AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 Every story has an end ▲ Reverberation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité




MessageSujet: Every story has an end ▲ Reverberation   Ven 30 Aoû - 0:22

reverberation ▲ mary julia liddle ▲ environ quatorze ans en apparence ▲ seize ans mentalement ▲ née en Angleterre ▲ dreamland ▲ dessinatrice - peintre ▲ lecture des pensées ▲ Mary ▬ Ib Game


what a pathetic doll
Elle n’est qu’un son, une vibration qui rebondie contre les murs, un reflet qui se réfléchie sur le sol. Elle le sait. Il en a toujours été ainsi. Pas vrai, Mary ? Tu n’es que réverbération. Elle n’est que la jeune fille oubliée, l’enfant que l’on entend pleurer, sans que l’on y fasse attention.  Elle est seule, Mary, terriblement seule. Elle ne cherche que le réconfort, une main tendue vers elle qui ne se retirerait pas au dernier moment. Elle ne cherche que ces paroles, cette berceuse enjôleuse qu’on lui a longtemps chantée. Mais tu le sais. Pas vrai, Mary ? Ils ne sont que menteurs. Derrière ces mots, derrière ce sourire, ces promesses que l’on te dit, il y a l’envers du miroir. Menteur. Menteur menteur menteur. Ce sont tous des menteurs. Elle le sait, elle l’entend, elle le comprend. Tout ce que vous croyez garder intime, tout ce que vous croyez en sécurité, bien caché, au fond de vos pensées, tout ça, Mary le lit, Mary l’envie, Mary le crie, Mary le pleure, Mary en meurt. Elle n’est que douleur, Mary. Dans ce monde de perversion, cette immonde aversion, elle n’est que poupée de chiffon, dansant, chantant, dessinant, divertissant son public qui la fait cauchemarder.  Mary a peur, sans cesse, de tout, de rien, elle est torturée, intérieurement. Mary est instable, fragile, il est facile de la corrompre, elle est une fine couche de verre qui éclaterait au moindre cri trop fort. Mary pleure, Mary a peur, mais rarement Mary sourit. Paranoïaque, son esprit ne pense qu'au mal qui peut lui arriver. Confiance est le mot qu'elle ne pourra jamais utiliser. Pourtant, Mary est une bonne fille, non ? Marry n'est pas méchante, hein ? Après tout, Mary ne veut que de l'amour, pas vrai ? Mais, oui, c'est vrai, alors, pourquoi Mary pleure ? Pourquoi Mary ne peut pas sourire et rire ? Mais parce qu'elle n'est que poupée, Mary, parce qu'elle se fait contrôlée, Mary. Parce qu'elle n'est rien, Mary. Mary est douce, gentille, affectueuse, attentionnée, elle aime les choses sucrées, les choses mignonnes même si ces goûts sont étranges, mais, surtout, Mary est anormale. Mary est folle, déséquilibrée. Parce que Mary a tendance à parler d'elle à la troisième personne, à se parler toute seule, parce que Mary parle à ses peluches, s'invente un monde, se renferme sur elle même, dessine ce qu'elle rêve. Des rêves oui, des rêves d'une enfant qui a grandit trop vite, qui en souffre, un peu plus chaque jour. Mary, son plus grand souhait, son plus précieux rêve, ce serait un monde où elle n'est jamais née, un monde où la poupée, la folie qu'elle est n'aurait jamais existé. Mary a peur d'elle-même, de tout, c'est vrai, mais surtout d'elle. Parce que Mary se détruit peu à peu, rongée par la folie qui l'habite. Elle aime dessiner, Mary. Elle aime chanter, Mary. Des chansons tristes, des dessins réalistes, sa manière à elle de voir ce monde, c'est ainsi qu'elle l'exprime. Parce que Mary ne parle pas beaucoup, elle a peur de dire des bêtises. Mary a peur de tellement de choses il faut dire : les incendies, la foule, la solitude, cette demoiselle est une contradiction à elle même. Tant mieux, pas vrai ? Vous pouvez mieux la contrôler.


Look at you, Mary. Pitiful.

