AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
From Beneath


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 22/09/2013
Localisation : Blublub

MessageSujet: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Jeu 10 Oct - 0:41

Je suis enfin sur le chemin du retour et vu la journée que je viens de passer, j'ai vraiment besoin d'une bonne nuit de sommeil ! Genre, ce matin, une bande de loubards en cuir avec des crêtes capilaires multicolores sont venus frapper à ma porte. J'me suis demandé c'qu'ils me voulaient, quoi, j'me voyais déjà devoir les bouter hors de mon appartement à coups de tentacules mais au final, ils étaient seulement venus me proposer un job. Tu sais, retrouver des animaux de compagnie perdus, j'ai déjà donné avec plus ou moins de succès mais alors là, retrouver leur singe Kiki, ce fut vraiment une aventure hors du commun ! Non mais, déjà, t'aurais dû les voir, tous ces soi-disant gros durs au bord des larmes à cause d'une boule de poils en fuite !
Ensuite, retrouver un capucin apparemment très agressif et vêtu d'une mini veste en cuir, sincèrement, c'est très facile : il suffit de suivre les cris et les insultes des victimes de l'animal, qui s'en prenait aux passants sans raison ; par contre, réussir à l'attraper fut une autre histoire ! Il m'aura fallu une journée entière avant d'enfin mettre la main dessus, une journée entière à courir derrière lui, qui grimpait partout et se faufilait dans tous les recoins, une journée entière à subir ses grimaces et à me faire canarder de cailloux et autres objets divers et variés qu'il piquait aux passants. J'ai réussi à le coincer en fin de soirée mais il s'est bien battu, l'animal ! La sale bête m'a sauté au visage et a refusé de lâcher prise, préférant me griffer et me tirer les cheveux en hurlant. J'ai le visage plein de griffes, maintenant, j'ai vraiment l'air fine, tiens ! Fin' bon, j'ai ramené ce démon poilu à ses propriétaires, qui m'ont invitée à boire un verre dans un vieux bar miteux du coin, insistant tellement que je n'ai pas pu refuser. Ils étaient vraiment heureux de retrouver Kiki, t'aurais dû voir ça ! Ils peuvent bien jouer aux durs dans la rue si c'est pour se mettre dans des états pareils à cause d'un bête singe !

Ils se sont bourré la gueule pendant que j'ai à peine terminé un verre d'un alcool doux, parce qu'entre nous, l'alcool, moi, je ne le tiens pas du tout, on me retrouve sous la table après deux verres de vin et j'exagère à peine ! J'ai bien tenté de leur fausser compagnie plus d'une fois mais je suis devenue une héroïne à leurs yeux et ils ont tout fait pour me garder à leurs côtés, pensant sûrement que j'allais rester avec eux toute la nuit ! Ben tiens ! Évidemment, ça fait toujours plaisir de voir de grands enfants vanter mes mérites auprès de tout un tas d'individus louches mais j'avais sommeil, quoi, je voulais juste rentrer chez moi !

Et me voici enfin sur le chemin du retour, arborant mes nouvelles blessures de guerre, non pas que j'aie le choix vu que la sale bestiole s'en est prise au visage, traversant toute une série de rues sombres à cause d'un éclairage vacillant, voir inexistant. Ça, y'a pas à dire, Crimson District à cette heure tardive, ça fait un peu film d'horreur, ça n'inspire pas confiance, loin de là, on pourrait même s'attendre à rencontrer un monstre ou un psychopathe à chaque coin de rue ! Fin, j'ai pas peur, hein, j'suis parfaitement capable de me défendre toute seule, mais je préfère rester sur mes gardes ! Genre, là, ça fait un moment que je longe un canal et je vais devoir passer sous un pont si je veux retrouver mon lit douillet. Je m'avance lentement sous l'édifice et me rends compte que je suis seule, croyais être seule du moins. Au moment de sortir de là dessous, j'entends des voix au dessus de moi, des voix agressives et menaçantes. J'suis loin d'être stu... ouais, non, je suis stupide mais j'veux dire, même moi je sais quand il vaut mieux faire profil bas et éviter de se montrer alors je m'arrête, reste à l'abri, parce qu'être mêlée à une histoire de règlements de compte, après la journée que j'ai passée, ça risque de ne vraiment pas le faire. Je met les mains dans les poches de mon jeans un peu trop long et attend, tentant de comprendre ce que ces gens pouvaient bien se raconter là haut, sans me douter que j'allais assister à une exécution.

Welcome to Crimson District.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Sam 12 Oct - 23:58


I have a blue house with a blue window
« ... blue is the colour of all that I wear. »

feat From Beneath.


Le vent était froid comme un scalpel et bien que le pont n'ait rien de bien spectaculaire, Noise eut l'impression d'être en équilibre à dix mille mètres au-dessus du vide. Le muret de pierre glacial se heurta sans rechigner à son coccyx qui, lui, émit un grincement de douleur osseux. Son fort désagréable que le jeune homme n'eut pas le loisir de commenter étant donné que la pression sur sa gorge du poing qui le tenait au col ne lui laissait pas vraiment la liberté d'articuler un mot. Sans liberté de protester, il se retrouva embarqué dans un échange de regards avec l'animal qui lui faisait face et dont il pouvait sentir sur sa peau l'haleine curieusement parfumée à la menthe verte. Freedent, voyez la vie autrement. Noise aurait bien jeté un coup d'œil aux dents du gangster mentholé pour prévenir toute tentative de croquage intempestif, mais il était bien trop occupé à contempler le reflet de sa fin imminente dans des prunelles d'un marron bestiasse.
Malheureusement, ce n'était pas un larynx écrasé ou des promesses de pilori qui pouvaient l'empêcher de faire le mariole. L'homme, femme ou créature qui réussirait à lui faire prendre une situation sérieusement n'était pas encore né.

    « Menthe fraîcheur au réveil ? » Commenta-t-il avec un rictus narquois quoi qu'un peu crispé. « J'adore. »

L'autre ne parut pas comprendre l'allusion. Un instant, Noise eut un peu d'espoir en entrevoyant une lueur d'intelligence dans ses yeux comme un diamant dans un tas de purin, mais finalement, ce n'était sans doute qu'un reflet de lune. Il y eut tout de même un ricanement bref derrière le tas de muscles. Un de ses trois copains, sans doute un peu plus futé. Le garçon secoua ses longues mèches noires en expliquant pour la troisième fois que l'opération avait échoué parce que l'un de leur pote avait voulu le filer et s'était par accident fait écraser le crâne par un vase sumérien de grande valeur, ce qui avait réduit à néant toute possibilité de discrétion. Visiblement, le tas de muscles n'en avait rien à cirer, de ses histoires de vase.

