AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Jeu 7 Nov - 21:04

Allongé sur un banc. Des bottines vert pomme s’élevant vers le plafond de l’église avant de retrouver le plancher fissuré. La tête à l’envers, les cheveux en une grosse tresse léchant la poussière. Yeux clos. Mis à part cet énergumène en combi short orange, on pouvait dire que l’Eglise portait à merveille son adjectif d’abandonnée. Bubblegom était fatigué et s’était un peu perdu dans ce qui était l’île de Crimson District. Ce n’était typiquement pas le style d’endroit où il aimait traîner, mais les choses étaient différentes. Il y avait suivi quelqu’un.

Il ne savait plus vraiment quand ça avait commencé. En tout cas, pour ce qui était du comment, il n’y avait qu’un nom à citer : Lola. La jeune femme lui avait parlé d’un certain garçon, une nuisance. Les nerfs montaient dès que son nom passait sous ses cheveux roses. Alors que l’adolescent aurait dû se méfier de ce Capucheman de malheur au QI d'une huître, sa curiosité en décida autrement, l’obligeant à carrément aller le stalker. Pas vraiment la meilleure manière de faire connaissance mais, sur l’instant, cette option sembla logique au petit chewing-gum.
Donc, les journées d’observations passaient et passaient et passaient. C’était devenu une routine amusante, vraiment. L’adolescent ne savait pas vraiment pourquoi, ça semblait même plutôt malsain mine de rien. Sinon, on pouvait dire que ça lui permettait de découvrir d’autres contrées … Comme cette église, par exemple. Bubblegom avait en effet perdu sa "proie" au détour d’une ruelle beaucoup trop sombre … Après de longues et vaines recherches, finissant par en avoir assez, il préféra aller se reposer, trouvant en ce lieu saint une paix méritée. Certes, elle était lugubre et un petit coup de peinture ne lui ferait pas de mal … Mais peu importait.

Le soleil commençait à se coucher, peignant d’une couleur chaude les murs décrépis … Sans doute serait-il bon de commencer à se lever pour rentrer … Cependant, une ombre venant de l’extérieure obscurcit l’idée. Bubblegom se redressa et … Oh. Surprise.


« Hu !? Noise ? »

Ah, ça lui avait échappé. Le pseudonyme résonna contre les parois dans un magnifique écho, louant l’entrée de ce garçon encapuchonné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Jeu 7 Nov - 23:18


Le paradis ça craint, honey
« Marguerite dans le macadam »

feat Bubblegom.

Shawn ne croyait en rien ni personne. Il n'espérait rien ni personne.
Noise vomit des couleuvres. Il est au bord du vide, il chancelle, il sait pas trop où s'arrête le haut et où commence le bas. Il s'emmerde et en même temps il est déchiré de sons et lumières.
Il vacille, tiens, et ah, c'est pas une falaise qu'il a au bout des baskets en fait. C'est pire que ça, un putain de vide intersidéral, un trou noir de matière grise, les marches noircies d'une église. Salut Dieu, je viens te dire bonjour, j'espère que tu m'attends mec on boira un verre ensemble. Et après on se bourrera la gueule jusqu'à tomber dans le vide, et comme ça y aura plus de problème avec les couleurs hein.
Il trébuche. Ses genoux heurtent le marbre comme les poivrots qui roulent dans le caniveau de Crimson à toute heure, hurlant en chiens crevés qu'on les achève une fois pour toutes. Il recracherait ses poumons névrosés sur l'autel de l'absurde et du pitoyable.
Le monde est gris.
Le monde est gris putain Shawn, putain Shawn t'es mort !
Un hoquet s'échappe de ses lèvres gelées et éclate un vitrail sans raison, le verre s'effrite comme une pluie de glace, une pluie tranchante qui entaille les veines et ricoche sur des nerfs cisaillés - y a une raison, non, y en a pas.
1, 2, 1, il se souvient pas du trois parce qu'une bagnole le lui a arraché de la bouche.
Bordel Elliot, laisse-moi crever.
Noise sait même plus pourquoi, pourquoi il a bravé le couvre-feu, pourquoi il s'en fout complètement et ce qui a merdé aujourd'hui pour le foutre dans cet état. Un coup d'un soir qui a dégénéré ou une remontée de souvenirs à se purger l'estomac à l'ammoniaque ? Il existe plus Shawn, tu sais, il a compté une fois de trop.
Le jeune homme laisse un rire rauque s'échapper de sa gorge en feu. L'alcool lui a dévasté les synapses, il sait pas bien où il en est. Faudra bien que ça passe, qu'il se dit en se relevant. Y a le poids étrangement familier d'une flasque dans sa poche revolver. Ses mèches noir corbeau lui tombent dans les yeux, mais le métal là lui aspire sa chaleur, la chaleur électrique qui rampe sur sa peau. Il s'appuie aux pierres. Froides, si froides. Il en ferait presque un choc thermique.
Ça le lance quelque part vers la joue ; il a la pommette gauche violacée et la lèvre éclatée, c'est un ivrogne qui lui a foutu un coup non ? Bordel il doit être sexy comme ça. Il s'en fout, il sourit comme un mariole parce que Shawn a toujours été du genre à se foutre un flingue dans le fond de la gorge.
Il veut pas mourir. Ou merde, il est déjà fini de toute façon.
Salut maman, bons baisers du paradis. Ça pue carrément le dentifrice dans le coin, t'imagines pas.
Pendant un moment, l'américain contemple avec un intérêt d'alcoolique la difficulté qu'ont ses jambes à le maintenir debout, jusqu'à ce qu'il réussisse à aligner trois pas corrects. Au final il arrive même à lâcher le mur, la vache l'exploit mec, t'es prêt pour les JO. Pour un produit écoulé et bon pour la casse c'est pas mal hein ? Hein ?
La porte grince comme l'enfer, elle lui arrache les neurones. Ferme ta gueule la porte. Ferme-la, je m'en fous, je veux sauter.
Et merveille, son epic achievement est salué par une foule en délire hurlant son nom quand il pose le pied sur le dallage clair. Le jeune homme grogne, alors que le patronyme se répercute dans sa tête. Ahhh vos gueules, je suis pas d'humeur.
Ça tombe bien parce que le chœur en question n'est invoqué que par son esprit à la dérive, et qu'il n'y a qu'une seule personne dans l'église.
Noise secoue la tête, tire la capuche rouge sur sa tête et s'avance entre les rangées.
Merde, y a un putain de courant d'air.

    « Salut baby ; enfin plutôt mademoiselle, c'est un chanteur qui disait ça ça te dit quelque chose ? J'vais pas te demander comment tu connais mon nom, j'en ai rien à battre. »

Oh fuck, il a du mal à s'arrêter quand même. Il fait deux pas de trop et recule pour se retrouver au niveau de la fille. Cool, il est plus grand, il peut la regarder de haut. Faire la grimace.

    « Qu'est-ce que tu fous là hein ? T'es mignonne, tu devrais pas prier pour changer de tête. Ou alors c'est juste un trip de dormir dans les églises ? »

Son cerveau marche trop lentement. Il cherche un truc dégueulasse à dire mais ça vient pas. Bordel, il lui faut une clope. Ou une corde, ou un putain de seau de morphine.

_______________
#993333



Spoiler:
 


Dernière édition par Noise le Dim 24 Nov - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Ven 8 Nov - 16:20

C’était toujours bizarre, les petites coïncidences. Bubblegom cherchait un garçon et le voilà qui venait à lui sur un plateau d’argent ! Enfin, un plateau sinistre, mais un plateau quand même. Un grand sourire vint illuminer le visage de l’adolescent … mais pas pour longtemps. Il semblait que le petit Suisse était un véritable aimant à drôles de situations.

« Salut baby ; enfin plutôt mademoiselle, c'est un chanteur qui disait ça ça te dit quelque chose ? J'vais pas te demander comment tu connais mon nom, j'en ai rien à battre. »

… Ok. Il lui paraissait bizarre. Son expression enjouée retomba comme un soufflé alors que Capucheman s’avançait d’un pas titubant. A cette distance et tournant le dos à la seule source de lumière, Bubblegom ne pouvait distinguer que sa silhouette menue, ombre inquiétante glissant jusqu’à lui. Suivant simplement Noise de ses grands yeux marron, le seul geste qu’il eut fut de ramasser sa tresse, la rangeant contre sa poitrine, évitant ainsi que le nouveau visiteur ne lui marche dessus involontairement. D’un côté, il était content qu’il ne pose pas plus de questions sur le fait que Bubblegom connaisse son nom … Bizarrement, devoir expliquer que ça faisait un petit moment qu’il le suivait n’était pas franchement facile.
Bref, Noise s’arrêta à sa hauteur, l’expression indescriptible, et rouvrit la bouche, obligeant son interlocuteur à se plaquer les mains contre le nez.


« Qu'est-ce que tu fous là hein ? T'es mignonne, tu devrais pas prier pour changer de tête. Ou alors c'est juste un trip de dormir dans les églises ?
- T-tu as bu … »

Murmura-t-il entre ses dents, les yeux plissés sous la forte odeur d’alcool. Assez brusquement, l’adolescent se releva d’un bond, ne manquant pas de faire craquer le pauvre banc en bois … Il se stabilisa et, certain que le meuble ne se déroberait pas sous ses bottes, fit un demi-tour pour se retrouver à nouveau en face de son interlocuteur. Bien qu’en position de supériorité, cette fois, debout sur le siège religieux multiplace. Les mains posées sur ses hanches, Bubblegom émit un petit rire nerveux. Il n’allait pas le reprendre sur l’utilisation du féminin dans son adjectif … Vu l’état d’ébriété où le brun à temps partiel s’était engagé, les conséquences seraient imprévisibles.

« Oh ! Moi ? Je me promenais. Tu ne trouves pas cet endroit joli ? »

"Joli" n’était peut-être pas le mot qui viendrait en premier à la vue de la bâtisse. Le garçon continua cependant :

« Dis-moi … Pourquoi on doit boire jusqu’à en arriver là, Noise ? C’est si bon ? Plus que de le soda à l’orange ? »

La boisson gazeuse suscitée n’était pas la préférée du bonhomme, mais la première à être sortie de sa tête. De toute façon, elle n’était pas mauvaise non plus, mais il y avait mieux. Mieux que l’alcool en tout cas. Bubblegom n’avait pas l’âge d’en boire, mais il n’était pas non plus ignorant de son goût … Il était donc apte à dire sans conteste où allait sa préférence entre le champomy et le champagne. D’où venait le fait que les gens aimaient boire alors ? Le garçon était conscient de pas mal de raisons possibles, mais était curieux de connaître celles de Noise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Dim 24 Nov - 23:17



C'était qui, déjà ? L'espace d'un instant qui parcourt sa tête comme une froide éternité, Noise tente de se rappeler comment s'appelle ce chanteur français - il parle français donc il est forcément français - un peu passé de mode dont il ne comprend que trois phrases par chanson. Peine perdue, et il aurait plus de succès en essayant d'attraper une anguille avec ses pieds tartinés d'huile. L'effort fourni le déséquilibre un peu, tandis que le figurant à côté signale dans un couinement inutile l'état fort pitoyable dans lequel il se trouve. Noise le fusille vaguement du regard avant de hausser les épaules : allez, c'est pas sa faute après tout si Elvis veut pas rentrer dans sa tête. Enfin c'est vrai qu'avec sa coupe ça coincerait un peu. Allô Elvis, ramène tes paillettes, c'est gai comme un tombeau ici. Église. Tombeau. Lol. Noise étouffe un gloussement et coince une quinte de toux dans sa gorge, résidu d'une cigarette déjà oubliée qui tente de l'assassiner par-delà la mort. 
Et les Beatles chantaient ou dansaient il sait plus ; la persistance avec laquelle son cerveau ressort des phrases dans une langue qu'il maîtrisait pas est presque prodigieuse. Allô ? Un pacito atras...

    « Dis-moi … Pourquoi on doit boire jusqu’à en arriver là, Noise ? C’est si bon ? Plus que de le soda à l’orange ? »

Le kleptomane lance à la gamine un regard de bœuf blessé en chancelant un peu. Il ne manque plus qu'une bouteille à moitié vide dans sa main pour parfaire le tableau. Il lui vient un rire nasal et désincarné qui refoulel'auto-dérision. 