Elle est belle, Mary, avec son visage angélique, ses grands yeux bleus en amande, son teint pâle et ses longs cils. Elle est belle, Mary, avec ses longs cheveux blonds bouclés, longs, longs, longs, ils lui arrivent dans le bas du dos il faut dire ! Une petite taille, une voix fluette, elle est belle Mary, elle ressemble à une poupée, Mary. Une poupée de verre. Elle semble fragile Mary, le regard bas, elle parle doucement, pas très fort, comme si elle avait peur de faire des bêtises, il faut dire qu'elle est maladroite avec ce qu'elle dit, Mary. Elle a de longs doigts Mary, des doigts de pianiste, des doigts agiles, idéal quand on touche à l'art. Elle a de longs ongles, Mary, ça griffe, c'est vernis, mais pas de couleurs flashy, juste un vernis incolore, discret, comme elle pas vrai, Mary ? Elle est invisible, Mary. Aucune présence, aucune, si bien qu'elle est le fantôme que tout le monde oublie, passant inaperçue. Elle est jolie, Mary, quand elle met des roses dans ses cheveux, quand elle les détache et joue nerveusement avec, quand elle joue avec le noeud de ses robes, elle ne porte que ça, Mary, des robes. Elle n'aime pas sa taille, Mary, alors elle porte des bottes, toujours les mêmes, depuis tout ce temps ; hautes, à lacets, avec des talons plats. Il est rare de la voir sourire, Mary, et c'est dommage car elle est jolie ainsi. Elle a la larme facile, Mary, elle a le regard triste, Mary, elle est de ces gens qu'il suffit de regarder pour savoir qu'ils ont souffert, qu'ils ont connu l'enfer et qu'ils n'en sont pas sortis indemne. Elle en a la carrure, Mary, elle est fine, Mary, trop fine, bien trop fine. Elle est en sous poids, Mary, ça lui cause des problèmes de santé, à Mary. Mary c'est quarante-cinq kilogrammes de larmes pour un mètre soixante-cinq de remords, Mary c'est cette odeur de rose, ce doux parfum enivrant qui vous monte à la tête, elle sent bon, Mary. C'est doux, c'est sucré mais à la fois acidulé, c'est ce petit quelque chose d'intriguant qui vous prend le nez doucement, qui agite les méninges dans un " Qu'est-ce que c'est ? " tonitruant. Il faut dire qu'elle a toujours une fleur sur elle Mary, toujours la même, toujours si belle, c'est ce qui la représente parfaitement, Mary, cette belle rose jaune. Jalousie, c'est la signification première de cette couleur, et c'est vrai, elle est jalouse Mary, mais ça ne déforme jamais ses traits, parce qu'elle est trop douce pour le montrer, Mary. Amitié, joie, c'est ce dont elle rêve, c'est ce dont elle a envie ; Orgueil, froideur, il ne faut pas sous-estimer Mary, parce que Mary a peur, mais Mary fait peur, parce que Mary est folle et quand on est fou, on se fout de tout, on détruit tout, on brise tout ; Amour finissant, infidélité, longtemps elle les a traînés, longtemps elle les a pleurés, et pourtant, Ô pourtant, elle n'arrive pas à changer, oublier, parce qu'on ne peut changer le passé. On peut se voiler la face à son sujet, tenter de le modifier dans nos pensées, mais rien n'y fait, ce qui est arrivé est arrivé. Elle a des cicatrices, Mary, parce qu'on l'a blessé, tellement souvent, tellement longtemps, que son corps en a gardé des séquelles, des marques indélébiles qui souillent ce corps et sa beauté. Les poignets, les mollets, c'est là que le sang a coulé, qu'elle a tenté, et pourtant, et pourtant, malgré ça, rien n'a changé. Tu ne l'as qu'un peu plus encré dans ta peau, Mary.




