une très mauvais impression que tu vas perdre la face aujourd'hui. Ce mec il est beau, non. Tu n'as pas envie de l'embrasser, ou plutôt, comme tu préfère dire, faire un échange de salive et t'amuser? Tu hésites et tu décide de faire les deux: tu le fonce dans le petit mur qui sépare l'intimité de quelques toilettes aux reste de la pièce et décides de l'embrasser. Tu fis entrer presque de force ta langue dans la bouche de ton interlocuteur, la faisant s'enrouler autour de son binome et se retirant avant que l'autre ne lui croque l'intrus qui se trouvait dans sa bouche.

-Que le jeu commence mon mignon~.

Tu ne savais pas par où commencer. Alors tu l'immobilisas. Tu avais cinq minutes pour l'humilier, comment tu t'y prendrais? Ce serait beaucoup plus facile si tu pouvais partir de cet endroit minable qu'était les toilettes, mais le chien de garde surveillait encore tes entrés. Si tu pouvais, tu l'aurais faire faire une sorte de strip tease sur une table de jeu. Cela aurait été marrant à voir, mais tu ne pouvaia pas à cause de cette petite garce.

- Tu feras moins le malain tout à l'heure mon chou.

Il te restait quatre minutes 27 secondes et tu commençais à contrôler la main de l'autre
qui remontait son chandail, tranquilement. Puis tu fit enlever son gilet et ce fameux chandail. Puis tu fis tremper les pauvres vêtements dans la toilette.

- Tu vas voir ce qui en est lorsqu'on se joue de moi, mon mignon! Tu veux riposter? Pourquoi tu enlève tes vêtements si c'est pour les jeter dans les toilettes après? C'est complètement idiot!

Tu t'amusais en ce moment, il ne te restait que deux minutes. Tu lui fit enlever son pantalon et tu le pris. Tu le jeta à la dame qui trouvait ¸^ca répugnant et décida donc de partir. Elle était parti enfin, mais tu n'avais pas assez de temps pour le faire partir. Tu allais donc devoir l'assomer.

15 secondes.

Tu pris la tête de cet homme et la frappa fortement contre le même petit mur.

3.2.1 Le temps était écoulé.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeSam 8 Fév - 6:06



i can't control myself;
The strange encounter crapper;



Rire. Pryce l'a entendu, comme énervé par les parole qu'il a dites plus tôt. Pryce retient son rire face à cette réplique tellement. Risible. Comme si Pryce n'assumait pas ce qu'il dit. Pryce, il est du genre à tout dire en face, et plutôt deux fois qu'une. Un sourire s'étire sur les lèvres du blond, alors qu'il s'amuse à coincer son piercing à la langue entre ses dents. Pryce à fait un pas vers l'homme en kimono. Pryce sent la violence monter doucement en lui.

- Je t'ai dis de dégager de là, le tra-ve-lo.

Surprise. Pryce a détaché chaque syllabe du mot peu glorieux désignant son vis à vis. L'homme s'avance rapidement, alors que Pryce se contente de sourire, les mains dans les poches. Autant lui donner quelques coups d'avance. Pryce est horriblement confiant. Voir même, trop confiant. Pryce sent son dos percuter plutôt violemment le mur séparant les toilettes du reste. Mais là, les poings de Pryce se serrent vivement. Ses lèvres sont contre les siennes, et sa langue est venue trouvé celle du blond. Par réflexe, il ferme la mâchoire, espérant esquinter sa langue. Mais c'est raté. Pryce se redresse, essuyant sa bouche avec la manche de son gilet. Bordel.

- Espèce de connard, tu vas voir ou je vais te le foutre ton surnom dégueulasse !

Incompréhension. Pryce a pour intention de s'avancer vers le brun, pour lui coller une bonne droite. Mais à sa grande surprise, le blond ne peut pas bouger. Son corps refuse de lui obéir. Il est comme emprisonné en lui même. Pryce retient sa voix qui ne va que faire entendre un nombre hallucinant de vulgarités et d'insultes adressé à celui en kimono qui le regarde, en souriant. Pryce sent finalement son corps esquisser un mouvement.

