AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 
 « When Jesus say yes, nobody can say no. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nout


Dreamland

Dreamland

Nout

Messages : 318
Date d'inscription : 07/09/2013
Localisation : On peut s'arranger.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeSam 16 Jan - 23:16

Nout laissa tomber avec fracas son monocycle à l'entrée du magasin ; il avait pris l'habitude d'y attacher une chaîne de sécurité, comme si qui que ce soit pouvait vouloir d'un engin pareil dans les pattes. Niveau classe et stabilité, on faisait mieux, y'avait pas à dire : le jeune homme se félicitait de ne s'être gaufré que trois fois en faisant le chemin de Dream Land à Crimson District. La première fois, un vieil homme s'était quasiment jeté sous sa roue. Intelligence artificielle défaillante ou joueur suicidaire ayant fait le plus beau ragequit du jeu, pas moyen de savoir. Ce qu'il savait, en revanche, c'était qu'il s'en était tiré avec une belle marque de guerre sur la joue gauche.

Encore une cicatrice pour impressionner les jolies demoiselles, wow ! Et dire qu'il n'était que dix heures du matin.

« Bonjouuuur ! » Claironna l'Égyptien en claquant la porte dans un bruit de fin du monde, trois ballons à la main. Il sautilla jusqu'au comptoir, armé de sa bonne humeur coutumière et d'une sacrée dose d'assurance. Tranquillement, il posa les deux coudes sur le joli comptoir et demanda tout de go, sans vraiment attendre que la gérante lui demande ce pour quoi il venait quasiment de fracasser sa devanture :

« Dis, ça te dirait de sortir avec moi ? »

Parce que le fait qu'il ait quasiment dix ans de moins qu'elle ne comptait pas franchement ; il était assez grand pour clamer la majorité Européenne sans trop de méfiance. Puis ça le regardait, hein, s'il voulait draguer des étudiantes. Il avait toujours répété que c'était là son droit le plus strict – et le droit le plus strict de tout homme se respectant.

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 190619103713458157
A rainbow never smiles or blinks, it's just a candy-colored frown:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apricot Tea


Crimson District

Crimson District

Apricot Tea

Messages : 68
Date d'inscription : 21/04/2014
Localisation : Chez elle.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeSam 20 Fév - 21:40

Il était clairement trop tôt pour les crises cardiaques. Le soir et la nuit, à la rigueur, d'accord – les gens louches sortaient à ce moment-là et elle n'était jamais qu'à moitié étonnée quand on lui faisait peur, volontairement ou pas, une fois la nuit tombée. Mais là, c'était l'heure des croissants et du chocolat chaud. Pas des bruits venus tout droit d'enfer et des portes claquées comme si un troupeau de chiens enragés risquait de suivre derrière.
Bon, Nout n'avait pas l'air trop inquiet, pour sûr, mais son ton guilleret n'était pas rassurant pour autant. Elle n'était pas sûr qu'il soit capable d'avoir l'air effrayé.
Probablement pas.

Légèrement en arrière du comptoir maintenant qu'il s'était appuyé dessus (pas qu'elle n'apprécie pas la proximité, mais elle n'avait pas envie de se prendre un ballon dans la figure – une distance de sécurité raisonnable valait mieux que rien), Lou sourit malgré tout jusqu'à ce qu'il enchaîne de salut à demande en mariage.
Bon, peut-être pas à ce point.
Vu ses yeux grands ouverts et son regard interdit, cela dit, ça n'aurait sûrement pas fait grande différence dans sa tête sur le moment.

« ... Eh, quoi ? »

Un « tu rigoles ? » trop ambigu fut ravalé de justesse tandis que la gêne pinçait ses lèvres sur une expression probablement stupide.

