AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 Ranger - No Mountain Is Too High
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité




MessageSujet: Ranger - No Mountain Is Too High   Jeu 22 Aoû - 14:16


❝Ranger


✗ Comment tu t’appelais ?
Marianne Damon
✗ Tu as choisi quel pseudo ?
Ranger
✗ Tu as quel âge en fait ?
22 ans partout
✗ Tu viens d'où ?
Nouvelle-Zélande
✗ Tu veux aller sur quel île ?
Holy Sword
✗ Tu fais quoi dans la vie ?
Garde forestier de montagne, elle s’occupe de la préservation de la faune et la flore locale, encadre les randonnées, secourt les aventuriers perdus. C’est la seule chose qu’elle sache faire.
✗ T'es un super-héros ?
Métamorphose en "fantail", "queue éventail" comme ils l’appellent chez eux, ou rhipidure à collier. Un oiseau typiquement néozélandais, l’oiseau des randonneurs. Elle aurait pu choisir un don plus utile pour contrôler la montagne, mais ça aurait été lui enlever toute sa dangerosité. Le fantail lui rappelle chez elle : il est mignon, petit, ne reste jamais en place, agile. Et comme ça, elle peut voler à sa guise à travers tout Euphemia, incognito.

» Mémorisation Physique.



    ✗ La couleur de tes yeux de biche ?
    Ranger a les yeux noisettes, plutôt banal. On y trouve pourtant une profondeur qui rend difficile de détourner le regard.
    ✗ Et celle de tes cheveux au vent ?
    Châtain, elle les porte long, la plupart du temps en queue de cheval. Elle les laisse détacher pour se rendre un peu plus féminine.
    ✗ Tu sens la rose ou tu pues le yack ?
    Ranger est toujours par monts et par vaux, à courir, à grimper. Elle ne transpire pas beaucoup heureusement, mais elle est rarement d’une propreté immaculée. Des feuilles dans les cheveux, de la boue sur les genoux…Elle sent la nature sous la pluie, l’herbe coupée, les edelweiss.  
    ✗ Taille & Poids ?
    1m68 pour 55 kg. Ranger n’est pas une brindille. Elle a des formes : des hanches larges, de la poitrine, des bras musclés. Elle n’a rien de la demoiselle en détresse, mais reste très féminine pour autant. C’est une femme de caractère, on le voit dans sa carrure.
    ✗ Signe distinctif ?
    Des cicatrices, elles en a plein. Surtout sur les genoux et les mains. L’escalade, c’est pas de tout repos. La pire de toute est cependant sur sa jambe droite : le jeu a rematérialisé le moignon qui lui manquait, mais la démarcation est bien visible sous la forme d’une ligne rosâtre qui fait tout le tour de sa cuisse.



» Analyse cérébrale.