Furie. Si Pryce pouvait tuer d'un regard, l'abruti en face de lui serait déjà écraser sur le sol, sans pouvoir sortir à nouveau ces surnoms dégoutants. Pryce rage, bouillonne intérieurement. Aucun de ses membres ne semble vouloir lui obéir. Et pourtant, il hurle intérieurement à son corps de lui réagir, alors que ses mains enlèvent tranquillement tout tissu recouvrant sa peau, pour les balancer dans les toilettes ou sur la tête d'une dame alors que l'autre a ouvert la porte. Pryce comprend, à ces paroles, que l'homme aux cheveux d'ébène fait usage de son don. Pryce le trouve pathétique, alors que lui même se retrouve seulement en caleçon dans les toilettes.

- T'es bien une pédale ! Incapable de se battre sans son petit pouvoir inutile.

Fin. Pryce sent son crâne heurter violemment le mur contre lequel l'autre l'avait plaqué plus tôt. Le choc le perturbe légèrement, et la douleur devrait le sonner. Mais la douleur, Pryce ne sait plus ce que c'est. Si seulement son corps lui répondait, Pryce l'attraperait par le tissu de son kimono ridicule. Un grand sourire s'étire sur ses fines lèvres lorsque qu'il sent un tissu plutôt soyeux être serrer entre ses doigts. C'est finit. Plus de contrôle. Pryce retient un rire. Pryce va enfin pouvoir jouer.

Provocation. Pryce tire sur le tissu que ses doigts refusent de lâcher pour être face à l'homme. Son autre main forme un poings serré par la rage. Pryce lui colle une violente droite. Aucune douleur sur sa main, et un sourire dégueulasse s'étire un peu plus sur son visage. Rapidement, le genoux de Pryce se lève pour venir rencontrer violemment le ventre de son vis à vis. Sérieusement, ce n'est pas être en calbut' qui va déranger Pryce. Le blond pense seulement rendre la monnaie de sa pièce au brun qui lui tape sur le système.

- Tu fais moins l'malin ! Putain...

Sang. Sous le choc de son crâne, ses dents ont déchiré l'intérieur de sa joue. Sur cette dernière vulgarité, Pryce crache le sang qui lui encombre le palais sur le carrelage des toilettes. Le blond s'est légèrement reculé pour ne plus être à portée du brun, mais aussi pour se reprendre. Pryce se ravise sur une seule chose. Il frappe fort. Pryce jette un regard sur ses habit qui sont trempé. Imbibés de l'eau des sanitaires. Le blond soupir, avant de reporter son attention sur son "agresseur". Pryce va tout de même essayer de sortir d'ici un minimum couvert, et son vis à vis porte une grande quantité de tissu. Pryce ne le lâche pas du regard. Pryce sait déjà comment il veut que ça se termine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeSam 8 Fév - 6:52



Tu rias, Ce mec était marrant et très surprenant . Il était non seulement grand et imposant, mais il savait très bien se battre. Tu étais très impressionné par cet homme qui te tenait encore tête alors que tu l'avais encastré dans un mur. Le plus justicieux dans ces moment pareil serait de prendre la fuite, mais tu était un parfait idiot et se mot ''fuir'' ne faisait pas du tout parti de ton vocabulaire. Tu voulais le tuer, oui, ce serait très judicieux de ta part. Et son regard, plein de haine, débordant de cette fureur macabre t'excitait grandement. 

Il te frappa, la première fois au visage et la deuxième au ventre. Ce mec, il te faisait mal, et tu riais. Ouais, tu as toujours été un peu fou dans ta tête. Au lieu de te rabattre sur ton sort lorsque quelqu'un te battait, tu riais. Lorsque tu avais mal tu faisait sortir cette euphorie en laissant échapper ces marques moqueuses. Tu avais trouvé un adversaire de taille et tu n'allais pas le laisser comme ça tout simplement. Il était très fort, peut-être même autant que toi et ne semblait bizarrement pas avoir mal. Cela t'énervait beaucoup, puisque c'est souvent le fait d'avoir trop mal pour continuer qui nous faisait arrêter de combattre.

Tu te relevas pour faire face à l'autre. Tu souriais et tu crachas un peu de sang du aux coups bien placé. Tu échappas un léger rire et verrouilla la porte de la salle de bain pour que personne ne puisse déranger
ce petit duel entre deux garçon vachement remontés l'un contre l'autre. C'était terriblement excitant comme moment, en particulier parce que c'était dans une toilette publique que ce déroulait le combat.

