AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 
 Renaissance affair. ◊ feat. Raziel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité

avatar


Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Empty
MessageSujet: Renaissance affair. ◊ feat. Raziel   Renaissance affair. ◊ feat. Raziel I_icon_minitimeLun 19 Aoû - 1:42

Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Zga

renaissance affair

FT. RAZIEL


01. L'INSOUCIANCE


Le silence. Le repos. Tu marches tranquillement sur les branches d'un arbre. L'équilibre précaire inculquée par cette cruelle gravité ne s’applique pas à toi en cet instant. Non, marcher au bord du vide te semble aisé, presque naturel. Tu essayes de sauter, et te mets pourtant à flotter. Ton corps s'élève de quelques centimètres pour doucement retomber assis sur le rameau de bois. Tu soupires d'allégresse en regardant au loin le petit village qui te fait face. Les habitants sont entrain de s'affairer à leurs affaires. Une vraie cacophonie semble s'en dégager. Et pourtant, tu parviens à entendre une femme. Elle est entrain d’appeler ses enfants qui courent vers elle avec un rire cristallin. Rire presque envoutant qui te fait pencher vers l'avant. Tu as envie d'y aller. Tu ne sais pas pourquoi mais ça t'attire. Puis soudain, la branche se plie et se casse.

*Boom boom boom.*

Le son résonne dans toute la pièce et te fais doucement ouvrir un œil.


« Hein, que, quoi ? Entrez !  »


Tu te dandines sur ton siège tandis qu'un de tes collègues entre dans la pièce. Les bras en l'air, tu t'étires doucement en poussant un petit soupir de satisfaction avant de daigner lever les yeux sur ce petit stagiaire qui débite déjà un flot impressionnant de paroles. Tu acquiesces, fais des petites mimiques suivant l'expression de son visage, bien que tu n'y comprennes rien. Il pourrait te parler en tchèque, ce serait la même chose. T'es brillante. Mais pas au réveil. Il te faut au moins tes doses de nicotine et de caféine avant d'être minimum opérationnelle. Alors tu souris, te lèves, prends ton manteau, lui tapotes l'épaule tout en faisant semblant de rire à son semblant de boutade avant de sortir de ton bureau. Il te faut un café.

L'air frais de fin de journée te chatouille doucement le visage. Ta chevelure verte s'élève légèrement dans le vent à tes premiers pas. Ah, qu'est-ce que t'aimes cette ambiance de tombée de la nuit. Les rues ne sont ni trop vides, ni trop bombées. Aucun râlement désagréable, aucune bousculade dû au flux humain qui envahit habituellement Hope Corporation. Non, en cet instant la ville semble en transition. Les travailleurs sont déjà rentrés chez eux tandis que les noctambules n'en sont pas encore sortis. Ce qui te permet de marcher sans aucune embûches. Alors tu déambules tranquillement, empruntes une rue, puis une autre et ainsi de suite. Tes jambes marchent presque toutes seules tandis que tu as le nez en l'air.

Lorsque l'on arrive dans une nouvelle ville, on voit les rues en perspective. Des suites de bâtiments qui nous semblent tous plus étranges les uns que les autres, presque vides de sens. L'inconnu nous tend les bras. L’environnement tout entier est vierge, inviolé de tout souvenir. C'est une continuelle découverte. Jusqu'au jour où on s'aperçoit qu'on a emprunté cette rue mille fois, vécu une bonne cuite dans ce bar là-bas, apprécié un bon petit plat dans le restaurant juste à côté. Cette énigme toute entière qu'était cette ville finie par nous appartenir parce qu'on y a vécu. Mais toi, Pandore, ce n'est pas encore ton cas. A ton grand bonheur. Car en cet instant précis, tu as l'impression que tout est possible et réalisable.

Jusque là plongée dans tes pensées, tu reviens à la réalité pour découvrir que se dressent devant toi les vestiges de ce qui semble être d'anciens bâtiments. Un gros amas de pierres sombres te fait face. Tu regardes autour de toi. Oh la conne, tu t'es paumée. Tu ignores combien de temps tu as marché mais les quelques rues que tu connais vaguement semblent déjà loin derrière toi. Tu soupires puis décides finalement de te sortir une cigarette avant de regarder l'heure à ton poignet. Qu'à cela ne tienne, tu as encore un peu de temps libre avant de retourner travailler. Alors tu décides de t'engouffrer dans ce dédale de pierre. Tout en acceptant à contre cœur que tu n'auras pas ta dose habituelle de caféine.

