AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Candy


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Fourneaux !

MessageSujet: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Mar 1 Juil - 17:15

« La pluie est ton amie. »
Diiiing !

Tu te retournes, tout sourire, avant de traverser paisiblement le couloir qui rejoint l’accueil et les cuisines. Ton œuvre est prête ! Il en émane une odeur fruitée qui caresse les narines. Ton visage se pare d’une mine enfantine, et tu accueilles ta pâte avec bonheur. Une tarte aux framboises. Quoi de meilleur pour cette nouvelle journée ? D’un pas léger, tu poses le plat sur la grande table à pâtisser, et tu sors tes fruits frais, puis la vanille et le lait. Il est temps de faire la crème, puis de t’occuper de tout le reste.

Toutes ces odeurs sucrées parfument ta pâtisserie, et te rappellent à quel point tu es bien ici. Cet endroit est le plus chaleureux de tous, tu t’y sens tellement mieux qu’à la maison. Ta vie réelle ne te manque pas forcément, au contraire. Ici, tu n’es plus malade, et tu peux vivre tes rêves paisiblement, sans que personne ne vienne te faire de remarques. Tu es ton propre patron, tu suis tes propres recettes, ton commerce fonctionne plutôt bien, que demander de plus ? Qui plus est, cet endroit te semble être un parfait cocon. Les couleurs varient entre les lumières orangées qui se reflètent sur les murs beiges, et les motifs roses et marrons. Il y fait bon vivre, et il est agréable de passer par-là lorsqu’on a un petit coup de blues. Candy, distributrice de sourires et de douceurs … Tu trouves que ça sonne bien, dit comme ça. Un sourire enfantin fait s’arquer tes lèvres, et tu te remets au travail après ces légers songes.

La musique d’ambiance t’emporte, te faisant vibrer doucement. C’est enivrant, tout ça. Ces notes légères qui courent sur les nuages sucrés que tu crées encore et encore dans ta petite boutique. Tu fermes les yeux, laissant ton corps bouger au rythme de la mélodie. Tu esquisses de petits mouvements gracieux, seule dans ton monde. Tu reprends ton travail, paisible, toujours en dansant à moitié. Il fait bon vivre dans ce monde. Il est si différent du tien … Et tellement mieux. Tu as eu vent des quelques conflits qui ont lieu en silence dans cet univers, et quelques clients parlent des fois d’un désir très fort de rentrer chez eux. Cette réalité virtuelle semble leur taper sur le système, pour des raisons qui t’échappent. Après tout tu n’es pas ici pour les espionner, seulement pour les servir … Certains conversent quelques fois avec toi, mais cela n’arrive pas si souvent, ce qui t’attriste un peu. Tu aimerais qu’ils soient plus ouverts et qu’ils ne te regardent pas tous comme si tu n’étais que la commerçante du coin, mais comment faire ? On ne force pas les gens, c’est mal-vu. Alors tu restes à ta place, et tu écoutes, tranquille.

Cette pensée t’arrache une grimace, et tu écrases une framboise entre ton pouce et ton index. Distraite, trop distraite. Ce monde ne doit pas entacher ton travail, ma douce, concentre-toi. Tu respires un grand coup, puis soupires. Cela te déprime, c’est certain, mais c’est comme ça. Tu te contenteras de sourire et d’être agréable avec les autres, comme d’habitude. La petite voix au fond de toi ne cessera jamais de prier, c’est tout. Prier, hein. Comme si ça sauvait vraiment les gens. Tu soupires derechef, avant de relever le nez vers l’accueil, où un client semble t’attendre.

Parée de ton habituel sourire radieux, tu époussettes tes mains sur ton petit tablier, mets ta tarte au réfrigérateur pour la laisser reposer, et te diriges simplement vers l’entrée. Tu foules le sol discrètement, jusqu’à arriver au comptoir, enfantine, pétillante. Tu es prête. Voici ton nouveau client.