    « Je critique pas votre brain, les mecs, hein, faut pas croire.  » Toussa l'américain en essayant d'échapper à la pression sur sa gorge. « Je suis contre les clichés et tout ça. Je vois pas pourquoi un homme de main devrait forcément être attardé. »

La suite de son plaidoyer, pourtant fort spirituel, s'évanouit dans un bruit hybride entre le couinement et le gargouillis. Regrettable pour lui, mais remarquablement satisfaisant pour ses... Amis d'un soir. Noise sentit son rythme cardiaque s'accélérer et ses mollets se rigidifier lorsque le petit à l'allure de belette se rapprocha.

    « On est pas là pour jouer avec toi, Noise. On t'a demandé un truc, t'as merdé, maintenant tu prends cher. C'est l'ordre des choses. »

Noise aurait bien aimé que l'ordre des choses soit arrangé autrement. Incapable d'exprimer son désaccord, le jeune homme se contenta de lancer un regard qu'il espérait soumis et des plus coopératifs à son très probable assassin dans un futur proche dans l'espoir un peu désespéré d'obtenir une réduction de peine. Le fait que la tentative eut à peu près autant de chances de fonctionner qu'un nain unijambiste d'intégrer une équipe de basket entraîna naturellement sa réflexion du la voie du moyen le plus simple d'utiliser son pouvoir pour faire dégager les importuns. D'un air morbide, il décida posément de leur exploser littéralement les tympans dans les oreilles par un claquement de langue amplifié.
C'est à ce moment-là que la langue en question, si prompte à raconter bobards et énormités, se figea dans sa bouche comme une formation granitique. Noise en sentit la lourdeur contre ses dents et écarquilla les yeux, incapable d'émettre le moindre son. Le tas de muscle lui immobilisa les mains et l'autre esquissa un sourire presque mélancolique.

    « Sans rancune. »

C'est à peu près là que Noise commença à paniquer.
Le fait qu'il soit incapable d'exprimer toutes les remarques incohérentes qui lui traversaient l'esprit sous l'effet de la peur ou de s'enfuir à toutes jambes lui bloqua les neurones aussi facilement que de la glue cérébrale, et lorsque Tas de muscles lui lia les pieds avec la copie conforme du vase antique qui avait expédia leur copain ad patres, il n'apprécia même pas cette cruelle ironie. Il préféra se dire que le destin avait un sens de l'humour déplorable.
Et puis il ne comprit pas bien ce qui se passait. De minces traînées de lumière défilèrent devant ses yeux et une soudaine douleur explosa derrière son oreille droite. Le muret entailla ses poignets nus.
Et puis il comprit, aux griffes glacées qui s'enfoncèrent dans son estomac, que c'était la chute.
Ce qu'il y a après le compte à rebours. Merde, il regrettait de ne pas avoir pris de pop corn. Est-ce qu'on avait le temps de voir toute sa vie défiler entre le pont et le sol ?
La réponse à cette question, en soi rien moins qu'indispensable dans le cas présent, se désossa dans le choc violent de son corps contre le liquide. Le jeune homme crut que ses cellules s'éparpillaient en feux d'artifices dans le fleuve. Le froid mordit sa peau comme un millier d'anguilles voraces et l'eau s'engouffra dans sa gorge. Il se débattit, mais l'eau n'avait jamais été sa tasse de thé. Et les vases sumériens étaient décidément experts dans l'art de tuer les gens. Il ne parvint même pas à remonter à la surface pour prendre une goulée d'air frais et rallumer sa conscience, ballottée dans les flots sombres qui le dévoraient vivant.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
From Beneath


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 22/09/2013
Localisation : Blublub

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Mer 16 Oct - 17:49

Qu'est-ce qu'ils attendent pour se mettre sur la tronche, là ? J'suis crevée, quoi, j'veux rentrer chez moi ! Je les écoute sans saisir l'entièreté de leur conversation, une histoire de vase qui aurait mal tourné. Je dois être tombée sur un règlement de compte entre une espèce de... de dealer d'antiquités et des clients passionnés et furieux, auxquels il a dû revendre des faux - une belle bande d'originaux, quoi ! En attendant, s'ils continuent de se raconter leurs vies, c'est moi qui vais me transformer en antiquité toute croulante et poussié... plouf ! Plouf ? Whaaat ?! Ils ont balancé le dealer à la flotte ! Je vois bien des bulles d'air remonter à la surface mais le bonhomme, lui, est resté au fond, ce qui me laisse supposer qu'il a perdu connaissance et est en train de se noyer. Je lève la tête et tends l'oreille mais le silence ambiant me fait bien comprendre que ses agresseurs sont partis sans demander leur reste et, surtout, sans avoir la moindre intention de lui venir en aide ! Genre, vous êtes sérieux, là, les antiquaires, vous allez vraiment le laisser mourir à cause d'une histoire de vieux bibelot ? Hu... Fuck ! C'est bon, j'ai compris, j'peux pas laisser ce pauvre mec se noyer sans rien faire. Quelle journée de merde !

Je saute à l'eau, eau très froide si tu veux tout savoir, et me met à nager dans sa direction, tente de le ramener à la surface avec moi, de toutes mes forces, aussi vite que possible, avec difficulté : un vrai poids mort, ce type ! Fin', j'ose quand même espérer qu'il n'est pas vraiment mort. Je ramène le monsieur à l'air libre, me débat comme une diablesse pour maintenir sa tête hors de l'eau, pour pousser son torse sur les pavés humides. Je sors de l'eau, trempée jusqu'aux os, et le tire encore, histoire de le ramener entièrement au sec, poussant bien fort sur mes talons pour arriver à faire bouger, parce que mine de rien, tout mouillé comme ça, vu ma musculature, il est vachement lourd ! Je me laisse ensuite retomber au sol, sur les fesses et sans aucune délicatesse, pour reprendre mon souffle, non sans lâcher un :

« Alors, le dealer, t'es vivant ? »

Rien. Je commence à me faire du soucis, me met sur les genoux et retourne le bonhomme sur son dos, pour vérifier son état : non seulement il ne bouge plus mais en plus, il est bien blessé au bide ! Merde ! Qu'est-ce que je fais, moi ?! Heu... Hum... Ha ! Je sais ! Je lui met quelques claques sur la joue, genre, délicatement... enfin, délicatement... entre ma douceur habituelle et mon état de panique actuel, s'il s'en sort, il risque de garder la belle trace rouge de ma main sur son visage un bon moment.

« Allez mec, fais pas le con, réveille-toi ! »

Je... J'ai aucune idée de comment le sauver, j'ai rien d'une secouriste, moi ! Je devrais essayer de m'occuper de sa plaie ou bien de... Heu... Qu'est-ce qu'ils font dans les films et les séries dans ce genre de cas, encore ? Ha oui, du bouche à bou... Ooooh non ! Non, non nonon ! Je lui fais pas ça, moi ! Mais si je ne le fais pas, il va vraiment me claquer dans les bras ! Cruel dilemme ! J'suis certaine d'être blanche comme un linge lavé avec dash liquide, là, de suite. Ça aurait été plus simple si j'avais dû sauver une jolie fille. Tch ! Bref ! Je dois le faire, la mort dans l'âme certes, mais je dois le faire quand même, j'peux pas le laisser clamser pour une raison aussi stupide, surtout après avoir fait la moitié du boulot.