Tu montes sur un rocher avant de sauter sur un autre. Ton ascension est lente. Les pierres sont disproportionnées et souvent séparées par des vides. Tu manques de te rétamer plusieurs fois par-terre mais te rattrape à chaque fois in extremis. L'endroit semble désert et silencieux. Les seuls bruits qui y règnent sont quelques clapotis d'eau et les rochers qui bougent sous tes pieds. Jusqu'au moment où un bruit retentit à ta droite. Tu arrêtes donc ta marche avant de tourner la tête. Tu tires sur ta cigarette avant de plisser les yeux. Il y a bien quelqu'un, mais tu ne vois rien. Il fait quand même sombre ici. Tu ne parviens qu'à distinguer une silhouette plutôt masculine qui semble se rapprocher.


Dernière édition par Pandore le Mar 27 Aoû - 3:43, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Empty
MessageSujet: Re: Renaissance affair. ◊ feat. Raziel   Renaissance affair. ◊ feat. Raziel I_icon_minitimeLun 19 Aoû - 12:16

Une voiture noire, une berline cinq portes banale phares éteints rentre dans un parking souterrain. Le gardien, éteint toutes les caméras. Se retournant, un homme ligoté et quasiment dénudé se tient derrière lui. Un Van noir débarque à son tour phares allumés. Une fois le moteur coupé, plus de lumière aveuglante. Sortant de la berline, Raziel, lunettes de soleil noires, clope au bec et vêtu d'un costume deux pièces noir avec chemise blanche et ouverte sur deux boutons . De l'autre, un homme à l'aspect animal. Une main dans la poche, l'autre tenant une énorme valise qu'il posa sur le capot de sa voiture négligemment, il montra à l'homme en face de lui le contenu de la valise: Un fusil d'assaut, Aug hbar orné d'une lunette avec un zoom pouvant clairement montrer une cible jusqu'à neuf cent mètres. Un silencieux éliminant tout bruits, chargeurs triple capacité.. Bref, le genre d'arme qui montre qu'on ne rigole pas. L'homme veut toucher son futur "bébé" . Raziel l'en empêche.

"L'argent d'abord, le fusil après. "

L'homme n'est guère content de pouvoir toucher son jouet. D'un claquement de doigts, Quatre homme armés sortent du van, armés de simple revolver. Bonne idée, impossible de retrouver les douilles si on venait à retrouver le corps de Raziel. D'un rire moqueur et narquois l'homme écarte les bras.

"Monsieur Raziel, vous voyez, je vous donne une chance de repartir juste avec la vie sauve. Laissez moi cette arme, ou vous finirez avec les rats du parking. "

L'homme éclata de rire tandis qu'on pouvait entendre les fameux bruits de ces armes dont le chien est abaissé. Recrachant sa cigarette sur le sol, il chopa la mallette fermée et pu à temps se planquer derrière sa voiture et charger le fusil d'assaut. Il ne riposta pas tout de suite , pourquoi? Ces revolvers avaient tous environ neuf balles. Oui c'est possible, si le barillet est modifié. Huit balles, neuf.. Sortant de sa cachette, d'une balle dans le torse il élimina un des gardes. Il ne put voir combien de balles il restait aux trois autres mais, c'était sans compté sans le dernier. Leurs patron.

"Monsieur Serval, abaissez vos armes. N'oubliez pas, je vous ai donnez celle que vos gorilles utilisent. Je sais tout d'elles, comment elles fonctionnent, le nombre de leurs balles.. Entre autre."

Le"Entre autre" c'était tout simplement qu'il leurs avait vendu des armes défectueuses. Pouvant s'enrayer à tout moment. Raziel avait eu cette précaution quand ils avaient montré des signes d'arnaque dés leurs premier échange. C'était il y a une semaine, Monsieur " Serval " voulait un Colt python anaconda avec un canon de trente cinq centimètre, dix balles dans le barillet et la possibilité d'intégrer une crosse pour plus de stabilité. Son client avait oublié trente mille yen dans la valise. Promettant de les ramener, mais il n'en a jamais vu la couleur.. Aujourd'hui, il va voir la couleur du sang. Et.. ça y est ! Des cris de douleur, tout les sbires se tenaient leurs mains en hurlant de douleur, leurs arme venait de dégager une flamme intense brûlant leurs mains au premier degré. Profitant de ce petit moment d’inattention, de trois balles, il éliminait ses adversaires en leurs tirant dans les jambes et les mains. Son client lui s'apprêtait à sortir son arme mais, justement, un canon trop long n'aide pas à la dégaine rapide. Raziel en profitait pour lui exploser les mains avec son arme à lui. Posant son pied sur la cage thoracique de son ex-client avec un large sourire il dit simplement :