- Hey, Dis-moi ton nom. J'aimerais bien savoir à qui j'ai affaire dans cette histoire. Tu frappes vachement fort tu sais, mais ça ressemble à des coups de fillette énervée. Il te manque encore quelque chose pour être à MON niveau. imbécile.

S'il était gonflé, il allait l'être d'autant plus maintenant. Oh! Tu te jetes déjà sur l'autre? En lui balançant une droite en plus? Tu manques vachement de classe tu sais? Mais bon, il faut croire que l'on devrait t'apprécier comme ça. Et si.... Tu l'embrassaia de nouveau? Ce serait drôle de le voir gambader joyeusement entre les jeux. L'idée ne te déplait pas, mais tu ne le feras pas puisque c'est une vrai bagarre d'homme. Que le plus fort l'emporte. Tu lui rendit son coup de ventre avec un coup dans les côtes. Tu n'imagines même pas la douleur que cela a dû causer, mais tu frappes encore à en avoir mal aux jointures et tu reculas, essayant d'avoir, de voir plutôt, le nombre de dégât fait sur le corps de ton interlocuteur.

- Arrêtons-nous en ici, ce serait mieux pour toi. J'suis très bien apte à buter des insolent comme toi sans l'utilisation de ma magie. T'as qu'à les faire sècher tes vêtements.

Tu rigolas de nouveau. Tu savais très bien qu'il n'allait pas te laisser partir comme ça. Ce garçon avait une personnalité qui ressemblait à la tienne, mais en beaucoup plus vulgaire et cela commençait à t'énerver.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeSam 8 Fév - 23:30



i can't control myself;
The strange encounter crapper;



Euphorie. Pryce entend son rire. Pryce s'en empreigne, il s'en nourrit. Le cliquetis du loquet de la porte des sanitaires pour hommes lui fait esquisser un sourire. Ils sont cons. Heureux de se battre, mais totalement stupides. Le gout du sang s'écoulant de sa joue meurtrie le motive toujours plus à chaque seconde de détruire le visage du brun en face de lui. Pryce le regarde cracher au sol à son tour. Pryce le fixe alors qu'il s'approche doucement.

- Pryce. Retiens bien ce nom l'travelo. Souviens-t-en comme le nom de la fillette qui t'aura détruit.

Choc. Pryce sent le poings de son adversaire lui percuter violemment le visage. Le blond se retrouve a pivoter la tête s'il ne veut pas se faire détruire la mâchoire. Sous la force du coup au côté, Pryce se plie légèrement sur lui même, espérant ainsi éviter le pire. Mais Pryce ne sait même pas dans quel état il est réellement. Pryce ne connait pas sa limite. Indolore. Il encaisse les coups les uns après les autres, et se permet de souffler un peu lorsque le brun se recule.

Malsain. Pryce se redresse, mécaniquement, comme un robot. Pryce sent que ses muscles le tirent de tout les côtés, il sait qu'un message de douleur essaie de s'acheminer jusqu'à son esprit. Les doigts de Pryce glisse lentement sur sa peau qui commence à laisser paraitre des marques violacées. Pryce lâche un soupir. Au moins, il ne saigne pas encore abondamment. Pryce laisse tomber ses bras le long de son corps, alors que ses yeux se lèvent doucement pour se poser sur son vis à vis.

- Tu penses sincèrement qu'un branquignolle comme toi peux me tuer ? Je n'ai même pas eu mal.

Tourner. Pryce ose tourner le dos à l'homme en kimono, alors que ce dernier pourrait facilement en profiter. Mais Pryce reste sur ses gardes. Pryce écoute. Pryce sent. Pryce voit. L'adrénaline est montée en flèche dans le corps de Pryce, comme toujours. Le blond attrape ses vêtements, ignorant l'eau dans laquelle ces derniers ont trempé, puis les balance sur le sol carrelé des sanitaires masculins pour qu'ils n'absorbent pas plus d'eau. Pryce souffle lentement, tentant de se calmer. Si Pryce continue ainsi, il risque certainement d'y avoir de la casse.

- Putain; je vais te faire avaler ton rire, connard. J'suis à peine chaud, t'sais.

Contre. Pryce fait un pas en avant. Il va pour foncer tête baisser, comme un abruti qui ne fait que répondre aux coups qu'on lui a donné. Pryce fait un second pas, puis se fige. Pryce a bien vu que son adversaire est résistant, en plus d'avoir de la force à revendre. Pryce sourit. Pryce rit. Pryce lève les bras, son corps formant une croix, laissant des ouvertures de tout les côtés.

