AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kohaku


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 26/07/2014
Localisation : Hope Corporation

MessageSujet: Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.   Mer 3 Déc - 19:49


❝KOHAKU


• Comment tu t’appelais ?
Haru Fujikawa.
• Tu as choisi quel pseudo ?
Kohaku. (Je voulais l'appeler carpe, mais je me suis dit que ça allait faire con)
• Tu as quel âge en fait ?
16&16 32
• Tu viens d'où ?
Je pense qu'on le devine facilement, il est russe.

... Bon ok. Il est japonais.
• Tu veux aller sur quelle île ?
Hope Corporation.
• Tu fais quoi dans la vie ?
Apprenti secrétaire pompier et/ou Policier.
Il aurait préféré être un super héro. Très franchement. Mais il paraitrait que ce n'est pas vraiment un métier alors il a embrassé une autre carrière. À contre-Coeur. Officiellement Kohaku est un apprenti agent de police. Mais tout ce qu'on lui demande de faire c'est de classer des dossiers. Apporter du café. Faire patienter les civils. Parfois on le laisse intervenir sur le terrain, pour aller secourir les animaux coincés en haut des arbres. Comme les chats. (surtout parce qu'il en a peur) Comme un pompier. Mais il ne s'en plains pas. C'est un brave garçon.
• T'es un super-héros ?
Entre nous, il n'aime pas vraiment dévoiler le nature de son don. Pas parce qu'il veut paraître plus mystérieux. Non. Parce qu'il en a honte. Théoriquement les joueurs choisissent leur pouvoir. Théoriquement. Il ne sait pas très bien ce qu'il a cafouillé. Il aurait voulu avoir au moins l'un des pouvoirs de Superman. Mais non. Il peut simplement accélérer la pousse du cheveux ou des poils. Rien qu'avec la force de son esprit. Il lui suffit de se concentrer sur une zone en particulier. Comme les cheveux. Et hop ça pousse. Vite. Très vite. Par contre il n'a aucun contrôle sur la longueur. Ce qui est sympa c'est que si un jour il se retrouve coincé en haut d'une tour, il pourra toujours faire pousser ses cheveux pour en faire une corde. Et ça marche aussi bien sur lui que chez les autres. Évidemment il ne peut pas le faire sur deux personnes en même temps et ça lui demande un minimum de concentration.

Ça reste entre vous et moi, hein?


» Mémorisation Physique.



• La couleur de tes yeux de biche ?
Ils sont rouges naturellement. Ce sont des lentilles. Bien entendu.
• Et celle de tes cheveux au vent ?
Ils sont noirs. Pour ce qui est de la longueur ça change souvent. À cause des "dérapages" de son don. Mais il préfère les avoir court. Il arrive souvent qu'on y retrouver des feuilles d'arbres ou des pétales. Mais ce n'est pas par coquetteries, non.
• Tu sens la rose ou tu pues le yack ?
Il n'a pas vraiment d'odeur en particulier.
• Taille & Poids ?
167 pour 62 kilo. [C'est plutôt honorable pour un japonais!]
• Signe distinctif ?
À part la couleur de ses yeux? Non rien.


» Analyse cérébrale.



• On n'est pas parfait hein ?
Le visage de Kohaku est aussi expressif que celui d'une carpe. Il n'y peut pas grand chose, malheureusement puisqu'il est né avec ce faciès. Il n'utilise pas beaucoup les muscles de son visage. Il ne cligne pas non plus beaucoup ses yeux. Ses sourcils ne se froncent pas beaucoup, ni ne s'étonnent facilement. Sa bouche ne s'étire pas ou peu. Et ce n'est pas à cause d'une quelconque atrophie. Il ne les utilise juste pas parce qu'il n'en a pas l'habitude. Il n'est pas très fort de toute façon pour exprimer ses sentiments ou pour reconnaître  ceux des autres. Bien sûr si quelqu'un venait à le frapper il va finir par comprendre que ce quelqu'un ne l'apprécie pas énormément. Mais ça ne sert à rien d'y aller par quatre chemins avec lui, il vaut mieux être direct. Il n'est pas très "subtil". A du mal avec les métaphores trop littéraires. Le second degré lui passe au dessus. Il ne comprend pas vraiment l'humour et ce n'est pas faute d'essayer. Vous l'aurez compris il n'a pas l'air d'être super drôle comme type.

Il n'est pas très bon pour se faire des amis. Déjà parce qu'il a du mal à tenir une conversation. Il utilise beaucoup d'onomatopées. Ses phrases sont parfois entrecoupées de silence. Ça ne l'handicapait pas trop jusqu'à présent parce que ses amis, irl, faisaient souvent la conversation. Sur Euphemia c'est une autre histoire... Il ne sait ni comment lancer une conversation, ni la tenir. Tout simplement. Ça ne l'empêche pas pour autant de dire ce qu'il pense. Sans sourciller. Ou de demander quand il ne comprend pas. Il ne s'exprime donc le plus souvent que par nécessité. Il n'aime pas parler de lui. Ne s'intéresse pas non plus forcément à la vie des gens. N'aime pas se dévoiler. Bref. Le social c'est pas son truc.


Ensuite il est plutôt méfiant, avec les autres. Il n'accorde pas facilement sa confiance. Ce n'est pas qu'il n'en est pas capable, simplement ça prend du temps. Spécialement avec lui. Il n'est heureusement pas non plus du genre à penser que tout le monde est dangereux ou suspect. Il n'a pas peur des gens. Il a tout simplement du mal à les comprendre.

Ce qui est problématique quand on sait qu'il n'aime pas la solitude. Oh il s'en accommode bien quand il n'a pas le choix. Il n'a pas forcément peur de la solitude il n'aime juste pas ça. Depuis qu'il est petit il a l'habitude de rester avec ses amis alors, aujourd'hui il ne sait plus rester seul. Avec lui-même. Ça l'angoisse même beaucoup.

Il n'a pas de passion. Il aime bien les poissons. Surtout les carpes koï et il connait pleins de chose là dessus. Alors il va parfois à l'aquarium coller son nez contre la vitre et les regarder vivre. Mais à part ça il n'aime rien faire en particulier. Il ne ressent pas souvent l'envie de faire quelque chose en particulier. Il fait les choses par nécessité.

Malgré les apparences Kohaku est quelqu'un d'assez imprudent. Il ne supporte pas les injustices. Si quelqu'un se faisait agresser devant ses yeux vous pouvez être certain qu'il va s'interposer. Même s'il peut se prendre des coups. Il s'en fout. Il n'a pas peur et en plus il tape fort lui aussi. S'il quelqu'un est en danger alors il fera tout pour l'aider. Même si c'est dangereux. Même s'il a peur. Même si ça peut lui attirer des ennuis. Il fonce, à l'instinct.

Si vous êtes amené à le côtoyer alors vous constaterez qu'il a beaucoup de tics. Il a la sale manie par exemple de regarder les gens dans les yeux. Tout le temps. Et ça peut être vite agaçant ou effrayant selon le caractère de la personne regardée. Il se pince aussi beaucoup les lèvres. Quand il est confus. Quand il est agacé. Quand il est effrayé. Il sert aussi beaucoup les poings. Pour se donner du courage. Ou tout simplement quand il est en colère. Il lui arrive de détourner les yeux quand il est embarrassé ou quand il sort un mensonge. Et ça rassure généralement parce que ça prouve qu'il est quand même humain dans le fond et qu'il ressent des choses. Même si ça n'est. Pas très clair, c'est déjà ça.

Vous l'aurez compris ce n'est pas forcément le gars le plus sympa et le plus marrant de toute la terre. C'est un garçon assez fier qui n'a pourtant pas une très grande opinion de lui-même. Un peu contradictoire. Mais c'est compliqué dans sa tête...  Il est vite décontenancé par les gens. Il n'est pas capable de consoler ses proches. Il est franc et n'hésite pas à pointer du doigt les défauts des autres alors qu'il est malhonnête avec lui-même. Il n'est pas non plus de bon conseil. Bref. Il est comme ça, mais il ne fait pas exprès et le pire c'est qu'il fait de son mieux.

• Mais on gère la fougère ?
Kohaku n'est pas méchant et c'est déjà bien, non? Il a même un sens aiguë de la justice ce qui le pousse à aller défendre la veuve et l'orphelin. Il ne se laissera donc pas corrompre facilement. Et c'est plutôt rassurant de savoir qu'il y a au moins un policier de clean à Hope corporation. Même s'il n'est qu'un apprentis. Il est aussi courageux qu'un lion. Et même il parait chétif il sait se défendre et n'abandonnera jamais une personne en danger.

Il est calme et patient. Il ne se laisse pas non plus facilement intimider. Ça ne veut pas forcément dire qu'il répond aux provocations. Au contraire il sait très bien les ignorer.  Il n'est pas non plus facilement surpris et, en général arrive à supporter les gens les plus étrange. Il a l'habitude irl.

En situation de crise il arrive généralement à garder son calme et son sérieux ce qui peut s'avérer utile. Il n'est pas non plus du genre impétueux et exécute les ordres qu'on lui donne avec sérieux. Travailleur, il essaie toujours de faire de son mieux de sorte qu'il n'ait pas de regret même s'il venait à échouer.

En vrac: Il court vite. Sait faire le ménage et la cuisine. Est relativement facile à vivre quand arrive à faire avec ses tics. Il est serviable et se fera un plaisir de vous aider si vous lui demandez gentiment. Il est poli. Sait dire bonjour et au-revoir. Tout seul comme un grand. Ne boit pas et ne fume pas. Mais c'est pas grave il vous aidera volontiers à marcher droit si vous en avez besoin. C'est un bon garçon Kohaku même s'il est un peu bizarre.