"Voyez vous monsieur Serval. Je ne peux pas vous tuer, ce serait me salir les mains. Mais ce serait me tuer moi même.. Alors je vais vous laisser une chance, une dernière de quitter cette île. "

Il visa ses parties intime. Et tira une balle dedans. Les sirènes retentissaient. Il était temps de mettre les voiles. Pas avec sa voiture, ça c'est sur, ni le van. Très vite, il arracha les plaques d'immatriculation de sa voiture, les mit dans sa veste, prit ses papiers, les douilles et parti dans le seul endroit ou il n'irait pas le chercher: Les ruines d'Hope center. Une fois surplace, après vingt bonnes minutes de course , il cacha son arme entre deux décombres, mit des feuillages et put enfin respirer, la police ne viendrait pas ici et certainement pas l'interroger dans les ruines, beaucoup de gens y viennent pour se recueillir. C'est ce qu'il fait à chaque fois d'ailleurs. Mais aujourd'hui, il était tard pour se recueillir. Dans la pénombre, il put apercevoir la silhouette d'une femme, au cheveux verts. Intrigué, il se dirigea vers elle. Après la pénombre il la vit. Au début il ne réagissait pas. Mais un visage pareil, ça ne s'oublie pas. Mais quelque chose au fond de lui le marquait, il ne savait pas dire quoi mais, toute cette carapace qu'il s'était fabriqué au cours du temps, après tout ce temps ou il s'était dit qu'une fille comme elle, il n'en trouvait pas une seule.. et la voilà, dans un univers ou il était pourtant sur de ne jamais la voir. Balbutiant, il n'arrivait pas à parler sur le coup. Ses lèvres tremblaient légèrement, d'un partage de joie et de tristesse. Deux sentiments qu'il n'avait guère ressenti ces derniers temps. Se rapprochant encore un peu , les yeux toujours grands ouverts d'étonnement il la regardait.. Quelle journée bordélique !

"C'est.. toi? Que-est-ce que tu fous ici ? Et à Hope center en plus?!"

Il commençait à faire les cent pas. Si il voulait éviter quelque chose , en plus de savoir que la seule femme qu'il a aimé soit dans un univers de taré soit dans ce dit univers, c'est d'être dans l'une des deux îles les plus dangereuses .. Passant ses deux mains dans ses cheveux l'air légèrement stressé il dit d'un air presque en colère mais terriblement perdu et déboussolé:

"Non ! Tu devais pas être ici ! Je savais bien que tu finirais par flinguer ton mari ou une connerie du genre mais pas ça ! Pas dans cet endroit !"

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Empty
MessageSujet: Re: Renaissance affair. ◊ feat. Raziel   Renaissance affair. ◊ feat. Raziel I_icon_minitimeMar 20 Aoû - 15:35

Renaissance affair. ◊ feat. Raziel 8bh0



02. LE CHOC  



Lorsque l'on accepte de basculer dans un monde virtuel comme celui-ci, on accepte aussi d'abandonner tout ses souvenirs. On abdique et on succombe à l'amnésie volontaire. On quitte tout ce que l'on a connu. On oublie. La maison de notre enfance et la saveur des goûters joyeux, notre Madeleine de Proust à nous. Les espérances démesurées de nos parents. Les heures à travailler d'arrache-pied. Les remises de diplôme. La joie. Nos fous rires à s'en tenir le ventre. Mais aussi les déceptions. Tout ce qui nous a forgé à jamais. On accepte de ne plus jamais revoir ces visages. De ne plus jamais revenir en arrière. Dead end. Aucun retour possible. Hasta la vista baby. On quitte notre chez soi pour aller s'en construire un autre. Un autre monde. Une autre vie où l'on s'applique à enfermer nos vieux démons du passé dans une petite boîte bien verrouillée. Et pourtant. Pourtant, parfois, cette fameuse boîte nous explose à la gueule au moment où on s'y attend le moins.

