AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Sam 13 Sep - 14:20


Quand Renaud rejoint son plumard
« renard s'écroule dans le caniveau »

feat Thingumajig & Electroweak.

« Euh… Jig’… »

Pas plus que le squat brutal de son meilleur ami ne semblait le déranger, la perspective de prendre n’importe quelle direction au hasard et d’errer des heures dans CD  avant de retrouver son appartement ne faisait ni chaud ni froid à l’australien. Noise le regarda partir dans la première ruelle attenante, laquelle selon sa propre vision du monde ne menait pas du tout à l’endroit escompté. Il n’avait pas un GPS dans la tête, certes, mais tout de même, il connaissait sa gauche et sa droite. Peut-être que la perte d’un œil avait aussi amputé la perception de la gauche chez Thing, allez savoir : bon après il n’était pas parti totalement à l’opposé non plus, juste… un peu.
Ça serait bien récupérable.
Puisqu’il avait réagi avec un temps de retard, Noise se retrouva forcé de courir après son ami, déjà tout prêt à se perdre joyeusement dans les rues de Crimson. Il se demanda si cela lui arrivait souvent, avant de lui tirer discrètement la manche pour le réorienter dans le droit chemin – une ruelle transversale judicieusement placée à l’intention des handicapés de son espèce. Ou alors il aimait juste bien se perdre. C’était bizarre mais possible, comment savoir ce qui se passait dans les neurones d’une créature aux cheveux bleus.
Négligeant totalement de noter que niveau originalité capillaire il n’était pas mieux, le jeune homme prit la tête. Et les perdit deux fois avant de retrouver la rue où habitait Thingumajig. Rien de bien grave, et puis ils avaient certainement perdu moins de temps que si ce dernier avait été en tête.
Enfin, en tout cas Noise en était persuadé.

Visiblement pressé de se débarrasser de l’odeur d’égout qui les suivait comme une baveuse trace d’escargot, l’américain monta les marches quatre à quatre sans attendre son ami – il n’allait pas pousser l’insulte jusqu’à insinuer que Jig’ était incapable de retrouver son propre appartement – et déverrouilla la porte en un tournemain grâce aux clés opportunément tirées de la poche de son meilleur ami quand il regardait ailleurs. Chose qui lui arrivait souvent.
Il ouvrit le battant à grand fracas et sa voix résonna à l’intérieur de la pièce comme dans un stade de foot.

« POLICE RESTEZ OU VOUS ÊTES- non je déconne. » Puis, ayant précisé de visu où se trouvait Electroweak dans la pièce – parce que visiblement elle n’était pas cette nuit occupée à rouler dans le caniveau : « Hooollaaaa sista guapa caramba viva la vida et companiaaaaaa ! COMMENT C’EST CRIMSON TONIGHT BABY ? Et – woh t’as une de ces têtes. »

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thingumajig


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Dim 28 Sep - 10:57

Il parait que tous les chemins mènent à Rome. Et pourtant, malgré ça, Thing n’a jamais eu l’occasion d’y faire un tour en chair et en os. Pourtant, ça aurait été cool, d’y aller ; il supposait. Manger des pâtes, se promener, manger des pâtes, faire coucou à la mafia locale, manger des pâtes … Ou des raviolis, hein. Mais non.
Pour lui, en fait, l’expression serait plutôt : tous les chemins mènent chez moi. Là-bas, pas de spaghettis bolognaises ou de mafia avec un accent marrant, juste … Tout ce que l’on trouve dans un appartement lambda, plus ou moins. En résumé, Thing a le don de ne jamais vraiment avoir de problème majeur lorsqu’il doit rentrer chez lui, et ce même s’il ne fait pas trop attention aux rues qu’il arpente. Sans doute quelque chose à voir avec son inconscient. Quoiqu’on en dise, il n’est pas bête non plus, l’animal. Si jamais l’envie de retrouver son lit lui semble plus que urgente, ce sera vite chose faîte. Enfin, là, ce serait plutôt à la salle de bain qu’il devrait rendre une petite visite.

Malheureusement, pas de test pour évaluer ses capacités à retrouver sa route ce soir. Noise avait commencé à le tirer vers une autre direction que, docile, il suivit sans grogner. Ça lui ferait une économie cognitive, après tout, d’être le mouton et non le berger. Pas comme si ça ne lui arrivait pas souvent.
Tranquillement, donc, dans une foulée tranquille, les deux amis traversèrent les ruelles de Crimson jusqu’à enfin atteindre le quartier des habitations, non sans quelques détours étranges. C’était une bonne promenade, mais enfin voir la façade de son immeuble avait quelque chose de soulageant …

Quelques mots se coincèrent dans la gorge de l’australien lorsqu’il remarqua que son fidèle compagnon de voyage avait pris la poudre d’escampette, laissant juste son ombre ultime disparaître furtivement direction les escaliers à la vue du borgne. Eh. ‘Kay.
Haussant des épaules et rangeant ses mains dans ses poches, Jig ne changea pas son allure pour de beaux yeux et entama ainsi son ascension vers son étage. D’ailleurs, à force de déménager, il lui arrivait de temps à autres de se tromper. Habitué à être parfois au cinquième, par exemple, il montait jusque-là avant de se rendre compte qu’il était au deuxième, cette fois. Merci au numéro sur ses clés … ou à ses voisins habitués à le voir errer dans les couloirs. Surtout quand ses clés disparaissaient mystérieusement dans les poches d’un certain mate à capuche.
Heureusement, il n’y aurait pas de un problème de ce genre-là pour l'heure, car Noise et Electro avaient cette particularité d’être relativement bruyants. Ajouté à cela, la porte d’entrée de l’appartement était grande ouverte.

Une grosse vague d'euphorie monta inexplicablement en lui, rendant ses mouvements plus vifs alors qu’il passait l’entrée. Sans trop faire attention au théâtre qui se jouait dans la pièce (avisant simplement que, finalement, Electro était vraiment là ! Trop cool.), l’australien se dirigea telle une fusée vers la porte de la salle de bain, offrant simplement à ses amis une salutation pleine d’enthousiasme :


« G’daaaaaaaaay ~ »

Et Clac.
Non, il ne s’était pas trompé de porte. C’était bien la salle de bain.
Hey, c’était pour ça qu’ils avaient décidé de rentrer, au départ.

_______________


#4A8ABA
Autres comptes : ; ; ; ;
wow ._. :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electroweak


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Sur un trottoir.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Sam 18 Oct - 15:14

Electro dormait paisiblement quand un malade en costume de lama avait défoncé la porte – ce qui expliquait plus ou moins la deuxième partie de la  phrase.
Mais attention, elle dormait debout et à moitié éveillée. Elle n'était ni saoule, ni droguée, mais son sommeil en guirlande de Noël avait laissé quelques traces sur son visage abasourdi et elle lança la casserole qu'elle tenait à la main vers le taré sûrement venu la dévaliser. Ça, ou bien il était à la solde des étoiles qu'elle entendait murmurer à la porte, et l'un dans l'autre, il méritait qu'elle lui refasse le portrait à coup d'ustensiles de cui-... Ah merde, tiens, c'était juste Noise. Autant pour elle. Un allumé serait sûrement pas rentré dans son palace comme dans un moulin en l’appelant sista et en lui précisant qu'elle avait une gueule terrible.

« Woh mince, mec, j'ai cru que t'étais un psychopathe violeur/voleur/je sais pas quoi. »

Ce qui était pas mal pour une salutation, vu l'heure à laquelle il venait de la déranger (et il était quelle heure, exactement ? ).
Une fois n'est pas coutume, Electro était restée sagement chez son colocataire après s'être essuyée un super coup de poing dans un bar pas loin de là. Sympa comme bar, mais rempli de salopards de misogynes pas fichus de garder leurs commentaires pour eux. Un verre en trop, les voix qui s'échauffent, et elle s'était bizarrement retrouvée à coller un coup de bottes en cuir à un débile de son âge qu'avait rien de mieux à faire que la siffler à grand renfort de commentaires déplacés. Ça causait beaucoup quand il s'agissait de parler de mini-jupe mais dès qu'il fallait cogner, là, ça se défilait la queue entre les jambes ! Avec un peu de chance, elle avait réussi à le couvrir de bleus et lui filer un coquard, là où ses phalanges à lui n'avaient fait qu'effleurer sa pommette. Pommette qui avait pris entre temps une jolie teinte bleutée et sur laquelle elle avait vite fait passé de l'eau, priant tout juste pour que ça disparaisse rapidement. C'était pas la mort, elle avait connu pire, et distribué plus qu'elle n'avait reçu – Electro et délicatesse, ça faisait deux. On aurait pu lui attribuer un prix pour ça, limite.
Le côté moins cool de l'affaire (parce qu'il y en avait toujours un pour vous gâcher la soirée), c'était qu'on l'avait rapidement fichue sur le pavé suite à son petit pugilat. Badabam boum, et elle se retrouvait dans les rues glaciales de Crimson, la chaleur du bar derrière elle, à se plaindre de son infortune aux lampadaires et aux étoiles.  Elle aurait pu se trouver un nouveau petit nid douillet à squatter, mais il y avait fort à parier pour qu'elle en soit jetée aussi cavalièrement que du premier – parce que ouais, les connards étaient tous les mêmes partout, hein. Par pitié pour Avast et ses effectifs limités, elle avait décidé de ne pas passer la nuit à chanter des chansons paillardes en plein centre-ville. Y'avait même pas Killy pour ça, tseh, ça aurait été moins drôle de toute façon. En plus les étoiles se prenaient pour sa mère en six fois pire et ça la saoulait grave. MAIS GRAVE.

Mini-jupe et haut trop court pour la décence, elle s'en était donc retournée chez elle (enfin, chez Jig) pour se faire des pâtes.

