AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 « I better put my jeans back on. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alcyon


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/08/2014
Localisation : Chez lui.

MessageSujet: « I better put my jeans back on. »    Dim 25 Jan - 1:36


Toc toc toc.
Main droite occupée à tenir les poignées d'un sac en toile blanche, ce fut la gauche qui s'occupa de frapper à la porte : avec suffisamment de force pour être sûr qu'on l'entendrait sans heurter le bois comme un fou furieux pour autant. De un, il n'avait aucune envie de se faire mal ; de deux, les écorchures aux phalanges, très peu pour lui ; et de trois... Il n'y avait pas de trois, en fait. Deux raisons lui suffisaient amplement et quoi qu'il en soit, le jeune homme n'avait nul besoin de réfléchir deux heures au pourquoi du comment avant de se décider à mesurer ses gestes. Certes, parfois, il aurait mieux fait de s'arrêter pour peser le pour et le contre. Souvent, même. Très régulièrement. Mais puisqu'il avait bien fait, pour une fois – rien cassé ni chez lui ni chez l'autre – il décida qu'il s'attarderait sur la question un jour prochain. Dans une autre vie, par exemple. Quelque chose comme ça.
Doucement, Keane ramena ses mains devant sa bouche pour souffler dessus. Il ne faisait pas spécialement froid mais il aimait à jouer que si ; ça lui évitait de se rappeler que oh, surprise, il était toujours coincé dans ce jeu à la con. Pas que son short et sa chemise blanche le protègent beaucoup du froid, mais passons. Chez lui, il y aurait sans doute eu un peu de neige à cette époque de l'année. Savoir que d'autres en profitaient sans que lui ait la chance de ne serait-ce que ressentir le contact des flocons contre sa peau claire l'énervait au plus haut point. Il avait eu envie de tout casser, de jeter des objets par la fenêtre, de démolir sa télé avec une batte de base-ball, d'aller chercher Father pour lui expliquer sa façon de penser avec ladite batte et puis, finalement, tout était retombé. Comme un gâteau se serait dégonflé, le jeune homme avait senti sa colère se faufiler entre ses doigts secs pour ne laisser derrière elle que de vagues relents d'amertume trop bien contenus.
Le contrôle n'était jamais un problème, en soi, avant qu'il n'en devienne un. Le garçon peinait à laisser libre-cours à des émotions qu'il n'admettait que difficilement ; parce que pour ça, il aurait fallu qu'il commence par admettre que c'était de sa faute, sa faute à lui et à personne d'autre, s'il était coincé dans cette situation ridicule. Or ça, non. Jamais. C'était la faute de Jenn, un peu, celle de Darrel, complètement – mais pas de la sienne, non, pas de la sienne. Il n'était qu'une victime dans toute cette histoire. Il n'avait pas de sang sur les mains. Jamais. L'agneau portant l'habit du loup peut-être, mais l'inverse ? Franchement ! Il n'avait rien fait de si répréhensible que ça.

Les regrets, collés à ses semelles plus fort que du chewing-gum, pouvaient toujours courir pour avoir le droit à la parole.

Agacé qu'on le fasse attendre plus de cinq secondes à la porte, prêt à faire demi-tour pour mieux rentrer par la fenêtre si on osait ne pas lui répondre du tout, Alcyon frappa de nouveau. La patience n'était pas sa moindre qualité. Déjà qu'il acceptait d'honorer Monsieur de sa présence, il avait tout intérêt à être content.
Aussitôt que la porte fut ouverte, yeux baissés, sans prendre la peine de vérifier que ce n'était pas un sinistre inconnu en lieu et place du rouquin, il tendit brusquement son sac à hauteur du torse de l'autre géant et remit coquettement une mèche de cheveux en place.

« Je. M'ennuie. »

Ça avait le mérite d'être clair, au moins.

_______________

« If I wanted to I could be as patient as death,
Fix this hole in my heart leaking into my flesh.
If I wanted to I could turn sparks into ice ;
I wouldn't have to be in love with you,
If I only wanted to. »

For when commitment is a dirty word :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Big Bad Wolf


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 24/08/2014
Localisation : Dream Land

MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    Lun 26 Jan - 22:03

Big Bad Wolf venait de finir sa cinquième tour de marshmallow lorsqu’Alcyon vint frapper à sa porte en quête d’action. 

Il ne savait même pas exactement quand, pourquoi ou même comment cette idée lui était venue, tout ce qu’il savait était qu’il avait minutieusement coupé des marshmallows en tranches et les avaient empilés les uns sur les autres afin de former différents objets ou juste en faire des grandes colonnes. L’utilité? Ca l’occupait, et ça l’occupait même plutôt bien puisqu’il ne pensait plus qu’à faire un grand château de marshmallow juste parce que ce serait super cool. Innovation mondiale.