Moi on m'appelle Panpan aka. Memento Morri ▲ J'ai eu 14 piges en juin, sisi ▲ Mes jeux-vidéos préférés c'est heu... Les RPG Maker, Kingdom Hearts, Last Story, Pokémon, Osu! même si j'sais pas si ça compte ça ▲ Je regarde pas de films (a) Disneys Powa bitches ♥ ▲ Mon manga préféré c'est Pandora Hearts sans aucune hésitation mais faudrait que je me matte K Project et SNK un jour, I know ▲ J'ai découvert le forum grâce à un partenariat j'hésitais à venir et Echo m'a traînée par la peau des fesses, yolo ▲ Les deux, je bois et je mange moi. ▲ Oui, tu m'emmerdes. >:D
Codage fait par © Panpan & © Paindore



Dernière édition par Reverberation le Jeu 19 Sep - 0:25, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Ven 30 Aoû - 0:23

she is the sound who rebound against the wall, she is the scar of the fear, she is the song of the tears, the rose of jalousy, she is the fear to be forget like an ephemeral dream, like an echo who disappear in darkness because she is just a
r e v e r b e r a t i o n.



everything had a story, even a creepy doll like you




► Papa, elle est où Maman ?

Ses grands yeux le fixaient, sa voix innocente le questionnait, et lui dans un sourire lui répondait le même refrain, le même mensonge qu'elle n'a jamais décelé.

► Elle est parti mais elle va bientôt revenir, tu veux bien l'attendre Mary ?

► C'est quand bientôt ? Et pourquoi Mary peut pas sortir pour aller la chercher ? Pourquoi Mary elle a pas le droit de sortir hein ? Mary n'aime pas sa chambre, c'est trop vide, elle se sent seule...

A chaque fois elle le disait, à chaque fois il souriait, à chaque fois il caressait doucement ses cheveux en s'agenouillant devant elle, prenant en main une mèche dorée, courte à l'époque, qu'il se mettait alors à tirer, arrachant un couinement à la jeune fille.

► Allons, Mary, tu dois être une gentille fille, tu le sais non ? Si tu fais des bêtises, si tu poses trop de question, Papa n'aimera plus Mary.

Alors son visage palissait. Malsain, tellement malsain, ce sourire qu'il affichait. Elle hochait la tête, elle regardait ailleurs, il lui faisait peur. Elle aimait, son père, mais il était intimidant.

► Parfait, c'est bien Mary, pour la peine je vais te peindre un nouvel ami, ça te va ?

Elle s'illuminait, ses lèvres s'étirant en un sourire radieux, lumineux, tandis qu'elle acquiesçait, elle aimait les amis que lui faisait son père, ces peintures colorés, ces poupées à l'air déjanté, ces dessins qu'il faisait. Elle aimait tout ça, Mary, car c'était à ce monde qu'elle appartenait. Il la laissait, fermant la porte derrière lui tandis qu'elle entendait des pas dans des escaliers puis un lourd bruit. La pièce baignait dans l'obscurité, vaguement éclairée par quelques lumières. Elle tournait les talons, souriante, tandis qu'elle s'avançait vers un des nombreux tas de peluches éparpillées par terre. Il avait raison, elle avait promis d'être une bonne fille, Mary, elle avait promis d'être gentille, Mary, elle avait promis de ne rien demander, Mary, après tout, tant que son père était là, de quoi avait-elle besoin ? Elle prit une peluche, riant, tournant sur elle même, elle riait, riait, riait, et pourtant son visage était détruit, déformé par cette douleur.

► Mary n'est pas seule, pas vrai ? Tant que Papa est là, tant que les amis de Mary sont là, alors tout va bien pas vrai ?

On aurait pu entendre les poupées rires, les peintures et les dessins sourirent, dans un grincement détestable, et pourtant, silence, tout n'était que silence, pas un son, pas un rayon de lumière, tout n'était qu'ombre qui se désespère.




° ° °


Elle sombrait.
Doucement.
Sûrement.
Dans ces illusions qu'elle s'imaginait.

Elle ne comprenait pas.
Elle ne savait pas.

Elle était trop pure, trop belle,
Pour comprendre la triste vérité que lui cachait cet énergumène.

► Papa, est-ce que tu aimes Mary ?

► Bien sûr, Papa t'aime, Mary. lui avait-il dit.

Menteur.

Menteur.

Menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur menteur.

Pourquoi étais-tu aussi cruel ? Pourquoi lui cachais-tu tout ça, hein ? Monstre. Tu es la plus belle représentation de la perversité de l'espèce humaine. Mais pourtant, tout allait changé, tout ce monde utopié, tout ce auquel elle croyait, tout, absolument tout.

Tout allait s'effondrer.




° ° °


Elle pleurait.

Ca faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé.

Elle tremblait, vivement, comme jamais même.