« Hahaha, rit-elle nerveusement en tapotant des doigts sur le bois. C'est. Trèèès drôle - mais je suis un peu vieille pour toi et, erh... Réciproquement ? »

Et comme il était probablement tout aussi incapable d'être sérieux qu'effrayé, elle n'avait pas à se poser de questions plus loin que celle-là.
D'ailleurs même s'il l'avait été, ça ne changeait rien au problème.
Détournement de mineur aurait fait très tâche sur son casier vierge.

jesus wtf :
 

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 160619013229336003
« Inside my head is humming ; sometimes I hear them coming.
The power, believing - the hate I hate believing.
Where is this ? It can't be -
Who are you ? I know you.
You wouldn't ; or would you ?
Don't fight me - ignite me !
My trigger, your finger ;
Your darkness, I know it.
Come forward, I've seen it -

I mean it. »

I need a miracle, and not someone's charity :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nout


Dreamland

Dreamland

Nout

Messages : 318
Date d'inscription : 07/09/2013
Localisation : On peut s'arranger.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeDim 13 Mar - 18:44

Au « eh, quoi » abasourdi de la jeune femme, Nout ouvrit la bouche pour lui réitérer sa demande, on ne pouvait plus simple au demeurant. Un homme demande à une femme si cette dernière veut bien sortir avec lui, la femme répond oui, non ou un « je réfléchis » qui équivaut presque toujours à un non, et hop, affaire bouclée ! Bon, le romantisme passait souvent à la trappe, mais Nout n'était pas romantique. Le rire gêné qui suivit l'obligea à la fermer sans en rajouter – merci Dieu.

« Hahaha. C'est. Trèèès drôle - mais je suis un peu vieille pour toi et, erh... Réciproquement ? »

Et il avait même pas cherché à être drôle, pour une fois. Comme quoi son sens de l'humour était transcendant en toute situation, même les plus critiques. Le garçon secoua vivement la tête de gauche à droite et tendit un de ses ballons à Apricot. Même avec la quarantaine bien tassée, la différence n'était pas si flagrante.
Cruelle loi du temps et des convenances.

« Naaaaan, c'est trois fois rien, je peux faire très majeur si je veux ! On me donne dix-huit ans facile ! Et puis on est dans un jeu, l'âge on s'en fiche. »

Il doutait franchement que la police de Crimson District se déplace pour coller une amende à Lou, elle avait bien mieux à faire avec les malfrats récalcitrants. Puis si ça se trouvait, y'avait des pédophiles dans la police, on savait jamais. La faiblesse était de pixels.
Nout étendit donc les bras et conclut son monologue mental à voix haute et en ces termes :

« Si on laisse l'âge de côté, t'en dis quoi ? »

Si elle voulait une liste d'arguments plus percutants, il pouvait la lui fournir sur l'instant, avec les commentaires qui allaient avec.

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 190619103713458157
A rainbow never smiles or blinks, it's just a candy-colored frown:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apricot Tea


Crimson District

Crimson District

Apricot Tea

Messages : 68
Date d'inscription : 21/04/2014
Localisation : Chez elle.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeLun 5 Déc - 16:10

Apricot saisit le ballon sans y penser, autant par politesse que par réflexe. Aussi déterminé soit Nout à sortir avec elle (pour qui, pourquoi, allez savoir), elle ne pensait pas qu'il soit immature au point de lui dire "haha, t'as pris mon ballon, maintenant tu m'épouses !" Dans quelle communauté accepter un cadeau équivalait à un mariage imminent, de toute façon, hein ?
Aucune. Voilà.
Lèvres serrées en ligne droite, la jeune femme se mit à triturer nerveusement le ballon. Et, bien sûr, face à l'affirmation si convaincante de Nout sur l'âge qu'on lui donnait, elle se mit à essayer de lui en donner un de son côté — tout ça pour abandonner deux secondes après, trop inquiète à l'idée de pouvoir dire que "oui, bon, okay, tu fais presque majeur comparé aux autres garçons de ton âge".

Parce que non mais je t'en prie, Lou : attrape la pelle et creuse ta tombe, tant que t'y es. T'en es plus à ça près.

« Si on laisse l'âge de côté, t'en dis quoi ? »

A ça, elle ne put s'empêcher de lui adresser un sourire incrédule.

« C'est — tu peux pas dire ça, c'est pas aussi simple, gronda-t-elle derrière une moue gênée. Ça se met pas de côté. C'est pas un détail. »

Pour elle, du moins ; elle n'était pas persuadée que tous étaient aussi critiques quant-au choix de leurs partenaires. Amoureux ou autre chose, d'ailleurs — il y avait de gros risques pour que le taux de je-m'en-foutisme grimpe proportionnellement au taux d'alcoolémie.
Occupée à tracer des formes bizarres sur le ballon, elle en vint à se convaincre que Nout cherchait juste à se rassurer. Ou quelque chose de ce style. Tant qu'ils restaient dans l'hypothétique, elle ne pouvait rien faire de répréhensible, hein ?

