AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 
 On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeSam 4 Jan - 12:45

Elever des vaches était loin d’être une tâche aussi facile que ça le laissait présager.
Depuis tôt ce matin, Done s’était affairé à divers travaux d’Hercules afin de ne pas se laisser déborder. Heureusement qu’il n’avait que trois vaches, sinon il aurait sans doute déjà émis l’idée d’un potentiel suicide. Ou alors de juste retourner à la mairie demander autre chose … Nettoyage des appartements de ces dames, les nourrir, la traite, rangement des bouteilles … ça demandait beaucoup de temps et d’énergie que Done offrait avec entrain. C’était ses propres décisions qui l’avaient mené jusque-là, après tout.
Finissant par enfin cocher la dernière corvée de sa liste, le jeune homme lâcha un soupir de soulagement. Et pour le féliciter, Daisy n’hésita pas à foncer sur lui pour le câliner et lui léchouiller généreusement le menton. Oh non, Daisy ! Allez, ça suffit. Donnel offrit à la jeune Prim’Holstein une tape amicale sur sa joue et s’en alla après lui avoir caressé le flanc.
Elles étaient mignonnes. L’américain aurait largement pu tomber sur des vaches plus effarouchées … et il aurait du coup eu plus de mal à embrasser cette nouvelle voie pour laquelle il ne s’était jamais vraiment documenté dans le monde réel. C’était curieux de voir qu’ici, à Euphemia, n’importe qui pouvait faire n’importe quoi ! Il pensait avoir déjà vu des adolescents jouer sérieusement aux forces de l’ordre … ça faisait presque peur. Le jeu ne se préoccupait pas des qualifications, mais pour le moment tout semblait fonctionner à peu près, alors …

Il était grand temps de se détendre à présent. Done prit donc une rapide douche froide pour se décrasser et se prit une bière dans le réfrigérateur. Il sortit ensuite de la maison. Le temps était au beau fixe depuis un moment, alors pourquoi rester à l’intérieur ? Après sa pause, il irait sans doute faire un tour en ville tiens, retrouver des potes ou quelque chose comme ça …
Le jeune homme arpenta son champ où ses vaches prenaient aussi du bon temps, dormant paisiblement dans l’herbe, et atteint la barrière en bois de sa ferme. Done y passa ses jambes et s’y assis, faisant face aux larges champs d’Holy Sword. Sirotant sa bière, la brise faisait virevolter ses mèches encore un peu humides, il laissa vaquer ses pensées dans le ciel, les arbres et la terre de la route … Peut-être qu’il croiserait des passants, tiens ?

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 


Dernière édition par Done le Mer 9 Juil - 0:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeVen 10 Jan - 7:32

Ses bottes en plastique vert se calèrent contre le bois de la clôture ; ce fut à peu près à ce moment là que Rose se souvint qu'elle n'avait pas les bras d'un bodybuildeur et somme toute pas la force d'un athlète (disons que le corps se chargeait volontiers de rappeler ce que la mémoire occultait). Ses muscles gémirent sous l'effort qu'elle leur imposait – celui de trop – et la firent basculer de l'autre côté sans qu'elle ait pu avoir le loisir de se rattraper au préalable. Résultat ; les taches de terre qui maculaient son pantalon étaient bien moins douloureuses que son ventre et la barrière sur laquelle elle venait de faire un magnifique plat. A moitié sonnée et le souffle coupé, la jeune fille resta un moment couchée dans l'herbe, les yeux papillonnant en direction de l'éther. Noir, bleu, noir, bleu... Le temps que le vertige se dissipe et que ses mains, assurées, saisissent à nouveau la structure meurtrière en prenant garde aux échardes qui en pointaient agressivement de ci et de là, plusieurs minutes s'étaient déjà écoulées.

Au moins, elle était passé de l'autre côté.

Les semelles épaisses et résistantes ignoraient les déformations du terrain et les pierres saillantes sur lesquels Rose s'aventurait depuis une bonne petite heure. La ville c'était bien, et les murs de l'établissement dans lequel elle travaillait avaient quelque chose de rassurants ; mais à force, on finissait par étouffer. Les paysages du Maine lui manquaient, quoi qu'elle ne serait retourné à la surface pour rien au monde si on lui avait mis le bouton « déconnexion » sous les yeux à l'instant. La nostalgie carillonnant néanmoins désagréablement et son service s'étant terminé plus tôt que de coutume, la jeune fille avait décidé, vaillante, de repasser par son appartement et se changer pour une petite exploration de la campagne d'Holy Sword. Rien de très extraordinaire, Rose n'avait rien de l'aventurière au lasso qui crapahutait pour tuer elle ne savait trop quels animaux avec elle ne savait pas trop quelle arme, d'ailleurs. Tout ce qu'elle avait d'utile sur elle, c'était ses bottes et sa salopette, même pas de provisions pour une escapade qui ne devait durer que deux heures au grand maximum. Juste un petit tour d'horizon, histoire de... Entendre les insectes chanter dans les hautes herbes lui avait redonné un sourire qui avait tendance à faner sans qu'elle s'en aperçoive.

Plusieurs fois elle avait plongé à la recherche d'une sauterelle récalcitrante ou d'une coccinelle trop rapide ; plusieurs fois elle était tombée sur des araignées qui lui avaient donné elles aussi du fil à retordre ; sans oublier la fâcheuse rencontre avec une énorme fourmilière, laquelle avait bien failli laisser de vilaines marques. Taches de terre et taches d'herbe parcouraient ses vêtements en ultimes témoins de ses errances. Ses cheveux soigneusement ramenés en un chignon qui laissait à présent s'échapper quelques mèches sautillait au rythme de ses pas pressés quand, apercevant quelque chose d'intéressant, elle augmentait inconsciemment la cadence, trépignant comme une petite fille pressée qui sait que sa mère va lui acheter un nouveau jouet. Cette fois-ci, quelques taches colorées dans un champ tout proche s'étaient accaparées sont attention. Collée à la barrière, elle fronçait les sourcils, se demandant si la forme allongée était bien une vache – et surtout, si tel était le cas, si c'était bien un chapeau qu'elle avait sur la tête. Drôle d'idée, un chapeau sur une vache...

Ou alors elle était folle et rêvait, ou les champignons du coin dégageaient de sacrés spores. Rose balayait les alentours du regard quand ses yeux s'arrêtèrent opportunément sur la silhouette d'un jeune homme,  quelques mètres à sa gauche, assis sur la barrière qui délimitait le pâturage. Si cette question de chapeaux et de bovins ne l'avait pas tant obsédée, Rose aurait pu passer son chemin, ayant toujours en tête que si les gens s'isolaient, c'était pour profiter de la solitude. Elle ne voulait pas déranger, vraiment, mais... Sa main suivant la barrière, tressautant doucement sur les irrégularités du bois, elle s'arrêta tout près du garçon.

Maintenant qu'il ne pouvait que l'avoir vue (à moins d’être atteint d'un cas de myopie sévère), se taire aurait été stupide. Allez, on se jette à l'eau.

« Excusez-moi, mais est-ce que ces vaches sont à vous ? »

Elle désigna par acquis de conscience le champ derrière lui où se délassaient les trois paresseuses.
En  y regardant de plus près, songea-t-elle tout en faisant mine de ne pas trop le dévisager, il avait l'air un peu jeune pour être fermier. Mais à Euphemia, qui savait...

Oui, qui savait.

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeSam 11 Jan - 19:18

Malgré cette tranquillité apparente qui semblait peser sur Holy Sword, l’île était loin d’être un lieu de paix intégrale et ennuyante. Done avait souvent l’occasion de croiser des gens, d’autres Euphemiens (il supposait que l’on pouvait les appeler comme ça) qui se promenaient façon touriste afin de profiter des verts pâturages. Ses vaches avaient d’ailleurs leur succès, ce qui lui garantissait des clients pour ses produits et, ainsi, de quoi vivre convenablement. Il n’avait donc pas à se plaindre et avait posé ses marques … Cependant, était-ce vraiment ça l’important à ses yeux ? Il en doutait.

Après avoir repris une gorgée de bière, Donnel regardait fixement sa bouteille en verre. Dessinant du bout du doigt quelques arabesques dans la buée qui la recouvrait, son œil perçut un mouvement au loin … une tâche jaune et verte. A cette distance, il ne la voyait pas encore très bien, mais le jeune homme ne pouvait douter du fait que ce soit humain.
Sans vraiment savoir pourquoi, ses yeux prirent la fuite vers le côté opposé et sa main libre alla triturer sa barrette … Quelqu’un. Quelqu’un approchait. Vers lui. Ses pensées et ses scénarios sur comment aborder les gens en trois leçons se bousculèrent sous ses cheveux blonds … Pourquoi il paniquait, hein ? Il s’y attendait à ce que des voyageurs passent, ce n’était pas nouveau ! Pourtant … Pourtant …
Donnel continuait de feindre le fait de ne pas l’avoir remarqué, concentré sur l’étiquette de sa boisson dont il devait avoir lu le nom une bonne vingtaine de fois à diverses vitesses et dans tous les sens. Le visiteur approchait, il le sentait …


« Excusez-moi, mais est-ce que ces vaches sont à vous ? »

Un peu trop brutalement peut-être, l’américain tourna la tête vers la voix de l'inconnue, jouant la surprise :

« Hm ? Oh ! Ah ! Bonjour ! Je ne vous ai pas entendu venir, hin hin … »

Termina-t-il sur un petit rire nerveux, sa main toujours inconsciemment accrochée à la breloque dans ses cheveux. Quand il s’en rendit compte, il la passa derrière sa nuque, faisant mine de rien. Un sourire un peu trop grand scotché aux lèvres, il passa de son interlocutrice aux grandes dames tachetées derrière lui :

« Oui, ce sont bien mes vaches … Je ferai bien les présentations mais … elles dorment. »

La voyageuse était une jeune femme blonde aux yeux verts … comme lui. Bien sûr, Done savait très bien qu’il était loin d’être le seul à arborer ce genre de pigmentation, mais cela restait un fait assez drôle. Néanmoins, dans l’allure de l’inconnue, il s’attarda sur ses vêtements qui semblaient en avoir vu de bien vertes, mais surtout des pas mûres ! Comme si elle s’était amusée à se rouler dans la boue. Inquiet tout de même, le garçon laissa tomber les politesses avec sa phrase pré-préparée pour l’occasion (« En tout cas, moi c’est Donnel. Mais vous pouvez m’appeler Done. Enchanté ! ») et se glissa plutôt hors de la barrière pour se remettre sur ses pieds avant de demander :

« Ah, mais que vous est-il arrivé ? Vous allez bien ? »

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeSam 18 Jan - 0:10

Rose se demanda immédiatement si elle dérangeait sans que la formule parvienne jusqu'à ses lèvres, qu'elle garda scellées par soucis de politesse ; peut-être qu'elle se faisait juste des idées, mais le garçon assis sur la barrière avait l'air nerveux. Elle suivit du regard la main qui s'arracha brusquement de la barrette, puis le sourire qui fendait un peu trop largement son visage. Ni entendu ni vu, n'est-ce pas ? Qu'il ait menti ou non, au fond, ça ne la regardait pas. Elle avait juste peur de s'être immiscée dans une bulle que sa voix aurait définitivement crevée. Tandis qu'elle essayait de s'en persuader, et surtout de se dire qu'elle n'avait rien fait de mal, le jeune homme reprit la parole, faisant à nouveau flotter son attention jusqu'aux vaches qui faisaient la sieste.

« Oui, ce sont bien mes vaches … Je ferai bien les présentations mais … elles dorment. »

Donc, c'étaient bien des vaches. Rose cocha une petite case dans la liste d'interrogations qui s'était imprimée dans sa tête. Et ce garçon était bien leur propriétaire ; nouvelle croix. Et ensuite, elles dormaient, elles n'étaient pas m- … Enfin évidemment qu'elles n'étaient par mortes, à quoi elle pensait ? Exaspérée par ses pensées parasites (elle avait encore lu trop de livres policiers, elle), elle se retourna vers le garçon, essayant d'éjecter de la dite tête l'idée qu'il était trop jeune pour être éleveur ou elle ne savait pas trop ce qu'on pouvait faire avec des vaches et un champ, en fait. A part du lait. Et des steaks. Et elle redevenait encore horrible, tiens, à croire que voir des vaches lui rappelait uniquement ce qu'elle allait devoir cuisiner ce soir.
Elle s'était décidée à lui demander pourquoi il avait mis des chapeaux à ses vaches quand il descendit de la barrière, la surprenant. Elle recula par réflexe d'un pas, anxieuse malgré elle à la pensée qu'il puisse l'envoyer balader parce qu'elle le dérangeait et qu'il avait du travail. Bon, quand on sirotait une bière bien assis au bout d'un champ, on ne devait pas avoir beaucoup de travail sur les bras, maiiiis...

« Ah, mais que vous est-il arrivé ? Vous allez bien ? »

Ah non. La jeune femme haussa les sourcils, passa une main dans ses épais cheveux avant de baisser la tête sur sa salopette tâchée ; le t-shirt qu’elle portait en dessous n'avait pas mieux supporté les petites escapades en hautes herbes. C'était marrant, ils vous montraient jamais comment c'était salissant de se balader dans tous ces trucs, quand on jouait à Pokémon. Rassurée, elle frotta les taches brunes et vertes pour la forme (si ses doigts avaient possédés des vertus magiques, ça faisait longtemps qu'elle n'aurait plus été obligée de faire de lessives), relevant le menton avec un petit sourire.