Je me penche vers lui, commence à lui faire ce qui doit vaguement ressembler à un massage cardiaque, une main sur l'autre, bras tendus, appuyant comme une malade sur sa ligne médiane. Un, deux, trois, quatre, cinq... dix, vingt, trente-deux, dix-neuf, hum... J'dois le faire combien de fois, ce truc ?! J'ai déjà du mal à penser correctement en temps normal, mais là, mes capacités mentales sont réduites de moitié ! J'ai même réussi à m'emmêler les pinceaux et à perdre le compte ! Reviens à la vie, dealer, j'veux pas avoir ta mort sur ma conscience ! Si tu meurs maintenant, j'te tue, j'te jure que j'te tue !

Je fixe ses lèvres un moment, un moment très court qui me sembla être une éternité, pince son nez et prend une grande inspiration, prête à le gonfler comme une baudruche ! Allez Shane, t'es une grande presque-fille, t'es mature et responsable, tout ça, on y croit, ferme les yeux, c'est qu'un mauvais moment à passer !

Un.. Deux... Trois ! Go !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Mer 23 Oct - 19:13



« ... blue are the streets and all the trees are too »


En soi, Noise avait plus ou moins la sensation d'être un glaçon parmi tant d'autres dans un Mojito passé au shaker. C'était fou comme, depuis la terre ferme, il n'aurait jamais cru que le fleuve puisse abriter des remous pareils. Sale fourbe qui se donnait des airs de ruisseau tranquille en surface. 
Non, en fait, les pensées du jeune homme n'empruntaient pas un caractère aussi  catégorique à ce moment-là. Il était même plus juste d'affirmer qu'elles étaient rigoureusement incapable de la moindre articulation mentale, et que la seule fréquence qui résonnait dans son cerveau à cet instant précis avait la forme de quelque chose comme "maydemaydemaydemaydee". 
Or, ce n'était pas le vase antique hargneusement agrippé à sa cheville qui allait se montrer compréhensif. Il n'avait pas besoin de respirer, lui
Et donc, comme ça lui était déjà arrivé quelques fois dans ce monde, Noise se laissa couler et attendit la mort avec une résignation à peine teintée d'une nuance d'agacement. Qu'on en finisse, hein. Ça faisait un moment qu'ils se fixaient dans le blanc de l'œil, tous les deux. 

Un éclat rocailleux lui arracha la moitié du tympan. Noise sentit presque l'eau clapoter dans ses poumons en résonance.
Tout était noir. La douleur se débattait dans sa gorge comme un hérisson à l'étroit, mais les bras liquides à la pression énorme ne le retenaient plus, et la froideur granitique sous ses doigts lui paraissait aussi tiède et moelleuse qu'une couverture épaisse. 
Cela dit, il était toujours en train de suffoquer. Avec l'eau qu'il avait au fond de la trachée, en plus. 
Si c'était ça la mort, alors son avis sur la question allait rapidement prendre un aspect nettement plus tranché. 
En plus il y avait quelque chose qui s'appliquait à lui défoncer la cage thoracique avec une précision chirurgicale ; quel dommage qu'il soit trop à l'agonie pour lui hurler quelques insultes bien senties. 
Ah, minute, quoi que. Après un coup au côtes particulièrement bien asséné,  jeune homme eut soudain l'impression de boire la tasse une énième fois - ce qui en soit n'était pas plus agréables que les précédentes - avec ceci de différent qu'un filet d'air s'infiltra dans ses poumons au supplice. 
Louée soit la malchance sumérienne, amen. 
Lorsque l'oxygène parvint à son cerveau, le premier réflexe de Noise fut d'ouvrir un œil. Et...

    « WOH ! »

Son crâne heurta violemment celui de la personne qui le surplombait, conséquence fortuite d'un réflexe l'ayant amené à se redresser. Il hoqueta un juron, s'étouffa à moitié et, conséquence numéro trois, roula sur le côté avec un râle d'agonie pour vomir un peu plus loin le restant de flotte qu'il avait dans les poumons. 
Il avait souvent cru comprendre que les retours à la vie des miraculés ne transpiraient pas toujours la classe et l'élégance mais merde, il aurait quand même préféré une lumière aveuglante et une musique de respawn. 
ReBienvenue parmi les vivants, cher zéro. 
Conséquence numéro quatre, ses hoquets déclenchèrent une douleur féroce dans sa région thoracique, et une fois le contenu de son estomac évacué, il plaqua une main sur ses cotes avec un gémissement assez pitoyable. 
A peu près à ce moment-là, Noise décida que si c'était pas ça être mourant, ben c'était rien, et que de toute façon à ce titre il préférait largement la mort à la vie. Il se laissa donc tomber sur le dos avec la vaillance d'une serpillière et gémit entre des doigts trempés :

    « Putain je vais crever. Je suis sûr que tu m'as pété des côtes. J'ai trop mal. J'ai les poumons perforés. Je vais me-arghblb. »

Sa voix produisait un gargouillis assez désagréable. Le kleptomane passa un moment à décrire de long en large et en travers - avec une volubilité attestant qu'il n'était pas si endommagé que ça - les conditions atroces dans lesquelles il allait dépérir. Et puis il se tut et tâta prudemment ses côtes :

    « Six au moins. » Estima-t-il dans un marmonnement. « Merrde. »

Enfin, il daigna tourner la tête en direction de son sauveur - que dans le noir, il ne voyait pas très bien d'ailleurs.

    « Merci, au fait. » Grimaça-t-il avec une élégance sans précédent.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
From Beneath


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 22/09/2013
Localisation : Blublub

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Mar 29 Oct - 20:08

« Ow! »

Oh le con ! Il m'a mis un coud'boule ! Haaa ! Ça fait maaal ! Je viens de lui sauver la vie, j'étais même prête à me sacrifier pour y arriver et lui, il ne trouve rien de mieux à faire que de m'agresser sauvagement !

« Aïe, aïe, aïe ! »

Je me redresse, mains sur le front, les larmes aux yeux à cause de la douleur, maudissant le dealer sur six cent soixante-six générations. Journée de meeerde ! Bien évidemment, pour en ajouter une couche, non seulement il m'offre de délicats bruits de vomissement en guise de remerciement mais, comble du comble, il arrive encore à râler ! Non mais il est sérieux ?! D'accord, c'est vrai, j'suis pas vraiment une nana délicate, j'dirais même que je suis un peu brute sur les bords, mais c'est certainement pas avec mes petits bras tout sauf musclés que je vais lui défoncer la cage thoracique ! Bref. Je me relève et le fixe froidement, tout en tentant d'essorer mon t-shirt sans conviction, l'observe rouler de gauche à droite, coincé dans une boucle infinie de plaintes et de gémissements. Quel cinéma, j'te jure.

