AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 לּ Scarlet Mist & Red Flower לּ [PV Redouille La Fripouille ._. ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Smoke


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 24/07/2013
Localisation : Sous ton bureau. Hé Hé !

MessageSujet: לּ Scarlet Mist & Red Flower לּ [PV Redouille La Fripouille ._. ]   Mar 27 Aoû - 13:13





Once at night. In a lane . . .







Il est venu le temps de vivre une soirée sobre, Smoke. Je passais mes soirées à picoler dans le premier bar minable que je pouvais croiser, et ceci chaque soir depuis que j’étais arrivé ici. J’enchaînais les boissons fortes dans le seul but de finir alcoolisé. Pathétique. Et il me semblait bien que j’avais besoin de changement. Quelque chose d’un peu différent, une sorte de raison d’être dans ce nouveau monde. De la nouveauté, en somme. J’étais arrivé sur Euphemia depuis un petit moment, et je n’avais pas encore accompli de grande chose. J’avais bien terrorisé une personne ou deux, mais rien de bien terrible ou d’excitant. Quoique, le souvenir d’avoir terrorisé une jeune demoiselle exaspérante me chauffait encore après tout ce temps. Cette gamine, rien qu’à me souvenir d’elle, je m’énervais encore et mes poils se hérissaient à la simple visualisation de son petit air mesquin. Je prenais de grandes respirations pour apaiser mes nerfs. Calmons-nous, elle n’est plus là, c’est fini pour l’instant ! Concentrons-nous sur le moment présent. J’avais déjà parcouru Crimson de long en large, il était temps pour moi de changer d’air en visitant des territoires un peu moins familier. Ce n’était pas par le plus grand des hasards que j’avais choisi « Hope Corporation », je n’étais pas spécialement fan du trip « Robotique et technologie » pour autant ; Cependant, je me souvenais avoir entendu beaucoup de rumeur sur certains divertissements illicites. Je n’étais pas assuré de l’île sur laquelle il fallait se rendre, s’il y avait une chose dont j’étais certain, ce n’était pas Crimson. Crimson District est certes, un lieu de grand banditisme mais je savais que quelqu’un d’autre gérait les opérations concernant la drogue. Il me fallait de quoi assommer un petit paquet de monde, je voulais me constituer une bonne petite réserve pour les jours à venir. Après tout, si je ne pouvais pas reproduire le côté mort des macchabées, j’étais assez conciliant pour me satisfaire d’un état de conscience similaire à celui d’un rocher de la part de n’importe quel ivrogne ou drogué que je pouvais appâter. Décidément, cette partie silencieuse et sanglante du sexe me manquait terriblement. A cette idée, ma gorge s’asséchait et se nouait tandis qu’une autre parcelle de mon anatomie semblait plus réceptive à  l’idée d’une partie de jambe en l’air violente et, bien évidemment, non consenti pour un partenaire.


« Une petite boisson ne me fera pas de mal. » Me murmurais-je.