« Oh, oui, je suis juste tombée en marchant dans les hautes herbes, rien de grave. (elle agita la main dans la direction, vague, d'où elle venait) Et sur une clôture plus loin, mais c'est une autre histoire. »

Elle n'allait pas étaler ses talents discutables d'équilibriste devant ce sympathique jeune homme. Il n'avait pas à s'inquiéter ; personne ne s'était jeté sur elle pour l'agresser et aucun animal ne lui avait marché dessus pour lui montrer son affection.
Elle tapota doucement la barrière, et se donna du courage en se disant que question pour question, maintenant qu'elle était lancée...

« Mais, hm... Pourquoi est-ce qu'elles ont des chapeaux ? »

Et ça sonnait tellement stupide une fois prononcé que Rose regretta immédiatement de le lui avoir demandé. Si ça se trouvait, de plus, elles n'en avaient pas et c'était juste elle qui aurait dû aller s'acheter une paire de lunettes sur le champ – sans mauvais jeu de mot. Elle n'osa même pas le regarder.

Pourquoi pas lui demander pourquoi les oiseaux avaient des tutus, tant qu'elle y était.

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeSam 18 Jan - 11:46

Oh mince, elle avait reculé. Son approche s’était montrée trop brusque ? Donnel se figea, continuant de regarder la voyageuse ; se mesurant tout de même afin de ne pas la fixer de façon trop discourtoise. Il pensait limite à lever les bras au ciel pour montrer toute la bonne foi de son innocence ; mais ça semblerait ridicule … surtout que la jeune femme se reprit vite et raconta légèrement ses déboires. Une histoire d’herbe et de clôture qui soulagea légèrement le fermier de fortune ; ça ne semblait pas si grave, surtout qu’elle semblait en forme. Il répondit d’un « Hmm » compatissant, mais pensait que malgré tout, la blonde devait être épuisée de toutes ces mésaventures. Certes, Done ne savait pas depuis combien de temps elle marchait, mais proposer son aide ne lui coûterait rien et semblait bienvenue.
Il l’aurait fait tout de suite, mais l’aventurière semblait avoir autre chose en tête … Après un bref moment d’hésitation, elle se lança :


« Mais, hm... Pourquoi est-ce qu'elles ont des chapeaux ? »

Le jeune Crossmann cligna des yeux. Chapeaux ? … Ah ! Ses vaches ! Il tourna de nouveau la tête vers elles comme pour vérifier qu’elles les portaient toujours et, oui, en effet. Mais pourquoi jouait-il la surprise ? C’était une question récurrente ! Et il connaissait très bien la réponse à force de l’avoir récitée.

« Oh ! Pour ne pas qu’elles attrapent une insolation. Prudence, mère de sûreté. »

Leur bien-être était important pour éviter le stress … Mais il fallait avouer que Donnel avait d’autres raisons plus personnelles de leur faire porter ces délicats accessoires de mode. Afin de mieux les reconnaître, par exemple. Parce que compter les tâches, c’était bien beau, mais faire attention à une couleur allait plus vite. Surtout pour les non-habitués. Et puis, plus important encore comme critère : leurs couvre-chefs étaient mignons. Ça leur allait bien à ses petites Prim’Holstein. C’était discret, il ne leur avait pas non plus affublé de robe et n’en avait jamais eu l’envie (bien que ça avait déjà titillé son imagination) ! Est-ce que son interlocutrice était une protectrice des animaux qui désignait comme de la torture d’habiller des vaches ? Au cas où, il ajouta :

« Je crois qu’elles les aiment bien, en plus. Sinon elles les auraient déjà jeté par terre, haha … »

Loin d’être tyran, Donnel ne les aurait jamais obligé à les porter si elles avaient montré qu’elles n’étaient pas d’accord … Bref, avait-elle d’autres questions ? Toutes ses petites curiosités bovines lui semblant assouvies, le jeune homme s’enquit enfin à lui proposer son aide, sur un ton qui se voulait humble :

« Est-ce que ça vous dirait de vous reposer de votre petite aventure ? Je vous aurais bien proposé des vêtements propres … mais je doute que ça vous aille, haha … Néanmoins, j’ai à boire et à manger. Si vous voulez, bien sûr. »

Il espérait qu’elle ne le prendrait pas pour un pervers. Du genre qu’il l’invitait chez lui pour mieux la capturer, mon enfant, et … Que ce serait horrible. Vraiment, qu’elle n’y pense pas …
Et d’ailleurs, c’était le bon moment pour se présenter, là. Il sauta donc sur l’occasion :


« Et, au fait, je m’appelle Donnel. Mais vous pouvez m’appeler Done. »

Ah, ce que ça faisait du bien de l’avoir sorti.

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeSam 25 Jan - 0:06

« Oh ! Pour ne pas qu’elles attrapent une insolation. Prudence, mère de sûreté. »

Oh. Rose lui lança un regard ébahi sans y faire attention ; s'il y avait bien une raison à laquelle elle n'aurait pas pensé (et dans ces cas-là son cerveau qui se voulait pragmatique mettait toujours les hypothèses les plus fantasques en tête de file, allez savoir), c'était bien celle-ci. Qu'elle se dise sur un ton songeur que c'était logique et pas si idiot que ça l'alarma à peine tandis qu'elle se serait trouvée ridicule de ne serait-ce qu'y penser sur terre. Si les champignons pouvaient parler dans les jeux-vidéos, les vaches pouvaient bien porter des chapeaux pour ne pas tomber malade, hein... Sa main effleura machinalement ses cheveux. En attendant, elle était plus bête qu'une vache. Toujours sortir avec un chapeau, toujours ; ce n'était pas faute de le lui avoir répété étant enfant, pourtant.

« Je crois qu’elles les aiment bien, en plus. Sinon elles les auraient déjà jeté par terre, haha … »

Enfin bon, couverte de terre et d'herbe, est-ce qu'elle en avait vraiment besoin ? Rose étouffa un petit rire derrière sa main, espérant que le jeune homme n'allait pas voir une moquerie là où il n'y avait qu'un éclat amusé – elle avouait, la vision d'une vache piétinant avec dédain un chapeau à fleur la faisait rire. Elle avait bien fait de se dégourdir les jambes, décidément ; elle ne voyait rien d'aussi cocasse à l’hôtel où elle travaillait, encore que si un bovin était venu lui réserver une chambre en costume, elle aurait à priori été plus mortifiée qu'amusée.
Ses doigts cessèrent de tirer sur les manches soudain trop courtes de son t-shirt.

« Est-ce que ça vous dirait de vous reposer de votre petite aventure ? Je vous aurais bien proposé des vêtements propres … mais je doute que ça vous aille, haha … Néanmoins, j’ai à boire et à manger. Si vous voulez, bien sûr. »

Son premier réflexe fut d'ouvrir la bouche pour dire « non », « ce n'est pas la peine » puis « seulement si ça ne vous dérange pas ». Allez savoir pourquoi le son qui s’infiltra finalement entre ses lèvres ne fut pas à la hauteur de ses espérances et résonna étonnamment stupide à ses oreilles.

« Oh, je, euh... »

Ce qui était définitivement très intelligible mais ne formait pas vraiment une réponse appropriée –  ni une phrase tout court, de fait. Mais la voix de son interlocuteur était toujours là pour lui sauver la mise et elle commençait à vraiment l'apprécier : elle sauta sur l'occasion de se présenter à son tour pour effacer l'interjection peu glorieuse qu'elle venait de sortir. Histoire d'avoir l'air plus intelligente, moins stupide et balbutiante, moins femme des cavernes en résumé.
Oui, elle se souciait quand même de ne pas passer pour une cro-magnon ou une biche qui s'effarouchait du moindre bruit. La première impression était toujours la plus important, quoi qu'on en dise.

« Enchantée, Done ! Moi c'est R- AAAAAH ?! »

RAAAAAH comme « Moi c'est Rose mais AAAAAH un serpent m'a empêché de finir ma phrase » et pas comme « Raaaaah » mes parents se sont bien marrés à ma naissance, évidemment.
Les insectes n'effrayaient pas Rose, sauf peut-être les gros papillons de nuit qui s'emmêlaient dans vos cheveux et laissaient de la poudre plein vos doigts ; les serpents, c'était une autre histoire d'amour. Pas la plus belle ni la plus passionnée. Ayant cru sentir la caresse doucereuse d'une de ses sales bêtes contre sa jambe et ayant avisé des anneaux sombres entre les brins d'herbe, Rose avait virilement couiné et accroché le garçon par la taille, trouvant un refuge sûr dans son dos et se répandant en excuses tout en paniquant :

« Excuse-moi, enfin non, excusez-moi, mais j'ai cru voir un serp- ATTENTION, il est peut-être toujours là... »

Ce qui était pas mal, pour une première impression.

Lolilol:
 

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeVen 7 Fév - 18:36

Les poils de Donnel se hérissèrent de surprise lorsque la jeune femme se mit soudainement à hurler. Il en aurait presque lâché sa bière mais, heureusement, sût se retenir. Très vite, elle s’était mise à l’abri dans son dos, cassant toutes les règles d’espace vitale. Complètement figé, les bras en l'air, le jeune homme fixait toujours le vide où s’était trouvée l’inconnue un peu plus tôt. Les yeux ronds comme des soucoupes, il était autant animé par l’incompréhension de la situation que par la gêne d’être entré en contact physique avec cette voyageuse aussi vite. Oh, maman …

« Excuse-moi, enfin non, excusez-moi, mais j'ai cru voir un serp- ATTENTION, il est peut-être toujours là ... »

Ce n’était peut-être pas le moment de lui dire qu’elle pouvait le tutoyer.
Done se détendit cependant à l’idée que la source du malheur de la jeune femme n’était "qu’" un  simple serpent. Il y en avait parfois qui rodaient, mais le fermier autoproclamé était bien au courant du fait qu’ils n’étaient pas venimeux … Normalement. Mais ne parlons pas de malheur et imaginons que le reptile de notre histoire actuelle soit des plus inoffensifs.
L’américain n’avait pas souvent eu à avoir affaire à ce genre de bestioles autrement qu’au zoo, avant Euphemia. Un jour de visite, sa mère avait insisté pour qu’il touche le boa que les gardiens faisaient défiler comme une écharpe tout le long du parc … Ce qu’il fit. On pouvait donc dire qu’il n’avait aucun problème avec eux. Et, s’il avait été seul avec sa bouteille à ce moment-là, il n’aurait sans doute pas plus réagi … Prenant tout de même bien garde que l'animal n’approche pas de ses vaches. Alors pourquoi n’arrivait-il décemment pas à bouger ? La panique de Rrr était contagieuse ? Done voulu donc tenter de la calmer, lui garantir que tout allait bien se passer :


« Tout va bien … Si on ne bouge pas il devrait partir et nous laisser tranq- …
- Meeeuuuh … »

Le coupa une vache au chapeau rose. Lorsque les deux jeunes gens tournèrent enfin la tête vers elle, la ruminante fit un léger signe de tête de salutation distinguée à l’égard de l’inconnue depuis son côté de la barrière. Celle-ci tenait son maître de façon peu commune, d’ailleurs, non ? Enfin, bon, elle était d’assez bonne humeur malgré que son sommeil se fût vu brusquement raccourcir par un cri féminin.

« … Lily ! »

Done ne l’avait définitivement pas vu venir, beaucoup trop occupé à fixer l’herbe et suivre les mouvements du serpent que Rose pensait avoir vu. Il grimaça, espérant que celui-ci ne se décide pas à lui titiller les sabots et … Mer-…
Un nouveau meuglement, moins délicat et surtout paniqué, survint. Tout se passa très vite. La Prim’Holstein se cabra et, animée par l’énergie du désespoir, élança tout son poids sur son agresseur qui, dans un bruit dégoûtant … ne fut plus de ce monde.


« »



Les lèvres pincées, toujours aussi figé et les yeux aussi ronds, l’éleveur regarda Lily piétiner joyeusement ce qu’il devait rester du reptile. Il ne fallait pas faire de telles frayeurs à la demoiselle, hein …
Doucement, le jeune garçon tourna la tête vers la voyageuse :


« Euh … ça va ? »

Done, mon héros ♥:
 

Le serpent:
 

Jamais deux sans trois.:
 

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeMar 18 Fév - 13:12

C'était stupide. C'était un serpent, un minuscule serpent (elle allait imaginer ça histoire de ne pas s'évanouir, hein) et ils étaient dans un jeu vidéo ; une simple morsure n'allait pas les envoyer dans le vide numérique et même si c'était le cas, ça ne la tuerait. Ça. ne. la. tuerait. pas. Rose se le répéta un bon millions de fois en l’espace d'une seconde seulement, regrettant déjà sa réaction et ce que le jeune homme allait penser d'elle. « une folle », « une hystérique » ? Et encore, elle ne s'était pas retrouvée à ras du sol dans son émotion ! Parce qu'alors elle aurait fait une proie idéale pour ledit serpent et – non, elle ne devait pas y penser. Inquiète au point de menacer d'en étouffer son interlocuteur, elle se raccrocha à ses paroles comme un noyé à une bouée, priant pour que la sale bête retourne dans son trou ou qu'importe l'endroit où elle était censée habiter. Il allait partir, et elle allait enfin pouvoir lâcher Done, se présenter et continuer leur discussion de façon civilisée. Ou partir et le laisser là, rouge de honte, en espérant ne plus jamais le croiser de sa vie. Les deux scénarios se valaient.

