AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Avast!


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 14/10/2013
Localisation : Sur une barricade.

MessageSujet: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Sam 18 Jan - 1:28


Maybe kickin' your head down
« you should take a ride with me like rock'n'roll. »


feat Prince.
    Les molaires d'Avast émirent un grincement sonore en crissant les unes contre les autres. Avec un juron clairement audible, l'officier envoya un coup de pied qui n'avait rien de ménagé et respectueux dans la masse compacte comme de la gelée d'ados pré-pubères en délire qui se pressait contre la barrière de sécurité. Son hurlement d'avertissement eu ceci d'utile que cette portion-là au moins cessa momentanément sa poussée hystérique vers la scène, sans doute désespérée à l'idée de ne plus rien entendre si la jeune femme se remettait à crier.
    Ava recula avec un grognement et croisa les bras en couvant les fangirls d'un regard menaçant, avant de lever les yeux vers la scène qui se dressait dans son dos. Un "tssht" exténué s'échappa de ses lèvres serrées tandis que, loin d'apprécier la vue directe en contre-plongée dont elle bénéficiait et qui aurait fait se pâmer de bonheur la majorité de ces demoiselles, elle gazait du regard la tête de morue ridicule qui se dandinait sur scène sans aucune gêne. Apparemment. Avast était rigoureusement incapable de comprendre comment un être humain, et à fortiori un homme, pouvait s'exhiber ainsi sans aucune gêne. L'idée lui était tout simplement inaccessible.
    En plus, sa musique était l'équivalent d'une diarrhée auditive. Sérieusement. Ava regrettait amèrement de ne pas avoir emporté des écouteurs avec elle, et au diable le règlement ; devoir se farcir les fans en délire de cette fillette en t-shirts moulants et sa voix niaise par-dessus le marché, c'était presque frôler le seuil de tolérance de son cerveau. Son programme allait s'évanouir, si ça continuait comme ça. En fait, si cela ne tenait qu'à elle Ava serait montée sur scène pour arracher le micro à cette andouille et le lui enfoncer au fond de la gorge, avant de mettre un bon morceau de rock pour laver le cerveau de ces joueuses lobotomisées.
    Sauf que ce n'était pas son travail, et qu'apparemment des ignominies de ce genre avaient parfaitement le droit d'exister sur Euphemia.
    Vraiment dommage.
    La jeune femme se borna donc à crier quelques ordres supplémentaires et à repousser les attaquantes à coups de pied, tout en surveillant du coin de l’œil comment se débrouillaient ses congénères des forces de l'ordre sur les bords. Moyen, hein. Personne n'avait le pouvoir d'ériger des murs de verre, dans cette salle ? Pestant contre le manque d'effectifs, de moyens et de fonds, Avast balança des ordres à la volée en faisant de grands gestes furieux dans tous les sens.

    Et enfin, enfin la musique s'arrêta. Moment de grâce. Ava roula des yeux d'un air exaspéré, puis s'autorisa enfin à beugler ses "Reculez bon sang, ça suffit un peu !" de bon cœur - maintenant qu'elle pouvait entendre sa propre voix.
    Le bon sens aurait voulu que la foule se calme, maintenant que l'idole sac de paille s'inclinait sur scène et arrêtait enfin de dégouliner sur ses fans ; sauf que ce public-là avait visiblement quelques problèmes neuronaux. Loin de s'apaiser, les filles commencèrent à hurler encore plus fort, et même à repousser ses agents.
    Avast recula d'un pas, jura et enfonça sa casquette son front. Pas assez d'armes ou de pouvoirs offensif dans ses recrues - foutus swordiens et leur passion pour les dons spirituels et inutiles. Elle allait devoir faire avec les moyens du bord.
    Les PJ étaient vraiment dingues.
    Sans quitter la foule des yeux, Ava recula jusqu'à la rampe arrière de la scène et aboya sur la starlette - qu'elle voyait toujours en contre-plongée :

      « Hey toi là, magne tes fesses un peu et dégage de ton perchoir. Si tu veux pas que je te jette dans la fosse, t'as intérêt à courir ! »

    Est-ce qu'il savait courir, au moins ? Si tel n'était pas le cas, il avait intérêt à apprendre vite. Personnellement, elle n'aurait pas aimé être à la place du pauvre type qui tomberait là-dedans. Il pourrait bien finir déchiqueté, voire pire.

_______________
#4d7161
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 25/08/2013
Localisation : Holy Sword

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Ven 7 Fév - 17:13

Depuis qu'il était entré à Euphemia, Prince n'avait pas chômé. On pouvait bien dire ce qu'on voulait sur lui, mais depuis qu'il était dans ce fichu jeu il n'avait jamais été aussi proche de ses fans... Ou du moins il y avait été contraint et forcé. Enfin. Passons. On aurait pu croire qu'il aurait pu prendre des vacances de son statut de star internationale, profiter du jeu, quêter à fond...  Il avait essayé même, mais chaque fois qu'il revenait en ville quelqu'un semblait en avoir vent et quelques heures plus tard il lui arrive de voir que des affiches annonçant son prochain live à tel endroit avaient été accroché sur les murs. Comme si quelqu'un continuait de gérer sa carrière ingame. En fait. Quelqu'un devait le faire. Un sbire de son horrible manager ou sa manager elle-même. Et ça ne le surprenait même pas, vu son caractère retors. Le blond ne connaissait pas l'identité de cette fameuse personne, et elle faisait bien, si un jour il connaissait son identité il ne manquerait pas d'aller la faire suer un peu, comme il se permettait de le faire avec sa manager IRL.

Un concert. Cela nécessite beaucoup plus de préparation que les gens ne le pensent. Il y  a ceux qui montent la scène. Ceux qui gèrent les lumières et le son en fonction de l'ordre des chansons. Des personnes qui gèrent les coulisses, travaillant de concert avec les différents ingénieurs. Sans parler de ceux qui gèrent la sécurité, les costumes, les coiffeurs, le maquillage. Non. Un concert ça ne s'improvise pas, ça se prépare. Il est tout de même difficile de penser que sur Euphemia on puisse trouver le staff nécessaire pour gérer ne serait-ce qu'un seul concert. Et pourtant. C'était le cas. Peut-être que des pnjs s'étaient retrouvés embarqués malgré eux par la mystérieuse personne qui s'occupait de  la carrière de Caleb, ou encore d'autres fans qui voulaient faire partie de l'équipe technique de la star. Toujours était-il qu'aujourd'hui il devait se produire sur scène. Sans même avoir le temps d'effectuer des répétions. Qu'à cela ne tienne, le blond savait qu'il serait bon. Les chorégraphies ? Pas besoin de les répéter, il était suffisamment bon danseur et les avait tellement répété IRL qu'il était certain qu'il n'allait pas se tromper. Le chant ? Gérer son souffle il savait faire, chanter juste aussi. Pas de problème pour lui. Non. Ce qui l'ennuyait un peu plus c'était qu'il ne soit pas celui qui décide ou et quand.