Ou presque. Disons qu'elle s'était écroulée sur le lit, s'était réveillée en sursaut elle ne savait plus quand, s'était entièrement déshabillée et démaquillée pour prendre une douche puis s'était souvenue au dernier moment qu'elle mourrait d'envie de bouffer des pâtes. Elle avait dévalisé cuisine et salon à la recherche du Saint Graal, le tout en sous-vêtements parce que se rhabiller pour faire à manger, c'était pour les tapettes et les gens bien réveillés. Elle avait avisé un paquet de pâtes et s'apprêtait à faire fusionner casserole et nourriture quand Noise s'était pointé. La bouche en cœur et le grand sourire, comme ça, « tout va bien et je fais comme chez moi ». Putain, comment elle avait pu croire qu'il portait un costume de lama ?
Oh wait.

« Cool, tes cheveux. » fit-elle en levant un pouce, vite interrompue par l'arrivée d'un troisième protagoniste qui ne prit même pas la peine de s'arrêter pour lui dire bonjour. Là, sous ses yeux ébahis, il s'enferma dans la salle de bain avec un cri caractéristique de Pokémon. G'day. Rien d'autre.

« EH JIG, j'étais là avant toi ! S'écria-t-elle, sourcils froncés, en se rendant compte qu'il lui avait piqué sa place comme le dernier des goujats. Puis, bouche pincée, elle se retourna vers Noise. Herrgott, C'est quoi votre nouveau parfum ? Vous avez joué aux éboueurs ? »

Aucun risque qu'ils fassent fureur avec une odeur pareille. Au mieux, ils allaient attirer les rats et les clodos, mais pas les bimbos munies d'un 95 M. La pensée d'un Jig faisant la conversation à une énorme paire de seins la dérida et elle laissa un sourire flotter sur ses lèvres. Oh, il allait falloir qu'elle récupère sa casserole, aussi.

Pas de casserole, pas de pâtes. Eh ouais. Elle aussi elle pouvait faire de la philosophie ou des réplique de cinéma cultes.

_______________
Merci Sköll, je caresse ton kit avec amour ♥♥♥

The clouds around your soul don't gather there for nothing:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Ven 31 Oct - 16:44



A la réflexion, cette réplique sentait vraiment le caniveau à plein nez. Il en eut honte à peine deux secondes après l'avoir prononcée, et n'eussent été les formidables réflexes d'Electroweak en matière de sécurité anti-cambrioleurs il serait ressorti en criant "COUPEZ on la refait !".
Au lieu de quoi il se prit violemment une casserole en pleine gueule.
« Woh mince, mec, j'ai cru que t'étais un psychopathe violeur/voleur/je sais pas quoi. »
A travers les trente-six étoiles qui dansaient la macarena devant ses yeux, Noise parvint à distinguer vaguement la silhouette de la jeune fille, mais pas assez précisément pour déterminer si oui ou non ses yeux s'insultaient mutuellement. Est-ce qu'il avait vraiment une tronche de psychopathe ? Pour le moment il aurait plutôt voté pour le tsundere mécheux d'un quelconque anime de sport pour moins de 16 ans, mais les avis pouvaient diverger.
En pleine opération catastrophe de sauvetage d'équilibre, il réussit tout de même à noter qu'Electro était en sous-vêtements et avait un paquet de pâtes à la main.
Il espéra très fort que c'était pas un délire post-traumatique, parce que le coup du fantasme sur les pâtes et la casserole risquerait de l'envoyer tout droit à l'asile. Oh wait. Y a pas d'asile sur Euphemia.
« Cool, tes cheveux. »
« Cools, ur panties. » Rétorqua-t-il en se frottant vigoureusement le crâne sous sa tignasse blanche. « Fuck you j'ai trop mal. Tu vas finir au trou si tu démolis les cambrioleurs comme ça sista. Un peu d'attention merde. »
Il s'apprêtait à disserter sur les droits des cambrioleurs avant d'embrayer sur un plaidoyer déchirant relatif à sa propre cause lorsqu'un ouragan australien déboula dans l'appartement et lui ébouriffa la capuche avant de disparaître dans un "G'day" plein de mystère et de classe mêlés. Julian la tornade australe. Ça sonnait bien, et heureusement que Noise avait pas abusé du gel sinon il se serait retrouvé avec la coupe de Sonic sextagénaire.
Oh.
« EH JIG, j'étais là avant toi ! » S'écria la punk rose en chœur avec le cri de protestation du jeune homme qui venait de réaliser la fourberie de son ami. Sauf qu'elle, ça ne semblait pas la déranger tellement en fait. Pas plus que la casserole qui gisait piteusement sur le plancher. « Herrgott, C'est quoi votre nouveau parfum ? Vous avez joué aux éboueurs ? »
Non on tourne un film porno qui se passe dans un tas de fumier.
Fut très étrangement la première réponse qui traversa l'esprit du jeune homme à cette question.
L'ouverture prématurée de sa cavité buccale fut de fait promptement avortée - pas bien grave, c'était un organe qui lui servait assez souvent de toute façon - puisqu'il était tout simplement impensable de rétorquer une chose pareille. A Electroweak. Debout dans sa cuisine en sous-vêtements.
Non en fait ça aurait paru parfaitement plausible à n'importe qui.
Même à une étoile bourrée à la tequila.
Tiens, il faudrait qu'il demande à la sista si elles portaient des sombreros et formaient des chœurs de chansons traditionnelles, les étoiles. Bourrées. Les étoiles pas Elec... ou en fait c'était peut-être pareil.
Tout ça était assez compliqué, et Electroweak était toujours devant lui en sous-vêtements avec son paquet de pâtes dans la main.
Et ce dernier perturbait terriblement la concentration de Noise.
« Herrgott ça veut dire pâtes en russe ? » Demanda presque poliment celui qui n'avait jamais compris qu'il existait quelque chose entre la France, l'Italie et la Russie. Il ramassa la casserole et la tendit fort galamment à Electro. « Hmmmm jalapeños buenoos. »
Et très vite le jeune homme se retrouva à gratter en couinant à la porte de la salle de bain. Parce que pour fuir les pasta panties on ferait n'importe quoi.
Et il n'avait pas bu une seule goutte d'alcool. Lui.
« Jiiiiiiiiiiiiiiiiiig faux frère me laisse pas làààà. Ouvre cette porte, traître ! »

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thingumajig


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Dim 14 Déc - 13:02

C’était lui ou il y avait des bruits de consternation de l’autre côté de la porte ?… No matter. Pour le moment, il y avait bien plus urgent : se débarrasser de cette odeur dégueulasse qui lui collait à la peau et aux cheveux. Sérieeeux, comment ils avaient fait, au juste ? Hm … Ah. Ouais. Avocat. Noise. Elastique. Qui était toujours en sa possession d’ailleurs. Il avait intérêt à le lui rendre à la fin, hein !  Pas qu’il en avait d’autres juste en face de lui sur l’un des meubles de la salle de bain ; lui il voulait retrouver cet élastique là précisément. Et pas moyen d’en discuter.

Nonchalamment, il commença tout d’abord par ouvrir les robinets d’eau chaude avant de retirer sa veste, son haut et ses chaussures avec une vitesse comparable à celle d’un champion de natation. Ainsi déshabillé, ayant cependant gardé pantalon et sous-vêtements, Thing allait donc se diriger vers la placard afin d’en efficacement déverser le contenu par terre (et accessoirement chercher du shampoing) … Malheureusement, le jeune homme fut de nouveau interrompu par des bruits venant de l’extérieur. C’était comme si un chat voulait entrer … Sauf que, bah, l’australien était certain de pas avoir de chat. A moins qu’il n’appartienne à Electro ? Mais … étrangement, il n’imaginait pas trop sa colocataire préférée (la seule et l’unique) avec un chat, en fait. Sans trop savoir pourquoi.
Enfin bon, se retournant vers l’entrée par laquelle il était passé en trombe, surprenant ses amis occupés à parler d’il ne savait trop quoi, Jig tourna la poignée de la porte qu’il n’avait même pas pris la peine de verrouiller et se retrouva ainsi nez à nez avec ses deux potes de coiffures folkloriques.
Torse nu et entouré par la vapeur de l’eau qui continuait de couler en riant très fort qu’elle n’en avait rien à foutre des impôts, Thing se cala dans le cadrant de la porte en attendant les raisons de tout ce vacarme.


« Quoi ? »

Lâcha-t-il sans grande émotion ; ni reproche, ni agacement. Pourquoi faire ? Il était pressé sans vraiment l’être, après tout. C’était lui qui avait le pouvoir sur la salle de bain. En plus, la pièce étant à présent emplie d’une chaleur agréable qui lui caressait doucement la peau, rester là était bien la chose la moins dérangeante du monde en cet instant.

Enfin, maintenant qu’il avait Electro et Noise dans son champ de vision beaucoup plus attentif que lors de son entrée fracassante, il put remarquer … le paquet de pâte et la casserole. Hey, ils avaient pas ça tout à l’heure-là, si ?


« Eeeh, j’en veux aussi, j’ai trop la dalle. Je voulais me faire un kebab tout à l’heure-là, mais le mec a décidé me tabasser sans raisons. Tu le crois ça, Elec’ ? »

Ce monde de fous, hein ?

G'DAY. :
 

_______________


#4A8ABA
Autres comptes : ; ; ; ;
wow ._. :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electroweak


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Sur un trottoir.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Dim 21 Déc - 23:56

Electro aurait bien répliqué à Noise que les voleurs, chez elle, on leur démolissait le crâne à coup de guitare et qu'on les pendait en caleçon à la fenêtre du premier, pour l'exemple ; mais l'indignation d'être prise pour une russe, le contact de la casserole dans sa main et les plaintes de son super bro' à la porte de la salle de bain la coupèrent vaguement dans son élan. Damn, elle savait même plus pourquoi elle voulait lui parler de cambrioleurs, à la base... Ah, si. L'entrée fracassante du klepto dans leur super Taj Mahal crimsonien. Le costume de lama, le bar, le coup à la pommette, tout ça... Et les pâtes ! La sensation agréable des coquillettes contre sa paume, la jeune femme se dirigea vers Noise et lui asséna un coup de casserole pour la forme. Tout doucement, hein, pour pas lui faire perdre plus de neurones. Ça aurait été con d'avoir atteint le seuil critique avant le repas.