Vous cherchez comment occupez vos enfants? Achetez des kilos et des kilos de marshmallows, fun assuré pendant plusieurs heures, même pour les plus hyper-actifs.

Bon, bien entendu, il avait eu des moments de décrochages intense, par exemple le moment où il avait été acheté du soda et avait été distrait plus de 15 minutes par une désagréable odeur qui se trouvait être tout simplement les égouts et un homme particulièrement imbibé. Avoir un odorat sur-naturel n’était pas tout à fait chouette. Au début, c’était génial, mais au fur et à mesure que le fun retombait, c’était surtout beaucoup de souffrances. Si quelqu’un a oublié de se brosser les dents ce matin, c’est lui qui trinque. Malédiction.

Enfin, ensuite il avait été distrait par une dispute de couple particulièrement bruyante à l’étage du dessus, une pause étirement qui avait fini par devenir une pause snacks d’une heure en face de la télé et enfin un entrainement à faire la roue qui s’était arrêté net après qu’il ait cassé un verre et frôlé la crise d’asthme. Les marshmallows lui avaient tout de suite semblé bien plus amusants et sécurisants qu’un quelconque exercice physique. Il préférait largement passer des heures à couper des confiseries qu’une heure à reprendre une respiration normale. La saloperie ne l’avait pas quitté, tristement, et il n’avait pas encore tenté de vérifier s’il avait toujours ses allergies ou pas. L’hôpital, très peu pour lui. Karel n’était même pas certain qu’il y en avait un dans le coin. Le temps qu’il y aille, il aurait le temps de mourir une dizaine de fois. Ce qui serait triste. Très triste.

Dévastateur.

Heureusement pour lui, avant qu’il ne soit trop tenté d’essayer, l’on toqua à la porte. Il se dressa si vivement sur ses jambes qu’il s’en cogna la hanche dans la table, faisant tomber à l’occasion la moitié de ses marshmallows qui s’éparpillèrent anarchiquement sur la table. Des heures de travail envolés en quelques secondes. Il en aurait presque été ému si la personne à sa porte ne semblait pas s’impatienter.

Un large sourire s’étendit sur ses lèvres lorsqu’il découvrit qui lui faisait l’honneur de sa présence. Impossible de se tromper sur son identité, Karel pouvait même reconnaître son odeur à se niveau. Alcyon sentait meilleur qu’un bon tiers de la population du coin, alors forcément, ça forçait le respect et l’affection. Merci d’exister.

Et puis, impossible de se tromper aussi sur son attitude.

« Je. M'ennuie. »

Karel rit de bon coeur, prenant délicatement le sac qui lui était tendu sans broncher, se rendant à peine compte que cela pouvait être une manière impolie de se présenter chez quelqu’un. Avoir une visite surprise, peu importe la raison, lui faisait tellement plaisir, et en plus si c’était Alcyon - Alcyon quoi -, il était conquis.

« Entre, entre, fit-il joyeusement tout en faisant un pas de côté pour lui laisser l’espace de le faire. J’étais en train de faire un château en marshmallow, c'était plutôt fun. »

Le faux-roux doutait franchement qu’Alcyon serait heureux de faire aussi un château de marshmallow, mais enfin, il pouvait toujours être surpris.

Il ferma la porte du pied, grand sourire béat comme dessiné au stylo indélébile sur les lèvres tandis qui serrait inconsciemment le sac contre sa poitrine, regard rivé sur le plus petit garçon, visiblement en pleine jubilation interne.

« Tu veux manger un truc? J’ai… plein de marshmallows? »

Promis, il ne se nourrissait pas que de ça. Il en avait juste beaucoup. Mais surtout pour son travail. Vraiment. Il n’était pas fanatique du marshmallow.

Il trouvait juste cela amusant.

Shh.

_______________

#2E64FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcyon


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/08/2014
Localisation : Chez lui.

MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    Dim 22 Mar - 6:00

En voyant le large sourire parfaitement idiot de son hôte, Keane ne put que se demander pourquoi – Seigneur tout puissant, pourquoi – il avait décidé de venir lui rendre visite au juste. Enfin, au-delà de son affirmation parfaitement claire sur ce point. A savoir qu'il s'ennuyait. Certes, il n'avait pas beaucoup d'amis ici comme ailleurs ; et en effet, peu de gens l'auraient accueilli avec autant de joie évidente que le faisait le grand méchant loup en ce moment même. Mais est-ce que ça l'aurait vraiment dérangé de se faire recevoir comme un malpropre ? Parce que oui, d'accord, il aimait bien être aimé. C'était un fait. Mais à force d'envoyer promener les autres avec grâce et amabilité, le jeune homme ne pouvait nier s'être habitué à une certaine forme de rejet. Pas qu'on s'habituait vraiment à ces choses-là, de son expérience, mais du moins y devenait-on relativement insensible pourvu qu'on ne mette aucunement du sien à se faire accepter. Ne pas travailler et récolter un zéro, tout comme avoir un vingt après des semaines de travail acharné, semblait relativement justifié. Ni déception ni réelle surprise. Il savait à quoi s'attendre.
Et pourtant, parmi tout ces visages qu'il aurait pu s'amuser à contrarier, il avait décidé d'aller voir un des rares sourires sur lesquels il était à peu près sûr de pouvoir compter.
Ce qui en révélait long sur son humeur du moment, en réalité.
Mais qu'importe.