Il y était quand même. Sur le bord de la scène, un micro attaché sur l'oreille. Une tenue qui, sans être outrageuse soulignait certains de ses avantages physiques. Il fixait la foule sans vraiment la voir, remarquant néanmoins la douce Avast en train d'aboyer dans son mégaphone pour essayer de calmer la foule et retenir ses collègues qui semblaient avoir envie de prendre la fuite, tant la foule semblait incontrôlable. Il esquissait un sourire. Il ne savait pas pourquoi c'était à elle de gérer la sécurité de son concert sur Holy sword, après tout ça ne faisait pas partie de son territoire, mais elle était là. Et il ne manquerait pas de lui faire remarquer quand il irait la retrouver après pour essayer d'entamer une conversation.

Parce que oui. Caleb essayait de parler avec Avast. Et c'était sacrément compliqué quand votre interlocuteur vous regarde comme si il voulait vous bouffer/vous frapper. Un jour ça arriverait. Ça il en était certain. Il recevrait un coup de botte un jour. Mais il n'avait toujours pas abandonné. Déjà parce que ça faisait chier la chef de sécurité, et que titiller les gens c'était son passe-temps préféré. Qu'ensuite elle semblait plus proche de Father que n'importe qui d'autre, mis à part Horizon, et la plus facile à trouver et à approcher, d'une certaine manière. Pourquoi s'intéressait-il aux Gms ? Il avait ses raisons. Mais il était plus facile de mettre ça sur le compte d'une curiosité plutôt mal placé.

Prince accorde un dernier regard au bas de la scène puis se dirige tranquillement vers la scène. Il salut la foule, celle-ci répond avec ferveur et commence à chanter. Il s'appliquait particulièrement attisant quelquefois la foule, pour donner du fil à retordre à la jeune fille habillée en cuir. Prince était quelqu'un de mesquin, de toute façon, elle était prévenue. Ses fans se faisaient plus pressantes, il souriait, imaginant le mal de crâne que le concert et les voix du publique devait infliger à Avast. Il se concentre sur sa prestation, les autres pensées étaient parasites. Danser, chanter, partager avec le publique. Ça lui donner du frisson.

Au bout d'une heure de concert, il ne lui restait plus beaucoup de chanson à son répertoire. Il aurait pu continuer avec quelques reprises, mais la situation était clairement devenu incontrôlable. Et pourtant son pouvoir ne lui avait pas encore échappé. Après tout, personne ne lui avait sauté dessus pour lui arracher les vêtements. Ce qui était bon signe. Non. Ce qui enrageait les fans, c'était son charme ravageur et son charisme. Parce qu'elles étaient peut-être un peu superficielles. Parce qu'elles ne connaissaient pas sa véritable personnalité. En tout cas, elles allaient bientôt enfoncer les barrières de sécurité et pulvériser les pauvres policier d'Holy Sword. C'est à ce moment qu'Avast choisi de le héler avec toute la délicatesse dont elle pouvait faire preuve.

« Hey toi là, magne tes fesses un peu et dégage de ton perchoir. Si tu veux pas que je te jette dans la fosse, t'as intérêt à courir ! »

Il sauta tranquillement à côté de la jeune fille, sans même sembler plus inquiété que ça. Il siffle cependant et lui tapote le sommet du crâne, imprudent ou simplement provocateur.

 « Alors, on a du mal à gérer de simples adolescentes ? Je te pensais plus efficace que ça,  Ava.»

Avant de commencer à courir, remontant la capuche de son costume sur la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avast!


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 14/10/2013
Localisation : Sur une barricade.

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Dim 9 Fév - 22:30

    Si Ava avait eu la programmation nécessaire pour se demander pourquoi elle essayait de sauver les miches du blondinet en t-shirt moulant, nul doute qu’elle aurait cessé sur-le-champ de s’égosiller. Qu’elle l’aurait assommé d’un coup de matraque et serait rentrée chez elle en grommelant et en laissant la horde d’adolescentes surexcitées lui fondre dessus comme une vague de zombies avides de chair fraîche. Dommage que ce ne soit pas le cas, ça lui aurait épargnée du temps perdu et de l’oxygène gaspillé.
    Enfin, c’était son boulot aussi. Elle n'avait pas trop le choix. Question de fierté personnelle.
    Cela dit, gérer les provocations gratuites de la starlette, ça, ça n’entrait pas dans ses attributions.

      « Alors, on a du mal à gérer de simples adolescentes ? Je te pensais plus efficace que ça, Ava. »

    Avast se figea un bref instant, un tic nerveux anima sa pommette gauche.
    You motherfckn sonofabitch.
    A peine eut-il effleuré sa casquette que le poing de l’officier de police partit, frôlant la joue du jeune homme et ne le manquant de peu que parce que par une providentielle action du destin – ou d’un instinct de survie miraculeusement préservé – il s’était vite éloigné avant prendre ses jambes à son cou.
    Et malgré le fait que ce soit exactement ce qu’elle lui avait demandé de faire, la jeune femme partit au quart de tour à sa poursuite en lui hurlant des insultes des plus imagées. Juste à temps semblait-il, puisque de soudains appels paniqués du côté de la barrière indiquaient sans nul doute que les agents d'Ava venaient d'être submergés par le nombre. La jeune femme aurait certainement craché sur l'inutilité des Swordiens et été mater la rébellion à coups de bottes et de matraque si elle n'avait pas été si focalisée sur l'objectif de rattraper le chanteur le plus vite possible.
    Et dans le contexte actuel, difficile de dire si c'était pour le protéger de ses fans ou tout simplement pour lui arracher la tête.
    Il la cherchait aussi. Il la cherchait tout le temps, d'ailleurs.
    Et en plus, la jeune flic ne lui avait absolument rien demandé. Elle ne se rappelait même pas lui avoir adressé la parole d'une quelconque manière pour lui conseiller de rester décent pendant ses spectacles. De ce qu'elle se rappelait, c'était l'artiste - avec de belles guillemets - qui était venu la trouver de lui-même pour... pour quoi ? Taper la discute ? L'emmerder avec ses sarcasmes ? Nul besoin de préciser qu'il s'était heurté à un silence hostile. En effet, le degré auquel l'attitude du jeune homme paraissait louche aux yeux d'Avast n'avait d'égal que la ridicule obséquiosité de son pseudo. "Prince". Et puis quoi encore, pourquoi pas "Sa majesté le roi des pâquerettes" pendant qu'on y était ?
    Tout cela pour dire que ledit Prince n'en était pas à son coup d'essai en matière de titillage d'antivirus, et que ce jour-là il aurait peut-être enfin l'immense honneur de se faire botter son royal fessier par les crampons bien entraînés de celui-ci.
    Et il faut dire qu'Avast avait bon espoir à ce sujet lorsqu'elle tourna brutalement dans une ruelle à la suite de l'encapuchonné et freina à son côté pour lui balancer un royal coup de pied fouetté... qui termina fort heureusement dans le mur.
    Dommage collatéraux okay.
    La jeune femme reposa la botte par terre - même pas mal - et se planta devant Prince pour lui attraper le col et le secouer comme un prunier en hurlant - ce qui était son mode d'expression le plus courant à l'extérieur, parce qu'en plus ça résonnait bien :

