AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lullaby


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 03/08/2013

MessageSujet: « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥   Jeu 22 Aoû - 2:03


« Douce symphonie, soleil + eau = bonheur. »
Caïn & Lullaby

Dévoilé au grand jour, le soleil subsistait aux alentours d'un après-midi d'été. Dans les rues d'Holy Sword, le monde séjournait une vie paisible et calme. Rien ne semblait préoccuper les esprits, tout semblait normal et aucun nuage ne jouerait les troubles fêtes aujourd'hui. Quant à toi, la jeune poupée aux airs de glace tu marchais, laissant les sentiments gourmands et fiévreux des passants remplir ton cœur d'un peu de lumière qui pourrait le réchauffer avec douceur. Un sourire te berçait tendrement ; cela faisait longtemps que tu n'avais pas ressentit une telle extase. Tu pouvais enfin toucher le bonheur des gens du bout des doigts. Certes, ces émotions ne t'appartenaient, tu n'avais aucune propriété dessus... mais tu les chérissait comme si elles étaient tiennesl. Arg, Lulla que tu devenais niaise. Tu laissais un léger rire t'échapper, qu'importe après tout. Aujourd'hui, le monde se portait bien alors tu pouvais te montrer sous ton meilleur jour. Enfin, à ta manière bien sûr. Tu n'étais jamais sous ton meilleur jour, tu laissais seulement le temps défiler tout en te faisant discrète, marchant sur la pointe des pied. Comme ça, tu ne te faisais jamais remarquer. Ou presque ? Tu savais que tu détenais quelques charmes, tu les utilisaient bien sûr de temps en temps afin de trouver refuge pour une nuit ; que ce soit dans les bras d'un homme ou d'une femme d'ailleurs. La vie était devenue un jeu, alors pourquoi renierais tu cette vérité? Tu étais libre de tes choix désormais, tu étais majeure et vaccinée, tu ne devais rien à personne. Aucune dette à payer. Tu n'étais pas un oiseau en cage, tu t'envolais de tes propres ailes. Tu pouvais tracer ton propre chemin. T'étais une femme libre, c'était ton destin. Un autre sourire. Tu te sentais bien, vraiment bien. De tes cheveux blonds, teintés par les rayons lumineux, tu vagabondais par ci, par là afin de trouver un endroit secret, rien qu'à toi. Tu voulais respirer, fumer en toute tranquillité. T'avais dessiné le début de ton plan, l'oiseau trouverait son nid, c'est certain.

Une heure plus tard, tu t'étais décidée à partir loin du monde et de la société. Tu t'étais résignée à finalement trouver cet endroit paisible près de la montagne où tu voulais depuis longtemps t'aventurer. Marchant à travers un chemin de terre, tu approchais de ton but. Durant ton périple, quelques PNG avaient parlés de ce lac étincelant pas loin d'ici. Un havre de paix pour toute âme qui ne demandait qu'un peu de fraîcheur et de tranquillité. C'était exactement ce que tu recherchais ! Tu commençais à courir alors, apercevant devant toi la forêt de pins qui barrait la vue du lac. Et, enfin après une bonne course tu arrivais, essoufflée devant ce paysage sortit d'un conte fée. Tes yeux étaient ébahit par la pureté de l'eau scintillante qui se reflétaient à travers le miroir du soleil. C'était magique, tu étais amplement satisfaite. Heureuse, tu retombais en enfance. Tu n'avais jamais ressentit cette allégresse auparavant. Divin. Et le meilleur dans tout ça, c'est qu'il n'y avait pas un chat, absolument personne ne s'était aventuré ici pour admirer ce spectacle. Vraiment, ils n'étaient pas ingénieux. Mais toi, tu avais droit à ce cadeau. Tu allais profiter de l'eau claire, après tout, il faisait si chaud. Tu avançais vers l'étendu d'eau, enlevant tes chaussures ainsi que ton tee-shirt et ton short. Tu les laissait glisser le long de tes jambes et finalement, tu resterais en sous-vêtement. Tu voulais nager, profiter de la fraîcheur de l'eau. Après tout, il n'y avait personne. Tu pouvais bien te laisser aller pendant quelques minutes non ? Tu ne pris pas la peine d'avancer délicatement, tu courrais à l'eau, plongeant ton corps fragile dans ce délicieux liquide transparent. Que c'était bon !