« Bonjour, et bienvenue ! En quoi puis-je vous aider ? »


Tu jettes un rapide coup d’œil à l’inconnu pour te le décrire. Il est brun, plus grand que toi – en même temps, ce n’est pas difficile –, et a un sourire attendrissant. Son visage est plutôt mignon. Tu remarques que ses cheveux sont légèrement mouillés, ce qui te fait arquer un sourcil. En regardant dehors, tu t’aperçois donc que dehors, il pleut de plus en plus, suffisamment pour que l’eau heurte les vitres dans une mélodie répétitive. Directement, tu te lances, espérant de cette nouvelle rencontre qu’elle soit davantage qu’un simple « Bonjour, je voudrais ceci », « Merci », « Au revoir » …

« Vous pouvez rester ici le temps que ça se calme, si vous voulez ! Je suis votre hôte ! Candy, pour vous servir ! ♥ »


Ton sourire s’agrandit, devenant plus tendre, plus avenant. Allez, en route pour vaincre la routine, ma p’tite Aline. Ferme les yeux, croise les doigts : il faut y croire !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lock-on


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 19/05/2014

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Mer 2 Juil - 1:08


Voyage au pays des candies



Quinze. Seize. Dix-sept. Le compte y était. Je glissais le dernier tournevis à sa place, dans son étui cuivré avant de le fermer. Environ cinq heures. C’était le bilan de ma journée de travail. Clairement : une journée pas bien folichonne pour ne pas dire relâchée. La joie d’être indépendant et de travailler pour soi ? Ou au contraire, les dérives de ne pas suivre un cadre déterminé ? Je ne comptais de toute façon pas reprendre le travail. Le rideau sombre mélangeant fatigue et fainéantise venait de me tomber dessus. Et il était bien rare les fois où mon courage s’était dressé face à ce pan de tissu.

Je sortais. J’étais arrivé en Euphémia depuis presque trois semaines et pourtant, mes pieds n’avaient foulé que les régions de la « Mairie » et de la « Technocité. Une curiosité avait fini par grandir tel un niveau d’eau d’une baignoire avec un robinet préalablement ouvert. Mais qui aurait ensuite été oublié Il ne restait alors plus qu’à agir en conséquence et c’est armé d’un simple veston brun que je prenais l’air. Je dévisageais le ciel, dégagé. Tout était bon.

Etrangement, ce ne fut pas vers le district que je me rendais. Intérieurement, depuis journée d’accueil, cette ville au visage sombre m’avait toujours attirée. Pourtant, ce jour-là, j’avais choisi Hope. J’espérais toujours visiter le fameux district. Mais pas en après-midi. Je voulais voir ses fameuses rues comme on me les avait décrites : sans foi ni loi. Et un criquet sombre, symbole d’une console plus noire, me répétait d’y aller un soir, passé vingt-deux heures. A voir ce que l’avenir me réserverait. Pour l’heure, j’étais parti en direction du pays des biscuits. Juste « comme ça ».

A peine déposé par le tapis roulant, j’arrivais à l’entrée de la région. Ma première impression fut simple : c’était bizarre. Certainement que le panneau de signalisation dévoilant des traces de morsures y était pour quelque chose. Fait en bonbon ? Sinon, la ville était des plus colorées. J’arpentais différentes rues en me posant quelques questions un peu logiques genre sur la résistance de certaines maisons faites avec des murs en pains d’épices. Que se passerait-il en ces lieux si un vilain glouton désirait son quatre-heures ? Je ne comprenais absolument pas par quel phénomène scientifique il était possible de bâtir avec de la nourriture. Mais au lieu de me fonder dans des raisonnements abracadabrants, je préférais me fier à cette baignoire qui débordait encore.  La curiosité grandissante, je me sentais étrangement revivre. Comme quoi, le « naturel » avait un pouvoir apaisant.