      « QUAND JE TE PARLE TU LA BOUCLES, PIGÉ LA CHANTEUSE ET SES COLLANTS PRINCIERS ? »

    Elle le relâcha sans douceur pour ne pas ajouter "agression sur civil" à ses états de service et croisa les bras, haletante. Cependant, quiconque l'aurait fixée sur l'instant n'aurait pas cru déceler un quelconque épuisement dû à sa récente course dans cette réaction corporelle.
    Avast n'avait jamais l'air fatiguée. Juste fumante de rage.

      « Ne m'appelle plus "Ava". » Elle avait aussi une capacité étonnante à donner à sa voix un ton granitique tout en arborant l'expression de quelqu'un qui s'apprête à dévorer un mur.

    Claquant des talons sur le pavé, la brune fit un demi-tour réglementaire et millimétré et alla se poser derrière le mur à l'angle de la ruelle.

      « Ou je t'arrache la tête. Maintenant tu la fermes et tu bouges plus. »

    Un coup d’œil derrière le rempart lui appris que la meute de cinglées en couches-culotte n'était pas encore parvenue dans le coin, sans doute pas au niveau physique d'une Avast en colère et de la personne qui lui court devant. Ou peut-être qu'elles s'étaient juste perdues.
    Quoi qu'il en soit, même si elle n'en avait pas envie, la policière n'avait qu'à rester là pour le moment à attendre que la situation décante un peu.

_______________
#4d7161
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 25/08/2013
Localisation : Holy Sword

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Jeu 27 Fév - 18:10

Le blond s'appliquait à mettre de la distance entre la policière et son visage. Il l'avait vu passer près, vraiment très près le poing d'Avast. Mais ça ne l'avait pas vraiment échaudé. Il en avait vu des plus vertes et des pas mûres. Allez savoir pourquoi, les jeunes filles qu'il côtoyait personnellement sur Euphemia finissaient tôt ou tard par vouloir lui botter l'arrière-train. Plus tôt que tard d'ailleurs. Alors, un coup de poing, de plus ou de moins. Il n'allait pas s'assagir, ni même essayer de corriger son sale caractère pour si peu.

Et c'est avec le sourire qu'il courrait dans les ruelles d'holy sword. Il doutait un peu que la foule se décide à le poursuivre encore longtemps... Quoi que. Il les avait quand même bien encouragé, dans un sens. Bah. Ça n'était pas son problème. Ou pas uniquement. Quelqu'un était théoriquement chargé de le protéger. Bon. Ce quelqu'un voulait le tuer, là tout de suite. Mais, elle allait bien finir par se ressaisir. Quoi que. La perspective de courir ainsi comme Tom et Jerry dans les rues de la ville ne lui déplaisait pas tant. C'était marrant. Ça faisait monter son adrénaline. Il aurait pu en rire, presque, tellement il se sentait euphorique.

La route bifurque. Il tourne, la rue est déserte. Il ralenti un peu l'allure, prêt à jeter un œil derrière pour voir si Avast suivait. Cependant, lorsqu'il entendit le souffle de la jeune fille et le bruit de sa botte sur le mur, il se ravisa, prêt à repartir en courant droit devant... Sauf qu'Avast n'était pas décidée à reprendre leur petite course. Caleb remet ses mèches blondes en place, en enlevant sa capuche, plus par habitude que par nécessité. Il  aurait bien claqué une remarque cinglante, mais la demoiselle avait décidé de lui attraper le col et de le sermonner. Il baisse un peu la tête, pour ne pas qu'elle ait à trop se pencher en avant.  

« QUAND JE TE PARLE TU LA BOUCLES, PIGÉ LA CHANTEUSE ET SES COLLANTS PRINCIERS ? »  

Prince pince les lèvres, prêt à éclater de rire. Ce qui n'était pas le meilleur moyen pour lui de survivre à cette journée. Parfois, il se disait que la brune avait un petit côté cro-magnon. Surtout quand elle avait les sourcils froncés et les yeux qui lançaient des éclairs. Ce qui était plutôt ironique venant de la part d'un prétendu antivirus, issue d'une technologie de pointe. Le blond fixe ses joues rouges de colère et son air de rottweiler. S'en était presque mignon. Surtout quand elle vous haletait à la figure comme ça, comme si elle n'attendait qu'un lancé de balle pour commencer à jouer. Sauf qu'elle était en mode « moi te bouffer si toi respirer. » Il se rendit alors compte qu'il avait la sale manie de comparer les humains aux animaux.  Et les femmes à des animaux domestiques. Étonnamment.  Et c'était tout ce qu'il avait appris de son comportement avec les autres, depuis son arrivé sur Euphemia. Navrant.

La brunette finit par le relâcher, pour croiser les bras et mettre ainsi le plus de distance entre le blond et elle. Prince ne relève pas. Même si ça l'amusait un peu.

« Ne m'appelle plus "Ava". »

Ah. Il aurait dû s'en douter. Caleb hoche la tête, comme s'il avait enregistré ce qu'elle venait de lui dire. Ce qui était complètement faux, d'ailleurs. Les conseils et les ordres avaient tendance à ressortir aussi facilement qu'ils entrent par ses oreilles. La faute à son arrogance, tout ça. Après une demie seconde à se regarder en chiens de faïence, Avast déserta pour se remettre à sa tâche première. Assurer la protection du blond.

