AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 
 La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Casus Belli


Hope Corporation

Hope Corporation

Casus Belli

Messages : 162
Date d'inscription : 27/10/2013
Localisation : Sur le toit d'un immeuble.

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli   La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 I_icon_minitimeJeu 27 Juil - 0:56

Pendant que monsieur s’assurait qu’il n’avait pas déguerpi ou ne s’était pas transformé en reptilien le temps qu’il lui tournait le dos, Casus se demandait s’ils allaient sortir de ce maudit labyrinthe un jour – ou s’ils allaient être condamnés à devoir y passer le reste de leur séjour virtuel. Amen. Quitte à avoir un compagnon de cellule, autant qu’il sache attraper le gibier sans filet, parce qu’ils étaient un poil démunis niveau outils de chasse, là tout de suite.
Même si, vu le profil de l’animal, il y avait peu de chances pour qu’il accepte de dépecer un lapin pour lui. Alexander avait de grandes idées sur les sextapes animales, pour le plus grand étonnement de Casus, qui avait du mal à voir là où il voulait en venir.

« Beeen... Intéressant je sais pas, mais c'est mignon ? Et marrant ! Ils font les petits fous en se roulant et tout, c'est trop hyper adorable ! »

« Intéressant je sais pas », ça okay, lui savait parfaitement ; mais mignon ? Le jeune homme fit la moue, cherchant dans les haies touffues l’inspiration divine. Il s’imagina devant son écran, face à une vidéo de hérisson en train de se rouler en boule. Wow. Passionnant. Quant aux chats, son corps avait le réflexe de les éviter un maximum – même si leur salive et leurs poils ne risquaient pas de lui filer une allergie mortelle à travers l’écran. Il fronça les sourcils, perdu.
C’était un peu…

« Enfin les hérissons sont un peu moins folichons. MAIS. Ils nagent dans les lavabos. Et ça, ça bat tout le reste. Y'a plein de compils d'animaux sur le net, tu devrais en regarder. Ça redonne foi en l'humanité. »

Chiant ?
Le russe lui jeta un regard presque scandalisé. Il était en train d’insinuer qu’il avait perdu foi en l’humanité ? Ok, le rencontrer n’avait pas été l’expérience la plus enrichissante de sa vie, mais quand même.
Dans un élan de pure générosité, il laissa sa méchante répartie au placard. Pas besoin de lui répéter en long et en large qu’il le trouvait stupide, il devait avoir compris depuis le temps ; il le soupçonnait même d’être très self-aware à ce niveau. Vive les imbéciles heureux, rien ne les dérange jamais.

A cet instant précis, le chasseur en herbe abandonna ses compils d’animaux démentes sur le net pour s’accroupir. Casus le regarda tapoter le sol avec bienveillance, et tendit une oreille patiente à ce qu’il avait à dire. Qu’on ne le taxe pas de méchanceté gratuite après tous les efforts qu’il faisait pour rendre la balade agréable.
Quelle super mère Teresa il faisait, hein.

« Je sens que y'a des bestioles ou des monstres par là. Précisément. » Fit Einstein en se roulant presque par terre ; Casus se contenta de siffler son admiration, le souffle coupé. Il avait deviné ça rien qu’aux traces sur le sol ? Quel héros.

Et en bon héros de film d’horreur (style Quarterback un peu débile), il se jeta épaule la première dans la haie. Le blond leva les yeux au ciel, conscient que si un monstre habitait là, il l’avait dérangé et allait se faire dévorer. Il était prêt à le laisser faire pour pouvoir profiter du spectacle.
Il ne put s’empêcher de l’aiguiller vers une technique moins dangereuse pour sa santé :

« Démêle plutôt tout ça avec ton peigne, je suis sûr que ce serait efficace. »

Pour preuve, ça l’était sur ses cheveux.
Il aurait aimé voir ça.

_______________
La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 190619045856650769
Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P0rnstar


Holy Sword

Holy Sword

P0rnstar

Messages : 120
Date d'inscription : 10/11/2013
Localisation : Dans une poubelle.