Tu ne sortirais jamais de cet endroit. Tu allais construire une maison ici et tu vivrais avec les animaux de la forêt comme Blanche-Neige ! Tu ris rien qu'à cette pensée et te laissait bercer par le silence du paysage.

« Magnifique. »




© fiche créée par ell



_______________
Les avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥   Dim 25 Aoû - 19:27

Haine d'amour
© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
Feat Lullaby



Ils sont là. Ils t'entourent, leurs yeux perçants te fixant, leurs sourires te déchirant. Ils sont fous, ils sont fous! Ils ont le crâne recouvert d'une capuche qui cache leurs visages. Pourtant tu sais de qui il s'agit. Tu le sens. Ils s'approchent. Non non, tu ne veux pas qu'ils te touchent! Fuis, fuis, fuis mon ange! Tu cours. Il fait noir, si noir. Tu ne vois rien. Pourtant tu avances, tu cours, ignorant où tu te rends, cherchant la lumière dans ce sombre tunnel. Ils sont là, derrière toi. Ils rigolent, connaissent l'issu de cette course folle. Pourtant tu continues à avancer, car tu as toujours en toi l'espoir. Tu cours, cours, cours, ils sont là, autour de toi, ils t'escortent, ils te soutiennent. « Laissez moi! » tu leur hurles. Rien à faire ils sont là, à te poursuivre, à te hurler tes torts, à hurler ton nom. Tu es hors d'haleine. C'est ton jugement dernier, c'est le cri de tes remords. Ils hurlent ton nom. Ils te hurlent de les rejoindre, de te faire pardonner. Tu as été pêcheur Théodore , tu resteras pêcheur!

(vous pouvez arrêter la musique ici ♥ )

- NON!

Ton cri résonne dans ta chambre. Ton cœur palpite, ta respiration est saccadée. Mais il n'y a rien, aucune ombre, aucune haine, aucun bruit à part ton souffle qui court sur ta peau. Ton souffle court et bruyant, comme si tu avais en effet couru. Tu passes ta main sur ton faciès, essuyant par la même occasion des gouttes de sueur qui avaient perlé dessus. Tu tentes de te ressaisir, de te rassurer. Un cauchemar, ce n'était qu'un cauchemar. Un cauchemar comme tous ceux que tu affrontes depuis si longtemps. Tu reprends un air normal, ton air assuré et légèrement hautain. Mais tout n'est que chimère. Ce n'est qu'un cauchemar de plus, un cauchemar effrayant, un cauchemar terrible. C'est un de ces cauchemars que tu as déjà eu et que tu auras encore par la suite, un de ces cauchemars répétitifs qui ne s'arrêteront jamais. Mais les cauchemars peuvent-ils s'arrêter, peuvent-ils enfin te laisser dormir en paix? Tu en doutes, jamais la nuit ne sera pour toi du repos. Ton rêve à toi serait d'avoir une nuit noire, sans rêves ni cauchemars, une nuit reposante dont tu ne te réveilleras pas en pleine nuit, qui ne te feras pas devenir phobique du sommeil . C'est la troisième fois que tu te réveilles cette nuit. Cette fois-ci, heureusement, il fait jour, bien que le soleil soit encore timide. Tu te lèves. Si tu avais choisi l'île la plus tranquille, ton esprit n'en était pas apaisé pour autant. Ils avaient prononcé ton nom. Ça n'était encore jamais arrivé, même en rêve. Cela faisait tellement longtemps que tu ne l'avais pas entendu. C'est les souvenirs, les souvenirs qui te rongent, qui te hantent, qui te collent encore même dans ce monde si loin de la réalité.