• Tu préfères les garçons, les filles, les deux, les chatons ?
Il ne s'est jamais posé la question. Sauf pour les chatons. Il a une peur bleue des chats. C'est un non définitif.
• Moi j'ai un rêveuuuh ?
Il aimerait devenir un super héro. Un dragon. Un lion. Il voudrait aussi sortir d'Euphemia pour pouvoir retrouver ses amis.
• T'as peur de quelque chose ?
Il a un gros gros soucis avec les félins. Grands ou petits. La faute un chat enragé qu'il a essayé de caresser quand il était petit et qui l'a lacéré sauvagement. Sinon la perspective de se retrouver seul et de ne plus jamais pouvoir retrouver ses amis le font juste un peu hyperventiler. Pour le reste. Ça va.  
• Quels sont tes goûts ?
Il n'est pas difficile question nourriture. Il mange de tout sauf du poisson. Il est plutôt chocolat noir. Il aime bien le blanc et le rouge. Il préfère l'été à l'hiver parce qu'il est plutôt frileux. Il n'aime pas spécialement la musique. Il collectionne les objets en forme de carpe  mais ça ne l'empêche pas d'aimer toutes les autres créatures sous-marines.
• Signe distinctif ?
... Non.



» Toi le geek.



Pseudo :Tu le sais déjà lecteur.
âge :Ça aussi.
jeu vidéo favori :Ça aussi.
film favori :Ça aussi.
manga / série favori :Ça aussi.
Comment tu as découvert le forum ? :BJ
T'es ouf dans ta tête ?:À ce stade là on peut dire que je suis irrécupérable.
Manger ou boire ? :Manger.
Je te saoule avec mes questions ? :NOP.      
Une dernière alors, c'est quoi le code ? : :pleure:


Dernière édition par Kohaku le Jeu 4 Déc - 23:51, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kohaku


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 26/07/2014
Localisation : Hope Corporation

MessageSujet: Re: Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.   Mer 3 Déc - 19:49

» Chargement du jeu.



• On a tous un passé :
Tu es l'homme de la famille maintenant. Sois fort.
Je tremble. Sers le poing. Tes lèvres s'étirent, lentement. La peau de ta lippe se craquèle, doucement. Trop peu habituée à sourire ainsi. Moi c'est mon coeur qui craque. T'étais resté fort toi aussi papa. Même après tout ça. T'as jamais pleuré. Jamais. Même quand tes beaux cheveux de jais ont commencé à tomber par paquet sur le sol. Sinistre tempête. Je me souviens encore des fois où tu me portais sur tes larges épaules quand on allait voir les cerisiers en fleurs avec maman. Mes doigts se raccrochaient à tes cheveux quand tu faisais mine de tomber. Et tu riais fort en retrouvant comme par magie ton équilibre. T'étais mon super héro à moi. Tu semblais invincible. Je savais pas encore que t'avais ta propre kryptonite.

Mais t'es quand même resté fort. Même quand Cancer t'as infecté. Même quand ils t'ont dit qu'il était métastasé et que t'allais crever. T'es resté fort. T'as choisi de te battre. Si mamie et papy nous avait pas aidé je suis sûr que t'aurais pu trouver un autre moyen pour payer ton traitement. Parce que t'étais quand même un super héro. Notre héro. Et un super héro continue de se battre jusqu'à la fin. Alors t'as fait de la chimio. Et t'as perdu tes cheveux. Et t'as perdu du poids. Tes épaules ne semblaient plus pouvoir tenir seul le poids de la maladie.

Là à l'hôpital t'as l'air blanc, alors que moi je sais. T'es plutôt sombre. Comme tes cheveux. Même sans tes cheveux. Et ta peau blanche. Blanche d'être trop radié. Presque verte de maladie. Fragile. Trop. Dis, c'est quand que tu recommence à vivre?  La gueule dans mes godasses. Le moral dans mes chaussettes. Trop môme pour pouvoir relever la tête. J'ai que 6 ans tu sais?

Mais je sais que tu sais. Si t'avais eu le choix...  Tu choisirais de me voir grandir jusqu'à ce que je devienne un vieil homme. Mais toi tu peux pas. Ton corps triche. J'aurai voulu te donner à toi et à maman des petits enfants. Tu leur aurais raconté des tonnes et  des tonnes d'histoire sur la vie. Sur la tienne. Sur la mienne. Mais t'as bientôt plus le temps. Plus de page à noircir. On arrive au dernières pages du dernier chapitre de ta vie. Trop vite. L'agonie lente est douloureuse. Regarde maman elle pleure déjà. Elle sait. Elle a que 31 ans. Toi t'en a 33. Juste 33.

Bipbipbipbipbip. Ah. C'est plat. T'as vraiment arrêté de te battre...?

***
Je suis resté fort. Pendant un ans. Je suis un homme un vrai, maintenant. À 7 ans trois quart. Maman elle, elle joue à cache-cache. Au travail. À la maison. Elle dort avec Xanax. Le lexomil l'épuise le jour. Amants chimiques. Elle a plus le temps. Plus le temps de faire à manger. Plus le temps de discuter. Plus le temps de sourire. Plus le temps de me regarder. Parce que ça lui fait mal. Parce que si elle venait à s'arrêter elle finirait par tomber. Je suis pas triste. Je la comprends. Alors je l'aide. Comme je peux. Mamie elle m'apprend à faire la cuisine. Le ménage. Elle est gentille. Même si elle m'appelle encore parfois Kazuki. Mais c'est pas grave. Ça me fait plaisir qu'elle me confonde avec mon père. Je crois. Je vais bien.

Je suis pas seul.

Je regarde le bassin en balançant doucement les jambes. Encore seul. Même si c'est dimanche. Même si Mamie est là. Mes camarades de classe m'évitent. Mais je suis pas vraiment triste. Je crois.

-Beeeh t'es pas marrant Haru! Tu ris jamais. Tu parle jamais.

Je soupire doucement. Puis me lève pour aller observer les carpes qui nagent dans l'eau. Et c'est marrant parce que chaque fois que je les regarde je trouve qu'elles et moi on se ressemble. Elles ne sont pas très expressives mais ça ne veut pas dire qu'elles ne ressentent rien, pas vrai? Blanches mouchetés de rouge. Majestueuses. Il parait que les carpes peuvent se transformer en dragon. Peut-être que c'est pour ça que je les regarde. Pour les voir se transformer en créatures mythiques. Parce que si elles, elles peuvent le faire alors moi aussi. Un jour. Un jour. C'est pas si grave d'être une carpe. Pas vrai?


-OH. UN KIMONO JAPONAIS!!!


Je sursaute. Manque de rejoindre les carpes la tête la première. Je me redresse pour mieux regarder la personne qui venait de crier. Des cheveux châtains. Deux paires d'yeux bleus. Deux bouilles rondes. Deux enfants. Deux étrangers. Ils se tiennent la main. Je sers le poing. Ils sourient. Je les fixe sans sourciller. Ils se rapprochent. J'humecte mes lèvres. Ils se rapprochent encore. Vite vite. Je veux prendre mes jambes à mon cou. Mon cou. Mon cou. Ils y sont pendu. Déjà. Haut et court. Ah. Je suis perdu.

On sera toujours là pour toi.

-Regarde regarde Mika!! C'est un kimono! Un vrai de vrai!


-Calme-toi tu lui fais peur Terry.


-... J'ai pas vraiment peur.


Ma voix tressaute d'avoir parlé. Elle a plus l'habitude. Je sers le poing encore. J'inspire. Mes yeux noirs plongent dans leur iris océanes. Sans peur et sans reproche. Carpe koi.

-Eeeeh t'es plutôt courageuse! Les autres d'habitude ils osent pas nous regarder dans les yeux. Ou ils nous ignorent...


-T'as oublié la fois où ils nous ont jeté des cailloux ou encore cette fois où ce gros balourd m'a tiré les tresses.


Et ils rient. Alors que ça n'était pas drôle. Pas vraiment. Perplexe. Je penche la tête rattrape le regard fuyant de la jumelle.

-Et ça vous fait rire?


Silence. Le garçon attrape la main de la fille. Très fort. Très fort. Elle sourit. Très fort. Très fort.

-Pas vraiment alors... Vaut mieux en rire qu'en pleu-


-Non.

Ils se figent. Leur mains se serrent plus fort. Si fort que leur jointure doivent en être blanche. Je mets mes mains sur mes hanches. Mine sérieuse. Regard volontaire. Plus expressif que d'habitude. Un peu. Au moins.

-C'est pas bien. La prochaine je leur donnerai une bonne leçon.


D'un coup elle rit. Lui pousse un cri d'exclamation. Mes yeux papillonnent d'un visage à un autre. Sans comprendre.

-T'es vraiment une drôle de fille toi!


-T'es vraiment trop forte!


Ils recommencent à rire et me prennent tous les deux un bras.

- ... Je suis un garçon au fait.


-Eeeeh? C'est pas grave allons jouer quand même!

Pour le meilleur et pour le pire.


***

-Je m'appelle Mika Yamamoto.


-Moi Terrence Yamamoto. Enchantés de faire votre connaissance.

Tout le monde fait bloup bloup. Bouches entrouvertes. Avec des yeux grands comme des soucoupes. Ils s'étonnent. Fixent. Je regarde les nouveaux moi aussi. Capte un regard. Je leur fais un signe de main. Les jumeaux me sourient. Contents d'être transférés dans la même classe que moi. Moi aussi je suis content. Je crois.