    « Tu rigoles ? fuck it, c'est dégueulasse ! Mais ça va me tuer plus sûrement que le saut de l'ange, avec le respawn et tout. Et j'ai même pas de catéther à débrancher, t'y crois ça baby ? T'en veux ? »

Comme par magie, la flasque métallique se balance tout à coup au bout de son bras, en direction de son camarade de philosophie si ses yeux voient bien. A environ quatre-vingt degrés quoi ; deux ou trois heures. Une hostie et deux psaumes. Noise louche sur la vierge qui fait la potiche vers sa gauche. Il se rappelle pas avoir déjà été croyant. 

    « Kesstu fous là toi au fait ? Fit-il en butant un peu sur les syllabes. Ça craint les églises tu sais ? Même Marilyn Manson aurait pas créché là, mort ou vivant d'ailleurs. »

Il fronce les sourcils et cesse de vaciller comme un roseau en plein tempête, plongeant une main dans sa poche d'un air inspiré. Ou illuminé, ça dépend du point de vue. 

    « Ta mère est une statue ? Ou tu attends ton petit copain vampire nécrophile ? Je sais pas si y a des vampires ici tiens, y a bien des fantômes tu me diras alors pourquoi pas. Si ça se trouve c'est ça qui t arrive quand tu meurs ici. A ton avis, je serais mieux en zombie ou en Frankenstein ? »

Ceci sans mentionner que de toute façon, un zombie, il en est déjà un.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Dim 8 Déc - 10:09

Bubblegom avait froncé les sourires et ses lèvres s’étaient vues pincées par l’incompréhension. Ouh, ça ne semblait pas être très clair dans l’esprit de Noise … Ou alors c’était lui qui avait du mal à capter les informations pertinentes ? Les bras croisés derrière le dos, la tête légèrement penché sur le côté, l’adolescent continuait de regarder ce mec, ce Capucheman perforé par l’excès. Mine de rien, au moins, il représentait à lui toute seule une publicité de prévention contre les risques de l’alcool ! Où étaient les caméras quand on en avait besoin ?
Ce qui était assez amusant de voir, aussi, c’était que cet état d’ébriété transformait Noise en vieux disque raillé. Combien de fois allait-il lui demander la raison de sa présence ? Et pourquoi les présences devaient toutes avoir une raison apparente, au juste … Lorsqu’il fut mention d’une certaine (enfin, il supposait que c’était une femme, vu son nom) Marylin Manson, le jeune garçon laissa échapper un :


« Qui c’est ? »

Cependant, pas sûr que le garçon l’avait entendu … et même si ça avait été le cas, l’aurait-il répondu sérieusement ?

« Ta mère est une statue ? Ou tu attends ton petit copain vampire nécrophile ? Je sais pas si y a des vampires ici tiens, y a bien des fantômes tu me diras alors pourquoi pas. Si ça se trouve c'est ça qui t arrive quand tu meurs ici. A ton avis, je serais mieux en zombie ou en Frankenstein ? »

Les différentes questions ne résonnaient pas de manière sensée dans la tête de l’adolescent. Lui qui ne croyait pas à tous ces mythes et légendes, une légère teinte surprise colora son visage avant qu’il ne se mette à rire aux éclats. Noise était vraiment amusant ! Mais ce n’était pas pour ça que Bubblegom ne lui répondrait pas avec le plus de sérieux possible :

« C’est quoi ces idées bizarres ? Halloween c’est fini et tu cherches encore un costume ? Quoique la fête d’Halloween n’a pas non plus le monopole de déguisements … Sinon, les fantômes n’existent pas, héhé ! Encore moins les vampires ou les zombies … Comment ma mère pourrait être une statue, c’est bizarre ce que tu dis ! Tu as déjà vue une maman statue ? Tu préfères avoir la peau grise ou verte ? »

Oui, fondamentalement, la différence la plus visible entre un zombie et un Frankenstein ne pouvait être que sa couleur de peau … Donc selon sa couleur préférée, Bubblegom pourrait orienter le choix de costume de Noise ! Il voulait vraiment réfléchir sérieusement à la question.

« Au pire, tu peux être les deux ! Un Frankenzombie ou un Zombiestein ! »

Les fusions étaient le meilleur choix pour les indécis. Bubblegom devait avouer qu’il faisait ça quelques fois … Pourquoi choisir entre l’écharpe bleue et la rouge si on peut porter les deux ? En plus ce n’était que du bonus étant donné que ça le protègerait deux fois plus du froid !
Dans un geste parasite, l’adolescent voulu poser sa jambe sur le dossier du banc où il se tenait toujours debout … Très mauvaise idée. Sous le poids dont il n’avait pas l’habitude, le meuble projeta un craquement sinistre qui fit écho dans toute la bâtisse. Instinctivement et animé par la surprise, Bubblegom sauta en arrière afin de retrouver les dalles bien fermes du sol. L’action avait légèrement poussé le banc qui bascula vers l’arrière, emportant avec lui toutes les autres rangées.
Les yeux en soucoupe et la bouche légèrement ouverte, le gamin siffla :


« Oh, Schhhhei … »

Ça finissait mal. Le brun bloqua sa mâchoire, empêchant à ce si vilain mot de trouver son point final. Une grimace vint peindre son visage au final, bien qu’au fond impressionné par le potentiel non exploité des bancs d’église dans une partie géante de dominos.

« Pas très solide, héhé … »

Souffla-t-il, lançant de nouveau un coup d’œil du côté de Noise.

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Mar 10 Déc - 15:32




    Noise pourrait cette fois être impressionné par la capacité, étrangement similaire à la sienne, de l'adolescente à échafauder des plans farfelus. Sauf qu'il est trop occupé à contempler l'intérieur de sa flasque en essayant de déterminer ce qu'il convient d'en faire.


      « C’est quoi ces idées bizarres ? Halloween c’est fini et tu cherches encore un costume ? Quoique la fête d’Halloween n’a pas non plus le monopole de déguisements … Sinon, les fantômes n’existent pas, héhé ! Encore moins les vampires ou les zombies … Comment ma mère pourrait être une statue, c’est bizarre ce que tu dis ! Tu as déjà vue une maman statue ? Tu préfères avoir la peau grise ou verte ? Au pire, tu peux être les deux ! Un Frankenzombie ou un Zombiestein ! »

    Non, ce n'est pas du tout qu'il ne l'écoute pas, mais les mots un peu trop long ont une sale tendance à se perdre quelque part entre ses deux oreilles. Il sait pas trop où, mais après mixage ça donne un truc genre tupetrelédeufrankenzombieounzombiestein. Assez difficile à comprendre.
    Mais ça a l'air cool quand même, et en débouchant la bouteille en en mettant trois gouttes - ou trois litres - à côté, il le lui fait remarquer. Enfin, c'est possible.
    L'alcool a un goût âcre qui lui griffe le palais.
    Pourquoi il boit, lui déjà ?
    Pour oublier. Oublier quoi ?
    Sans crier gare, le bruit de tonnerre des meubles qui s'abattent font sursauter le jeune homme dans ses chaussures. D'autant plus saisi qu'il ne faisait plus du tout attention à ce qui se passait autour de lui, Noise reporte des yeux écarquillés sur sa petite camarade aux cheveux longs en portant une main (pas celle avec la flasque, l'autre) à son coeur qui menace d'une grève instantanée. Et puis il contemple l’œuvre sans resserrer ses prunelles grises, admirant la succession de dominos qu’il a toujours adorée, l’effet papillon renversé par terre.Tiens, il reste une rangée debout, là.

      « ... eisse. »

    La syllabe explose entre ses lèvres et la déflagration souffle les derniers bancs ainsi qu’une ou deux statues en papier mâché. Pas très solides leurs machins, aux grands prêtres satanistes crimsonien.Parce que ouais, à Crimson, ça peut être qu’un culte de vampires fous, non ?
    En tout cas il espère ne pas avoir réveillé le petit ami desséché de la gamine. Ça la foutrait mal quand même, pas vrai ?
    En attendant de le voir sortir de son caveau, Noise tapote gentiment la tête de la petite personne en question.

      « T’es trop polie, love. Ton amoureux va faire des bulles. »

    Est-ce que c’est une mauvaise chose ? Peut-être pas, mais c’est drôle à dire. De toute façon, l’onde de choc a rebondi sur les neurones malades du jeune homme comme une grosse pierre sur les cordes d’un violon, et il se trouve momentanément incapable de poursuivre cette réflexion.Un  pas le fait reculer jusqu’à la colonne la plus proche, et il se laisse tomber par terre, la tête dans une main comme tout bon poivrot qui se respecte lorsque la folie laisse sa place à la gueule de bois. Sa meilleure amie. Qu’il est heureux de la revoir, cette vache.

      « Arhh, putain j’ai trop mal au crâne. Je vais crever. »
      Il ouvre un œil qui se fixe difficilement sur sa camarade, et un sourire frémissant effleure ses lèvres blêmes. « … Je suis complètement torché, hein ? »

    L’arrière de son crâne va s’appuyer contre la colonne. La froideur granitique lui transperce le cerveau.

      « Ca faisait longtemps. Hmmmm ça doit être appétissant à regarder, tout ça tiens. C’est quoi ton nom, que je sache quoi indiquer aux flics pour envoyer les fleurs ? »


_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Mer 11 Déc - 1:37

Lui qui avait fait attention à ne pas finir son mot, voilà qui Noise qui se permettait de le faire. Et pas de n’importe quelle manière ! Le son émit par sa bouche résonna telle une explosion, faisant sursauter Bubblegom et, surtout, achevant la tombée des dominos. Pauvres bancs. L’adolescent regardait Noise comme un enfant regarderait un adulte après avoir été pris en flagrant délit (ne notant pas que lui aussi avait renversé les meubles, au final). Celui-ci se mit alors à tapoter gentiment sur sa tête … bien que ce ne fut pas pour le consoler de ses bêtises.

« T’es trop polie, love. Ton amoureux va faire des bulles. »

Son amoureux ? L’un de ses sourcils se leva, suspicieux. Quel amoureux ? Ah … Il avait parlé de petit copain nécrophile un peu plus tôt, c’est vrai. Les nécrophiles faisaient des bulles ? Bubblegom se dit que le manque de logique de ses propos devait venir du taux d’alcool dans son sang. Normal, donc. Ah tiens, bah, autre chose : il le voyait avec un garçon … Pas que deux garçons ne pouvaient pas finir ensemble aux yeux du brun, bien sûr, ce serait idiot ! Cependant, habitué à ce genre de malentendu, il supposa que Noise avait dû penser qu’il était une fille. Il ne portait pas de robe pourtant ! Mais bon, encore une fois, ce manque d’attention devait être dû à son état lui aussi. Il avait bon dos, l’alcool.
Bubbli allait justement lui faire savoir ses pensées quand un vertige sembla prendre Capucheman. Un pas en arrière et il était déjà au sol dans un bruit lourd. L’inquiétude pouvait se lire sur le visage de l’adolescent à cet instant.


« Arhh, putain j’ai trop mal au crâne. Je vais crever … Je suis complètement torché, hein ? »

Bien qu’hocher la tête ne servait à rien quand il n’y avait personne pour vous regarder, c’est ce que fit Bubblegom, légèrement compatissant. Il n’avait jamais connu la gueule de bois personnellement, mais des connaissances lui avaient raconté l’expérience. Le garçon savait donc que c’était loin d’être la joie. Décidé à l’aider, il tourna les talons vers un coin près de l’autel où il avait lancé son sac à dos. En effet, partir aussi loin de Dream Land sans affaire était stupide. Stalker n’était pas quelque chose qui se faisait sans préparation ! Bref, il attrapa donc son sac et retourna vers ce mec misérablement beurré.

« Ca faisait longtemps. Hmmmm ça doit être appétissant à regarder, tout ça tiens. C’est quoi ton nom, que je sache quoi indiquer aux flics pour envoyer les fleurs ?
- Tiens, tu veux de l’eau ? J’ai du jus de fruit sinon ! Ou des bonbons ? »

Bubblegom sortit donc les trésors suscités de leur rangement en toile et les déposa en offrande près de Noise. Une bouteille d’eau, une brique de jus multivitaminé, un paquet de pastilles aux goûts fruités. L’adolescent s’accroupit ensuite en face de lui, souriant :

« Je m’appelle Bubblegom ! »

Oh, et tant qu’il y était !