« Meeeuuuh … »

Mondieuquoi.
Rose posa des yeux étonnés sur la vache qui semblait la saluer depuis l'autre côté de la barrière. Si ça pouvait avoir un sens concernant une vache, elle avait l'air gentille et courtoise. Okay, ça n'avait aucun sens, tant pis. C'était peut-être le chapeau rose qui lui faisait cet effet. Tentant de redonner à ses pensées un minimum de cohérence, elle enregistra le nom de la vache et souffla à fond pour se donner le courage de lâcher Done. Si ça se trouve, elle avait imaginé le serpent et avait paniqué pour rien ; maintenant qu'un des ruminants s'était levé, il pouvait faire diversion et ils oublieraient tous ce qui venait de se passer. Ne riez pas, l'espoir fait vivre ! Mais à l’instant précis où, étant parvenue à décrisper ses doigts, Rose se préparait à s'écarter de Done et accepter sa précédente invitation, Lily se mit à meugler sourdement et...
Se cabra, piétinant rageusement le sol de ses sabots. Rose cligna des yeux, incapable d'enregistrer ce qui se passait, du moins avant de baisser la tête vers la cause de tout ce raffut. Aouch.

Elle avait mal pour lui, hein. Un bon adversaire se devait de respecter la souffrance de son rival. Même si, en l'occurrence, il ne devait pas avoir senti grand chose. Tant mieux, ahah...

« Euh … ça va ? »

Tiens, elle avait réussi à le lâcher. La jeune femme s'écarta brutalement de Done et secoua les bras, un sourire maladroit aux lèvres.

« Oui, bien sûr ! Mieux que le... le serpent, en tout cas. »

Ce qui n'était pas très compliqué, en l'état des choses. Prise d'un sentimentalisme idiot et mal placé, elle regretta d'avoir hurlé. Peut-être que l'intrus aurait toujours été en train de courir joyeusement la campagne, si elle ne l'avait pas fait. Un peu comme on écrase une araignée et regrette immédiatement de l'avoir fait. Aussi horrible, dégoûtante et moche qu'elle ait pu être (c'était du racisme, quand on y pensait).

« Je n'aurais pas dû crier, c'était stupide, admit-elle en fronçant les sourcils, et en plus j'ai réussi à réveiller une de vos vaches. » Elle se sentit stupide mais ne put s'empêcher d'adresser un sourire désolé à la concernée.

Elle se souvint qu'elle n'avait pas eu le temps de terminer sa présentation. C'était pas mal comme nouveau départ, non ? Mais quelle impression catastrophique elle avait dû faire...

« Ah, et je m'appelle Rose ! Et je veux bien boire un peu, si... la proposition tient toujours. »

Au cas où il n'aurait pas aimé avoir une hystérique dans sa maison. On ne savait jamais

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeVen 7 Mar - 11:55

Le danger écarté – écrasé même –, la jeune femme trouva en elle la force de libérer Donnel de son étreinte. Assez brusquement, visiblement toute aussi gênée que lui par cette proximité instaurée involontairement, elle reprit :

« Oui, bien sûr ! Mieux que le... le serpent, en tout cas.
- … Certes. »

Il allait falloir nettoyer tout ça, tiens. Le fermier improvisé ne prévoyait pas d’ériger un splendide tombeau en l’honneur de ce pauvre reptile, retrouvé là au mauvais endroit au mauvais moment, mais au moins un humble sac poubelle. Ainsi, la dignité de l’animal comme de son terrain serait préservée.
Après cette réflexion, Donnel vida d’un coup le fond de sa bouteille et la déposa par terre avant de s’approcher de la barrière et de tendre les bras vers Lily pour s’assurer qu’elle allait bien. La brave ruminante approcha sa tête du blond qu’il caressa doucement en chuchotant des mots bienveillants à son égard. Là, là, tout doux, tout va bien.


« Je n'aurais pas dû crier, c'était stupide, et en plus j'ai réussi à réveiller une de vos vaches. »

Tapotant toujours la demoiselle au chapeau, Donnel tourna la tête vers la voyageuse, voulant lui assurer qu’elle n’avait pas à se sentir coupable … mais elle ne le lui en laissa pas le temps, enchaînant :

« Ah, et je m'appelle Rose ! Et je veux bien boire un peu, si... la proposition tient toujours. »

Ah, enfin il n’aurait plus à penser à elle à coup de jeune femme, blonde, inconnue ou voyageuse. Rose, hein ? Le jeune homme se demanda tout d’abord si c’était son vrai nom … ou un pseudonyme. Enfin, il ne se voyait pas non plus lui rétorquer : « Ah, très bien, et sinon, vous vous appelez comment en vrai ? ». Même si dans le contexte, ce n’était pas si inapproprié … Hm. En fait si, même dans le contexte ça restait très étrange … Et, surtout, très impoli. Mais ça va, ce n’est pas comme si elle s’appelait Néfertiti, Butterfly ou encore Twinkie. Quoique des parents étaient bien capables de donner de tels noms à leur progéniture, n’est-ce pas … Bon sang, Done, arrête de penser à des trucs stupides et réponds à cette pauvre jeune fille en proie à la gêne :

« Oh, ne vous inquiétez surtout pas, ce n’était pas stupide du tout ! C’est normal, il vous a surpris … Et puis je doute que Lily vous en veuille, hein Lily ? »

L’intéressée approuva d’un meuglement. Ou sembla approuver d’un meuglement.  Ça dépend des points de vue. Donnel aimait bien la première option, bien qu’elle pouvait paraitre invraisemblable à l’oral. Bref. Il tapota une dernière fois les joues de la brave bête et se retourna totalement vers Rose qui était passée de la voyageuse téméraire à l’invitée, lui offrant en même temps un chaleureux sourire.

« Reprenons alors, je suis enchanté, Rose ! Bien entendu que la proposition tient toujours. »

Agile et habitué, l’américain passa sa barrière sans trop de mal et proposa sa main afin d’aider Rose à faire de même. L’obstacle surmonté, Donnel ramassa sa bouteille vide laissée à l’abandon et tapota en chemin le flanc de Lily avant de mener la voyageuse jusqu’à son humble demeure. La vache n’allait sans doute pas se rendormir, mais elle saurait s’occuper, comme d’habitude. Ses deux sœurs, elles, n’avaient pas du tout été réceptives à l’agitation … Tant mieux pour elles.

L’intérieur de la maison de Done était assez banal et pourrait convenir à n’importe qui, rien ne criant à plein poumon qu'il en était spécifiquement le propriétaire. Ce n’était pas vraiment le genre de garçon à se préoccuper de la décoration ou de la personnalisation des lieux. Sinon, il y avait bien les diverses bouteilles de bière qui envahissaient son réfrigérateur … Du reste, son intérieur était nickel, toujours prêt à accueillir qui que ce soit. Vraiment loin du stéréotype des célibataires vivant seuls.
Le jeune homme ouvrit donc sa porte à Rose.


« Voilà, n’hésitez pas à faire comme chez vous. La salle de bain est juste là si besoin, pour vous débarbouiller un peu ou … »

Pas qu’elle était sale mais. Mais bon sang, venait-il de mettre les pieds dans le plat ? Repli stratégique.

« Je n’ai pas grand-chose en boisson mais … Du jus de fruit, de l’eau, de la bière … du … lait. »

C’était un peu misérable, énumérés comme ça. Mais la bière pouvait parfois symboliser l’essence même de son régime alimentaire, sans trop d’exagération … L’américain espérait qu’elle n’avait rien contre l’alcool ? Si elle n’aimait rien de tout ça, ce serait terrible, l’invitation n’aurait servi à rien et … oh bon sang, le serpent. Trop de pensées et d’idées se chevauchaient dans sa tête. Il déposa sa bouteille vide près de l'évier et reprit :

« Ah, désolé, je reviens tout de suite, je préfère m’occuper de … Vous savez … »

S’armant d’un sac en plastique et de gants, Done adressa un dernier sourire gêné à Rose avant de repasser prestement la porte. Il devait faire vite pour ne pas la faire trop attendre. Quel genre d’hôte il était, franchement ?

...

Il ne savait pas combien de temps s’était passé, mais il espérait avoir fait assez vite pour ne pas que son absence ne soit parue dérangeante.


« Me revoilà ! Encore désolé, mais il valait mieux … »

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeDim 6 Avr - 22:47

« Oh, ne vous inquiétez surtout pas, ce n’était pas stupide du tout ! C’est normal, il vous a surpris … Et puis je doute que Lily vous en veuille, hein Lily ? »

Rose passa son regard de Done à la vache qui meuglait, un petit sourire aux lèvres. Envieuse de l'entente que certains parvenaient à développer avec leurs animaux – et qu'elle n'avait jamais réussi, de son côté, à arracher plus qu'un ronronnement forcé au chat de la famille, elle admirait le jeune homme pour l'aisance avec laquelle il caressait son animal. Même en sachant que le bovin, aussi gentil qu'il puisse être, ne lui marcherait dessus pour rien au monde, elle n'aurait pas osé tendre une main dans sa direction. Comme si Lily allait lui manger le bras ! Mais elle n'y pouvait rien, c'était comme ça. Chapeau rigolo ou pas, virtuelle ou réelle, il restait un vestige de crainte injustifiée entre elle et ce qui grandissait pour devenir trop imposant.
Un cheval n'aurait pas été logé à meilleure enseigne.

« Reprenons alors, je suis enchanté, Rose ! Bien entendu que la proposition tient toujours. »

Elle soupira intérieurement de soulagement et accepta, reconnaissante, la main que Done lui tendit pour passer par-dessus la barrière. Elle sentit le bois sous ses bottes, anxieuse à l'idée de se casser à nouveau la figure (et il n'aurait plus manqué qu'elle déboîte l'épaule de son hôte par la même occasion), mais les échardes furent vite remplacées par le tendre de l'herbe verte. Avant d'avoir pu laisser filer un petit « ouf », elle était de l'autre côté, saine et sauve. Songeuse, elle passa la main sur les traces vertes qui maculaient sa salopette. Hn... A quoi s'attendre d'autre d'une escapade en pleine nature ? Il n'empêchait qu'elle était un peu gênée ; c'était fou l'importance qu'on accordait à de si petits détails simplement en y pensant. Oublie ça, pensa Rose, et ça disparaîtra, tu ne t'en souviendras même plus. Ces tâches là n'étaient ni offensives ni indélébiles.
Passant dans le champ aux côtés du jeune homme, elle ne put s'empêcher de lancer un regard curieux à la vache qui les avait « sauvés » et aux deux autres, toujours endormies dans l'herbe. Elle voulait être en mesure de les caresser un jour, elle aussi, même si ça pouvait paraître idiot, dit comme ça. Elle pressa le pas pour ne pas se faire distancer et toujours rester près de Done. Elle en avait, de drôles d'idées...



L'intérieur, commun et confortable, n'arracha ni cri d'admiration ni grimace perplexe à Rose. Elle se fit seulement la réflexion qu'entre les habitations de campagne et celles des villes, il y avait une énorme différence. Le calme des grandes étendues boisées de sa région natale lui manquaient quelques fois, sans qu'elle puisse toutefois déterminer si c'était un sentiment sincère ou une bête perte de repères.
Oups. Elle espéra au moins qu'elle n'allait pas salir le sol !

« Voilà, n’hésitez pas à faire comme chez vous. La salle de bain est juste là si besoin, pour vous débarbouiller un peu ou … »

Sauvée. Elle ne nota pas l'hésitation de Done, trop occupée à mémoriser les emplacements essentiels. L'énumération des boissons, au contraire, lui fit retenir son souffle un court instant. Assez pour que, le temps qu'elle se décide, le blond ne prenne un sac plastique et des gants et ne s’éclipse avec une excuse. L’Étasunienne hocha la tête, complaisante, et le laissa partir avec un petit signe de la main. Bon... Pas très à l'aise dans une maison qui n'était pas la sienne, Rose inspira un grand coup pour se donner du courage. Haut les cœurs ! Ce n'était pas comme si Jack l’éventreur l'avait invité à un dîner aux chandelles, non plus. Après avoir enlevé ses bottes, Rose se dirigea vers la salle de bain où elle s'aspergea copieusement la figure. Son reflet lui renvoya l'image d'une fille a l'air un poil trop stressée et complètement décoiffée. Bieeen. Elle fit la grimace au miroir jusqu'à se juger convaincante, et prit le temps de refaire le chignon qui jouait les Tours de Pise sur son crâne.

La porte claqua doucement dans son dos et elle n'eut le temps que de faire un rapide tour du salon avant que Done ne revienne. Elle revint vers lui comme une fillette prise en flagrant délit.

« Me revoilà ! Encore désolé, mais il valait mieux … »

Mission accomplie ? Elle hocha la tête pour lui signifier qu'elle comprenait. Ce n'était qu'un serpent – virtuel qui plus est – mais... Ah, au diable ces regrets stupides ! Son oncle se serait moqué.
Ils se seraient tous moqués.

« Ne vous en faites pas, je comprends. »

Le silence n'avait jamais été sa musique préférée. Il lui rappelait trop de journées passées à broyer du noir, rideaux fermés. Quitte à dire une bêtise, autant que ça résonne.

« J'aime bien votre intérieur ; c'est beaucoup plus spacieux que chez moi. »

Elle avait failli rajouter « et bien rangé » mais s'était arrêtée à temps, lèvres pincées. Déjà qu'elle avait l'air idiote, elle n'allait pas en rajouter avec des préjugés stupides.
Elle n'osa pas ajouter que, oui, elle prendrait une bière.