« Parce que tu trouves que j'ai l'air russe, peut-être ? » gronda-t-elle, presque vexée qu'on ne reconnaisse pas son super accent autrichien sur le coup. Son pays était quand même super célèbre ! Mozart y était né, quoi, et on le lui avait rabâché assez de fois pour qu'elle s'en souvienne. Même ivre morte, elle aurait toujours su que Mozart était né à Salzbourg – et comme elle aussi elle était née à Salzbourg, ils devaient être frère et sœur d'âme, ou un truc du style.
Bref, c'était quand même plus classe qu'une grosse moustache à la Staline.

Thingumajig la coupa là sur son nationalisme blessé, tel un sex symbol appuyé contre la chambranle de la porte. Electro laissa s'échapper un sifflement admiratif, pouce levé et se demandant si elle devait complimenter cette entrée en scène digne d'un mauvais porno. Bon, ok, elle exagérait ; c'était un peu mieux que le plombier nu sous sa salopette. Si ses frères avaient été là, ils auraient pu mieux évaluer la situation, mais elle pouvait pas tout avoir. Bon, déjà, si elle arrivait à faire ses putains de pâtes, ce serait l'accomplissement de la soirée.
Qu'est-ce qu'elle pouvait foutre dedans pour leur donner meilleur goût ? Fromage, vermicelles, vodka... Ou peut-être du rhum ? Les placards avaient intérêt à être bien remplis !

« Eeeh, j’en veux aussi, j’ai trop la dalle. Je voulais me faire un kebab tout à l’heure-là, mais le mec a décidé me tabasser sans raisons. Tu le crois ça, Elec’ ? »

Un kebab ? C'était une bonne idée, ça ! Compatissante, la jeune fille hocha la tête et lâcha une insulte bien sentie en allemand.

« Faut pas faire confiance aux vendeurs de kebab, ce sont tous des connards. Pour te remonter le moral, je vais faire une triple ration de pâtes. »

Vu qu'elle se débrouillait plutôt bien avec les mesures (sauf quand elle voyait flou, mais ça, c'était une autre histoire), ça risquait pas d'être compliqué. Elle jeta un regard assassin au paquet, bien trop mince à son goût, et tenta de se remémorer où elle l'avait pris, géographiquement parlant. Là-bas, ou..
Toujours quand elle essayait de se concentrer, les petits détails l'assaillaient sans pitié – et en l’occurrence, ils assaillaient son pauvre nez délicat.
Elle enfonça la casserole entre les omoplates de Noise pour le pousser vers la salle de bain. Fallait vraiment qu'il prenne un bain, il sentait pire qu'un cochon se roulant avec extase dans la fange. Dég', quoi. Ils étaient vraiment partis rouler des pelles à des ordures durant leur temps libre ou quoi ?

« Bon allez les mecs, vous vous récurez, sinon vous pouvez toujours crever de faim. Y'a de la place pour deux. »

Sûrement. Enfin, ils étaient pas gros, ils pouvaient bien rentrer là-dedans tous les deux. Pendant ce temps, mademoiselle comptait bien les éblouir en leur préparant le repas de leur vie : sans rien casser, sans rien brûler, et... Oh, avant de mettre le tablier, elle aurait peut-être pu se rhabiller. Éventuellement. Dans un futur proche.
Bha, dans le fond, quelle différence... Ils étaient entre amis, ça gênait personne !

_______________
Merci Sköll, je caresse ton kit avec amour ♥♥♥

The clouds around your soul don't gather there for nothing:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Dim 28 Déc - 19:03



Parce que visiblement, la grande déesse des coquillettes estimait qu’il n’en avait pas eu assez, Noise se prit très rapidement un deuxième coup de casserole sur le sommet du crâne. Agression qui fut accueillie par un flot d’injures et de protestations à la vigueur comparable aux chutes du Niagara.
Non, en fait elle lui appuya gentiment sur la tête sans qu’aucun bruit suspect – tel que « pouet » par exemple – se fasse entendre et il protesta d’un bref « woohheh » outré tandis qu’elle s’indignait sur une histoire de Russie. Tous dézingués du coffre-fort ces russes, songeait le jeune homme qui n’avait jamais su et ne saurait peut-être jamais que Mozart était né à Salzbourg. La faute à la vodka, qu’on n’était certainement pas censé mettre dans les pâtes à la base, chose que sa sista’ – Noise en était persuadé – n’avait jamais vraiment imprégné.
Bien la seule d’ailleurs.
Non, c’était une blague. Qu’il préférait ne pas faire à voix haute tant que la divinité des féculents tenait encore son redoutable ustensile de guerre à la main. Quoi qu’il n’était pas certain qu’elle aurait saisi la beauté de la métaphore – mais on ne sait jamais.
Il lui ferait un câlin pour se faire pardonner ses pérégrinations mentales tout à l’heure. Quand elle aurait posé sa casserole. Et qu’elle se serait habillée.
Il y avait un long chemin à parcourir d’ici-là, le jeune homme ne s’en rendait que trop compte. Au pire, il pouvait accepter de lui faire un câlin en sous-vêtements – c’était Electro après tout – mais la casserole, ça n’allait pas être négociable. On ne serre pas la main à un américain tant qu’il n’a pas posé l’obus qu’il a dedans, bah là c’est pareil.
Et en fait il ne savait même pas que Salzbourg existait. Restait à savoir s’il savait que l’Autriche elle-même existait.
Sans crier gare, le battant de la porte contre son épaule bascula et le voleur se cassa tout naturellement la figure dans les jambes de son meilleur pote. Il grogna une insulte contre les australiens, s’assit en poussant sur le jean de l’attardé de surfeur et leva des mirettes d’un gris blasé sur les pectoraux du jeune homme, tandis qu’une vague de vapeur s’échappait de la salle de bain. Son regard fit l’aller-retour entre ses deux amis et il songea que ça devait être le genre de truc qu’on ressentait en plein mois d’août quand on se trompait de plage.
« Eeeh, j’en veux aussi, j’ai trop la dalle. » Déclara Thing, qui se sentait apparemment très concerné. « Je voulais me faire un kebab tout à l’heure-là, mais le mec a décidé me tabasser sans raisons. Tu le crois ça, Elec’ ? »
Et aussi, personne n’en avait rien à foutre que sa sista soit quasiment à poil, visiblement.
Une journée normale chez les crimsoniens punk. Monsieur et madame je fais des pâtes sans eau. Noise poussa sur les guiboles de son meilleur ami pour se relever dignement et fit mine d’épousseter ses vêtements – chose assez inutile parce que même si c’était un peu le bazar chez les deux colocs, le sol restait à peu près propre. Pendant ce temps, Electro jurait comme un charretier dans une langue alien inconnue en agitant son arme de manière inquiétante.
« Faut pas faire confiance aux vendeurs de kebab, ce sont tous des connards. Pour te remonter le moral, je vais faire une triple ration de pâtes. »
Woh, ça aussi c’était inquiétant en un sens. Essayant de négliger la vision d’Electro faisant la cuisine qui s’imposait à son esprit, Noise tourna vers la salle de bain un regard torve et grimaça à la vapeur un peu trop chaude pour lui.
« Eh Jig’, c’est reconverti en sauna chez vous ou- »
Une brutale (parfaitement) poussée dans son dos manqua le faire trébucher tant il ne s’y attendait pas. Le jeune homme faillit à nouveau se casser la figure sur l’australien, se raccrocha au chambranle, lâcha une énième protestation. Il était maltraité depuis qu’il avait foutu un pied dans cette baraque, c’était juste pas possible là. A travers le fracas joyeux et légèrement excessif du jet d’eau contre l’émail, il entendit sa frangine de substitution s’exclamer joyeusement :
« Bon allez les mecs, vous vous récurez, sinon vous pouvez toujours crever de faim. Y'a de la place pour deux. »
… Hey, wait, what ? Woh, on se calme là. Noise effectua un joli rétablissement sur un pied suivi d’un demi-tour, tenant d’une main le montant de la porte que Jig laissait libre. Une étincelle extrêmement désagréable naquit dans sa main libre, vibra sur les nerfs de son bras et remonta jusqu’à son estomac où elle lui asséna un mini-électrochoc assez douloureux.
Qu’il ignora superbement, avant de fixer Electro en face en fronçant les sourcils, absolument pas coopératif.
« Nan y a pas de place pour deux. Paar définition dans un appart y a pas de place pour deux. Et puis Jig’ va m’ébouillanter avec sa flotte là je suis pas d’accord. T’as juste à te dépêcheeeer l’australo ‘fin je sais pas si tu peux mais voilà. »
En fait, Noise n’avait jamais été fan de l’absence de pudeur supposément naturelle entre personne du même sexe. Il y avait des gens que cela ne dérangeait pas de prendre des douches communes dans les vestiaires après le sport, et il n’était pas de ceux-là. Chacun ses goûts. Chez lui, ce genre de choses ne se produisait pas « comme ça », et si ça dérangeait Electro il pouvait lui trouver une mignonne pince à linge à se mettre sur le bout du nez. Ou attendre sur le bord de la fenêtre les bons sentiments de son hôte, à la limite, ça ne posait pas de problème. Elle pouvait même y aller, elle, dans la salle de bain si ça la faisait kiffer.
Et non il n’était pas ronchon. Il savait ce qu’il voulait, c’tout. Et ce qu’il ne voulait pas, en l’occurrence.
« En plus, » ajouta-t-il en se glissant entre Jig et Electro pour fuir comme une espèce de reptile particulièrement vicieux, « si on te laisse toute seule tu vas tout faire cramer. Faut mettre de l’eau dans les pâtes et je veux manger moi. Je suis sûr qu’en Russie on le sait pas ça. J’te pincerai le nez si tu veux même. »

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thingumajig


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Sam 10 Jan - 15:18

Après sa plainte du soir prononcée à l’adresse de sa colocataire, Jig sentit une pression au niveau de ses jambes qui l’obligèrent à baisser la tête … le faisant alors découvrir un Noise qui s'amusait par terre dans son coin. Ne se posant pas plus de questions afin de ne pas surcharger sa mémoire de travail, le jeune homme fit comme si de rien n’était et retourna vers Electroweak :

« Faut pas faire confiance aux vendeurs de kebab, ce sont tous des connards. Pour te remonter le moral, je vais faire une triple ration de pâtes. »

Il se souviendrait du conseil. Ou pas. C’est que, bordel, les kebabs c’était vraiment bon. Carrément meilleur qu’un burger, et de loin. Alors que tous les vendeurs soient tarés … BAH ! No matter. Qui était pas taré dans ce monde virtuel, t’façon. En tout cas, la dernière annonce d’Electro fut comme une décharge en lui, activant les muscles de son visage en un sourire de satisfaction … Jusqu’à ce que, dans un drôle de mouvement, il eut un geste de recul instinctif afin de ne pas se recevoir Noise, à présent à quelques centimètres de lui. Les sourcils du Thing se haussèrent et ses zygomatiques reprirent leur repos originel alors qu’il fixait son ami, parfaitement stoïque.