« Ou je t'arrache la tête. Maintenant tu la fermes et tu bouges plus. »

Ça rentre et ça sort aussi vite, c'est fou. Le blond attend quelques instants et la regarde se planquer sur le coin de la ruelle, comme pour observer de manière furtive l'ennemi. Il s'avance tranquillement et s'accroupit derrière elle, essayant tant bien que mal de se cacher derrière sa silhouette. Il jette deux-trois coup d’œil, passant sa tête sur le côté de ses hanches, comme s'il s'était agit du mur lui-même.

« J'imagine qu'on les a semé. Enfin, j'espère pour elles. Quoi que. C'est moins drôle.»

Il attrape la paire de menotte de la flic, accrochée à sa ceinture, sans gêne, pour les observer un moment. Il se retient de siffler. C'était sacrément classe.« Elles sont plutôt cool vos menottes. Attends. On va voir si elles fonctionnent bien. »D'un geste il attache le poignet de la jeune fille au sien. « Pour une fois que c'est moi qui t'arrête. » Il rit un peu, avant de rajouter. « La prochaine fois qu'on se tombe dessus accidentellement à Crimson, ça serait pas mal si tu me laissais observer ton travail.» Il fixait son poignet le plus sérieusement possible. « J'ai bien envie de voir si tu gères aussi bien pour arrêter les malfrats que pour sauver les autres des griffes des adolescentes enragées. » Surtout que ça devait être intéressant à regarder. Plus intéressant que de se planquer sous une capuche.


HRP : J'espère que c'est pas trop pourri ;;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avast!


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 14/10/2013
Localisation : Sur une barricade.

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Dim 23 Mar - 1:18

    Non pas qu'elle ait espéré que ses ordres puissent être suivis. Elle était pas complètement attardée non plus.
    ... Bon, d'accord, si, elle n'avait pas imaginé le fait que le jeune homme puisse immédiatement faire fi de ses directives avec la plus grande insouciance du monde. Ce n'était pas comme si le monde entier lui obéissait au doigt et à l’œil sur Euphemia, pourtant. Entre les PJ qui se croyaient les rois du monde et les PNJ à qui il arrivait de se voir pousser un cerveau et des envies d'indépendance, elle aurait dû prendre l'habitude.
    Mais non, bizarrement, le concept de désobéissance volontaire et affichée des civils avait du mal à rentrer.

      « J'imagine qu'on les a semé. Enfin, j'espère pour elles. Quoi que. C'est moins drôle. »

    Un bruit semblable au crissement d'un bloc de ciment sur de l'asphalte retentit en écho à ces paroles. Apparemment, les molaires bien entraînées de la policière, qui n'appréciait visiblement pas la curiosité de son "protégé". Surtout lorsqu'elle le menait à désobéir aux instructions données deux secondes et demi plus tôt.
    Si elle avait daigné tourner la tête pour l'exécuter du regard, la position du jeune homme lui aurait certainement valu une belle marque de crampons sur sa belle gueule : cependant, la flic décida pour le coup de jouer les statues de marbres et de l'ignorer superbement.
    Dommage. Et sans doute pas la meilleure tactique à appliquer face à un emmerdeur pareil.

      « Elles sont plutôt cool vos menottes. Attends. On va voir si elles fonctionnent bien. »

    La preuve. Le contact froid et la poigne rigide du bracelet de métal poussa Avast à baisser les yeux de manière bien plus habile que les bavardages de Prince.
    Elle ne put que fixer les menottes reliant leurs deux poignets en silence, en se demandant si le jeune homme était vraiment profondément attardé. Est-ce qu'il avait une preuve qu'elle ait la clé sur elle, au moins ? Et ensuite, il n'avait aucune idée de la riposte que pouvait engendrer un tel acte de lèse-majesté ?
    Rien que la toucher méritait l'exécution publique, pour information.
    Mais non, lui, peinard, il continuait de blablater. A croire qu'il était amoureux du son de sa voix.
    Laquelle était, Avast ne le répéterait jamais assez, bien trop aiguë pour être publiquement revendiquée.

      « Pour une fois que c'est moi qui t'arrête. La prochaine fois qu'on se tombe dessus accidentellement à Crimson, ça serait pas mal si tu me laissais observer ton travail. J'ai bien envie de voir si tu gères aussi bien pour arrêter les malfrats que pour sauver les autres des griffes des adolescentes enragées. »

    Ah oui. Déjà, il faudrait commencer par comprendre l'intérêt des menottes et pourquoi c'est ça qu'on fout auxdits malfrats quand on les arrête.
    Avast, qui fixait jusqu'ici le jeune homme d'un regard d'obsidienne, fronça les sourcils lorsque le son de sa voix cessa de s'échapper de son insupportable organe buccal. Et puis, elle leva sa main attachée, attrapa la chaîne de l'autre et effectua un pas de côté suivi d'une traction violente : la manœuvre eut pour effet de tirer le blond contre sa jambe tendue afin de lui organiser une rencontre de choix avec monsieur le mur. Les dents en avant, paf.
    Une bonne chose de faite, colgate.
    Toujours apparemment calme, ou plutôt de l'air d'une cocotte-minute en phase de préchauffage, Avast s'accroupit et tira derechef sur la chaîne tout en s'appliquant à coller l'épaule du jeune homme contre le mur. Pas au point de lui déboîter le bras encore, mais l'idée flottait nettement entre les deux personnages comme une alléchante perspective d'avenir.

      « Caleb Johnson. » Commenta la flic d'un ton posé. « Je vais te casser la gueule avec tellement d'application que quand tu sortiras d'ici, ta propre mère ne pourra pas te reconnaître. »

    Sans se remettre à hurler, ce qui aurait été dévastateur pour les tympans du blond à bout portant, elle se pencha sur lui d'un air de rottweiler prêt à mordre.
    Si seulement ce type était un jouet en caoutchouc, on en parlerait déjà plus.

      « Tiens-toi tranquille ou c'est toi que je fous au trou. »


_______________
#4d7161
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 25/08/2013
Localisation : Holy Sword

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Ven 1 Aoû - 14:50

Prince, propulsé contre le mur par la force brute de la policière réprima un soupire. Et dire qu'il avait juste montré un peu d'intérêt pour le métier de sa protectrice. Les femmes du XXIe siècles étaient devenus bien compliquées. Il esquissa un geste, dans l'espoir d'amortir le choc inévitable de son nez contre le mur. Bien que, les dents risquaient d'en prendre pour leur grade. Si la situation ne l'amusait pas tant il aurait pu prendre très mal le fait qu'elle essaie de le défigurer...

