AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 
 Tea Time at Neverland [Father]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité

avatar


Tea Time at Neverland [Father] Empty
MessageSujet: Tea Time at Neverland [Father]   Tea Time at Neverland [Father] I_icon_minitimeMar 6 Aoû - 0:32

△ Tea Time at Neverland.




« Allez, avance. Encore cent mètres et je te file une clope…Attention à la branche. »

Alekseï écarta la branche de la main, la retenant le temps que Father passe après lui. Il avait presque envie de la relâcher, pour se venger de toute la peine qu’il avait eu à trainer le Game Master jusqu’ici :

« Tu as besoin d’air frais ! », « Il fait trop sombre dans ton manoir, tu vas faire une carence en vitamine D. », «  Tu t’es fait chier à créer ce monde gigantesque pour rester cloitrer ici ? Bouge ton gros cul de feignasse ! »

Une fois sorti du manoir, il avait fallu le convaincre d’aller jusqu’à Dream Land :

« Un peu d’exercice ! Tu vas finir obèse. », « Maintenant que tu es dehors, par miracle, autant voir du pays ! », « Un petit trek dans la Jungle Toxique ? Il y aura personne. On croisera pas Euphory. Et si on le croise, on lui fera manger des champignons. Ca sera drôle ! »

Alekseï n’était pas un homme très patient. Et il regrettait de devoir arriver à de telles extrémités mais… « Tu commences sérieusement à me les briser. » Alors il attendit que Father soit distrait pour lui faire les poches de ses mains expertes. Devoir faire du chantage pour le faire avancer…Il y avait vraiment des jours où il n’avait pas de mal à trouver un air de famille entre Father et Euphory.

« J’ai tes cigarettes et ton briquet en otage. Alors t’avances, et tu fais pas chier. »

Et voilà où ils en étaient, au milieu de la jungle, Alekseï devant et Father grognon derrière.

« Sois pas aigris comme ça ! Elle est sympa cette jungle, j’ai l’impression d’être dans Peter Pan. Tu sais, quand les enfants perdus se font enlever par les indiens. »

Il n’était pas bavard d’habitude mais il fallait bien dérider Father. Il se mit à siffloter « A la file indienne » avant de s’interrompre en trébuchant sur une racine.

« Ca aurait été sympa de vivre au Pays Imaginaire… On peut pas tous y aller je suppose. »

Le conte de Peter Pan lui avait toujours beaucoup parlé, enfant. Comme à n’importe quel orphelin de Londres, sans doute. Mais il avait grandi, et il avait eu des parents.

« Tiens, tu es ressorti d’Euphemia récemment ? Comment vont les White ? »

Sa propre question le surprit. Il ne demandait jamais de nouvelles d’eux. Il avait pour sa famille adoptive un sentiment de gratitude mais pas vraiment d’affection. Leurs relations avaient toujours été assez distantes et il s’était souvent demandé si les White ne l’avait pas accepté chez eux seulement pour rester dans les bonnes grâces des Hedger. Mais il se sentait pris de nostalgie d’un coup. Il avait une soudaine envie de revenir en arrière pour jouer à chat dans leur grand jardin avec Eliott, se cacher de Laureen et Lucy, ignorer Owen. Il avait une envie viscérale des scones à la confiture qu’on leur servait au gouter. Il lui en fallait. Maintenant. Mais ils étaient dans une putain de jungle et pas l’ombre d’un salon de thé à l’horizon. Et sans trop s'en rendre compte, Alekseï était à terre entrain de verser toutes les larmes de son corps. La virilité incarnée.

« Eliott ! J’veux…j’veux… sco… »

Il sanglotait tellement qu’il n’arrivait plus à parler. Il avait tout le corps agité de soubresauts. Il ne se rappelait même plus la dernière fois qu’il avait autant pleuré. Et pour des scones ! Une petite partie de son esprit, celle qui se souvenait que les scones étaient loin d’être son dessert préféré, lui souffla que son état n’était pas normal. Pathologique.

Cette putain de jungle toxique…Il était en plein bad trip. Entre deux sanglots, il baragouina :

« Jungle…cham…champignons… »

Il fallait qu’ils avancent, sortir des fumées avant que ça ne dégénère. Mais il était peut-être déjà trop tard.

Chamalow' pour Epicode



Dernière édition par Alekseï le Dim 1 Sep - 22:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Father


Fondateur
Fondateur

Father

Messages : 1056
Date d'inscription : 06/07/2013
Localisation : Dans sa chambre trop d4rk.