« Entre, entre. J’étais en train de faire un château en marshmallow, c'était plutôt fun. »

Bieeeen. Il commençait déjà à regretter de s'être à ce point ennuyé, tout compte fait.
Curieux malgré son apparent désintérêt, main à présent libre du si léger fardeau confié entre les mains de l'autre rouquin, Alcyon fit quelques pas dans l'entrée pour permettre au garçon de fermer derrière lui. Pas qu'il n'ait pas envie de prendre racine dans l'entrée mais tout de même, ça n'aurait pas été très pratique. Pour tout un tas de choses. Pour la plupart des choses imaginables, en fait – quoi que son imagination restait relativement molle et décédée. Elle peinait déjà à se figurer comment fabriquer un château en marshmallow, alors de là à trouver autre chose à faire... Il ne fallait pas trop lui en demander pour l'instant. Heureusement pour eux que l'esprit vif du britannique avait la fâcheuse tendance de renaître de ses cendres aux pires moments imaginables.
Avec, bien entendu, les pires des pires idées en stock.

« Tu veux manger un truc ? J’ai… plein de marshmallows ? »

Urgh. Rien qu'à l'idée de saisir entre ses doigts ces petits conglomérats de sucre collants et dégoûtants, le nez de Keane se plissa visiblement. Pas que le sucre soit sa bête noire ; il aimait assez les boissons ultra caloriques pour pouvoir affirmer le contraire. Seulement quand ça lui restait sur les doigts et l'estomac, très peu pour lui. Bras croisés, regard planté dans celui de Bad Wolf sans ressentir ni gêne ni besoin de détourner les yeux vers un endroit du décor un tant soit peu moins expressif que ces foutus machins bleus, il haussa un sourcil. L'air de dire « Vraiment ? » ou peut-être encore « Pour quelle sorte de paysan tu me prends ? ». L'un comme l'autre, chez lui, revenant relativement au même.
A savoir, en l'occurrence : « Tu sais où tu peux te les mettre, tes trucs ? »

Chose qu'il n'aurait jamais dite à voix haute, pensez vous – un Prince ne jure pas. Quelque chose comme ça.
Keane aimait jurer pourtant. Il aimait assez à se changer suivant ce qui l'arrangeait.

« Noooon merci, lâcha-t-il en pivotant sur lui-même, avançant de quelques pas pour tenter d'apercevoir le fameux château fort – qu'il n'eut pas grand mal à trouver. Mais si tu as du thé. Ou quoi que ce soit d'autre qui soit buvable. »

Yeux plissés, le jeune homme observa les tranches de sucreries avec un intérêt mitigé. S'il ne comprenait pas qu'on puisse aimer tripatouiller ces trucs, il comprenait encore moins comment on pouvait en venir à faire ça sans viser le livre des records catégorie nourriture : ce que, il le craignait, Karel ne devait pas avoir en tête au moment où il s'était mis à l’œuvre.
Le pauvre. Heureusement qu'il l'honorait de sa présence, n'est-ce pas. Il aurait fini par se noyer dans ses tours précaires sans son arrivée impromptue.

Notons que l'idée d'un bain de marshmallow, étrangement, parut tout de suite nettement plus excitante à Alcyon – et cela même si l'entreprise aurait impliqué encore plus de contact entre sa peau et le sucre. Comme quoi.

« Si tu avais une piscine de ça, fit-il remarquer d'un ton suffisant, ça pourrait peut-être éventuellement être un peu fun. T'as quel âge, dix ans ? »

Quoi que ses remarques étaient comme toujours assez acerbes, il n'y avait aucune méchanceté réelle dans la voix du garçon ; il n'avait pas grand chose de concret à reprocher à son ami à ce sujet – après tout, il n'était pas vraiment plus mature sur bien des points.