« Mais, okay. Tu es mignon, et je suis sûre que tu peux être gentil quand tu veux. Tu dois pas avoir trop de mal à plaire, si ? »

Comment ça, ce n'était pas la question ?
C'était totalement la question.

dating you would send me to JAIL but :
 

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 160619013229336003
« Inside my head is humming ; sometimes I hear them coming.
The power, believing - the hate I hate believing.
Where is this ? It can't be -
Who are you ? I know you.
You wouldn't ; or would you ?
Don't fight me - ignite me !
My trigger, your finger ;
Your darkness, I know it.
Come forward, I've seen it -

I mean it. »

I need a miracle, and not someone's charity :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nout


Dreamland

Dreamland

Nout

Messages : 318
Date d'inscription : 07/09/2013
Localisation : On peut s'arranger.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeVen 4 Aoû - 2:02

Nout essayait d’évaluer ses chances aux expressions de sa dulcinée – okay, elle avait l’air gênée, mais il était sûr à 99 % que c’était la faute de la déclaration et pas d’une envie latente de l’éjecter illico presto du magasin. Il était cool, smooth et ténébreux, et s’il n’y avait que l’âge qui la dérangeait, il était certain de pouvoir faire passer la pilule.

Parce que sérieusement, même dix ans de différence, c’était rien : à peine le dixième de vie d’un centenaire.
Nout restait intimement persuadé que l’âge ne devenait plus un « détail » une fois parqué dans un bureau de police ; ça ne risquait pas de leur arriver.

« Mais, okay. Tu es mignon, et je suis sûre que tu peux être gentil quand tu veux. Tu dois pas avoir trop de mal à plaire, si ? »

Son sourire s’agrandit, ravi du compliment ; bien entendu qu’il n’avait aucun mal à plaire, pour preuve, Lou était déjà sous le charme. Pas facile de charmer des demoiselles quand la plupart n’étaient pas sensibles aux jongleries et autres pitreries de cirque dont il avait fait sa spécialité une fois arrivé à Euphemia. Apparemment, elles les aimaient plus sombres – un truc qu’il ne comprenait pas, parce que déjà, il était hyper sombre. Et mystérieux. Les filles de son âge comme Lily n’avaient aucun goût, et l’Égyptien s’était résolu à aller quêter du côté des dames en recherche de stabilité. Il était l’homme idéal.

Niveau équilibre, il n’y avait pas photo.

« Bien sûr que je suis gentil ; j’offre des ballons ! Et des gâteaux. Mais je m’en fiche de plaire aux autres, c’est à toi que je veux plaire. Ça marche ou pas ? »

L’illumination divine le frappa à cet instant et il ajouta, sans lâcher son fichu sourire :

« Je peux tomber le haut pour te montrer à quel point je suis viril, si ça peut t’aider. Ça me dérange pas. »

C’était à cet instant précis que Casanova se prenait une claque dans la vraie vie.

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 190619103713458157
A rainbow never smiles or blinks, it's just a candy-colored frown:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apricot Tea


Crimson District

Crimson District

Apricot Tea

Messages : 68
Date d'inscription : 21/04/2014
Localisation : Chez elle.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeMer 13 Déc - 21:48

Bon, tout compte fait, sa stratégie pour se sortir du piège de Nout était peut-être un peu bancale. Plutôt que d'élaborer des techniques extrêmement intelligentes et recherchées pour le renvoyer d'où il venait, elle aurait mieux fait de juste lui dire "je ne sors pas avec les mineurs et je ne veux pas de toi de toute façon" ; puis lui coller une pichenette entre les deux yeux, histoire de bien faire passer le message.
Mais non, il avait fallu qu'elle rentre dans son jeu — et voilà qu'il souriait encore plus, l'animal.
Il avait beau être un adolescent très très mineur et illégal, il n'en restait pas moins bien plus grand qu'elle ; et sans avoir l'air adulte, il ne ressemblait plus à un enfant pour autant.