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli   La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 I_icon_minitimeDim 17 Déc - 22:11

Si un regard avait pu tuer, celui que lança Alexander à la haie l'aurait réduite en cendres sans plus de cérémonie.
Malheureusement, au lieu de prendre feu face à ses yeux de braise, l’entrelacs de tiges et de feuilles se contenta de frémir de la manière la plus insultante qui soit, sans se soucier ni de l'absence de vent ni du coup de pied rageur que le jeune homme envoya droit dans ses entrailles. Mais peu importe ; qu'elle lui manque de respect, il s'en fichait complètement. Il finirait par l'avoir, cette foutue haie — ce n'était qu'une question de temps. De gré ou de force, il la traverserait.
Presque plus gêné par l'entêtement du végétal que par l'ironie totalement déplacée dans la remarque de son compagnon de route, P0rnstar décida de tout de même lui adresser une grimace follement amusée par son trait d'humour. Ha ha ha. Ce qu'il rigolait.

« Mon peigne peut résoudre tout type de problème. Alors joke's on you, lâcha-t-il, aussi précieux et digne que possible, parce que oui. Il pourrait démêler tout ça. Mais je tiens à lui, donc je le laisserai pas mettre une seule dent dans cette horreur. »

Visiblement peu gêné à l'idée de se décrédibiliser en deux secondes trente, il termina sa tirade dramatique en sortant le peigne tant aimé de sa sacoche et le fit glisser pensivement dans sa chevelure emmêlée.
On ne sauve pas le monde en étant mal coiffé. Fatalement, la même maxime s'appliquait à la capture de lapins démoniaques.

« J'ai des ciseaux, au pire. »

Puis, l'air inspiré :

« Ah mais oui, j'ai des ciseaux ! »

Il aurait pu y penser plus tôt, mais le fait est qu'il avait quasiment oublié le contenu de son sac entre temps. Étant donné qu'il avait réussi à omettre l'amie la plus chère à ses yeux pour ce voyage — sa caméra bien-aimée —, rien ne disait qu'il n'avait pas oublié sa tête, ses chaussures et ses sous-vêtements en passant. Ça n'aurait pas été plus étonnant que ça.
Ciseaux en main, sacoche replacée correctement dans son dos, il jeta un regard en biais à la haie et décida de lui laisser une seconde chance avant de la découper en morceaux. Parce qu'il était magnanime.

« Je suis magnanime, donc je vais lui laisser une seconde chance. Au cas où. »

En informer John Rambo était très important, oui. Il ne voulait pas se faire traiter d'imbécile plus que nécessaire — surtout quand son plan était aussi rondement mené et réfléchi. Il savait ce qu'il faisait à deux cent pourcent.
Fort de cette conviction, pouce et index gauches toujours coincés dans les anneaux des ciseaux comme le plus parfait des suicidaires, il renvoya son épaule s'écraser contre la paroi végétale.

Et, le plus naturellement du monde, passa tout entier au travers.

A plat côté contre la terre et les branchages, à peu près sûr de s'être brisé trois côtes et d'avoir été poignardé de partout par des pierres ou des branches cassées, Alexander laissa filer un long râle guttural de sa gorge.
Comme la verdure n'avait pas disparu comme par magie sur son passage, mais s'était simplement brisée-affaissée-écroulée puis remise vaille que vaille en place, il ne voyait plus grand chose de l'allée où il se tenait précédemment si ce n'étaient quelques morceaux de paysage épars entre les feuilles.
Pas très sûr que son ami de l'est viendrait le sauver des griffes de la haie si elle décidait de le manger tout cru, il recula prudemment (sans se redresser, aucune envie de s'emmêler les cheveux dans n'importe quoi) pour tenter de sortir par l'autre côté.

Il fallut qu'un caillou lui rentre dans le bras pour que, horrifié, il ne prenne conscience du point le plus grave de la situation.

« SI MA VESTE EST FOUTUE JE JURE QUE JE TUE QUELQU'UN. »

Et, puisqu'ils n'étaient pas très nombreux dans les parages :

« Blond et sexy, de préférence. »

Bras et ciseaux en arrière, il envoya quelques snip snip motivés dans les branches pour se frayer une sortie.
S'il mourait là, il jurait de hanter les lieux pour toujours.

_______________
La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 190602032109810855
« All the problems make me wanna go
Like a bad girl, straight to video.
Little darling, welcome to the show ;
You're a failure played in stereo. »

It's boring to dwell on feelings of loss :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casus Belli


Hope Corporation

Hope Corporation

Casus Belli

Messages : 162
Date d'inscription : 27/10/2013
Localisation : Sur le toit d'un immeuble.