« Qu’est-ce que tu fous, mate. »

C’était vraiment à se demander. Il lui avait pas semblé si bourré de ça tout à l’heure-là, alors comment il pouvait déjà ne plus tenir debout. Le cerveau est une drôle de bestiasse, vraiment pas facile à dompter. Et il n’était pas si mal placé pour le savoir.
Bref, il ne bougea pas d’un pouce, continuant simplement d’observer la scène de ménage qui se jouait devant ses yeux. Le dos de Noise en face de lui, un bout d’Electro cachée par sa silhouette. C’était marrant comme perspective. Mais de quoi ils parlaient, en fait ?
La logique dans les discours de Noise lui échappait parfois, et il aurait bien montré les points faibles de son raisonnement (comme par exemple en quoi un appartement n’était pas fait pour deux par définition), mais le débit de parole de l’américain ne le permettait pas. Jig le suivit du regard quand il improvisa une retraite, passant son œil entre les deux protagonistes comme s’il s’était s’agit d’un match de tennis. Sans balle. Et une casserole en guise de raquette.

Enfin, bon, même s’il ne se sentait pas concerné par le dialogue, n’étant même pas sûr de pourquoi ils avaient l’air en colère (s’ils avaient vraiment l’air en colère), Thing réussit malgré tout à placer son mot à dire. Car, ouais, vraiment, c’est ce qui allait faire avancer leur situation.


« Elle est pas russe mais au-tri-chienne, mec. T’es trop con. »

L’Autriche, ça sonnait aussi bien que l’Australie à ses oreilles. Ça devait être super cool, là-bas. Même s’ils devaient pas connaître la mer non plus, par chez eux. T’façon les Mers d’Europe ont pas une bonne réputation, hein, alors tant mieux en fait.

_______________


#4A8ABA
Autres comptes : ; ; ; ;
wow ._. :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electroweak


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Sur un trottoir.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Lun 9 Fév - 2:16

Qu'on soit clair, Electro ne s'attendait pas à un refus, pas même à une toute petite plainte : parce que chez elle, si en cas d'urgence elle devait prendre une douche avec ses frères, eh bien elle le faisait. Pas de tabous en famille ou entre potes : pas comme si Noise savait pas comment un mec était fait, en plus, non ? Dans sa petite caboche ou pudeur n'était pas franchement un mot super utilisé, que ça puisse le gêner de prendre sa douche avec Jig, elle le concevait pas. Ou pas bien. Raison pour laquelle elle fronça tant les sourcils à son petit discours qu'ils durent menacer de tomber dans ses yeux d'un moment à l'autre. What what what, mais qu'est-ce qu'il racontait, là ?
D'abord ils pouvaient très bien vivre à deux dans un appart' puisque c'était ce qu'ils faisaient ; et jusque là, ça leur avait jamais posé de problèmes ! Alors si à deux ça passait niquel, qu'on en rajoute un autre, ça devait pas faire grand chose. Ils auraient pu aller se savonner à trois qu'elle n'aurait trouvé ça ni limite ni impossible physiquement parlant. Y'avait qu'un pommeau de douche, d'accord, mais plein de mains pour finir le plus vite possible. Et tadadam, propres en moins de temps qu'il n'en fallait pour hurler « vodka » !

Forte de son rapide constat, la jeune fille coula un regard quasiment menaçant à Noise. Il voulait lui foutre ses pâtes en l'air, c'était ça ?

« En plus, si on te laisse toute seule tu vas tout faire cramer. Faut mettre de l’eau dans les pâtes et je veux manger moi. Je suis sûr qu’en Russie on le sait pas ça. J’te pincerai le nez si tu veux même. »

Pas le temps d'être offusquée des critiques de son ami à l'égard de ses talents culinaires (immenses et profonds comme l'océan Pacifique) : elle l'attrapa par le col avant qu'il puisse se carapater Dieu sait où. L'ami Noise n'avait pas de chance dans son malheur, le pauvre. Une fois lancée, difficile d'arrêter Electro. Elle pouvait se montrer butée à un point difficilement imaginable et là, il s'avérait qu'elle avait faim, qu'elle voulait cuisiner, et que son odeur l'insupportait. Elle aurait pu louer sa gentillesse à se porter volontaire pour jouer les pinces à linge de secours en d'autres circonstances.
Dans la seconde, elle avait juste envie de le refourguer à Jig et de lui demander de surtout bien frotter pour faire partir le dernier parfum à la mode. Après, il lui resterait qu'à les enduire d'eau de Cologne pour chasser les derniers relents de lait caillé.

« Elle est pas russe mais au-tri-chienne, mec. T’es trop con. »

Ah ! En voilà au moins un qui avait tout compris à la vie.

« Ouais, d'abord ! S'exclama Electro en secouant gentiment son ami à la tignasse bicolore, faut pas confondre sinon j'vais me fâcher, tu vois. Et cette douche, tu vas la prendre tout de suite. Now. »

Et sans laisser le temps à quiconque de rétorquer quoi que ce soit, hurler au viol ou au meurtre, elle fit écho à ses pensées et ficha Noise bon gré mal gré dans les bras de Thing, qu'elle poussa sans ménagement dans la petite pièce qui prenait effectivement des allures de sauna maison. Une fois les deux grands gaillards bien au chaud, elle claqua la porte dans un fracas de tous les diables.
N'était pas Electro qui voulait et, main sur la poignée pour empêcher Noise de sortir (parce que lui aussi, mine de rien, il avait de la suite dans les idées), elle ajouta sur un ton parfaitement satisfait :

« Voilà, maintenant vous vous douchez, je prépare les pâtes et tout le monde est heureux ! »

Après ça, ils feraient une partie de Twister ou strip poker pour animer la soirée et hop, tout le monde au lit ! Parce qu'avec son expérience de la journée, Electro n'avait aucune envie d'écumer des bars remplis de malpolis en tout genre. On était bien mieux à la maison avec des potes, des bonnes pâtes et deux ou trois bouteilles d'alcool.
Attentive aux moindres soubresauts de la porte, elle espéra qu'il allait pousser un brin de raison à Noise et qu'il allait se savonner comme elle lui avait (gentiment) demandé de le faire.

_______________
Merci Sköll, je caresse ton kit avec amour ♥♥♥

The clouds around your soul don't gather there for nothing:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Sam 14 Fév - 19:41