Mes camarades de classes continuent de les observer. Toujours sous le choc ou le charme de leur iris bleues. Allez savoir. Ils se questionnent. Murmurent. Personne n'ose poser de question. La maîtresse explique un peu leur histoire. Moi je n'écoute pas. Je les fixe gentiment. Parce que je savais déjà.

Ils m'avaient raconté, l'autre jour, à la maison. Je savais qu'ils avaient vécu longtemps en Europe. Que leur papa japonais avait épousé leur maman européenne. Que cette maman est tombée malade. Très malade. Et que le meilleur spécialiste se trouve ici. Au Japon.  Alors ils sont venu habiter en face de chez moi. Chez leurs grands-parents paternel. Je sais qu'ils ont aussi un bassin avec des carpes. Je sais aussi que les enfants ne sont pas très gentils avec eux. Parce qu'ils ont des yeux bleus. Parce que leur japonais a des accents trop british.

Eux ils savent que je n'ai plus de papa et que ma maman n'est pas souvent là. Ils savent que nous aussi on habite dans la demeure de mes grands-parents. Ils savent que les autres enfants ne sont pas très gentils avec moi. Parce que je ne suis pas très expressif. Parce que je ne parle pas beaucoup. Que je me bats parfois. Mais ça n'est pas très important. Parce que nous savons que nous sommes amis. Et ça nous suffisait.

Mon meilleur ami est une femmelette. Mais je le vis bien. Je crois.
-Eh regardez les mecs! Un étranger !

Les épaules de Terry se courbent. Il baisse la tête. Les trois autres l'encerclent.

-Alors yeux bleus, tu t'es perdu? Tu veux qu'on te montre un peu l'hospitalité japonaise?

Terry se recroqueville contre le mur. Ses yeux fixent l'asphalte. Il sert le poing. Prêt à encaisser. Sans broncher. Il a l'habitude. J'accélère le mouvement. L'un des opposants lui attrape le t-shirt.

-Alors t'as perdu ta langue hein?Ou alors tu comprends peut-être pas le japonais?

Je me pose derrière le type du milieu pour lui tapoter l'épaule. Il se retourne. Je le fixe. Ses deux comparses l'imitent.

-Un problème minus?

J'attrape son regard. Glisse mon pouce dans mon poing. Je compte silencieusement. Un. Comprendra ? Comprendra pas?

-Baisse les yeux!

-...  Laissez-le tranquille.


Yeux dans les yeux. Il me jauge. Pour de vrai. Pour de faux. Cap ou pas cap? Deux. Je joue pas. J'ai plus l'âge. À presque quinze ans on s'amuse plus à se battre pour de faux. Le silence s'installe. Rien qu'une chance. Une seule. La gâche pas.

À trois c'est toi qui part.

-Sinon qu-

Trois. En plein milieu de la figure. Je joue pas. Le type tombe à genoux, les deux mains contre son nez. Ça saigne. Ça fait mal. C'était fait pour. À sa droite et à sa gauche ça s'agite. Je recule. Un pas, deux pas. L'un se    place derrière moi pour m'attraper les bras. L'autre s'avance.

-Bâtard! Tiens le bien Ryû!

Il arme son poing. J'écrase le pied droit du dénommé Ryû. D'un seul coup. Talon sur orteils. Ça fait mal. C'est fait pour. Il me relâche. Un pas. Deux pas sur le côté. Le poing du premier termine sa course sur son ami.  Mauvaise cible. Je passe derrière. Entre eux et Terry. L'inconnu se retourne vivement. Prêt à se ruer sur moi. Sur nous. Je lève la jambe pour le repousser. Ou du moins j'en esquisse le mouvement. Mais j'ai pas le temps non. Terry me trainait déjà désespérément par la main vers la foule d'Akiba. On courait. Vite. Vite. On se mêle à la foule. Vite. Anonymes à présent.

Il n'y a plus que nous et les autres. Je reprends mon souffle. Terry aussi. Il me sert la main fort. Très fort. Je lève les yeux. J'aurais pu le parier. Il pleure.


-Sniff sniff.


Je détourne les yeux. Fixe le dos de la foule les lèvres pincés.

-Sniff sniff. Haruuuu vai veu vellement veur que vu fhois blehvee!!!


Les gens nous regardent. Lui plus que moi. Parce qu'il pleurait comme un grand bébé. Parce qu'il était grand justement. Très grand. Plus que moi. Et il avait un plus grand coeur aussi. Il était plus sensible que moi. Que Mika. Que n'importe qui au monde. Je lève la tête. Il frotte ses yeux avec le dos de sa main. Fort. Très fort. Comme un enfant. Je pince les lèvres plus fort. Obstinément fixé sur le dos du groupe de lycéennes. Les murmures s'intensifient autour de nous.

On marche encore. Toujours main dans la main. Comme quand on avait dix ans. Comme quand on en avait onze. Et puis douze. Et puis treize. Et puis quatorze. Maintenant qu'on en avait quinze ça faisait plus comme avant. Parce qu'on était plus des enfants. Ou presque. Mes doigts s'échappent. Les siens les rattrapent. Le miens s'esquivent. Sa main me sert plus fort. Mes paupières se ferment. Je soupire. Vaincu. Advienne que pourra. J'oublie les regard. Mon embarras. Le sien.  Je le tire vers la droite de la rue, avisant le maid café que l'on squatte habituellement avec Mika.

-Bon retour Mast-

S'exclame la serveuse de sa voix guillerette avant de s'arrêter. Décontenancée.  Elle me regarde, interrogative. J'hausse les épaules. Elle nous conduit vers notre table habituelle et nous laisse, embarrassée. Terry s'assoit. Je reste debout pour lui essuyer les yeux délicatement les lèvres toujours pincés.

-Là. C'est fini.


Il hoche la tête docilement. Je fixe ses iris. De nouvelles larmes se forment. Je pince de nouveau les lèvres. Complètement désarmé.

-Tss.


Je lui attrape le nez. Fort.


-On arrête de pleurer, d'accord?

Ma voix se fait ferme. Il hoche de nouveau la tête. Je le relâche et va m'assoir en face de lui. Il tend la main. Je lui tends le mouchoir. Il se mouche. Je garde silence et observe la salle aux alentours. Les autres clients étaient retournés à leur conversation.

-Dis Haru...


Je reporte mon attention sur lui. Je le détail. Inconsciemment. J'ai toujours trouvé les Yamamoto "agréable" à regarder. De la à dire qu' ils sont beaux. Je ne sais pas. Même s'il grandit, Terrence sera toujours Terrence. Je crois. Le coude sur la table je pose ma joue contre ma main. Devant moi.  Ses cheveux, châtains foncés ondulaient un peu. Certaines mèches lui tombaient devant ses iris océanes, indisciplinées. Je fixais son grand nez qui faisait beaucoup de bruit quand il le mouchait. Ses joues qui se teintaient de rose si facilement quand on le regardait.


-Mh?


Il se mord la lippe. Ses sourcils se froncent. Les miens s'étonnent. Il accroche mes iris avec son regard franc.

-J'aime pas ça quand tu te bats. Tu devrais arrêter.


Sa voix pleine de détermination me saisie. Je me redresse et repose mon bras sur la table.  Je réponds. Rapidement.


-Pourquoi?


Ses yeux se froncent encore. Colérique? Peut-être. Je ne lui avais jamais connu une telle expression. Je me pince les lèvres. Décontenancé.

-Comment ça pourquoi? Tout simplement parce que tu finis toujours par prendre des coups!

J'hausse les épaules. Ses sourcils se froncent plus encore. Mince alors.

-Je parle sérieusement.

Il avait l'air sérieux. Effectivement. Je ferme les yeux. Puis les rouvre.


-Tu préfère que je les laisse te frapper?


Il fixe la table. Je sers le poing. Titillé.

-Mika aussi n'aime pas ça quand tu te bats.

Il a toujours les yeux sur la table. Une autre pique dans le coeur. Je sers le poing plus fort. Qu'est-ce que ça pouvait être? J'humecte mes lèvres.

-Non.


-Haru...



-J'ai dit non. Pourquoi je devrais laisser les autres vous blesser? C'est stupide.


Il relève la tête. Les yeux toujours froncés. Ses lèvres s'étirent. C'était comme un sourire sauf que c'était à l'envers. Il m'attrape le bras avec force. Mes yeux papillonnent.

-Toi dis moi pourquoi est-ce que je devrais laisser mon meilleur ami se faire frapper devant mes yeux à cause de moi?


Deux phares bleus braqués sur moi. Mes iris fuient. Je pince plus fort mes deux lippes. Je bouge le bras pour le dégager de sa poigne de fer. Ça sert. Ça sert.

-Promet moi que la prochaine fois tu ne t'en mêleras pas.


Je secoue la tête. Lèvres pincés. Encore. Il sert plus fort. Si fort que ça fait mal.

-Haru. Regarde-moi.


Je secoue la tête. Encore. Mince alors. Qu'est-ce qui était en train d'arriver?

-OH-MY-FUCKIN'-GOD. Terry s'est transformé en Seme pendant que j'avais le dos tourné!!

C'était qui déjà la femmelette, dans l'histoire?

Ma meilleure amie est une fujoshi et je le vis bien. Je crois.

-Mais tu es né dix ans trop tôt pour pouvoir prétendre faire de mon Haru un Uke tête de noeud!