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli   La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 I_icon_minitimeDim 12 Mai - 10:44

Casus contempla le manque d’instinct de survie de son compagnon de route pour la quinzième fois avec le même sentiment d’affliction blasée au cœur. Certes ; il allait crever dans d’atroces souffrances, mais au moins il crèverait coiffé ! Alexander était pire qu’un hurlement d’effroi du style « TOUCHE PAS MES CHEVEUX ROMAN J’AI MIS UNE HEURE A ME COIFFER CE MATIN » sois pas fou etc etc. Plus il fixait les dents du peigne, plus il avait envie de le lui faire manger ou de le raser. Ou juste de le décoiffer, s’il fallait être moins dramatique. Il avait qu’à tendre la main pour déclencher la sirène et déloger tous les lapins mutants du coin.

Si joli cœur ne gagnait pas son duel mano a mano avec la haie, ça restait leur deuxième meilleure option.
Il avait quand même envie qu’il se plante dedans, cela dit. Il riait pas assez en ce moment.

« J'ai des ciseaux, au pire. »

Ah.

« Ah mais oui, j'ai des ciseaux ! »

Sérieux ?
Roman soupira bruyamment dans le dos de la pornstar nationale, yeux au ciel. Et s’il se faisait agresser, il oubliait qu’il savait pratiquer le ju-jitsu ? Ça devait vraiment pas être facile de vivre avec la moitié du cerveau en moins. Un documentaire en live sur l’adaptation en environnement hostile avec des capacités limités, quelle chance il avait ! Plus ou moins conscient de l’épopée à laquelle il allait assister, Casus reporta sa pleine et entière attention sur Indiana Jones. Il applaudit mentalement sa courtoisie envers la barrière végétale, ladies first, puis claqua des dents quand le rentre-dedans s’avéra plus efficace que la fois précédente.

Oh shit, indeed.

Le temps que l’information remonte au cerveau, Alexander s’était plaint et gigotait avec la grâce d’un ver de terre. Le sourire du blond s’étira un peu trop pour ne pas avoir l’air moqueur ; il ne fit pas l’effort d’atténuer l’éclat de rire qui lui prit la gorge à la mention de la veste déchirée. La menace lui passa au-dessus de la tête et vers d’autres cieux. C’était la plus belle partie de l’aventure et il avait même pas d’appareil photo.

Pour une fois que le jeu se fichait pas de sa gueule à lui, il pouvait apprécier un peu. Nope ?

« Blond et sexy te félicite pour ton acte héroïque, lui fit-il savoir de son côté de la galère, j’apposerai une plaque à cet endroit précis si t’arrive pas à sortir. »

Il aurait aussi pu lui proposer son aide et tabasser un bon coup la haie, mais à part risquer de le frapper lui, ça aurait pas servi à grand-chose. En plus de ne faire plus qu’un avec le labyrinthe et servir de potentiel casse-croûte aux lapins à grandes quenottes, il se serait retrouvé avec des bleus plein son corps de rêve. Naaaan, il allait le laisser faire montre de l’étendu de ses talents au ciseau tueur. C’était divertissant.
Roman fit claquer son bâton contre le sol, avec un regard à ses alentours. Il aurait eu l’air fin si un monstre avait profité de son moment d’égarement pour s’approcher et –

Oh. Un lapin.
Curieux, il regarda la petite queue blanche en pompon disparaître dans la haie pour rejoindre Alexander.

Oooookay. Bha y’avait plus qu’à espérer qu’il bave pas de l’acide, hein.

_______________
La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 190619045856650769
Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P0rnstar


Holy Sword

Holy Sword

P0rnstar

Messages : 120
Date d'inscription : 10/11/2013
Localisation : Dans une poubelle.

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli   La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 I_icon_minitimeSam 15 Juin - 17:59