Tu ne doutes pas, à cet instant précis, perchée là sur ton rocher, que tu t'apprêtes à prendre un choc électrique en pleine face. Le regard tourné vers la pénombre, tu observes cette silhouette se rapprocher. Doucement mais sûrement. Un homme. Encore inconnu. Et puis la lumière. Ce visage. Il se fige. Ton corps se tétanise. Le silence. Et cette voix.


"C'est.. toi? Que-est-ce que tu fous ici ? Et à Hope center en plus?!"


Lui ? Ici ? Impossible. Improbable. Et pourtant... Ces cheveux bruns en bataille. Ces yeux noirs. Ces traits. Ce visage. Cette posture... Ça ne peut pas être quelqu'un d'autre. Et pourtant tu n'arrives pas à réaliser. Ton cœur se serre. Tu as chaud. Tu as froid. Ton corps semble défaillir. Et après de nombreuses secondes de silence, tu te mets à crier. Comme si ton esprit avait pris du retard sur ton corps. Tu plaques tes mains sur ton visage, masquant ta bouche et ton nez dans une forme de V inversé. Tu ne sais pas où est passée la cigarette que tu tenais à l'instant. Par-terre sûrement. Tu baisses les yeux. Oui, le point lumineux est doucement entrain de s'éteindre au pied du rocher.

Ton esprit habituellement si impassible semble se fondre dans un maelström de sentiments contradictoires. La joie de le revoir. De revoir ce visage autrefois si familier. Ces yeux qui te fixaient pendant tes cours. Et d'entendre de nouveau cette voix auparavant si addictive. Et puis la colère. La colère de voir ta vie d'avant ressurgir d'un coup sans crier garde. De ne rien pouvoir contrôler. L’incompréhension. Le regret. La tristesse. Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? Tu t'étais pourtant fait une raison. Les coups de ton ex-mari étaient censés vous avoir séparés à jamais. Ton désir de vengeance avait prit le pas. Le silence radio n'était pas censé s'arrêter. Alors tu avais abandonné et enfermé cette histoire dans un coin de ton esprit.

Et pourtant le voilà. Enfin, tu crois. Serais-tu entrain de dérailler ? Ou est-ce les restes de la bouteille de whisky de la veille ? Un bug dans le programme ? Ou alors tu as un problème plus grave que tu ne le croyait. Ton esprit serait-il entrain de se faire la malle ?
Tu n'oses pas bouger. Tout ce que tu trouves à faire est de t'accroupis sur ton cailloux. Les bras autour de tes genoux, tu n'as pas le courage de tendre la main. Tu ne veux pas le toucher. Tu ne sais pas ce qui te fait le plus peur. Réaliser que ce n'est qu'un mirage. Ou, au contraire, qu'il est bien là devant toi.


« Qui... Tu n'es pas vraiment là, non ? Et je pourrais te poser la même putain de question ! »


Les questions se suivent sans s’assembler dans ton esprit. Ta voix déraille. T'es entrain de perdre les pédales. Tu voudrais lui poser mille questions. Comment il va. Qu'est-ce qu'il est devenu. Comment est-ce qu'il est arrivé là. Si il te détestait. Mais non, tu n'y arrives pas. Tu l'écoute pester en faisant les cent pas. Il dit que tu ne devrais pas être là. Que tu avais sûrement flingué ton mari. En temps normal ça t'aurait fait sourire. Mais là, non. Au contraire, ça te désarme encore plus.

Puis tu te mets soudain à palper frénétiquement les poches de ta veste. Ce putain de paquet... Où est-ce qu'il est ? Tu as besoin d'une cigarette. Et vite. Tu parviens à le trouver au bout de quelques secondes. Tu t'en empare, non sans mal à cause de tes mains tremblantes et tu t'allumes une clope. Tu aspires un bon coup. Le goût de la nicotine t'apaises légèrement. Alors tu relèves ton regard en direction de ce fantôme de ton passé. Et tout ce que tu trouves à dire, est :


« D... Désolée. »


Dernière édition par Pandore le Mar 27 Aoû - 3:45, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Empty
MessageSujet: Re: Renaissance affair. ◊ feat. Raziel   Renaissance affair. ◊ feat. Raziel I_icon_minitimeMer 21 Aoû - 10:34