A la tête que tira Electro, type « mon garçon arrête de dire des conneries dans la minute ou ça va barder », elle aurait tout aussi bien pu être sa mère. L’espace d’un instant de grâce, le joueur de la Corp’ se demanda si elle ressemblait tant que ça à un pot-au-feu trop bouilli et tenta de se figurer la chose avec des poireaux roses glougloutant joyeusement dans la marmite.
Seigneur. Il aurait pas cru pouvoir rendre la scène plus irréelle, et pourtant.
Et Jig’ et ses remarques convaincues censées faire avancer la situation, dans le fond. Thanks a lot mate, songea Noise et se faisant rattraper par le col et secouer comme un prunier par la monstresse rose. C’était de la triche, ils étaient deux contre lui ! Et propriétaires des lieux autant que sévèrement atteints, de surcroît.
« Ouais, d'abord ! » Acquiesçait Electro, tout aussi convaincue. « Et cette douche, tu vas la prendre tout de suite. Now. »
Démons.
Un instant trop tard pour réagir, alors que Raph le jetait sans ménagement sur son BFF delamor (en l’occurrence aussi inerte et aidant qu’une porte de placard), Noise réalisa qu’il était en train de se faire apprendre la vie par une demi-portion aux cheveux roses en sous-vêtements. Même si elle était petite et en sous-vêtements et que du coup se montrer violent lui paraissait inapproprié il… Oui bon, son ego en prenait un coup mortel.
Le jeune homme n’en réagit pas moins avec vivacité et se jeta sur la porte que, manque de chance, la fourbe avait déjà eu la présence d’esprit de bloquer de l’extérieur. Les protestations éclatèrent du côté enfumé de la force, le prisonnier mettant beaucoup d’application à hurler au viol comme une bête blessée.
Mais que fait la police bon dieu. Même pas fichue de venir en aide aux joueurs victimes de séquestration. Sans compter les voisins qui ne réagissaient pas alors qu’un franc assassinat à la pudeur se produit dans l’appartement d’à-côté.
Noise ne trouvait même pas ça un tantinet dramatisé. Non monsieur.
« Voilà, maintenant vous vous douchez, je prépare les pâtes et tout le monde est heureux ! »
Noise répondit à la voix victorieuse qui le narguait d’un coup de poing contre la porte. Bien fermée, la porte. Même elle se foutait de sa gueule.
En dernier recours, il se mit à hurler son désaccord de la façon la plus appropriée qui soit :
« TU SAIS PAS CE QUI RISQUE DE SE PASSER DERRIERE CETTE PORTE SISTA. BEWARE. »
Il jeta un regard à Jig’, derrière lui, pour apprécier le sérieux de la menace. Grimaça.
Lol. Autant faire du gringue à un saumon fumé.
« JE PROTESTE. A LA FAVEUR DE MES – euh – DROITS FONDAMENTAUX. »
Peut-être que les voisins allaient finir par débarquer avec la mitrailleuse et le tirer de là. Quoi que, pas sûr que ça distraire Thing en l’occurrence. Ils se retrouveraient seulement comme deux cons enfermés dans une salle de bain virtuelle sans assistance extérieure, une fois que la déesse des pâtes se serait fait descendre.
Il semblait bien que le roi de la fuite se soit fait avoir en beauté. Finalement, the king lâcha un soupir déchirant et le dernier argument qui réussit à franchir ses lèvres :
« SALE RUSSE. »
Qui sait, ça allait peut-être la faire réagir. Ou peut-être pas. C’est qu’elle avait l’air d’y tenir, à la sensibilité de son organe olfactif.
Voyant que rien ne venait, et tout de même inquiet de sortir de là avant qu’Electro ne foute le feu à la baraque, Noise se retourna et croisa les bras, l’air suprêmement agacé. Il songea un instant à feinter dans le seul but, en définitive, d’avoir le dernier mot… Mais renonça au vu de l’odeur qui s’échappait de ses vêtements. C’était couru d’avance.
Il marmonna donc à l’adresse de son meilleur ami :
« Et toi t’aurais pas pu m’aider, hein, merde. Allez magne ton cul, on a pas toute la soirée. Et me balance pas ta flotte brûlante dessus. »
Ronchon lui ? Non. Absolument pas. Il estimait avoir toutes les raisons du monde de se sentir offensé au plus profond de lui-même. Affichant l’expression même de la dignité outragée, Noise alla baisser le couvercle des toilettes et s’asseoir à croupetons dessus, résolument boudeur et prêt à regarder ailleurs.
« Ah et faudra que tu me prêtes des fringues dude. Parce que si je remets les mêmes la déesse des pâtes va gueuler. »

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thingumajig


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Sam 30 Mai - 1:36

Et clac !
Retour à la case départ ; à ceci près qu’ils étaient à présent deux à investir la salle d’eau. Ah bah c’était pas trop tôt non plus, l’australien avait une douche à prendre, hein, et un bon shampoing lui ferait pas de mal non plus. Tant qu’il pouvait faire ce pourquoi il était là, il en avait strictement rien à foutre de qui se trouvait avec lui. Deux, huit ou douze : quelle importance ?
Cette flexibilité, ou plutôt ce flegme, était pourtant loin d’être partagé par Noise qui faisait son petit grincheux, hurlant des trucs à la porte et lui tapant dessus alors qu’elle ne lui avait rien fait. Thing ne faisait pas attention à ce qu’il disait, ses petits cris aigus assimilés à des couinements de souris par son esprit plutôt occupé à penser à d’autres choses hautement plus intéressantes comme … Rien, à vrai dire. La seule chose qui devait sans doute tourner dans sa tête devait bien être de ce genre là : « Putain, ce qu’il est bruyant. Il peut pas se taire un peu. ». Et sans aucun doute que ça se serait fini par un corps inconscient sur le carrelage si Thing n’était pas un mec si lent à la détente (ou patient, ça dépend des points de vue). Tant mieux pour Noise.


« Et toi t’aurais pas pu m’aider, hein, merde. Allez magne ton cul, on a pas toute la soirée. Et me balance pas ta flotte brûlante dessus. »

Ouais, vrai ça, il serait peut-être temps de se bouger. D’ailleurs, en passant, c’était fou comme on se croirait vraiment dans un sauna. Ça commençait à faire chaud, hein. Jig se retourna donc vers l’évier et arrêta l’eau dont les vapeurs, bien qu’agréables pour son dos nu, l’empêchait vaguement de respirer. Satisfait, le Crimsonien retrouva donc son ami … dans une drôle de position. Eh, okay, mate. Il allait, en tout sympathie, lui expliquer que c’était pas vraiment comme ça que ça s’utilisait, des toilettes, mais le garçon reprit :

« Ah et faudra que tu me prêtes des fringues dude. Parce que si je remets les mêmes la déesse des pâtes va gueuler. »

La … déesse … des pâtes ? Est-ce que ça avait à voir avec la divinité spaghettis bolo, là ? Il comprenait pas trop ce genre de trucs, c’était pas vraiment son délire, mais si Noise était là-dedans … Il lui demandait pas la lune non plus, juste des habits, et ses placards en étaient pleins, de trucs comme ça. Alors, tranquillement, le borgne s’y dirigea et commença à balancer par terre tout ce qui ne lui était pas utile. Lorsque des vêtements lui tombaient sous la main, sans les regarder plus que ça, il les balança dans son dos en direction de Noise. Il aurait qu’à choisir lui-même, hein, il était grand.
Sa tâche accomplie, l’autre enseveli, Jig finit donc tout simplement de se déshabiller et attrapa les premiers produits à portée de mains. Heureusement qu’il n'en avait pas des tonnes non plus, un seul shampoing, un seul gel douche … Comment se tromper ? Bon, peut-être que des fois ça devait lui arriver d’inverser les deux, mais … Ça ne devait pas être dramatique. Tant que ça moussait et ça sentait bon, au final, hein ? No worries.

Ce fut donc ainsi que Thing réussit à enfin passer le seuil de sa douche et à enfin commencer à se rincer.

_______________


#4A8ABA
Autres comptes : ; ; ; ;
wow ._. :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electroweak


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Sur un trottoir.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Jeu 4 Juin - 2:23

Un rire de méchant de dessin animé des années 1990 s'échappa de la gorge d'Electro. Occupée à tenir la porte et se moquer de son ami en train de hurler pour l'application immédiate de ses droits fondamentaux (qu'il essaye de la coller derrière les barreaux tiens, elle avait même pas peur), elle en oublia un court instant le pourquoi du comment, pourquoi elle était en petite culotte, pourquoi un paquet de pâtes à demi ouvert gisait à ses pieds, pourquoi elle avait enfermé ses deux meilleurs amis à clé dans la salle de bain du petit appartement de Jig. Ce ne fut qu'une fois que les secousses se furent atténuées et la voix de Noise brisée sur une dernière insulte vite suivie de grognement indistincts qu'Electro reprit pied et se raccrocha doucement mais sûrement à la réalité. L'épaule calée contre la porte, elle attendit un moment pour s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'une feinte ; Noise était tellement fourbe et buté que ça ne l'aurait même pas étonnée qu'il lui tende un piège ! Une fois rassurée, elle recula de deux pas, ramassa le paquet de pâtes, et se permit une petite folie en tirant la langue à la chambranle immobile. Blaaaah, rira bien qui rira le dernier ! En attendant, c'était la fausse russe qui menait la partie ! Dans ta tronche, l'amerloque !

Fière d'elle, notre apprentie alcoolique fit jouer ses chevilles et passa du salon à la cuisine en tanguant plus qu'elle ne valsait. La suite du programme, elle la connaissait par cœur : faire des pâtes, mettre la table, et attendre que les mâles alphas se soient assez savonnés pour ne pas euthanasier son pauvre nez. Pâtes et casserole en main, Electro enfila un tablier qui traînait dans le coin et tira violemment l'eau, sans penser au potentiel de film pornographique que cette scène pouvait avoir. De temps en temps, elle tournait la tête vers la salle de bain, histoire de pouvoir accourir au cas où un hurlement strident s'en échapperait ; quoi que, pensa-t-elle en remplissant à-demi son ustensile d'eau gelée, ça pourrait encore être Noise qui fait l'abruti. Concentrée sur les boutons de la gazinière, il était de toute façon peu probable qu'elle laisse tout cramer pour venir en aide à son pauvre ami séquestré. Il n'allait pas lui faire croire que Jig avait caché un couteau dans son pantalon et en voulait à sa vie, non plus !

Tiens, peut-être qu'elle aurait bien fait de prendre une douche avant d'aller dormir, elle aussi. Elle ne s'était peut-être pas roulée dans le caniveau (pour une fois), mais l'odeur du bar collait à sa peau nue comme un tatouage de Malabar. Un œil acéré posé sur la casserole et l'eau en train de bouillir, une idée lui vint à l'esprit : elle délaissa les pâtes pour faire le tour des placards, passant les doigts sur chaque forme que lui suggérait la semi-obscurité. Elle poussa un cri de joie en sentant le contact du verre sur sa paume et tira de sous l'évier une bouteille de Vodka pleine. Pas besoin de savoir ce qu'elle faisait entre les éponges, l'important, c'était qu'elle était là !

Electro se prit à siffler un air de Mozart foireux en renversant le quart du liquide miracle dans l'eau en ébullition. Elle attendit une petite minute avant de rajouter les pâtes, touillant la mixture avec une cuillère, le tout en se congratulant d'être une aussi bonne cuisinière.

Tous les habitants de Crimson District ne pouvaient pas se vanter de manger aussi équilibré tous les soirs ! Noise aurait dû la remercier d'être une sista aussi attentionnée, au lieu de la traiter de russe et de piétiner sa gentillesse.