Har har har. Très gentil de sa part de vouloir y mettre une plaque, mais il aurait du mal à le faire s'il était mort, lui aussi. Or il venait de le menacer. Très sérieusement. Avec des aigus super terrifiants et au moins autant de conviction dans la voix qu'on camionneur qui jure savoir faire du ballet.
C'était un peu con de sa part, de se saboter comme ça. C'était bien mignon de se donner des airs de petite fée accro à la laque et aux grands mecs musclés, mais ça ne lui correspondait qu'une fois sur, allez, quatre. John Rambo l'aurait probablement battu no problemo s'il avait décidé de lui en coller une, mais il aurait quand même eu un peu de mal. Il n'était pas sans défense. Ni trop gentil. Ni super efféminé.
Pas évident à montrer quand il était affalé par terre à taper du talon dans les branches et à essayer de sauver ce qui pouvait l'être de sa veste, mais il avait le droit de rêver. Sa virilité, tragiquement perdue. C'était à elle qu'il aurait fallu ériger une plaque commémorative. Se retrouver face à des machos lui donnait toujours curieusement envie d'avoir l'air très, très, mais alors très gay et maniéré. Pire système de défense jamais inventé. Il devait avoir envie de se faire tabasser.
... Eeeet c'était crédible, tant qu'à faire. Oh joie.
Le bruit pas très rassurant que firent ses ciseaux en se refermant sur une branche un peu trop épaisse le fit grimacer. Il allait devoir les jeter, après. Merveilleux. Ils faisaient ce qu'ils pouvaient, les pauvres choux, mais entre des cheveux même sacrément laqués et des bouts de haie, y'avait une sacré différence. Ils n'avaient pas été pensés pour ça. La lame allait être foutue d'ici deux secondes, pour peu qu'ils ne cassent pas carrément.
Résigné à son triste sort, il grommela et les rangea dans sa sacoche. Autant y aller à la main, hein. Elles en avaient vu d'autres. S'il se fichait bien de les utiliser pour démonter des mâchoires, il pouvait bien s'en servir pour arracher des branchages. Easy peasy.

Talons enfoncés dans la terre meuble, il se fit glisser en arrière. Logiquement, il aurait dû être bientôt de l'autre côté. Elle ne faisait pas trois mètres d'épaisseur, quand même, la machine.
Il s'apprêtait à demander de l'aide à mister blond et sexy, juste histoire de voir s'il l'aurait fait ou comptait le laisser se démerder tout seul comme un grand, en bon Sado, quand des petites papattes blanches et toutes douces lui frôlèrent le bras droit. Sur le coup, il faillit hurler. Être coincé entre du vert du marron et pas mal d'obscurité commençait à le rendre claustro. Et puis il s'était déjà fait mordre (ou piquer), et rien ne lui disait que le coupable n'était pas en train de lui grimper dessus.
A défaut de crier et de tenter de s'enfuir, il s'immobilisa. Lapin lapin lapin. La vile bestiole passa au-dessus de son bras et fit glisser son petit nez humide (eww) sur sa main. Il envisagea la possibilité de se jeter sur lui d'un coup, d'essayer de l'appeler, de demander à Rambo man de l'attraper pour lui quand il l'aurait fait sortir — et se retrouva donc très con quand, sans surprise, le monstre démoniaque eut fini de le renifler et décida de le mordre.
Mais alors fort.
Plus fort que blond et sexy — de très loin.

« PUTAAAIN — »

C'était son mauvais bras, en plus. Impossible d'y mettre trop de force. Positivement horrifié, il tira sur sa main en répétant des putains à qui voulait l'entendre, jusqu'à ce que ses petites dents ne le fassent saigner et qu'il ne passe à l'allemand. Puis au finnemand, quand son cerveau décida de se concentrer sur le reste.
Quand il se rendit compte que l'horreur démoniaque agrippé au tranchant de sa main n'avait pas l'air prête à lâcher prise, même s'il la soulevait de terre et secouait vaguement, il essaya de s'extirper de la haie.
Plus facile à dire qu'à faire. Allez ramper à l'envers, vous.

« T'as le droit de m'aider, hein ! T'as des putains de muscles alors utilise les, bordel de — »

Bordel de "fuck Donnerwetter mist perkele paska", apparemment. Tout un programme.
Il l'autorisait même à tirer sur sa jambe, pourvu qu'il le sorte de là. Il promettait de ne pas trop lui hurler dessus pour avoir ruiné sa veste. Peut-être.
Et pendant ce temps, le lapin vivait sa meilleure vie. Clairement. Pas du tout impressionné par le bruit et le mouvement.

_______________
La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 190602032109810855
« All the problems make me wanna go
Like a bad girl, straight to video.
Little darling, welcome to the show ;
You're a failure played in stereo. »

It's boring to dwell on feelings of loss :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casus Belli


Hope Corporation

Hope Corporation

Casus Belli

Messages : 162
Date d'inscription : 27/10/2013
Localisation : Sur le toit d'un immeuble.