Des deux, c'était Pandore qui semblait souffrir le plus mentalement. Surtout lorsqu'elle s'était recroquevillée sur le cailloux sur lequel elle s'était posée. La surprise, le manque de folie et l'idée que personne n'échappe à son passé s'étant disspiée, il put retrouver un brin de calme. Un calme de courte durée même pour lui. Il était partagé entre la joie et l'effroi. Ses coups si puissants. Des flashbacks violents qui le déboussolaient même au point qu'il perdait plusieurs fois l'équilibre, le sourire fier de son mari. Il le voyait à peine et pourtant, il savait que cette enfoiré de Chirugien le tabassait pour le plaisir. Même pas à cause du pot aux roses. Des côtes brisées, un nez en compote, un oeil fermé pendant trois semaines et quelques sutures par chance invisible si il n'est pas torse nu. Voila le dernier souvenir de sa prof, de Pandore, une femme qu'il n'a pas pu protéger d'une ordure.. Il n'était même pas foutu de se protéger lui même.

Mais ça a changer. Aujourd'hui, si son mari venait à Hope center, il se ferait plombé et disparaitrait de la surface de la terre avant même de pouvoir lever de nouveau la main. Raziel pourrait faire exploser son cerveau en sifflant. Exploser ses tympans d'un simple claquement de doigts. Qui irait soupçonner quelqu'un que le son est l'arme du crime? Personne.

Après que Pandore ait pu allumer sa cigarette et se calmer avec une bouffée. Elle s'excusait, bégayant un peu au passage ce qui le fit sourire.. Tellement de temps à rattraper. Il était partagé. Sa lâcheté, elle le détestait sans doutes après ça. Et à juste titre d'ailleurs. Elle avait le droit. Lui, ne la détestait pas. Même si l'amour s'était dissipé, elle avait toujours une place si importante dans son coeur que là, de suite il pourrait lui avouer qu'il est un traffiquant d'armes sans même avoir peur qu'elle le dénonce. Sans être aveugle la confiance envers elle était énorme, gigantesque même. Enfin bon..

Regardant la jeune femme il s'installa à côté d'elle. Pour montrer sans doutes qu'il n'y avait aucune animosité envers elle. Ou juste parce que ça venait de lui manquer. Vous savez, comme si on vous privait d'une glace au chocolat pendant des années. Vous oublier l'idée d'en manger, et pourtant, revoyez en une et ça y est, ça revient. On ne veut plus que ça pendant des jours . Une fois correctement installé, le jeune homme observait un peu les ruines, avant de porter ses yeux sur Pandore.


"Je ne sais même plus combien de temps ça fait... Trop longtemps. Avant ça, je n'ai pas pu te le dire mais, désolé de ne pas avoir pu être là. Il avait faillit me tuer ce malade. Je me disais que si tu étais vivante, le mieux à faire, c'était de disparaître pour ta propre sécurité.."

Et aussi parce qu'à cette époque, le courage n'était pas du tout dans ses habitudes. Mais les élans de courage, il les avait lorsqu'il se battait contre lui. Il les avait oh oui... Dans un combat quasi perdu d'avance, malgré toutes les douleurs il se relevait toujours, bon pas les dernières fois.. Ses jambes lui avaient dit" Va crever je ne te relève plus !" .... Il était temps de renouer des liens..

"Pourquoi tu es ici? Je veux dire.. A Hope Center? Que tu débarques dans ce monde virtuel ne m'étonne pas, mais dans cette île? Tu es devenue scientifique c'est ça..? Si ma mémoire n'est pas mauvaise tu es très douée en sciences. En même temps tu enseignais ça."

Pas de gentleman qu'il ne vaut mieux pas duper avec elle.. Il redevenait "lui même ". Même si, cela pouvait se produire à nouveau qui sait? Sortant à son tour de son manteau, non pas une cigarette mais le cigare spécial " Livraison ratée" qu'il gardait toujours avec son frère " Livraison réussite ", il alluma ce dernier et en prit une bonne bouffée . En regardant le cigare, il eut un léger sourire. Ces derniers temps, sa boîte de "livraison réussite " était bien plus remplie que celle des ratées. Reprenant son blabla il dit:

"Je me suis reconverti.. dans un milieu peu recommandable mais qui rapporte gros.. Je ne suis plus tellement le même .. Fini l'ado qui prend les coups, maintenant je les donne."
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Empty
MessageSujet: Re: Renaissance affair. ◊ feat. Raziel   Renaissance affair. ◊ feat. Raziel I_icon_minitimeMar 27 Aoû - 3:29

Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Large



03. LA NOYADE  



Il existe des moments que l'on a tous connus. Des moments où on se sent déboussolés, désarmés, égarés. On se perd dans nos propres esprits, comme en perdition, enfermés dans notre désarroi. Ça nous tombe sur le coin de la gueule. On ne s'y attend jamais. On se retrouve à un carrefour. Une multitude de possibilités. Des routes qui semblaient nous être fermées à jamais. Une nouvelle chance. Un nouveau départ. Un choix à faire.