« Mais je m’en fiche de plaire aux autres, c’est à toi que je veux plaire. »

Alors forcément, s'il lui sortait ce genre de choses le plus naturellement du monde, comme si c'était là l'évidence même, ç'aurait été un peu trop lui demander que de ne prendre aucune couleur.
Toujours agrippée au ballon, elle décida de laisser son regard prendre la fuite sur la droite. Voilà. Dans ce coin. Vers la vitrine. Aucun mineur traître par là, pas de danger de se sentir gênée.

Malheureusement pour elle et ses belles résolutions d'adulte, Nout ne mit pas deux secondes à ouvrir la bouche de nouveau. Et évidemment, comme chaque fois qu'il prenait la parole, les bêtises qu'il sortit firent instantanément pivoter la tête de la gérante dans sa direction, yeux écarquillés façon biche devant les phares d'un camion.
Enfin, une voiturette, en l'occurrence. Un vélo. Un monocycle, se corrigea-t-elle finalement, jetant une œillade désapprobatrice à l'engin abandonné dans l'entrée de la boutique.

Là encore, notez qu'un "ça ira, non merci" aurait parfaitement fait passer son sentiment, le tout sans risque d'ambiguïté.

« Tu as quinze ans. Avec ou sans haut, ce sera pareil, insista-t-elle en croisant les bras, moue gênée aux lèvres. De toute façon j'ai l'habitude de voir des hommes torse-nu. »

... Ça ne sonnait absolument pas professionnel, tiens.

« Pour le travail. »

Encore moins.

« Parce que je fais des vêtements. »

Bien. Mieux. Presque.
Pourquoi est-ce qu'elle n'arrivait jamais à se taire quand il fallait, hein ?

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 160619013229336003
« Inside my head is humming ; sometimes I hear them coming.
The power, believing - the hate I hate believing.
Where is this ? It can't be -
Who are you ? I know you.
You wouldn't ; or would you ?
Don't fight me - ignite me !
My trigger, your finger ;
Your darkness, I know it.
Come forward, I've seen it -

I mean it. »

I need a miracle, and not someone's charity :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nout


Dreamland

Dreamland

Nout

Messages : 318
Date d'inscription : 07/09/2013
Localisation : On peut s'arranger.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeLun 20 Aoû - 5:08

Nout se félicita mentalement de son idée jusqu’à ce que Lou ne brise sa petite bulle ; puis comme son monde était fait de pain d’épice, il combla vite fait le trou pour se remettre à sourire. Aaah, alors comme ça elle avait l’habitude de voir des hommes torse nu ? Il ricana pour faire montre de sa maturité, avant de hausser les épaules d’un air dramatique : eh quoi ! Lui aussi avait vu beaucoup d’hommes torse nu, et même nus, dans les vestiaires de la piscine du lycée.

Si elle était experte en la matière, elle avait un rival, et il avança de nouveaux arguments d’un air très professionnel :

« Oh, moi aussi je suis expert en hommes torse nu, hein ! Ou nus. Et je peux te dire que je suis plutôt bien loti à ce niveau. Sans vouloir me vanter. »

Bon, certes, il y avait mieux que lui, mais il y avait pire : et à moins que le style de Lou ne se résume aux petits maigrichons asthmatiques ou aux ours géants et poilus, il avait toute ses chances.
Sans penser au fait que la jeune femme aurait légitimement pu décrocher le téléphone pour appeler Avast ou tout autre flic psychorigide au secours, Nout lui adressa le plus beau clin d’œil de l’histoire de la création.

Ou, au moins, le plus suave de son répertoire.

« Tu vas voir que dans trente secondes, tu me donneras direct dix-huit ans. »

Joignant le geste à la parole, il fit tomber la chemise (ou en l’occurrence, le sweat et le t-shirt) pour révéler sa silhouette parfaite – et si le terme était sujet à caution et au jugement purement subjectif de l’assistance, il n’en restait pas moins fier.
Comme quoi grimper partout et faire du basket avec des chewing-gum maintenait la forme.

Tel un satyre au service du grand Dionysos, il mit les poings sur les hanches et se tourna de trois quart, afin qu’elle puisse examiner sa plastique parfaite sous tous les angles – surtout les plus flatteurs.