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli   La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 I_icon_minitimeMer 19 Juin - 17:46

Roman s’attendait à un combat féroce dans la haie ; du sang, des tripes, des hurlements et des injures. Quand Alexander se mit à crier, il le prit donc tout naturellement et ne cilla pas. Que le plus fort gagne.
Nah, just joking ; il sursauta un peu trop pour son honneur et agrippa le bâton plus fort. C’était le lapin qui le mettait dans cet état, ou une taupe mutante était venue lui ronger les boyaux ? Il comprenait rien à ce qu’il disait, en plus de ça – quoi qu’il se passait là-dedans, ça avait l’air sérieux.
Il hésita à lui demander si tout allait bien, avant de se rendre compte que c’était complètement con. Bien sûr que rien n’allait. Il connaissait très peu de gens qui jubilaient en insultant chaque feuille de chaque arbre ; il n’en avait pas la preuve formelle, mais il aurait mis sa main à couper que son compagnon de route était en train de faire pleuvoir des insultes.

Hyper concentré sur le son curieux que produisaient les consonnes et les voyelles, Casus fut presque surpris d’entendre l’autre s’exclamer :

« T'as le droit de m'aider, hein ! T'as des putains de muscles alors utilise les, bordel de — »

Suivi d’un truc incompréhensible eeeet ouais, c’était une demande on ne peut plus légitime. Il avait l’air de vraiment souffrir, le pauvre, il allait quand même pas le laisser crever là, si ?
Cela dit, il avait le droit. Pas le devoir. Il pouvait aussi lui dire « bye » et s’échapper vers des cieux plus cléments et silencieux. Il doutait qu’il claque d’une attaque de lapin (à priori d’une attaque de lapin) et il avait mieux à faire.

Est-ce que j’ai mieux à faire ? se demanda Roman, en se rappelant l’ennui qui l’avait mené jusque là en premier lieu. A part foutre le feu à cet endroit immonde, il avait pas grand-chose à faire de sa journée. Hors de question de transformer le labyrinthe en fournaise tant qu’il était perdu dedans. L’image même de la magnanimité, il acquiesça et donna un coup de bâton dans la haie tueuse.

« Okay, mais te plains pas si tes vêtements en prennent un coup. C’est toi ou eux, anyway, à ce stade. »

Et s’il préférait léguer sa fortune à sa veste, fallait y penser avant. Comment le faire sortir de là, maintenant ?
Tabasser les feuilles ne servait à rien, lancer une allumette allait juste le transformer en cendres avec le reste de l’endroit, et il avait pas de sécateur sur lui pour dégager le passage. Restait plus qu’une solution viable.

Il allait en ressortir décoiffé, débraillé et à priori griffé de partout, mais vivant. Il pourrait aller se refaire une beauté une fois rentré chez lui.
Casus se pencha en avant, écarta quelques branches folles de ses yeux et attrapa la jambe à portée de ses mains. Il adressa à la porn star une courte prière puis tira de toutes ses forces.

L’élan l’envoya à terre avec un juron étouffé. Il était sorti plus vite que prévu – that’s what she said. En levant les yeux, Roman vit le lapin toujours accroché à sa main. Okay, c’était bien une attaque vicieuse de lapin qui l’avait fait hurler en grec et à l’envers. Fallait dire que ça avait de sacrées quenottes, ces bestioles. Preste, le jeune homme récupéra son bâton et l’envoya le moins fort possible sur la tête de la boule de poils enragée.
En espérant qu’il l’ait juste assommée et pas tuée. Enfin, tuer, dans un jeu vidéo…

« T’es en vie ? » demanda-t-il à son meilleur ami, toujours par terre.

_______________
La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 190619045856650769
Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P0rnstar


Holy Sword

Holy Sword

P0rnstar

Messages : 120
Date d'inscription : 10/11/2013
Localisation : Dans une poubelle.