Confiance. Le blond est bien trop confiant. Pryce fixe toujours le brun avec un grand sourire dégoutant étiré sur ses lèvres. Il avance ainsi, d'un pas. De deux pas. Pryce se rapproche, abandonnant toute sa défense. Pryce rit encore, se moquant presque de son vis à vis. Pryce est con. Pryce est stupide. Pryce est masochiste sur les bords. Quoique, il ne peut pas l'être en théorie.

- Vas-y gamin ! Tu pourras rire quand tu m'auras fait ressentir de la douleur !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeDim 9 Fév - 3:47


Pryce. Un nom si.... Chiant. En fait ce n'était pas du tout le nom, c'était presque joli comme nom, mais c'était surtout l'imbécile qui possédait celui-ci qui t'énervait. Pryce. Enfin un nom que tu peux coller sur le visage de cet imbécile heureux. Pryce. Cet homme était très chanceux que tu n'ai pas amener tes ciseaux de coiffeur comme tu as à ton habitude dans tes manches, ça aurait probablement dégénéré. Pryce. Tu te souviendrai de ce nom, de cette personne qui a osé te traiter de travesti et continuer dans sa lancé. Tu voulais le tuer, mais tu n'allais pas faire un tel drame car tu préfères nettement humilier les gens que mettre fin à leur souffrance. C'est beaucoup moins amusant, certes, les voir agoniser quelques instants, ça c'est marrant, mais ensuite, il ne sont que des corps sans vie, sans.... rien pour t'exciter. C'est triste comment tu aimerais le voir mourir, mais tu ne pouvais pas pour ton bonheur, tu ne pouvais pas.

- Je ne veux pas te tuer. Si je le voulais vraiment, tu serais déjà mort imbécile! Mais le fait est que je préfère t'humilier, le robot.

Pryce, ce mec, il prend ses vêtements et les jettent au sol. Il t'a vraiment écouté? Oh! C'était marrant! Ça t'a même surpris qu'il pense à sortir ses vêtements car toi, contrairement à lui, tu avais complètement oublié. Ah! Il est tout de même intelligent ce petit connard, bien qu'il est grand. Il s'avance vers toi, tu te met en position de défense et à ta grande surpris, il mis ses bras en croix. Pourquoi? Comment ce fait-il que tu t'attendait à tous sauf ça. Cet action t'eut vraiment pris par surprise. Puis, comme à ton habitude, tu souris et commença à rire, mais un rire mauvais, un rire mesquin. Tu te foutais complètement de la gueule de ce dénommé Pryce. C'était une situation où tu étais terriblement certain qu'il allait répliqué, puisque son regard était si.... pleine d'énergie et de haine.

- Vas-y gamin ! Tu pourras rire quand tu m'auras fait ressentir de la douleur !

Tu riais à t'en plier en deux. Tu ne savais pas si c'était une stratégie ou il était simplement complètement stupide, mais ça t'amusait et c'était bien le but rechercher dans tout ce que tu lui faisais subir.... Du moins, une raison superflue puisque c'était beaucoup plus parce que ce connard t'avais traiter de travelo et parce que cet homme, Pryce, avait un ego tellement gros qu'il pouvait rivaliser avec le tien qui l'était tout aussi.

- Oh! Pauvre petit chou. T'es masochiste? Fallait le dire plutôt! je ne m'aurais pas retenu voyons. Je trouvais ça divertissant, mais là, ça m’ennuie si j'suis pour te buter sans savoir que tu vas riposté. C'est triste, l'robot.

Ouais, triste. Tu restais là à le regarder car non, tu ne voulais pas d'un combat à sens unique. Ce n'était pas amusant du tout si c'était à sens unique. Tu le regardas d'une regard mesquin, joueur, puis, on entendit que quelqu'un tentait d'entrer. Mais la porte était verrouillée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeLun 10 Fév - 1:50



i can't control myself;
The strange encounter crapper;



Moquerie. Il fixe Pryce de ce regard joueur qui a le dont de l'énerver. Pryce serre les dents. Le brun n'est donc pas capable de frapper sans aucune gêne ? Sans aucun remord de frapper un être sans défense ? Pryce baisse les bras, s'affaisse légèrement avant de cracher au sol sa salive mélangée à son sang. Pryce sourit, mais pas parce qu'il s'amuse comme au début. Pryce sourit d'un sourire sans vie. Pryce se moque, face à tant de "bontée d'âme" comme il le qualifie le plus souvent. Un pas en avant. La force dans le bras. Le choc contre son visage.