Je remonte mon pantalon, qui semble vouloir se faire la malle avec l'aide de l'eau qu'il a absorbé, et commence à me demander si je peux re-balancer le dealer à la flotte ou p... oh ! Je rêve ou il vient de me cracher un merci du bout des lèvres ? Miracle ! Je ne m'attendais carrément plus à ce que ça arrive ! Bueh, allez, j'suis trop bonne, je sais, mais j'vais continuer à l'aider même si je pensais sérieusement à l'abandonner dix secondes plus tôt. Je m'avance vers lui, mains dans les poches, laissant de petites flaques d'eau dans mon sillage, et, une fois arrivée à sa hauteur, me penche légèrement en avant en faisant la moue.

« J'savais pas que c'était si dangereux, le deal d'antiquités. »

Honnêtement, ouais, j'suis un peu curieuse vis à vis du contexte autour de sa presque-noyade, parce que j'ai toujours du mal à croire qu'ils aient voulu le tuer uniquement pour une histoire de vase préhistorique. Je veux savoir ! Je veux... Je veux aussi me moquer de sa tronche, en fait, maintenant que je suis un peu calmée. J'suis comme ça, moi ! Une « fille » un peu chiante qui aime bien charrier les autres, surtout ceux qui osent se plaindre de ma façon de les sauver !

« Remarque, vu que tu viens de te faire fracasser les côtes par un tout p'tit bout de femme, j'imagine que tout est relatif ! »

Je continue de le fixer, toujours penchée vers lui, ma mine boudeuse s'étant transformée en un petit sourire en coin. Qu'il râle s'il veut, il l'a bien mérité ! En attendant, j'veux bien l'aider mais je n'ai aucune envie de rester sous ce pont toute la nuit, je lui tend donc la main, pour l'aider à se relever.

« Allez, chochotte, debout, j'vais t'aider à rentrer chez toi... ou à l'hosto, comme tu veux. »

Parce que bon, se foutre de sa tronche, c'est bien, mais le pauvre bougre vient de manquer de mourir noyé et est toujours blessé, je n'ai absolument aucune idée de la gravité de sa situation, la pénombre m'empêchant de me faire une idée claire de sa condition : à lui de me dire s'il estime devoir finir aux urgences ou si une trousse de secours sera suffisante.

« Fin'. Tu vis à Crimson, au moins ? »

Non, ouais, mais voilà, en fait, parce que le ramener chez lui, s'il vit sur une autre île et qu'il n'a nul part où aller ce soir, j'vais pas commencer à lui chercher une chambre d'hotel, hein, surtout qu'il doit être aussi fauché que moi ! Puis, genre, j'ai pas spécialement envie de le ramener chez moi pour la nuit, j'le connais pas, moi, ce type, j'sais pas si je peux faire confiance aux dealers de tablettes méso-hippopotamiennes ! Quand bien même il serait honnête en dehors des bibelots anciens, mon appart' est jonché de boites de pizza, de conserves, de sous-vêtements et autres fringues diverses et variées ! Recevoir de la visite dans ces conditions, surtout un râleur dans son genre, beh... v'là, quoi.
Va à l'hosto, please !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Jeu 7 Nov - 19:48




Le courant mettait un peu de temps à se rétablir. C'était peut-être à cause de la quantité de flotte qui lui était tombée sur les neurones, qui sait ? En tout cas Noise affichait désormais une nette et perturbante tendance à ouvrir et refermer la bouche d'un air égaré sans que rien n'en sorte, ce qui lui donnait l'air d'une espèce de poisson noir et blanc sonné par une belle claque en travers de la figure. Pour peu qu'un poisson ait une figure, déjà. Mais vu le pourcentage d'eau que contenaient désormais ses vêtements qui ressemblaient plus à des algues spongieuses qu'autre chose, la comparaison n'était pas dépourvue de sens.
Un autre truc dégoulinant vint se positionner au-dessus de lui et, alors qu'il tournait légèrement la tête pour éviter de se prendre une goutte dans les yeux, Noise aperçut le visage du pêcheur.
Ah, tiens, c'était une fille.
Noise plissa les yeux. Enfin, il pensait.
Elle était mignonne, mais un peu jeune pour lui. Le fait que ce soit la première chose qui lui vienne à l'esprit n'avait rien de rassurant quant à une première approche de sa personnalité.
Cela dit, les mots "dealer d'antiquités" n'étaient pas mal non plus. Noise battit de cils en se demandant s'il avait réellement bien entendu, ou si des résidus de flotte lui obscurcissaient l'ouïe.
Bah. Pour ce que ça allait changer, hein.
Le Noise étrangement amorphe laissa passer au moins une remarque sarcastique en jetant à la fille un regard de chien perdu, avant d'accepter sa main tendue sans commentaire. Elle aussi avait l'air trempée jusqu'aux os. Avec le petit vent frais qu'il sentait lui frôler le dos, ils auraient vite fait d'attraper la mort, tiens. C'était mal barré, ça.

    « Fin'. Tu vis à Crimson, au moins ? »

Noise grimaça et mima un débouchage d'oreille d'un geste éloquent. Il avait un peu de mal à bouger sans se casser la tronche, mais s'accroupit tout de même pour délier la corde de ses chevilles, parce qu'on tient mieux debout quand on peut écarter les pieds un minimum.
Et c'est qu'elle était serrée, c'te connerie.

    « Blg. En fait, pas vraiment. » Marmonna-t-il, concentré sur la connerie en question. « 'ttend une seconde, faut que je défasse ça, t'as pas un couteau ? »

Sans attendre la réponse, il recommença à tirer sur le nœud, les sourcils froncé. Puis il releva à nouveau la tête et jeta un coup d’œil gris à la fille :

    « Ah, t'en fais pas sista', pas besoin de me ramener ou quoi, je connais le chemin. Et puis à l'hosto ils en ont marre de me voir ; j'me ressouderai les côtes au fer comme un homme, s'tu veux je t'enverrai une photo des cicatrices ~ Mais toi tu devrais aller te sécher un peu, quand même. Tu vas choper la mort. »

Le fait que ce soit l'ex-noyé qui dise ça alors qu'il n'arrivait même plus à défaire un crétin de nœud correctement tant ses mains tremblaient avait quelque chose de profondément comique. Salut papa, ma vie c'est une blague ~

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
From Beneath


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 22/09/2013
Localisation : Blublub

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Lun 25 Nov - 21:37

« Quel homme. »

Je roule des yeux et secoue légèrement la tête, tellement son beau discours me semble ridicule. Un vrai dur, dis donc. J'le vois bien frimer avec ses cicatrices, tiens, ce maigrichon douillet tout mouillé ! Je croise les bras sous ma poitrine et l'observe un moment, sourire aux lèvres, lutter comme un damné contre un bout de corde. Quand il s'agit de faire le malin, il a du talent, mais quand il faut se servir de ses dix doigts, tout de suite, c'est une autre paire de manches, hein ?