Une pichenette et demie  sur le front de son frère plus tard et Mika s'installe à côté de moi sur la banquette. Ses bras s'enroule autour de mon cou pour mieux déposer le bout de son nez contre la lobe de mon oreille. Elle inspire. Son souffle me chatouille la peau doucement. Apaisante. Et elle sent bon Mika. Et elle est gentille. Ses étreintes toujours chaleureuses.

-Huuuuum et voilà batterie rechargée! Alors? Qu'est-ce qui s'est passé pour que tu transforme en dominant super agressif Terry?

J'osais lancer un petit coup d'oeil en direction du petit frère. Ses sourcils et son sourire ne s'inclinaient plus bizarrement. Tant mieux. Je le préférais comme ça.

-M-M-Mika ne dis pas ce genre de truc si fort! T'imagine si les clients t'entendaient?


-Rassure -toi. Ils m'ont parfaitement entendu. Et de toute façon votre petite scène a suffisamment attiré l'attention de tout le monde.

Elle se retourne et lève le pouce en direction de notre serveuse habituelle, Midori. Qui semblait partager la même passion que Mika. Elle leva le pouce en direction de notre table en réponse, un large sourire accroché à ses lèvres. J'haussais les épaules. J'étais habitué. Terry lui cachait son visage rouge entre ses deux mains.

-Roh allez. Fait pas ton farouche. Raconte.


Terry soupira et se mit à  raconter. Mika extirpa de son sac un carnet à dessin et se mit à crayonner. Pour passer le temps j'inspectais le menu. Même si je le connaissais par coeur, depuis le temps.

-... Et tu es arrivée.


-Hm. Voilà. C'est fini. Midori-chaaaaan?
Chantonna-t-elle.

Midori arriva presque immédiatement. Elle saisit le carnet et se mit à le regarder. Intensément. Elle hochait la tête et gloussait parfois. Incompréhensible.

-Mmmmh oui! C'est exactement ça! Quel talent, Sensei!! Voudriez-vous voir mes propres esquisses?

Elle déposa le carnet sur la table.

-Avec plaisir très chère. Oh et tu peux nous apporter tu sais quoi.

Elles échangèrent un clin d'oeil suspicieux. Furtivement. Pas assez cependant pour que je ne le remarque pas. Midori finit par repartir avec hâte, visiblement enjouée. Je saisis le carnet de ma voisine, curieux.

Je m'abstenais de le faire habituellement et généralement elle ne me forçait pas à regarder. Elle préférait le montrer à son frère. Qui piquait toujours un phare à chaque fois. Je ne suis pas pour autant ignorant. J'ai conscience qu'elle aime dessiner et imaginer des romances entre deux hommes. Mais pourquoi pas, après tout ça ne devait pas être très différents d'un shojo. Je n'arrivais cependant toujours pas à comprendre l'intérêt. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Mika a déjà tenté de nous expliquer à quel point le BL c'était... "pur, intense" et qu'il  n'y avait rien de mieux que de "shipper deux hommes ensembles!" En vain. Je ne me suis pas toujours pas mis à voir de la romance entre deux personnes simplement parce qu'ils se high five en cours de sport. Je n'arrive toujours pas à suivre ses ships. Surtout lorsque je suis l'un des protagonistes. J'ai même encore du mal à suivre ses conversations avec Midori. Le BL étant l'une de ses passions j'essaie de faire avec. Comme Terry. Ça n'était pas pour ça que j'allais lui tourner le dos. Après tout elle avait m'avait jugé suffisamment digne de confiance pour me l'avouer.

-Haru... Tu fixe ça depuis bien trop longtemps!


Je relève la tête. Terry me regardait avec inquiétude.


-Oh... J'étais perdu dans mes pensées.


J'attrapais le verre d'eau et bu une gorgée avant d'y rejeter un oeil. Concentré cette fois. Mauvaise idée. J'avalais bruyamment. Difficilement. Manquant presque de m'étouffer. Je toussotais. Pour croasser difficilement.


-Mais... Qu'est-ce que c'est que ça ?


Mika se tourna vers moi et m'attrapa la main avec ses deux mains. Ses yeux brillaient. Comme deux étoiles. De jolies étoiles perdues dans l'océan.

-Je suis tellement émue que tu me le demande, Haru! En fait il s'agit tout simplement d'une fe-lla-


Paf. Les verres tremblent. Quelqu'un venait de frapper la table.

-STOP. NE DÉTRUIS PAS L'INNOCENCE D'HARU SALE FUJOSHI!


Terry s'était levé d'un coup. Le visage rouge et les sourcils froncés. Mika me lâcha les mains pour se lever à son tour. Toute poitrine bombée elle faisait face à son frère. Elle était grande. Et svelte. Ses long cheveux descendaient en cascade le long de son dos. Elle avait toutes les qualités physique d'une jolie fille.

-C'est rude, Terrence! Tu dis ça simplement parce que sur mon dessin c'est toi qui lui s-

Ouais. Une jolie fille capable de sortir des phrases hardcore sans même sourciller.

-Happy Birthday Haruuuuu ! Mh je tombe au mauvais moment...?

Je me tournais vers Midori. Les yeux légèrement arrondis fixés sur le gâteau d'anniversaire. Quinze ans aujourd'hui.

-Joyeux anniversaire Haru!
S'exclamèrent les deux jumeaux d'une seule voix.


-Pff..

Je riais. Je riais si fort, la main contre la bouche que j'en avais mal aux côtes. Et ça faisait longtemps. Trop longtemps que je n'avais pas ris aussi franchement. Qu'importe ce que les autres en pensaient. Ils étaient bien les meilleurs. Les meilleurs meilleurs amis de toute la terre.

Notre meilleur ami se prend pour un super héro et on le vit bien. Enfin, on essaie.
Une fois calmé je pu enfin me concentrer sur les bougies de mon gâteau d'anniversaire. Mika, Midori et Terry me regardaient toujours avec de grands yeux. Je me pinçais les lèvres.



-... Un problème?


Je croisais les bras alors que chacun d'eux se regardaient. Je me pinçais plus fort encore les lèvres. Décontenancé.

-C'est que... C'est la première fois qu'on t'entend rire. C'était carrément bi-


-HARU. C'est juste trop mignon comment tu ris!



-...

Je détournais les yeux pour fixer un point sur le mur, les bras croisés.


-... Je ne rirai plus dans ce cas.


-O-M-G. Il boude. Midori-chan notre Haru cool-quoi-qu'il-arrive boude!

-Je vois ça ! C'est trop chou!


-Tss.


Je pince plus fort les lèvres, relâchais mes bras pour aller poser mes mains à plat sur la banquette.


-Ce genre de compliment ça ne fait pas plaisir à un homme, vous savez?  


Toujours les yeux sur le mur. Et les bougies fondent, fondent rapidement.

Terry se leva et leva les deux bras en avant, en signe de paix.

-Là là... Personne ne veut blesser personne d'accord? Tu devrais souffler tes bougies Haru.

Je le regardais, conscient des efforts qu'il fournissait pour calmer le jeu. J'opinais du chef et pris une grande inspiration. Je souffle. Le commencement d'une quinzième année. Tout le monde applaudit. Mika enroule de nouveau ses bras autour de mon cou. Gros baiser sur la joue. Je cligne des yeux. Mes cils battent de l'aile. Papillons dans le ventre. Je fixe la table. Elle chantonne.

-Joyeuuuux anniversaire! Haruuu.


Je lui tapote le bras maladroitement et murmure un merci du bout des lèvres.

-Et puis de toute façon, tu peux toujours le renier de toutes tes forces que tu n'y changerais rien. Tu es mignon. Tu peux rien y faire. T'es né comme ça. Ça ne veux pas dire que tu es faible ou que tu n'es pas viril. Pas vrai Terry?


-Exactement! Tu es super plus viril que moi.


-... Ça ça n'est pas bien difficile. Même moi je suis plus virile que toi. C'est pour ça que c'est toi le uke.  

-Terrence est encore un petit enfant. Mais ce que j'ai vu aujourd'hui me conforte dans l'idée qu'un jour leur position vont s'inverser et...

Je m'occupe du gâteau, désormais perdu. Je retirais une à une les bougies, essayant de retirer la cire collé sur le gâteau. Parce qu'un gâteau à la cire c'est moins bon que de la crème pas vrai?

-Oh. Et il y a de drôles de rumeurs sur toi d'ailleurs Haru.

Je relevais la tête pour fixer la maid, interrogatif.

-L'autre jour des clients sont rentrés ici à la recherche d'un certain Haru-aux-poing-de-fer. Tu es devenu une célébrité à Akiba, ahah!


-... Je ne suis pas le seul Haru de t-


-Mhmh non non. Cet Haru n'est je cite, "pas très grand mais il vous regarde dans les yeux, ça vous fait froid dans le dos. Le pire c'est que même lorsqu'il est en colère son visage ne change pas d'expression." Ce qui te correspond assez bien je trouve. D'après les dernières rumeurs tu as réussi à battre le Buchou d'Higashi juste avec un seul crochet du gauche, tu es déjà marié avec deux superbe étrangères, tu as deux ou trois maîtresse...Ah et ton gang est composé des cinquante plus lycéens les plus redoutable de tout Tokyo.



-... C'est complètement idiot.


-Mh... Higashi high... Oh. C'est le type qui avait essayé d'agresser Mika la dernière fois non?


Je clignais des yeux et me frottais la nuque essayant de me rappeler les événements qui dataient déjà de la semaine dernière.

-Ah... Celui-là? C'est vrai que tu lui avais bien arrangé la mâchoire...