Alors que t'es recroquevillée à en faire presque pitié, comme un chien abandonné au bord de la route, Raziel vient s'asseoir à tes côtés. Il commence à parler. Il a l'air calme. Il te pose des questions. Comme si il s'attendait à tout ça. Comme si il l'avait prédit. Sur le coup, tu ne comprends pas. Tu le regardes. Puis tu commences à te décaler. Cette proximité entre vous autrefois si désirée te gêne désormais. Mais il continue de parler. Comme si de rien n'était, il t'annonce qu'il s'est reconverti dans un domaine peu recommandable. Qu'il a changé, qu'il sait se défendre désormais. Son flot de paroles résonne dans les ruines. Il te recouvre, te noie. C'est trop pour toi. Alors tu sautes de ton perchoir avant de te retourner vers lui.


« Quoi ?!  »


Les sourcils froncés, tu le dévisages. C'est une putain de blague ou quoi ? Pourquoi est-ce qu'il est là ? Et par-dessus tout, comment fait-il pour te déblatérer sa vie le plus tranquillement du monde ? Vous vous êtes fait péter la gueule ensemble. Tu as fini deux semaines inconsciente à l'hôpital. Quelques coups de plus et t'y serai passée. T'as du attendre quasiment un an pour être libérée de l'emprise de ton ex-mari. Pour t'en remettre et oublier. Et pourtant voilà que tout te retombe sur la gueule. Et rien que d'y penser, ça t'énerve. Alors tu fais quelques pas nerveux, la main posée sur ton menton. Tu n'arrives pas à comprendre comment est-ce qu'il arrive à garder son calme. Alors que le tien commence à se faire la malle.


« Combien de temps ça fait ? Je vais te dire combien de temps ça fait, quasiment deux ans ! Et toi tu viens me déblatérer ta vie comme si on buvait un café deux mois après s'être joyeusement fait casser la gueule ?! »


Tu gueules presque. Tu as l'air énervée. Tu le fixe du regard. Et pourtant, tu le regarde sans le voir. Tu sens ton corps s'animer. Des tressaillements se font ressentir dans tes jambes. Puis des ondes glaciales grimpent lentement le long de tes cuisses, encerclent tes hanches avant d'achever leur course dans le plexus solaire. Cette sensation t'envahit, plus forte, plus puissante à chaque instant. T'es entrain de perdre les pédales ma pauvre.

Tu sens la colère monter. Alors tu tournes le dos à Raziel. Tu inspires profondément avant de lever ta tête au plafond. Comme pour implorer ton esprits et ton corps de ne pas se faire la malle. Et pourquoi, tu le sent. Ce voile noir qui est entrain de recouvrir peu à peu ton esprit. Ce néant se créer autour de ton âme. Ton sang circule plus rapidement dans tes veines. Ça te fait presque mal, comme si ton liquide vital est entrain de se transformer en acide sulfurique. Ta respiration se saccade. Tu as l'impression de couler dans ton propre corps. De perdre pied. Comme si ton corps va éclater en mille morceau et se déverser dans la pièce. Tes vieux démons sont entrain de te rattraper. Tu as essayé de les chasser tout au long de ta vie. Leurs visites s'étaient de plus en plus espacées jusqu'à disparaitre. Tu pensais être débarrassée. Et pourtant, tu les entends au loin. Ces cavaliers sans tête. Ces annonciateurs de l'Apocalypse. Les lointains galops de leurs cheveux approchent, tu les entends, ce sont les battements de ton cœur. Ils avancent vite. Ton cœur scande le rythme de leur menaçante apparition.  Alors, tu implores avec le peu de raison qui te reste à cet instant. Ce n'est pas vraiment une phrase mais un murmure. Une prière.