« C'est bien gentil de t'inquiéter pour moi, bro, mais c'pas un peu d'eau qui va me tuer. »

Je continue de le regarder faire un moment mais je dois avouer que le voir galérer à défaire son nœud m'énerve un peu... j'peux définitivement pas laisser ce beau parleur de dealer se débrouiller seul, je vais devoir prendre les choses en main ! Je m'accroupis devant lui et glisse mes mains entre les siennes de force, pour lui faire comprendre que je vais le débarrasser de ses liens moi-même.

« Nœud, un ; dealer, zéro ! Et tu voudrais vraiment que je t'abandonne ici tout seul ? »

J'suis une tête de mule, t'façon, et comme moi non plus je n'aime pas que les gens se donnent du mal pour m'aider quand j'ai des soucis, je sais que si je ne m'impose pas, il risque vraiment de râler jusqu'à ce que j'arrête de lui coller les baskets ! Je sais, vouloir aider tout le monde me perdra, mais en attendant, mes doigts s'affairent sur la corde, tentent de défaire ce fameux nœud diablement bien serré. Hum. J'suis toute faible, moi, et si mes mains ne tremblent pas, j'ai beau avoir une bonne prise, j'arrive juste pas à le défaire de ses liens ! J'avoue, tout au fond de moi, je me dis que le forcer à sautiller jusqu'à sa prochaine destination serait très amusant mais si j'abandonne après m'être foutu de sa tronche, je risque d'en prendre plein la mienne ! Je tire de toutes mes forces, encore et encore, jusqu'à enfin faire céder cette maudite corde, libérant ainsi le dealer non sans avoir faillis me ridiculiser.

« Tadaa! »

Fiou ! Je me relève, fière de moi mais sans vraiment attendre le moindre remerciement, bien décidée à le coller jusqu'au bout du monde, parce que je refuse de le laisser me fausser compagnie dans son état, parce que je suis curieuse d'en savoir plus sur son aventure mais surtout parce que je n'aime pas qu'on cherche à se débarrasser de moi comme ça ! Chieuse, moi ? Nooon !

« Allez, où est-ce que je te ramène... uh... machin ? »

Tiens... maintenant que j'y pense, il doit avoir un nom, le dealer ! Remarque, vu les évènements, j'ai pas vraiment pensé à faire les présentations et j'suppose que c'est la même chose de son côté. Je décide donc de rectifier le tir :

« C'quoi ton pseudo ? Moi c'est From Beneath. Je te laisse le choix du surnom ! »

Quand je pense que je ne faisais que râler parce que je voulais rentrer chez moi... et regarde-moi, encore en train de me fourrer dans des histoires impossibles et de suivre un bonhomme louche sans même me méfier de lui ! J'ai vraiment le chic pour me lancer à corps perdu dans les ennuis.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Jeu 28 Nov - 15:05



Non non. Il n'avait absolument pas honte qu'une gamine trempée jusqu'aux os doive lui défaire ses lacets à son âge parce qu'il n'y arrivait pas tout seul. Le jeune homme ne résista pas à l'impulsion des doigts agiles qui semblaient lui dire un truc comme "dégage tu sais pas faire" et se laissa aller en arrière avec un soupir de soulagement. Il avait encore des tremblements qui se déclenchaient sans prévenir dans tout le corps, et que quelqu'un mette fin à son supplice avec les vases ne pouvait que l'arranger.
Mademoiselle n'avait pas de couteau, mais parvint quand même à triompher vaillamment du nœud formé par la grosse brute : Noise alla jusqu'à applaudir à l'exploit, avant de lever les yeux vers le haut du pont éclairé par un unique lampadaire. Ses détracteurs avaient visiblement mis les voiles, mais il y avait un risque pour qu'ils reviennent vérifier le lendemain si son corps flottait bien sous la surface de l'eau.
Peut-être qu'ils voudraient récupérer le vase, aussi.
Noise se redressa et passa une main dans ses mèches trempées en fixant ledit objet avec une moue pensive. Il fallait qu'il fasse quelque chose pour ses cheveux. Et il ne pouvait définitivement pas rentrer à la Corp´ ce soir-là, même en négligeant le couvre-feu. N'ayant pas un rond en poche et personne chez qui squatter à Crimson - quoiqu'il y avait toujours Yoru mais il y avait toujours des psychopathes chez elle c'était flippant - il allait devoir de rabattre sur la solution de secours.

    « Allez, où est-ce que je te ramène... uh... machin ? »

La voix de la jeune fille tira Noise de ses réflexions stratégiques. Il la fixa en dissimulant un mordillement de lèvres sous un sourire complice. Est-ce qu'elle avait l'intention de le suivre toute la nuit ? Par curiosité ou pour s'assurer qu'il ne tomberait pas en rade à la moitié du chemin ? Sur le coup, Noise envisagea de lui fausser compagnie sur-le-champ.

    « C'quoi ton pseudo ? Moi c'est From Beneath. Je te laisse le choix du surnom ! »

Et puis il songea que 1) il avait des côtes pétées et courir allait être difficile 2) elle avait vraiment l'air déterminée et 3) elle lui avait quand même sauvé la vie au risque d'attraper une pneumonie. Et Noise n'aimait pas trop les dettes de vie. Même si comme pour la plupart de ses dettes, en général, il ne les payait pas.
Bon. Va pour cette fois.

    « Noise. » Fit-il en secouant ses cheveux. « Parce que les gens adorent m'entendre parler. Et c'est trop long From Beneath je peux t'appeler Facebook ? Ou FB ? Ou Benny ? »

Le plus dur étant de choisir lequel était le plus approprié. Plutôt que de se prendre la tête, Noise se dirigea vers le vase et entreprit de le faire rouler. Et fuck il était lourd, cet assassin ! Le kleptomane sentit presque l'air s'engouffrer dans les fêlures de ses côtes.
Heureusement que c'était pas loin.

    « En fait » - cria-t-il derrière son épaule - « je suis d'HC. Donc je peux pas rentrer ce soir et je peux pas rester dans le coin ou je vais me faire digérer vite fait. Mais heureusement je suis un type génial et- »

Le reste de l'éloge se noya dans un fouillis indistinct d'injures et de gémissements torturés alors que les côtes de Noise lui disaient clairement ce qu'elles pensaient de ses idées à la con.