_______________

« If I wanted to I could be as patient as death,
Fix this hole in my heart leaking into my flesh.
If I wanted to I could turn sparks into ice ;
I wouldn't have to be in love with you,
If I only wanted to. »

For when commitment is a dirty word :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Big Bad Wolf


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 24/08/2014
Localisation : Dream Land

MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    Mer 3 Juin - 14:36


Ils devaient avoir l’air d’une drôle de paire, le gringalet au sourire éclatant et le petit à la moue dédaigneuse. Karel appréciait le contraste comme il l’avait toujours fait; il n’était pas partisan du ‘qui se ressemble s’assemble’, mais bien plus du ‘les opposés s’attirent’. Il avait beau bien s’entendre avec ses semblables, il y avait toujours quelque chose de plus fascinant à se lier d’amitié avec des personnes qui ne partageaient absolument pas la même mentalité que lui. C’était enrichissant, amusant; il avait beau s’en prendre souvent plein la gueule, au final, il avait l’impression d’avoir obtenu quelque chose malgré tout. Bref, c’était étrange, mais pas détestable.

De toute façon, Erin lui avait toujours dit qu’il était maso.

Il referma la porte derrière le garçon, glissant gaiement derrière lui, peu affecté par l’arrogance naturelle de celui-ci. BBW avait beau ne pas avoir passé énormément de temps avec le garçon, il en savait assez pour savoir qu’il s’agissait là d’une attitude tout à fait normal et qu’il ne l’arborait pas du plus profond de son être. Croyez le, il avait mis un petit moment avant de s’en persuader; mais puisqu’Alcyon revenait, il imaginait qu’il l’appréciait même un peu. 

« Noooon merci. Mais si tu as du thé. Ou quoi que ce soit d'autre qui soit buvable. »

Pas de grande surprise, là encore. Alcyon était plutôt du genre prévisible, après tout. Les chamallows, ça ne faisait probablement pas assez ‘snobbish’ ou un truc du genre. Ou bien il n’aimait tout simplement pas cela, ce qui était également fort probable, aussi curieux que cela puisse sembler au néerlandais. Triste mais plausible.

« Si tu avais une piscine de ça, ça pourrait peut-être éventuellement être un peu fun. T'as quel âge, dix ans ? »

Karel sourit, agréablement surpris. Au final, Alcyon était vraiment intéressé par le château, peu importe ce qu’il en disait. Il balaya la pique rapidement, peu concerné par son âge mental, passant devant le garçon pour accéder à son salon.

« J’ai bien du thé. Je crois, rajouta-t-il rapidement dans sa barbe inexistante. Fait comme chez toi! »

Il n’avait probablement pas le dire, son invité surprise semblait tout à fait le type à se mettre à l’aise chez quelqu’un sans aucun problème et c’était tout à son honneur. Lui même paniquait pendant 5 minutes avant de s’affaler sur un sofa, il ne pouvait rien dire.
Karel s’empressa d’aller fouiller dans ses tiroirs après avoir enclenché la bouilloire. Il était certain d’en avoir dans le coin…

« Et tu sais, fit-il soudain en repensant aux paroles d’Alcyon, je pourrais probablement faire un bain avec tous les marshmallow que j’ai. C’est pas une piscine, mais… »

Lui-même trouvait l’idée plutôt amusante - bien que franchement, ça n’avait rien de bien surprenant. Dès qu’on lui parlait de faire un truc idiot et potentiellement problématique, il était toujours partant. Certes, ce serait un énorme gâchis de marshmallow, mais… Ca en vaudrait totalement le coup.
Soudain, il brandit, victorieux, un paquet de thé vert aromatisé à la menthe comme l’on brandirait fièrement un trophée de sport.

« Ah, voilà! J’ai que du thé à la menthe, j’espère que ça te va. »

Sinon, il pouvait toujours courir - pas au sens propre du mot- au supermarché pour aller chercher autre chose plus à son goût mais il préférait largement ne pas.

Il avait eu assez d’odeur d’égouts pour sa journée.

_______________

#2E64FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcyon


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/08/2014
Localisation : Chez lui.

MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    Ven 3 Juil - 5:24

Maintenant que l'agneau avait laissé rentrer le loup dans la bergerie – ce qui était d'une ironie juste parfaite étant donné le pseudonyme de son hôte, n'est-ce pas – Keane se sentait quasiment en terrain conquis. Ce qui signifiait, en clair, qu'il ne partirait sous aucun prétexte autre que son propre désir de s'éclipser. Point à la ligne. Inutile d'essayer de le convaincre et encore moins de le persuader ; n'en faire qu'à sa tête et embêter son monde était l'une de ses principales compétences sociales, très riches et diversifiées par ailleurs. Si le jeune homme en avait assez de son invité et souhaitait s'en débarrasser, il faudrait l’attraper et le jeter à la porte. Littéralement. Ce qu'il l'imaginait assez mal faire, vraiment, hormis dans le cas d'une attaque de guêpes à l'intérieur de la maison. Mais bon ; il ne connaissait pas le dreamlandien par cœur, après tout. Loin de là. Il n'était donc pas à l'abri d'une surprise.
Quoi qu'il en soit, il ne disait jamais non à de nouvelles informations sur ses connaissances immédiates. Ça pouvait toujours être utile. Ce n'était pas comme si BBW pouvait réellement n'être qu'un grand dadais toujours de bonne humeur, hm ? Il avait forcément plein de défauts  désagréables cachés dans un placard. Et il ne parlait pas d'être maladroit ou stupide, non. Ça, ça pouvait encore être considéré comme attachant. Par certains obscurs individus. Dont il ne faisait pas partie. Un vrai défaut donc, de son avis, était quelque chose de consensuellement mauvais. L’égoïsme. La méchanceté gratuite. Les arrivistes, les colériques, les hypocrites... Et que savait-il encore.