Un breuvage magique pourrait sûrement étancher ma soif, un peu d’alcool pourquoi pas ? Je me résolus à éviter d’en abuser et les soucis furent réglés. Malheureusement, je n’avais pas prévu la suite des évènements. Je me situais non loin du cœur de la mégalopole technologique de ce monde virtuel, je vagabondais dans les petites ruelles alentours, à la recherche d’une quelconque personne apte à me fournir les renseignements que je cherchais. Après tout, c’est dans le noir qu’on trouve les plus sombres desseins, c’est normal que ce soit là aussi qu’on y trouve les êtres les plus viles d’un quartier. Ne nous cachons rien, c’est un dealer que j’étais venu chercher. J’avais une coquette somme d’argent sur moi dont une infime partie seulement provenait de mon boulot au fameux moulin rouge. L’autre partie venait de passant que j’avais dépouillé, discrètement ou non, de leur monnaie. Pour revenir à notre scène, voyons comme je me baladais discrètement, de ruelle étroite en ruelle encore plus réduite, en observant les lieux. La ville avait beau être le berceau d’une technologie avant-gardiste, il n’en restait pas moins que les minuscules allées de cette ville ressemblait à n’importe quel coin pourri : Grande citée ou non. On y retrouvait les mêmes animaux errants, les mêmes poubelles débordantes et les mêmes graffitis de gamins. La réalité avait-elle dépassé la fiction ? Un grand problème dans ce monde, et si le fait de ramener une société dans un nouveau monde avait recréé la même société qu’auparavant ? On retrouvait toujours les castes sociales, les interdits étaient, dans l’ensemble, similaires et on voyait bien que les objectifs de tout-un-chacun n’avaient pas réellement progressé. Pouvoir. Amour. Célébrité. On demandait tout pareil, mais à force de vouloir, on finit par obtenir, et c’est bien le problème d’Euphemia. Il faut voir plus grand, voir ces terres comme ce qu’elles sont : Une forme de liberté. Tout en philosophant sur la condition humaine dans ce monde virtuel, j’en profitais pour réfléchir à une nouvelle mélodie. J’avais embarqué mon violon et mon archet avec moi pour me divertir si le temps se faisait long et infructueux. Je tapotais avec mes doigts sur le haut de ma cuisse, simulant une musique encore inédite. Fort heureusement, l’instrument que je portais à bout de bras n’était en rien un fardeau, il servait, en plus de faire de la musique, à ne pas éveiller les soupçons ; Le violon pouvait servir de faux miniature, une encoche suffisamment grande pour accueillir une tête se trouvait de chaque côté de l’objet, et ses bords tranchants pouvaient servir de couperet, tout comme l’archet coupant. Évidemment, je me rappelle régulièrement à moi-même que je ne peux pas réellement tuer ici, mais le temps de respawn devrait être suffisant long pour préparer les pires sévices qu’un être normalement constitué peut endurer.


Au bout d’une demi-heure de recherche, voire une heure, j’étais las de continuer. J’allais abandonner. Je ne savais pas que je ne trouverais jamais ce que je cherchais, cependant, j’allais trouver une distraction pour la soirée. Quelques hurlements suffirent. Une demoiselle que je connaissais déjà, j’étais déjà venu dans son bar pour me torcher. Elle fermait et semblait avoir des ennuies. Peut-être voudrait-elle de l’aide ? Ils étaient deux, peut-être trois sur elle. Ce n’était pas des PNJ. Ils devaient donc avoir des facultés eux-aussi. Restons prudent. Je fume déjà un peu, jamais ne sait-on. Ces gros balourds m’ont bien remarqué, cependant, puisqu’on ne s’approche pas, ils ne semblent pas gêner. Je crois qu’elle vient de tomber au sol, je ne la vois plus debout. Je monte sur ma pointe des pieds, comme si cela allait me servir.


« Un petit coup de main ? Tu veux de l’aide peut-être ? Si tu en veux, il faut le dire ! ~ » Dis-je d’un ton faussement inquiet.

« Casse-toi, petit, cherche pas les emmerdes. C’est mon fric qu’elle a. » Rétorqua l’un des odieux personnages sans même que je m’eus adressé à lui.


Décidément, l’impolitesse dépasse toutes les frontières. Les gros lourds n’ont pas dit s’il te plait et Red, cette chère serveuse, ne semble pas satisfait de ta réaction. C’est normal que je ne me mêle pas tout seul des affaires d’autrui, non ? Respectons la vie privée de gens. Bien entendu, je plaisante.