Tu te lèves. Ne reste pas enfermé sur toi même. Tu vis, comme d'habitude. Tu dois passer outre ces cauchemars. Tu ouvres les rideaux, la lumière vient soudainement percer sur ton corps. Tu n'as pas de tee-shirt et seul la pudeur te retient d'enlever ton pantalon. Tes nuits te laissent toujours trempé. Tu vas te laver et t'habille. À mesure que le temps passe tu sens ton souffle plus léger, plus régulier. Ton repos à toi, c'est l'éveil. La nuit n'est pour toi qu'un fantasme, une chimère qui te coince à chaque instant d'inertie. Tu sors, sors vite. Tu ne peux regarder ton reflet dans un miroir, tu veux juste oublier. Oublier ce cauchemar, oublier ton passé. Tu regardes autour de toi, cette foule, ces bruits. Tu souris. Tu es loin de ce cauchemar, tout a une fin. Pourtant, tu as encore des frissons. Ce cauchemar était plus ténu que les autres. Tu décides d'aller te calmer au lac, peut-être même de t'y baigner. Cette surface plane te rendait calme et apaisait tes nerfs. Tu étais à vif et tu voulais changer d'air. Tu escalades sans difficultés la montagne et arrive enfin au lac. L'eau turquoise te fait sourire. Tu redescends quand tu vois la silhouette d'une personne que tu connais bien.

-Magnifique, murmure-t-elle.

Tu souris. Sans le savoir elle te tendait une perche.

- Wahoo, je ne pensais pas que tu me ferais un tel compliment.

Revenir en haut Aller en bas
Lullaby


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 03/08/2013

MessageSujet: Re: « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥   Lun 26 Aoû - 19:53


« L'emmerdeur de service est là! »
Caïn & Lullaby

Les gouttes d'eau ruisselaient doucement sur ta peau pâle. Tu nageais dans le bonheur, c'était un délice, une extase. Cet endroit allait sans doute devenir ton petit monde, rien qu'à toi. Tu entendais le chant de la forêt de murmurer à l'oreille, le chant des oiseaux qui fredonnait leur mélodies apaisantes. Tu étais relaxée, tu n'avais jamais été dans un tel état avant de venir ici. Là, maintenant, tu avais les idées claires, il n'y avait personne, tes sentiments étaient bels et bien les tiens, tu ne ressentais que ce que tu voulais ressentir. C'était exquis, une chance qui ne se reproduirait que rarement. Profites de l’instant. Quelques secondes s'écoulèrent, tout était si merveilleux et...

- Wahoo, je ne pensais pas que tu me ferais un tel compliment.

Arg ! Ton corps se crispe, tu sursautes avant de relever la tête. Tu reconnaissais cette voix, non pas lui ! Qu'est-ce qu'il fout là ? Il venait te faire chier, là, maintenant ? Tu tombais à la renverse, surprise par toute cette nouvelle agitation. Oui, il était une agitation à lui seul. La tête sous l'eau, tu mis quelques secondes à t'extirper, trempée et en sous vêtements...
Boah, t'en avais rien à foutre tu n'étais absolument pas pudique. Tu posais agressivement une main sur ta hanche, fixant l’intrus qui avait osé détruire ce paysage paisible. Bien sûr, tu savais qu'entre vous c'était une guerre amicale, mais tu ne pouvais pas t'empêcher d'être violente et agressive en sa présence. Enfin, ça ne changeait pas trop de d'habitude. Disons qu'avec Caïn, c'était plus « aimant » qu'avec les autres mecs. Tu plaisantais... la plupart du temps. Mais là, tu étais sur les nerfs, dommage pour lui.

« Qu'est-ce que tu viens foutre ici ? Tu me matais c'est ça ? Sale vicieux. »

Au grand mot, les grands moyens. Tu te doutais un peu de ce qu'il allait répliquer, mais bon. T'étais si tranquille ici, pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi ?! Tu te rapprochas de la rive,  laissant de fines gouttelettes descendre le long de tes courbes. Finalement, tu lui envoyas de l'eau en plein visage à l'aide tes jambes, puis tu te mis à rire. Sale peste.

« Tiens, c'est ta punition pour être un pervers. »

Buh, ça lui apprendra.