Des comportements incivils, il y en avait pléthore.

Alcyon savait que certains étaient nettement plus gentils et attentifs qu'ils n'étaient violents ou égocentriques. Ce n'était pas une légende urbaine, le monde n'était pas mauvais et rempli de sombres horreurs à tous les coins de rues – non, non. Bien sûr qu'il y avait des crétins trop gentils pour leur propre bien un peu partout sur Terre. Idem à Euphemia.
Mais vraiment, être adorable n'apportait rien si ce n'était des ennuis et du malheur.
Soupir au bord des lèvres, le rouquin se laissa tomber sur le canapé sans accepter de lâcher le château des yeux. Il aurait été en plein combat de regard avec lui qu'il n'aurait pas eu l'air plus sérieux ; il allait peut-être finir par percer des trous dedans, s'il continuait. L'existence même de ce truc offensait sa vue. C'était trop, trop stupide. Et dégoûtant.
Après s'être assuré que le garçon était trop occupé avec son thé pour le fixer, il subtilisa le sommet d'une des tours.

« Et tu sais, je pourrais probablement faire un bain avec tous les marshmallow que j’ai. C’est pas une piscine, mais… »

Histoire de ne pas trahir son terrible crime, il se contenta de laisser s'échapper un « hmmm » songeur entre ses dents serrées.
Ce truc était définitivement trop sucré, collant. Peu habitué aux bonbons et autre sucreries, jugées superflues par le porte-monnaie de son père pour des raisons évidentes, il décida néanmoins de lui accorder un point pour avoir essayé d'être bon. Et puis, oui, en bain, ces trucs pouvaient peut-être avoir un semblant d'utilité. Peut-être. Et il ne le saurait jamais, quoi qu'il en soit, parce qu'un bain n'était pas de son niveau. Piscine sinon rien.
Sauf s'il ne trouvait rien de mieux à faire, évidemment.

« Ça ira, lâcha-t-il en croisant les jambes et les bras, toutes traces de son méfait disparues d'entre ses dents blanches. Mais tu devrais boire plus de thé. C'est très bon pour la santé. »

Ou pas. En fait, il n'en savait rien du tout – ce n'était pas tellement le propos.

« Enfin, non. Oublie. Si tu passes ta journée à manger ces machins-là, c'est pas ça qui te sauvera. » Un alcoolique qui mange sainement n'immunisera pas son foie, non, pas la peine de rêver. « Si tu avais fait un château de tomates et de carottes, encore... »

Ça aurait eu plus de sens, remarquez : s'amuser avec des trucs que de toute façon on n'a pas envie de manger. La logique du jeune homme lui échappait.
Enfin, s'il y en avait une. De logique.
Probablement pas.

« Tu comptais faire que ça de ta journée, au fait ? »

S'il lui disait oui, il jurait de faire le plus beau facepalm de l'histoire de l'Angleterre.
Et s'il lui disait non, il aurait probablement l'occasion de le faire quand même.

_______________

« If I wanted to I could be as patient as death,
Fix this hole in my heart leaking into my flesh.
If I wanted to I could turn sparks into ice ;
I wouldn't have to be in love with you,
If I only wanted to. »

For when commitment is a dirty word :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Big Bad Wolf


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 24/08/2014
Localisation : Dream Land

MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    Sam 28 Nov - 18:08


Le truc vraiment génial avec Alcyon, c’était qu’il sentait bon, en permanence. Bien sûr, Karel ne le suivait pas partout à tout moment de la journée, toutefois il avait pu remarquer que jamais le garçon n’avait eu une odeur désagréable. Il avait fini par s’en demander si le garçon ne se trimballait pas partout avec une bouteille de parfum dans son sac. Quoi que ce soit, Karel l’en remerciait du fond du cœur et allait donc passer sa vie à ses côtés. Platoniquement.