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeVen 25 Avr - 11:57

Pour la seconde fois dans un intervalle de temps pas si court, Done referma la porte derrière lui. Une Lily broutant l’avait suivi du regard alors qu’il faisait son manège reptilien … pendant que ses deux sœurs continuaient leur sieste. Assez incroyable, surtout pour Daisy ! Mais tant mieux.
Le jeune homme traversa le couloir de l’entrée et retrouva Rose dans son salon-cuisine-salle à manger, débarbouillée et le chignon refait.


« Ne vous en faites pas, je comprends. »

Il lui sourit. Elle semblait vraiment gentille, respirant de positivité. Certes, peu de gens exposaient leurs défauts au premier inconnu qu’ils croisaient, mais là, avec la jeune femme … le garçon la sentait bien. Ça lui faisait plaisir de l’avoir invité, d’avoir fait le gentil voisin.
Rose complimenta d’ailleurs son intérieur et … le trouvait grand ? Ce n’était pas vraiment de son avis, mais … Tout d'abord parce qu’ils se trouvaient dans trois pièces en une.
C’était totalement suffisant pour lui, bien entendu, il ne s’en plaignait pas ! Et puis il n’était pas non plus du genre à inviter des régiments dans sa demeure. Non non, pour les rencontres de groupe il valait mieux le faire à l’extérieur. De toute façon, que pourrait-on faire chez lui à part vider son réfrigérateur ? Regarder la télévision ? Hm.


« Haha, merci … Oh, vous pouvez vous asseoir, au fait ! »

Donnel désigna une chaise ainsi que l’îlot de cuisine-table à manger collée contre le mur. Il avait encore une boisson à lui offrir, il ne fallait pas oublier ! Sans plus attendre, l’américain ouvrit son réfrigérateur et fixa les diverses bouteilles en verre.

« Une bière, ça vous irait, du coup ? »

Son regard se tourna vers son invitée, élevant une blonde capsulée dans sa direction afin d’illustrer son propos. Il ne put s’empêcher de faire un grand sourire lorsqu’elle acquiesça. Partager une bière, c’était un peu comme … C’était  spécial, en fait. Il n’y avait pas d’autres mots.
Secrètement, Donnel était tout triste lorsqu’une personne lui avouait ne pas boire d’alcool. Enfin, attention, il n’incitait pas à la consommation. Il faisait même en sorte que les mineurs qui venaient le voir n’en touche pas une goutte … Mais du coup, ça l’empêchait de vivre des choses comme trinquer, faire tinter le verre des bouteilles entre elles tel un son de cloche. Le son de cloche de l’amitié.
… Oulah. Il allait loin. Raconté à haute voix ça devait être profondément débile.

Bref, au lieu de se plonger dans des pensées embarrassantes, Done sortit les deux boissons et les posa sur la table, en face de Rose. D’un geste habitué, il les décapsula avec l’outil adéquat et, toujours avec le sourire, poussa l’une des bouteilles vers la jeune femme.
Il prit ensuite un siège à son tour et se permit de faire la discussion :


« Sans vouloir paraitre trop curieux, vous habitez la région ? Ou bien en ville ? Ou sur une autre île ? »

Il ne fallait pas commencer à stigmatiser les habitants de chaque île. Pas tous les Crimsoniens étaient des chelous anciens membres de la mafia italienne se délectant de l’odeur du sang au petit matin … Autant que les Dream Landiens étaient des candides adorant se rouler dans les dragibus.
Bon, Done ne se considérait pas comme un bon exemple. Il faisait un peu cliché dans le décor, à jouer les fermiers … Un vrai PnJ de jeux vidéo. En plus il accostait les voyageurs fatigués en leur proposant de la bière ? Il ne manquait plus que le fondu en noir et la petite musique de régénération.


Spoiler:
 

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeDim 1 Juin - 2:02

Les mains de Rose frôlèrent la chaise sur laquelle elle prit place, toujours un peu timide quand le terrain était encore loin d'être balisé. Ses yeux suivirent Done jusqu'au réfrigérateur, d'où il tira une bière qu'il lui proposa et qu'elle accepta d'un hochement de tête. Le visage tiré en un sourire poli qu'elle n'arrivait pas à quitter (comme si le laisser tomber allait soudain lui donner l'air patibulaire), la jeune femme reporta son attention sur ses doigts encore mouchetés de vert et de brun, traces qui ne daigneraient partir qu'après une bonne douche au soir. Elle ne regrettait pas sa petite excursion ni le tournant qu'avaient pris les choses ; elle aimait rencontrer de nouveaux visages, surtout s'ils étaient aussi sympathiques que celui du jeune éleveur de vaches. Il n'empêche que la situation, inattendue, l'agitait et l'angoissait à la fois. La peur de mal faire, de donner une mauvaise image de soi ; de faire une bête erreur et mettre les pieds dans le plat en ayant voulu bien faire. Rose se savait capable de juger une personne sur un mot jeté maladroitement, et consciente de ses défauts, craignait que l'on fasse de même.

Le tintement des bouteilles ramena l'intruse à la réalité ; elle saisit celle que Done lui tendait avec un « merci » de circonstance, hésitant entre planter ses iris vertes sur la boisson ou le visage de son hôte. Jugeant que faire la conversation tête baissée n'était jamais bien vu, elle redressa le menton, juste à temps pour saisir la question du blond au vol.

« Sans vouloir paraitre trop curieux, vous habitez la région ? Ou bien en ville ? Ou sur une autre île ? »

Elle le remercia mentalement pour avoir lancé le premier la balle, et lui permettre de rebondir sur des banalités avec lesquelles elle se sentait à l'aise. Les doigts jouant avec la surface froide et humide de la bouteille, elle se détendit, laissa sa méfiance retomber. De quoi pouvait-elle avoir peur ? A l'abri, entre quatre murs et en charmante compagnie, il y avait peu de risques pour que tout vire au cauchemar ou que Done s'avère être un psychopathe aux hobbies tordus, accostant les joueurs perdus depuis la barrière de son champ. Ah... elle espéra vivement, embarrassée, qu'il n'avait pas le pouvoir de lire dans les pensées des autres.
Sans quoi, il allait vite se vexer des films qu'elle parvenait à se faire – et qu'elle savait ridicules et abandonnait au bout de quelques minutes. Ce n'était pas sa faute si les cauchemars la poursuivaient jusqu'ici : mais ça, il ne pouvait pas le savoir.

Il ne l'aurait pas même su en décortiquant les mots qui rebondissaient derrière ses yeux clairs entre deux dialogues internes.

« Ahah, ne vous en faites pas pour ça ! J'habite en ville, et bien sur cette île. Ça fait un petit moment que je suis ici, mais je n'avais jamais pensé à pousser plus loin l'exploration. J'avais un peu peur qu'il y ait des monstres, eh... mais je suis soulagée de constater que c'est plutôt calme. »

Elle ne mentait pas. Pas vraiment amatrice de jeux vidéos, elle avait néanmoins été embarquée dans plusieurs parties – sur console ou en ligne – par des amis désireux de lui faire goûter au monde du petit écran. Pas si petit que ça, d'ailleurs, quand on voyait les dimensions de cette réalité virtuelle : jusqu'où poussaient les champs et les montagnes qui ceignaient l'île ? Elle avait au début eu peur que les étendues vertes et accueillantes en apparence ne recèlent mille surprises désagréables, comme des animaux difformes et agressifs aux crocs aussi longs qu'un avant bras et tranchants comme un poignard. Sotte qu'elle avait été : tout ce qu'elle avait pu rencontrer d'effrayant et d'extraordinaire derrière ces hautes herbes, c'était des vaches à chapeaux et un serpent un peu trop affectueux !

C'était mieux comme ça, elle n'allait pas s'en plaindre. Il n'aurait plus manqué qu'ils se fassent agresser par des ogres à peine un pied dans la rue. Elle ne savait pas se battre, elle. Guerrière de rien du tout, sinon terreur des poussières qui s'accumulaient dans les chambres d'hôtel ! Ahah. Elle aurait été fine à brandir un plumeau sous le nez d'un monstre de trois mètres de haut.

Scrouitch. Pauvre d'elle.

« Ah, fit-elle soudain en détachant ses lèvres de la bouteille, vous pouvez me tutoyer, si vous voulez. Ça ne me dérange pas. »

Loin de là.
Ils devaient avoir à peu près le même âge, de toute façon, non ?

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeMar 10 Juin - 21:11

Pendant que Rose répondait à sa question, Donnel porta tranquillement la bouteille à sa bouche, hochant la tête et comprenant tout à fait son point de vue. Il n’y avait aucune raison de rougir de ce genre de peur qui, dans leur condition il fallait l'avouer, était appropriée. Lui aussi avait craint un temps de tomber sur de drôles de créatures – qu’il aurait été intéressant d’étudier si elles n’avaient pas eu un goût prononcé pour la chair fraîche.
Finir de se faire hanter par des fantômes pour ensuite se faire poursuivre par des bestioles carrément plus menaçantes … Quel comble cela aurait été, n’est-ce pas ?
Heureusement, donc, pas de danger de ce genre n’avait pointé le bout de son nez jusqu’à ce jour … Comme l’avait dit son invitée, la région était on ne pouvait plus « calme ». Et si quelqu’un avait quelque chose contre, ce n’était sans doute pas Done.


« Ah, vous pouvez me tutoyer, si vous voulez. Ça ne me dérange pas. »

Le passage au tutoiement ! Le garçon posa sa bière et, sourire aux lèvres, répondit :

« C’est d’accord, alors. Ça ne me dérange pas non plus. »

Cette réaction était à des lieux de ce qu’il se passait sous ses cheveux blonds. Beaucoup d’enthousiasme y régnait, en effet, vraiment content de recevoir la jeune femme qui s'avérait être d’une charmante compagnie. Certes, ils ne se connaissaient pas depuis longtemps … mais avaient tout de même partagés pas mal de choses : un serpent, un meuglement de Lily, une bière … et ça n’allait pas se finir ainsi. Donnel était confiant et positivait sur la suite de la journée.

« Oh oui, c’est sûr que dans un jeu on s’attendrait à voir des bêtes un peu plus … fantastiques et effrayantes. Mais non, que des animaux comme on en voit sur Terre ! Tant mieux, en fait, je me vois mal brandir une grosse hache contre un troll ou quoi que ce soit de ce genre, haha … »

Il lâcha un petit rire, s’imaginant ne serait-ce que tenter de la soulever, la grosse hache. Son physique n’avait tellement rien de particulier, une vraie baguette que l’on aurait peur de casser.
Cependant, ce manque de muscles ne le gênait pas plus que cela. Devenir l’égérie d’un magazine de gonflette ne l’intéressait aucunement … Donnel appréciait son physique discret et n’aurait pas non plus maudit la vie si elle lui avait retiré encore quelques centimètres. La taille des hommes avait tendance à être un sujet délicat pour bon nombre de garçons de son âge … pas pour lui.
Mais au lieu de continuer de penser à ce genre de choses futiles, l’américain revint sur la demoiselle qui lui faisait face. Nerveusement, ses doigts se mirent à tapoter sa cuisse … Alors, le faire ou pas ? C’était tellement stupide comme pensée. Mais ça lui brûlait les lèvres. Ça serait sorti tôt ou tard ou … Alors autant que cela se fasse maintenant.


« Oh, Rose … Bon, ça va sans doute paraitre stupide mais il y a quelque chose que je dois dire … »

Le jeune homme glissa la main sous la table et en sortit comme par miracle une paire de menottes en fourrure rose. Il n’osait même plus regarder son interlocutrice dans les yeux, de peur d’y lire une réaction qui l'aurait sans doute brisé tout entier.

« Je te trouve très sexy, Rose. Tiens, accepte ces menottes à fourrure et soit ma Dominatrix. S’il te plaît. »

Il l’avait dit. Il l’avait dit. Son cœur jouait un intense solo de batterie, laissant souffrir sa poitrine.

Be my Dominatrix, sweetie. Please. Otherwise I will die.
And if that’s not english enough for you, sorry ama french and my english is very very bad.





Vrai version (bien que moins badass quand même). :
 

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeMer 9 Juil - 0:17

La bière passait d'une main à l'autre, laissant les doigts imprimer leur trace contre la buée qui gouttait peu à peu le long du verre. Trouver le bon pied sur lequel danser avec quelqu'un n'était jamais facile, Rose le savait bien ; il fallait pouvoir briser la glace et voir au delà des apparences et des mimiques, quelque chose qu'elle n'arrivait pas toujours à faire – mademoiselle était sensible aux préjugés, rien que ça. Elle était plutôt contente que tout se passe bien avec Done, qu'elle n'ait pas encore sortie de bêtise aussi grosse qu'elle et ne l'ait pas contrarié dans la foulée. Il n'aurait plus manqué que ça... Il avait été assez aimable pour lui proposer repos et boisson, elle refusait de le quitter dans de mauvais termes. C'était la moindre des choses, quand on savait que le quart des habitants n'aurait pas fait de même. Doigts imperceptiblement serrés autour de la bouteille, Rose se répéta que chacun avait ses raisons et ses motivations, et qu'elle n'était pas en droit de juger sans connaître – et même en connaissant tout de A à Z.
Done avait l'air d'un chic type, inutile de tout gâcher avec ces réflexions morbides qui ne lui avaient jamais fait de bien. Au lycée et à l'université, elle avait fait des efforts pour ne plus y penser, et résultat...

… ça n'avait pas fait d'elle une meilleure personne ni une fille mieux dans sa peau, mais elle s'en était donnée l'air. C'était tout ce qui comptait aux yeux des autres, non ?