« Il vaudrait mieux que tu t'en ailles. »





Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Empty
MessageSujet: Re: Renaissance affair. ◊ feat. Raziel   Renaissance affair. ◊ feat. Raziel I_icon_minitimeJeu 29 Aoû - 13:24

Ces coups, cette violence, il s'en souvenait aussi bien qu'elle, ses côtes lui donnaient tant de souffrance, sa bouche endormit par tant de coups, son oeil momentanément aveugle.. La mort qu'il avait côtoyé si près .. Comment qu'il s'en souvenait. Les marques sur l'intégralité de son corps. Jambes, bras, torse.. Même une en dessous de son menton, visible que si il venait à regarder le ciel. Pourquoi oublierait-il le jour ou il a failli mourir pour les yeux d'une si ravissante femme..? Pour ses yeux à elle.. Non ça ne s'oublie pas. Et, bien que cela ait marqué le jeune homme d'une manière totalement différente, ce ne fût pas le cas de son amie. Pour elle, Raziel n'était qu'un fantôme de son passé, une chose qu'il valait mieux éviter, oublier. Ce genre de choses pourrait faire mal à n'importe quel homme.. Pas lui, il s'était construit sa carapace.. Son armure qui tombait à l'eau à chaque fois qu'il revoyait un pan de son passé. Et celui là, ou plutôt elle, c'était surtout la beauté passée dont il se souvenait.. Elle devait le savoir..

"Deux ans..? Ouais.. deux années douloureuses autant pour moi que pour toi.. Si je prend un peu mieux ta présence en ces lieux, c'est parce que je me souviens surtout des moments que nous avons passé ensembles plutôt que.. ces nombreux coups qu'on s'est prit.."

Raziel avait tourner les talons, il était prêt à repartir. Après tout, c'est ce qu'elle lui avait demandé, après plusieurs pas en rond comme une hyène furieuse en cage. Mais pourtant, quelque chose le retenait là.. Devait-il réellement partir et disparaître d'un coup, ou tout simplement rester là et discuter..? Actuellement, déguerpir bien vite était la solution.. Et il en fallait bien une.. Le jeune homme voulait la revoir.. Alors sortant de son paquet une cigarette qu'il alluma, il sortit de la poche de son pantalon une carte, avec son numéro personnel dessus. La tendant vers elle, il arborait un mince sourire et essayait de se souvenir de ses cours de science avec elle.. De bons souvenirs.. Posant cette carte dans la main de Pandore, quitte à ce qu'elle la déchire après, tant pis.. Il prit parole bien vite..

"Alors.. Je te laisse mon numéro au cas où tu aurais des ennuis.. Ou si tout simplement tu veux me tuer.. Mais.."

Soudain, le bruit des sirènes de police résonnèrent dans toutes les ruines.. Se tournant vers le bruit Raziel soupira, un grand sourire sur les lèvres il fit quelques pas pressés jusqu'à son fusil d'assaut. Celui qui avait servit pour l'échange raté. Se tournant vers Pandore quelques secondes il la regardait comme ça, paniquée mais, toujours la même. A part peut-être les cheveux verts mais, c'était toujours elle..

"Bon je vais devoir te laisser, c'est moi qu'ils recherchent.. "

A ces mots, le jeune homme s'empressa de s'enfuir par les égouts, la plaque était cachée par un rocher facile à retirer mais qui cachait merveilleusement bien celle-ci.. Une fois dedans, il passa à travers un dédale de tunnels nauséabonds et remplit de rats.. Sortant de celle-ci, il se retrouva dans une immense pièce dépourvu de fenêtre, s'allumant automatiquement à la présence de Raziel. L'immense pièce était décorée de centaines d'armes de toute sorte de calibre, en son centre, un atelier avec plusieurs dizaine de caisses très lourdes bourrées de pièces d'armes différentes , même de produits chimiques.. Jetant ses affaires dans une machine à laver, du moins ce qui semblait être une machine à laver. Le jeune homme put enfin souffler..

Repensant à sa rencontre avec Pandore, il ne put s'empêcher d'exprimer un certain bonheur à la revoir.. Mais ce soir, il allait faire des cauchemars, des cauchemars sur son "exécution" sommaire avec cet ex-mari fou .. Cependant , il n'espérait plus qu'une chose: revoir Pandore..
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

avatar


Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Empty
MessageSujet: Re: Renaissance affair. ◊ feat. Raziel   Renaissance affair. ◊ feat. Raziel I_icon_minitimeDim 20 Oct - 0:27

Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Ty4m



04. LE NÉANT   



Einstein l'a prouvé. Le temps passe à différentes vitesses.
Alors que tout se passe trop vite autour de toi, toi, Pandore, tu as l'impression de vivre au ralenti. Une carte glissée dans ta main que tu glisses dans ta poche sans même y faire attention. Des bruits de pas. De sirènes. De crissements de pneus. Des cris. Et ce nuage noir, qui se rapproche dangereusement de toi. Cet amas de sensations. Ta propre apocalypse.