BBW mit la bouillotte en route tout en s’activant à dénicher la plus belle de ses tasses comme s’il recevait le roi d’Angleterre et pas juste un de ses sujets. De toute façon, il s’imaginait difficilement lui donner sa tasse « best dad ever » qu’il avait acheté uniquement pour la raison qu’elle était en promo et qu’il venait de casser toutes les siennes dans un terrible incident de cuisine. La cuillère lui avait échappée. Nombreuses pertes à déplorer ce jour-ci dans la communauté de la vaisselle, paix à leurs âmes.
La vérité vrai, c’était que Karel s’ennuyait quand même beaucoup dans son petit appartement ; il n’était pas fait pour vivre seul, voyez-vous. Bien sûr, sa spectaculaire imagination l’empêchait de mourir d’ennui, toutefois ça n’avait rien de bien motivant de jouer à lancer la balle, surtout s’il n’y a personne pour la rattraper à l’autre bout et qu’il doit courir pour aller la récupérer. Pour être bref, n’importe quelle distraction extérieure était une bénédiction, mais Alcyon, c’était plus que ça.

Alcyon, c’était un peu le Saint Graal en fait. Le top de la qualité. Le roi Arthur et ses chevaliers. La Vierge Marie. Di- oui, bon peut-être pas, mais il était heureux, quoi.
Il dénicha une tasse blanche simple avec une fleur mauve dessus, y jeta le sachet de thé, versa l’eau délicatement dessus comme un pro. Jusqu’ici, rien de bien compliqué, tout cela en écoutant vaguement Keane se plaindre de ses habitudes alimentaires –rien de surprenant jusqu’ici. Le garçon semblait croire que Karel se nourrissait uniquement de marshmallow à son plus grand amusement, alors qu’en réalité, il n’aimait même pas tant ça. De loin, il préférait les carambars, si la composition le lui permettait.
A la mention des légumes, il grimaça. Il ajouta une cuillère dans le thé avant de saisir la tasse par la hanse et s’en retourner dans le salon pour l’offrir à son très cher invité.

« Tu comptais faire que ça de ta journée, au fait ? »

Non. Oui. Peut-être. C’était assez fascinant comme opération, vraiment. Et terriblement long aussi.
Karel posa la tasse sur la table à côté de son magnifique château de peur que s’il ne la donnait à Alcyon, ce dernier se brûle. De toute façon, le thé n’était pas encore assez infusé, ils avaient du temps devant eux. Genre, 3 minutes.

« Nooon, du tout. J’avais plein d’autres trucs de prévu ! genre, euh. Dormir ? Me doucher ? »

Passionnante vie qu’il avait là, n’est-ce pas ? On devrait faire un film sur ça.

« Je suis allergiques aux carottes. Genre, violemment. Je boursoufle en deux secondes top chrono si j’en mets dans ma bouche. »


La découverte n’avait pas été un moment très sympathique de sa vie, et depuis il avait un peur bleue des carottes. Et des fraises. Et des œufs et… Soupir interne. Karel est persuadé qu’il va mourir de son asthme ou de ses allergies ou des deux ensemble, un jour.
De ça, ils pourraient définitivement faire un film : Karel et ses problèmes de santé, tout une histoire passionnante.

« Alors malgré le fait que crucifier une carotte me ferait très plaisir, je préfère éviter un accident. »


Mourir dans un jeu, ce serait débile.


_______________

#2E64FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcyon


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/08/2014
Localisation : Chez lui.

MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    Mer 9 Mar - 18:35

Sourcil haussé, Keane dévisagea son hôte une petite seconde avant de ne reporter son attention sur la tasse blanche.
Sans vouloir le vexer – il avait quand même le droit de rester poli, à défaut d'être gentil – dormir et se doucher ne rentraient pas vraiment dans la catégorie « avoir quelque chose de prévu ». A moins qu'il n'en fasse toute une histoire et ne considère le chemin du canapé à la douche comme une aventure trépidante, bien sûr. Il  ne le jugeait pas. Il avait le droit. C'était bizarre, un peu (beaucoup) infantile, mais il avait le droit.
Dormir, en revanche, était un peu plus dur à défendre – d'autant qu'il ne faisait pas nuit noire et qu'il ne rentrait définitivement pas d'il-ne-savait quelle soirée exténuante. Là, à la rigueur, s'allonger aurait pu ressembler à quelque chose de super génial à anticiper avec joie. Si une quelconque dépression lui avait donné envie de se recoucher à peine levé, ç'aurait sans doute été valable aussi. Moins joyeux cela dit.
Comme il n'avait pas l'air d'aller particulièrement mal, Keane décida de ne pas y chercher plus loin que l'évidence. A savoir que le grand méchant loup vivait à la seconde à défaut d'au jour le jour.
Quel brave homme.

« Je suis allergiques aux carottes. Genre, violemment. Je boursoufle en deux secondes top chrono si j’en mets dans ma bouche. »

Ew.
Parce qu'il n'avait pas vraiment envie de voir ça (et de le tuer au passage), le britannique nota dans un coin de sa tête de ne jamais lui offrir de carottes – non sans une grimace élégante dans sa direction au préalable. Enfin. Ce n'était probablement pas la peine de le retenir parce que, concrètement, dans quelle situation aurait-il pu lui offrir des carottes ? Des bonbons, du thé, du café, des boissons sucrées, des gâteaux, pourquoi pas ; mais des carottes ? A moins de ne s'être subitement changé en rongeur, difficile de mettre ça sur une liste de mets à proposer en tant qu'hôte parfait.
Malgré tout, il ne pensait pas que l'information réussirait à passer à la trappe. Ne serait-ce que pour être sûr et certain de ne jamais, jamais avoir à gérer une crise de gonflement bizarre. Ça ne lui disait curieusement trop rien.