- Si ça ne t'as pas mis les idées en place, si tu hésites à frapper pour une quelconque raison, j'me casse.

Calme. Pryce redescend doucement. Lentement. Ses mains se serrent sur le tissu humide de son haut. Bordel. Pryce ne veut pas le mettre. Pryce trouve ça ignoble. L'eau du robinet coule, résonnant dans les toilettes. Le liquide incolore imbibe a nouveau dans le tissu sombre de son t-shirt, prenant la place de ce même liquide plus odorant qui avait pris possession des fibres du vêtement. Pryce tord le tissu, éjectant le plus d'eau possible qui finit par atterrir sur le sol carrelé.

Remise en place. Pryce ne porte même plus attention à son adversaire. Pour lui, s'il n'a pas frapper alors qu'il s'offrait, il ne frappera pas maintenant, alors qu'il a abandonné de nouveau toutes défenses. Pryce marmonne. Pryce n'aime pas le contact du haut mouillé sur sa peau. Ou celui de son gilet noué à la taille qui colle à ses jambes. Les deux mains appuyées sur le lavabo, Pryce respire fortement. Tentative pour retrouver son souffle. Tentative pour oublier l'insistance dont fait preuve l'abruti qui essaie d'ouvrir cette foutue porte. Pryce passe soudainement la tête sous le robinet. Eau froide. Choc thermique. Idées en place.

- Mais il va pas arrêter de m'casser l'crâne à frapper contre la porte comme ça ?! Putain d'merde !

Fixette. Pryce se redresse, coupant le cracheur d'eau. Pryce secoue la tête, essayant d'enlever le plus de gouttes d'eau possible accrochées à ses cheveux blonds. Pryce fixe le brun. Il ne le lâche pas du regard, alors qu'il appui nonchalamment sa hanche contre la vasque. Pryce croise les bras. Pryce serre les dents.

- Ouvre cette putain de porte, l'travelo dont j'ignore le nom.

Frais. Pryce frissonne doucement. L'eau froide lui a fait du bien sur le coup. Mais malgré la chaleur qui règne ici, il se sent froid. L'adrénaline est descendue. La tension de ses muscles s'efface. Au final, Pryce est trempé de la tête aux pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeMar 11 Fév - 5:14


I can't
Pryce&Waterlily


Le petit avait encore de la force à ce que tu voyais. Ouais, tu avais mal à la mâchoire car à force d'accumuler les coups d'année en années car tu te battais souvent et puisque tu n'étais pas surpuissant comme bien d'autres le pensaient, tu recevais beaucoup de coups en tout genre. Parfois, les bagarres dégénéraient et un salopards sortaient une lames. Ce ne fut pas rare, dans ton autre vie, que tu fus transporté à l'hôpital en urgence à cause de batailles qui te donnait de nombreux points de sutures. Ton ventre et ton dos étaient tellement laid à cause de tout cela que tu les cachais avec un bandage et tu camouflait avec ce kimono. Bref, tu te replaças la mâchoire  meurtrie et recommenças tes petits ricanement énervant.

- Oooh! Petit Pryce, ne fais pas cette tête affreuse. Je sais que tu es masochiste, mais ne compte pas sur moi pour te donner du plaisir. Je préfères nettement te détruire, c'est beaucoup plus drôle.

Puis tu le vis faire toutes ces sortes de manœuvres pour tenter de sauver la moindre dignité qui lui restait. Pourtant, malgré ses airs mauvais, ce dénommé Pryce, oui Pryce, semblait plutôt calme. Disons que tu avais vu pire comme réaction, bien pire que quelques coups qui étaient même inutile de parler. Tu crachas par terre à ton tour puisqu'un peu de sang qui venait de ton estomac, faisant mal, était remonter jusqu'à ton œsophage. Tu le fixais, puis une crise de sa part vint te surprendre, légèrement. Cette surprise était presque imperceptible, mais elle avait été présente un court instant, ce qui était tout de même impressionnant pour quelqu'un qui a la réputation de n'être effrayé de rien. Vous me direz qu'il y a une différence entre la peur et la surprise, mais elle est si mince que l'on ne voit pas la différence. Tu fronças les sourcils avec un air énervé. Cet homme avait le don de te faire perdre ton sang froid et le remplacer par ce désir malsain d'une envie fulgurante de le tuer, lui ouvrir toute les entrailles et jouer au docteur, non, plutôt au chercheur, au collecteur d'informations dans cet événement macabre.