_______________
Merci Sköll, je caresse ton kit avec amour ♥♥♥

The clouds around your soul don't gather there for nothing:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Jeu 2 Juil - 2:12



Résolument boudeur, Noise refusa de tourner la tête vers son ami, alors même que ce dernier faisait un carnage avec ses fringues en les balançant partout. Après s’être reçu un t-shirt et un caleçon sur la tête tout de même, il consentit à bouger pour les retirer de là. L’américain tendit ses trouvailles entre ses mains avec une grimace, alors que l’eau de la douche recommençait à couler.
Tandis que Thing faisait son affaire – en l’ébouillantant au passage avec sa vapeur à 110°C, le garçon aux yeux gris descendit de son perchoir et alla coller l’oreille à la porte, histoire de vérifier si sa sista démoniaque ne faisait pas tout sauter. Non pas qu’il soit le plus attentionné des grands frères, mais il n’aimait pas bien la laisser toute seule.
D’une parce que si Electro s’amusait sans lui il pleurait voilà hein. De deux parce qu’il préférait pouvoir se tirer en courant très vite si jamais elle se mettait à faire exploser tout ce qui lui passait sous la main. Et qu’il n’était pas certain qu’elle soit au courant que l’alcool était hautement inflammable.
Et que quelque part, toute sa petite personne rose était donc également hautement inflammable.
L’alcool oui, les éléphants roses oui, les petites culottes en dentelle darky sous les tatouages Zombie-Mickey oui… Mais il tenait à sa vie plus que cela malgré tout.
Et en l’occurrence, l’absence de bruit de choc/chute/flammes résonnait à ses oreilles de façon assez inquiétante. Noise commença à se demander quel plan machiavélique elle pouvait bien ourdir… puis si elle ne s’était pas tout simplement assommée contre un placard.
Avant qu’un sifflement joyeux quoiqu’un peu bancal ne vienne le rassurer. Avec un soupir, le jeune homme s’écarta de la porte et alla fouiller dans les fringues pour en extraire quelque chose de correct – et qui comporte une capuche, très important – avant de se prendre de passion pour l’étude des lézardes au plafond.
Wow, sérieusement, les propriétaires auraient dû penser à sous-louer.

Lorsqu’enfin le bruit de l’eau s’arrêta, le jeune homme haussa les épaules et traita son meilleur ami de limace, avant de l’encourager à se magner un peu le train parce qu’ils n’avaient pas toute la soirée et bla bla bla. Cela dit, il ne se retourna pas avant d’être vraiment sûr que Jig’ se trouvait dans une tenue correcte et visible, tandis que sinueusement une remarque ironique se frayait un chemin dans son esprit.
Sérieusement. Sérieusement, le plan de Raph n’avait tellement pas de sens : en quoi les enfermer tous les deux dans une salle de bain allait les faire aller plus vite alors qu’ils en étaient toujours à prendre leur douche l’un après l’autre ? Sérieusement. Tais-toi. Le jeune homme aux yeux gris pinça les lèvres et fronça le nez, réprimant un soudain malaise.
Non, franchement, enfermer deux mecs dans une salle de bain c’était plutôt prendre le risque de voir la scène dégénérer en bataille d’eau. Et adieu le temps gagné. Heureusement que l’un d’eux au moins était sérieux.
C’est en se dirigeant à son tour vers la douche en grognant que Noise se rappela que Raph voulait surtout éloigner leur putride odeur corporelle de son nez délicat. Ah ouais, c’est vrai. Nouveau grattement désagréable.
Fuck off.

« T’es pas obligé de rester là à mater vu que t’es propre mec. » Commenta-t-il en se débarrassant de son sweat et en faisant passer son t-shirt par-dessus ses cheveux décolorés en un tour de main. L’expérience. « Je sais que je suis canon mais quand même. Va vérifier qu’Electro fais pas tout sauter, va. »

Euh ouais. C’était peut-être pas une bonne idée en fait.
Mais bon, il avait que lui sous la main, il faudrait bien que ça fasse l’affaire.
Pressé d’en finir, l’américain se glissa sous le jet qu’il avait réactivé entre-temps, baissa la température avant de finir en homard frit et prit une douche chronométrée, mais efficace.
Il enfila rapidement des sous-vêtements, un jean et un t-shirt couvert d’un bazar d’écritures stylisées, sans oublier un sweat à capuche assorti à sa mèche bleue.
Puis, se retournant vers la porte, il se rappela que Raph l’avait verrouillée et que donc… Oui, non, Thingu n’avait évidemment pas pu sortir pour aller la surveiller.
Un instant il échangea un regard avec son meilleur ami, puis soupira et alla tambouriner contre le battant. Il se serait donné des claques.

« RAAAAAAAAPH. MON COEUUUUR. On est propres, laisse-nous sortiiiiiir ! »
Spoiler:
 

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thingumajig


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Ven 28 Aoû - 18:44

Spoiler:
 

Blablablablabla, faisaient le jet d’eau brûlant contre sa peau.
La tête de celui que l’on surnommait Thingumajig semblait parfois être d’un vide sans nom, et son œil noisette faisait office pour ses interlocuteurs de fenêtre vers cette grande pièce où passaient tumultueusement quelques courants d’air. Pourtant, celle-ci n’était jamais aussi vide que lors de ses instants de douche. Tout disparaissait ; son esprit devenait parfaitement imperméable à tout ce qu’il se passait de l’autre côté des murs de verre. Qu’il neige, qu’il vente où qu’un incendie se propage, ce n’était qu’au moment où il repasserait la porte en sens inverse qu’il se dirait enfin « Oh. Merde alors. ».
Heureusement pour lui, des années d’entraînement et les habitudes ne pouvant le quitter facilement, l’australien réussissait le terrible exploit de ne jamais rester trop longtemps sous l’eau. Au grand bonheur de ses patrons, sans doute, ainsi que présentement celui de Noise. A la fin de son rituel eau, shampoing partout, eau, Jig sortit de sa douche, la peau encore fumante et une petite odeur de menthe lui chatouillant les narines, avant de s’enrouler avec grâce dans une grande serviette qui traînait par là. Il était donc incapable de dire combien de temps il était resté là-dessous (et s’en fichait complètement, de surcroît), mais ça n’avait pas dû excéder quelque chose comme vingt minutes.
Bref, le garçon ne comptant pas rester ainsi habillé de sa robe de coton, il fut agréablement surpris de redécouvrir l’amas de vêtement qu’il avait balancé près des toilettes un peu plus tôt, là où s’était trouvé Noise. Noise qui, de son côté, lui tournait d’ailleurs le dos, assis à méditer ou un truc du genre et grommelant quelques trucs à son attention pour qu’il se grouille. Sûrement. Weird. Mais c’était Noise, quoi, fallait pas chercher.
M’enfin, cool, le plus important était qu’il n’aurait pas à aller jusqu’à l’armoire, c’était super pratique tout ça. Récupérant les premiers trucs portables qui lui tombèrent sous la main, Jig s’habilla prestement et fit muter sa robe en chapeau arabe bien serré autour de son crâne, rendant sa tête étrangement plus lourde soudainement … Ce fut là que Noise se décida finalement à se bouger et aller à son tour conquérir le pommeau de douche.


« T’es pas obligé de rester là à mater vu que t’es propre mec. Je sais que je suis canon mais quand même. Va vérifier qu’Electro fais pas tout sauter, va.
- C’est bon, ferme la un peu. »

Pas sûr qu’il l’ait entendu, mais ça venait du cœur.
Les mains dans les poches, dodelinant de la tête à cause du poids de ses cheveux mouillés associé à celui de la quasi-nappe, Jig eut un bref regard vers la porte mais … Hm. Nop. Try Again. Le garçon avait quelque chose de plus important à faire. Cependant, ne sachant pendant une seconde pas quoi exactement, il tourna dans la petite salle à la manière d’un chien patient mais pas trop. Le manège aurait pu continuer encore longtemps si son regard ne s’était pas porté sur le sèche-cheveux. Bino. Le temps que Noise finisse, Thing s’occupa donc de sa cascade lagon. Il s’amusa aussi un peu à passer l’air chaud sous son t-shirt, dans son cou, sur son reflet dans le miroir … Non, il n’avait pas eu le temps de s’ennuyer. Bien qu’au final, Noise sortant enfin, sa tignasse n’ait pas eu le temps d’être totalement séchée. Le gros problème des cheveux longs, hein. Baaaah, no worries. L’envie de les couper ne l’avait jamais effleuré. Sinon, voilà depuis longtemps qu’il serait chauve. Na, les ciseaux il les laissait à son pote l’amerloque.
Et en parlant de lui, il recommençait à hurler à la porte. Genre ça allait marcher. La porte n’allait pas s’ouvrir s’il lui disait des mots doux, hein. Déjà parce qu'une porte ça n'avait pas d'oreille. Ce n'était même pas vivant ! Enfin, même si on l'admettait, pas sûr qu'elle s'ouvre à lui s’il la draguait en la frappant. N’importe quoi, Noise ne savait vraiment pas s’y prendre. M’enfin, tout le monde savait qu’il n’y avait qu’une bonne chaise qui permettait de faire chavirer les plus récalcitrants des gonds. Tss, amateur. Ou, parfois, un simple coup de poignée. Ça aussi ça marchait. Mais la première solution avait un pourcentage de réussite plus important. Sans doute.
Mais bon, la patience de Thing avait ses limites. Et si des fois il avait l’air aussi réactif qu’un tas de slime bleu, quand ça lui tenait à cœur il n’hésitait jamais. Alors, armé de son sèche-cheveux, l’australo rejoignit son ami et abattit sans aucune délicatesse la bête encore chaude sur le sommet de son crâne.