© fiche créée par ell



_______________
Les avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥   Mar 27 Aoû - 11:15

Haine d'amour
© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
Feat Lullaby



Les douces plaintes de la demoiselle montent déjà à tes oreilles, de cette douce voix qu'est la sienne. Cependant, sans même avoir ton don, on pouvait voir que ta présence la dérangeait: sa peau blanche se crispait, son visage émet une grimace. Toi, tout au contraire, on pouvait distinguer sur tes lèvres un sourire, un de ces sourires que tu émets quand tu es amusé, un de ces sourires que tu donnes seulement à ceux que tu apprécies. Ou à ceux qui te font vraiment chier, ça dépendait. Tu t'assois dans l'herbe verte, les jambes tendues devant toi, tes bras retenant ton buste de tomber. Tu étais détendu. Ton cauchemar ne résidait plus que dans un coin de ta tête, seules tes cernes et ton teint de cire permettaient de distinguer que tu avais mal dormi. Seulement, tu avais toujours cette apparence. Les gens finissaient par croire que c'était ton apparence naturelle. C'était un peu pour ça que tu craignais un peu les gens comme Lullaby. Si tu ne cachais pas tes sentiments, si tu ne les enfouissais pas pour ne laisser ressortir que ceux que tu voulais faire ressortir, elle les ressentait. Mais en sa compagnie, il n'y avait que l'amusement, teinté d'un sentiment victorieux. Peut-être le sentait-elle. Peut-être pas.

- Qu'est-ce que tu viens foutre ici ? Tu me matais c'est ça ? Sale vicieux.

Tu ne peux pas te retenir. Tu éclates de rire. Un rire guttural, moqueur, qui n'avait l'habitude de sortir que quand tu entendais une énorme bêtise. Ce qu'avait dit la jeune fille t'avais achevé, ton rire portait sur tout le lac, puissant, fort, amplifié par l'écho de l'endroit. Tu n'en peux plus. Tu rigoles, rigoles, jusqu'à ce que des larmes coulent sur tes yeux. Ah, cette petite t'amusait bien décidément, même si elle ne le voulait pas, bien entendu.

-Voyons petite, je ne mate que quand il y a substance à mater!

Une nouvelle plainte monte à tes oreilles. Elle était si tranquille aujourd'hui et toi, le méchant que tu étais, tu venais la déranger. Tu souris de nouveau. Décidément oui, elle était drôle. N'était-elle jamais satisfaite de ce qu'elle avait? Probablement pas quand tu étais dans les parages. Elle était devant toi, debout, en sous-vêtements, et ce depuis un petit moment. Sous-vêtements mouillés, précisons. Pourtant, ça ne te faisais rien. Probablement parce que tu ne la voyais pas comme une femme à part entière. Trop virile pour ça. Trop gamine probablement aussi. D'ailleurs, elle te prouve, comme si elle avait entendu tes pensées, ses années d'inexpérience en te balançant quelques gouttes d'eau sur le visage en ajoutant en riant une phrase comme quoi tu étais un pervers, que c'était ta punition, quelque chose comme ça. Tu t'essuies le visage avec ta main en gardant ton sourire et en haussant cette fois-ci un sourcil. C'était une expression propre aux moqueurs.

-Wahoo, ça c'était de l'attaque. Je crois que tu pourrais mettre à terre Chuck Norris avec ça.

Revenir en haut Aller en bas
Lullaby


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 03/08/2013

MessageSujet: Re: « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥   Mar 27 Aoû - 21:04


« Je ne veux pas qu'on me regarde. Pourtant, je veux qu'on me traître comme une femme. »
Caïn & Lullaby