« Okay, d'accord. Pas de carottes, grimaça-t-il de nouveau. Mais bon, y'a toujours les tomates. Et tu pourrais quand même en faire un château. Sauf si tu le construis avec tes dents. »

Ce dont il doutait un peu.

« Je pensais presque pas que tu serais chez toi, admit-il. Ou paaaas seul... »

Son ton traînant fut suivi d'une brève inspection des lieux à laquelle il n'avait pas pensé en arrivant. S'il y avait eu quelqu'un d'autre, il l'aurait entendu. Et on l'aurait prévenu, à priori. Ne serait-ce que pour la simple et bonne raison que la moitié du monde ne devait pas vouloir être dans la même pièce que lui au même moment – l'adolescent était trop gentil pour ne pas prendre les envies de tout le monde en considération, il pensait.

Sachant qu'il avait pensé à rentrer par la fenêtre si on ne lui avait pas ouvert, de toute façon, BBW l'aurait retrouvé dans son canapé quoi qu'il en soit. S'imposer ne le gênait mais alors pas du tout.
Ce qui lui donnait effectivement des airs de squatteur-profiteur mais là encore, rien qui blesse sa morale.

« Va falloir travailler ta popularité. Où est ta horde de fans. »

Ça aurait été horrible, à ses yeux – trop possessif et jaloux pour apprécier que ses proches soient au centre de l'attention – mais ça restait un but honorable à atteindre. Sims aspiration popularité. Le plus d'amis possible ; jamais seul à s'ennuyer.
Distraitement, il ramassa un des bouts de marshmallow tombé en désordre sur la table pour le poser sur un autre.
Lui-même étant aussi loin de devenir riche qu'il l'était de travailler, il pouvait parler.

lol:
 

_______________

« If I wanted to I could be as patient as death,
Fix this hole in my heart leaking into my flesh.
If I wanted to I could turn sparks into ice ;
I wouldn't have to be in love with you,
If I only wanted to. »

For when commitment is a dirty word :
 


Dernière édition par Alcyon le Dim 10 Sep - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Big Bad Wolf


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 24/08/2014
Localisation : Dream Land

MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    Lun 26 Juin - 19:36


L'idée de faire un château de tomates ravi Karel au moins autant que celle de faire un château de d'oeufs crus; en somme, pas du tout. Non, mais les tomates, il aime ça, okay, y'a pas de problèmes, mais en château? Comment il est censé faire ça? S'il les découpe, va y en avoir partout, ça serait une grosse catastrophe et sa table basse ne s'en remettra jamais, et il y tient, à cette table, okay. Le marshmallow, ça se nettoyait à peu près bien, il était pas sûr que les tâches de tomates partout, c'était une bonne idée. En plus, bon, on va être honnête, mais y'a franchement plus bon que les tomates. Comme, par exemple, les marshmallows. Bref, Alcyon était super sympa de s'en faire pour lui et son régime alimentaire, mais fallait avouer que des fois, il avait des idées de merde, paix à son âme royale. Enfin, si il voulait l'aider à construire ce château, il ne dirait pas non, parce que…. Parce que. Il valait bien les tâches de tomates.

« Je pensais presque pas que tu serais chez toi. Ou paaaas seul... »

Karel est flatté. Enfin, il pense qu'il doit être flatté par cette révélation, il n'est pas vraiment sûr, mais la popularité, c'est rarement une mauvaise chose. Sauf si on pète un cable et se rase le crâne. Il est clairement pas à ce niveau encore. Et jamais, il l'espère. Il sourit de toutes ses dents à Alcyon, très content de son compliment qu'il prend très à coeur. Ca veut dire qu'il a une bonne opinion de lui, non? Il pense que Karel est une personne très agréable, en somme, et que les gens aiment être avec lui, c'est plutôt cool. Enfin, sa présence chez lui semble déjà être une indication de cette opinion, mais un policier ne crache pas sur plus de preuves.

« Va falloir travailler ta popularité. Où es ta horde de fans. »

Le rouge rit à cela, se massant la nuque comme quelqu'un qui est un peu embarrassé, même s'il ne l'est pas. Il s'aperçoit qu'il est encore debout et que ça doit avoir l'air un peu étrange, alors il s'assoit juste à côté d'Alcyon, laissant une distance qui lui paraît respectable entre eux sur le petit canapé deux places, se tournant un peu sur le côté pour ne pas perdre le contact visuel. Ce serait dommage, quand même.
Il soupire dramatiquement, une main sur son front.