Tea Time at Neverland [Father] Empty
MessageSujet: Re: Tea Time at Neverland [Father]   Tea Time at Neverland [Father] I_icon_minitimeSam 17 Aoû - 19:01

Tea Time at Neverland [Father] Tumblr_mrdzxlNLoi1qjcgtho1_500
❝he's mad but he's magic


Father, tu détestes le monde. Tu le hais, il est répugnant. Cette fatale hérésie qui ronge ton être comme un parasite. Tu t'es laissé aller.
Mais il y a des choses que tu n'oublies pas. Ta première cigarette, le secret de ta chère sœur Verity, ta haine envers cette prétentieuse d'Umbra, la voix d'Euphory qui court vers toi. Tu est loin de tout ça Father, trop loin pour eux. On ne peut pas te comprendre. Tu ne veux d'ailleurs pas que quiconque essaye. Mais une seule personne à le droit d'accéder à ton petit monde, de franchir la barrière invisible qui te sépare de ces faibles.



« Aleksei ! Putain, ou tu m'emmènes ?! » Tu es agressif, ta voix rauque et caverneuse raille contre ton meilleur ami. Ta gorge sèche par le reste de nicotine te fait tousser. Tu aimerais bien combler ce vide qui te bousille la tête. Ton cœur bat presque anormalement. Depuis combien de temps n'étais-tu pas sorti de ta chambre ? Il fallait que tu sentes la chaleur du soleil artificiel caresser ta peau blanchâtre. Tu ne ressembles à rien, toi et tes cheveux d'ébène en bataille. « Rends les moi. » Un ordre, un supplice qui se déguise en ordre.
Tu traînes dans DreamLand en espérant qu'Euphory n'ait pas dans l'idée de venir faire sa promenade dans cette jungle toxique. Tu n'es qu'une ombre, un cauchemar vêtu d'une cape noire. Tu ne trembles pas, tu n'as pas peur. De quoi pourrais tu avoir peur ? Avec lui, vous êtes les rois de ce monde, indésirables intouchables.

« Eh attends moi... » Tu passes devant un courant d'eau et observe ton reflet en silence. Le léger courant déforme ton visage. Tu es monstrueux. Tu te perds dans ce cliché presque trop évident. Tu es le méchant et tu veux garder cette place. Parce que c'est maintenant tout ce qu'il te reste. Ces pensées bourdonne dans ton pauvre esprit fatigué et tu sautes par dessus la petite rivière pour aller rejoindre ton traître d'ami qui n'a pas d'autres façons de te faire sortir que de te voler ton bien le plus précieux. Des cigarettes. Tu sais au fond de toi qu'il s'inquiète peut-être, du moins tu l'espères. Mais le plus ironique dans cette histoire, c'est que si ce n'était pas lui, tu n'en aurais rien à faire. "A la vie à la mort" tu te souviens de ce que vous vous étiez promis enfants. Mais vous êtes encore des grands enfants.

« Qu'est-ce que tu fous ? » Tu le vois étrange. Tu le sens différent. Et c'est maintenant ton tour. Cette fumée qui vous entoure te fait tourner la tête, empoisonne tes sens. Ta vue se trouble et tu te souviens d'une discussion quand Father était encore Eliott et les autres les jeunes Owen, Laureen et Lucy Hedger.  


***


Eliott était assis par terre avec Owen sur ses genoux, Laureen et Lucy en face d'eux. Autour d'une table, ils dessinaient les lieux d'Euphemia pour que les deux filles puissent après les créer graphiquement parlant. C'était l'époque ou Eliott riait encore. C'était il y a longtemps. « On devrait créer une jungle toxique avec de la fumée qui nous ferait voir des éléphants roses ! » s'exclama Owen. Laureen répondit, un sourire amusé aux lèvres. « Tu veux vraiment ce genre de lieu sur ton île ? » Lucy sortit un livre de sa poche. « Ce serait comme dans Alice aux pays des merveilles de Lewis Caroll, la chenille bleue fume sans arrêt dans une jungle imaginaire. » Owen trépignait. « Ouai voilà ! » Eliott caressa la tête de son petit frère. « Rajoute des champignons aphrodisiaques. On va se marrer. » Owen pencha la tête. « Aphro-quoi ? » Laureen et Lucy ricanèrent entre elles. « Espèce de gros dégoutant...  Mais ça marche, on pensera à toi ! » Et owen qui répétait. « Aphro-quoi ? »