Sympathie. Tu ne pouvais pas le nier, malgré que ce gars fasse partit de l'espèce que tu détestais le plus en ce moment, tu ne pouvais pas t'empêcher de l’apprécier, rien qu'un peu. Sans doute parce qu'il ne te regardait pas comme les autres, comme une proie où un gibier, ni comme un jouet d'ailleurs. Pour lui, t'étais qu'une fille banale, voir une « gamine » comme il aimait t’appeler, même si ce surnom, tu détestais l'entendre. Tu le voyais bien dans ses yeux, être ainsi dénudée ne lui faisait absolument rien et pourtant, beaucoup d'hommes t'aurait sans doute sautée dessus à l'heure qu'il est. Tu ne le comprenais pas vraiment, voir, tu t'étais déjà demandée si il était homo. Après tout, on ne pouvait pas être insensible à tes charmes. Tu étais la princesse de ces contes, tu étais Raiponce d'après les rumeurs. Rire. Ce ne sont que des foutaises, tu n'étais pas aussi sotte qu'elle. On ne reste pas dans une tour sans rien faire, elle ruinait sa vie. Les malédictions sont les pires. Les princesses sont bien trop niaises pour toi. Puis, paroles. Tu te vexais légèrement lorsqu'il te taquina sur le fait de ton apparence physique. Ce n'est pas comme si tu ne possédais aucune forme tout de même. Tu avais de la poitrine, un peu, mais pas trop ainsi que des hanches, fines certes mais gracieuses. Tu étais mince et pâle, ta peau n'avait aucun défaut. Tu es jolie Lulla, tu le savais. Pourtant, il ne le remarquait pas. Pas lui. Il te voyait au travers, c'est ça qui était plaisant et si dérangeant à la fois.

- Wahoo, ça c'était de l'attaque. Je crois que tu pourrais mettre à terre Chuck Norris avec ça.

Plaisanterie. C'est ce qu'il aimait faire, il t'envoyait des piques encore et encore. Tu passas une main dans tes cheveux blonds, indifférente à ses propos. Pourtant, tu l'aurais sûrement frappé si ce n'avait pas été lui. Tu les détestais pour un rien, juste un mot de leur part et tu t'emportais. Pourquoi était tu si changeante avec lui ? Lui faisait tu confiance ? Non, tu n'étais pas assez sotte pour la donner à qui que ce soit, tu n'avais confiance en personne, cependant... peut être que tu le prenais en légère sympathie. Tes jambes s'avancèrent finalement hors de l'eau, tu étais trempée et tu n'avais pas pris la peine de trouver une serviette. Tant pis, tu allais sécher sous le soleil. Tu ne dis rien, ne voulant pas qu'il gagne par tes crises de colère cette fois ci, tu allais le laisser faire, pour le moment.
Tu soupiras, traversant l'herbe qui caressait tes pieds nus avant d'atteindre le tas de vêtement déposé sur le sol. Tu y cherchais tes cigarettes à l'arrière des poches de ton jean, et finalement les ressortis avec un briquet entre les doigts. Tu fixas le rouquin, lui sourit malicieusement, comme si tu allais préparer un sale coup puis tu te posa près de lui, assise sur le sol, une cigarette entre tes lèvres.
C'était si calme ici, mais après tout, un peu de compagnie ne te ferait pas de mal. Finalement, tu sortis ton addiction de ta bouche, et te retournas vers Caïn.

«  Tu es venu pour te baigner toi aussi ?  Dommage, tu ne seras pas tranquille tant que je serais là. T'auras une gamine dans les pattes. »

Tu ne le laisserais pas tranquille, c'était sa sanction pour t'avoir dérangée alors que tu semblait, pour une fois apaisée. Une fumée. Tu frémis, les cauchemars te hantent encore et toujours. Cela faisait quelques jours que tu avais vu ce type à Crimson District, ou encore que tu avais subis l'épisode de la captive avec la jeune gardienne du coin. Tu rencontrais décidément le diable partout. Tu relevas tes yeux rubis vers ceux du jeune garçon. Tu le fixais un instant, c'est vrai qu'il était mignon. Puis tu baissais les yeux, serrant tes jambes contre toi.

«  Dis, c'est vrai que je ressemble à une gamine ? »

Un masque. Tu fis mine de te sentir triste et dépitée, tu jouais juste la comédie, tu étais forte à ce jeu. Le ton que tu venais d'employer était enfantin et désolant. Finalement, des larmes coulèrent sur tes joues, tu pleurais comme si c'était vrai. Illusion. Tu avais envie de voir sa réaction, il ne t'avais jamais vu pleurer. D'ailleurs, personne ne te voyais pleurer. Mais tout cela n'était qu'un tissu de mensonges, tu ne pleurais pas, tu simulais.