Un froid glacial s'installe alors dans ton Univers. Tu bascules au Pôle Nord, tu ne ressens plus tes membres. Seuls de légers frissons te rappellent que tu es encore en vie, malgré tout. Ta vue se fragmente et les couleurs se font plus criardes. Et tu te sens soudainement propulsée dans le tableau de Munch, dans son Cri. Tu es ce cri. Ton être hurle de toutes ses forces, il appelle Dieu, Satan, n'importe quelle entité qui pourrait te ramener à la réalité. Réalité bien trop lointaine pour toi en cet instant. Raziel qui a disparu. Les policiers qui s'affairent et quelques uns qui se placent autour de toi. Questions, interrogations. Ce ne sont plus que de lointains murmures perdus dans l'immensité de ta folie.

Ton corps se renverse. Le sol. Tu ne ressens même pas la douleur de la chute. Tu te retrouves enfermée dans tes propres cris. Oh, vieux démons, pourquoi maintenant ? Pourquoi devait-il être ici ? Pourquoi t'avait-il fait autant dérailler ? Psychose. Les ombres dansent autour de toi. Tu as l'impression d'entendre mille vociférations. Des râles de l'agonie. Alors tu fermes les yeux. Du plus fort que tu peux. Instabilité. Tu n'es qu'une malade. Une gamine accrochée au bord d'une falaise, à un doigt de basculer.

Tes membres s'animent. Tu places tes mains sur tes joues et enfonces tes ongles de toutes tes forces. Griffures. Sang. Tu veux revenir. Tu veux tout arrêter. Oh, Pandore. Comme si c'était aussi facile. Tu le saurait, depuis le temps, si le sort était de ton côté. Génie mais folle. Voilà le résumé de ton existence. Ça en serait presque triste, n'est-ce pas ? Coups. Tu te fais mal, comme pour frapper cet esprit qui se fait la malle.Tu veux qu'il revienne. Tu veux que le monde autour de toi se rematérialise. Tu veux pouvoir respirer, penser. Tu la verrait presque, ta lucidité qui glisse de plus en plus loin. Elle te quitte. Pour laisser ces cavaliers sans têtes s'emparer de toi. Ils sont élégants, imposants et robustes. Ils tiennent les faux qui te lamineront. Ils ne feront qu'une bouchée de ton enceinte en papier mâché.

Et tandis que tu t'enfonces, le monde réel semble se soulever. Des mains invisibles t'agrippent. Embarquée. La porte claque. La secousse minime de celle-ci sur l'acier du véhicule engendre pourtant un tremblement de terre dans ton Univers. Quelqu'un te hurle après. Te secoue. Il tente de te ramener à la réalité. Mais le gouffre qui te sépare désormais de lui est énorme. Les deux côtés de la falaise sont trop éloignés et tu ne peux plus sauter.

Un bruit d'acier. Ils ont frappé. Tu es anéantie. Tes yeux sont grands ouverts. Ils fixent un cauchemar invisible tandis que ton corps se tétanise. Hurlements. Tu t'enfonces. Tu te noies. Tu as pourtant essayé de les noyer. De les déchirer. De les détruire. Et pourtant, ils sont toujours présents. Vieux démons. Toujours dans un coin de ton esprit. Prêts à frapper lorsque tu t'y attends le moins. Malsains, agressifs, destructeurs, ils te suivent partout. Et tandis qu'ils se défoulent, ton corps perd de sa vitalité. Tes poumons ne supportent plus tes cris. Tes membres se relâchent. Pleurs. Néant. Rideau.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







Renaissance affair. ◊ feat. Raziel Empty
MessageSujet: Re: Renaissance affair. ◊ feat. Raziel   Renaissance affair. ◊ feat. Raziel I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Renaissance affair. ◊ feat. Raziel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F) Chelsea Kingsley Feat. Jaimie Alexander
» Salle d'attente - qui porte bien son nom! feat. I. Sara Stinson
» (M) Alec Hale Feat. Jake Abel
» Une nuit auprès des éléments de l'harmonie. [Feat Rainbow Dash et libre uniquement au éléments de l'harmonie]
» (M) Matthew Paxton Gallager Feat. Robbie Amell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP ; :: Les archives :: Rps terminés/abandonnés-