Ou pas ! Visiblement trop remplie, ce fut d’abord une goutte qui tiqua sur le capot du bus à côté de moi. Puis vint la suivante, et encore une autre. L’intervalle entre chacune se réduisant au fil du temps. Un nouveau rideau s’abattait sur moi, de pluie cette fois. J’aurais cru au même temps qu’à Hope. Ma méconnaissance me jouait un mauvais tour. Je pris une rue, puis une suivante cherchant un abri quelque part. Mais les maisons sucrées n’offraient pas de toits qui se prolongeaient au-delà des façades. Je me décidai alors à rentrer dans la première enseigne que je trouvai : une pâtisserie.

L’avantage était que j’étais au sec, protégé de l’intempérie. Mais quand l’on rentrait dans une boutique genre boulangerie ou boucherie. En général, on consommait. Ne serait-ce pas louche de ma part de venir scruter l’étalage pour au final ne rien prendre ? Pourtant, c’était la vérité. Non pas que les pâtisseries ne m’intéressaient pas. Certaines donnaient envie. Rien qu’à leur esthétique, elles donnaient l’eau à la bouche. Mais je ne ressentais pas cette folle envie de sucré. Du coup, que devais-je faire ? Peut-être que la demoiselle présente au comptoir le prendrait mal si je lui disais n’être venu que pour m’abriter.

« Et bien … »

Ça me dérangeait un peu. Je regardais la demoiselle, plus petite que moi bien que d’une taille correcte pour une demoiselle. Cheveux avec coloration, habits classiques des vendeuses de pâtisseries. Je faisais mine de regarder le présentoir mais je ne réfléchissais pas du tout à ce qui y siégeait. Ma seule pensée allait à « rester au sec ».

Elle m’accueillait comme un hôte. J’étais du coup toujours embêté. Pourtant, je ne me voyais pas mentir pour autant. Ce n’était pas trop dans ma nature.

« Et bien, en vérité je ne suis pas venu pour consommer. »

Je marquais un temps d’arrêt avant de m’expliquer un peu. Elle pourrait très bien mal le prendre même si ma première impression à son égard faisait que j’en doutais un peu.

« En fait je viens de Hope Corporation, je travaillais et puis l’envie m’est venue de voyager et quitter la seule région que je connais. Du coup je suis arrivé par ici mais j’ai mal prévu la différence de météo. »

Après un oscillement du regard de droite à gauche, je complétais :

« Je dérange peut-être ? »

Mon visage le montrait certainement, je n’avais pas trop envie de sortir. La pluie n’était agréable que par des fortes chaleurs.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candy


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Fourneaux !

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Jeu 3 Juil - 14:01

« Inhabituel. »
« Oh … » est le seul mot qui parvient à sortir d’entre tes lèvres.


Tu fais la moue, gênée. Ton premier client de la journée … N’en sera pas un ? Que faire, alors ? Tu ne sais plus vraiment où te mettre, et tu doutes d’un seul coup de ton utilité. Ton regard se vide, tes yeux scrutent alentour sans jamais se fixer sur un point. Comment est-ce seulement possible ? Qui vient dans une pâtisserie pour faire autre chose qu’acheter des … pâtisseries ? N’ont-elles pas une jolie apparence ? Ne donnent-elles pas faim ? Tu commences d’un seul coup à douter de toi-même et de tes capacités, avant de te laisser retomber nonchalamment sur ton comptoir. Tu pousses un long soupir. Après tout, qu’est-ce qu’on s’en fout ? Ce pauvre garçon arrive de Hope Corporation et vient de se prendre une folle averse sur la tête, alors il a atterri là. Ce n’est pas contre tes pâtisseries, si ? Il n’a peut-être simplement pas faim ? À l’origine il n’était pas là pour ça, de toute façon … N’aie crante, Candy, elles sont belles, tes pâtisseries. Tu reprends rapidement confiance en toi, prête à faire face à cette nouveauté. Voilà un homme qui sort de l’ordinaire ! Tu souris et secoues la tête.