Le choc arriva ensuite, se prendre un mur sur le nez, ça ne faisait pas tellement du bien. Mais c'était toujours mieux de se fracasser le nez, que de perdre une dent de devant. Pas sûr que ça soit très sexy. Et son contrat avec une marque de dentifrice ne le permettait pas. Il essaya de bouger le nez, histoire de vérifier qu'il n'avait rien de cassé. Mais. Ça avait l'air d'aller. Bon, le sang qui coulait de sa narine droit n'aidait pas, mais ça aurait pu être pire.

Et alors qu'il songeait au pire, une nouvelle traction sur la chaîne le fit tourner de manière à ce que ses épaules touchent de nouveau le mur, ce que préférait nettement le blond, remarquez. Celui-ci se pencha en avant et s'appliquait à éponger le sang avec un mouchoir. Et, alors qu'il allait faire preuve de bon sens et s'excuser au moins de lui avoir emprunté ses menottes avant de demander si elle pouvait consentir à les détacher, Avast décida qu'il était temps de le menacer, (encore une fois) verbalement. Ce qui n'était pas forcément une bonne idée, quand on avait en face de vous un type qui trouve ça drôle et qui ne semble pas doté du même instant de conservation que la plupart des mortels.

« Caleb Johnson. Je vais te casser la gueule avec tellement d'application que quand tu sortiras d'ici, ta mère ne pourra pas te reconnaître. Tiens toi tranquille ou c'est toi que je fous au trou.»

Et bien entendu, Caleb ne prêta pas véritablement oreille à ce qu'elle disait. Ou du moins, ce n'est pas la menace savamment glissé qui retint évidemment son attention. Il s'accroupit à son tour,un mouchoir sur la narine. Il s'épongea méthodiquement le nez avant de répondre :

« Oh, allez, tu sais très bien que ça ne me gêne pas quand tu me mets en prison. Mais, plus important, tu m'appelle par mon vrai nom ? Tu pourrais me dire le tiens, comme ça on serait sur un pied d'égalité. Quoi que. J'aime assez t’appeler Ava. »

Toujours accroupit et appliqué à s'occuper de son nez, il n'accorda néanmoins aucun regard à la policière de Crimson District. Avec regret cela dit. Il aimait bien voir ses yeux se froncer et son visage exprimer sa colère. C'était divertissant. Même s'il n'avait pas dit ça pour la faire enrager vraiment, ou du moins pas seulement. Il espérait vraiment qu'un jour ils pourraient discuter. Bon, il fallait dire que son attitude n'aidait pas, parfois. Mais il faisait des efforts et n'abandonnait pas, s'imaginant que la persévérance arrivait à bout de tout. Mais bon. Il n'était pas un expert de la communication. Et si jamais aujourd'hui ça n'aboutissait à rien, demain est un autre jour, non ?



_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avast!


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 14/10/2013
Localisation : Sur une barricade.

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Mar 26 Aoû - 4:31

    Avast! considéra son calvaire du jour d'un air méfiant. A première vue, il était bien trop occupé à s'enquérir des dommages infligés à son ravageur physique pour recommencer à faire le malin dans l'immédiat ; et toujours à première vue, la quantité de sang qui lui sortait du nez semblait indiquer que la policière bénéficiait de quelques minutes de répit avant que le chanteur puisse à nouveau s'intéresser à autre chose. C'était déjà ça de gagné, et ce n'était pas non plus négligeable, alors autant en profiter.
    Sans se soucier de s'excuser ou même de s'enquérir de l'état de la personne qu'elle était, à la base, censée protéger contre ce genre d'accident - encore qu'elle n'ait jamais observé les dégâts causés par une fan sur une idole, mais ne pensait pas qu'il s'agisse de nez cassé - Avast! se releva et partit à la recherche des clés des menottes dans les poches de son short.

      « Oh, allez, » reprit la starlette d'une voix quelque peu cancanante, visiblement peu affectée par la perte de son appendice nasal ; « tu sais très bien que ça ne me gêne pas quand tu me mets en prison. Mais, plus important, tu m'appelle par mon vrai nom ? Tu pourrais me dire le tiens, comme ça on serait sur un pied d'égalité. Quoi que. J'aime assez t’appeler Ava. »

    Négligeant - une fois n'est pas coutume - le grognement de rigueur, la jeune femme laissa tomber ses poches pour plutôt fouiller dans les divers étuis à sa ceinture qui, s'ils n'étaient pas foutus de contenir une arme, constituaient malgré tout un espace de rangement assez appréciable.
    Elle préféra d'autre part laisser de côté la question de Prince dans un premier temps. Déjà parce que son règlement personnel n'indiquait nulle part si elle était supposée se présenter aux PJ comme une joueuse ou un PNJ, et d'autre part parce qu'en tant qu'entité virtuelle programmée pour Euphemia, elle aurait été bien en peine de donner un nom humain au jeune homme. Ce qui en soi n'avait rien de bien grave, mais tout de même. Dans le doute, elle préférait le silence ; autant que possible, évidemment.
    Ah, voilà cette satanée clé.
    Ava la glissa sans fioritures dans la serrure et, d'un claquement discret, libéra leurs deux poignets avant de repasser les menottes à sa ceinture.

      « La prochaine fois que tu touches à ces menottes je trouverai un moyen de te le faire regretter. Et ailleurs qu'en prison puisque tu as l'air d'aimer l'endroit. Allez, debout. »

    La jeune femme se tourna vers l'angle de la rue et fit quelques pas dans l'allée qu'ils côtoyaient. Pas de filles hystériques en vue. En un sens c'était bizarre, mais personne n'avait dit que les fans d'idoles avaient un cerveau. Peut-être que ses gars avaient réussi à les retenir, peut-être qu'elles s'étaient trompées de rue. Qui sait. En tout cas, le duo avait le champ libre.

      « Bon, où est-ce que je te ramène en un seul morceau, starlette ? »

    Qu'on aille pas dire après tant de sollicitude qu'elle n'était pas sympa.