Elle était à terre, serrant de ses frêles mains les tissus qui jusque là l'avaient vêtue. Elle hoquetait. Il était parti, il l'avait laissé, il l'avait battue, il l'avait blessée, il l'avait détruite, brisée, souillée, plus jamais elle ne serait ce qu'elle avait été. Innocence, c'est à ce moment qu'elle en comprit la stupidité. C'était triste que d'espérer, ne serait-ce qu'un peu, une part d'humanité.

► Pourquoi... murmurait-elle Mary a mal, Papa... Pourquoi... elle serrait les dents, se mordait la lèvre jusqu'au sang Pourquoi tu as fait ça... ?

Il avait tout dit, tout expliqué. Elle n'avait jamais été à lui, ce Père qu'elle aimait tant, jamais il n'avait existé.

Enlevée.

Toute petite, il l'avait " volée ".
Elle, ce petit bébé qui n'attendait que le retour de ses parents dans sa poussette.

Séquestrée.

Enfermée dans ce sous sol, dans ce monde qu'il lui avait créé. Alors elle pleurait, pas parce qu'elle avait peur, même si oui, elle était effrayée, pas parce qu'elle était choquée, même si ça aussi elle l'était, non, juste parce qu'il était parti.

Son Papa était parti, et jamais elle ne le retrouverait.

° ° °


Trouvée. Délivrée.

Enfin.

Après ces quinze année de stupidité.



Relâchée, la police l'avait enfin retrouvée, parce qu'un voisin l'avait entendu hurler, crier. Jamais on ne retrouverait celui qui lui aurait fait ça, elle le savait. Ca faisait déjà six mois qu'on l'avait trouvée. Abandonnée, placée en famille d'accueil, puis enfin adoptée, elle vivait;

Ca faisait bizarre de le dire ainsi, mais elle était en vie.

Un père, une mère, un frère, voilà ce qu'elle avait.

Tous bruns aux yeux verts.
Tous très gentils.
Et tout ça n'avait aucune signification dans sa tête. Frère ? Père ? Mère ? Quel sens pouvait avoir ces mots dans sa tête après ce qui lui était arrivé ? Pourtant elle feintait, elle souriait. Encore et toujours. Alors qu'elle paniquait. Elle n'en pouvait plus.

Elle se mourrait.

Elle avait cette impression d'être un fruit pourri, souillé, touché par un humain un peu trop perverti, n'ayant aucune bonté.

Elle pleurait.

Silencieusement, sans que personne ne le remarque. Elle était folle.

Mais ça aussi, on s'en fichait.

Pas vrai ?

° ° °


► Joyeux anniversaire, Mary !

Le regard rivé sur le paquet au milieu de la table, elle souriait en rougissant. Heureuse, c'est ce qu'elle semblait être. Lasse, voilà ce qui était dans la tête de la jeune fille. Que ça se termine, et vite... songeait-elle Qu'on me laisse retourner broyer du noir dans ma chambre, je veux juste être seule. pensait-elle. Elle ouvrit le paquet délicatement avant d'écarquiller les yeux.

► Il paraît que tu es douée en arts, alors j'ai pensé que... Ca pourrait te plaire.

Un carnet de dessin, de la peinture, elle pâlit, commençant à trembler, une nausée lui montant soudainement à l'estomac. Elle lâche les accessoires, monte dans sa chambre, s'enferme à clef, haletante, tandis que les autres en bas s'agitent, la supplie de les laisser entrer dans son antre.

L'odeur.

Cette odeur de peinture, d'acrylique, de poussière.
Cette odeur qu'elle hait tant lui revint en mémoire tandis qu'elle gratte ses poignets qu'il a à ce moment tenu fermement. Et elle gratte, encore et toujours, par dessus les autres marques cachées par ses manches habituellement. Et elle s'avance, en tremblant, des vertiges la prenant, elle s'assoit sur son lit avant de prendre l'objet posé sur sa table de nuit, l'éludant, le fixant, le détaillant du regard. Et puis elle élargit ses lèvres en un sourire fou, désespéré, tandis qu'elle approchait doucement les lames de son poignet, les écartant doucement dans un clic clic clic régulier. Elle prit son oreiller, le plaça contre sa poitrine, et elle commença, étouffant sa douleur contre le tissu, le mordant, pleurant, tandis que doucement les gouttes perlaient contre sa peau si pale. Et, petit à petit, tout devint plus doux, plus cotonneux, plus moelleux, plus douloureux, elle sentait son coeur se détruire en mille morceaux, mais à ce moment, elle s'en fichait. Sa tête glissa, tombant mollement contre les draps.