«  Je fais pourtant de mon mieux pour être une femme. Tu ne sais pas à quel point c'est difficile d'avoir un caractère comme le mien. J'aimerais tellement être plus douce parfois. Je suis vraiment un garçon manqué. »

Tu ne t'étais bien sûr jamais décrite ainsi, tu étais une femme. Tu te transformais si tu le désirais, il suffisait d'un peu de mascara pour que tout les regards se posent sur toi. Même naturelle tu étais exquise, tu étais joueuse, une sale menteuse. Tu pouvais avoir qui tu voulais si tu le désirais vraiment. Sauf si ce n'était pas un idiot. Comme lui. Ils étaient tous cons, tu ne supportais pas qu'ils te prennent pour un pain de viande et pourtant, tu essayais quand même de le faire vaciller. Non, la question était plutôt : POURQUOI TU NE ME TROUVE PAS ATTIRANTE ? Tu ne savais vraiment pas ce que tu voulais, un coup  tu l'admire pour ça et un autre coup, tu le hais de ne te voir que comme une enfant. Au fond, t'étais vraiment vexée. Tu avais quand même dix neuf ans bong sang ! Tu le regardais toujours avec tristesse, ces larmes qui, coulaient le long de tes joues. Ne serait-elles pas le fruit de tes menteries ?


© fiche créée par ell



_______________
Les avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité




MessageSujet: Re: « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥   Mer 28 Aoû - 22:09

Haine d'amour
© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
Nous sommes tous frères sous la peau, j'aimerais écorcher l'humanité pour le prouver · Feat Lullaby




Elle se saisit de son paquet de cigarette dans la poche arrière de son pantalon et se saisit d'une de ces addictions qu'elle glisse entre ses lèvres. Comme si c'était contagieux, tu ressens soudainement le besoin de fumer toi même, de consommer cette drogue désormais inoffensive dans ce monde virtuel. Ce monde virtuel dans lequel tu étais coincé, duquel tu ne pouvais pas sortir. Ce monde virtuel où les cauchemars te hantaient, excités par les douces suppliques  des voix qui te hantent. Ces voix si parfaitement contrôlées le jour, ces voix qui te surpassaient la nuit. Ces hurlements, ces soupirs, ces murmures, ces prières, ces souhaits qui te déchiraient, qui te collaient et t'envahissaient les nuits. Si entendre ça était un don, c'était aussi une malédiction. De la poche de ton pantalon tu te saisis également d'une de ces drogues en tube, ainsi qu'un briquet et la glisse entre tes lèvres tandis que tu joues avec ton briquet. Souvenir de la vie réelle. La jeune fille enlève soudainement la cigarette de ses lèvres et te dis, un sourire malicieux aux lèvres:

- Tu es venu pour te baigner toi aussi ?  Dommage, tu ne seras pas tranquille tant que je serais là. T'auras une gamine dans les pattes.

Tu hausses un sourcil. Tu fais voler ton briquet, le rattrapant dans sa chute. Tu le suis des yeux, le faux or attirant ton regard. Ça te faisais penser à un petit soleil, un petit soleil qui volait entre tes doigts, un petit soleil que tu maîtrisais, un petit soleil avec lequel tu jouais.

- Tant que tu es là je serais jamais tranquille gamine.

C'est alors qu'elle se recroqueville, comme une enfant le ferait. Elle serre ses jambes contre elle et t'observe. Ses yeux sont grands ouverts, comme si elle souhaitait paraître plus innocente, plus enfantine.

- Dis, c'est vrai que je ressemble à une gamine ?

... Ou pas. Plus féminine peut-être ? Des larmes commencent à perler sur ses joues, transparentes. Tu ne réponds rien allumant enfin la nicotine qui pendait à tes lèvres. Une lumière rouge, un grésillement, de la fumée. Tu te contentes de l'observer, impassible. Pourquoi devenait-elle si sérieuse d'un coup? Elle enchaîne.

-   Je fais pourtant de mon mieux pour être une femme. Tu ne sais pas à quel point c'est difficile d'avoir un caractère comme le mien. J'aimerais tellement être plus douce parfois. Je suis vraiment un garçon manqué.