« Ah, et je suis un garçon, au fait ! Je n’ai pas de copain ! Ni de copine, d’ailleurs ... »

Des amis, il en possédait pas mal ! Mais alors des relations amoureuses : jamais eues.

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Jeu 12 Déc - 0:06



    Allô capitaine, larguez les amarres et les canots de sauvetage, la vigie est passée par-dessus bord ; retrouvez le rhum, une, deux ! Souquez ferme ! Noise observe sa jeune camarade en plissant des yeux et en se demandant simultanément pourquoi l'église tangue comme ça et si elle va sortir son vampire en petit tas déshydraté d'un Tupperware de poche. Savoir si l'église s'est transformée en navire pendant qu'il regardait ailleurs est hors de sa portée ; en revanche il distingue assez bien les objets que l'autre dépose à côté de lui tout, en les citant au cas où il aurait définitivement régressé au stade anal.
    Ayant retrouvé l'abri douillet de sa poche, la flasque d'ilnesaitquoi manifeste d'ailleurs assez vigoureusement contre cette sous-marque qu'on lui balance sous le nez.
    Cependant voici l’heure du choix, et entre le paquet de vitamines, le paquet de produits chimiques, et le paquet de molécules ampholytes que l’alcool reluque avec dégoût, Noise choisit très justement le candidat idéal à la manifestation anti-gueule de bois.
    Même si boire de l’eau minérale n’est pas à proprement parler sa technique habituelle. Cette dernière n’étant pas applicable pour le moment, il faut bien commencer par quelque chose.
    D’autant qu’il n’est pas certain de vouloir vraiment dessaoule tout de suite. Après tout s’il a commencé, quelque part, c’est qu’il y avait une raison.

      « Je m’appelle Bubblegom ! »

    L’idée de lui demander si elle fait des bulles quand on la mâche effleure le cerveau névrosé du kleptomane qui y renonce au profit de la bouteille, parce que de toute façon il n’a pas l’intention de tester.
    Ben ouais, il est pas cannibale non plus. Même si mâchouiller ne revient pas forcément à manger, digérer tout ça mais…

      « Ah, et je suis un garçon, au fait ! Je n’ai pas de copain ! Ni de copine, d’ailleurs ... »

    Dit comme ça, ça met un loooong moment à remonter jusqu’à son cerveau. Déjà parce qu’il est très occupé à visser et dévisser bêtement le bouchon de la bouteille sans réussir à la fermer. Non mais, elle ne veut vraiment pas se fermer, hein. Peut-être dans ce sens, là… ou alors c’est peut-être pas très bien enfoncé… Est-ce que c’est le bon bouchon, déjà ?
    Ah, oui.
    Noise relève enfin les yeux pour les fixer sur Bubblegom. Les plisse, écarte les mèches devant (pourquoi il est plein de suie, the fuck ?). Nan, rien à faire, les cheveux sont toujours aussi longs. Il en attrape une mèche, tire doucement dessus, mais non c’est pas du faux.
    … C’est quand même dingue que quelqu’un qui se fait régulièrement pousser les cheveux pour le recouper en soit encore à juger le genre de quelqu’un sur leur longueur.

      « ... Ahhhh... Bon. Je peux te teindre les pointes en vert ? »

    Non, ce n’est absolument pas hors-sujet. Ahhh, foutus doigts qui se mettent à faire des tresses automatiquement. De toute façon, Noise en est réduit à les regarder s’émanciper gaiement sans pouvoir rien y faire. Pas en état, non. Non.
    Alors que le jeune homme cherche difficilement quelque chose à ajouter, un nouveau retournement de situation l’en empêche, et il fixe d’un air curieux la poche de sa veste qui se met soudain à remuer totalement indépendamment de sa volonté.

      « ... what th- »

    Telle un xénomorphe tout droit sorti d’une cage thoracique random dans Alien, une créature mi-chaussette de laine mi-papillon transgénique s’extirpe de la poche de Noise qui la contemple d’un air ahuri pendant quinze bonnes secondes. Jusqu’à ce qu’elle vienne se poser sur sa main et qu’il pense à faire les présentations.
    Juste le temps de se rappeler le nom qu’il lui a donné. Voilà.

      « Oh. Introducing Chili. Chili Baby. C’comme ça qu’il s’appelle. C’est mon pet. »

    Et c’est vraiment bizarre comme bestiole, hein. D’ailleurs Noise ne peut pas s’empêcher de la fixer en se demandant d’où il a bien pu la sortir, et aussi si elle était dans sa poche tout ce temps. Sûrement, vu qu’elle a l’air un peu froissée. Mais bon il s’en fout, il la trouve tellement mignonne.
    Bon, à part ça il a oublié ce qu’il voulait dire mais bon.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Jeu 12 Déc - 20:00

Bubblegom penchait légèrement la tête sur le côté, continuant d’observer, accroupi, son camarade bien mal en point. Tenant difficilement immobile, ses mains s’amusaient à tapoter ses genoux alors que Noise avait finalement choisi de se servir en eau … dont le bouchon de la bouteille n’était pas d’humeur à lui faire plaisir, visiblement, faisant tout pour ne pas concorder avec le goulot. L’adolescent se serait bien proposé pour l’aider, mais c’est comme par hasard au moment où il y pensa que tout se remit à fonctionner correctement. C’est alors que Noise fut surpris à le fixer et attrapa l’une de ses mèches. Il n’avait pas tiré fort ; Bubble suivit des yeux les doigts maladroits puis leur propriétaire à tour de rôle. Le silence finit heureusement par se rompre :

« ... Ahhhh... Bon. Je peux te teindre les pointes en vert ? »

Inattendu, c’était le mot. Le garçon pouffa de rire. Du vert, hein ? Pourquoi du vert ? Pas que ce n’était pas une jolie couleur … Mais Bubblegom était vraiment attaché à ses longues boucles brunes. Ses proches s’amusaient toujours à lui remémorer ce jour, alors qu’il était encore tout petit, où il avait fait une crise chez le coiffeur. On lui avait prévu une coupe courte … Cependant, dès que les ciseaux s’abattirent sur la première mèche infantile, les cris accompagnées de ses copines larmes et morve débarquèrent. Ah, les enfants. Ils étaient si mignons, n’est-ce pas ?
Bref. Pas toucher les cheveux. Bien que pour faire plaisir à Noise, il se laissa tenter à réfléchir légèrement :


« Hmmmm … Seulement si ça n’est que temporaire et que ça ne me les abîmes pas ! »

Voilà. Mais il n’avait pas dit oui, hein !
De son côté, Noise ne semblait vraiment pas en état. Avec ses bleus sur la figure, ses cheveux sombres et l’obscurité ambiante … ouais, ça ne lui donnait pas une forme éclatante comparé à l’adolescent dont le sourire semblait scotché sur les lèvres. Pendant qu’il continuait de jouer avec ses mèches, le jeune homme semblait tellement déconnecté que l’on verrait presque un filet de bave s’échapper de sa bouche.
Bubblegom réfléchissait : pouvait-il faire autre chose pour l’aider ? L’emmener à l’hôpital peut-être, ou une sorte d’infirmerie ? Ah, s’ils avaient été à Dreamland, il aurait pu aller voir Mélancolie … En plus l’église était plutôt loin de la ville … Hmm …
Un phénomène étrange sortit l’adolescent de ses pensées. Eh ? La veste de Noise bougeait ? L’intéressé semblait étrangement tout aussi surpris que lui de cette agitation. Et puh ! De grands yeux sombres à multiple facettes apparurent de la prison de tissue ainsi que de longues antennes et …


« Oooow ! »

Petite interjection à la fois surprise et admirative. Bubblegom n’était pas vraiment sûr de ce que c’était … en tout cas, la créature s’avérait être des plus mignonnes aux yeux du brun. Comme une peluche ! Une peluche de … papillon ? Un papillon … mouton ?

« Oh. Introducing Chili. Chili Baby. C’comme ça qu’il s’appelle. C’est mon pet. »

Tellement adorable ! Le garçon ne tarda pas à doucement porter l’une de ses mains vers la petite bestiole et à lui caresser la tête du bout du doigt. Il était si doux !

« Bonjouuur Chili Baby ! Tu es trop mignon ! … Mais qu’est-ce qu’il est en fait ? »

Une idée lui vint alors qu’il envoyait sa main libre reprendre son paquet de bonbon. Bubbli en pêcha une pastille rouge (sûrement de la cerise) qu’il proposa au pet.

« Tu aimes les bonbons ? »

Ne pensant même pas que Chili n'était sans doute pas capable d'en prendre ...?

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Lun 16 Déc - 1:19



    Chili baby commence à émettre une sorte de ronronnement, un bruit de moteur à hélices miniature qui fait même vibrer légèrement ses antennes. Noise n’est pas certain que ce soit naturel pour un papillon : il y a des chances pour que le jeu ait fait des siennes sur ce coup-là. En tout cas, même lorsqu'il secoue la main pour le pousser vers les genoux de Bubblegom, qui semble pas mal l'apprécier, le bruit ne disparait pas. Que ce soit dû au fait que pour une fois quelqu'un le trouve mignon, ou à la boule de sucre à l'état pur que le jeune garçon lui secoue sous la trompe, allez savoir. Noise se demande un instant si son pet ne va pas commettre un acte potentiellement irréparable, mais se rassérène quand le petit animal se contente de coller sa trompe sur la surface de la friandise (entreprise qui lui semble tout d'abord criante d'inutilité, jusqu'à ce qu'il ne s'aperçoive quelques minutes plus tard que la taille du bonbon diminue à vitesse minimale).
    Alors qu'il contemple son jeune camarade qui câline Chili en poussant de petits cris d'attendrissement, Noise fait péniblement circuler la dernière révélation en date dans son cerveau.
    En regardant bien, voire en fermant l'œil droit, il arrive à distinguer que oui, sous ces boucles brunes il y a des traits de visage qui ressemblent à ceux d'un garçon. Quoique... ce n’est peut-être que l'alcool qui tend à le faire accepter tout ce que dit Bubble. Si ça se trouve c’est même une fille qui cherche à se moquer de lui ; comment savoir avec ces créatures perfides, hein ? Enfin quoi qu'il en soit, la démarcation entre les sexes n’a rien de flagrant chez cet individu. Et bien sûr, Noise ne se gêne pas pour enfoncer des portes ouvertes :

      « N’empêche… tes parents ont pas eu un léger problème à ta naissance ? Genre ils t’ont pas laissé tomber par terre ou un truc du style ? Parce qu’il y a quand même un sacré défaut de conception, là. »

    La tresse de gauche étant terminée, ses mains très obligeantes passent au côté droit. Tant pis s’il ne peut pas les teindre en vert, après tout, il n’a pas de quoi sur lui là. Il faudrait demander à P0rnstar. Il serait sûrement super content.

      « Pour le vert je peux te montrer mon coiffeur s’tu veux. Il est cool. »

    Tresse finie, qu’est-ce qu’il pourrait faire maintenant ? Noise fixe Chili qui se fait gratouiller béatement. Il tapote la flasque dans sa poche-revolver.

      « D’où tu viens, sinon ? T’es venu parce que ololol c’était cool ou on t’a enfoncé le casque sur le crâne ? »

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Jeu 26 Déc - 16:04

Le bonbon lui plaisait finalement !
L'espèce de Chili Baby ne sautait toujours pas aux yeux de Bubblegom et Noise oublia d'éclaircir les choses … Mais l'adolescent n'insista pas, trop occupé qu'il était à cajoler la petite et si mignonne créature pelucheuse. Capucheman la poussa d'ailleurs à rejoindre le genoux adverse, ce qui arrangea tout le monde. Pendant un moment, la scène avait quelque chose d'assez comique … De touchant peut-être, même, selon les esprits. Mais oui : un mec bourré et un peu amoché faisant des tresses à un autre mec efféminé en combishort orange caressant un papillon mutant amateur de bonbons dans une église abandonnée de Crimson District … Quoi de plus touchant ? Tout à fait digne d'une carte postale pour Noël.
Noise lâcha alors, assez soudainement :


« N’empêche… tes parents ont pas eu un léger problème à ta naissance ? Genre ils t’ont pas laissé tomber par terre ou un truc du style ? Parce qu’il y a quand même un sacré défaut de conception, là.
- Hein ? Comment ça ? »

Bubblegom releva la tête vers son interlocuteur dont les mains affairées à arranger ses mèches cachaient une partie du visage. Le brun n'avait pas vraiment compris où il voulait en venir ... Surtout parce que la phrase était un peu sortie de nulle part, la révélation de la virilité de Bubblegom datant légèrement à présent. En plus, l'intéressé ne voyait pas du tout où il pouvait y avoir un problème chez lui.
Toutes ses connaissances dans le monde réel le traitaient comme une personne normale. Venant d'un petit village où presque tous les habitants se connaissaient un peu, ils s'étaient habitués à lui. Sa propre famille aussi l'avait laissé pousser librement et l'encourageait souvent dans ce qu'il faisait. Gael ne s'était du coup jamais vu comme quelqu'un de spécial ou de différent ; juste comme un adolescent qui affirmait ses goûts. Aussi "étranges" pouvaient-ils être. Bien sûr, ça n'a pas toujours été un quotidien tout rose, mais ça ...