    « Mais t'es pas obligée de me suivre, t'inquiète,» ajouta-t-il en lui lançant un regard de pure souffrance depuis le vase qui supportait sa carcasse ; « c'est pas très ragoûtant là où je vais tu sais, et puis t'es trempée tu devrais rentrer chez toi te mettre au chaud. Et puis si ces mecs reviennent on sera tous les deux dans la merde. »

Ou celui qui courrait le moins vite, en fait.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
From Beneath


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 22/09/2013
Localisation : Blublub

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Lun 16 Déc - 19:27


« Benny ira très bien. »

Facebook ? Really ? Bref ! Le bonhomme, Noise, s'en va jouer avec son vase tout m'expliquant qu'il ne vient pas d'ici et qu'il ne peut pas rentrer chez lui. Il semble avoir une solution de rechange mais en me donne aucune information supplémentaire, bien trop occupé à gérer sa douleur pour s'en soucier. Pfeuh. Une fois sa crise passée, il tente à nouveau de se débarrasser de moi en insistant sur le fait que je sois trempée, en essayant de me faire comprendre que ma présence n'est pas indispensable et que je pourrais être en danger si je l'accompagne. Le danger ? Moi j'aime le danger. Je me ris du danger. Inutile, mec, je vois bien que ça t'embête, j'vais pas lâcher l'affaire de sitôt !

« Je t'ai déjà dis de ne pas t'en faire pour moi ! Puis tu me sous-estime, bro, j'ai peur de personne moi ! »

Je plie le bras et contracte mes... muscles... avec un grand sourire aux lèvres, pour faire la maligne et bien lui montrer que ce ne sont pas ces gens qui vont me faire changer d'avis ! Je vis à Crimson District, j'ai déjà dû me défendre et montrer de quoi je suis capable, surtout que j'ai l'art de me retrouver dans des situations pas croyables ! Puis même ! Monsieur veut se débrouiller tout seul mais il n'est même pas capable de jouer avec un vase sans se retrouver à l'agonie. J'me demande bien si c'est l'état de choc qui parle ou s'il est vraiment comme ça naturellement ! En attendant, si je ne veux pas y passer la nuit, il va falloir le convaincre de se mettre en route au lieu de râler.

« Écoute, je lâcherai pas l'affaire alors dis-toi que plus vite on se mettra en route, plus vite tu seras débarrassé de moi ! »

Sounds like a deal, non ? Je ne compte pas rester à son chevet toute la nuit, hein, et dans le fond je me moque bien de savoir où il va dormir, j'aime aider les gens mais je ne suis pas mère Térésa non plus. Je veux juste l'embêter un peu et l'escorter jusqu'à un endroit safe, histoire de ne rien avoir à me reprocher si jamais on parle de lui demain dans les faits divers. À partir du moment où je m'assure qu'il arrive sain et sauf à destination et où il m'affirme ne pas avoir besoin qu'on l'emmène à l'hosto, je sais que je n'aurai aucune raison de m'en vouloir s'il lui arrive quelque chose.
Ne lui reste plus qu'à se mettre en route, maintenant.

« Au fait, ça t'arrive souvent de te martyriser par des antiquaires ? »

Ça, il fallait que ça sorte. Je suis curieuse et fatiguée, j'ai même baillé avant de lui poser la question : tenter d'en savoir plus sur sa vie est donc la meilleure chose qu'il me reste à faire ! Pour apprendre à le connaître, peut-être, s'il joue le jeu ; pour l'ennuyer, très certainement, et le forcer à presser le pas sous peine de se faire ensevelir sous une avalanche de questions diverses et variées. Je suis machiavélique, bwahaha ! N'empêche... Je sais bien que je ne pourrai pas le forcer à me répondre mais j'aimerais bien qu'il le fasse, j'adore mettre mon nez dans les histoires qui ne me regardent pas, surtout depuis que ça peut rendre service à quelqu'un que j'apprécie beaucoup ! Je fixe le dénommé Noise avec insistance, la tête légèrement penchée sur le côté, mains dans les poches et le sourire aux lèvres.

Alors, alors ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Jeu 19 Déc - 11:16



    Est-ce qu'il avait réellement tendance à radoter, ou est-ce que c'était juste que les autres ne l'écoutaient jamais et qu'il devait leur répéter plusieurs fois les choses ? a moins qu'il n'oublie instantanément le contenu de son incessant bavardage une fois que celui-ci quittait sa bouche ; sans mauvaise foi, c'était sûrement la dernière hypothèse la bonne, mais Noise préférait mettre ce léger décalage sur le compte d'une mauvaise volonté extérieure. Le monde lui en voulait, après tout. Vautré sur son amphore, le jeune homme tenta vaguement - et sans succès - de la faire rouler par communication rampante, mais renonça en manquant faire le flip avant sur granit le plus pitoyable de sa carrière - et sans doute le dernier, d'ailleurs. A la place il se redressa et recommença à pousser en négligeant ses côtes agonisantes, like a man. Heureusement qu'il y avait le blabla de Benny Facebook pour le distraire de ses tourments, tiens.

      « Au fait, ça t'arrive souvent de te faire martyriser par des antiquaires ? »

    Quoique. Est-ce qu'il était vraiment nécessaire qu'il comprenne tout ce qu'elle disait ? Noise lui jeta un regard torve par-dessus son épaule, comprenant vaguement qu'elle voulait connaître ses aventures en compagnie de Tête-de-fouine et ses Mister Gros Bras. Parce qu'en plus ça a l'air de l'intéresser vachement, hein ! Regardez-moi cet air sardonique et ce sourire avide. Et les mains dans les poches, tiens. Elle pourrait pas l'aider à pousser, plutôt ?
    Pour oublier sa douleur - et parce que malgré tout il aimait bien s'écouter parler - le jeune homme décida de résumer l'histoire en quelques sifflements asthmatiques. En omettant juste ce qu'il fallait pour passer pour la victime et pas pour le méchant de l'histoire. Parce que non, il n'était pas stupide au point de déclamer devant une parfaite inconnue quelque chose comme "Salut, j'ai voulu faire un casse chez un antiquaire mais mes patrons sont des teubés et donc on a merdé et ils ont voulu me balancer dans le fleuve ololol". Il ne tenait pas à se retrouver avec la police au cul le lendemain matin. Ou n'importe quand, d'ailleurs.

      « Behhh... J'ai un pouvoir pratique pour passer inaperçu. Ça compense les cheveux et les fringues, t'vois. Mais du coup les mecs du pont ont voulu m'enrôler pour piquer des trucs chez un antiquaire - parce que ouais, même ici y a des gens qui collectionnent les vieux trucs inutiles. Y a eu embrouille, un de leurs potes s'est pris ce sale connard de vase sur la gueule, il a pas aimé et du coup moi je me suis retrouvé dans le fond du fleuve. Hasta la vista babies, et tout ce qui va avec ~ »

    C'était pas exaaaactement la vérité, mais ça pouvait passer quand même.
    De toute façon il n'allait pas avoir beaucoup de précisions à apporter puisqu'ils étaient presque arrivés. Noise freina en effet son vase devant l'ouverture béante et légèrement nauséabonde de l'entrée VIP des égouts de Crimson qui se déversait allègrement dans le fleuve.