« Oh oui, c’est sûr que dans un jeu on s’attendrait à voir des bêtes un peu plus … fantastiques et effrayantes. Mais non, que des animaux comme on en voit sur Terre ! Tant mieux, en fait, je me vois mal brandir une grosse hache contre un troll ou quoi que ce soit de ce genre, haha … »

La jeune femme approuva en imitant le rire de son interlocuteur, ses pensées revenant aux grosses dents de la dernière minute. Et franchement, elle se demandait à qui ça aurait pu plaire de sortir les poubelles en compagnie d'un ogre à la peau verte, la bouche bien baveuse comme il fallait. Euphemia était loin de tout ce qu'on pouvait s'attendre à trouver dans un RPG en ligne, mais comme  le disait Done, ce n'était pas plus mal. Le SMS n'avait jamais parlé de refaire sa vie entre deux dragons, et malgré toutes les rumeurs qui circulaient sur les terres natales du King, le Maine n'était pas plus hanté que l'Iowa ou l'Oregon. Du moins n'avait-elle jamais croisé d'extraterrestres ou d'esprit diaboliques dans les grandes étendues boisées de sa très chère région.
Enfin. Le temps était changeant, à Euphemia, et avec les GM qui menaient une valse incertaine, impossible de savoir si le danger ne guetterait pas bientôt des quatre coins des pâturages.
Si ça devait arriver un jour, Done serait dans les ennuis. Rose avait l'empathie nécessaire pour s'angoisser du sort d'un presque inconnu.

Eh, partager une bière, ce n'était pas rien.

« Oh, Rose … Bon, ça va sans doute paraitre stupide mais il y a quelque chose que je dois dire … »

Aussitôt, l'étiquette de sa boisson disparut de son champ de vision. Les yeux de Done bien vissés aux siens, elle atténua au maximum l'appréhension qui lui faisait hausser des sourcils inquisiteurs. Là, l'inquiétude revenait au galop, mais Rose n'aimait jamais qu'on l'apostrophe en ces termes : chez elle, et surtout avec ses amis, ça voulait dire « sauve qui peut dans les vingt prochaines secondes ». Il ne lui avait pas demandé de bouger, pourtant, juste de l'écouter. Oreilles grandes ouvertes, elle se retint d'inspirer un grand coup.

Ce qu'elle pouvait être idiote. Ils ne se connaissaient pas assez pour que ça puisse lui porter préjudice, quoi qu'il ait à lui dire. Idiote, idiote, idiote...

« Je te trouve très sexy, Rose. Tiens, accepte ces menottes à fourrure et soit ma Dominatrix. S’il te plaît. »

La jeune femme le fixa un instant sans rien dire. Puis un sourire entendu fit son chemin jusqu'à ses lèvres et, balançant la bouteille de bière contre le mur le plus proche, elle posa ses talons aiguilles sur la table.
La salopette envolée pour laisser place au cuir moulant qu'elle affectionnait tant, Rose arracha la paire de menottes à Done. Ses ongles de dix centimètres peints en rouge cougar passèrent sous son menton pour le forcer à relever la tête.

« Je pensais que tu ne me le demanderais jamais. »

Les anneaux roses se refermèrent sur les poignets du jeune homme. Après quoi la dominatrix fit claquer son fouet contre le carrelage, envoyant son esclave embrasser le sol par la même occasion. Fini les préliminaires mièvres autour d'un breuvage pour enfant : il était temps de passer aux choses sérieuses.

« Maintenant, supplie-moi de t'attacher au fond de la cave. »

Là où, elle le savait, ils passeraient de longues heures à philosopher sur les bienfaits du cuir, des fouets, et de tous les instruments qu'elle transportait dans sa sacoche à dominatrix. N'était pas professionnel qui le voulait, et Rose savait exactement comment mener les petits insolents à la baguette.

« Plus vite que ça. »

La vraie version, sans cuir et carrément moins badass:
 

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeSam 19 Juil - 19:41

I've never done anything like this:
 

Une drôle d’expression teinta le visage de la jeune femme lorsqu’il eut posé sa question … avant de finir par passer à de la surprise :

« Tiens, c'est vrai ! Je n'avais même pas remarqué... »

Rehaussant son sourire gêné, son bras alla retrouver la table et sa main le contact frais de la bière. L’étonnement n’était pas illogique et sans doute la meilleure réaction qu’il aurait pu obtenir !
En même temps, ce n’était qu’un détail plus que secondaire … Personne de sensé n’allait dire à une autre personne sensée qu’ils avaient la même couleur d’yeux et de cheveux. Surtout que dans certains pays, on n’en finirait pas ! Mais Done n’avait pas pu s’en empêcher. Une anecdote qu’il s’était senti obligé de partager avant que sa langue ne se torde sous son poids.
En vérité, il n’aurait pas pensé que la demoiselle aurait pu lui sauter dessus avec enthousiasme, certifiant qu’elle avait elle aussi fait cette observation dès les premières secondes de leur rencontre.

Heureusement, le jeune homme fut soulagé de voir que sa réflexion n’avait pas tant que ça paru étrange à Rose qui plaisanta même sur leur potentielle filiation. Un rire de sa part vint accompagner l’hypothèse romancée et farfelue :


« Haha, oui ! Une histoire de facteur ou de jardinier, c’est ça ? »

Genre. Il savait bien entendu que c’était totalement impossible … Malgré tout, l’histoire restait nichée dans un coin du cerveau de Done … Non, non, non. Une blague. C’était une blague toute simple.
L’emprise du garçon sur sa bouteille se resserra imperceptiblement alors que ses pensées se tournaient vers sa famille … Il n’y connaissait pas grand monde, mine de rien. Sa mère ayant été adoptée et descendue tout droit du Canada, d’un côté ; et son père de l’autre, n’ayant pour seuls contacts rapproché avec les membres de sa généalogie nul autre que son géniteur à lui et sa sœur. Après, chaque clan étant dispersés dans différentes régions des États-Unis, les visites restaient rares.


« D'ailleurs... ça aussi c'est idiot, mais j'aime bien savoir... Enfin, si ça ne te dérange pas. Où est-ce que tu habitais, avant d'atterrir ici ? »

Non, ce n’était pas idiot et, non, ça ne le gênait pas. Done releva donc la tête et répondit naturellement et sans hésitation :

« Dakota du Nord, Etats-Unis. »

Comme une récitation. L’américain n’aimait pas tellement parler de son passé, mais là encore ça allait. Ce n’était vraiment pas grand-chose. Qu’un point sur une énorme carte. Il n’allait pas non plus sortir à son invitée, d’une voix sèche, que ça le gênait de lui donner une indication plus que vague sur ses origines. Ce n’était pas avec ça que Rose allait le pister ou quoi et connaître soudainement tout de lui … A moins que ça ne soit son pouvoir ? Tout connaître des gens seulement en sachant où ils habitaient … ? Non, c’était idiot.
De toute façon, ça n’aurait pas été sympathique de sa part de l’envoyer bouler. Ou de ne pas lui renvoyer la balle non sans une référence à la boutade précédente :


« Et toi ? Tu vas me dire que tu as de la famille là-bas, c’est ça ? Hahaha … »

Sans trop savoir pourquoi, il espéra tout de même que la réponse fût négative. Dans le cas contraire, ça aurait tellement été bizarre … Après, Done ne possédait absolument aucune attache particulière dans le Dakota, ses parents mis à part. Au contraire, dès qu’il leur était possible, ils descendaient dans l’Iowa ou (bien que plus rarement) en Californie. Pourquoi avoir choisi d’habiter là-bas, alors ? Une envie de changer d’air, une envie d’aventure de la part du couple Crossmann ? Le charme du paysage et des bisons ? Les connaissant …

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeDim 3 Aoû - 0:22

« Dakota du Nord, Etats-Unis. »

Habituée à replacer les états sur une carte qui pendait depuis longtemps aux murs de sa chambre, Rose situa sans mal le nom familier, sans pour autant pouvoir l'affubler de quelconques souvenirs. Pour ce qu'elle en savait, sa famille n'était pas sortie du Maine depuis des générations et des générations ; on y naissait, y trouvait du travail, s'y mariait et y finissait ses vieux jours. Pourquoi vouloir aller ailleurs ? Elle entendait encore sa grand-mère lui rabâcher les oreilles, scandalisée d'apprendre qu'elle avait voulu aller faire ses études à New York. Ça avait beau ne pas être loin, ce n'était pas ici, et certaines personnes ne pouvaient pas le concevoir. Et si la terre qu'on foulait depuis notre plus tendre enfance avait son importance, la mobilité évoluait avec les générations.
Un kilomètre, deux-cent kilomètres, trois mille kilomètres...

Ce n'était pas la porte à côté, le Dakota, mine de rien. Elle aurait bien aimé le visiter.

« Et toi ? Tu vas me dire que tu as de la famille là-bas, c’est ça ? Hahaha … »

Franchement, Rose aurait bien aimé lui dire que oui, que son père aventurier y avait fait escale durant quelques semaines, que tout avait pu s'y passer. L'imagination avait du bon ; la réalité était malheureusement toute autre. Si la jeune femme ne s'était jamais renseignée sur où son père avait bien pu s'installer après son départ (par peur, par respect pour ses choix, par tant de sentiments contradictoires qui lui brûlaient encore la langue), elle doutait qu'il soit sorti du Maine et soit allé s'installer dans le Dakota du Nord, où il n'avait ni marques ni attaches. Enfin, Dieu seul le savait, après tout, hein ? Rose se voyait mal exposer ses tribulations familiales devant Done, lesquelles n'étaient ni très joyeuses, ni très glorieuses. Qu'un homme et une femme réalisent qu'ils s'étaient trompés arrivait tous les jours, mais...
Elle aurait juste aimé que ça ne lui arrive pas à elle. Tout le monde était un peu égoïste, il n'y avait pas de mal à ça, et ça faisait des années qu'elle essayait en vain de s'en persuader.

Et si un jour elle faisait la même erreur. Et si, et si...

« Malheureusement, je ne crois pas, répondit-elle avec une déception évidente, rien ne me dit que certains de mes ancêtres ne venaient pas du Dakota, mais... ma famille s'est installée durablement dans le Maine. »

Le petit état coincé entre mer et Canada, tout au nord du pays, Border State. Quand toute la famille se rassemblait dans le même état, on trouvait rarement utile d'aller crapahuter jusqu'à Los Angeles pour le plaisir. Et dans sa famille, tout le monde était irrémédiablement, complètement occupé, et Rose ne faisait pas exception.
Euphemia n'avait trop rien changé. Elle avait besoin de travailler pour s'aérer l'esprit, tout en s'accordant de petites pauses de temps à autres – et pour une des premières qu'elle prenait depuis son arrivée surprise, le résultat était plutôt encourageant. Elle n'avait rencontré ni monstre ni tronçonneuse, juste un jeune homme sympathique et trois vaches à chapeaux.

Elle espérait pouvoir revenir quelques fois, il faisait bon vivre par ici. Même si le chemin était plutôt chaotique par endroits, elle avouait : oh, elle avait simplement deux pieds gauches quand il s'agissait de passer les barrières.

« Ça aurait été plus intéressant si j'avais eu des ancêtres exceptionnels ou célèbres, mais... on ne peut pas tout avoir. »

Hélas, peu pouvaient se vanter de compter Abraham Lincoln parmi leur portraits de famille. Rien que des anonymes dans d'épais albums photos – qui réchauffent les cœurs des enfants et des petits-enfants mais laissent de marbre les parfaits anonymes. Chacun son jardin secret.
Et si elle continuait à jouer avec cette maudite bouteille, elle allait finir par la renverser et prendre une bonne douche de bière, ce qui n'était pas vraiment dans ses projets à court terme.

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeJeu 14 Aoû - 22:09

Le Maine ? Done ne pouvait pas se targuer de connaître tous les états américains du bout des doigts, mais il s’en sortait plutôt bien. Sans y être jamais allé, le garçon pouvait facilement situer le Maine comme étant l’état à la pointe extrême nord-est du pays. Le Dakota, lui, se situait à la frontière nord, quasiment au milieu du continent. Entre les deux États, ça faisait donc une petite trotte … Mais pas la mer à boire, loin de là.

« Oh bah, à l’échelle du monde, nous ne sommes pas si éloignés, haha … »

Après tout, au final, ils étaient tous les deux des citoyens des Etats Unis d’Amérique. Ce qui n’était pas rien ! En vue du succès d’ordre mondial que connaissait la société d’Hedger Impact, Rose aurait très bien pu être Européenne, Australienne, Africaine ou Asiatique … Bien que les deux dernières propositions ne semblaient pas vraiment concorder avec son physique. Quoiqu’elle aurait très bien pu avoir déménagé ; hm, il n’avait pas le droit de stigmatiser les habitants de ces pays de cette manière.
Enfin bon, dans tous les cas, le duo avait à présent plus de points en commun que soupçonnés par leurs apparences. Cela restait sympathique à savoir … Bien entendu, l’information ne serait pas utilisée afin de programmer quelques rendez-vous IRL. De un, parce que ça ne marchait pas comme ça, les relations humaines ! Et, de deux, ils n’en auraient pas vraiment l’occasion jusqu’à nouvel ordre. C’était ça que d’être enfermé dans un jeu. De toute façon, un état restait tout de même relativement grand. Avec seulement ce genre d’indication en poche, impossible de faire quoique ce soit de sérieux et d’un minimum réfléchi. Partir sur les routes avec seulement le nom d’un État dans la tête ? Folie.