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 190619103713458157
A rainbow never smiles or blinks, it's just a candy-colored frown:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apricot Tea


Crimson District

Crimson District

Apricot Tea

Messages : 68
Date d'inscription : 21/04/2014
Localisation : Chez elle.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeJeu 4 Oct - 1:01

Probablement un peu rouge (l'habitude de voir des hommes torse nu, sérieusement), Lou sentit son rythme cardiaque se faire la malle quelque part dans les Antilles quand Nout décida de lâcher un compte à rebours au milieu de tout. Trente secondes ce n'était rien du tout ; même pas assez pour réfléchir ou partir en hurlant ou sortir des armes ou juste — ou quoi que ce soit, en fait.
Bête et trop immobile à son goût, elle le regarda se déshabiller en hurlant intérieurement.
Se rendre compte que son cerveau criait "non non non" rien qu'à l'idée de pouvoir trouver un mineur très mineur un minimum attirant la rassura ; si elle virait tomate ou donnait sa langue au chat, au moins, elle aurait sa conscience pour elle. Pas de satyre dans les parages, non monsieur, non madame. Elle s'en sortait admirablement bien.
Et elle était toujours coincée en mode sirène silencieuse, en attendant.
Par réflexe, et tant pis pour le ballon, ses deux mains volèrent gracieusement devant ses yeux. Elle avait tout vu, bien, magnifique — enfin, pas qu'elle le trouve magnifique, juste, façon de parler ; magnifique situation, très belle réactions, jolis abdos. Que sa future copine de son âge serait ravie d'avoir rien que pour elle, aucun doute là-dessus.
Super génial.

« Je suis sûre que t'as toujours l'air d'avoir quinze ans, répondit-elle, bien à l'abri derrière ses paumes. Mais si tu te rhabilles peut-être que ça marchera, hein. On sait jamais. C'est possible. »

Pour quelqu'un qui venait de dire "j'ai l'habitude des hommes torse nu, pfeu", elle devait avoir l'air drôlement pudique. Et ce n'était même pas de le voir à moitié nu qui la perturbait, pour le coup — elle n'aurait pas été choquée de voir un adolescent se promener comme ça dans la rue, et n'aurait jamais pensé à lui de manière inappropriée. Un adulte, à la rigueur, mais même là elle n'aurait pas parié sa vie là-dessus. Elle ne pensait pas trop aux gens de cette façon, en général.

Mais là, s'il y avait même la plus petite infime minuscule ridicule  chance que son esprit déraille, elle ne se le pardonnerait pas. Ce serait tragique ; sa vie serait finie. Kaputt. Adieu.

A moitié consciente quand même que se cacher lui donnait des airs de coupable, elle inspira un coup et se rendit la vue.

« Trente secondes écoulées, lâcha-t-elle mécaniquement, comme si tout cela avait été un plan bien réfléchi pour voir s'il serait métamorphosé à la fin du décompte. Et non, toujours pas majeur. Tu sais quoi ? C'est même pire. T'as l'air d'avoir dix ans, maintenant. Onze maximum. »

Totalement crédible. Question jeu d'acteur, elle s'améliorait de minute en minute. Si une troupe de théâtre ne l'embauchait pas bientôt, il y aurait de quoi sauter au plafond.

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 160619013229336003
« Inside my head is humming ; sometimes I hear them coming.
The power, believing - the hate I hate believing.
Where is this ? It can't be -
Who are you ? I know you.
You wouldn't ; or would you ?
Don't fight me - ignite me !
My trigger, your finger ;
Your darkness, I know it.
Come forward, I've seen it -

I mean it. »

I need a miracle, and not someone's charity :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nout


Dreamland

Dreamland

Nout

Messages : 318
Date d'inscription : 07/09/2013
Localisation : On peut s'arranger.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeVen 10 Mai - 17:15

« Je suis sûre que t'as toujours l'air d'avoir quinze ans. Mais si tu te rhabilles peut-être que ça marchera, hein. On sait jamais. C'est possible. »

Nout se contenta de tourner la tête de gauche à droite, et ça même si Apricot ne pouvait pas le voir derrière ses petites mains ; et quoi, elle avait pas dit qu’elle avait l’habitude de voir des hommes torse nu ? Trop de charisme, il comprenait. Qu’elle ne s’inquiète pas, il se rhabillerait un jour ou l’autre pour éviter de faire sauter le jeu, mais pas tout de suite. Pas avant qu’elle l’ait regardé droit dans les yeux – ou le torse, en l’occurrence. C’était là que la magie se produisait. Le tour de passe qui le faisait passer de 15 à 18 ans en trente petites secondes.