« Non, vous ne me dérangez pas, restez ! Je vais vous apporter de quoi vous séchez. », lances-tu simplement avant de repartir vers les vestiaires dans ta démarche sautillante.


Contre toute attente, tu es enjouée. Tu vas dans les vestiaires et y récupères une serviette que tu ramènes tranquillement au jeune homme. Tu te prends une petite tasse de thé et tu viens t’installer à une table, paisible. Vu de là, ta pâtisserie ressemble à une maison de poupées en sucre. Cette pensée t’arrache un sourire enfantin. Tu es la poupée géante d’une coquette habitation pleine de douceurs. Tu invites donc ton invité à te rejoindre, toi, jeune fille en porcelaine.

« Ne restez pas debout, voyons. Si vous attendez ainsi que la pluie cesse, vous finirez par partir plein de crampes ! »


Prendre soin de son client, règle numéro 1. Bon, d’accord, on ne peut pas dire que ce garçon soit un client comme les autres, mais tout de même ! Il est ton seul convive du jour, pour le moment … Et avec la pluie, tu ne penses pas que cela aille en s’améliorant. Si le Soleil pointe à nouveau son nez, cela dit … Tu espères, tu espères … Certes, cette journée ne sera pas banale, mais si tu pouvais vendre tes mets, ce serait quand même mieux ! Tu hausses un sourcil avant de redescendre sur terre et de poser tes prunelles sur ton invité.

« Alors, comment vous appelez-vous ? »


Commençons donc les petites questions, après tout n’es-tu pas là pour ça ? Discuter gentiment ! Autant passer le temps ! Surtout que ce petit jeune n’est pas bien repoussant, au contraire, héhé. Tu lui souris. Il a l’air gentil, calme. Curieux, aussi. Dans ses prunelles scintille ce petit quelque chose de malicieux que tu peux retrouver dans tes propres yeux. Savoir son prénom, ou plutôt son pseudo, te permettra de fixer une identité sur ce visage. Après tout, peut-être vous reverrez-vous plus tard ? Pourquoi pas, au final ?

Te viennent alors les questions les plus bêtes et habituelles, celles qu’on pose toujours, qui sont redondantes, mais dont les réponses te plaisent toujours autant. Les potins, les ragots, tout ce que les clients peuvent se dire, t’intéresse toujours. Tu es peut-être une commère au final, non ? Disons plutôt quelqu’un de curieux, qui passe son temps à attendre les clients. Un jour, tu prendras tout ça en main, et tu sortiras voir le monde de toi-même ! Tu te le promets ! Pour l’heure, tu te dois de savoir comment les autres voient ton monde.

« Et DreamLand ? Vous aimez bien ? »


Bienvenue dans ton monde tout plein de sucreries ! Ce voyage est gratuit, en espérant qu’il lui plaise … Tu attires ta tasse près de tes lèvres et bois un peu de thé. Hum, fruits rouges, ton préféré. Tu ne t’en lasses décidément pas. Une mine apaisée s’empare de ton visage. Aaaah, comme tu es bien, là … ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lock-on


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 19/05/2014

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Sam 5 Juil - 16:13


Voyage au pays des candies



A peine audible, mais pourtant je l'entendais. Ce simple son synonyme de déception. Venais-je de rompre par une simple phrase tout l'entrain que cette demoiselle venait de mettre dans sa vente? La probabilité était grande. ça me faisait alors penser à mon ancienne vie. A ces encouragements que l'on m'avait envoyés à maintes reprises pour que je donne le meilleur de moi. Et ensuite, la fin de l'histoire? Rien. Nada. Néant. Et il y avait de quoi se sentir frustré dans des moments pareils. Donner de sa personne pour au final, recevoir comme réponse que c'est inutile. Ni bon, ni mauvais. Inutile. Un peu comme si on se sentait ignoré. J'étais en pleine dérive mentale en train de me dire que j'avais fait une gaffe sans la vouloir.