    ✗ On n'est pas parfait hein ?
    Ranger a le sang chaud, elle en vient vite aux mains et elle n’hésite pas à frapper en-dessous de la ceinture. En grande féministe, elle frappera encore plus fort si vous avez des scrupules à répliquer. Elle est impétueuse, n’a que faire du danger. C’est l’adrénaline qui la fait vibrer, les sensations fortes. Elle n’est pas forcément très gracieuse et peut avoir un langage très coloré. C’est une vraie tête de mule quand elle veut et elle est impitoyable quand il s’agit d’atteindre ses buts. Elle croule cependant sous la culpabilité bien qu'elle n’en parle jamais et fait tout pour le cacher. C’est son jardin secret.
    ✗ Mais on gère la fougère ?
    Ranger est courageuse, elle ne recule devant rien. Enfin si, elle a reculé une fois, et elle s’en mort cruellement les doigts. Elle s’est juré de ne plus jamais commettre la même erreur. Elle est dévouée pour ceux qu’elle aime, prête à tout. Elle est aventureuse Ranger, forte. Malgré son air farouche, elle n’est pas méchante et peut même se révéler très bavarde, après quelques verres. Elle garde bien les secrets, aussi, contrairement à ses congénères. Très franche, si elle pense du mal de quelqu’un, elle ira toujours lui dire en face. Elle a horreur des coups bas.
    ✗ Tu préfères les garçons, les filles, les deux, les chatons ?
    Elle aime plutôt les hommes
    ✗ Moi j'ai un rêveuuuh ?
    Venger Jude, se racheter, pour qu’il repose en paix.
    ✗ T'as peur de quelque chose ?
    Ranger n’a pas peur de grand-chose : les insectes, elles les écrasent sans broncher ; le vide, elle le défie depuis qu’elle sait marcher… Elle a plus peur de l’invalidité que de la mort. Mais l’expérience lui a montré que ce qu’elle craint plus que tout, c’est la mort d’un proche.
    ✗ Quels sont tes goûts ?
    Elle aime la montagne, ses pentes escarpées, ses neiges éternelles, ses paysages, ses défis. Malgré tout ce qu’elle a vécu, elle l’aime toujours autant. Ses chemins sont maintenant pavés de mélancolie mais elle ne peut s’empêcher d’y retourner. Elle adore le danger. Ranger hait les femmes faibles et fragiles. Les niaiseries, le romantisme à outrance. Les filles princesses. Et elle déteste les hommes qui la traitent comme tel.
    ✗ Signe distinctif ?
    A part sa culpabilité, rien à signaler.



» Chargement du jeu.



    ✗ On a tous un passé :

    « Si jamais il m’arrive quelque chose…que je finis comme lui, tu m’aideras à mourir ? »

    Elle ne répondit pas tout de suite, le regard fixé sur le reste des cendres de leur père, pas encore emportées par le vent. Il reposait en paix maintenant, dans sa montagne, comme il l’avait voulu. Les derniers mois de sa vie avait été un calvaire, pas tant pour lui que pour eux. C’était horrible à dire, mais elle était presque soulagée qu’il soit mort. Son AVC lui avait fait perdre toute autonomie et la vision de cet homme, autrefois bon vivant, aventureux et actif, réduit à l’état de légume lui était insoutenable. Elle savait que Jude pensait la même chose.

    Elle lui prit la main, embrassa ses phalanges et plongea ses yeux dans les siens. Ils n’avaient pas pleuré mais elle lisait partout sur son visage les signes du chagrin.

    « Je te le promets. Tu ferais pareille pour moi, hein ? »

    Il l’enlaça pour toute réponse et ils restèrent ainsi un moment. La nuit allait tombée dans quelques heures, les poussant à rebrousser chemin. Ils savaient mieux que d’essayer d’arpenter la montagne dans le noir, même s’ils connaissaient le chemin par cœur. Un chemin loin des sentiers de randonnées, qu’ils avaient tracé eux-mêmes à force d’escapades. Leur père leur avait transmis l’amour de la marche, de l’escalade et de l’alpinisme : les Alpes du Sud étaient leur domaine, ils en avaient gravi chaque sommet. Guides de randonnées et d’alpinisme l’été, loueurs de skis l’hiver, c’était le gagne-pain de leur famille et Marianne ne se voyait rien faire d’autre. Nulle part ailleurs. La montagne les nourrissait.


    C’est cette même montagne qui décida de tout leur reprendre, deux années plus tard. Elle les accueillit dans ses bras dans un bruit tonitruant d’éboulis. Mais la roche du Mont Magellan ne serait pas leur bière.

    Marianne mit deux semaines à sortir du coma. Elle trouva à son réveil sa mère, sa demi-sœur. Elle ne trouva ni son frère, ni sa jambe droite. Au milieu des larmes, elle finit par apprendre que Jude avait lui aussi survécu. Elle n’en sut pas plus avant de pouvoir se rendre elle-même à son chevet, dans son fauteuil roulant.