« Arrête de gueuler, tu me donnes mal à la tête. »

_______________


#4A8ABA
Autres comptes : ; ; ; ;
wow ._. :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electroweak


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Sur un trottoir.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Ven 28 Aoû - 21:22

Trop concentrée sur sa casserole pour la laisser brûler (elle n'allait pas laisser Noise critiquer ses talents de cuisinière de resto' 5 étoiles impunément), Electro arrêta le gaz à temps et aucun dommage collatéral ne fut à déplorer – sauf peut-être la cuillère qui alla cogner le sol dans un tintement de cloches de mariage et dont elle se préoccupa une moitié de demi-seconde avant de replonger dans les placards pour en sortir assiettes, couverts et verres. Fallait pas croire ; chez elle, elle avait l'habitude de mettre la table, et sans rien casser ! Sauf une fois, ou peut-être deux. Baaah, rien de bien important, songea l'autrichienne en posant les verres face contre plastique sur la table du petit salon et disposant les trois assiettes à distances plus ou moins égales. Elle croisa les couteaux et les fourchettes sur l'assiette (vieille habitude), mit les petites cuillères près des verres et plaça la casserole au milieu de cette tablée de rêve, l'air fier de celle qui a plus ou moins réalisé un miracle. Un vrai de vrai. C'était parfait, ni Noise ni Thing n'allaient pouvoir se plaindre !
Dans un dernier sursaut d'apprentie cuisinière, consciencieuse, elle remit un soupçon (la moitié de la bouteille) de vodka dans les pâtes, touilla, s'assura que tout était encore chaud et plaça un morceau de persil sur le tout. Elle ne savait pas vraiment à quoi ça servait, mais tous les grands chefs faisaient ça, elle l'avait vu à la TV. Electro claqua des mains, balança théâtralement le tablier sur le canapé, et attendit que les deux zigotos aient fini de se savonner. La vache, même elle mettait pas aussi longtemps !

Pour tuer le temps, elle se mit à penser à des vermicelles de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. Sa mère mettait ça sur leurs gâteaux d'anniversaire, peut-être qu'elle aurait aussi dû en mettre dans les pâtes ? Ça aurait ajouté de la couleur. Pas qu'elle n'aime pas le vert, mais un peu de rose et un peu de jaune... De la pâte d'amande, ça aurait pu être cool aussi, tiens.
Le temps qu'elle ordonne à ses longues jambes de se déplier pour aller chercher quelque chose de coloré dans les placards, Noise s'était de nouveau mis à crier comme un damné en vaine quête de rédemption. Yeux plissés et mouvements ninjas inutiles pour arriver jusqu'à la porte de la salle de bain, Electro fixa longtemps la clenche, comme si elle avait pu renfermer un sombre et important secret. Elle n'était pas douée au point de détecter le mensonge dans la moindre inflexion ; le ton clairement suspicieux, elle lança en retour à son ami :

« C'est vrai ça ? Passe ton bras d'abord, que je vérifie. »

Après quoi elle entrouvrit la fameuse porte, juste assez pour permettre au délinquant en herbe d'y passer le bras. Promis juré, elle n'allait pas lui refermer dessus, elle n'était pas cruelle à ce point ; elle voulait simplement vérifier que son délicat fumet n'allait pas gâcher celui de ses pâtes à la vodka. Qui, sans vouloir se vanter, étaient parfaitement réussies et délicieusement parfumées.
Sans penser à sa propre tenue et le pull qu'elle aurait mieux fait de passer sur ses épaules, Electro attendit qu'on lui obéisse avec l’aplomb d'un Général.

_______________
Merci Sköll, je caresse ton kit avec amour ♥♥♥

The clouds around your soul don't gather there for nothing:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Mer 7 Sep - 20:03

L'un dans l'autre, Noise avait plus ou moins l'impression d'avoir passé la moitié de sa vie à gratter en couinant le battant résolument clos de cette foutue porte. Et le mal de crâne qu'il sentait poindre, il en était sûr, participait en grande partie de cet état des choses ainsi que de l'indécente chaleur qu'avait libérée dans la pièce la douche façon cuisson précoce de Jig.
Ou du sèche-cheveux résolument encore brûlant qui s'abattit sans pitié sur son crâne, à voir.

« Arrête de gueuler, tu me donnes mal à la tête. » Ordonna fermement l'australien sus-nommé, tandis que Noise se fendait d'une exclamation de douleur suivie d'une flopée d'injure à en faire pâlir un camionneur.

Ciel. Est-ce qu'il avait vraiment osé ? Vraiment sérieusement anticonstitutionnellement ? Noise prit le temps infini de tourner vers son meilleur ami un regard de bête blessée à mort - dans ce dernier instant où l'agonie fait ressentir tout le drame de la trahison - sans prononcer un seul mot. Les mots étaient inutiles après tout.
... Quoi que si en fait.

« PTAIN sale cubozoaire ça fait mal merde ! » En réalité, le jeune kleptomane insista ainsi sur la protestation tout en frottant son crâne malmené.

Il s'apprêtait à se jeter sur son ami pour lui faire avaler l'arme contondante - et inattendue - avec laquelle il avait osé le frapper - ou pas d'ailleurs, il hésitait un peu en vrai, il faut dire que Jig faisait au moins deux têtes de plus que lui - lorsque Raph trouva le moment opportun pour se manifester à nouveau.
Dommage, songea alors Noise, que le soulagement de la savoir vivante soit supplanté par les coups de perceuse avec lesquels le contexte actuel lui pilonnait le cerveau.
Il salua donc par un grognement de mec dérangé - dans tous les sens du terme, malheureusement - la question qui retentit de l'autre côté de la porte :

« C'est vrai ça ? Passe ton bras d'abord, que je vérifie. »

Il allait se remettre à hurler. Sérieusement, ils se foutaient pas un peu de sa gueule les deux zigotos là ?
Une main surgit dans l'interstice de la porte, brandissant un majeur très élégamment relevé en direction de la demoiselle.

« C'est bon, le délicat odorat de mademoiselle est satifait ? »

Difficile de dire si la voix mielleuse du jeune homme était majoritairement due à son exceptionnelle aptitude à relativiser toute situation, ou plutôt au désir désormais presque urgent de s'extirper enfin de cette salle de bain surchauffée.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thingumajig


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Dim 8 Jan - 18:55

Eh. Jig lança un regard douteux sur son arme du crime, comme presque surpris lui-même par ce qu'il venait de faire à son ami. Mais pas spécialement coupable non plus. Ça devait faire mal mine de rien, et les cris plaintifs de Noise le rassurèrent dans son idée.

« PTAIN sale cubozoaire ça fait mal merde ! »

Bien, il en avait assez fait. L'australien fronça des sourcils et tourna le dos au garçon toujours trop bruyant, n'ayant pas plus fait que ça attention à sa colère, ni au retour de sa colocataire qui l'avait stoppé dans son élan vengeur. Alors qu'ils étaient à leurs affaires, lui s'occupait des siennes et tira le fil électrique du sèche-cheveux pour le débrancher puis le balança dans un coin où il le retrouverait. Peut-être. Plus tard. Un jour.
Jig reprit alors sa serviette et l'utilisa pour terminer de retirer les quelques gouttes glissant de ses cheveux avant de l'enrouler comme écharpe autour de son cou.
Cela fait, il retourna voir son ami qui ... faisait des trucs avec la porte entrouverte ? Il ne comprenait pas, et ne chercha pas plus loin tant qu'à faire. Il voulait sortir, alors ...


« Qu'est-ce que tu fous. »

Sans attendre une réponse, une plainte ou quoi que ce soit, Jig posa à plat ses mains au niveau des omoplates de Noise et le poussa tout simplement en avant, le faisant passer l'entrée maudite et lui laissant de la place pour sortir de la salle de bain à son tour. D'ailleurs, Raph' les attendait de l'autre côté. Il ne rencontre aucune difficulté à repérer très vite ses magnifiques cheveux roses :

« G'DAY, MATE. Woooooh ... »

Ainsi que le changement manifeste sur leur table à manger. On se croirait à un festin de Noël ! Une casserole et des couverts.
Animé par ce nouveau but, les grandes jambes de Jig ne mirent pas bien longtemps pour rejoindre sa place et admirer le résultat de l'inspiration culinaire de la demoiselle. C'était grandiose. Il reconnaissait les pâtes, baignant dans une sauce translucide et surmontées d'une branche de persil. On se croirait à une émission pour chef.
Mais peu lui importait la présentation à dire vrai, son estomac criait.


« J'ai trop trop faim ! Ça a l'air trop bon, tu gères Electro. »

Toute forme de politesse envolée depuis voilà bien longtemps, Jig attrapa une fourchette et voulut piocher directement dans le plat pour goûter.

_______________


#4A8ABA
Autres comptes : ; ; ; ;
wow ._. :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Electroweak


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Sur un trottoir.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Mar 4 Avr - 17:21

Wow, et il était grossier en plus de ça ; nez plissé, ignorant magistralement sa propre hypocrisie, Electro donna une tape pas si gentille que ça au majeur levé de son pote, histoire qu'il le replie comme un grand. Faire la cuisine lui inspirait de grandes tirades et idées maternelles, et c'était fou comme avoir une cuillère en bois dans une main pouvait changer un homme – ou une femme, on l'occurrence.
Raphaella se sentait dans les talons aiguilles exaspérés de sa mère. Est-ce qu'elle était aussi chiante qu'eux, d'habitude ? Parce que sinon, il allait falloir faire des efforts, hein, qu'elle entama en hurlant presque à son pauvre ami qui n'avait rien demandé à personne :

« T'es poli ou tu manges pas, monsieur. »

Heureusement pour Noise et sa suffocation imminente, le nez de mademoiselle était effectivement satisfait. Elle s'apprêtait à lui ouvrir avec un geste élégant du bras quand Thing, apparemment pressé de sortir lui aussi, lui fourra le kleptomane dans les bras et s'extirpa de la petite pièce surchauffée. Raphaella plissa les yeux, perplexe, quand un nuage de buée suivit le Jésus aux cheveux bleus ; ils avaient vidé trois ballons d'eau chaude ou quoi ? Elle voulut leur faire la réflexion, les engueuler parce qu'ils n'avait rien laissé pour elle et qu'elle allait devoir se laver à l'eau froide, quand Jig poussa une exclamation admirative qui la flatta immédiatement.