***


« Merde ! » Tu pris conscience de la merde dans laquelle tu t'étais jeté et surtout de l'effet papillon de ton petit piège malsain que tu avais élaboré il y a quelques années. « Voilà pourquoi je viens jamais ! Alekseï respire pas cette connerie ! » Tes pupilles se dilatent et un poids s'évapore de ton cœur meurtri. Tu respires enfin après tout ce temps cloîtré. Tu respires du bonheur, tu respires des pulsions. Tu ne sais plus ce que tu fais, tu ne sais plus ce que tu veux, si ce n'est qu'il éblouit ton champ de vision. Tu n'es plus toi même, juste une copie formatée par ce lieu si étrange. Alors tu attrapes Alek' par les cheveux et colle tes lèvres aux siennes. Un baiser. Un toucher sensuel qui n'est qu'artificiel. Il n'y a pas de sentiments, il n'y a que tes veines qui brûlent, il n'y a que ton sang qui se transforme en acide citrique. Il n'y a que vous deux et ses fumées aphro-quoi ? qui te fait oublier que tu es loin de chez toi. Après avoir chatouillé la langue comparse de ton meilleur ami, tu reprends tes esprits et te laisse tomber le long d'un arbre. Tu sais ce que tu as fait, mais ce n'est qu'un vague souvenir éphémère. « Pas eu le temps de te prévenir. » Tes poumons souillés réclament. Tu veux fumer. « Rend moi mon paquet pauvr'con. » C'est affectif. Ou pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

avatar


Tea Time at Neverland [Father] Empty
MessageSujet: Re: Tea Time at Neverland [Father]   Tea Time at Neverland [Father] I_icon_minitimeDim 18 Aoû - 0:55

△ Tea Time at Neverland.




Alekseï essayait de se remettre de ses émotions, presque plié en deux, prenant de grandes goulées d’air qu’il espérait pur pour calmer les derniers sanglots qui lui traversaient le corps. Il s’apprêtait à se retourner pour constater des effets des effluves sur Father quand il sentit une main lui empoigner les cheveux. Il laissa échapper un cri de douleur et, dans les secondes qui suivirent, un cri de surprise.

Il garda les yeux grand-ouverts tout le long du baiser, les mains sur celle de Father, toujours dans ses cheveux, lui tordant le cou. Alekseï ne fut jamais autant conscient des onze centimètres qui les séparaient qu’à cet instant. Il tressauta en sentant la langue de son meilleur ami effleurer la sienne et chatouiller son palais en repartant. Il était resté passif, tétanisé. Il se retrouva essoufflé quand Father le relâcha. Son palais le démangeait et il avait le goût salé de ses larmes dans la bouche – bien loin de celui des scones.

Alekseï avait déjà embrassé des garçons : pour le fun, pour faire rire les filles aux bars et les voir se pâmer, pour le plaisir. Mais il ne se souvenait pas avoir déjà embrassé Eliott Hedger. Ou alors il était trop sou à l’époque pour s’en rappeler. Il n’était pas une vierge effarouchée et Father non plus. Mais le garçon ne savait pas trop comment réagir. Leur échange buccale n’avait pas été déplaisant, ni particulièrement agréable. Juste…Rapide. Et violent. Leurs dents s’étaient presque entrechoquées, il avait d’abord cru que Father voulait l’assommer.

« Pas eu le temps de te prévenir. »

Sans trop savoir pourquoi, il se mit à rire. Un ricanement nerveux au début, suivit par un franc fou-rire. Il vint s’écrouler à côté de Father, toujours dans le même état. Quand il réussit à se calmer, il avait des douleurs aux zygomatiques et de nouveau des larmes aux coins des yeux.

« C’était quoi ça ? Macho-man veut son bisou du soir ? J’espère que t’embrasses pas les filles comme ça ! Tu voulais mon scalpe en plus de ma salive ? Je suis un être fragile ! »

Il se frotta l’arrière de la tête, autant pour appuyer ses propos que par réelle douleur. Ca ne l’étonnerait pas qu’il manque quelques mèches blondes sur son crane. Il irait inspecter le résultat en rentrant.

Alekseï ne réagit pas à l’insulte, c’était presque des mots d’amour entre eux. Et lui aussi avait bien besoin d’une clope. Il tâta ses poches à la recherche du fameux sésame pour se rendre compte que le paquet était en fait sous ses fesses, dans sa poche arrière. Il lança un sourire contrit à Father en lui rendant son bien, un peu aplatit, prélevant sa taxe au passage et l’allumant rapidement. Il lança le briquet à Father, distraitement, en poussant un soupir de contentement après sa première bouffée. Et dire que ça faisait à peine deux heures depuis sa dernière.