Un petit bol d’air frais plus tard, Lou lui faisait l’immense honneur de rendre à ses deux jolis yeux bruns leur liberté. Son sourire à lui n’avait pas flanché ; il s’élargit même, si possible. Il allait se filer une crampe un jour, et il en rirait.

Il faut rire de tout, même des trucs les plus douloureux.

« Trente secondes écoulées. Et non, toujours pas majeur. Tu sais quoi ? C'est même pire. T'as l'air d'avoir dix ans, maintenant. Onze maximum. »

Ouuuuh, la menteuse. Quinze okay, à la rigueur, mais dix ? Il prit la blague pour un compliment puisqu’il allait retourner ça contre elle. Dans le doute, en faire des tonnes n’était pas une super bonne idée – la pauvre, personne le lui avait jamais dit ? Haji lui fit sa moue d’herbivore qui se transformerait bien en carnivore. Elle ressemblait à s’y méprendre à celle d’un petit garçon qui va foutre des punaises sur la chaise de son prof.

Puisqu’il avait dix ans, pourquoi ne pas en profiter ? Ses poches étaient pleines de sales tours.
Et ses ballons avaient atterris au plafond. Uh-oh. Il allait lui falloir un escabeau pour les récupérer.

« Dix ans ? dur, fit-il en riant comme un demeuré, mais puisque je suis un petit garçon, tu peux bien me faire un câlin ? »

Puisqu’il était mineur et pas attirant, hein, elle y perdait quoi ? Il tendit les bras, attendant patiemment qu’elle vienne s’y blottir ou, plus probablement, protester et rester cloîtrée derrière son comptoir.

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 190619103713458157
A rainbow never smiles or blinks, it's just a candy-colored frown:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apricot Tea


Crimson District

Crimson District

Apricot Tea

Messages : 68
Date d'inscription : 21/04/2014
Localisation : Chez elle.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeDim 2 Juin - 1:54

Que ça fasse rire Nout ne l'étonna pas du tout. Il riait tout le temps, de toute façon. A croire qu'il était coincé sur la même chaîne en permanence — peu importe l'humeur, une seule réaction possible. Tant mieux pour lui s'il était vraiment content de tout mais en attendant, ça ne lui facilitait pas la tâche. Quand les autres se vexaient, au moins, elle pouvait se sentir un petit peu mal et les laisser bouder le temps que leur idée stupide passe. S'il restait là à toujours trouver quoi répondre à ses bêtises, ils n'allaient jamais s'en sortir.
Pas avant qu'elle l'ait mis à la porte ou qu'il ait pris cinq ans, en tout cas. Elle n'était plus trop sûr duquel était le plus probable, à force de l'entendre dire n'importe quoi. Peut-être qu'il allait vraiment vieillir d'un coup, entre deux clignements d'yeux. Quand on veut ou peut, hein. Il avait l'air de vouloir, même pour rire, alors elle se méfiait un peu.
Yeux plissés, doigts posés sur le rebord du comptoir, elle regarda ses bras tendus comme on observe un criminel qui dit "juré, cette fois je tue personne". Elle savait très bien que lui faire un câlin était la pire idée qui soit. Pas parce qu'elle arrivait à voir ce qu'il pourrait bien faire de terrible une fois collé à elle (quoi que), mais juste parce qu'il avait l'air trop fier de lui pour être honnête. Il avait forcément quelque chose derrière la tête. Obligé. Elle ne voyait pas les choses autrement.
Mais en même temps bon, c'était elle qui n'arrêtait pas de dire qu'il était trop jeune et que ça se voyait et qu'elle se fichait bien d'à quoi il ressemblait puisqu'il avait l'air trop jeune et qu'il ne risquait pas de l'intéresser, ni à dix kilomètres ni à deux centimètres, donc se tenir à distance ç'aurait encore été admettre qu'elle avait menti eeeet.