J'haussais les épaules.

-HARU. C'est pour ça qu'il faut que tu arrête de te bagarrer! Tu te rends compte si jamais ce type se repointait avec ses amis?


J'haussais de nouveau les épaules. Même si je promettais d'arrêter maintenant ça n'est pas ça qui allait arrêter les rumeurs. Je retenais un soupire et reportais mon attention sur mes deux amis. Depuis petits ils se faisaient embêter par les gosses du coin. Enfin, ils. Il m'arrivait aussi d'être la cible de voyous. À la différence que Mika et Terry n'avaient jamais appris à se défendre. Moi oui. Alors j'ai pris l'habitude de les défendre moi-même.

-Ahah... Mon cadeau d'anniversaire tombe à pique.

Mika farfouilla dans son sac pour y retirer un plus petit qu'elle me tendit.


-Merci.


Je plongeais ma main dans le sachet pour y retirer une paire de lentille. Rouge écarlate. Je la regardais. Perplexe. Un sourire malicieux sur les lèvres elle m'attrapa le bras pour me traîner sans honte dans les toilettes des hommes. Il était vide. Fort heureusement. Mais de toute façon j'étais sans doute le plus embarrassé des deux. Patiemment elle m'expliqua comment les mettre. J'écoutais religieusement puis appliquais ses consignes à la lettre, une fois mes mains propres et sèches.

-Et voilààà!

Sans me laisser le temps de m'observer plus attentivement elle me traîna vers l'extérieur. Rapidement. Midori et Terry m'observaient, bouche bée.

-Haru. Essaie de froncer tes sourcils et regarde moi...?

Je fronçais donc les sourcils et la regardait dans les yeux. Ne comprenant toujours pas où elle voulait en venir.

-VOILÀ C'EST ÇA. C'est parfait. Avec ça tu vas faire fuir toutes les petites frappes du quartier.

Je clignais des yeux, l'information montait au cerveau.

-... Oh... Je crois que je comprends! Déclara soudainement Terry. S'ils s'enfuient Haru n'aura plus besoin de se battre, pas vrai?
L'adolescente hocha de nouveau la tête.


-Ça plus les rumeurs! Et ça lui donne un coté plus mâture et sexy. Je suis géniale! Tu as compris Haru? Et puis de toute façon les supers héros non pas besoin de jouer les voyous. Même pour sauver ses deux meilleurs amis.

Elle m'envoie un clin d'œil et me pousse délicatement vers la banquette pour me faire assoir. Je soupirais et acquiesçais finalement. Message reçu 5 sur 5.

***

Mika dans une main, Terry dans l'autre. Il était tard. On rentrait à la maison. Comme quand on avait 10 ans. Sauf qu'on en avait cinq de plus. C'était sans doute la dernière fois. Avril approchait. Et puis on était grand maintenant. Les autres badauds nous regardaient. Pas seulement à cause de nos mains. Parce que chacun de nous devait attirer l'attention. Mika déjà. Parce qu'elle était mince et que du haut de son mètre 72 elle faisait déjà tourner les têtes. Terry ensuite. À cause de son sourire idiot sur le visage, ses solides épaules et son mètre 84. Et il y avait moi. Des yeux rouges. Mon visage fin. Un mètre 65 de haut. Je devais avoir l'air bien frêle. Surtout entre ces deux là. Aucun de nous ne fait de commentaire. Mika chantonne le générique d'un anime que j'ai dû regarder au moins une fois. Terry, lui la chanson d'une idole assez célèbre sans se laisser déconcentrer. Tous les deux. Tous les trois. Joyeusement. C'était suffisant.

-Oh. On est déjà arrivé.

Ils me lâchent les mains. Mon coeur se sert. Un peu. Beaucoup. Je n'ai pourtant pas le courage de retenir leur doigts. Tout va bien n'est-ce pas? On se reverra. Terry me tend le sac en papier qui contenait mes cadeaux d'anniversaire. Mika m'accorde un dernier baiser sur la tempe du bout des lèvres.

-À demaiiiiin Haru!

Ils s'éloignent bruyamment, à grand renfort de baiser sonores et de signe de la main. Ils se  retournent. Une dernière fois. Avant de franchir le portail de leur maison.  Je me retourne et franchi le mien. Le coeur lourd. Je traverse la cours puis entre par la grande porte.


-Je suis rentré.


Une porte s'ouvre. Ma grand-mère se précipite à ma rencontre.

-Bon retour Kazu- Que... Mais qu'est-ce que c'est que ça? S'exclame-t-elle l'index pointé devant mes yeux.


-Un cadeau d'anniversaire.


Elle me fixe perplexe.

-Anniversaire? Mais le tiens n'arrive pas avant juillet!

Je ferme les yeux, les lèvres pincés. Surtout ne rien dire. Je fini par hausser les épaules, serrant le sac en papier contre mon torse.

-Oh te voilà Haru! Bon retour. Ta mère à appeler pour nous prévenir qu'elle ne pouvait pas être là ce soir et qu'elle était désolée.

Désolée? Non. Elle ne l'est pas. Mais c'est pas grave. J'ai l'habitude. J'hoche tout de même la tête.

-Haru? Mais qu'est-ce que tu...

Grand-mère se fige et me fixe à nouveau les yeux exorbités. Sa main ridée se lève. Lentement. Elle tremble. Pose la main contre sa bouche. Elle me reconsidère une nouvelle fois. Comme si elle ne m'avait jamais vu.

-Mon petit-fils n'est certainement pas ce freluquet aux yeux rouges!  Où est Kazuki?! Kazuki!

Paniquée elle se met à chercher du regard. Ses mains tremblent. Elle fait un pas en arrière. Un autre puis un autre. Grand-père  s'approche une main apaisante contre son épaule. Il secoue la tête dans ma direction. Peiné. Je sers le paquet plus fort contre moi. Il faisait de son mieux lui aussi.


-... Je vais dans ma chambre.


C'est mieux pour tout le monde.


***
Je fixe la petite bête. Elle me fixe. Je la fixe encore. Pince la paille de mon lait vanillé avec mes lèvres. Elle me fixe plus fort encore. Je détourne vivement les yeux. Une retraite stratégique s'imposait. Je me retourne. Je l'entends miauler. Je sers le poing. Ne pas céder. Quoi qu'il arrive. Ne pas céder. Elle miaule pourtant encore. Plus effrayée que jamais. Je soupire. Non. Je ne pouvais pas la laisser comme ça.

Prudemment je jaugeais l'arbre. Mon regard s'accrochait aux différentes prises et remontait vers les branches lentement. Jusqu'au chaton perché, la-haut. Ça n'était pas aussi difficile que ça en avait l'air. Ou du moins je l'espérais. Je déposais ma briquette au sol et commençais mon ascension. Mains ancrées solidement sur les noeuds de l'arbre qui servaient de prise de fortune. Une main à la fois je grimpais assez aisément. Je finis par atteindre les branches. Rapidement je tendis mon bras droit pour saisir une branche assez solide pour pouvoir me hisser. Finalement assis je pouvais voir la créature tremblante. Je me pinçais les lèvres. Tout allait bien se passer pas vrai?  J'inspirais profondément et me dirigeais courageusement vers le félin.

-Kyaaa! Qu'est-ce que tu fais Fujikawa-Kun?!

Je levais la tête, apercevant l'une de mes camarades de classe penchée à la fenêtre. De l'index je pointais l'animal du doigt et lui fit signe de se taire. Celle-ci hocha la tête, ses deux mains jointes. Sans attendre je repartais de nouveau, le bras tendu près à attraper l'animal. Il me fallait juste un peu de courage...

Délicatement j'attrapais le chaton pour le déposer sur mon épaules. Je reculais pour retrouver le tronc. Arrivé au bout de la branche je me redressais, cherchais une prise solide pour entamer ma descente. L'animal était fermement agrippé à mon uniforme. Je prenais une inspiration. Tout allait bien.

La descente se déroulait sans accroc. Mais ça ne devait pas durer. Arrivé presque à la fin le félin commença à s'agiter. Poils hérissés, toutes griffes sorties il miaulait. Agressif. Surpris. Paniqué. Je m'agitais à mon tour. Il fallait que j'accélère! Vite je descendais ma main droite sur une prise plus basse. Vite. Mon pied. Vite. Trop vite. Je tombais. Les yeux fermés.

-Hop là !

J'ouvrais les yeux. Papillonnais même. Je n'étais pas tombé. Je fixais le sol. Encore loin de mes chaussures. J'étais suspendu dans les airs. Ou plutôt quelqu'un me suspendais. Par les aisselles. J'entendis un applaudissements timide. Je relevais la tête. La fille était toujours là. Je détournais les yeux. Je devais bien avoir l'air bête comme ça.

Mes chaussures finirent enfin par retrouver le sol. Rapidement je me retournais. Tombant nez-à-nez avec un torse. Je relevais la tête reconnaissant plus ou moins la personne qui m'avait secouru. Des cheveux noirs mi-long qui lui mangeaient les joues. Des yeux noirs malicieux. Un sourire agaçant. Je n'avais plus aucun doute.


-Ah. Le type de l'équipe d'athlétisme. Merci.  

Celui-ci soupira et m'envoya une pichenette sur le front.

-Ta-ke-shi Kan-za-ki.


-...


-Tu pourrais faire un effort quand même. Ça fait deux mois qu'on est dans la même classe au cas où tu ne t'en souviendrais pas.