CODE BY SWEETIEBAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 14/07/2013
Localisation : Hope Corporation o/

MessageSujet: Re: לּ Scarlet Mist & Red Flower לּ [PV Redouille La Fripouille ._. ]   Mer 28 Aoû - 22:43


Red n'aimait pas rentrer tard. Je la connaissais. Elle avait le don pour s'imaginer les pires éventualités plongée dans le noir. Et pendant que la nuit tombait très vite, car client après client le temps passait rapidement et le jour avec; Red commençait à s’approprier le rythme cardiaque d'une petite souris.
Lors du coucher de soleil, diverses couleurs pastelles avaient fusé par la vitrine et s'étaient plaquées contre les murs gris-vert de la brasserie. Ça la calmait, la rassurait. Mais maintenant que les couleurs chaudes s'étaient évanouie, loin de tout. L'obscurité régnait. Ainsi qu'une atmosphère froide et sombre. De quoi la faire trembler pour de bon.
Elle avait beau avoir l'habitude de rentrer la nuit tombée. La boule au ventre était là. Semble-t-il, pas prête à la lâcher.
Alors que les clients repartaient à l'approche de 23h. Et que la serveuse ramenait les quelques verres et assiettes vides derrière le comptoir pendant que les robots nettoyaient les tables avec un brio qu'elle ne s'imaginera jamais, Red constata un problème à la table du fond. Encore un ivrogne, pensa-t-elle. C'est triste, il n'avait pas une tête de mauvais bougre. Un blond au yeux gris, tête carrée. Gueule d'ange, comme certains aiment bien les appeler. Red l'avait vu commander comme un assoiffé. Le problème avec ses gens là, parfois, c'est quand ils ne s'assoit pas sur les tabourets du bar, mais sur les tables, plus loin. Et dans ce cas le montant est toujours plus volumineux que ce qu'ils s'étaient fixé au départ; car le barman n'est pas là pour garder l'ivrogne éveillé jusqu'au paiement. Un nouvel alcoolique donc. Ça n'allait pas être une partie de plaisir.
La serveuse prit tranquillement le temps de déposer son plateau pour profiter du temps de calme qui lui était compté. Par la suite, elle se dirigea vers son client, son sourire commerciale aux lèvres. "Je peux vous aider monsieur ?" L'homme cracha haineusement qu'il avait commandé deux bières et un whisky et que ça y est on lui sortait une facture faramineuse. Red trouva le robot prêt d'elle, il ne voulait qu'une chose, que l'ivrogne paye et s'en aille. La jeune fille prit d'une main délicate le billet que tenait son collègue et le lu. En sachant malheureusement déjà ce qu'il indiquait. Elle en croisait deux par semaines des gens comme ça.
"La facture ne présente pas de bug monsieur, je suis navrée". Le client la regarda d'un air mauvais. La somme était large, Red pourrait peut être lui prévoir un prêt en prenant son numéro et son identifiant. Mais l'homme sorti une liasse de billet comme jamais elle n'en avait vu. Red écarquilla les yeux pendant que le robot, sobre et totalement indifférent, prit l'argent, compta le montant et lui rendu la monnaie bien minime. L'homme reparti le visage sombre de la brasserie sans ajouter un mot.
Victoire, se cria-t-elle intérieurement. Le bar n'avait plus de clients. Pourtant son enthousiasme retomba aussi vite qu'il était venu quand elle repensa au trajet qu'elle devait faire pour rentrer chez elle. Les bras ballants, Red retira son tablier, prit les clés de la brasserie et son sac, éteint les robots puis déposa son habit de travail sur le porte manteau et referma la brasserie.
Dehors, les lampadaires embrasait le ciel noir. Pas d'étoiles. La nuit à Hope, on ne pouvait bien les voir que dans les ruines. Bien sûr, Red ne se serait jamais aventurée là bas. Elle était bien trop prudente. Et c'était tout à son honneur. Elle avait juste entendu un brin de conversation entre clients au bar. Ah ! Elle n'avait rien à envier aux espions. Elle en savait peut être même plus qu'eux !