C'en était trop. Cet ordre, il allait le bouffer ce petit connard. Tu t'avanças dangereusement vers cette personne si énervante, si chiante et surtout avec si peu de respect envers toi. Tu n'étais pas sain, mais il avait commencer avec son putain de surnom '' Travelo''. Tu lui tiras les cheveux et amena ta bouche tout près de son oreille pour qu'il t'entende bien, très bien, pour que les mots que tu allais prononcer aille dans une oreilles et reste dans son cerveau au lieu de sortir comme toutes les autre informations que ce stupide singe acquérait.

- Écoute-moi bien, Pryce, J'suis pas ta bonne comme tu penses le croire. Je ne suis pas un Travelo et si tu OSE encore me traiter de la sorte, tu verras ce qu'il y a après ce jeu débile. Tu vas crever. Waterlily, rappelles-toi bien de ce nom.

L'intenation de ta voix était si...  Glacial, sec. Ce ton faisait paraître ton énervement du moment. Tu ne pouvais pas être gentil, respectueux avec cet homme. Bien qu'il semblait puissant, ce caractère vulgaire ne te convenait pas. Tu ne l'aimais pas, ça c'était certain.

Tu le lâchas et fit entrer l'homme de la quarantaine qui semblait avoir une envie pressante, mais parti aussitôt terminé sa petite besogne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitimeJeu 6 Mar - 17:32



i can't control myself;
The strange encounter crapper;



Mouvement. Pryce lève doucement la tête, sous la force de la poigne de l'homme devant lui. Un léger sourire s'étire les fines lèvres de Pryce. Ainsi, ce doux surnom qu'il lui a trouvé, et qui lui va à merveille soit dit en passant, le mets hors de lui ? Pryce trouve que c'est presque trop facile. Waterlily, c'est trop long. Pryce n'a pas envie de se casser la tête à tout retenir, surtout si c'est juste pour pouvoir lui taper dessus tranquillement. Le blond recule d'un pas alors qu'un homme de la quarantaine entre pour la besogne. Pryce le fixe un instant, avant de profiter de cette pause offerte involontairement pour sortir rapidement, et attraper son pantalon qui git encore sur le sol du Liar Game. Avant de s'enfermer dans les sanitaires, croisant le quarantenaire, Pryce se retourne, et adresse un fuck à toute la salle, ceux le fixant se sentant concernés.

- Wa... Wald..? Ouais, merde. Lily, t'fais chier, sérieusement. J'ai plus de raison que toi de vouloir te fracasser, au vu de l'état de mes fringues !

Gamin. Oui, au fond Pryce n'est qu'un gamin, et comme il ne peut se battre comme il l'aurait voulu contre le brun, il essaye simplement de détendre l'atmosphère. N'importe qui ne lui donne pas son âge, vraiment. Pryce n'a pas grandit, Pryce n'est qu'une gamin perdu, un gamin des rues. Même s'il est fort, il n'est pas très réfléchit, et passe rapidement du coq à l'âne. Pryce porte doucement sa main à sa temps. Du sang séché, certainement du au choc contre le mur dès le début. Pryce hausse légèrement des épaules avant de cracher au sol. Sa salive a pratiquement reprit sa couleur transparente, et le goût ferreux du sang s'est doucement atténué.

- Si tu restes crispé ainsi, tu vas avoir des rides. Pas qu'ça me concerne, mais putain, t'es déjà assez bizarre comme ça !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







I can't control myself [ LIBRE ] Empty
MessageSujet: Re: I can't control myself [ LIBRE ]   I can't control myself [ LIBRE ] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
I can't control myself [ LIBRE ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [espace 4]carte main libre
» [LAG III] Mémoire siege et retros vers carte main libre
» [Sécurité] Forum privé en accès libre par URL
» Forums libre d'accès aux invités
» Pseudo libre trop court.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Crimson District :: Liar Game-