Tu inspires, tirant sur ta cigarette. Tu sens la drogue pénétrer en toi puis tu la recraches, bien que tu saches qu'une partie de cette drogue reste en toi, réclamant plus tard sa sœur, te poussant à consommer encore plus. Un nuage de fumée. Tu te fiches de savoir si elle est dérangée par la fumée. Elle-même fume. Et son commentaire t'as énervé. Tu ne la regardes pas, ton regard planté dans le vide en face de toi. Tu prends le temps de bien entamer ta cigarette avant de tourner la tête vers elle et de lui répondre, d'un air plus froid.

- Si tu n'es pas satisfaite de ce que tu es alors change.

Mais ce n'est que chimère. Ton commentaire est inutile. Tu sais qu'elle ment, tu sais que ce n'est pas ça le problème. Tu ne connais pas le problème en lui-même pourtant, si elle souhaitait vraiment changer elle l'aurait déjà fait depuis longtemps. Tu n'es pas bête. Au contraire. Tu écrases ta cigarette dans l'herbe. Tu plantes ton regard sombre dans le sien, pourpre.

- Me prends-tu pour un imbécile? Crois-tu que je suis si bête? Si tu ne te satisfaisais pas de ton caractère tu tenterais de changer.

Tu la dévisages, une ombre de sourire s'affiche soudainement sur tes lèvres. Tu hausses un sourcil.

- Et à ce que je vois, ce n'est pas exactement ce que tu fais.

Tu t'allonges dans l'herbe verte, les bras croisés sous ta tête. Tu regardes le ciel, refusant d'écouter ses plaintes qui perçaient ses chimères.

 - Alors, au lieu de me mentir, tu veux me dire quel est ton problème?


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 03/08/2013

MessageSujet: Re: « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥   Jeu 29 Aoû - 0:45


« Changer? Si c'était si simple je l'aurais déjà fait. »
Caïn & Lullaby

Déception. Tu t'en doutais, il n'en croyait pas un mot. Il était bien trop malin pour ça, que c'était agaçant cette partie de lui. Pourquoi arrivait-il à te cerner aussi bien ? Tu es un livre rempli de mystère Lulla, jamais personne ne sait ce que tu allais faire, tes actions sont imprévisibles. On ne sait jamais quant le loup va attaquer. Tu es d'humeur joueuse, tu es vexée, il allait en payer les conséquences. Tu étais toujours prête à te mettre en danger, tu n'en avais que faire des règles, c'était un jeu, toujours un jeu. Tu aimais cette facette de toi, tu ne t'ennuyais jamais avec ça. Du moment qu'on ne te prenait pas de haut, tout allait bien. Sérénité. Tu étais calmée, aucun sentiment fâcheux, pour le moment. Ton caractère ne dépendra que de lui cette fois ci. Il te fait la « morale », te parlant de toi, que si tu voulais changer, tu l'aurais déjà fait. Il se trompe, ce n'était pas une question de ne pas vouloir, tu ne pouvais pas tout simplement. Tu es piégée, à jamais, tu reste tel que tu es car il t'es impossible de changer la personne que tu es. Tes larmes cessent, il avait compris, ça ne servait plus à rien. Tu épies chacun de ses gestes, les répétitions de la fumée, la cigarette qui te montait à la tête. Tu ne ressens rien, absolument rien. Pourquoi ? Toi qui était toujours rempli de sentiments aussi complexes les uns que les autres, tu te sens vide. Un vide immense. Réflexion. Oui, tu ne pouvais pas changer, ton univers était bien trop complexe. Tu es... une énigme à toi seule. Tu ne sais plus ou te donner de la tête tellement tu étais contradictoire. Impossible de savoir qui tu es. Il n'y avait aucune réelle personnalité en toi. Pourtant, tu fumes, ici et maintenant. Tu vis comme si tu respirais un air pur, tout ceci n'était qu'artificiel. Pour toi, t'étais morte d'une façon ou d'une autre. Tu vois le rouquin s'allonger, tu t'approches, tu ne réfléchis pas. Tu ne ressens absolument rien. Tu inspires une bouffée de tabac, tu t'approche dangereusement des lèvres du jeune homme, puis tu laisse un souffle chaud s'extirper, laissant la fumée se connecter entre vos deux bouches. Une envie, simplement. Pourquoi ? Tu ne sais pas toi même, tu t'en fiches. Tu fais, tu commande, c'est tout. Tu te redresse, assise à ton tour, laissant planer un silence jusqu'à ce que tu te décide de parler. Ta voix est neutre, frêle, presque programmée.