« Pour le vert je peux te montrer mon coiffeur s’tu veux. Il est cool. »

Noise semblait vraiment à l'ouest. A la fois présent, et absent. Il passa à l'autre mèche qui restait à Bubblegom. Celui-ci devait avoir une tête marrante avec ses trois tresses ... Un peu comme un personnage de la bande dessinée Astérix.
Les seuls bruits que l'on pouvait entendre en cet instant était le vent s'engouffrant dans la vieille bâtisse, les ronronnements surréalistes de Chili et la petite mélodie hasardeuse qui s'échappait des lèvres du suisse.


« D’où tu viens, sinon ? T’es venu parce que ololol c’était cool ou on t’a enfoncé le casque sur le crâne ? »

Encore une fois, la question fit relever la tête de Bubblegom, le coupant dans sa chanson en passant. Comme pour les autres, Noise l'avait sans doute posée un peu comme ça, selon ce qu'il lui sortait par la tête ... Mais bon, le garçon n'allait pas ne pas lui répondre, même s'il allait sans doute oublier. Ses lèvres se pincèrent dans sa réflexion. On pourrait dire qu'il faisait partie de la première option, en quelque sorte ... Comment pouvait-on faire partie de la deuxième, d'ailleurs ? A moins de savoir que le casque enfermait les gens ...

« En fait, j'ai trouvé le casque chez moi. Je l'ai essayé, juste comme ça ... Je ne savais pas du tout ce que c'était à part un nouveau jeu … »

Ouais, il n'avait même pas été mis au courant du sms, rien ... C'était un jeu, posé en évidence sur la table du salon ... comment ça aurait pu être dangereux, hein ?
Bubblegom se remit debout et étira ses jambes qui commençaient à s'engourdir. Chili dans ses mains, il le plaça sur le sommet de son crâne, piédestal privilégié où il pourrait continuer à manger son bonbon en paix.


« Dis Noise, comment tu te sens ? Tu ne veux pas qu'on aille voir un médecin ... ou que je t'aide à retourner chez toi ? Il ne faudrait pas qu'on rate le couvre feu ! »

Se retrouver en prison n'était pas tellement son but.

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Sam 28 Déc - 14:56



    Noise fixe longuement Chili, qui prend une place royale en haut du crâne de Bubblegom, lequel de répond pas vraiment à sa question. Qui pourtant en était vraiment une. Perche tendues à une cascade de remarques sarcastiques peut-être, mais une question quand même. Bon, tant pis.

      « Dis Noise, comment tu te sens ? Tu ne veux pas qu'on aille voir un médecin ... ou que je t'aide à retourner chez toi ? Il ne faudrait pas qu'on rate le couvre feu ! »

    Noise contemple ses baskets d'un air inspiré. Ose une timide tentative pour se décoller du poteau et accuse le retour d'une remontée de vapeur à faire défaillir un éthylotest - et qui lui grille un neurone au passage.
    Nan. Pas possible. Eliot je suis torché, viens me chercheeer... Comment ça c'est pas accessible en bagnole ? Prends tes pieds, c'est à ça qu'ils servent à part me botter le cul, nan ? C'est ta faute après tout si je suis là, tu pourrais faire un effort.
    N'empêche c'est fou le nombre de gentils gamins qui le ramassent et lui proposent de le raccompagner chez lui à Crimson. Sale loque. Oh ça va, je suis pas si vieux.
    C'est qui déjà, qui lui disait que chaque verre vous colle 10 ans ? S'il est pas bon pour le cimetière, ce soir...
    Le jeune homme relève la tête et adresse un sourire angélique à son camarade d'un soir.

      « T'es de Crimson ? »

    Et en écoutant la réponse, il se dit que décidément, personne respecte les règles ici. Ils auraient dû foutre des gardes à la frontière, tiens.

      « Wohhhh, Dream Land, le pays des minipousses. Je sais pas ce qu'ils foutent dans le caramel mais... »

    Sa poche-revolver le démangeait.

      « Te fous pas dans la merde, Gum, rentre chez toi. Moi je vais rester méditer sur le sens de la vie je crois ; personne viendra me chercher ici. Et puis faut que je teste voir si le coma éthylique ça tue. Enfin ici quoi. De toute manière pas grave, je suis clamsé en vrai je crois. »

    Les mots s'emmêlent sur sa langue et ça part pas. Il a envie de casser la gueule à Eliot, une foutue envie de lui élever un autel aussi. Envie de crever là, surtout. Et de s'excuser auprès de Bubblegom, aussi. Et déjà, il devait pas mériter ça, lui.

      « Putain Eliot je vais te défoncer. Au fait Chili c'est une mite-caniche. Comme les chiens mais en insecte. C'est cool hein ? T'as pas envie de rentrer chez toi Gum ? T'imagines si un KO ici ça fait un réveil là-bas ? Comment on le saurait, hein ? »

    Noise retient un ricanement et se masse les tempes. Le couvre-feu. Il a sacrément du mal à intégrer le concept.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Ven 3 Jan - 12:42

Bubblegom était inquiet. Il n’avait pas de montre et la position du soleil n’aidait en rien pour savoir l’heure vu qu’il était déjà couché depuis longtemps. L’adolescent n’avait pour l’instant jamais été témoin d’une mise en prison pour avoir enfreint les règles du jeu … mais ça le convenait, c’était bien une des choses pour lesquelles il était loin d’être curieux.
Noise bougea légèrement comme pour ne serait-ce que tenter de se lever … mais rien à faire. Alors que le brun s’attendait à ce qu’il lui demande de l’aide, Capucheman préféra plutôt se renseigner sur son île avec un grand sourire, comme si la proposition précédente avait été rangée vite fait. Bubblegom grimaça mais répondit néanmoins … et fut surpris de voir le discours faire un demi-tour un peu brusque :


« Te fous pas dans la merde, Gum, rentre chez toi. Moi je vais rester méditer sur le sens de la vie je crois ; personne viendra me chercher ici. Et puis faut que je teste voir si le coma éthylique ça tue. Enfin ici quoi. De toute manière pas grave, je suis clamsé en vrai je crois. »

Oh non, ça suffit les conneries. Les réflexions de Noise firent serrer les poings du suisse. Il n’aimait vraiment pas la tournure que ça prenait et parler de la mort n’était pas un sujet qu’il adorait franchement. Il était bien conscient que tout le monde partirait un jour ! Cependant ce n’était pas le moment, là.

« Putain Eliot je vais te défoncer. Au fait Chili c'est une mite-caniche. Comme les chiens mais en insecte. C'est cool hein ? T'as pas envie de rentrer chez toi Gum ? T'imagines si un KO ici ça fait un réveil là-bas ? Comment on le saurait, hein ? »

Bubbli n’était plus tellement dans l’humeur de se soucier de la race de Chili malheureusement. Toute son attention se porta sur la seconde partie des paroles du Capucheman.

« Arrête de dire n’importe quoi ! C’est pas le moment de mourir, tu as juste un peu abusé de l’alcool. Un petit peu, vraiment un petit peu. Demain ça ira mieux, tu auras sans doute un super mal de crâne, mais un peu de café et ça repart ! Sauf si tu n’aimes pas le café, moi je n’aime pas tellement le café, sauf dans les desserts ou avec beaucoup de lait, c’est fou ce qu’on peut faire avec du lait et du café, des sculptures et des dessins, c’est chouette ! Heu, hm. »

A mesure que son flot de parole se déversait, ses yeux avaient commencé à s’humidifier. Ces larmes stupides qui avaient vraiment trop tendance à vouloir montrer le bout de leur nez … Bubblegom déglutit et frotta ses joues pour stopper les intruses.

« B…Bien sûr que je veux rentrer chez moi. Mais je ne veux pas essayer de mourir ici pour voir si ça me ramène, c’est trop stupide. Pas que tu sois stupide, Noise, ou enfin si, là peut-être tu es stupide parce que tu es ivre. Enfin, je ne sais pas, je ne sais pas … »

Le garçon allait secouer la tête assez violemment pour remettre ses idées en place quand il se souvint que Chili s’y trouvait toujours. Il soupira donc simplement et tapota la tête de l’insecte pour le rassurer qu’il ferait plus attention. Bon, fini de parler, il était grand temps d’agir ! Pour l’instant, l’adolescent se disait qu’il valait mieux ne pas faire attention à Noise. Il ne savait pas ce qu’il disait de toute façon, hein ? Il s’approcha donc de lui et passa ses bras sous ses aisselles afin de l’aider à se relever.

« Allez, je ne vais pas te laisser là ! Au moins jusqu’à la mairie ! Jusqu’à l’hôpital de Dream Land sinon, j’ai une amie qui est infirmière, tu n’auras pas de problèmes. Ouais ouais ouais. »

Heureusement pour lui, il était loin d’être costaud et lui-même n’était pas fin comme une brindille. Certes ce ne serait pas facile et limite Noise allait traîner par terre, mais Bubblegom comptait bien ne pas le laisser moisir là. Encore moins mourir.

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Mer 15 Jan - 22:46



    La loque humaine à capuche cligne des yeux - avouons-le - avec difficulté, ce qui constitue tout de même un certain record sur l'échelle de l'impuissance généralisée. A la tête de Bubblgom, son beau discours de philosophie morbide sur la vie et la mort rapporté à la thérapie des alcooliques anonymes n'a pas l'effet escompté. En admettant qu'expectation il y avait, et que celle-ci était de le voir quitter l'église et rentrer gentiment chez lui.
    C'est pas que Noise se soucie franchement de son sort, intrinsèquement... Quoi que. Globalement, ce serait con pour lui de se faire arrêter pour assistance à poivrot en danger, hein. Quoi que, il était même pas en danger immédiat, là.
    Bref. C'était exactement pour ça que Noise détestait réfléchir dans cet état. Et donc la raison pour laquelle il lançait alors facilement - enfin plus que d'habitude, sisi - des phrases toutes faites.

      « Arrête de dire n’importe quoi ! » Couina le garçon, dont le visage dépassait un peu du cadre. « C’est pas le moment de mourir, tu as juste un peu abusé de l’alcool. Un petit peu, vraiment un petit peu [...] »

    Noise réajuste péniblement sa fenêtre de vue, pour s'apercevoir que ses yeux brillent un peu trop, alors que son flot de paroles se mixe en un bouillon incompréhensible dans sa tête. De grosses larmes manquent de rouler sur ses joues. Et évidemment, pas la peine de compter sur la moindre intervention du kleptomane à capuche qui dans son état actuel a de toute façon un QI guère supérieur à celui d'un merlan et ne peut que dévisager bêtement son vis-à-vis sans comprendre et à fortiori, réagir.
    Dommage, parce que la culpabilité est vaguement passée dans son champ de vision, à quelques mètres de là. Pas l'occasion de la saluer cela dit. L'incompréhension masque tout avec son gros derrière, et miss flasque accapare de toute façon 80% de son attention.