_______________
#4d7161
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 25/08/2013
Localisation : Holy Sword

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Dim 30 Nov - 17:13

Le silence s'installa entre eux. Une fois n'était pas coutume. Prince était occupé à triturer son nez. C'était quoi déjà la méthode de Tori pour arrêter les saignements de nez? "Applique une pression sur l'arrête. Regarde par terre. Si ça fait mal n'insiste pas trop, appelle moi. Que je puisse te botter le cul pour avoir abîmé ton outil de travail. " À cette pensée il esquissa un sourire. Il ne s'était jamais blessé sérieusement au visage et n'avait jamais vu sa manager mettre sa menace à exécution. Mais il ne doutait pas un seul instant quelle se serait bien appliqué à lui faire payer sa connerie.
-Tu n'y es pas allé de main morte dis-donc. Heureusement que personne n'a rien vu. Ça aurait été embêtant, mes fans auraient probablement essayé de te tuer.

Il esquisse un sourire discret. Il aurait très certainement apprécié la situation. Pas parce qu'il voulait ses fans se faire latter par une Avast on fire. Ou du moins pas seulement, il avait quand même de la sympathie pour ses fans, quelque part. Simplement parce que ça aurait pu être amusant. Heureusement ou malheureusement, aucunes furies n'avaient encore surgi. Il en était presque désappointé. Presque parce que se faire courser ça va cinq minutes mais, après un concert de près d'une heure c'était éreintant. Même avec beaucoup d'endurance. Ah. Qu'il était dur d'être adulé. lulz :meurt

La starlette chassa ses réflexions narcissique pour se reconcentrer sur son nez. Sur Euphemia les blessures avaient tendance à se refermer toutes seules. Qu'en était-il des os? Se ressoudaient-ils seuls? Était-ce douloureux? Combien de temps cela prendrait-il? Jusqu'à combien de blessure le programme de régénération pouvait-il gérer en même temps? Tant de questions et si peu de temps pour y répondre. Caleb soupire et détache son mouchoir de son nez. Ça n'avait plus l'air de saigner. Au moins. Ça avait rapide. La douleur elle n'était pas encore partie.

Il se redresse donc à la demande d'Avast alors qu'elle avait raccroché ses menottes. Il pinçait très fort les lèvres pour ne pas rire. Son nez ne survivrait pas deux fois à un choc facial.

-Si tu insiste. Je ramènerai ma propre paire, la prochaine fois.

Et non. Vous ne voulez pas savoir ce que Prince fait ou ne fait pas avec une paire de menotte, chez lui. Caleb s'éloigne avec précaution du mur, une main dans les cheveux. Et, alors que Avast scrute la ruelle avec ses yeux perçant sans doute prête a arrêter n'importe quelle fan qui aurait l'audace de se pointer, Prince lui s'approcha de la flic. Réduire la distance pour l'empêcher d'armer son poing ou ses jambes. C'était une tactique comme une autre. Bon. Il aimait aussi les autres mais ça c'était une autre histoire.

Aucune fan en délire n'avait franchi l'angle finalement. Le chanteur fut surpris. Il les avait connu plus acharné. Avast lui demanda alors où il voulait aller, à présent. Il considéra la question un instant, les bras croisés, une main contre son menton. Si elle lui demandait ce qu'il voulait faire à présent alors, il répondrait sans hésiter. -J'aimerai aller chez toi. Tout sourire. Toujours. Le pire c'était qu'il était sérieux. Vraiment sérieux. Il crevait d'envie d'aller chez elle. Et même si elle n'était pas là il s'en fichait. Pour pouvoir fouiner. Dans sa vie. Sans aucune honte. Pour assouvir une curiosité malsaine. Ou à dessein. Si elle lui demandait où il pouvait aller alors...On peut aussi aller chez moi. Mais c'est un peu risqué. Si jamais mes fans connaissaient mon adresse ça serait problématique. Il agite une nouvelle fois ses mèches blondes. Toujours en train de réfléchir. Quelque part à l'abri des regards? Mh. Une question adressé à lui même. Il considère la jeune femme un instant, son regard planté dans le sien. Et toi, Ava? Si tu pouvais choisir où aller, où irai-tu? Toujours un sourire sur les lèvres. Plutôt difficile comme question, mh?


Dernière édition par Prince le Sam 24 Jan - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avast!


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 14/10/2013
Localisation : Sur une barricade.