      « Chouette endroit pour une balade en amoureux, hein ? En plus on rentre par la grande porte ! »

    Et sans palabrer plus, poussant toujours son vase sumérien, le jeune homme s'engouffra dans l'ouverture noire comme un four en s'efforçant de ne pas glisser sur les pierres détrempées par... il ne savait quoi, et aurait bien aimé continuer à l'ignorer, de préférence.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
From Beneath


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 22/09/2013
Localisation : Blublub

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Dim 12 Jan - 16:59


Je suis le dénommé Noise de très près, tout en l'écoutant raconter son histoire d'enrôlement catastrophe sans même douter une seconde de cette dernière. Je l'observe faire rouler son "connard de vase" vers son abri du soir avec de la pitié dans les yeux, naïve comme jamais, peinée d'apprendre que les sales types de ce district se mettent à recruter de jeunes gens innocents pour effectuer leurs sales besognes. Quelle bande de crétins ! Bro-Noise a juste eu la malchance de posséder un pouvoir qui les intéressait et ils n'ont pas hésité une seconde à l'entraîner dans leurs sales histoires. Je me demande quel genre de don il possède pour réussir à passer inaperçu malgré sa perruque, tiens. C'est un homme invisible ou un truc du genre ? J'aurais aimé lui demander des précisions mais il gare son vase devant l'entrée des égouts et me confirme être arrivé à destination. Il est sérieux ? J'veux dire, les égouts, quoi, c'est crade et ça pue la mort. Il me fait une blague, c'est certain.

« J'suis d'accord, c'est extra pour les balades en amoureux. J'reviendrai avec ma p'tite copine, j'suis sûre qu'elle adorera le côté chic et... hé, attends ! Reviens ! »

Je voulais répondre avec le ton de l'humour, pour coller à l'ambiance générale, mais le bro tout cassé s'en va rouler son vase à l'intérieur, dans le noir et la crasse : tout bien réfléchi, je crois qu'il veut vraiment passer la nuit là dedans ! Beurk ! Je trottine vers la dite entrée et lui lance :

« Non mais sérieusement, tu ne veux pas trouver un autre endroit ? Tu peux même passer la nuit chez moi si tu veux ! »

Je ne voulais pas l'inviter dans ma chambre miteuse, parce que ma naïveté et ma gentillesse m'ont déjà joué des tours, mais je ne peux tout de même pas laisser une pauvre victime fragile passer une nuit là dedans sans au moins essayer de le convaincre de trouver un meilleur endroit où dormir ! J'veux dire, même sans forcément parler de chez moi, y'a bien une église et l'un ou l'autre vieux bâtiment abandonné dans le coin qui seraient bien plus confortables. Je m'engouffre à mon tour dans les ténèbres malodorantes en me pinçant le nez, alors que mon imagination fertile se met en route.

« Et si jamais tu tombes nez à nez avec des tortues mutantes ou.. ou.. ou des monstres mutants tout plein de tentacules ? »

Je sais, venant de moi, cette dernière possibilité pue l'ironie, une odeur somme toute plus agréable que celle à laquelle je suis confrontée en ce moment, mais il n'empêche que tout un tas de rumeurs courent sur cet endroit et ses possibles habitants. Je sais bien qu'il ne faut pas prendre tout ce qu'on raconte pour argent comptant : il suffit de voir les rumeurs sur les monstres inexistants du lac. Que je suppose inexistants, du moins, vu que je n'en ai encore jamais rencontré malgré mes nombreuses expéditions sous-marines. Mais même. Ici, je ne me sens pas à l'aise du tout et on reste dans une réalité virtuelle où tout peut arriver, ça ne m'étonnerait pas qu'un vrai monstre se cache dans le district. Je marche droit devant moi, dans les ténèbres, et marche sur un truc glissant qui ne s'est pas privé de faire un immonde bruit de mécontentement visqueux lorsque je l'ai écrasé. Je tombe en avant, manque de tomber, du moins, parce que je viens de rentrer droit dans le pousseur de vase et de réussir à l'agripper de justesse.

« Bro, je viens de marcher dans un truc dégueulasse, j'veux pas savoir c'que c'est ! »

Quelle horreur ! J'veux rentrer chez moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Mer 15 Jan - 22:49



      « J'suis d'accord, c'est extra pour les balades en amoureux. J'reviendrai avec ma p'tite copine, j'suis sûre qu'elle adorera le côté chic et... hé, attends ! Reviens ! »

    Les piaillements dégoûtés ou affolés de Benny Facebook se faisaient entendre à l'entrée du tunnel et leurs échos s'engouffraient entre ses murs suintants contre lesquels ils ricochaient piteusement tels une nuée de chauve-souris avec un bug de sonar généralisé. Imperturbable - ou trop satisfait de voir qu'il pouvait marcher à peu près correctement pour oser s'arrêter - Noise continua à s'enfoncer dans le boyau obscur et humide.
    En tout cas il était ravi de savoir qu'elle emmènerait sa copine dans son ignoble terrier plein de rats. Il lui ferait une haie d'honneur, tiens ; il pourrait même accrocher des fleurs à l'entrée, s'il y pensait. En attendant lui fallait bien qu'il pionce quelque part hein - sans compter les innombrables machins qu'il devait planquer assez bien pour que les malades de la police du coin ne les retrouvent pas.

      « Et si jamais tu tombes nez à nez avec des tortues mutantes ou.. ou.. ou des monstres mutants tout pleins de tentacules ? »

    Lol.
    Constatant qu'elle avait décidé de le suivre à la trace pour l'abreuver de ses intéressantes suppositions concernant la faune souterraine, Noise émit un reniflement assez révélateur. Ce qu'il pensait de toutes ces théories fumeuses sur les montres des profondeurs s'apparentait à ce bruit disgracieux : inutiles et repoussantes à souhait. Personnellement, il n'avait jamais rien croisé dans le coin qui soit plus gros qu'un crapaud transgénique ou qu'un rat un peu trop bien nourri. D'accord, l'endroit était beaucoup moins hygiénique qu'à HC et il faisait un peu trop noir à son goût, mais tant qu'on savait où poser les pieds et qu'on léchait pas les murs, ça pouvait le faire.
    Et au moins, avec tous les gens qui craignaient la saleté et les éventuelles tortues mutantes, lui était complètement tranquille.
    Restait plus qu'à faire abstraction de l'odeur et... Noise sentit ses poumons se vider brièvement lorsque Facebook lui rentra dedans en poussant une exclamation dégoûtée.
    Merci.