Red descendit les marches de l'entrée une par une. Un courant d'air frais la fit frissonner. Et comme pour installer une ambiance lugubre, le bruissement des arbres s'actionna dans le sifflement le vent. Une sinistre mélodie, pensa-t-elle en oubliant ce à quoi elle était entrain de penser. L'ombre frappa à cet instant.
Red s'apprêtait courageusement à franchir le quartier et retrouver son appartement lorsqu'elle distingua  quelque chose dans le noir d'une ruelle adjacente. Son cœur tambourina contre sa poitrine. C'était cet homme gueule d'ange. Le regard baissé il s'avança. Elle distingua  deux autres personnages à ses côtés. Pourquoi se dirigeraient-ils vers elle ? La jeune fille prise de suffocation commençait à étouffer. Ne pas montrer sa peur. Elle avait vu ça dans un reportage animalier.
La jeune fille inspira fortement. Naturellement un bâillement suit. D'un air tranquille la jeune fille snoba le groupe et marcha en direction de son appartement. Ça ne pouvait pas arriver à elle ces bagarre en pleine rue. Ce n'est pas une fille à problème. Mais elle n'eut pas le temps de rejoindre la rue suivante qu'on attrapa son poignet. Petit poignet. Fragile. Longeant une main faible et froide à cause du vent. Son cœur rata un battement. Tout son corps s'était arrêté d'un coup. Les mains de cet homme blond. Elle s'en souvenait. Elles étaient larges, complétées par de gros doigts. Des mains dont elle sentait la force écrasante et la chaleur qui frôlait la brûlure sur sa peau claire. Le visage terrifié, Red tourna la tête pour croiser le regard de l'importun qui l'avait empêché de partir. De grand yeux gris. Vides de remplis d'une haine qu'elle ne méritait sûrement pas, mais qu'elle subissait en silence. Trop. Red le fixa dépitée. Elle ne comprenait pas. Elle ne comprenait plus rien. Les deux complices approchèrent à pas lents et pleins de mauvaises intentions.
Les yeux de Red s'humidifièrent. Elle commençait à voir flou. Les éclats de lumière des lampadaires se mélangeaient. « Lâchez...moi » articula-t-elle entre deux suffocations qu'engendraient les pleurs. Fuir. Elle ne pouvait pas. Les larmes perlèrent sur ses joues. Red n'était pas une super- héroïne. Elle pleurnichait comme une enfant qui avait fait une bêtise. Et ses rêves de petite fille qui combat les méchants en enchaînant les prises de kung-fu, s'évanouissaient sans bruit.
Premier coup. Tibia. La douleur fusa dans sa jambe comme un serpent de feu. Deuxième coup. Le foie. Aie. Elle se plie en deux hurlant de douleur. Ses larmes redoublèrent. Mon dieu. Pourquoi ? Pourquoi je n'arrive pas à fuir, Pourquoi je n'arrive pas à me relever?
Troisième coup, La souffrance jaillit du dos cette fois ci. La serveuse s'écroula sur le pavé. Les trois hommes se mirent à la marteler de coups de pied. L'un d'eux heurta le côté de son front. Sonnée. Red n'arrivait même pas à s'évanouir. Pitoyable victime qu'elle était.

« Un petit coup de main ? Tu veux de l’aide peut-être ? Si tu en veux, il faut le dire ! ~ »

Red n'avait pas entendu toute la conversation. Elle n'avait aucune envie de faire pitié. Elle n'en aurait jamais envie. Mais aucun choix ne s'y prêtait. Elle ne put que souffler un « s'il vous plaît ...» avant de s'effondrer. Non, elle voulait qu'il partent, pas qu'il l'aide. Elle n'avait de dette à rendre à personne. Tout s'entremêlait dans son esprit. Elle avait les yeux fermés. Elle entendait des cris. Elle ne savait pas si il venait de la même voix qu'elle avait perçue. Ils la gardaient juste éveiller, partiellement.

_______________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
לּ Scarlet Mist & Red Flower לּ [PV Redouille La Fripouille ._. ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shut up flower boy band ! (K-drama)
» ~ Png "Flower Crown" ♥ ~
» Version 46 : Black Flower (inspi' Shaynee)
» vos montages,vos trucages,
» Scarlet's LDD factory. ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Hope Corporation :: Le centre ville-