    Les larmes qu’elle avait versées pour sa jambe perdue n’étaient rien par rapport aux torrents qui s’échappèrent de ses yeux. Il ne restait plus rien à Jude, juste le bras gauche. Ses côtes étaient brisées, il avait perdu un rein, un poumon perforé. La tête horriblement bandée. Elle entendit en bruit de fond sa mère lui parler du syndrome de l’écrasement : « Ils étaient obligés de couper, il serait mort sinon. Tu serais morte aussi. ». Cela ne calma pas ses pleurs.

    « Et à la tête ? Qu’est-ce qu’il a à la tête ? »

    Sa mère ne sut lui répondre qu’avec des termes vagues et Marianne se résolut donc à attendre le médecin. L’attente lui sembla durer des heures et fut ponctuer par les incessants « Je le savais que c’était dangereux, je l’avais dit à ton père. Je n’aurais jamais dû renoncer à votre garde. Si seulement… ». Elle finit par lui hurler de laisser son père en dehors de ça et sa mère se tut. Elle se taisait toujours. Leur relation marchait comme ça. Marianne n’avait jamais digéré l’infidélité de sa mère et elle en supportait bien assez mal le fruit : Jenny, quatorze printemps. Jude avait cependant réussi à la traiter comme une sœur, malgré son désamour envers leur mère. Il avait toujours été le meilleur d’entre eux.

    Quand le médecin arriva enfin, tout ce qu’elle comprit de son charabia médical fut : cortex cérébral endommagé, probablement irréversible, impossible d’évaluer les dégâts avant qu’il ne se réveille. S’il se réveillait.

    Il ne fallait pas qu’il se réveille. Elle devait l’empêcher de voir ça. Elle lui avait promis. Une bulle d’air dans sa perfusion, on en parle plus. Mais Marianne n’arrivait pas à en trouver le courage. Il pouvait peut-être vivre comme ça, avec des prothèses. Peut-être qu’il allait se réveiller demain, qu’il irait bien et qu’ils pourraient reprendre un semblant de vie, ensemble. Elle se dit qu’elle pouvait bien attendre quelques jours avant de le tuer.

    Quelques jours devinrent quelques semaines et bientôt un mois s’était écoulé sans qu’elle ne trouve le courage de le faire. Elle fit l’erreur d’annoncer son intention à Jenny qui courut le rapporter à sa mère et, ensemble, elles l’en dissuadèrent à nouveau. Il restait encore un long mois avant qu’elle ne puisse sortir de l’hôpital. S’il ne s’était pas réveillé d’ici là, elle le ferait.

    A deux semaines de la date fatidique, Euphemia faisait la une des informations. Tous les journaux ne parlaient plus que de ça, de ce monde virtuel et de toutes les vies qu’il avait volées. Marianne n’avait pas reçu de SMS, qu’importe. Il lui fallait deux casques.

    Elle vendit leur magasin et leur chalet pour les acquérir, ils n’en auraient plus besoin. C’était un allé-simple après tout. Elle mit trois semaines pour recevoir le premier et s’empressa de l’installer sur la tête de Jude. Elle lui embrassa la tempe.

    « Pars devant. Je te rejoins bientôt. »

    Quand sa mère l’apprit, elles en vinrent aux mains. Jenny versait toutes les larmes de son corps à côté et c’est finalement deux infirmières qui durent les séparer. Elles ne se revirent plus et l’accès à la chambre de Jude –du corps de Jude –lui fut interdit.

    C’est avec soulagement que Marianne devint Ranger, trois semaines plus tard. Elle n’hésita pas longtemps pour choisir son île. Elle voulait rejoindre Jude et il ne pouvait être allé qu’à Holy Sword. N’ayant aucune idée du pseudo qu’il avait pu prendre, elle se résigna à explorer la montagne de font en comble. Après deux semaines de rien, elle agrandit la zone de recherche. Après un mois, elle essaya d’autres îles. Après un mois et demi, elle commença à s’inquiéter. Elle finit par apprendre l’existence de la bibliothèque de la Maison Hanté et s’y aventura, faisant fit du supposé danger. Elle passa des heures à la recherche du bon livre mais elle persévéra.