Il soupirait. J'étais sur le point de l'imiter. J'haussais simplement les épaules et allais chercher ma briquette de lait pour ensuite reprendre mon chemin. Même si j'avais voulu l'oublier je n'aurai pas pu. Ses senpais du club d'athlétisme  lui avaient demander d'essayer de me recruter. Paraîtrait que mon temps au 100 mètres était pas mal.

-Tu vas vraiment retourner en classe avec le chat sur ton épaule?

Zut. Je l'avais oublié celui-là. Ça ne devait pas être si difficile quand même. Prudemment j'approchais ma main  pour tenter de l'extirper de mon blaser. Le félin se raccrocha plus fort à mon épaules en miaulant férocement. D'un coup je suspendais mon geste. Lèvres pincées.

-Un problème?

Je secouais la tête vigoureusement. La main toujours suspendu alors que la bestiole s'agitait en pestiférant.

-Hum...

Kanzaki s'approcha, les sourcils froncés. Si mes pieds n'étaient pas si solidement enracinés au sol je me serai enfui depuis longtemps. Il se posta devant moi.

-Fujikawa. Ne me dis pas que tu...


Mon nouvel ami m'a pris en otage et je ne le vis pas très bien. Je crois.


-... Et alors là j'ai récupéré la bête de son épaule  et je l'ai menacé de révéler au reste du lycée qu'il avait peur des chats s'il n'acceptait pas de devenir mon ami. Et me voici.

Et c'est ainsi que nous étions réunis. Tout les quatre. Un certain après-midi d'un samedi pluvieux au maid café habituel. Je me pinçais les lèvres, le nez dans mon soda.
Mika riait aux éclats. Terry lui semblait plutôt choqué. Il fut cependant le premier à réagir. Il leva un doigt accusateur en direction du garçon.

-Mais c'est du... Chantage!


Le rire de Mika redoubla alors que Terry semblait de plus en plus outré   par la réaction de sa sœur.

-Je ne vois ce qu'il y a de drôle!


Celle-ci essuya une larme au coin de son oeil et réussi à croasser entre deux éclats.

-C'est hilarant au contraire! Ahah ! J'aurai adoré voir la réaction d'Haru! Aaaaaaah...


Je croisais plus fermement les bras. Embarrassé. Mika ferma les yeux un instant. Une main sur son ventre pour mieux contrôle sa respiration.

-C'est décidé. Je t'accepte! Bienvenue parmi nous Takeshi!


-Q-Quoi? Comme ça sans poser de questions? On ne connait même pas ses intentions!

J'hochais la tête pour appuyer mon meilleur ami tout en aspirant une gorgée de soda. Je n'aimais pas la tournure que prenais les choses. Kanzaki attrapa la main de Terrence, l'air sérieux.

-Je jure que mes intentions son pures. Je ne ferais rien de déplacé avant le mariage.

J'expulsais bruyamment le contenu de ma bouche, les yeux écarquillés. Le rire de Mika reparti de plus belle, bientôt rejoint par celui, aussi franc de Kanzaki. Qu'est-ce qui n'allait pas avec ce type? Je toussotais, alors que Terry me tapotais le dos doucement pour m'aider à me remettre, essayant tant bien que mal de ne pas joindre son rire à celui des deux autre. Une des serveuses arriva rapidement munie d'une lavette pour essuyer la table. Je cherchais Midori du regard et la trouvais, une main sur le comptoir. Littéralement morte de rire. Bien. Il semblerait que tout le monde s'amuse à se payer ma tête. Je m'essuyais les lèvres et me redressais, bras croisés, sur la défensive, fixant tour à tour la brune et le garçon qui continuaient de rire la tête penchée par dessus l'épaule de l'autre. Comme deux compères. Je n'étais pas franchement disposé à rire. Après quelques minutes ils parvinrent enfin à se calmer.

-Aaaah t'es excellent Takeshi!

Elle lui tapota l'épaule avec vigueur, puis se tourna vers son jumeau, les sourcils froncés.

-T'as du soucis à te faire Terry.Le rival tant attendu entre en scène.

Terry croisa les bras à son tour. La mine résolue, esquivant habilement  la remarque de sa soeur.

-Je ne l'accepterais jamais.

Kanzaki fronça les sourcils et farfouilla dans son sac et lui présenta un cd.

-Même si je te prête ça?

Terrence attrapa vivement l'objet. Fébrile. Il l'inspecta avec précaution. Je risquais un coup d'oeil, moi aussi. Je relevais la tête. Les lèvres pincées plus fermement. Le salop. C'était un des albums de l'idole préféré de Terry. Signé. Évidemment.

-Je peux vraiment...?

Terry regardait Kanzaki, des étoiles dans les yeux. Celui-ci sourit malicieusement et opina du chef.

-C'est normal entre ami, non?

Terry lui tendit la main, droit comme un pique.

-Tu peux m'appeler Terry.


Kanzaki lui serra la main franchement visiblement heureux.  Je pinçais plus fort les lèvres. J'étais foutu.



***

-Haru! Attends moi!

En entendant le son de sa voix j'accélérais le pas pour pouvoir mettre le plus de distance entre lui et moi.

-Haru! Si tu ne m'attends pas...

D'un coup je m'arrêtais. J'avais presque oublié qu'il pouvait me faire céder. Cela faisait maintenant six mois que Takeshi et moi sommes devenu "ami". Six long mois au court desquels nous avions tous les quatre appris à nous connaître. Bon gré. Malgré. On s'était côtoyé tous les jours. Et si ça n'a pas toujours était facile aujourd'hui je peux dire que nous étions devenu ami. Même si c'était toujours un manipulateur. Un égocentrique. Même s'il était trop franc et souvent indélicat. Même si ses blagues ne me faisait pas toujours rire. Même s'il était fatiguant. Même s'il se conduisait encore comme un tyran. Même si nous trois étions devenus nous quatre. Ça n'était pas si mal.

Takeshi me rattrapa rapidement. Si rapidement que je commençais à croire que même si je ne m'étais pas arrêté il m'aurait rattrapé sans peine. Une fois à coté de moi je me remis en route sans desserrer les dents.

-Toujours fâché?

Je me pinçais les lèvres .


-... Je ne suis pas fâché.


Je fixe un point sur l'horizon. Il penche la tête. Je détourne le regard. Il finit par soupirer.

-Tu n'es vraiment pas honnête.

J'hausse les épaules et réajuste mon blaser. Décembre avait fini par montrer le bout de son nez et le froid nous mordait déjà furieusement la peau. Je croisais les bras, décidément j'avais du mal à supporter les températures trop basses.

-Ça devait bien arriver un jour. Et puis ce n'est pas comme s'il allait arrêter d'être ton meilleur ami juste à cause de sa petite copine.

Boum. Il arrivait toujours à appuyer là où ça faisait mal. Je me pinçais les lèvres. Je m'arrêtais soudainement, la gueule dans mes godasses.


-Ça n'est pa-


-Ah. Alors c'est parce que Mika est trop occupée avec le conseil des élève pour rentrer avec toi le soir?

Encore une remarque assassine. Je sers plus fort mes poings. Il visait juste. Encore. Je fixe son  dos. Il était plus large que le mien. Beaucoup plus large. J'inspire


-Ça... Ne me fait rien du tout. Je n'ai pas-


-Et si je m'en allais moi aussi, alors? Ça ne te ferai toujours rien?

Je relève la tête. D'un coup. Lèvres pincées. J'encaisse. Ça fait mal. Mais je reste sur mes deux pieds. Je reste fort. Takeshi s'était remis à marcher.


-...Takeshi.


Son dos s'éloigne toujours. Dans l'horizon. Sans un regard en arrière. Je fonce les sourcils. Ne m'avait-il pas entendu? Je me pinçais les lèvres.


-Takeshi!


Toujours aucune réponse. Bloup bloup. Deux yeux grand ouverts comme des soucoupes. Je marche à sa suite. Rapidement. Pour combler la distance. Il accélère. J'étais le chat. Lui la souris. Bloup bloup fait la carpe. Il ne s'arrête pas. L'écart se creuse. Encore et encore. Et ça fait mal. Je cours maintenant. Vite. Plus vite.  Je tends la main. Désespérément. Je lui attrape le bras. Il se retourne. Enfin. Son sourire agaçant sur les lèvres. Des larmes sur le visage de l'agacé. Mes doigts s'enroulent autour de son poignet.


-Hey Takeshi ... J'aime pas rester tout seul. Je crois.


Il lève la main et me tapote gentiment la tête. Victorieux.

-Je le savais déjà. Mika et Terry aussi.

Et ça roule. Ça coule. Ça me brûle les joues plus sûrement que le froid lui même. Je renifle doucement. Il ne fait aucun commentaire. Moi non plus. J'étais encore sous le choc   de cette révélation. Est-ce que ça faisait de moi quelqu'un de faible? Je serre plus fort les dents. Incapable de réfléchir correctement.

-Hey Haru. C'est pas si grave, tu sais. Parce qu'on sera là. Toujours.

Une promesse naïve. Bien naïve. Car après tout que savions nous de demain? Pourtant cela suffisait à me rassurer. Parce-que cela voulait dire qu'ils allaient essayer. De toute leur force. J'avais des papillons dans le ventre. Je redresse doucement la tête et... Tombe nez à nez avec l'objectif du téléphone de mon ami. J'entrouvre les lèvres. Définitivement surpris.


-... Takeshi?


-Si je raconte à Mika que je t'ai vu pleurer et que je ne prends pas une photo tu sais très bien qu'elle va me tuer.

J'accentuais la pression sur son poignet et me rapprochais.