« Ça aurait été plus intéressant si j'avais eu des ancêtres exceptionnels ou célèbres, mais... on ne peut pas tout avoir. »

Donnel fut légèrement surpris de la déclaration, se demandant où la jeune femme voulait en venir … Était-ce parce qu’elle ne se trouvait pas assez intéressante et ne pouvait sortir de ses poches divers trophées de chasses ?
A dire vrai, si Rose s’était présentée comme la dernière descendante de Nelson Mandela, fille adoptive d’une tribu de l’Atlantide en pèlerinage sur le territoire de l’Amérique Nord en quête de la paix avec le président actuel des USA … Eh bien, il aurait grave flipper. On ne recevait pas ce genre de personnalité tous les jours.
Plus calme à l’extérieur qu’à l’intérieur, Done répondit avec un ton léger, ne perdant pas son sourire :


« Hof, ça m’aurait tellement impressionné d’être face à une célébrité … On n’aurait pas pu discuter aussi facilement, et j’aurais honte de n’avoir à proposer que de la bière ! »

Qu’elle n’avait toujours pas commencée de boire, d’ailleurs. Il n’avait pas pu s’empêcher de jeter des petits coups d’œil à cette bouteille dont le contenu restait tristement au même niveau. D’un côté, l’hôte ne pouvait pas non plus l’obliger à boire … Peut-être qu’elle préférait sa bière tiède ? Ou bien elle avait simplement oublié qu’elle avait une boisson entre les mains … Scénario plutôt improbable vu comment elle tenait la bière.
Done avait beau tourner les questions potentielles dans sa tête, toutes lui semblaient beaucoup trop directes et brutales … Alors bon, il verrait plus tard …


« Enfin, je trouve personnellement qu’on n’est pas trop mal, tels qu’on est, là. Être quelqu’un d’exceptionnel n’est pas toujours aussi facile à porter qu’on ne le croit, malheureusement. »

Malheureusement.
Un cercle très restreint de personnes étaient au courant de son pouvoir à lui et son père … Ils n’avaient rien des médiums célèbres que l’on pouvait voir parfois à la télévision. Cependant, leurs capacités étaient plus ou moins les même. Tout comme l’avis du public.
Les fantômes ? Ça n’existe pas. Charlatans. Personne n’y croit. Monstres. Eh. Eh …
Mais, ça, encore, Done préférait largement supporter le regard des vivants que celui des …

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeJeu 4 Sep - 0:29

Rose stabilisa la bouteille juste avant qu'elle ne finisse sa petite danse à terre, soupir de soulagement ravalé au profit d'un sourire amusé. Eh quoi, la bière n'était-elle pas la boisson de l'homme, du vrai ? Même un illustre ancêtre tout de peaux de bisons vêtu aurait apprécié l'offrande et serait resté la siroter, un air satisfait au visage, en paix avec lui-même ! Non, Rose avait toujours peur d'embêter ses interlocuteurs, raison pour laquelle elle choisissait soigneusement ce qu'elle pouvait laisser filtrer sur un ton amusé et ce qu'elle devait mieux taire. Pas que la conversation ne l'inspire pas (ô, jamais), mais il était facile de verser dans la complainte personnelle quand on se laissait aller. Elle n'avait rien contre écouter les autres parler, mais jouer le moniteur autour du feu de camp... Ce n'était pas pour elle.
Elle se demanda quel tournant aurait pris la conversation si elle lui avait annoncé, tout de go, qu'elle descendait de Jésus Christ et qu'elle avait inspiré le Da Vinci Code. A voir le potentiel de crédibilité d'une telle déclaration sur une échelle de 1 à 10. Rose se sentait étrangement côtoyer le négatif.
N'oublie pas de rester simple.

« Enfin, je trouve personnellement qu’on n’est pas trop mal, tels qu’on est, là. Être quelqu’un d’exceptionnel n’est pas toujours aussi facile à porter qu’on ne le croit, malheureusement. »

A grands pouvoirs, grandes responsabilités, comme on dit ! Mais quand on s'engageait dans certaines voies, impossible d'y échapper, à ça comme au regard des autres. Il y avait tellement de façon d'être exceptionnel et d'accéder à la célébrité – qu'on le veuille ou non. Si elle avait pu, Rose aurait créer un vaccin pour toutes les maladies du monde, et tant d'autre choses encore. Un frisson glacé passa un doigt le long de son échine, et elle fit de son mieux pour l'ignorer avec la superbe d'une princesse angoissée. Oui, si elle avait pu, elle aurait fait bien des choses pour rendre le monde meilleur. Les conséquences, on y pensait une fois les dites choses faites, une fois qu'on ne pouvait plus s'en dépêtrer. Le triste revers de la médaille.
La petite voix curieuse à son oreille la poussa à se demander s'il s'agissait d'un simple avis que Done lui donnait sur le ton de la conversation, ou s'il parlait en malheureuses expériences. Il lui vint à l'esprit que, fils de président ou fils de paysan, tout le monde vivait de la même façon, à Euphemia. Les privilèges ne se gagnaient pas à la naissance.
Il y avait vraiment mille façons d'être exceptionnel, et Rose n'en entrevoyait qu'une infime partie. Elle le lui aurait demandé sans ce tact dont ses connaissances lui avaient maintes fois fait compliment. Parfois, Rose se disait qu'être plus spontanée avait ses défauts – mais surtout se avantages.

Elle avait tellement peur de n'arriver à rien. Et elle dressait ses défenses, comme si les coups pouvaient à nouveau pleuvoir.
Plus stupide que ça... Une boule se coinça dans sa gorge. Il fallait qu'elle l'en dégage, et de préférence sans sortir n'importe quoi qu'elle regretterait la seconde d'après. Elle ne pouvait pas combler le silence en portant la bouteille à ses lèvres à chaque fois.

« Je suis d'accord ; je pense que j'ai juste peur de t'ennuyer si je me mets à raconter ma vie comme ça. D'ailleurs... »

Comme une vieille personne qui a le besoin pressant d'exprimer ses souvenirs à voix haute, peut-être pour ne pas les perdre ou mieux les contempler. Rose, elle, ne risquait pas d'oublier, parce que c'était tout ce qu'elle aurait aimé. Passé un chiffon sur le tableau, n'en laisser aucune trace comme elle en avait laissées. Même si elle savait que ça n'avait jamais été sa faute.
Point positif : elle doutait que la conversation dérive assez pour qu'elle vienne à lui parler de sa grande tante qui tricotait de magnifiques pulls avec le nom des membres de sa famille dessus – à ce moment, okay, parler d'Abraham Lincoln était toujours moins gênant. En théorie.

« Qu'est-ce que tu aurais offert comme boisson à une célébrité, alors ? »

Même si, sitôt les mots sortis de sa bouche, elle avait plutôt l'air de s'enquérir d'un potin people que d'une réflexion profonde et rondement menée sur les potentiels goûts et préférences d'une quelconque figure passée ou présente de leur beaux pays – et ce n'était même pas ce qu'elle avait en tête, en plus.
Bière avec couvercle de chantilly et de vermicelles multicolores, s'il vous plaît.

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeVen 5 Sep - 16:48

« Je suis d'accord ; je pense que j'ai juste peur de t'ennuyer si je me mets à raconter ma vie comme ça. D'ailleurs... Qu'est-ce que tu aurais offert comme boisson à une célébrité, alors ? »

Face à la question, Done arbora un petit sourire timide … Elle lui paraissait plutôt étrange, d’une certaine façon, y voyant comme un test, peut-être ? Dis-moi qu’elle boisson tu offrirais et je te dirais qui tu es … Quelque chose comme ça. Il allait devoir bien réfléchir avant de donner sa réponse, c’est ça ? Selon ce qu’il dirait, la moindre syllabe qu’il prononcerait, Rose serait-elle capable de prédire s’il était digne de confiance ou non ? Et si soudainement, elle se levait, les sourcils froncés d’indignation et tournait les talons … Comment il devrait réagir ?
Préférant arrêter de se ronger les sangs mentalement (et sans doute pour rien du tout), l’hôte se dit que lui répondre sur la première partie de sa phrase était de mise. La rassurer ; c’était bien. Surtout qu’elle n’avait vraiment aucune raison de craindre quoi que ce soit. En fait, justement, c’était à lui en tant qu’hôte d’instaurer une atmosphère agréable à son invitée …


« Oh, vraiment, il ne faut pas que tu t’inquiètes … Au contraire, c’est moi l’hôte, c’est moi qui devrait avoir peur de t’ennuyer, pas vrai ? (il fit une légère pause avant de reprendre, avec humour :) … Je ne t’ennuie pas, hein ? Haha … »

Et là elle lui répondait que si. Allez Done, il faut arrêter de stresser comme ça. Une nouvelle gorgée de bière l’aida à lui donner un air plus décontracté. Le blond se pencha alors en avant, posant ses coudes sur la table et levant les yeux vers le plafond comme pour y chercher un indice quelconque :

« Hmm … Laisse-moi réfléchir … »

Alors, alors. Une boisson pour une célébrité, hein ? D’un côté, à moins d’un complot intergalactique dont les américains avaient semble-t-il le secret, ils restaient des êtres humains comme lui et Rose. Peut-être qu’ils apprécieraient la simplicité d’une bière … Cependant, à en voir certains, l’idée même de mettre les pieds dans une ferme devrait leur donner des hauts le cœur. Ces personnes-là ne pouvaient même pas envisager dîner dans un restaurant arborant moins de six étoiles. Elles faisaient faire leurs courses par des commis dans les quatre coins du monde, bref, ce genre de choses … Ce pourquoi les épater devait s’avérer une épreuve bien ardue que l’hôte parfait se devait d’accomplir avec brio. Quel travail … Il ne fallait vraiment pas sous-estimer ceux qui suent en l’honneur des autres, hein. Ils devraient même avoir le droit à leur propre émission de télé-réalité … Quelque chose à la America’s Got Talent, mais America’s Got Hospitality … Ou encore MasterHost. Enfin, bref, il commençait à digresser, partant dans des délires un peu trop bizarres alors que son invitée attendait. Wow, ça ne se faisait pas. Le fils Crossmann aurait encore beaucoup à apprendre avant de rêver participer à ces émissions, hein …
Ne pouvant malheureusement partager tout le fil tordu de ses pensées, le fermier revint à Rose avec le minimum et le moins étrange de sa réflexion :


« Je dois avouer n’avoir jamais pensé à la perspective de devoir accueillir une célébrité ici … Du coup, je n’ai rien de spécial dans mes placards. Mais je suppose que ça doit aimer les choses chères et exotiques ? J’aurais dit du vin français, mais ça doit limite sembler ordinaire. »

Il n’était pas totalement fier de sa réponse, il fallait l’avouer … Ne sors pas en fronçant des sourcils, s’il te plaît. Allez. Se détendre. Rester naturel.
Donnel fit la moue, se penchant en arrière, poussé par ses mains sur la table, avant de revenir vers Rose. Il fallait jouer le tout pour le tout. Peut-être allait-il réussir à la faire rire en se laissant un peu aller à partager ses idées obscures :


« Des choses extraordinaires … Hm, si je pouvais avoir du nectar de fruit mystérieux au goût incomparable … Ou bien un cocktail frappé d’insectes dont les propriétés curatives ne seraient plus à prouver … Du jus de sève d’arbres aquatiques millénaires soignés par d’ancien druides du peuple de … »

Hm. Il était peut-être effectivement allé trop loin. Gêné, le rouge lui vint aux joues alors qu’il se cachait le visage derrière sa main libre, l’autre tenant sa bouteille.

« Je dis des trucs bizarres, pas vrai ? Mais, si j’avais vraiment ce genre de chose, je t’en aurais proposé aussi, célébrité ou non. Qui n’aimerait pas boire tout ça, hein ? Hahaha … »

Petit rire nerveux. On se rattrape comme on peut …

Creepy pasta :
 

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeMar 9 Sep - 0:00

Rose hocha doucement la tête de droite à gauche pour lui assurer, non sans un sourire, qu'il ne l'ennuyait pas ; puis, fascinée par ce qui devait se passer derrière ces yeux verts, elle posa son menton sur la paume de la main qui ne jouait pas avec la bouteille encore fraîche.
Elle en avait, des questions bizarres, hein ? Peut-être qu'elle aurait dû embrayer sur d'autres banalités – mais Done n'avait pas eu l'air de s'en offusquer et qu'il réfléchisse sérieusement à sa question fit naître un quart de rire dans sa gorge, qu'elle réprima pour ne pas paraître impolie. Elle ne se moquait, ô grand jamais ! Mais il était tellement facile de prendre un sentiment pour un autre qu'elle se méfiait des éclats spontanés, bons à détruire une sympathie naissante. Elle ne voulait pas que son hôte puisse penser qu'elle se jouait de lui ou de ses réactions, qu'elle n'attendait qu'un faux pas pour se moquer et claquer la porte derrière elle. Rose avait eu de méchantes rumeurs accrochées à son dos lorsqu'elle était plus jeune, poisson d'avril de collège, mais elle les avait vite apparentées à de la jalousie. Envie ou pas, il n'empêchait que la peur d'être prise pour une pimbêche ou une Sainte Nitouche lui collait à la peau comme un parfum trop cher. Alors elle souriait, faisait attention, parce qu'elle ne voulait pas mettre ses interlocuteurs dans l'embarras.
Elle ne l'avait pas fixé tout ce temps, trop soucieuse de ne pas avoir l'air pesante, et avait fait un nouveau tour des lieux avant que ses yeux ne se reposent sur le jeune éleveur de vaches. Elle pensa à nouveau qu'il avait l'air simple et aimable et qu'elle aurait bien aimé le connaître à la surface. Elle mettait ses problèmes de côté pour ne pas se faire un sang d'encre, et s'interrogeait ; les choses auraient-elles été différentes, pour le meilleur ou pour le pire ?