      « B… Bien sûr que je veux rentrer chez moi. Mais je ne veux pas essayer de mourir ici pour voir si ça me ramène, c’est trop stupide. Pas que tu sois stupide, Noise, ou enfin si, là peut-être tu es stupide parce que tu es ivre. Enfin, je ne sais pas, je ne sais pas…  »

    Le jeune homme échange un regard qui trahit tout l'effort que la compréhension des phrases requiert avec Chili, royalement placé au sommet de la tête couverte de tresses de Bubble. Forcément, la bestiole ne lui est d'aucun secours, pas plus que son cerveau déconnecté à vrai dire ; il va vraiment devoir se débrouiller tout seul, bordel.
    Soudain - enfin non, mais pour lui si - le dreamlandien utilise sa force herculéenne - ou pas - pour hisser Noise sur ses pieds. Le jeune homme hoquette sa surprise, vacille, se rattrape et à Bubble et à la colonne et ravale un juron. L’éthylotest s'évanouit pour de bon, là. Et pourtant, par un curieux miracle de la physique, l'ensemble parvient à tenir debout.
    Noise sent la couleur déserter son visage ; ses doigts tremblent.
    Lui vomis pas dessus, surtout. C'est à peu près la seule pensée intelligente qu'il parvient à rattacher à son état actuel. Parce que ce serait vraiment dégueulasse, et vraiment pas sympa. Sérieux, Shawn, retiens-toi.

      « Allez, je ne vais pas te laisser là ! Au moins jusqu’à la mairie ! Jusqu’à l’hôpital de Dream Land sinon, j’ai une amie qui est infirmière, tu n’auras pas de problèmes. Ouais ouais ouais. »

    Wohhh, c'est fou ce qu'il se complique la vie, quand même. Noise lui, se serait laissé crever, mine de rien. Et sans remord, hop là, à la benne ! On pourra toujours récupérer un rein ou deux, à supposer qu'il y ait des gens qui en aient besoin ici, hein...
    Au pire, ça pourrait nourrir le fiancé vampiresque de la crypte, là-bas.
    Une secousse le ramène à la vie. Wahh, mine de rien, il arrive à avancer. En traînant des pieds certes, mais c'est mieux que de se faire traîner tout court, non ?

      « 'tain boy, tu te compliques trop la vie. » Fait-il gentiment remarquer à son moyen de locomotion improvisé. « Tu sais que ma mère est morte ? Au court-bouillon, ouais. La faute au toubib ; ah mais t'aimes pas que je parle de Game over, hein. Qu'est-ce qu'il y a d'autre... »

    Sans penser une seconde qu'il pourrait tout simplement la fermer, comme on le lui demande souvent, Noise fixe ses pieds qui ont pas vraiment l'air non plus de savoir ce qu'ils font. Il plaint sincèrement le pauvre gars qui a eu le cœur de le ramasser. Trop de cœur, c'est toujours ça qui coule ; un foutu morceau de plomb bien accroché dans la poitrine. Pas étonnant qu'on aille directement nourrir les poissons avec toutes ces cartouches dans le lard.
    L'éternel tourment du cadavre de fin de soirée, quand tous les potes vont bien et qu'ils doivent quand même appeler l'ambulance. Ça fait chier, hein.

      « Je suis un putain d'égoïste mec. Un putain de... Elliot, laisse-moi crever, ok ? C'est pas dur, j't'assure. C'est comme sauter du... »

    1, 2... Merde, merde, merde.

_______________
#993333



Spoiler:
 


Dernière édition par Noise le Sam 18 Jan - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Sam 18 Jan - 12:56

Spoiler:
 

Ah, ça fait mal, ça fait mal. Mais tout va bien. Alles wird gut. Comme d’habitude. Non ?
Grossièrement et s’aidant de la colonne pour soutenir Noise, Bubblegom se baissa pour reprendre ses affaires, les fourrer dans son sac et le balancer derrière son épaule. Une grande inspiration l’aida à prendre les choses en main et le voilà qui commençait à avancer avec Capucheman. Hallo Franziska, j’ai aidé mon premier ami ivre, c’est bien, non ? Pas sûr que sa grande sœur apprécierait les circonstances, en fait …


« 'tain boy, tu te compliques trop la vie.
- Non, ça va pour moi …
- Tu sais que ma mère est morte ? Au court-bouillon, ouais. La faute au toubib ; ah mais t'aimes pas que je parle de Game over, hein. Qu'est-ce qu'il y a d'autre...
- … Noise … »

Les pensées se bousculaient sous son casque brun. Lui aussi avait envie de vomir, vomir un flot de paroles interminable qui se voulaient réconfortantes par leur simple inutilité. Mais, étrangement, là, elles ne voulaient pas encore se décider à sortir.

« Je suis un putain d'égoïste mec. Un putain de... Elliot, laisse-moi crever, ok ? C'est pas dur, j't'assure. C'est comme sauter du... »

C’est la deuxième fois qu’il disait ce nom. Loin d’une sonorité proche de « Bubblegom », ce n’était sans doute pas pour désigner le Suisse. Alors …

« Noise … Noise … Noise … Je suis désolé pour ta mère, mais ça arrive. Ça arrive tout le temps. Je ne sais pas ce que ça fait, moi, bien sûr, je ne devrais peut-être pas parler, mais même si c’est triste on n’y peut rien. Je ne la connais pas, mais elle n’aimerait pas que tu meurs, Noise, non ? Si ? Et puis même si elle aimerait, il doit bien y avoir des gens qui ne voudraient pas, eux, non ? Je sais que tu … Enfin … Qui est-ce, Elliot ? »

Tu ne sais vraiment pas t'arrêter.
Sa voix tremblait. Déjà parce qu’il avait pas mal de charges sur ses bras, devait surtout se concentrer pour avancer et être prêt à soutenir Noise si jamais il s’effondrait, ou quelque chose comme ça … Mais surtout parce que parler de la mort n’était vraiment pas très joyeux. Après ils n’allaient pas non plus se mettre à parler chiffons soudainement, mais … Quoique. Quelle idée de rester dans les sujets qui fâchent. Réfléchis un peu, Bubblegom.


« Enfin, si tu ne veux pas le dire c’est pas grave, moi je suis vraiment trop curieux haha … Tu préfères chanter peut-être ? Chanter une chanson, quelle chanson chanter … ahem, ahem … »

Cherchant des paroles joyeuses, ses yeux légèrement embués fixaient la grande porte entrouverte qui laissait passer la lumière du clair de lune. Elle n’était plus très loin. Sortir de cette église serait déjà tellement un bon début …

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Sam 18 Jan - 20:10



    Allô. Allô, les urgences ? J'ai mon pote qui s'est foutu mal, vous pouvez venir ?
    Numéro des parents ? Vous savez, c'est pas la peine de les inquiéter...

    C'est ça, planque l'huile de moteur dans les kellogs.
    C'est ça... allô ? Noise bat des cils, chasse les flashs blancs qui lui bousillent la rétine. Bubblegom parle, là. Ecoute-le. Concentre-toi un peu sur sa voix, parce que sinon il va vraiment devoir traîner ton cadavre et ça ce sera pas cool. Merde à la fin. Pour la plupart des gens, pas de scrupules à leur vomir dessus, mais un type aussi mignon et désintéressé ça doit pas se rencontrer tous les dix ans non plus, ça mérite un effort tout de même. Comment il fait pour vivre, d'ailleurs, celui-là ? Si ça se trouve il est pas réel, c'est qu'un produit des bulles de champagne qui marinent dans son cerveau, et lui il a la bave au lèvre à deux doigts de crevv- me secoue pas comme ça mec, plz.
    C'est plus facile que de sauter d'un pont, disais-je. C'est comme si on te mettait un bandeau sur les yeux.

      « Noise … Noise … Noise … » Shawn, Shawn, Shawn, que vais-je faire de toi ? « Je suis désolé pour ta mère, mais ça arrive. Ça arrive tout le temps. Je ne sais pas ce que ça fait, moi, bien sûr, je ne devrais peut-être pas parler, mais même si c’est triste on n’y peut rien. Je ne la connais pas, mais elle n’aimerait pas que tu meures, Noise, non ? Si ? Et puis même si elle aimerait, il doit bien y avoir des gens qui ne voudraient pas, eux, non ? Je sais que tu … Enfin … Qui est-ce, Elliot ? »

    Plus fort que lui. Le jeune homme lâche un bref ricanement. C'est joli, le pays des bisounours. Mais non, un poireaux/carottes/pommes de terre n'a jamais regretté la disparition de personne, jamais. Sa mère elle en avait tellement rien à foutre qu'on aurait pu escalader l'Everest en grimpant sur les piolets de son indifférence. A part ça ouais, comme tout les gens normaux, y aurait eu quelques lamentations. Sans doute. De loin. IRL. Il était chanceux comme garçon après tout.
    Ici ? Boarf. Lol. Jig' à la limite, s'il se rendait compte de son absence. Ça prendrait un peu de temps. Les autres seraient contents. Lui aussi, il serait content, si ça se trouve. Une plongée la tête la première au pays de Johnny et Michael, c'était fun, fun, fun... What Elliot. Il avait dit Elliot ? Merde.

      « Nop. »

    C'est tout ce qu'il trouve à dire, et ça résume bien l'ensemble. Une négation d'une seule syllabe résignée et qui assume un max, quasiment inaudible et qu'on pourrait parfaitement confondre avec un bruit de pas chancelant. Noise déballerait bien l'exact contenu de ses pensées précédentes sans précautions, mais d'une, d'une seconde sur l'autre il n'ose plus trop ouvrir la bouche, et de deux, Bubble réalise l'exploit rarement égalé de lui voler la parole. C'est fou ce qu'il est bavard, quand même.

      « Enfin, si tu ne veux pas le dire c’est pas grave, moi je suis vraiment trop curieux haha … Tu préfères chanter peut-être ? Chanter une chanson, quelle chanson chanter … ahem, ahem … »

    Gaspille pas ta salive, qu'il lui dirait bien. Noise secoue ses mèches noires, relève un peu la tête, tend la main pour s'appuyer au chambranle de la grande porte quand ils l'atteignent. Une bouffée d'air froid lui tire les traits et met des larmes piquantes dans les yeux ; il se demande enfin combien il a pris de shots avant d'arriver là, pour débouler dans un état pareil.
    Qu'est-ce qu'il disait déjà ? Rien. Non ? Ah, oui. Elliot.

      « Elliot c'est un pote. » Son murmure se répand dans l'air froid en nuages de glace. « Et il est pas là. Comme tout le monde. »

    Plus réactive que la moyenne de son corps, sa main libre vient pincer une des joues du garçon.

      « Ehhh pleure pas hein ? Y a pas de quoi hein ? Enfin à part ma tronche, je comprends que ça fasse peur mais... »

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Dim 26 Jan - 0:03

Do the D.A.N.C.E.
Il avait trouvé une chanson au final. Cependant elle ne se décidait pas à franchir ses lèvres, tournant dans sa tête comme un vieux disque. One, two, three, four, fight !
Le duo réussit à atteindre la porte. Que de petites victoires.  Le cœur de Bubblegom dansait sous les hourras alors que le souffle glacé fouettait son visage, l’engourdissant, lui crispant le sourire. Noise se tint à la porte, soulageant un temps l’adolescent qui reprit sa respiration, remplissant ses poumons d’air lui brûlant la poitrine. Son estomac était serré. Stick to the B.E.A.T.


« Elliot c'est un pote. »

Get ready to ignite.