-Hey... Takeshi? Tu es en train de me dire que tu as plus peur de Mika que de moi...?


Il esquisse un mouvement de recule. Je tire plus fort sur son poignet à deux mains.

-Très franchement?

J'opine de la tête. Il se rapproche et me jauge du regard. Je le relâche. Il pose une de ses mains sur mon épaule.

-Oui.

Il s'enfuit. Je cours à sa suite. Pour le meilleur et pour le pire.

C'était nous.
-Haru. Haru. Haru. Haru. Il n'a que ce mot à la bouche j'en ai assez! C'est pourtant moi sa petite copine, non?

L'adolescente me fixe du regard. Sourcils froncés. Poings serrés. Mon prénom dans sa bouche sonnait comme une insulte. Je passais une main sur ma nuque. Définitivement embarrassé. Qu'étais-je sensé répondre à ça? Incertain.

-Tous les jours il me raconte à quel point tu es fantastique. Extraordinaire. Et ça me rend folle!

Je détourne les yeux. Lèvres pincées.


-... Je ne suis pa-


-Je le sais bien! S'insurge-t-elle. Qu'est-ce qu'il y a de si "remarquable" chez Fujikawa?

Ses iris de jais me fixent furieusement. Ses mots me heurtent. Assassins. Étais-je vraiment sensé répondre? Qu'attendait-elle de moi, à la fin?

-Même maintenant en face à toi je n'arrive pas à comprendre. Ni beau. Ni charismatique. Ni même particulièrement intelligent. C'est peut-être parce que tu te la joues cool alors?

Je reçois chaque remarques acerbes sans broncher. Elle semblait dans tous ses états. Son visage rouge de colère. Des larmes perlaient ses cils délicats.

-Et tu sais ce qui me rend le plus malade c'est qu'à force d'être resté avec toi il a commencé à croire qu'il n'était bon à rien sans toi. Il n'arrive même pas à voir ses propres qualités! Est-ce qu tu comprends que tu l'étouffe?! Et c'est moi qu'il jette?

J'avale difficilement ma salive. Sers les poings. Les lèvres. Le coeur.


-Je suis désolé.


Elle lève la main. Colère en joug. J'ai beau lever les mains elle tire quand même. En pleine joue. Ça brûle. Elle s'agrippe à mon col avec force. Je la fixe dans les yeux, les larmes sur son visage coulent sans s'arrêter. Je retiens mon souffle. Qu'étais-je censé dire? Faire?

-Ne t'excuse pas si tu ne comprends p-

-On va s'arrêter là.

Je détourne les yeux. Takeshi pose la main sur l'épaule de la jeune fille. Ils se regardent. Chiens de faïence. Une longue minute s'écoule. Elle me relâche, me jette un dernier regard assassin avant de s'enfuir les mains tout contre son visage. Takeshi me tape le dos. Je recommence à respirer.

-Elle t'a pas loupé.

Il rit avec légèreté et pointe ma joue avec son index.

-On peut même voir la trace de ses doigts!

Je lève la main pour la poser contre ma joue toujours brûlante. Ça picotait encore. Furieusement. J'allais bien.

-Je t'ai pris un yakisobapan.

Il me tend le sachet. Je l'attrape. Me reconnecte. Oublier ce qu'il venait de se passer.


- Merci. On devrait se dépêcher Mika nous attend.

Il acquiesce. On se met en route. Lentement. Trop lentement.


***


Je rangeais mes affaires rapidement. Tout le monde faisait de même. Les vacances de printemps commençaient des à présent. Dans deux semaines nous serions des deuxièmes années. Je fermais les yeux pour me remémorer l'année, la joue meurtrie contre mon bureau. Les jours s'étaient enchaînés. Rapidement. Trop rapidement.

-Fatigué?

Je me redressais, sans décoller pour autant le menton de la table. Je secouais lentement la tête avant de reposer ma joue brûlante.

- Mh.

Je l'entendis traîner une chaise pour la poser devant ma table. Les minutes s'écoulent comme ça. Je me mord la lippe. Qu'est-ce que ça pouvait bien être? Je porte ma main tout contre mon cœur. Mes doigts agrippent furieusement ma chemise. Fort. Très fort.


-Hey... Takeshi. Est-ce que c'est vrai...?

J'avalais ma salive. Serrais les dents. M'agrippais plus fort.

-... Tu parles de ce que la petite copine de Terry t'as dit ce midi?

J'opine du chef.

-Pourquoi est-ce que tu me demande ça à moi?



-Parce que je sais que tu me répondra honnêtement.


Il soupire. Je fixe le ciel à travers la fenêtre. Bleu et sans nuage. Amer.

-C'est vrai.

C'était comme un murmure. Je ferme les yeux douloureusement. Fixé à présent.

-Tu n'es malheureusement pas très intelligent ou très charismatique et honnêtement je suis beaucoup plus beau que toi.

Je redressais la tête et me mis à le fixer les lèvres pincées.


-...Takeshi. Je suis sérieux.


Il me regarde, le coude sur la table, la joue contre sa main, un sourire vissé sur les lèvres.

-Mais moi aussi je suis très sérieux.

Je soupire. Il perd un instant son sourire.

- Les jumeaux et toi ont une relation fusionnelle et c'est sûr que d'un point de vue extérieur ça peut paraître déroutant.

Il ferme les yeux un instant, comme s'il cherchait ses mots.

-Et si ce qu'elle a dit au sujet de Terry la réciproque est vraie, non?

Je penche la tête, perplexe.

-Je te connais assez pour savoir que tu as tendance à penser qu'ils sont tous les deux bien meilleurs que toi.

Je hoche la tête, sans grande conviction . Suffisamment cependant pour l'encourager à poursuivre.

-Tu dépends d'eux. Ils dépendent de toi. Mika moins, c'est dans son caractère. Est-ce que je trouve ça bizarre? Je ne sais pas trop. Est-ce que je suis envieux? Certainement. Parfois j'ai l'impression de ne pas vraiment avoir ma place entre vous trois.

Je fronce les sourcils et me redresse d'un coup pour l'empoigner par les épaules.


-N'importe quoi! T-


-O-M-G vient voir Terry! Haru se déclare à Takeshi!


-QUOI?

Je sursaute. Takeshi commence à rire, franchement. Une main appuyé contre le bureau pour s'empêcher de tomber. Je tourne la tête, confus. Terry surgit, rapide comme l'éclair et se poste entre Takeshi et moi attrapant mes deux poignets, l'air complètement paniqué.

-NE FAIS PAS ÇA HARU! Ouvre les yeux! Ce tordu ne te mérite pas !

-Ahaha... Attends, tordu? Comment ça tordu? Tu parles de ma magnifique personnalité là?

Mes yeux fixent les visages de mes trois amis. Complètement désarçonné. Mika c'était approchée et hochait la tête les yeux fermés.

- Tout ça m'inspire un... threesome! Formidable!


-M-Mika! Ne dis pas ce genre de chose à l'école!


Takeshi attrape les mains de Terry à son tour, son regard plongé dans le sien.

-Ne sois pas jaloux Terry. Je t'aime aussi.

Le garçon aux boucles brunes soupire bruyamment.

-Tordu. Complètement tordu. Haru! Je vais te présenter deux trois jolies filles mille fois mieux que ça!

Je lève les mains en avant comme pour les apaiser.


-On faisait que discu-

Le bras de Mika s'enroulèrent autour de mon cou. Brutalement. Son nez contre mon oreille. Elle me sert fort. Fort. Elle se détache pour aller serrer Takeshi dans ses bras. Fort. Fort.

-TAKESHI. Si je t'entends encore raconter des bêtises je t'arrache les yeux.

Sourire sur les lèvres. Yeux mortellement sérieux. Takeshi se met au garde à vous.

-Bien madame. Tout ce que vous voudrez madame.

Elle se retourne vers moi. Je frissonne.

-Toi aussi Haru! Ne te laisse pas tourmenter comme ça par les mots désespérés d'une fille qui vient de se faire larguer.


Bêtement j'imitais Takeshi. Main droite près de la tempe. Elle hoche la tête et écarte les bras.

-Bien. Je veux un câlin maintenant.

Personne ne bouge. Elle fronce les sourcils et nous fixe tous les trois durement. Je déglutissais et m'avançais presque immédiatement pour aller dans ses bras, bientôt imité par Terry et Takeshi. Bras dessus. Bras dessous. On se serrait les uns contre les autres. Embarrassant. Embarrassés. On souriait malgré tout. Même moi. C'était pas grave si les autres nous trouvaient bizarre. On était indestructible.

Battements sourds. Boum boum. Ça tambourinait fort. Trop fort. Un Coeur pour trois. Était-ce mon coeur ou celui des autres? Mes doigts s'agrippent fermement aux blasers. Fort. Fort. Tap tap fait son pied contre le mien. Contre le sien. Je rate un battement. Fragile équilibre. Le printemps arrive. Pour qui? Peur incompréhensible. Il y aura forcément des laissés. Pour compte.

Mika rapprocha soudainement son front contre le mien. Je la laissais faire, surpris.


-Mais t'es brûlant Haru!


Notre étreinte se brisa. Terry m'attrapa le bras, complètement paniqué alors que les mains de Mika se posaient toutes conte mes joues. Rafraîchissante. Takeshi se tenait devant moi, la main contre son menton comme pour réfléchir.

-Mhhh je me disais bien que tu étais plus expressif que d'habitude!

-Aah? Vraiment? Mmmh. Et si j'incorporais ça dans une scène érotique? Imagine un peu le tableau... Wow. Ça serait carrément parfait!