«  Pense tu qu'il est si facile de changer lorsqu'on est atteint de bipolarité ?  Non, tu ignores ce que c'est bien sûr. Les émotions que j'éprouve ne sont pas les miennes, ce sont les vôtres. A tous. Tu peux sans doute te dire que je n'ai aucune personnalité apparente. J’emprunte seulement des émotions qui ne sont pas les miennes. Je ne suis en aucun cas responsable de mon sort et du fait que tu pense que je suis une " gamine ". Avant, j'étais beaucoup moins calme que ça. Je voulais toujours me faire remarquer, être la meilleure, battre tout le monde. J'étais au dessus de tout, j'étais une garce en outre. » Tu disais ça naturellement, tu allais parler, cela t'étais égal et pourtant, tu ne l'avais jamais fait, tu ne parlais pas de ton passé, jamais. «  J'ai faillis tuer quelqu'un un jour. Pour moi, faire souffrir les gens était presque aussi bon que la cigarette. J'aimais faire du mal autour de moi, je me réjouissais de les voir aussi faible devant moi. Tout ça pour avoir été pourrie gâtée durant mon enfance. » Tu t'arrêtes, tu reprend ton addiction entre tes lèvres. Expiration. Tu continues. «  Alors, quand je suis arrivée ici j'ai eu mon don, j'avais décidé de changer petit à petit, c'était une idée, elle m'était venue comme ça. Sans doute, parce que je me fichais du sort des autres j'ai été contrainte de faire plus attention depuis que je pouvais ressentir les émotions de mon entourage. Pourtant... je suis toujours vide, je suis la même fille. Je ne peux pas changer car je ne suis pas réel, la fille que tu vois n'existe pas, je ne suis seulement que des morceaux d'émotions éparpillés à l'intérieur de mon âme. Je n'ai pas de sentiment propre. Je peux difficilement t'expliquer davantage, c'est bien assez dur pour moi d'en parler. Tu ne pourras jamais me cerner réellement Caïn. Même si tu le veux. Tu ne peux pas et moi je ne peux pas changer car je n'ai pas le choix. Je suis piégée et liée à ce pouvoir, il fait partie de moi, il me tient en vie. »

Tu regarde le lac brillant, l'euphorie que tu avais acquiers en venant ici s'était estompé. Tu n'avais plus rien à ressentir, les effets sur toi étaient catastrophiques. Pourtant, tu sais bien que tout n'est pas forcément vrai, tu ressens tes émotions mais tu ne peux pas être normale à cause des autres. Tout se mélange comme dans un saladier, tu touilles encore et encore. Le gâteau est raté. Tu pourras toujours recommencer, il ne sera jamais parfait. Tu es vide Lulla, tu n'es pas quelqu'un. Tu es une âme tourmentée, prisonnière de ce jeu, de ce fardeau. Tu es morte, la vraie Lulla, la peste d'autrefois est morte même si tu sais qu'au fond, elle hante ton esprit. Ses habitudes, tu les connaît encore, elle est peut être ton seul lien apparent avec la facette sombre que tu détiens.
Tristesse. Cela revient, tu changes d'humeur, encore une fois.

HRP:
 
© fiche créée par ell



_______________
Les avatars ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
« C'est le grand plongeon ! » ϟ Pv : Caïn la frite. ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment interdire à l'utilisateur de mettre la fenêtre en " grand écran " ? [RESOLU]
» Grand ménage de printemps
» Un grand bonjour à tous
» Un grand bonjour de TiliN
» Quel est le plus grand navet cinématographique que vous ayez vus?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Holy Sword :: La montagne majestueuse. :: le lac-