Elle fronça les sourcils plus fort. Il était toujours torse nu.

« Je te fais qu'à moitié confiance, admit-elle sans cesser de le dévisager. Voire un quart seulement.  »

Malgré tout, parce qu'elle était adorable et gentille et vivait de compromis, elle accepta de faire un pas sur le côté. Puis un autre. Puis un en avant. Ne plus être cachée par le comptoir l'inquiéta un peu, après coup, mais elle eut tôt fait de se traiter d'idiote. C'était Nout, hein. Le pire qu'il risquait de faire, si elle avait le malheur de rentrer dans son jeu, ce serait de faire glisser ses mains trop bas. Ou d'attendre qu'elle se gêne toute seule. Tout aussi crédible.
Pas la mort, quoi. Des trucs d'ado stupide.

« Je te ferai un câlin si tu te rhabilles. Sinon, c'est moi qui te rhabille et après je te mets dehors. »

Non négociable. Et si c'était elle qui lui remettait une veste magique sur le dos, elle jurait que ce serait noir et triste et boutonné jusqu'en haut, juste pour l'offenser.

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 160619013229336003
« Inside my head is humming ; sometimes I hear them coming.
The power, believing - the hate I hate believing.
Where is this ? It can't be -
Who are you ? I know you.
You wouldn't ; or would you ?
Don't fight me - ignite me !
My trigger, your finger ;
Your darkness, I know it.
Come forward, I've seen it -

I mean it. »

I need a miracle, and not someone's charity :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nout


Dreamland

Dreamland

Nout

Messages : 318
Date d'inscription : 07/09/2013
Localisation : On peut s'arranger.

« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitimeLun 17 Juin - 19:43

Le manque de confiance de sa dulcinée le blessa tant qu’il porta les mains à son cœur ; ah ! touché ! Et coulé, il allait se laisser dépérir de tristesse. La vie n’avait plus aucun sens.
Haji lui fit sa moue la plus convaincante pour aller avec ses grands gestes de théâtre. Franchement, il voyait zéro raison de ne pas lui faire confiance à 100 %. Il était serviable, vendait du bonheur et des ballons même aux psychopathes du pire district d’Euphemia, et il aidait les grands-mères à traverser la rue. Même en cherchant très fort, Apricot n’aurait pas trouvé mieux. Le corps de rêve, c’était en bonus. Les skills en jonglage, pareil.
Elle lui fit la fleur de s’approcher malgré sa super grande méfiance à son égard, et il se remit à sourire – pour deux secondes avant de retourner à sa grimace déçue. Se rhabiller ? Il avait pas tombé le sweat pour le remettre trente secondes plus tard ! Il faisait même pas frisquet, aucun risque d’attraper la grippe.

Il porta la main à son front, le tout agrémenté de soupirs exagérés.

« J’ai compris ! Tu me détestes tellement que ma vue t’insupporte ! »

Ce qui était objectivement à mille lieues de ce qu’elle lui avait dit, mais Haji donnait dans l’interprétation créative. Il se sentait l’âme lyrique.
Sans laisser le temps à madame de s’offusquer ou rectifier son ânerie, il ajouta d’un air pénétré :

« Ou alors tu me donnes dix ans parce que tu en as pas vu assez. Je peux arranger ça, si tu veux. »

La déclaration, déjà inquiétante en elle-même, fut suivie d’un geste éloquent vers la braguette de son jean. Lou devait bien se douter que le « si tu veux » tenait plus du « dans trente secondes top chrono » et qu’il n’allait pas lui laisser le choix.
Plus les minutes passaient, plus la menace d’un appel à la police ou un coup de pied au derrière se profilait à l’horizon. Nout était prêt à souffrir – il se sacrifiait à l’amour.

_______________
« When Jesus say yes, nobody can say no. » 190619103713458157
A rainbow never smiles or blinks, it's just a candy-colored frown:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







« When Jesus say yes, nobody can say no. » Empty
MessageSujet: Re: « When Jesus say yes, nobody can say no. »   « When Jesus say yes, nobody can say no. » I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
« When Jesus say yes, nobody can say no. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Crimson District :: Le quartier malfamé-