Ca y est.
Elle avait ce qu'elle méritait.
Enfin, ce qu'elle attendait.

► J'avais dit que je te retrouverais un jour ou l'autre Papa, pas vrai ? Hehe...

C'était noir, tout noir, moelleux, à la fois doux et amer comme une barbe à papa épicée. Elle entendait une mélodie qu'il lui avait longtemps chanté, sauf que cette fois un lourd bruit s'y était immiscé.

° ° °


Elle était assise, tournant en rond sur sa chaise à s'en donner le tournis, recroquevillée sur elle même. Il tapotait sur le clic droit de sa souris, impatiemment.

► 'Lex, c'est bientôt prêt ? Ca a bientôt fini de charger ? Mary s'ennuiiiiieuuuh.

► Putaiiiiin c'est long sérieux ! Ca a beau être le nouveau top du top niveau jeu j'aime pas attendre pourquoi j'ai une merde en pc ?! HO NON. HO NON.

► Quoi qu'est-ce qu'il y a ?

► Il faut que j'aille aux toilettes. Lance le jeu sans moi, mets le casque tout ça, voilà quoi.

► Hein ? Hein ? Non non mais attends mais att-Trop tard.

Elle soupire, exécute un sublime facepalm et pose le casque sur ses oreilles.

° ° °


Elle ouvre les yeux, regarde autour d'elle. Il s'est passé quoi, là ? Elle ne sait plus trop bien. Droite ? Gauche ? Tout ce qu'elle voit est un immense bâtiment avec marqué " Mairie " dessus. Well.

► Hey toi !

Elle se tourne vers la voix qui, sans qu'elle comprenne, parle à toutes vitesses. De quoi ? Autre monde ? Sommeil ? Pouvoir ? STOP. STOP. WTF. Complètement perdue, elle hoche la tête, faisant mine d'écouter, répondant au hasard et, comme une idiote, choisie une destination sur un coup de tête sans réellement écouter. Pourtant, quand elle y pose un pied, elle désenchante vite. Tout est tellement similaire à cette atmosphère qu'elle aurait voulu oubliée. Elle se met à trembler et, par réflexe, se remet à gratter un de ses poignets.

Parce que ça gratte.
Alors elle gratte.
Encore et encore.
Avec toujours plus de remord.
Parce qu'elle gratte et grattera.
Parce qu'elle le regrattera toujours.



Codage fait par © Panpan & © Paindore


Dernière édition par Reverberation le Mer 25 Sep - 22:02, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Father


Fondateur
Fondateur

avatar

Messages : 1054
Date d'inscription : 06/07/2013
Localisation : Dans sa chambre trop d4rk.

MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Sam 31 Aoû - 0:37

Bienvenue !
En effet, ta fiche déforme le forum, c'est trop bête, elle a l'air toute belle en plus ... ;w; ♥
Je vais demander à Euphory de vérifier les codes pour plus que ça ne déforme ;D
En tout cas, ton personnage promet beaucoup, bonne chance.

_______________

cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Sam 31 Aoû - 2:33

Merci à toi Father pour touuuut ce que tu as dit ♥ (j'ai faillit écrire Papa faut vraiment que j'aille me coucher gosh)
ET OMG JE JKAZJKAJZKAJKZAKZJKAJEK T'ES TROP D4RK EPOUSE MOI. D:< *okmaggle*
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 03/08/2013

MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Sam 31 Aoû - 13:01

Une amie d'Echo? Tiens donc, la cachotière. Enfin ça ne m'étonne qu'à moiter vu la fiche. Bienvenue parmi nous la folle, si tu l'es autant qu'Echo on va s'entendre. ♥

_______________
Les avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Sam 31 Aoû - 13:05

C'est mon Papa ! >A< Namého !
Et puis... J'ai juste une chose à dire... Mary quoi... Viens là mon amie qui sort des tableaux ! (/>w<)/ Bon, et sinon, bah bonne chance pour ta validation, et tout et tout .w.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Sam 31 Aoû - 13:38

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! PANPAN ♥♥♥
Ta fiche est anwesome, Mary est badass. Jtmfais-moichialeravecsonhistoire. 8'D
(avoues que t'aimes être traînée par la pôduc' )


@Lullaby : What ? Vu la fiche ? XDD
bowdel ne dis pas que je suis folle, j'ai l'air d'avoir une réputation de membre normal ici ! /POUTRE/

@Edit Rever' : BIATCH.