Ah ! Enfin quelqu'un qui reconnaissait ses talents de cuisinière et les complimentait à leur juste valeur ! Fière comme un paon, la demoiselle se pavana un instant dans la pièce, fourrant dans ses bras toutes les épices, condiments et assortiments de nourriture possible : elle revint à la table avec son butin, qu'elle disposa avec soin et par couleur. Elle se rengorgeait plus encore qu'un conquistador de sa cargaison d'or.
Elle frappa la main de Jig avec le sel ; il pouvait pas attendre cinq secondes, non ?

« On attend que tout le monde soit installé ! Lui reprocha-t-elle en agitant le flacon de plastique sous son nez, et ensuite on mange. Oh. »

Elle leva les yeux au ciel, en quête d'inspiration, et reprit sur un ton effectivement inspiré :

« Vos parents ils vous forçaient à dire le bénédicité avant de manger ? »

Parce que ses parents à elle, oui. Tout le temps. Même quand tout le monde crevait de faim, il fallait attendre que mamie soit prête et se prendre les mains le temps de la prière. La première fois qu'elle avait mangé chez Leon, elle avait eu l'air bien débile à attendre la petite prière alors que tout le monde attaquait déjà le repas.
Ses yeux passèrent de Thing à Noise, curieux ; si ça se trouve, ils étaient de confession musulmane ou juive et elle venait de les offenser en leur parlant du bénédicité. Ou alors ils étaient adeptes du pastafarisme et elle venait de foutre leur grand dieu prophète dans une assiette après l'avoir noyé dans de la vodka.

Ceci lui donna à penser et elle fixa les spaghettis avec une nouvelle intensité. Elle se demanda, hors de propos, ce qu'ils étaient censés faire si jamais elles se mettaient à leur parler (on ne sait jamais, hein – en plus de n'être jamais assez préparé à ce genre de situation).

_______________
Merci Sköll, je caresse ton kit avec amour ♥♥♥

The clouds around your soul don't gather there for nothing:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noise


Noise
Noise

avatar

Messages : 864
Date d'inscription : 18/08/2013
Localisation : Un pied dans le vide.

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Mar 4 Avr - 23:46

Alors que Noise désespérait de voir cette foutue porte s'ouvrir un jour à moins qu'il ne la défonce proprement à coups de pieds, la Providence vint à son aide.
Il faillit d'ailleurs se péter le majeur contre le poing d'Electro quand ladite Providence, sous la forme des deux mains de Jig', le projeta en avant. Instant de confusion.
Noise se rattrapa à l'épaule de son amie avant de se vautrer dans la plus totale indécence, cracha quelques cheveux roses, puis s'écarta avec une exclamation outrée - qui ne déviait pas trop de son registre des 45 dernières minutes. Pas étonnant que la jeune fille l'ignorât proprement pour aller plutôt s'attaquer directement à l'australo malpoli, lequel s'apprêtant à fondre tel un vautour affamé sur la pitance qu'elle venait manifestement de préparer.
Comment, là était la question, mais Noise préférait ne pas trop s'aventurer sur le sujet.
D'autant que Maman Raph avait l'air particulièrement regardantes sur les manières ce soir-là. Noise la regarda agresser Jig' en s'attendant presque à voir le surfeur à la tignasse bleue finir au coin. Purement et simplement, à grands coups de cuillère en bois et de tablier de cuisine.

Tiens, il avait l'impression d'être retour chez lu- ah ouais, non en fait.
Grimace.
Heureusement pour Noise, le rictus qui déformait ses lèvres passa totalement inaperçu d'Electro - et pour cause, il avait été fort professionnellement esquissé dans son dos. Sinon quoi il était certain que l'allemande/autrichienne/whatever aurait immédiatement pris le geste comme une insulte dirigé à l'encontre de sa cuisine - et là, apparemment, c'était le truc le plus grave qu'on puisse faire dans l'instant présent. Critiquer sa cuisine.
Aussi. Louche soit-elle.
Noise se contenta donc de remercier le ciel d'être encore en vie, et alla docilement s'asseoir sur la chaise aimablement laissée vide à son intention. Sans parvenir cependant à gommer tout scepticisme de ses traits.
Ça faisait longtemps qu'il s'était pas fait à bouffer lui-même, mais ça sentait vraiment comme ça, des pâtes ?

Non parce qu'en vrai la vapeur qui se dégageait de la casserole avait plutôt une odeur familière de...

« On attend que tout le monde soit installé ! Et ensuite on mange. Oh. »

... vodka.
Noise loucha sur la casserole sans oser en croire ses yeux.

« Vos parents ils vous forçaient à dire le bénédicité avant de manger ? » Reprenait pendant ce temps Raphaella, le plus naturellement du monde.

Sincèrement, le jeune homme faillit ne pas se souvenir de ce que c'était, un bénédicti... cité. Truc. Son regard halluciné passa de la casserole de spaghettis douteux à l'air très sérieux de sa colocataire. Presque-colocataire, étant donné qu'il était - et il est toujours bon de le rappeler - un indécrottable squatteur.
Ce qui n'était pas non plus une raison pour tenter de l'empoisonner.
Ou lui servir des mots à coucher dehors dans le seul but de prendre sa culture générale en défaut.
Heureusement pour sa santé mentale, le concept lui revint. Soudain très inspiré - sans doute engagé dans une démarche d'acceptation de toutes les absurdités qui pouvaient encore se produire, Noise ouvrit grand la bouche, et un panel de réponses originales s'imposa à lui. Fut retenu en finale, le choix entre "mai paren st mort snif" et... ça.

« Chez moi on égorge un australien à la gloire de Satan en dansant nu autour de la table. »

Description pour le moins créative du silence obstiné qui accompagnait la plupart de ses repas en tête-à-tête avec son père. Il aurait dû rajouter le passage où tout le monde jetait la vaisselle par la fenêtre parce qu'au bout de 20 minutes à fixer obstinément son assiette, n'importe qui finit par haïr n'importe quelle espèce de motif sur porcelaine.
Plutôt fier de lui, Noise adressa un grand sourire aux deux colocataires, et décida que tant pis.
Il fit claquer ses couverts sur la table.

« Allez M'man, on a faim ! »

De toute façon, il voyait pas pourquoi il tirait la gueule. C'était toujours le bordel dans cette baraque, et au fond, c'était très bien comme ça.
Et s'il devait mourir, autant que ce soit par l'excès de gentillesse qui l'aurait fait accepter de goûter à la cuisine de sa copine gothique. Au moins, on ne pourrait plus retenir l'égoïsme à sa charge, dans l'au-delà.

_______________
#993333



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thingumajig


Crimson District

Crimson District

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 06/12/2013

MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   Ven 19 Mai - 0:14

Et il aurait bien pu réussir son coup. Malheureusement, Madame Electroweak ne l'entendait pas de cette oreille.
Autoritaire, comme elle l'avait pu l'être depuis le début de la soirée d'ailleurs, elle frappa les doigts du criminel aux cheveux bleus qui se vit obligé de lâcher son couvert. L'impact avec la casserole fut imminent, produisant un désagréable bruit métallique.

De son côté, Jig ne se gêna pas non plus à manifester son mécontentement par un grognement bruyant, alors qu'il frottait ses phalanges et s'asseyait mécaniquement à sa place.
Au moins, y'avait pas besoin de réfléchir pour ces choses-là ; ça avait un truc de reposant. En règle générale, Jig n'avait plus d'heure pour rien et suivait juste ses pulsions du moment, mais ce n'était pas pour autant qu'il avait tout oublié des conventions. Il ne s'en faisait pas non plus, quoi. L'australien avait bien compris depuis longtemps déjà que se poser trop de questions ne servait strictement à rien.
Et puis pourquoi au juste voudrait-il se fâcher contre sa mate, hein ?

« Vos parents ils vous forçaient à dire le bénédicité avant de manger ? »

En parlant de conventions.
Le verbe "forcer" était tout autant bien choisi que teinté de mauvaise foi. Dès qu'ils étaient en famille ou à des dîners avec d'autres convives chrétiens, cela se faisait purement et simplement. Convention, tradition. Presque pareil.
Après, seul, ça n'avait plus de vraiment de sens et Jig, avec son morceau de cervelle en moins, finit par oublier de la perpétuer avec le temps. Pourtant ...

« Chez moi on égorge un australien à la gloire de Satan en dansant nu autour de la table. »

Incapable de noter le sarcasme et encore moins de se sentir offusqué par la mention de sa nationalité (comme si ça ne le concernait pas - ça ne le concernait pas), le garçon crut sur parole son voisin de table. Et, dans ce cas, une seule réaction était de mise :

« Les américains sont bizarres. »

Tiens, il y avait comme une drôle impression de déjà-vu ... Peut-être parce que Noise portait l'étendard de toutes les bizarreries de son pays, qu'il édulcorait inlassablement de fantaisies imperceptibles à l’œil du cyclope des eaux bleues. Mais, bah ! Il n'y avait même pas de jugement, de dégoût ou de quelconque sentiment de la sorte dans sa remarque. C'était juste une observation. L'énoncé d'un fait qu'il pensait vrai, comme lorsqu'il commentait le temps. Et puis on passait à autre chose.
Thingumajig était un tel exemple de tolérance et d'ouverture d'esprit.

« Toujours ça, oui, le bénédicité. Ouais. »

Petit décalage, peut-être ? Peu lui importait les réclamations de son voisin de table qui était passé à autre chose. Il ne se formalisa même pas de son côté bruyant. C'était Noise, quoi.
Tout naturellement, comme si ça avait clairement été la chose à faire à ce moment-là, Jig tendit tout simplement une main à chacun de ses amis.
C'était donc l'heure du bénédicité, non ?

_______________


#4A8ABA
Autres comptes : ; ; ; ;
wow ._. :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: "Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Docteur Renaud, Mister Renard." ▬ Colocs'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bannière Mister Matt
» Mister Matt
» Galerie de Mister Matt
» Les Tuto du Renard - Musique.
» La petite maison dans la prairie rpg(docteur quinn)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Crimson District :: Le quartier malfamé :: Habitations-