« Et il est pas là. Comme tout le monde. »

Bubblegom mordit sa lèvre inférieure jusqu’au sang. Il savait tout ça. Il le savait pertinemment. You were such a P.Y.T catching all the lights. Il l’avait cherché après tout, lui et sa grande bouche.
La main de Noise lui tira la joue, ce qui eut pour effet d’activer l’immuable. Ce n’est pas en disant de ne pas pleurer qu’on ne pleure pas ; c’est même plutôt l’inverse. Les grands yeux marrons s’embuèrent jusqu’à laisser échapper de grosses larmes. Enfin. Non, c’était faux. Il ne pleurait pas. Pourquoi il s’essuierait les joues s’il n’y avait absolument rien à essuyer ? Les adolescents de son âge, ça ne pleure pas. Just easy as A.B.C, That's how you make it right.
D’un geste beaucoup plus brusque qu’il ne l’aurait voulu, Bubblegom éjecta la main de son camarade ivrogne et s’avança à grands pas. Il n’allait pas l’abandonner, juste voir les alentours et … L’une des dalles du parvis le surprit, le fit glisser dans les marches, râpant son genoux en chemin. Lorsqu’il s’arrêta, il resta là, un instant, ne sentant pas la douleur. Chili avait dû s’envoler dans l’accident. Le garçon se mit à porter ses genoux vers sa poitrine et y cacha son visage humide, secoué par ses sanglots. C’est parce qu’il venait de tomber qu’il pleurait. Il était idiot. Ce n’était qu’une petite chute de rien du tout.
Il n’arrivait plus à parler. Les mots s’étranglaient bien avant au niveau de la boule dans sa gorge. Il voulait dire qu’il ne pleurait pas, que tout allait bien. Il voulait s’excuser aussi. S’excuser d’être inutile, d’être faible, de tomber comme un débile dans les marches alors que ce n’était même pas lui qui avait bu, d’avoir fait peur à Chili, d’avoir mis ce c…
Et le voilà qu’il se lamentait. C’était contre ses principes. Doucement il déplia ses membres, et chercha à tâtons une poche de son sac où il savait qu’il trouverait un mouchoir. Chose faîte, il se moucha pour de bon et frotta les traînées sur ses joues.
Tremblant, Bubblegom tenta de se remettre sur ses jambes.

As strong as you might,
Working day and night,
Whatever happens,
Do the dance,
Do the dance.

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;


Dernière édition par Bubblegom le Ven 7 Fév - 7:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Sam 1 Fév - 18:27



    Noise essaie de se rappeler si prendre un bol d'air frais l'a jamais fait dessaouler. Si ça a déjà fait dessaouler qui que ce soit. Combien de temps ça dure sinon, à peu près ? D'après ses maigres régurgitations neuronales, c'est déjà bien qu'il soit capable de se rendre compte où il est.
    Tout espoir n'est peut-être pas perdu, camarade.
    Repoussé par Bubblegom, le jeune homme trouve du réconfort dans le soutien de sa nouvelle amie la porte, triste comme un soir d'enterrement.
    Un bruit de chute et quelques sanglots lui parviennent comme à travers du coton très épais. Noise fait mine de retirer ses boules quies, puis réalise qu'en fait il n'en porte pas et décide plutôt de rejoindre l'adolescent en bas des marches. Dans son état normal, il aurait sans doute argué que ça avait l'air plus marrant en bas. Mais en vrai, que ce soit par moquerie ou compassion, le bas, le haut, ça craint pareil. Madame la pinte manie à la perfection les claques révélatrices en travers de la tronche ; merci à elle.
    Descendre des escaliers en état d'ébriété est sans doute la chose la plus stupide à faire dans sa situation, mais allez savoir, ça ne décourage pas Noise qui rate évidemment une marche et glisse jusqu'à Bubble en n'omettant de cogner ses vertèbres contre aucune de ses consœurs.
    Heureusement, Madame la pinte a aussi des vertus anesthésiantes.
    Malgré ça, après un bref froncement de sourcils, le jeune homme décide de rester étalé entre trois marches comme sur le plus inconfortable transat du monde, et croise en conséquences les mains derrière sa nuque. Wah, des étoiles.
    A côté de lui, Bubble renifle et frotte ses joues rougies sillonnées par des traces claire comme des traînées d'acide. À quoi bon pleurer si ça brûle la peau ? Ça l'empêche de chanter, en plus : le kleptomane esquisse les premiers vers de la vieille chanson fétiche de son père du bout des lèvres.
    Parce qu'il est pas trop en état de le réconforter, là. Jamais, d'ailleurs. Et c'est pas seulement à cause des 2mg qu'il a dans le sang.
    Hey Jude, don't make it bad.
    Cette chanson est tellement à des années-lumière de lui. Comme son père l'était, comme il l'a toujours été. Comme le monde, lui aussi.
    Comme si regarder les étoiles suffisait.
    Take a sad song and make it better...

      « Peut-être que je vais pas mourir, en fait. »

    Évidemment que si. Est-ce que sa langue engourdie a des difficultés à formuler l'ironie tout à coup, ou est-ce qu'il a activé le mode "mais noooon regarde pas la potence la vie est beeelle" aka la chose la plus ridicule qu'on puisse lui faire dire ?
    Madame la pinte est vraiment un mystère de la nature.

      « On a des jolies étoiles ici quand même - même si c'est qu'un amas de pixels - tu sais qu'elles sont plus brillantes qu'irl ? »

    Tout est plus brillant et plus coloré. Plus vivant. Vivant à s'en cramer les yeux ; à s'en consumer.

      « Ton grand frère t'a jamais appris que les mecs bourrés disent n'importe quoi ? »

    Comme pour approuver des dires, Chili revient se poser sur la tête du garçon en quelques battements d'ailes.
    Remember to let her into your heart...

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Dim 9 Fév - 12:49

Allez petites jambes, cessez de trembler. Vous qui étiez si habituées à danser, ce n’est pas un moral dans les chaussettes et une simple chute qui va vous arrêter, n’est-ce pas ?
Bubblegom renifla un peu, grimaça un sourire quand … la chute de Noise le fit se retourner de surprise. Eh !? Pourquoi n’était-il pas resté à la porte, dans son état ? Il serait venu le chercher … Heureusement son inquiétude n’avait pas lieu d’être. Capucheman semblait aller bien et s’installa aussi confortablement que lui accordait sa position. Le jeune garçon continuait de le regarder, ne trouvant toujours rien à dire … Il avait même perdu sa chanson dans tout ça … A contrario, c’est Noise qui commença à fredonner un petit air. Ça lui disait quelque chose au suisse et, bien qu’il ne put mettre ni de nom sur le groupe ni de sens sur les paroles, l’effort eut tout de même le don de lui mettre du baume au cœur. Dommage qu’il ne pouvait accompagner le brun … Mais simplement le suivre était tout aussi bien.


« Peut-être que je vais pas mourir, en fait. »

Et cette phrase eut le don de raviver son sourire. L’adolescent ne comprenait pas pourquoi cette phrase était sortie, comme ça, soudainement de la bouche du brun … Mais elle était sortie. Il espérait qu’il le pensait vraiment, ou qu’il l’avait pensé ne serait-ce qu’une seconde. Une seconde, c’est bien. Une seconde, c’est parfois suffisant.

« On a des jolies étoiles ici quand même. Tu sais qu'elles sont plus brillantes qu'irl ? »

Cela faisait beaucoup de surprises en peu de temps. Bubblegom leva le nez au ciel et ses yeux marron terne captèrent le reflet des petites leds du firmament. Inconsciemment, il tentait de reconnaître des constellations qu’on lui avait enseignées. N’était-ce pas Sirius, là-bas ? … Est-ce que la carte stellaire était fidèle au monde réel, au moins ? Qu’elles soient plus brillantes était bien, oui, comme des guirlandes festives … Il ne manquait plus que les chœurs de Noël. Douce nuit, sainte nuit …

« Ton grand frère t'a jamais appris que les mecs bourrés disent n'importe quoi ? »

Bubblegom pouffa à la question avant de sentir le poids de Chili retrouver son trône crânien. Il l’accueillit avec plaisir et lui gratouilla la tête tout en demandant pardon pour la frousse de tout à l’heure. Après ça, tout sourire et  énergique, il répondit à Noise :

« Je n’ai pas de grand frère, mais quatre grandes sœurs ! Et … elles m’ont dit beaucoup de choses, mais … (Il éclata de rire.) Je ne sais pas … Les gens bourrés ne font pas que dire n’importe quoi, non ? Et puis, ça arrive aussi à ceux qui ne boivent rien ! »

Qu’est-ce qui différenciait les personnes ivres ou non, alors ? Leur taux de mal de crâne ?
On tapotait souvent sur la tête de Bubblegom. Mine de rien, il pouvait parfois se montrer totalement inconscient. Après tout, sachant très bien que Noise était loin de la case "bonne fréquentation" (ne l’ayant connu qu’à travers les témoignages de Lola), il l’avait cherché … jusqu’à Crimson District. Sa curiosité était terrible. Associé au fait qu’il aimait bien voir les choses par lui-même … tout en ne voulant pas d’ennui, cependant. Ça pouvait sembler paradoxal, pourtant le suisse ne réfléchissait pas et se disait que tout était clair, par intuition. Une logique naïve.
Alors qu’il avait eu tant de peine à se relever, Bubbli s’assit doucement sur les marches de l’escalier à quelques centimètres de Noise. Les yeux toujours rivés vers le ciel, tapotant ses genoux en rythme avec Jude, il prit alors une large inspiration :


« Buuuh. Je suis désolé Noise, je suis épuisé … (Soupir.) je ne pense plus être capable de faire quoi que ce soit pour ce soir … Tellement inutile, wha. »

C’était terrible à dire. Mais même s’il se sentait mieux, le soufflé était tombé pour la nuit. Ses membres endoloris avaient déjà du mal à le supporter, alors avec un autre poids sur les épaules … Mais il ne voulait toujours pas l’abandonner. Alors il resterait là. Tournant la tête vers son interlocuteur :

« On va venir nous chercher ? On va aller en prison ? Je ne suis jamais allé en prison …et je ne me suis jamais imaginé y aller non plus ! J’espère que ça ne sera pas terrible … »

Bubblegom était plus touché par l’idée de ne pas avoir tenu ses ambitions que par le fait d’aller en prison. La pointe de tristesse dans sa voix n’était donc pas due à une quelconque peur de l’enfermement. Le duo était un peu retourné à la case départ, dirons-nous. En pire. Si l’adolescent avait écouté Noise et l’avait laissé là, il serait sans doute déjà arrivé vers la Mairie au moins … Et pas là, à moitié cassé sur des escaliers décatis, les joues ainsi que les yeux rougis, aux côtés de celui qu’il voulait tant aider.
Mais … ça aurait été dommage comme finalité, non ?
L’adolescent ne voyait décemment pas pourquoi il l’aurait abandonné comme ça, c’était stupide.
La mélodie de la chanson de Noise s’échappait doucement de sa part en consonnes bilabiales. Oui, il avait déjà entendu cette chanson, sans aucun doute.

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Dim 16 Fév - 1:51



    Then you can start...
    Il y a un petit vent froid qui se glisse insidieusement dans les fringues du jeune homme, lui tirant un frisson désagréable. Certes il en a eu sa dose durant l'heure précédente, de tremblements et de descentes nerveuses bien pires que celles de la rafraîchissante brise nocturne, mais ça ne l'aide pas à apprécier le cadeau.
    A côté, la tête levée vers le ciel, le morceau de chewing-gum tout tremblotant rigole.

      « Je n’ai pas de grand frère, mais quatre grandes sœurs ! Et… elles m’ont dit beaucoup de choses, mais… Je ne sais pas… Les gens bourrés ne font pas que dire n’importe quoi, non ? Et puis, ça arrive aussi à ceux qui ne boivent rien ! »

    Pas faux. Etant donné que Noise débite quasiment autant de propos d'une profondeur douteuse sobre que torché cela dit, pour lui cela ne fait pas grande différence. A part que saoul, il doit s'arrêter régulièrement pour éviter de se répandre sur le sol.
    Il se demande ce qui lui serait arrivé si Bubble n'avait pas été dans cette église, tiens. Il aurait trouvé un cercueil et se serait enfermé dedans, sans doute : ça lui aurait fait une belle jambe le lendemain matin. Ou alors ça aurait été nickel s'il ne s'était jamais réveillé.
    Le gamin par contre, il ne se serait pas retrouvé dans cet état.
    Allez savoir pourquoi les gens finissaient souvent dans une configuration émotionnelle négative après le passage de Noise, qu'il le veuillent ou non. Il devait répandre de mauvaises ondes. Magnétisme inversé. Voilà.
    ... Tiens ça ferait une bonne excuse ça, pour la prochaine fois.

      « Buuuh. Je suis désolé Noise, je suis épuisé… je ne pense plus être capable de faire quoi que ce soit pour ce soir… Tellement inutile, wha. » Murmure le jeune garçon en se rasseyant à côté de lui.

    T'as bien raison, on est relaax sur le pavé de l'église. Dieu nous aime.
    Noise retint ce genre de stupidités au dernier moment parce que ce n'était pas pertinent. Et puis il commençait à avoir sommeil, waw.