« En tout cas, les champi’ te font plus de bien qu’à moi. Enfin, je suppose que c’était les champi’… Ou alors tu as des choses à avouer. Mon charme ne laisse personne indifférent. » Il essaya de faire un rond de fumée, sans résultat. « Qui c’est qui a foutu des champi comme ça ici, d’ailleurs ? Non, en fait, ne réponds pas. Je crois que je sais. »

Alekseï n’aimait pas particulièrement parler de sa vie sexuelle. Il n’avait pas besoin de s’en vanter pour se rassurer sur ses capacités. Il interrogeait rarement Father à ce propos, aussi. Mais il se sentait curieux, comme si le baiser qu’ils venaient d’échanger lui rappelait tout d’un coup que son meilleur ami était un être sexué.

« Tu vois quelqu’un en ce moment, d’ailleurs ? A part ta main droite. »

Chamalow' pour Epicode



Dernière édition par Alekseï le Dim 1 Sep - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Father


Fondateur
Fondateur

Father

Messages : 1056
Date d'inscription : 06/07/2013
Localisation : Dans sa chambre trop d4rk.

Tea Time at Neverland [Father] Empty
MessageSujet: Re: Tea Time at Neverland [Father]   Tea Time at Neverland [Father] I_icon_minitimeDim 1 Sep - 14:36

Tea Time at Neverland [Father] Tumblr_msg2hc6hg11soxv5yo1_500
❝welcome ton my wonderland.


Tu te souviens du goût amer quand ta langue vint danser avec la sienne. Tu te souviens des larmes sucrées sur ton palais et de ton cœur qui allait s'embraser dans une euphorique et palpitante sensation. Pourquoi ? Pourquoi étais-tu piégé à ton propre jeu ? Tu avais voulu t'amuser dans cette jungle ou chaque respiration vous change et à chaque expiration vous mélange dans ce lot d'absolu. Tu aurais voulu oublier pour une fois que tu t'amusais réellement. Ne pas l'avouer, tout abandonner. Dans ton manoir ou tu t'adonnais au mutisme et à la frêle victoire que tu refais de savourer... Aleksei apparaissait comme une lueur qui réchauffait ton cœur de glace.

Et alors qu'il riait de cette mésaventure, tu fronces les sourcils. Rire ? Ça faisait si longtemps. Un sourire amusé finit par étirer tes lèvres purpurines et dévoiler tes canines perfides. Tu te laisses bercer par ces gloussements qui t'échappent à ton tour. Dans un éclat d'intérêt, on le voit. Oh Father tu le laisses te rendre ce qu'il t'avait mesquinement chapardé, pour glisser une cigarette entre tes lèvres. Tu peux avaler cette fumée en toute sécurité, elle ne fera que putréfier tes poumons artificiels. Tu es calme, d'un coup. C'était ce qu'il fallait faire depuis le début. Mais tu passes ta langue sur tes lèvres sucrées par la salive. Tes iris désinvolte sont ternes à nouveau. Tu redescends.

Il demande qui est à l'origine de ces petits pièges obséquieux. Fallait-il vraiment se poser la question ? Il trouve tout seul avant même que tu ne lui réponde, ça te fait sourire. « En effet, c'est bien moi. Je suis ravi de n'être que le témoin de ta rhétorique. » Puis tu te rapproches de lui, comme pour mieux entendre ce qu'il bougonnait. Ta tête avait encore l'air de bourdonner. Si tu voyais quelqu'un. « Je suis totalement libre. Mais vas-y... je sais que tu meurs d'envie d'aller plus loin avec moi... » Tu le toises avec moquerie et arrogance. « Ce baiser n'a pas eu d'effet que sur moi apparemment. » Tu finis par aller t'adosser à un arbre en écrasant ta clope au sol. Les bras croisés et le regard fuyant, tu restes là, immobile dans cette obscurité adulée. Ta langue claque contre ton palais, satisfait. « Et toi ? Quelqu'un en particulier ? Oh je suis sûr que les filles se jettent à tes pieds. » Ironie ? Peut-être bien. Tu savais qu'il avait une sorte de succès. Quelque chose auquel tu ne goûterais sûrement pas. Qui aimait savourer les fantômes déchus et les lâches perdus ? Tu préférais observer le monde que tu avais créer depuis ta fenêtre. Tu préférais les observer d'une perversité parcimonieuse. « Raconte moi tout. »



_______________
Tea Time at Neverland [Father] 1386377400059335900

cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







Tea Time at Neverland [Father] Empty
MessageSujet: Re: Tea Time at Neverland [Father]   Tea Time at Neverland [Father] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Tea Time at Neverland [Father]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "your time request" le retour !!!!
» Recherche thème coffee time
» Affichage Quick times
» Depot de logo Collapse of Time
» Les liens de Lukas G. Rendès - Werewolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Dream Land :: Jungle toxique-