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Sam 3 Jan - 18:26

Avast cala ses poings sur ses hanches, au-dessus de la ceinture de cuir qui retenait ses divers outils de travail. Que les rues soient aussi désertes ne manquait pas d’attirer son attention, si ce n’était de l’inquiéter franchement : après tout, elle était loin de connaître toutes les manifestations et attractions d’Holy Sword, et il pouvait bien y avoir un quelconque marché quelque part qui attirerait tous les passants. Allez savoir. Ou alors les habitants étaient tous partis admirer une rixe sanglante entre les groupies déchaînées de Prince sur la place centrale où la scène avait été dressée.
Allez savoir.
En tout cas, cela ne changeait rien au fait qu’il fallait enfoncer le président des Etats-Unis dans  sa planque secrète. Ou toute autre idiotie du genre.
Bien que son cerveau lui crie très fort que le grand blond allait très bien survivre par lui-même si elle le larguait à l’instant sur le pavé pour aller faire des choses plus intéressantes, la discipline restait intraitable devant la raison. Et donc, Avast était déterminée à mener Prince en lieu sûr, dut-elle supporter son bavardage et ses sourires tout le trajet.
Dans sa ruelle, le pauvre chéri couinait sur son nez sauvagement assassiné.
« Tu n'y es pas allé de main morte dis donc. Heureusement que personne n'a rien vu. Ça aurait été embêtant, mes fans auraient probablement essayé de te tuer. »
La jeune femme ne savait pas bien comment lui faire comprendre à quel point elle était terrifiée autrement qu’en  haussant des sourcils explicitement dubitatifs. La façon dont elle faisait le pied de grue au milieu de la rue aurait dû suffire ; cela dit elle était persuadée que cela aurait beaucoup amusé la starlette qu’une marée de fans hystériques débarque d’un seul coup. Et la submerge évidemment, parce que non elle n’était pas de taille à lutter contre cent demoiselles déchaînées, fussent-elles aussi faibles que des chatons. Une marée de chatons noierait n’importe qui.
A côté de ça, le jeune homme s’empressa de répondre à sa question. Mais, évidemment, pas de la façon posée et raisonnable dont elle aurait aimé recevoir des indications.
« J'aimerai aller chez toi. On peut aussi aller chez moi. Mais c'est un peu risqué. Si jamais mes fans connaissaient mon adresse ça serait problématique. »
Avast pivota d’environ 90°, croisa les bras et posa sur Prince un regard lourd de menace sous ses sourcils froncés. Il avait beau ignorer ostensiblement son autorité quasiment tout le temps, la policière estimait que leurs relations en étaient toujours au stade officier/civil, soit à proximité frôlant dangereusement le zéro absolu. Or, un civil lambda ne propose pas de s’inviter chez un agent de police comme ça, non, merci. La familiarité de la starlette blonde lui faisait grincer les dents, et pas qu’un peu : parce qu’en plus de ça, on aurait vraiment cru que Prince s’attendait (à faible probabilité certes, mais tout de même) à ce qu’elle accepte.
Ce qui était bien évidemment hors de question. Déjà parce qu’elle vivait la moitié du temps au commissariat, un autre quart chez Father, et le dernier chez elle lorsqu’elle ne passait pas la nuit à arpenter les rues de Crimson. Avast ! n’avait pas de vie personnelle ou presque, s’il fallait mettre les choses à plat. Et si elle se refusait à introduire l’individu chez elle, c’était plus par souci de respecter les limites posées que par une réelle inquiétude concernant son intimité : de toute façon, Prince n’aurait rien trouvé d’intéressant chez elle.
Et d’ailleurs, le simple fait qu’il veuille y entrer le rendait déjà particulièrement louche aux yeux de la jeune femme.
« Et toi, Ava ? Si tu pouvais choisir où aller, où irais-tu ? »
Parce qu’il avait beau en prendre – vraiment très bien – l’aspect, quelque chose lui disait que le chanteur aux mèches blondes était nettement moins stupide et écervelé qu’il en avait l’air. Et cela ne lui disait franchement rien qui vaille.
Son précédent silence à visée rébarbative n’ayant eu pour effet, ni de faire taire Prince, ni de le pousser à prendre les devants, Avast se résolut à lui répondre – dans une tentative agacée pour faire avancer l’affaire.
Oublions la précédente réflexion. Elle avait l’impression de balader un môme de dix ans.
Oublions d’oublier la précédente réflexion. Ce n’était qu’une question louche de plus, qu’il venait de lui poser.
La jeune femme décida donc de lui donner une réponse inattendue. Histoire de le déstabiliser un peu, puisque les coups de poing dans le nez ne suffisaient pas. Cela dit il n’était pas certain qu’une simple réponse puisse réellement effacer ce sourire matois.
« Au bar. En descendre une ou deux. » Lâcha-t-elle d’un air mi-figue mi-raisin, un demi-sourire au bord des lèvres.
Elle laissa passer un silence en faisant la moue, puis reprit :
« Je vais te lâcher devant chez toi, starlette. Parce que de toute façon faudra bien que tu y retournes, que tes copines connaissent ton adresse ou pas. Allez, toi devant. »
Elle agita deux doigts gantés de cuir d’un air autoritaire, comme si ça avait jamais mené Prince à la baguette.
Après, s’il voulait qu’elle lui casse autre chose…

_______________
#4d7161
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 166
Date d'inscription : 25/08/2013
Localisation : Holy Sword

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Sam 24 Jan - 20:53

Reprenons là où nous en étions resté. À savoir, Avast !. Ou plutôt sur cette question posée entre deux sourires mielleux.  « Et toi, Ava ? Si tu pouvais choisir où aller, où irais-tu ?  » Ses deux premières réflexions n'ayant pas arraché à la policière la réaction qu'il escomptait il se raccrochait à cette dernière. C'était comme une dernière chance. Une dernière chance d'en apprendre plus. Un petit peu plus sur Avast !.

« Au bar. En descendre une ou deux. »

Son regard accroche ses iris, il note au passage le sourire d'une demie seconde. Ça l'étonne, mais il se retient de faire un commentaire. Son nez douloureux était déjà occupé à guérir lentement. Une seconde rencontre avec le mur serait hautement néfaste pour son nez.


 «« Je vais te lâcher devant chez toi, starlette. Parce que de toute façon faudra bien que tu y retournes, que tes copines connaissent ton adresse ou pas. Allez, toi devant. »  »

Ah. La session confidence venait donc de se terminer. Caleb retint un soupire. Il ne fallait pas ruiner ses efforts. Il ferme les yeux. Patiemment. Et sans un mot, un seul, s'écarte du mur pour se perdre dans les ruelles. Il ne savait pas quoi faire à présent. Quoi objecter. Du reste l'inviter chez lui ne le dérangeait pas tant que cela. Il avait cependant bien noté le « lâcher devant chez toi. » Ce qui présageait un énième refus. Cinglant s'il vous plaît. Avast ! N'avait pas son pareil pour vous faire comprendre que non, vous l'intéressez pas plus que l'escargot sur le mur voisin.

Mains dans les poches. Il réfléchit. Intensément. Tant et si bien qu'il ne pense plus à grand chose, à part à sa missi. Il plisse les lèvres. Sceller l'information. Soigneusement. Il ne savait pas si Avast ! Était télépathe ou si elle en connaissait, mais il ne  valait mieux pas trop laisser vagabonder son esprit. Il tourne. À une intersection. Lentement. Le centre de l'île. Il s'arrête. En plein milieu pour mieux se retourner. Son regard azuré balayait les alentours.

« Eh. On approche.  Il marque une pause, yeux fermés. Il ne savait pas comment amener cela. Il évaluait mentalement ses chances. Se risquait à perdre de précieuses secondes à calculer le temps que la policière mettrait à franchir les quelques mètres qui les séparaient et, celui que mettrait son poing à frapper son visage. Je connais déjà la réponse à la question que je m'apprête à te poser mais. J'ai deux trois bières dans le frigo. Ça te tente ? Pas d'alcool en service. On ne familiarise pas avec les citoyens. Il connaissait ces règles tacites. Prince savait aussi qu'il n'inspirait pas à la demoiselle de Crimson grand chose, à part peut-être, son attitude désinvolte qui lui donnait visiblement envie de le corriger du poing quand l'occasion se présentait. On pourrait parler de … Je ne sais pas. De beaucoup de chose. Je t'épargnerai mes couplets et mes propositions douteuses. Promis. Il marque une pause. Le plus compliqué restait à venir. Il esquisse un pas en avant. Plus de joli sourire sur le visage. Il gomme le masque. Prince n'est plus. Ni même Caleb. Reste simplement X0191 K. La différence est subtile. Peut-être trop. Il y a des choses dont je peux difficilement parler en public. J'ai... Mh. Comment on peut qualifier ça... ? Ah. Des confessions à faire. Des informations capitales. Sur Eliott. Prince inspire et vient ébouriffer ses cheveux blond. Le jeu auquel il s'apprêtait à jouer était dangereux. Il se concentrait sur ses paroles. Ses mots. Inspirer la curiosité sans pour autant révéler le plus important. Maintenant. Ou jamais. » Il se retourne finalement. Après quelques secondes pour ponctuer le caractère sérieux de la situation.