Rester ici n'était pas plus mal. Ici, personne ne connaissait Beverly, et Rose ne se mentait pas : c'était de la lâcheté.
Parfaitement assumée, cela dit. Où était le problème, alors, hein ?

« Je dois avouer n’avoir jamais pensé à la perspective de devoir accueillir une célébrité ici … Du coup, je n’ai rien de spécial dans mes placards. Mais je suppose que ça doit aimer les choses chères et exotiques ? J’aurais dit du vin français, mais ça doit limite sembler ordinaire. »

L'ordinaire fait toujours ses preuves, faillit-elle rétorquer pour le rassurer, mais elle se prit à considérer la chose à son tour. Elle était loin de connaître les goûts et habitudes des célébrités, et pensait que cela devait varier en fonction de la personnalité de l'individu. Comme une femme au look efficace et classique sera plus tentée par un vin qui a déjà fait ses preuves, un original en chaussettes colorées pourra préférer quelque chose de radicalement plus « exotique », voire de mauvais goût (si elle pouvait se le permettre). Mais peut-être pensait-elle en dégradés de stéréotypes, ce qui n'arrangeait rien.
La suite la surprit, dans le bon sens du terme.

« Des choses extraordinaires … Hm, si je pouvais avoir du nectar de fruit mystérieux au goût incomparable … Ou bien un cocktail frappé d’insectes dont les propriétés curatives ne seraient plus à prouver … Du jus de sève d’arbres aquatiques millénaires soignés par d’ancien druides du peuple de … »

La jeune femme ouvrit les yeux, bouche cousue ; puis laissa un sourire amusé étirer ses lèvres, et un gloussement du même acabit s'en échapper comme un voleur. Wow, elle devait avoir l'air intelligente, sur le coup ! Elle secoua une main pour chasser tout malaise latent. Certains auraient pu paraître pédants dans leur réponse, mais Done avait juste l'air d'avoir de l'imagination à revendre. Et ça, c'était toujours quelque chose qu'elle avait considéré comme une grande qualité.
Elle ne comprenait pas cette propension que d'autres avaient à balancer la règle sur les doigts des rêveurs. C'était de leur esprit fertile que sortaient les meilleurs films et les meilleurs livres.

Ou les meilleures répliques.

« On ne sait jamais ! On ne peut pas connaître les effets secondaires de telles boissons sur le corps humain. Si jamais le jus de sève nous faisait cracher des bulles... »

Même si, techniquement, le leur n'était fait que de pixels et non de chair et de sang. Malgré tout... Elle n'aurait pas été cueillir tous les fruits qui pendaient aux arbres telle Eve à deux centimètres du péché ultime. Juste au cas où, hm.

« Je plaisante, ce serait comme penser que cette bière peut me transformer en vache. (elle la fit tourner sur elle-même et ajouta) Enfin, ce n'est pas comme si ça ne pouvait pas être utile sur quelques célébrités. »

Elle avouait, certaines lui avaient tant agacé les oreilles à la surface qu'elle n'aurait rien tant aimé que les voir buller et meugler à profusion.

« Ou sur quelques voyageurs égarés. »

Elle lui fit un clin d’œil qui se voulait complice et taquin, car jamais (jamais) elle n'aurait pensé que Done puisse transformer les bonnes gens en vaches ou poissons durant son temps libre – profiter du manque d'orientation des autres ou de leur curiosité à l'égard des vaches, c'était d'un mesquin !
Il lui vint à l'esprit qu'un tel pouvoir pouvait exister à Euphemia, mais elle se garda bien d'en faire le commentaire à voix haute. A quoi pensaient les joueurs en se connectant pour la première fois, parfois...

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeJeu 11 Sep - 14:34

Heureusement qu’il n’allait pas à avoir à regretter ses paroles, sinon il aurait passé une bien mauvaise nuit. Cependant, dans certaines relations, il fallait savoir se montrer honnête et un minimum naturel … Ce qu’avait tenté Done en partageant ses quelques idées rocambolesques sorties tout droit de livres particuliers. De ce qu’il en concluait de la réaction de Rose, relevant la tête et remettant sa main à plat sur la table, ça ne l’avait pas gêné. Allez, regarde la dans les yeux, tout va bien …

« On ne sait jamais ! On ne peut pas connaître les effets secondaires de telles boissons sur le corps humain. Si jamais le jus de sève nous faisait cracher des bulles... »

Donnel battit des cils, envisageant la tête d’une star de la chanson se mettant à cracher des bulles … et lâcha alors un pouffement face à cette perspective. Il était vrai qu’à boissons exotiques, effets exotiques. Pendant que certains fruits nous font faire le pleins de vitamines et aident au bon fonctionnement du système interne, d’autres s’amusaient à vous transformer en machine à savon. Dans quel but ? Ça … Ce devait être un moyen comme un autre de se protéger des prédateurs potentiels. Il ne fallait pas croire, mais même les végétaux avaient leur mot à dire dans la chaîne alimentaire.
Enfin, cependant, si de telles retombées existaient, il s’en serait bien entendu assuré au préalable ! Le jeune garçon aimait à penser qu’il lui arrivait d’agir de façon sensé, globalement. Pas du genre à signer des contrats louches sans en lire les petits caractères ou à acheter le premier objet d’où suintaient des ondes négatives juste parce que ça ferait tendance dans son boudoir. Déjà qu’il n’en avait pas, de boudoir.


« Je plaisante, ce serait comme penser que cette bière peut me transformer en vache. Enfin, ce n'est pas comme si ça ne pouvait pas être utile sur quelques célébrités. Ou sur quelques voyageurs égarés. »

Il sentit ses oreilles se mettre à s’embraser face au scénario digne d’un film d’horreur. Hoho … Pourquoi aurait-il transformé son invitée en vache ? Quoiqu’à bien y penser, reculé comme il se trouvait dans les plaines Swordienne, peut-être bien que des légendes glauques existaient sur sa personne sans qu’il n’en soit au courant. Ses vaches chapeautées attiraient l’œil justement pour cette originalité, alors … Oh god. Il allait falloir que l’américain en ait le cœur net. Il demanderait à ses amis si, par hasard, ils n’auraient pas entendu quelques rumeurs sur lui, ou quoi … Il allait devoir se la jouer fine pour ne pas leur faire croire qu’il tournait paranoïaque, ou quelque chose du genre.
Déjà, face à Rose, Donnel se devait de ne montrer aucune trace de prise au sérieux de la boutade. Ou en tout cas, pas une prise au sérieux sérieuse, quoi. Ouh, ça devenait compliqué ... mais il se comprenait très bien.


« Hmmm, (sourire entendu :) qui te dit que ce n’est pas le cas … Ne sens-tu pas la force d’un meuglement délicat te chatouiller le fond de la gorge ? »

Non, parce que c’était quelque chose à vraiment refiler une mauvaise réputation auprès de certains, ça. Et dans un monde comme Euphemia, les croyances comme quoi quelqu’un s’amuserait à transformer les passants en vaches étaient prises bien plus facilement au sérieux que sur Terre. Ce qui était plutôt légitime. Certains pouvaient vraiment avoir des dons dangereux, hein …
Tâchant de rire de bon cœur face à sa question, Donnel continua sur autre chose, du coup, mais sans pour autant virer de trop le sujet :


« Ce serait terrible que ce soit vrai, hein ? Mais le truc c’est que ce serait possible, en plus, que des gens en soient vraiment capables ici … Enfin, personnellement, je peux juste créer des genre de boucliers, tu n'as donc rien à craindre. »

Voulant faire une démonstration de son don, le blond essuya sa main sur sa cuisse, légèrement humide à cause des gouttelettes de condensation formées aux parois de sa bière, avant de la soulever à la hauteur de son visage. A quelques centimètres de sa paume apparut alors un petit point translucide qui commença à s’élargir jusqu’à prendre la forme d’une coupole de plexiglas incolore de la taille de sa main.

« Enfin, je peux le faire plus grand, mais … voilà, haha. »

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeLun 17 Nov - 22:13

« Hmmm, qui te dit que ce n’est pas le cas … Ne sens-tu pas la force d’un meuglement délicat te chatouiller le fond de la gorge ? »

Rose fit semblant de chercher le meuglement en question, franchement désolée de ne pas être bonne imitatrice ; ce n'était pas pour être méchante ou pour embêter Done, mais si elle avait su meugler, elle l'aurait fait avec joie. Sans doute qu'après coup, elle aurait voulu se cacher sous la table et se fondre dans le sol parce que gosh, ce qu'elle aurait eu l'air ridicule, mais dans le domaine de l'hypothèse, sa petite farce lui plaisait beaucoup. Quelle histoire, quand même... Ça lui rappelait ses exercices de collège, quand le professeur tenait absolument à ce qu'ils écrivent une histoire effrayante et qu'il y avait toujours un imbécile pour transformer Frankenstein ou Dracula en clown. Cela dit, se faire sucer le sang, c'était une chose : se retrouver à paître dans un champ pour l'éternité, c'en était une autre. Surtout dans un jeu vidéo. Et même si son corps n'avait (à priori) subi aucun dégât à la surface, Rose ne tenait pas tant que ça à découvrir les joies de la vie d'une vache. Pas de racisme là-dedans, ça ne la tentait juste pas.
Même avec un joli chapeau sur le crâne.

« Ce serait terrible que ce soit vrai, hein ? Mais le truc c’est que ce serait possible, en plus, que des gens en soient vraiment capables ici … Enfin, personnellement, je peux juste créer des genre de boucliers, tu n'as donc rien à craindre. »

Curieuse, Rose laissa tomber les ruminants pour se pencher légèrement vers Done, ses yeux suivant le mouvement de sa main comme un chat la plume qu'on agite sous son museau. Au début, elle ne vit rien et se demanda, vaguement affolée, s'il était en train d'essayer de lire dans son esprit ou quoi que ce soit du genre ; heureusement pour elle, le petit point fut bientôt assez large pour qu'elle s'étonne de le voir grossir, jusqu'à prendre la dimension de la main du jeune homme. C'était... du plastique ? Ou bien...

« Enfin, je peux le faire plus grand, mais … voilà, haha. »

Plus grand ? Elle l'observa quelques secondes durant, comme si elle avait espéré y percer un trou à force d'insister. Comme Rose n'avait pas les yeux revolvers de la chanson, elle finit par tendre le bras par-dessus la table pour aller poser sa main contre la drôle d'apparition. Elle sursauta, l'y laissa un peu et la retira avec un sourire. Ça alors ! Il n'avait peut-être pas le pouvoir de fabriquer des boîtes à meuh, mais c'était tout aussi bien. Plus utile, en tout cas.

« Eh, ça peut être pratique ! Tu peux le faire plus grand comment ? »

Elle avait l'impression de donner d'elle l'image d'une enfant enthousiaste face à un nouveau jouet. Tant pis, se dit-elle, je lui ai bien parlé de bières qui transforment les voyageurs égarés en vaches, ça ne peut pas être pire. Elle sourit en pensant qu'elle aurait peut-être dû s'abstenir d'y penser, c'était toujours dans ces moments-là qu'une tuile aussi grosse que vous vous tombait dessus.
A côté de son pouvoir, qu'elle ne se plaisait à activer qu'en cas d'urgence (sauf accidents indépendants de sa volonté, ahahaha...), Done avait un don dont elle se serait amusé à lister les différentes possibilités. Est-ce qu'il pouvait faire en sorte que la paroi fasse sa taille ?
En attendant, s'il lui  demandait le sien, elle allait avoir l'air chouette : elle n'était pas sûre de pouvoir poser les mains sur la table une fois rétrécie, ni de pouvoir retrouver sa taille originale. Pour descendre au ras des pâquerettes, pas de problème, son cerveau comprenait ! Pour remonter, c'était un peu plus difficile,  les connexions neuronales faisaient des caprices.

Inutile de préciser qu'elle se serait sentie très bête de lui demander de l'escorter jusqu'à la civilisation si son pouvoir refusait de débloquer. Tsss...

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeJeu 27 Nov - 21:07

Le sourire du blond s’élargit lorsque les yeux de son invitée semblèrent s’illuminer face à la découverte de son pouvoir. Ça le surprit un bref instant, mais pas autant que lorsqu’elle commença à avancer sa propre main, fine et pâle. Done évita de peu le mouvement de recul instinctif, fixant les doigts de Rose effleurer le plexiglas comme si elle effleurait sa propre main. Il pouvait presque, tel un membre fantôme, les sentir lui chatouiller la peau. Ça lui faisait étrange … en plus de lui rappeler bon nombre de scènes romantiques où les paumes des deux amants se croisent. Il ne manquait plus qu’ils ne relèvent leurs mentons en chœur, chacun se perdant dans le regard de l’autre et … Non, non, non.
Done se ficha une claque mentale pour revenir les pieds sur terre. Ils n’étaient pas dans un dessin animé, hein ! Ce qu’il pouvait avoir des idées stupides, parfois. Mais le blond avait du mal à ne pas y penser, aux diverses possibilités de schémas scénaristiques auxquels il s’était familiarisé à travers la fiction …


« Eh, ça peut être pratique ! Tu peux le faire plus grand comment ? »

Revenant dans le fil de la conversation, le bras toujours figé avec son morceau de bouclier au bout, Done leva brièvement le nez vers le plafond où, évidemment, la réponse n’y était pas marquée.
Il avait déjà essayé de voir jusqu’où il pouvait aller, avait fini par se dire que les possibilités étaient infinies avec plus d'expérience … Pour un si bas niveau comme le sien, c’était tout un effort mental que le fermier devait déployer afin de l’utiliser. Et il ne pensait pas non plus à s’entraîner, ne voyant pas, comme ça, pourquoi il avait à faire ça. Non, lui, ce don, sans pour autant l’utiliser à tous les instants du jour et de la nuit, il lui avait trouvé d’autres fonctionnalités …

Il retrouva donc le visage curieux de Rose, un grand sourire aux lèvres légèrement différent de ce qu’il lui avait offert jusqu’alors. Done avait volontairement pris une expression plus charmeuse, à l’image des vendeurs dans les publicités, avant de pousser sa chaise en arrière et se mettre debout.