Dernière édition par Echo le Sam 31 Aoû - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Sam 31 Aoû - 13:44

Lullaby ▲ Ewai, dur de croire qu'elle a des amis hein ? /pan Hey mais je suis pas folle, c'mes amis dans la tête qui me l'ont dit D:<

Highness ▲Owi je t'aime ♥ Viens on va prendre le thé avec mes poupées et la dame en rouge >:D

Echo ▲ ECHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO oui vas y tues moi

Je. Han. Gosh. Tu émues mon petit coeur tout mou ;; (non j'aime pas ça sadique va D:<)

Edit : Moi aussi je t'aime. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité




MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Dim 8 Sep - 22:09

DP : OUI JE SUIS VILAINE.
Juste pour dire que j'aurais sûrement du retard, j'avoue, je me suis prise au mauvais moment pour commencer des fiches (oui oui, des. Je suis masochiste ahahah. *pleure*) avec la rentrée tout ça je croule sous les devoirs (*brûle son allemand et l'allemagne entière en fait*) du coup bah... Voilà, déjà que je galère avec mes rps, désolée. ;;
Revenir en haut Aller en bas
Father


Fondateur
Fondateur

avatar

Messages : 1054
Date d'inscription : 06/07/2013
Localisation : Dans sa chambre trop d4rk.

MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Ven 27 Sep - 18:40


ENFIN JE TE VALIDE.
omg, ta fiche ne m'a pas fait pleurer, pourtant j'écoutais une charmante musique à côté. :'D
clique pour ta future dépression.
Bref, par contre, je dois dire que ça m'a étrangement soulevé le coeur. tu as un style particulier, malsain, tordu, déstabilisant que j'admire énormément. Je te dis en toute sincérité que je suis un adepte de ce genre d'univers morbide. Car oui, au fond ton histoire n'est pas poignante, juste horriblement malsaine.
Bref, j'aime. 8)

Vivement qu'Euphory te valide ♥
Tu pourras venir faire un tour sur mon île quand tu voudras ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euphory


Admin demi-portion

Admin demi-portion

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 24/06/2013

MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   Ven 27 Sep - 19:41




→Toi, je t'aime.
→Toi, je t'aime.
→J'ai presque envie de continuer tout le long comme ça mais ce ne serait pas très sympathique. Bref, quoi dire... Une fiche bien malsaine et j'adore ça.
→Très bel avatar.
→Très beau codage. (Bim, ça s'est dit !)
→Ce qui frappe dès la présentation physique/mental est le réalisme. On est directement plongé dans l'univers morbide avec ton style d'écriture. Ça m'a étonné. Je ne m'y attendais pas du tout et j'en suis agréablement surpris.
→L'histoire rentre aussi dans cette lignée là. Elle est intéressante de part le mystère qui règne au début. "Qui est cette fille ?", "Que fait-elle là ?", "Qui est ce fameux "père" ?". Tant de questions auxquelles tu réponds peu à peu en rendant la lecture palpitante.
→Je ne vais pas m'éterniser afin de ne pas trop être flatteur (J'ai une réput' à tenir vois-tu.) mais c'est une très bonne présentation. Tu es acceptée sans aucune hésitation.

♫ Voilà, c'est à peu prêt tout je pense ! ♫
♫ Je t'invite à faire ta fiche de lien dès que possible. ♫
♫ Amuse-toi bien sur Euphemia ! ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Every story has an end ▲ Reverberation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Every story has an end ▲ Reverberation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Every story has an end ▲ Reverberation
» I'm awesome. TRUE STORY
» M&M's Story
» Secret Story Rpg (toutes les saisons)
» Critique : It's Kind of a Funny Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP ; :: Les archives :: Fiches des anciens membres-