-L'HÔPITAL IL FAUT APPELER L'HÔPITAL. UNE AMBULANCE. VITE.

Ça tournoyais autour de moi, je ne savais plus où donner de la tête. Je n'étais pas certain que cela soit uniquement dû à mon état fébrile.

-C'EST PAS BIENTÔT FINI CE BORDEL? ... Mais qu'est-ce que vous faîtes?

Une femme surgit dans la classe. Si mes souvenirs étaient corrects elle devait être le professeur principal de Terry et Mika.

-Ah! Sensei. Toujours aussi vulgaire. Héhé.


-LA FERME YAMAMOTO. Pourquoi vous n'êtes pas encore rentré, hein?

-SENSEI C'EST TERRIBLE. IL FAUT APPELER L'AMBULANCE. HARU EST MALADE.

Le professeur soupira bruyamment, l'air soudainement usé. Elle s'approcha de nous.

-Du calme. Du calme. Qui est Haru?

Je levais la main. Elle tendit la main pour la poser sur mon front.

-Pfff. Vous avez décidé de me faire chier jusqu'au bout. Hein?  Je vous accompagne jusqu'à l'infirmerie. Mais ensuite. RENTREZ CHEZ VOUS. Capiche?

-Sensei! Vous êtes sensée vous montrer plus compatissante et respectueuse envers vos élèves.

-LA FERME. Je le ferai quand vous serez décidé à l'être avec moi! Maintenant on y va!

C'était nous. Et ça me suffisait à moi. Parce que même si je ne m'étais pas transformé en dragon ça n'était pas grave. Même les carpes pouvaient être heureuses. Simplement.


• Ton arrivée à Euphemia et ta réaction :
-Haru ?
J’ouvrais les yeux, lentement. La tête me tournait un peu. J’avais connu mieux comme anniversaire. Je me tourne sur le côté pour pouvoir apercevoir mon visiteur. Je plissais les yeux, pour mieux l’apercevoir. Maman. Je relevais la couverture pour me redresser, surpris. Trop vite. La tête recommençait à me tourner.

-Ah, non, ne te redresse pas. Tu vas un peu mieux ?

Je me rallongeais donc. Sans me faire prier.

-Je vais bien. Tu n’es pas au travail ?

Elle s’avance, un paquet dans les mains. Je détourne les yeux pour regarder le plafond. Comme si j’avais peur qu’elle ne disparaisse si je la regardais un peu trop. Notre dernière discussion remontait à loin. Très loin. Trop loin pour pouvoir me réjouir simplement de sa présence. Elle s’installe devant mon futon. Ses doigts m’effleurent le front. Furtivement. Je retiens ma respiration.

-Tu es encore fiévreux. J’ai… J’ai pris un jour de congé…

-Mh.

Elle pose le paquet sur le sol. Je la suis du coin de l’œil.

-J’ai… Reçu un sms il y a longtemps…

Elle marque une pause.

-Je … Je ne sais pas très bien à quoi je m’attendais en répondant oui. Mais certainement pas à ça.

Elle pointe le paquet de l’index.

-C’est un jeu vidéo. Je l’ai reçu il y a quelques mois déjà… Au début je voulais le renvoyer et puis je me suis rappelée que… Je pouvais te l’offrir pour ton prochain anniversaire. Et puis c’est aujourd’hui… J’ai. J’ai même acheté un ordinateur comme ça… Comme ça je pourrais te montrer comment ça marche et puis… Je …


Son débit s’accélère. Tant et si bien qu’elle se mord la langue. Je la regarde visiblement surpris. Elle rit. Et ça me fait un petit pincement au cœur.

-Je… Je sais que je n’ai pas été très présente. Depuis… Enfin. Je voudrais rattraper le temps perdu. Je… Ne dis pas que ça sera facile. Je ne sais même pas si tu m’en veux encore… Et…

Elle tremble. Elle sert plus fort ses mains pour se donner du courage. Je papillonne des yeux. Est-ce que j’hallucinais ?  Elle rit toujours visiblement gênée. Je ne savais pas très bien ce qu’elle avait en tête mais elle semblait faire de son mieux. Je prends le paquet volumineux pour y déchirer le papier. Lentement. Peut-être trop. Mais je n’avais pas de force.

-Est-ce que… Tu me montre ?

-Oui !

Elle semblait heureuse. Et moi je l’étais aussi. Je crois. Tout était confus. S’il s’agissait d’une hallucination alors je voulais en profiter un maximum. Je la fixais. Elle se mit à parler. Vite. Vite. Ses doigts finissaient de déballer l’ordinateur. Elle l’allumait, rapidement pendant que j’examinais le casque, impressionné.


-Mes amis viennent cette après-midi … Mais j’imagine qu’on peut discuter jusqu’à l’avant midi.

Elle acquiesce puis commence à m’expliquer les qualités et les défauts de la machine. M’explique qu’elle avait fait une bonne demie douzaine de magasin avant de le trouver. Et puis après c’est flou. Pourtant je me concentre sur sa voix. Ses yeux. Ses gestes. Son sourire. Elle fait de son mieux. Même si elle me fuit du regard lorsque nos iris se croisent par accident. Mais c’est pas grave. Je crois que je suis heureux. Même si ça ne devait être qu’un rêve… Ou une hallucination causée par ma fièvre. Je ne pouvais … Pas vraiment concevoir que cela puisse être la réalité.

-Oh. Est-ce que tu veux essayer le jeu maintenant ?

J’opinais du chef. Pourquoi pas après tout… Juste cinq minutes et après…

-Apparemment il suffit d’enfiler le casque.

Je l’enfile donc. Le jeu se lance. Je ferme les yeux.

***

J’ouvrais les yeux. Ma tête ne tournait plus. Je ne me sentais plus vraiment malade. Plus du tout même. Je regardais autour moi. J’étais dans un bâtiment. Visiblement. Un rêve dans un rêve ? Je me pinçais les lèvres. Complètement désarçonné.

-Bienvenue sur Euphemia ! Je suis le maire de la ville. Il te faut à présent choisir un pseudo et un pouvoir.

Je clignais des yeux. Euphemia ? Ah. Oui. Le jeu de ma mère.

-Pour le pseudo ce sera ?

Pseudo… ? Oh. Mon nom dans le jeu. Je fermais les yeux pour y réfléchir sérieusement.

-Kohaku.

Le maire de la ville acquiesça et se mit à pianoter sur une espèce de clavier holographique.

-Bon et le pouvoir ?

Un pouvoir, mh… J’essayais de me rappeler les pouvoirs de mes supers héros préférés. En choisir un s’avérait beaucoup plus difficile que je ne l’aurai pensé au début.

-Tiens… Quelqu’un d’autre arrive il va falloir se dépêcher.

Surpris je redressais la tête.

-… Je n’ai pas encore eu le temps d’en choisir un.

-Pinpon. Trop tard. Je t’ai attribué un pouvoir. Je suis sûr qu’il va te plaire. Allez. Oust.

Avant d’avoir pu esquisser le moindre mouvement je me retrouvais dehors, la porte de la mairie était clause. J’avais le choix entre quatre chemins. Je me frottais la tête doucement. Tout avait l’air si réel ! Je me pinçais délicatement la peau. C’était douloureux. Tout était beaucoup trop réel. Vraiment trop. Il fallait que je me déconnecte. Mais… Comment ? D’un coup, un écran holographique se matérialisa devant moi.

-…

Rien. Pas de bouton déconnexion. J’étais perdu.







Dernière édition par Kohaku le Ven 5 Déc - 11:28, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Docteur Morphine


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 07/06/2014
Localisation : Cache-cache ou rien.

MessageSujet: Re: Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.   Jeu 4 Déc - 10:59

HINHINHIN. Bienvenue. What a Face

_______________
Eh bien, Mesdames et Messieurs, c'est rien que de la poudre aux yeux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bubblegom


Bubble
Bubble

avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/10/2013

MessageSujet: Re: Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.   Jeu 4 Déc - 16:21

Le pouvoir le plus attendu de tout Euphemia.
Koko va devenir super pote avec Noise je crois bien CvC

_______________


“And I don't know where it's going, Or what it will do.
And I try to control it, But control is what I lose.
You got my blind heart holdin' onto you.”
#984048
Autres comptes : ; ; ; ;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kohaku


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 26/07/2014
Localisation : Hope Corporation

MessageSujet: Re: Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.   Jeu 4 Déc - 16:43

Hinhinhin j'hésitais entre ça et la transformation en carpe BJ! Mais les pwals c'est plus cool.Mais Kohaku n'aime pas les criminels donc bon 8D...

EDIT; FINI. Bon c'est niais. Peut-être un peu nul et très franchement mes persos secondaires sont plus charismatique que mon perso mais... Il fait de son mieux. Ok. :câline son perso: voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 700
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Dream Land

MessageSujet: Re: Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.   Ven 5 Déc - 20:20


:pleure:

_______________
Le tarot Pokémon a été créé par Daphnia

signature&cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Umbra


Admin flemmarde

Admin flemmarde

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 24/06/2013

MessageSujet: Re: Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.   Ven 26 Déc - 19:54

Bon ok je te revalide ! Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kohaku • Je connais un tas de trucs random sur les carpes maintenant.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FireFox 4 : Trucs et astuces
» documentation de random
» Trucs et astuces pour µTORRENT
» Discussions trucs & astuces bureautique
» Listing des Trucs & Astuces

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Accéder à Euphemia :: Créer votre personnage. :: Fiches validées-