      « On va venir nous chercher ? On va aller en prison ? Je ne suis jamais allé en prison… et je ne me suis jamais imaginé y aller non plus ! J’espère que ça ne sera pas terrible… »

    Ah oui, c'est vrai que tout le monde n'est pas comme Noise, avec les cachots d'Euphemia comme seconde maison. En ce qui le concerne, passer la nuit en taule ne lui fait plus ni chaud ni froid, mais pour Bubblegom apparemment c'est une autre paire de manche.
    Le cambrioleur plisse les yeux, puis en ferme un parce que mine de rien les étoiles brillent trop fort et tourne à demi la tête vers le Dreamien.

      « Hnnn. Mais noooon. Elles sont cools les prisons, y a tout un tas de mecs sympas à qui parler et ils t'apportent la bouffe. »

    Techniquement c'est vrai, m'enfin.
    D'un autre côté, si le brun se retrouve en prison ce sera sa faute. Non pas que ça le dérange. Ou peut-être un peu. Mais ça c'est uniquement parce qu'il s'agit de quelqu'un qui l'a vu déchiré en train de psychoter sur la vie et la mort, yeah. Ça s'entretient, ces gens-là. Noise sait déjà qu'il le regrettera le lendemain de toute façon, autant atténuer un peu l'impact.
    Et puis de toute façon il lui doit bien ça.

      « Maiiiiis bon. T'inquiète on va pas aller en taule. 'fin je crois. »

    Oui parce qu'en fait il y a toujours une part hypothétique dans la solution de rechange que Noise garde dans sa trousse de secours.
    A savoir l'intitulé "Au secours viens me chercher."
    Après quelques balbutiements vocaux et moteurs dus aux assiduités de madame la pinte qui ne lâche décidément pas prise, le jeune homme parvient à ouvrir son interface et sa messagerie privée.
    Et comme Elliot est plus là, Elliot va se faire foutre, les australiens c'est mieux.
    Et comme Noise est bourré, Noise commence son message en chantant Hey Jude. Histoire qu'à l'autre bout de la ligne Thingumajig pige bien qu'il est complètement torché.

      « Jiiiiiiiiiiiiig' je t'aime viens me chercher. Je suis mort, et y a Bubble qui va être dans la merde à cause de moiiiiii guy. Viens le chercher lui en fait. Moi je parle aux étoiles, lol. »

    Bon, ok, il en faisait peut-être un peu trop.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Ven 21 Fév - 0:07

La mélodie d’entre ses lèvres stoppa lorsque Noise reprit la parole :

« Hnnn. Mais noooon. Elles sont cools les prisons, y a tout un tas de mecs sympas à qui parler et ils t'apportent la bouffe. »

Bubblegom grimaça un grand sourire ; c’était gentil de le rassurer. Certes, en fait, il avait déjà visité quelques cellules, mais de loin (Pour apporter quelques trucs à Lola par exemple, ou l’aider à sortir de façon plus conventionnelle que par évasion). Mais même, tant qu’on n’y avait pas goûté on ne pouvait pas vraiment savoir, alors ... L’adolescent sortait tout seul les points positifs qu'il pouvait tirer de la situation :

« Au pire, si on va en prison, tu seras là ! Tu me montreras ce qu’il faut faire ou pas faire. J’ai des amis qui ont déjà fait des séjours en prison, ils vont bien, tu vas bien, et puis comme tu le racontes ça doit vraiment pas être terrible. Enfin, quand je dis prison je veux dire ici, à Euphemia. Les prisons de la vraie vie, ça doit pas vraiment être la même chose, hein ? »

Bubbli retrouvait peu à peu de sa verve, il semblait. Ses mains avaient cessé de tapoter ses genoux, s’attaquant à présent à ses joues afin de fermer les portes au sommeil qui se pointait, aidé par la brise nocturne. Il sentait à peine son nez qu’il déboucha une dernière fois dans son mouchoir avant de le ranger dans l’une de ses poches. Des histoires du grand nord et des conseils tels que ne jamais s’endormir dans les déserts de glace lui venaient … mais c’était peut-être hors contexte. Ils n’allaient pas mourir, eh !

« Maiiiiis bon. T'inquiète on va pas aller en taule. 'fin je crois. »

Les prunelles tout aussi brunes que surprises observèrent les gestes du Capucheman qui … fit appel à un ami ? Wow ! Bubblegom suivit l’échange, assez fasciné ; il ne put d’ailleurs pas s’empêcher de rire. Bon, tout s’arrangeait en fait, visiblement ! L’appel terminé, le jeune garçon s’exclama :

« Hoooooo ! C’est gentil ! J’espère qu’il va pouvoir venir alors … Fin … Figou … Il a un pseudo bizarre, hahaha ! »

Il n’y avait donc plus qu’à attendre … En espérant que l’ami de Noise les pêcherait avant un officier de police. La fatigue se faisant de plus en plus sentir, Bubbli laissa doucement glisser ses membres et tenta de trouver une position allongée confortable à travers les marches des escaliers. Prudent dans ses mouvements, il faisait aussi gaffe à ne pas trop déranger le petit roi insecte pelucheux faisant son nid de son crâne.

« Enfin, je ne me moque pas, mon pseudo n’est sans doute pas mieux. Je ne me souviens même plus pourquoi je l’ai choisi, mais il me va pas trop mal, heureusement. Enfin je pense, et puis de toute façon je ne me présenterai pas avec si ce n’était pas le cas ! « Bonjour, je m’appelle Bubblegom », héhé. Tiens, j’ai un ami qui se fait appeler P0rnstar, lui. Parce que c’est drôle. »

Déterminant que sa position actuelle était convenable, il posa sa tête contre le bras du beau-parleur des étoiles. Bon, c’était une image, on ne pouvait pas vraiment parler aux étoiles. Ça se saurait ! Ou alors métaphoriquement. Mais ça devenait compliqué comme pensée.

« Noise, ça vient de l’anglais, c’est ça ? Tu te souviens pourquoi tu as choisi ce pseudo, toi ? Bruit … Bruit … Bruit … Lärm »

S’allonger n’était peut-être pas une bonne idée. Bubblegom combattait ses paupières devenant soudainement plus lourdes alors que sa tête était confortablement posée contre son compagnon du soir.
Mais bon, il se sentait vraiment bien, là.

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Dim 23 Mar - 1:16



    Wahhh mais le fait qu'il trouve des marches en marbre confortables c'est pas le signe d'une santé mentale déficiente, par hasard ? Ou d'un début de paralysie dans toute la région du dos, si ça se trouve ; à moins que madame pinte ne soit en train de ramener sa bière et de décider que finalement ouais, le coma éthylique ça tue la classe.
    Enfin, à côté de lui, Bubble a aussi l'air de sombrer dans la gelée, donc Noise peut supposer que c'est pas dû à l'alcool.
    Si ça se trouve ils sont justes fatigués. Ça arrive aussi parfois, hein. Surtout à traîner des poivrots sur le carrelage.
    Le jeune homme se frotte le front tandis que Bubble bavarde allègrement à propos du pseudo de Thing. Sa peau est moite, glacée. Descente, wouhou. Dans un petit quart d'heure, ses meilleures amies s'appelleront sans doute miss bassine et cuvette des chiottes : perspective réjouissante s'il en est ; pas vraiment la meilleure compagnie du monde au cœur de la nuit. Cela dit ça fait un moment qu'elles lui ont pas tenu compagnie, il doit leur manquer aussi.
    Plus sérieusement, il va devoir préciser à Thing de le jeter chez lui ou dans un quelconque hôtel s'il veut pas se faire pourrir sa salle de bain.
    Essayer d'y penser. En fait.

      « Noise, ça vient de l’anglais, c’est ça ? Tu te souviens pourquoi tu as choisi ce pseudo, toi ? Bruit … Bruit … Bruit … Lärm … »
      « Hnnnn t'connais P0rn ? Wah. Lol. Mèches vertes and co. World's soooo fckn' little. »

    Faut pas lui demander de réfléchir à trop de trucs à la fois, hein. Déjà qu'il a réussi à saisir le nom au vol - ce qui est déjà un bel exploit - et à trouver un lien avec la conversation précédente - de quand il était bourré, précisément - ce qui correspond à un achievement supérieur sur le plus hard des jeux de baston du monde.
    A part ça.

      « Pseudoooweh... En fait j'en sais rien. En fait je savais peut-être mais je sais plus. Ça sonne bien nan ? »

    La raison il y en a une. Sûr. Suffit de demander à son subconscient - ou à la soupe de légumes. L'un ou l'autre doit bien avoir une idée sur la question. Noise il s'en fout. Il veut pas réfléchir, c'est pas nouveau. Il veut pas de cette couverture de velours noir qui lui tombe dessus pour l'étouffer, jeté sans ménagement par la main calleuse de madame la Pinte. Il en veut plus, plutôt. Il a douillé, mal à la tête et des bleus monumentaux sur la gueule. Et il trouve que des marches sont le matelas le plus confortable du monde. Et en plus il se fait réconforter ou what the fuck par un gentil gosse quiiiiii en fait il sait même pas ce qu'il foutait là à la base. A part le rendez-vous avec le petit copain macchabée.
    Ouais, ça craint carrément. Faudrait en parler au macadam ; il lui ferait peut-être tenir ses promesses.
    Croix de bois croix de fer, c'était la dernière.
    Et la prochaine fois, ce sera sûrement un mec plus défoncé que lui. Ou alors il sera tout seul, les mains dans les poches et 800 milligrammes dans le sang.
    Ah, au fait.

      « Merrrrdh j'ai oublié. »

    Avec quelques jurons contre ses doigts qui marchent pas comme il veut, Noise parvient à réouvrir son interface. Il a l'impression que cette dernière l'insulte, allez savoir.

      « Jig ? Mec sorry, on est à l'église. Church. Fait beau pas vrai ? »

    Moyen quand même : de légers nuages de vapeur s'échappent d'entre ses lèvres à chaque mot prononcé. Un instant, le jeune homme se demande s'il ne pourrait pas l'enflammer en approchant l'extrémité d'un briquet.
    Heureusement qu'il a plus l'énergie nécessaire. Sa main retombe.

      « N'empêche j'suis con, j'aurais dû l'appeler direct, t'aurais pas eu à te coltiner le tralala d'alcoolo et tout ça. »

    Pas faux. Peut-être qu'il aime s'accrocher aux gens et les entraîner dans sa merde aussi ; peut-être qu'il aime pas spécialement ça, qu'il le fait sans y prêter attention. Que le pot-au-feu c'est plus convivial à plusieurs. Qu'il s'en fout, tout simplement.
    Bof. De toute façon tant qu'il assume. Et puis personne est mort, cette fois.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Mar 1 Avr - 15:57

Qu’on s’emmerdait.
Dans la pièce, une voix monotone débitait sa science.

Les limaces sont des mollusques qui-, Tous les matins je prie devant mon poster de Prince et-, Vous le saurez … après la p-, Je crois bien avoir trouvé le coupable … C’est vous Mo-, Suzanne Torrini est déclarée championne olympique de pole da-, Roubilex 6307 est idéal pour hacher salades et entreme-, Retrouvons à présent Jean Marie notre envoyé spécial sur-, Antoine Carlos est en fait ta sœur jumelle Bénédicte-, Ondulent sur du mucus sécrétés par des glandes … Bon okay, on va s’arrêter là.

La silhouette emmitouflée sous ses draps balança la télécommande de la télévision sur le côté … parce que la balancer vers le haut risquerait de lui retomber dessus. A tous les coups. Putain de loi de la gravité.
Thingumajig écoutait sans entendre la bonne femme expliquer comment les limaces pondaient leurs œufs, occupé à ne rien faire … sauf peut-être chercher des solutions afin d’arranger ça, justement. Au final, la réflexion risquerait de durer tellement longtemps qu’il n’aurait rien foutu. Ah ! Qu'est-ce qu'on ferait sans les potes pour nous sortir de ce genre de situation.

Une sonnerie retentit de nulle part, caractéristique de l’interface surgissant soudainement. Pas des plus paniqué, œil clos et tête posée contre son bras, le borgne appuya quelque part en aveugle, acceptant l’appel entrant. Avant même qu’il ne puisse le saluer ou quoi que soit, Noise envahissait déjà l’espace sonore avec sa vieillerie du siècle dernier. Hey, Jude … Putain, y’en avait qui s’amusaient bien, hein.