"Il faut croire que je ne suis plus ce que j'étais avant."

Ou que ses amis travaillent ou sont occupés et qu'il veut pas forcément les déranger. De toute façon, il s'amuse bien tout seul, parfois.

"Et puis, tu es là maintenant, ajoute-t-il avec un sourire, alors tout va bien."

Et dans le meilleur des mondes, largement.


_______________

#2E64FE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcyon


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 23/08/2014
Localisation : Chez lui.

MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    Dim 10 Sep - 18:04

Mouais. Keane plissa les yeux, suspicieux face au trait d'humour carrément peu crédible de monsieur le grand méchant loup. Il n'était pas moche, d'accord, mais il était tout de même un peu niais, sans compter qu'il péchait côté sport et que son intelligence laissait franchement à désirer — enfin, pas que ce soit très important pour des ados en chaleur ;  avant d'avoir pu développer quoi que ce soit à voix haute, cependant, il fut coupé dans sa réflexion par un compliment inattendu.
A savoir que, le concernant, tous les compliments étaient inattendus. A part Jenn et parfois son père, personne ne s'amusait à lui en faire. Pas besoin d'être un génie pour comprendre pourquoi.
En bonne héroïne de shoujo, le britannique laissa donc filer le rire de gorge le plus incrédule de la création, puis sentit une mine vexée voler sur son visage la vedette à toute autre émotion plus appropriée. Pour aucune raison que ce soit, certes — mais la gêne et l'embarras faisaient partie de ces choses auxquelles personne n'avait le droit de le soumettre, et il comptait bien détester le pauvre garçon toute sa vie pour avoir sous-entendu trop clairement que "ta présence est appréciée".
Évidemment, qu'elle l'était, de toute façon. On avait tout intérêt à l'apprécier. Voire à l'adorer. L'aduler. Le vénérer. Le révérer. Bref.

A défaut de trouver quoi dire de pertinent (à part "genre"), Keane leva les yeux au ciel et se reconcentra sur ces foutus chamallow.

« Ouais, ouais. Je suis généreux comme ça, lâcha-t-il, extrêmement sérieux. Je viens sauver les âmes en peine de leur misère, c'est ma passion. »

Une partie de son cerveau avait presque envie de répéter que non, il n'était pas venu ici parce qu'il avait envie de le voir, que ce n'était qu'une bête question d'ennui et de proximité, mais même son côté mauvais et gêné se rendait bien compte que ça aurait été de trop. Insistez suffisamment sur quelque chose et n'importe qui d'un peu perceptif comprendra le contraire ; gentil ou pas, Karel aurait sûrement ressenti le mensonge sans trop de mal. Keane avait sa fierté, pour sûr, mais il n'en était pas encore à refuser l'affection des autres.
Il était très nul pour la recevoir, en revanche. Répondre "je sais, je sais" fonctionnait mieux dans certains cas que dans d'autres.
Si l'autre asperge de service voulait lui expliquer à quel point il était cool, il voulait bien. Lui dire "oh mais j'aime bien que tu sois là", c'était autre chose.

Son thé avait intérêt à être vite prêt. Il détestait avoir les mains vides.

Histoire de le prouver un peu plus, il se réempara d'un morceau de chamallow et le posa sur une des tours.
Et non, il ne construisait pas de fichu château. Il le rééquilibrait juste.

« Mais bon. Comme tu me sauves de mon ennui, on va dire qu'on est quitte. Pour cette fois. »

Quelle générosité, n'est-ce pas.

« Ah, et puisqu'on parlait de piscine. Tu sais si y'en a une, ici ? J'ai tellement rien visité encore » grommela-t-il en se laissant aller dos contre le dossier, songeur.

C'était bien beau, d'occuper ses journées à grommeler et à traîner en ville, mais ça allait vite devenir lassant. Quitte à passer plus d'un an ici, les services avaient au moins intérêt à être de qualité — et en quantité. Complexe sportif, piscine d'agrément, parcs, plage, montagne et piste de ski constituaient un minimum syndical auquel il refusait de renoncer.
Pas qu'il ait vraiment le choix, mais peu importe. Il le prenait.

_______________

« If I wanted to I could be as patient as death,
Fix this hole in my heart leaking into my flesh.
If I wanted to I could turn sparks into ice ;
I wouldn't have to be in love with you,
If I only wanted to. »

For when commitment is a dirty word :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « I better put my jeans back on. »    

Revenir en haut Aller en bas
 
« I better put my jeans back on. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I go back to black.
» Trac(k)back sur Colorado
» Trailer - Battlefield 3 Back to Karkand
» Site partitions et play back
» Bleach - Turn Back The Pendulum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Dream Land :: L'allée aux lumières :: Habitations-