    L’historique de tous les joueurs, trié par ordre alphabétique avec leurs noms réels.

    Jude Damon



      Pseudo : None
      Avatar bloqué à la Mairie pendant 14 jours. Glitch dû au mauvais calibrage du casque. Connexion aux réseaux neuronaux impossible. Cortex endommagé. Code Error 4559LB4.
      Problème résolu : Avatar supprimé par Father.



    Elle dut relire plusieurs fois pour comprendre toute l’ampleur de la révélation. Elle s’écroula au sol, s’étouffant aux milieux de ses cris de douleurs. Jude, son Jude, son ainé, son grand-frère. Un glitch. Supprimé.

    Il était resté bloqué quatorze jours. Quatorze jours d’agonie, sans pouvoir bouger, dans un monde inconnu. Pour être éliminé comme un banal problème informatique. Seul. Elle lui avait promis qu’elle le ferait. Mais elle avait été lâche, si lâche ! Et maintenant, Jude était parti, par les mains de Father, de la pire des manières. Elle repensa à son corps qu’elle avait abandonné dans le monde réel, aux griffes de l’acharnement thérapeutique de sa mère, des médecins et des médias, pour ramener un être qui n’existait plus.

    Ranger s’en voulait. Et elle était condamnée à vivre, pour toujours, avec son échec sur la conscience. Tout son être se révoltait. Surement y aurait-il eu un autre moyen que de le supprimer. Les Game Masters avaient tout simplement voulu camoufler une faille de leur jeu. Elle allait leur faire payer. Elle avait tout le temps du monde pour ça, apparemment.



» Toi le geek.



    NOM/PSEUDO : Violeur de grand-mère
    AGE : 56 ans
    JEU VIDÉO FAVORI : Léa Passion Mariage de Rêve
    FILM FAVORI : Twilight et Never Say Never (JUSTIIIIN ♥)
    MANGA/SÉRIE FAVORITE : Lucile l'amour et Rock'n Roll, Hélène et les Garçons et les Télétubbies
    COMMENT T'AS DÉCOUVERT LE FORUM ? : c'est un adorateur de Cthulhu qui me l'a conseillé
    T'ES UN OUF DANS TA TÊTE ? : Nan
    MANGER OU BOIRE ? : CHAUSETTE
    JE TE SAOULE AVEC MES QUESTIONS ? : Oui
    UNE DERNIÈRE ALORS, C'EST QUOI LE CODE ? :



Dernière édition par Ranger le Sam 24 Aoû - 18:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Father


Fondateur
Fondateur

avatar

Messages : 1054
Date d'inscription : 06/07/2013
Localisation : Dans sa chambre trop d4rk.

MessageSujet: Re: Ranger - No Mountain Is Too High   Ven 23 Aoû - 23:46

Toi.
Je te hais.
Ta fiche est longue.
Je te maudis ok?

Mais ton histoire est so class donc je te pardonne. (bon choix de musique 8D)
Par contre, on en avait parlé du bug informatique mais OMFG c'est juste horrible quoi !
... Je suis monstrueux j'aime ça.

Allez je te valide ! Bienvenue à nouveau oh charmante belieber (AU BÛCHER!) ... tu connais le chemin ~


_______________

cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ranger - No Mountain Is Too High
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» pick-up (Ford Ranger Double Cabine XLT Limited 2.5 TDCi)
» Salon de Sydney 2010 : Ford Ranger 2012
» Dream High (K-DRAMA)
» Typographie high-tech
» Vous êtes cordialement inviter à lire ma présentation.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP ; :: Les archives :: Fiches des anciens membres-