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli   La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 I_icon_minitimeJeu 18 Juil - 19:45

En entendant Rambo signer l'arrêt de mort de ses vêtements, P0rn cessa deux secondes de se plaindre et de crier. Y penser et l'entendre, c'était carrément différent — et si l'autre truc démoniaque agrippé à sa main n'avait pas serré un peu plus fort, petites quenottes bien enfoncées dans sa chaire (délicieuse, il n'en doutait même pas), il aurait été à la limite de lui dire qu'il avait changé d'avis.
Pas qu'une veste en pixel vaille grand chose. Sauf que, ben, son corps non plus, vu comme ça. Rien n'était réel.
A part la douleur, parce que wow — putain, tant pis pour sa veste, inch'allah et cetera. Qu'il lui arrache la jambe si ça lui faisait plaisir. Il voulait juste récupérer ses doigts. Tous, si possible.
A force de penser des conneries, sentir une pression sur son mollet lui arracha un haut le cœur. Okay, bon, réflexion faite, il n'avait pas vraiment envie de se faire amputer d'une jambe — un bras déglingué, c'était déjà bien assez chiant comme ça. Peut-être qu'il aurait juste dû se couper le bras, au lieu de penser n'importe quoi. Il avait toujours l'autre. Ça suffit, une main, non ? Sûrement.
Welp, trop tard.
John dut trop les bander, ses putains de muscle, parce que pendant une bonne seconde sa hanche lui fit plus mal que sa main. Sa veste frotta contre le sol, ses jambes aussi, ses fesses aussi, l'arrière de son crâne aussi, une injure vite ravalée se barra la route quand l'air lui fila des poumons — et s'il ne le savait pas encore, il pouvait maintenant affirmer que se la jouer fromage traîné sur une râpe n'avait rien de sexy. Ça brûlait.
Okay. Okay. Yeux clos, il essaya de reprendre ses esprits. S'il s'en remettait et que le lapin ne le tuait pas, il promettait de ne plus tirer qui que ce soit par les chevilles. Jamais. Sauf situations précises.

« T’es en vie ? »

Au lieu d'essayer de sortir un "oui" qui risquait de sonner un peu pathétique, P0rnstar préféra grogner. Il avait un gros QI, Rambo. Il allait comprendre.
Lui, avec toutes ses cellules grises occupées, il n'avait pas encore remarqué que le lapin avait arrêté de le mordre. Il fallut qu'il se redresse sur un coude et voit la boule de poils assommée pour enfin ramener sa main contre lui. Ça saignait, mais rien d'irréparable. Il avait connu pire.
Par précaution, il s'écarta un peu.
Allez savoir quand la bête du diable allait décider de se réveiller pour leur refaire le portrait.

« Euh. Merci », souffla-t-il à l'attention de son preux chevalier.

Ça ne lui plaisait pas trop de devoir le dire, mais quand il faut il faut. Blond et Sexy n'était pas obligé de le sortir de là. Du tout. Il n'arrêtait pas de le faire chier, depuis qu'ils s'étaient tombés dessus. Puis il s'était foutu dans la haie tout seul comme un grand. C'était à se demander pourquoi il n'en avait pas profité pour se barrer.
Se rendre compte qu'il ne s'attendait pas à ce qu'on l'aide était triste, mais ça ne le choqua pas plus que ça. Il aurait un peu mérité de devoir se débrouiller tout seul. Un peu. Cold hard facts.

« Il est mort ? » Tout en posant la question, il se redressa sur les genoux et partit appuyer son doigt contre sa petite tête toute mignonne. « Ah, non. Cool ! »

Parce qu'il avait visiblement déjà oublié sa veste toute éraflée et sa main qui continuait de foutre du sang partout (mais à petite dose), il se mit à fouiller dans sa sacoche. Pas de laisse pour super-lapin assoiffé de sang, pas de harnais pour l'attacher, pas de camisole taille XXXXS.
Mais il avait sa sacoche, justement.
Parce que réfléchir n'était pas son fort, il passa la bandoulière par-dessus sa tête et entreprit de la secouer pour tout vider par terre.

« T'as pas un truc pour l'attacher ou quoi, non ? Genre chatterton ou corde, pas genre, des menottes à fourrure. Sauf si elles sont à sa taille mais euh. »

Il se perdait, là.

« Ensuite je le fous dans mon sac, je le ramène, je lui trouve une cage et tu l'auras une semaine sur deux. »

Et donc selon ce merveilleux programme, ils étaient maintenant les parents divorcés d'une bête féroce.
Personne ne pourrait dire que sa journée n'avait pas été productive.

_______________
La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 190602032109810855
« All the problems make me wanna go
Like a bad girl, straight to video.
Little darling, welcome to the show ;
You're a failure played in stereo. »

It's boring to dwell on feelings of loss :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casus Belli


Hope Corporation

Hope Corporation

Casus Belli

Messages : 162
Date d'inscription : 27/10/2013
Localisation : Sur le toit d'un immeuble.