« Jiiiiiiiiiiiiig' je t'aime viens me chercher. Je suis mort, et y a Bubble qui va être dans la merde à cause de moiiiiii guy. Viens le chercher lui en fait. Moi je parle aux étoiles, lol.
- Okay. »

L’australien se redressa sur son lit, prêt à partir à l’aventure vu qu’il n’avait plus rien à ajouter. Sauf peut-être un léger détail …

« Mais j’ai rien capté. »

Aucune réponse. Eh. Fin de communication.


• • •


Oh, donc le coiffeur dont il parlait tout à l'heure … Haha ! La coïncidence était amusante et le fit rire. Les talents de P0rnstar étaient tellement connus que même un Hope Corpien allait chez lui ? Quelle classe. C’est que c’était pas la porte à côté non plus … Surtout pour des coupes d’une espérance de vie dépassant difficilement la semaine.


« Hahaha. J’imagine sa tête si je lui demandais de me faire des mèches vertes. Naaa, il vaut mieux que je me contente des perruques de Carnaval. »

Ses cheveux étaient bien comme ça, de toute façon. Il ne leur accordait pas autant de soin que Star avec les siens, mais quand même (qui le pouvait, de toute façon ?).
Noise répondit ensuite à sa question, disant ne pas se souvenir de l’origine de son pseudo. Ouais, ben ce n’était qu’un pseudo, quoi. Pour un jeu vidéo. Tout le monde n’avait pas la prétention de pouvoir arborer quelque chose de bien réfléchi. Surtout dans des circonstances ou le cerveau est pris en tenaille par l’excitation, la surprise ou l’horreur …


« Euh, oui, je suppose ! »

Bubblegom se chantonna le mot Noise dans sa tête afin d'en tester la sonorité. Confirmation intérieure : ça ne sonnait pas mal. Le Dream Landien n’avait pas non plus de mal à voir Noise comme un Noise, ce qui était déjà plutôt bien.
L’adolescent avait finalement cessé de se battre contre ses paupières. Le petit drapeau blanc était de mise, elles étaient juste beaucoup trop fortes pour lui.
De l’autre côté, son oreiller improvisé avait encore assez d’énergie pour réutiliser son interface. Ehh. Bubbli pensait que l’ami de Capuche-man savait déjà où ils se trouvaient … Ce n’était pas très malin. Mais pourquoi n’avait-il pas demandé à Noise la première fois, au juste ? Hm. Bon.


« N'empêche j'suis con, j'aurais dû l'appeler direct, t'aurais pas eu à te coltiner le tralala d'alcoolo et tout ça. »

S’il en avait eu la force, l’adolescent aurait froncé les sourcils. C’était tellement gentil de sa part de s’inquiéter pour lui ! (Le pouvoir de l’alcool ? Roh, quand même. Pas que.) Si Lola entendait ça, elle ne le croirait pas. Sans aucun doute. Enfin, déjà si elle apprenait qu’il s’était promené par là à cette heure … Son amie pouvait parfois se montrer un poil protectrice à son égard.

« Ha … Ce n’est pas grave. Tant que tout … tout va bien … »

Bubblegom finit sa phrase sur un nouveau bâillement. Hin hin.
Bonne nuit, Noise. Bonne nuit, Chili.

Un endormi et un ivre mort. C’est que ça allait faire plaisir à quelqu’un, ça.


• • •


Alors, récapitulons. Jig devait aller chercher Noise … quelque part. Où il chantait une vieille chanson anglaise, ivre mort, et prenait le thé avec les étoiles. Et y a blblblbl qui va être dans la merde à cause de lui. Ouais. Ouais ouais. Malgré toutes ces zones d'ombre, les mains dans les poches, le jeune homme quittait son appartement … Et heureusement pour lui et les deux religieux d’un soir, Noise eut un élan de lucidité en le rappelant :


« Jig ? Mec sorry, on est à l'église. Church. Fait beau pas vrai ? »

Allait-il se demander ce que l’américain pouvait bien foutre là-bas ? Nop. Let’s go, mate.

« Il fait nuit, ouais. »

Sur ces dernières paroles pleines de sagesse, c’est lui qui raccrocha cette fois. Et d’un pas assuré, il se dirigea vers l’église abandonnée de Crimson District. Y’en avait pas dix milles ; c’était commode.

Thing arriva donc à destination assez rapidement (de son point de vue). Ça devait avoir pris quoi ? Vingt minutes ? Trente minutes ? Who knows. Who cares.
Malgré ses talents en attention et ses dons hors du commun à ne pas trouver Charlie, l’australien n’eut pas à chercher bien longtemps avant de remarquer les deux silhouettes installées confortablement en plein milieu des marches menant à l’église. Surtout que l’une d’elle était en orange et vert, Pumpkin style.


« G’day. Je savais pas que c’était ton genre. »

De sortir avec des filles citrouilles. Avec des tresses. Et un chapeau Chili.

Comment il allait faire pour les aider au juste ?
Allez, au boulot. Jig attrapa d’abord la fille aux tresses et la mit sur son dos. Elle pesait son poids, mais bon. Ça allait. Le sauveur de ces dames attrapa ensuite Noise par le bras et l’aida à se relever. Plus de place sur la monture, désolé. L’idiot bleu n’avait pas pensé à ramener de brouette. Du coup son pote allait devoir se coltiner quelques foutus mètres à pieds. Le soutenant du mieux qu’il pouvait, l’australien s’enquit tout de même :


« Et on va où, mec ? »

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Ven 4 Avr - 21:11



    Il fait nuit, ouais. Ouais, tout à fait. Foutrement nuit, foutrement noir et foutrement froid. On ne pouvait pas toujours accuser Thing d’être à côté de la plaque.
    Passant la langue sur ses lèvres engourdies, le jeune homme remue, mal à l’aise. Il s’arrête rapidement parce qu’à côté, miss dévaliseuse-de-chapelles a fini par sombrer proprement dans les visqueuses abysses du sommeil, et que ce serait bête de l’en tirer. De son côté, ce qui n’était un instant plus tôt qu’une lourde torpeur prête à l’engloutir dans un bienheureux coma sur une mer d’huile se transforme par un processus chimique incompréhensible en bulles de verre multicolores qui lui explosent dans le cerveau. Il en a des éclats plein sa matière grise, ou ce qu’il en reste ; l’envie de remuer le tenaille, comme si quelque chose entre ses os s’amusait à lui électrifier la chair.
    Alors que sa conscience fait des allers-retours par vagues et qu’un mal de crâne perçant s’invite à la fête, Noise ferme les yeux un instant, assailli de flashs sous ses paupières closes : le serveur doit avoir des bugs avec la gestion de l’ivresse, parce qu’il connaît la sensation et ça marche pas comme ça normalement, non. En même temps on peut pas trop demander à un pc de programmer les effets d’une cuite : quelqu’un a déjà vu une IA bourrée ? Ça doit être marrant.
    En rouvrant un œil sur les parages déserts, le jeune homme se rend compte qu’il a perdu la notion du temps. D’ailleurs, il en est presque à se demander où ils sont.
    Connards d’informaticiens en carton.

      « … et genre, toi, Bubblegom. Just why. T’es fétichiste du Freedent ? »

    Pour ce qui lui semble être les dernières paroles qu’il sera capable de prononcer jusqu’à la fin de sa vie, ça pourrait être pire. Pas que ça soit spécialement constructif, mais au moins ça lui ressemble.
    Evidemment, l’adolescent profondément endormi ne lui répond pas. Noise constate qu’une certaine raideur commence à s’installer dans son épaule, mais au point où il en est, ça ne change pas grand-chose, alors il laisse couler, en observant paresseusement une tache bleue s’élargir petit à petit à l’horizon.
    La facilité avec laquelle Thingumajig accède aux requêtes les plus folles ne cesse de l’émerveiller. Après, le temps que l’australo arrive jusqu’aux marches, il aurait eu le temps de mourir deux fois, mais après tout faut pas se presser dans la vie. Et puis il parle aux étoiles, hein. Cool, cool.
    L’arrivée du jeune homme est accueillie par un sifflement approximatif sur l’air de Jude.

      « G’day. Je savais pas que c’était ton genre. »

    Un branlement de tête, et Noise rappelle immédiatement qu’il n’est qu’un poivrot sans délicatesse qui ferait mieux de s’excuser à genoux devant la terre entière. Grognant contre le mal de crâne qui laisse présager l’ampleur de sa future gueule de bois, il réplique :

      « C’ma sœur dude. Ou pas ; non, j’ai rien compris en fait. C’est un chewing-gum sataniste je crois. »

    Nulle supposition ne saurait être plus pertinente à l’heure actuelle.
    Placide – c’est pas la première fois que ça lui arrive – Noise regarde son pote hisser Bubble sur son dos, puis attrape sa main pour se relever.
    Woh. Le monde part à l’envers.

      « Et on va où, mec ? »

    Noise se raccroche vaguement à la veste de son ami, le teint verdâtre. La classe.

      « Première bassine ou premières chiottes mec. Je suis sûr que ça tente personne de me faire du bouche-à-bouche à travers du vomi. »

    La classe.
    Pour atténuer l’impact de ces mots, peut-être, le jeune homme tente de se tenir debout seul en s’écartant de Jig’. Succès fort mitigé : sa main revient illico saisir le bras du borgne.

      « Wahhhhh dammit. Plus jamais mec. Plus jam- »

    En plein milieu d’une phrase qui n’en a que l’air, Noise prend une pause pour rassembler ses pensées. Et mettre un pied devant l’autre.

      « La citrouille, chez toi, possible ? S’non y a les auberges. Ou tu le laisses dans la rue. Chais pas. »

    Ça, c’est le cas de le dire.

      « Moi, liiiike, jette-moi dans les égouts. Non sérieux. Je décuverai là-bas ce sera fun. Ou alors on peut aller faire la fête mais là je crève, au pire. Ça pourrait être fun. » Une pause supplémentaire. « Sorry for the mess, guy. »

    Shut up you beer.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   Ven 25 Avr - 19:59

Bubblegom. Il était là, endormi.
Sur le dos d’un inconnu au pseudonyme difficilement prononçable par le néophyte, meilleur ami d’un mec qui en avait trop pris. Eh ouais. Il allait bien, l’adolescent. Rêvait-il de bulles de chewing-gum s’envolant vers le firmament ? De fontaines de chocolat, de montagnes de glaces ou de rivières de marshmallows ? Ou encore de rien. De froides ténèbres. Comme l’ambiance entourant les murs abîmés de l'église ? Comme l’ambiance entourant certaines âmes moroses que Dame Espérance semblait avoir abandonné ?

En fait, son esprit était entre deux mondes. Entre le sommeil et le réveil. Il était conscient des paroles échangées, spectateur d’un film sans images. Malheureusement, il n’avait pas assez de force pour réagir. Juste penser. Ou presque. Bubble avait l’impression de flotter dans de la mélasse. S’il réussissait à faire passer quelques mots au bord de ses lèvres, cela n’aurait aucun sens et ne semblerait même pas venir de lui. Alors autant se taire et écouter. Se taire et écouter ces voix.


« Sorry for the mess, guy.
- No worries, mate. »

De temps en temps il perdait le fil de la conversation. Submergé dans un trou noir du temps. Ne parlons pas de l’espace. Certaines brides lui donnait envie de rire, et sans doute que si l’on avait fait attention à son visage l’on aurait cru voir esquisser un sourire.

Il ne croyait pas que quiconque ai fini sa soirée dans la rue ou dans les égouts.

Lui-même s'était réveillé dans une auberge de Crimson.

Bubblegom n’avait aucun souvenir de ce qu’il s’était passé après qu’il se soit endormi sur les marches d’escalier (il devait vraiment être épuisé pour avoir réussi cet exploit, déjà.) … ou alors n’était pas certain s’il s’agissait ou non d’un rêve.
En tout cas, passant sa main dans ses tresses afin de les démêler, il se demanda si Noise et Chili allaient bien.


Fin.:
 

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sous les regards des gargouilles et la jupe d’Esmeralda.
» Bug sous linux:
» Affichage sous IE des smileys et gif animés
» [ résolu ] orca browser ne se connecte pas sous vista basic
» [Résolu]Fermeture impossible des fenêtre PDF sous Mozilla.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Crimson District :: L'église abandonnée-