« Très chère demoiselle, je pense pouvoir lui faire prendre la taille qu’il me plaît si je me concentre. »

Son ton de voix avait suivi la comédie. Tranquillement, il recula – en faisant bien sûr très attention de ne pas se prendre les pieds dans quoique ce soit – afin que la jeune femme ait un meilleur visuel de sa prestation imminente.
Bras tendu, Donnel fixa le dos de sa main avec insistance afin de faire grandir la lentille en plexiglas. Assez vite, celle-ci s’élargit et s’arrêta docilement avant d'atteindre plancher ou plafond.


« Malheureusement, je ne vais pas étendre plus la démonstration, de peur de casser le mobilier. »

Tout se passait bien, le jeune homme était fier de lui pour le coup ! Il aurait été dommage que ça se finisse en ampoule cassée, joli feu d’artifice de verre. Le clou du spectacle en plein dans le doigt, la cerise empoisonnée sur le gâteau à la crème. Brrr. Non, non. Done n’était pas à ce point dépourvu de raison.
Continuant sa mise en scène, il reprit donc la parole pendant que le bouclier rétrécissait, prenant cette fois les dimensions d’un plateau creux :


« Sinon, c’est un pouvoir très pratique, regardez ! Je peux me servir comme d’un joli panier, très tendance. Idéal pour les sorties dans la campagne pour cueillir des baies et sans pour autant me fatiguer. Pour prendre de l’eau sans avoir à trimballer de seau ! Et tant d’autres récipients. »

Ça ne remplaçait en rien ces outils, bien sûr, mais il fallait avouer que ça dépannait vraiment bien. Tout en expliquant les bienfaits de son produit, le vendeur se fit subrepticement mannequin, faisant un tour sur lui-même avec son petit panier imaginaire. On pourrait presque entendre les photographes de là, pas vrai ? Ha ha ha …

« Et s’il pleut, je peux même en faire un très pratique parapluie. »

Cette fois, il plia avec grâce son bras au-dessus de sa tête où le bouclier s’était de nouveau élargi, créant ainsi un parapluie maison. L’autre main sur sa hanche, intérieurement, Done s’éclatait pour de bon, et il aurait peut-être continué encore un peu s’il n’avait pas senti que quelque chose n’allait pas …
Il voyait bien son bras trembler, le bouclier ne tardant pas à faire de même … avant de tout bonnement éclater dans un bruit sec.
Heureusement, le plexiglas était retourné dans le néant dont il avait été sorti initialement, ne laissant pour seule carte de visite que …


« Oh, merd-… »

Done se mordit les lèvres, tout autant pour stopper son juron parti trop loin que la douleur qui lui lançait dans cette main qu’il tenait fermement. Oh, merde.
Ne tenant pas à inquiéter Rose (ce qui devait être difficile, vu la situation), l’américain laissa tomber le masque du comédien pour lui adresser une grimace qui se voulait sourire :


« D-désolé … Je ne le maîtrise pas si bien que ça, ha … »

Le sang s’écoulait en abondance, tâchant le parquet et sa chemise, sans qu'il ne se décide pour autant à faire quoi que ce soit. C’était que c’était profond, woah.

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Madder


Holy Sword

Holy Sword

Rose Madder

Messages : 92
Date d'inscription : 30/11/2013
Localisation : Dans un joli pré.

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeSam 13 Déc - 21:16

Rose ravala un rire et un rougissement qui n'aurait pas eu sa place sur ses joues ; elle en aurait presque regretté de s'être débarbouillée, tiens ! Les yeux scotchés à Done et au bouclier qui s'élargissait peu à peu devant sa paume, elle en traça les contours croissants, peinant à s'imaginer la concentration qu'il devait amasser pour le faire grandir autant. Si elle s'était écoutée, elle se serait levée pour lui tourner autour et passer sa main sur le drôle de plastique, comme pour vérifier une nouvelle fois que la surface était solide et ne laissait pas passer ses doigts. Consciente qu'elle risquait de l'embêter si elle se mettait à tripoter le bouclier comme ça (ah, curiosité, vieille ennemie de la raison) et ne sachant pas si l'interrompre était oui ou non une idée judicieuse, la jeune fille resta bien calmement vissée à sa chaise, jusqu'à ce que Done reprenne la parole. Avec une pensée amusée pour le mobilier qui n'aurait en effet pas apprécié une démonstrations plus étendue, elle claqua ses paumes l'une contre l'autre, un sourire de cliente conquise aux lèvres.
Il lui vint à l'esprit que dans toutes les émissions de ce genre et que sa tante adorait regarder pour se moquer des produits présentés, ce n'était pas tant le hachoir de luxe ou la super ceinture amincissante qu'on mettait en valeur, mais bien le type qui la tenait. On allait pas lui faire croire que la poitrine de mademoiselle 95 D avait été mise là par hasard ou que monsieur carrés de chocolat prenait la pause sous le coup d'une pulsion subite et irrépressible. En une autre compagnie, Rose aurait pu faire une remarque là-dessus, suivie d'un commentaire sur le joli visage de Done ou ses beaux cheveux blonds ; mais comme elle ne le connaissait pas assez et qu'elle avait peur de passer pour ce qu'elle n'était pas, elle se retint.

Les dessous ironiques de son sourire ou l'étincelle qui cavalait d'un œil à l'autre pouvaient mettre la puce à l'oreille, mais guère plus. Enfin, il fallait croire que ça marchait bien, cette tactique : il lui parlait de panier et pendant ce temps, qu'est-ce qu'elle regardait, hmm ?

Mademoiselle reporta donc une attention démesurée au panier à baie/récipient à eau qui venait de se transformer en parapluie pour les coups de tonnerre surprise, pire que si sa vie en dépendait et qu'elle devait l'acheter maintenant. Elle songea à lui donner la réplique, à rétorquer quelque chose, ou tout simplement à attendre le prochain produit miracle de la liste ; le bruit sec du verre qu'on explose lui coupa net la parole et elle enfouit sa tête dans ses bras, un cri au bout des lèvres. Plus de peur que de mal, et Rose se redressa vite, mais la grimace de Done ne l'incita pas à reprendre calmement une gorgée de bière et attendre de ses nouvelles.
La chaise racla le sol et ses pas précipités s'arrêtèrent tout près de Done. Rose voulut tendre la main mais eut un geste de recul comme un haut le cœur à la vue du sang. Son estomac se serra, assez pour lui coincer une boule d'angoisse à la gorge. Elle fit néanmoins courageusement front et ne détourna pas les yeux. Respire, respire, ce n'est que du sang, tout va bien se passer...

Mais du sang. Mon dieu, il avait réussi à se blesser.

« Jeeeee... (elle voulut se frapper pour son manque d'éloquence avant de décréter qu'il y avait bien assez d'un blessé dans cette pièce pour rajouter une commotion cérébrale sur le tas) ce n'est pas grave. Mais tu saignes, il faut soigner ça. C'est, euh... c'est profond ? »

C'est profond ce que tu dis toi, en tout cas, s'insurgea-t-elle en saisissant délicatement le poignet du jeune homme.

« Je n'aurais pas dû te demander ça... tu as de quoi soigner ça, quelque part ? »

Parce qu'ils se trouvaient dans une réalité virtuelle, certains pensaient que se soigner était passé de mode et allaient et venaient sans se soucier des égratignures. Rose ne pouvait pas, ne comprenait tout simplement pas ; peut-être parce que c'était dur de se déctacher de ses habitudes, peut-être parce qu'elle avait toujours pensé qu'il valait mieux prévenir que guérir...
Ah. Il était un peu tard pour prévenir, dans leur cas, mais s'ils pouvaient trouver quoi que ce soit pour ne serait-ce qu'atténuer la douleur...

DES VACHES OMG:
 

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 190617051223628210

I am my own enemy:
 

ROSIE DOMINATRIX:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

Done

Messages : 74
Date d'inscription : 28/12/2013

On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitimeMar 30 Déc - 3:33

Done n’avait pas vraiment l’habitude de se blesser, ou en tout cas pas de cette façon-là. Ce n’était pas un garçon violent, en règle générale, ni bien aventureux. Alors voir comme ça son sang couler le long de sa paume, c’était assez impressionnant. Est-ce que de grands guerriers auraient eu la même réaction que lui ? Il n’en savait rien. En tout cas, au moins, il ne tourna pas de l’œil, ce qui était plutôt pas mal.

« Jeeeee... ce n'est pas grave. Mais tu saignes, il faut soigner ça. C'est, euh... c'est profond ? »

Malgré ses efforts (oui, appelons ça comme ça, même s’il ne fallait pas trop se voiler la face), l’américain n’avait guère réussi à estomper l’inquiétude du cœur de son invitée.
Rose s’était levée, venue pour s’enquérir de son état et … Uh, Donnel espéra un instant qu’elle n’ait pas la peur du sang. Mais si elle s’était approchée de cette façon, c’était bien que ça ne devait pas lui être un problème.
Le blond baissa la tête, fixant à présent la plaie sur sa main que la jeune femme prit par le poignet avec toute la douceur du monde. Ses doigts fins et froids contre son épiderme le réveillèrent un peu, le faisant mieux se rendre compte de ce qu’il se passait en ce moment même. C’était moche. Très moche. Et ça faisait un mal de chien. Done grimaça légèrement, mais resta fort comme le grand garçon qu’il était … Drôle de pensée, sur le coup. Cependant, Rose lui fit penser à sa mère pendant quelques secondes. Ce qui pouvait sans doute paraître stupide, en fait, dit comme ça … Mais, eh, il perdait du sang. Il n’avait plus les idées claires. Et des femmes dans sa vie, il n’en avait pas tant.


« Je n'aurais pas dû te demander ça... tu as de quoi soigner ça, quelque part ? »

H-hu-ha, oui, soigner. Quelle bonne idée. Hm.

« Non non non, c’est moi qui aurait dû faire plus attention, ce n’est aucunement de ta faute … Ce n’est sûrement pas grand-chose, en plus, ha ha … »

Préféra-t-il la rassurer, en premier lieu. Encore. Mais ce ne serait pas pour autant qu’il ne comptait pas se soigner. Ce serait dommage qu’il s’évanouisse après la perte d’une trop grande quantité de sang, n’est-ce pas ? Et puis redécorer le plancher avec de l’hémoglobine, aussi moderne et novateur cela pouvait il paraître, était assez peu ragoûtant. De son humble avis, on s’entend bien.

« Enfin, je dois avoir une trousse de secours dans la salle de bain … derrière le miroir. »

Et comment ça se soignait, au juste, ce genre de chose ? Done n’avait pas vraiment étudié ça et, même s’il pouvait tenter de deviner, ne savait pas ce qu’il fallait faire, exactement. Désinfecter ? Mettre sous l’eau ? Arrêter l’hémorragie, non ? Pas juste mettre un joli pansement à motifs fleuris en tout cas. Hu.
C’était un jeu, non ? Alors pourquoi tout ça semblait si réel. Est-ce qu’il pouvait vraiment mourir de ça s’il ne faisait rien ? Y-avait-il des microbes qui pourraient infecter sa blessure ? Dans certains jeux vidéo, les coupures étaient plus que passagères, elles. Même après s’être reçu un trident en pleine poitrine : pas un trou dans les vêtements, aucune fatigue apparente si le taux de PV était assez élevé … Et tout ce qu’il restait à faire était de manger ou dormir afin de se voir entouré de jolies petites étoiles qui nous faisaient instantanément nous sentir mieux. A moins que c’était juste le fait de se sentir mieux qui faisait qu’on resplendissait comme des princesses en robe de bal.

Bon allez, il fallait se bouger. Sans vraiment se presser, avec autant d'assurance qu'un enfant perdu, Done mit un pied devant l'autre, se dirigeant jusqu'à la salle de bain sans quitter la plaie des yeux ... Au cas où elle déciderait de s'enfuir, sans doute. Pourtant, ce serait pas mal si elle pouvait disparaître miraculeusement ... Tout en évitant au passage, bien entendu, d'aller se coller ailleurs comme un parasite. C'était ... Voilà.
Arrivé à bon port, faisant face au lavabo, l'américain tendit sa main libre vers le miroir et l'ouvrit avant d'en sortir une trousse blanche ... Mais, arrivé à ce stade, il était malheureusement obligé de demander l'assistance de son invitée. Wow, mais quel genre d'hôte il était là.
Se retournant dans sa direction :


« Est-ce que ... tu veux bien m'aider ? Je ne suis pas vraiment habitué avec ce genre de chose ... alors, avec une seule mains ... »

Drôle, drôle, drôle d'hôte.

_______________
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] 8da9b7b6180335d861470ce6c2c43d83
#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] Empty
MessageSujet: Re: On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]   On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
On boira du lait le jour où les vaches mangeront du houblon [Rosie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Holy Sword :: La montagne majestueuse. :: Habitations-