      « Sûrement une limace sicilienne géante. Fais pas gaffe, quand elles meurent elles se transforment en flaque de gelée. Faut juste pas que tu sois en sandalettes parce que sinon t'attrapes la dézinguite aiguë et là paf, tu meurs. T'as des chaussettes épaisses au moins hein ? »

    Et puis si elle était pas contente elle avait qu'à pas venir, hein ? Bon prince, le jeune homme lui attrapa quand même le poignet - parce que si elle tombait à la flotte, selon le code d'honneur il allait devoir la repêcher (quoi que la situation lui poserait tout de même un certain problème de moral avec lequel il aurait à débattre un moment) - pour la traîner derrière lui et le vase sumérien le long du tunnel.
    Au bout de quelques minutes cependant, alors que rien ne semblait distinguer cette portion du tunnel des autres - même air moite et nauséabond, même pierre vaseuse, même mur glissant et mêmes clapotis répugnants - le kleptomane s'arrêta, bloqua laborieusement le vase avec un pied en jurant lorsque ses baskets dérapèrent, et tâtonna un moment sur le mur. La surface gluante sous ses doigts lui tira une vague grimace avant qu'il ne trouve l'interrupteur qu'il cherchait. Il y eut un cliquetis discret, puis un bruit de pierre raclée, et Noise poussa la crimsonienne à l'intérieur de l'ouverture béante.
    Il y introduisit ensuite le vase et referma derrière eux.
    Silence. Il faisait noir comme dans un four et, tâtonnant pour trouver l'ustensile qu'il cherchait, Noise jura une ou deux fois. Enfin, il mit la main sur plusieurs espèces de grosses lucioles mécaniques importées tout droit de la Corp', qui s'illuminèrent joyeusement lorsqu'il les enclencha et se mirent à voleter autour de la pièce à grand renfort d'ailes métalliques en répandant une lueur chaude, parfois bleue et parfois orangée.
    La pièce en elle-même ressemblait plutôt à un placard à balais et aurait pu être confondue avec une banale remise vu tout le bordel qui s'entassait dedans n'importe comment ; n'eut été la couchette qui s'accrochait au mur tout en haut et donc pendait une échelle de cordes.
    Au moins l'ensemble était-il remarquablement sec. Et il y faisait presque chaud.

      « Tiens, tu vois. Ça gère chez moi, hein ? J'ai presque l'eau courante, même. Par contre tu gardes ça pour toi hein, parce que je suis pas sûr que ce soit légal légal de squatter là - en même temps on m'a jamais dit non mais on m'a jamais dit oui tu comprends. Je te proposerais bien une tasse de thé mais j'ai ni thé ni chaises donc c'est un peu chaud, là. »

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
From Beneath


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 22/09/2013
Localisation : Blublub

MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   Lun 21 Avr - 18:26


Je me met à bouder en gonflant les joues comme un hamster, parce que je n'apprécie pas vraiment qu'il se moque de moi comme ça. Je t'en ficherai, moi, des limaces siciliennes ! Faut vraiment pas être malin pour ne pas se sentir menacé dans les égouts d'un jeu vidéo, na ! En attendant, je le laisse me trainer par le poignet vers sa fameuse cachette, que je n'arrive pas à imaginer comme un endroit accueillant. Je le suis en tentant de m'y retrouver dans cet enfer nauséabond, jusqu'à ce qu'on arrive devant un passage secret, un vrai de vrai. J'en ai des étoiles plein les yeux, parce qu'en général, ce genre de coins mystérieux regorgent de trésors ! Trésors, trésors ! Noise allume ses baballes lumineuses et ma soudaine bonne humeur s'envole. Trésors ? Ben tiens. Juste des amas de bibelots tout nazes, qui s'accumulent autour de nous. Je m'en vais donc sautiller derrière les lucioles technologiques, qui ont bien plus de valeurs à mes yeux que tous ces vieux machins entassés autour de nous, écoutant les explications du dealer d'une oreille distraite.

« T'en fais pas, bro, j'dirai rien à personne ! »

Je me retourne vers lui en brandissant fièrement une boule lumineuse au dessus de ma tête, me fichant bien de savoir si venir squatter ici est autorisé ou non. Je n'ai aucun intérêt à aller dévoiler son secret, puis c'pas comme si sa tête était mise à prix non plus.

« Pas besoin de thé, bro, j'reste pas. »

J'aurais aimé lui tenir compagnie un peu plus longtemps mais en fait, non : mon nez en a assez de cet endroit et à mon avis, plus vite je serai partie, mieux ce pauvre bonhomme se portera. Quoi qu'il en soit, je sais que si je suis en danger un jour, je pourrai trouver refuge ici, que ça embête le Noise ou non - on va dire que ce sera ma récompense pour lui avoir sauvé la mise et l'avoir accompagné jusqu'ici.
Je suis toujours un peu réticente au fait de le laisser tout seul ici mais je ne vais pas non plus lui forcer la main. Maintenant que je le sais en sécurité, je vais me remettre en route et aller retrouver mon lit bien douillet, j'en bâille même d'avance. J'allais tourner les talons et m'en aller comme je suis venue mais finalement, je ne résiste pas au fait de lui faire quelques dernières recommandations, juste au cas où.

« Bref ! Porte toi bien ! Évite les gens qui ont l'air louches et ne te laisse plus entrainer dans des situations impossibles, okay ? Puis si t'as vraiment besoin d'aide un jour, hésite pas à venir me voir, c'est mon job d'aider les autres. »

Je ne m'embête pas à lui donner mon adresse, il ne la retiendra pas ; puis c'est pas difficile de me retrouver étant donné que je placarde des affiches dans toute la ville, pour que les gens dans le besoin sachent où me trouver - difficile de se la jouer fille à tout faire sans un minimum de publicité.

Je continue de brandir la boule lumineuse au dessus de ma tête, cette dernière cherche même à m'échapper mais elle peut battre des ailes autant qu'elle veut, je ne risque pas de la lâcher. Je vais l'emmener avec moi.

« Au fait, je t'emprunte ta fée luminus sinon je ne retrouverai jamais mon chemin.
Bye bye !
»

Et me voilà partie sans même écouter ses éventuelles protestations, il n'aura qu'à venir la récupérer chez moi s'il n'est pas content ! En attendant, je me met à trottiner dans les boyaux tortueux et humides des égouts, certaine de retrouver mon chemin facilement - comment pourrait-il en être autrement, voyons ?

Ha, une intersection ! Je dois tourner à droite.
À moins que ce n'était à gauche ?
Hum... na, à droite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]   

Revenir en haut Aller en bas
 
S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» S.O.S klepto en détresse [*pose un piège à Noise*]
» la pose de mon portail
» dépose pare choc avant Laguna 2
» [TUTO] Dépose pare choc AR et montage attelage avec faisceau électrique
» PROJET

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Crimson District :: Le quartier malfamé :: Sous un pont-