« Tu peux aussi bien faire comme si je n'avais rien dit. Bon travail Avast, je crois bien être en sécurité. »

_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avast!


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 14/10/2013
Localisation : Sur une barricade.

MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   Jeu 12 Fév - 12:32

Le trajet à travers les ruelles fut tortueux, mais bref. Tandis qu’elle avançait, Avast ne pouvait s’empêcher de remarquer à quel point les ruelles les plus sombres d’Holy Sword l’étaient moins que les plus lumineuses de Crimson District. Elles étaient propres, aérées, dépourvues des badauds louches traînants dans les coins les plus tordus ; pour le coup, Father avait eu à cœur de restaurer la crasse décadente du monde réel dans son petit univers personnel. Enfin. De ce qu’on lui avait raconté.
Non pas que ça lui manquât beaucoup.
La policière se demanda si la starlette sur ses talons avait conscience du luxe qu’il s’était offert en s’envoyant sur cette île plutôt qu’une autre ; et deuxièmement, si cela lui faisait une grande différence avec sa vie antérieure. Son allure – et ses collants, sans doute – rendait à première vue ridicule l’idée de le placer dans un univers aussi sombre que celui de Crimson ; mais cela n’empêchait pas Ava de douter. Quelque chose la dérangeait chez ce joueur. Elle avait pu apprendre que certains étaient plus subtils que d’autres, que les extra-Euphemia aimaient à se cacher sous divers masques. Mais quant à déceler le mensonge, elle ne pouvait là que se fier à son sixième sens. Un décodeur interne que Father n’avait visiblement pas jugé utile d’intégrer constitutivement à son système.
En parlant de la starlette, elle était bien silencieuse depuis quelques minutes. En y pensant, c’était presque inquiétant.
Ava eut-elle été quelqu’un d’autre, elle aurait certainement lâché une banalité pour briser cet inhabituel silence. Mais l’antivirus préféra s’attarder intérieurement sur les raisons qui pouvaient motiver ce silence : si elle avait voulu se retourner pour vérifier, la jeune femme aurait pu constater que Prince était absorbé par ses réflexions. Cela dit, elle n’avait pas besoin de cela pour en être quasiment certaine – et continuer à marcher droit.
Un pied devant l’autre sur la ligne.
Lorsque le bruit des pas de Prince se tut dans son dos, Avast s’arrêta net et effectua un demi-tour raide pour le fixer droit dans les yeux. Il semblait avoir trouvé ce qu’il avait à dire.
« Je connais déjà la réponse à la question que je m'apprête à te poser mais. J'ai deux trois bières dans le frigo. Ça te tente ? On pourrait parler de … Je ne sais pas. De beaucoup de chose. Je t'épargnerai mes couplets et mes propositions douteuses. Promis. »
Avast, qui avait haussé les sourcils de plus en plus haut à mesure que le chanteur parlait, faillit bien rester bloquée devant son irréfrénable toupet. Elle n’aurait pas cru qu’il allait continuer sur sa lancée, vraiment pas. En même temps, il ne cessait de contredire ce à quoi elle s’attendait depuis tout à l’heure, elle aurait dû s’y attendre. Mise à jour de la base virale, tuuut tuuut.
Quoi qu’il en soit, et aussi surprenant que cela puisse paraître, à peine la proposition et le flot de justifications qui s’ensuivirent eurent-ils franchi les lèvres de Prince que la décision d’Avast était déjà quasiment arrêtée. Et comme elle ne faisait pas dans les demi-mesures, un rien avait fait pencher son opinion du défavorable au favorable. Presque inexplicable.
A part le fait qu’elle avait toujours cette vague impression que le jeune homme mijotait quelque chose de pas tout à fait net.
« Il y a des choses dont je peux difficilement parler en public. » Reprit-il, visiblement pressé par l’impérieux besoin de convaincre son interlocutrice. « J'ai... Mh. Comment on peut qualifier ça... ? Ah. Des confessions à faire. Des informations capitales. Sur Eliott. » Avast ne broncha pas, mais parce qu’elle avait la physiologie granitique de l’anti-malware. « Maintenant. Ou jamais. »
L’antivirus soutint le regard du joueur sans ciller. A l’instant où il tourna les talons, elle avait déjà son idée sur la suite des évènements.
D’une part, parce qu’elle n’était pas aussi facilement embobinable. Un peu – non, carrément – bornée peut-être, mais stupide, certainement pas. Et le chanteur était louche. Non pas parce qu’il venait ouvertement de s’identifier comme potentiel agent infiltré ; ou plutôt, pas parce qu’il l’avait fait, mais plutôt à cause de la façon dont il l’avait fait. Ça ne collait pas. Même si employer le réel prénom de Father parvenait à semer l’ébauche d’un gros doute dans son esprit. Mais non. Il sortait ça de sa manche après une réflexion de dix minutes. Il n’avait pas pu prévoir qu’elle serait là à son concert et ce qui en découlerait. Les probabilités étaient trop faibles.
Ou alors, peut-être qu’il saisissait juste une occasion.
Quoi qu’il en soit, les calculs furent rapides derrière les yeux bruns de l’antivirus. Peut-être que le jeune homme venait de lui servir un bluff énorme sur un plateau d’argent dans le seul but de s’amuser : après tout, tout le monde connaissait le prénom de Father, même si peu l’utilisaient. Cependant, elle avait reçu l’ordre de rester en alerte. Le système était fragile, il y avait peut-être des intrus dans la matrice. Alors elle ne pouvait pas ignorer ce genre de signal. Elle pourrait toujours lui casser les rotules plus tard s'il se foutait de sa gueule.
Et de toute façon, quelle que soit la façon dont il avait réussi ce tour de passe-passe, il lui avait déjà donné envie d’accepter. La bière, peut-être.
Cela dit, Ava n’en perdit pas de vue son objectif, qui était de rester – ou d’être, pour ce qu’elle en savait – la plus fine des deux. Elle haussa donc derechef les sourcils, bras toujours croisés et bottes bien plantées dans le pavé, et demanda :
« Eliott ? »
La base virale VPS a été mise à jour. Regarde-le, le petit programme. Le mythe du bon sauvage.

_______________
#4d7161
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince   

Revenir en haut Aller en bas
 
This is how to be a heartbreaker guy ▬ Prince
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Holy Sword :: Le palais sur la colline :: Grand Hall-