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli   La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 I_icon_minitimeHier à 22:10

Bon, la porn star nationale était en vie ; cool. Ça l’aurait fait chier de lui démonter une jambe sans faire gaffe, quand même – il donnait pas dans le démembrement gratuit, même d’entités virtuelles. Les doigts bien serrés sur son arme de fortune, il adressa à peine un signe de main à son « euh merci » incrédule ou arraché à ses entrailles. Y’avait pas de quoi, il était mère Teresa, tout ça tout ça.
Le lapin l’intéressait un tout petit peu plus. Il n’avait l’air ni radioactif ni potentiellement pourvu de membres acérés et rétractables, mais qui sait. A Euphemia, il avait appris que derrière le moindre brin d’herbe pouvait se cacher un truc vicieux comme un xénomorphe, du style à vous cracher de l’acide à la gueule par surprise. Y’avait aussi des trucs qui avaient l’air dangereux de loin mais ne l’étaient pas des masses de près (saletés de slenders), mais Casus préférait garder ses distances avec à peu près tout, histoire de garder ses mains, ses pieds, sa tête – bref, tant qu’il était pas sûr à 100 % que c’était inoffensif, il allait pas le couvrir de bisous.

Il n’avait pas particulièrement envie de faire des câlins à Hannibal Lecter en manteau de fourrure, mais… ouais. Peut-être qu’il fait semblant d’être assommé et prépare une attaque surprise.

Elles avaient vachement de caractère, leurs bestioles virtuelles, hein. Father avait dû leur foutre la personnalité d’Avast dans le crâne.

« Il est mort ? Ah, non. Cool ! »

Ouais, cool. Maintenant ils pouvaient l’immoler, le consacrer à la gloire de Satan, le manger ou juste le foutre sur leur épaule et continuer de courir après la sortie. Peut-être que s’ils lui mettaient un petit harnais, il les accompagnerait jusqu’au dernier niveau et bouloterait le boss de fin pour eux. Autant que le nuage de coton sur pattes ait une utilité, hein.
Comment il avait dit qu’il voulait l’appeler, l’autre, déjà ? Whip ?

« T'as pas un truc pour l'attacher ou quoi, non ? Genre chatterton ou corde, pas genre, des menottes à fourrure. Sauf si elles sont à sa taille mais euh. »

Et du coup il foutait tout par terre. Okay. Roman écouta Alexander parler en hochant la tête, visiblement hyper convaincu. Il avait vraiment la gueule d’un type qui se balade avec de la corde et des menottes en fourrure dans les poches de son manteau, ou… ? S’il était venu là pour se faire un trip SM en pleine nature, il aurait effectivement pu avoir un truc utile sur lui – mais à part un briquet et d’autres machins plus propices à faire un méchoui qu’à asservir une bête démoniaque, il avait rien. Que dalle. Nada. Ils allaient devoir passer au plan B.

Le foutre dans la sacoche et lui mettre un coup chaque fois qu’il menacerait de se réveiller. Sa proposition n’allait pas avoir du succès auprès de l’ami des bestiasses mignonnes, mais ça avait le mérite d’être efficace.
Il maîtrisait super bien le coup ninja de la tétine dans la bouche dès que le gosse ouvre un peu trop sa boîte à hurlements. Dommage que les tétines pour lapins n’existent pas.

En bon père raisonnable, Roman voulut lui faire part de sa technique d’éducation hors-pair, mais ses yeux se posèrent sur les murs du labyrinthe et il entrevit la lumière.

« J’ai rien pour attacher ton horreur, alors soit on l’assomme tout du long en espérant qu’il ait pas de commotion cérébrale à la sortie, soit… »

Il tendit le bras pour se saisir d’une espèce de liane chelou et mauve.

« Soit ont l’attache avec ce truc. Si t’as toujours tes ciseaux. L’option C c’est le prendre dans tes bras et voir si ça le calme. »

Maintenant qu’il y pensait, les tétines pour lapins ça pouvaient être les doigts d’un père aimant.
Quand on aime on souffre, après tout. Roman connaissait le concept par cœur.

_______________
La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 190619045856650769
Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli   La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli - Page 2 I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. { Casus Belli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» demarrage
» cartes cachées qui réapparaissent
» Mise à jour des alertes traffic
» Bonjour, très heureux d'avoir découvert ce forum.
» Mouahahaha !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Dream Land :: Le Labyrinthe-