Mais si on reprenait le positif. Car évidemment, il y en avait. Alors, il y avait la réaction de cette demoiselle tout à fait exemplaire. Elle aurait très bien pu mal le prendre et en plus le montrer sévèrement. Pourtant, elle faisait comme si de rien n'était. Jusqu'à même me proposer de me sécher. C'était plus qu'aimable. Une simple vendeuse aurait laisser son client à l'intérieur. Mais elle, elle faisait plus. Et avec le sourire en plus! Revenue avec la serviette, je lâchais directement:

"Vous êtes remarquables! Merci!"

Une phrase très direct. Un de mes défauts comme une de mes qualités. Mais elle faisait fort. Donnant bonne impression de cet endroit. Je lui rendais alors son sourire tout en lui prenant la serviette.
Je me sentais ensuite un peu gêné. ça en devenait "a little bit too much" de mon point de vue. De là, à me dire de m'asseoir. C'était comme si elle avait oublié que je n'avais rien pris à consommer. Mais dans ces cas-là, il ne fallait surtout pas s'en plaindre et au contraire accepter l'invitation. Et au passage, j'étais assez sûr de mes capacités physiques pour en pas attraper un crampe. Mais comme je venais de finir mon travail, un peu de repos, assis, ne serait pas un mal. Chose faite, je regardais alors la demoiselle qui venait d'engager la conversation.

Première question. Première "bug" de ma part. Manque d'habitude ou coutumes différentes. Je ne m'attendais pas à ce qu'on me demande directement mon prénom. Plutôt un "d'où venez-vous?" ou un "votre journée s'est bien passée"? Les trucs archis classiques, faciles, pour engager une conversation. Je laissais alors plusieurs secondes avant de lâcher:

"Je m'appelle Alex, et vous-êtes?"


A l'entente de mes mots, je me demandais ensuite si il n'aurait pas mieux valu que je donne mon pseudo. Après tout, j'étais dans un jeu. Et quand je jouais en ligne chez moi, je ne donnais pas à mes camarades mon nom et prénom. Dans un autre sens, c'était plus un jeu du genre simulation/ réplication de vie. Et puis, ce n'étaient que des détails! Tu devrais stopper ton cerveau Alex!

Elle enchaîna heureusement par une question plus attendue, ce qui anéantit toutes autres erreurs systèmes de ma part.

"Et bien ... mes premiers pieds dans la ville ne m'ont guère rassurés. Cet endroit me fait peur. Ce ne serait pas la guerre par ici? Car de là à manger les panneaux de signalisation! D'ailleurs, vous n'avez pas peur de tenir une pâtisserie dans ces conditions?"

Totale improvisation. Je ne savais même pas qu'est-ce que j'allais vraiment répondre mais une fois le panneau re-visualisé mentalement, je ne pouvais que commencer par un peu d'humour. J'espérais qu'elle en ait un peu aussi, sinon je me prendrais un bon vent en retour. Ce fut pourquoi je repris vite le contrôle de la conversation.

"Ok ok, c'était nul! Je viens de Hope, du coup le changement est assez drastique. Ici, le milieu est beaucoup plus coloré. Et ça paraît logique avec une ville dont le thème est les friandises. Après, avec la pluie, je dois vous avouer n'avoir pas chercher longtemps à contempler le paysage. Juste quelques maisons qui m'ont fait pensée au conte d'Hansel et Gretel. Après, je ne sais pas si vous avez déjà visité Hope, mais contrairement à la bas, votre ville est plus facilement praticable. à Hope, il y a des routes, au dessus d'autres routes, au dessus d'autres routes. J'étais un peu impressionné la première fois car cette région illustre en partie ce qui se dit dans les films et romans de sciences fiction. Après, est-ce possible d'en arriver à une ville qui, à force de prôner la technologie, finirait par tomber d'elle-même à la recherche d'un toujours mieux?"

Je dérivais totalement. C'était mauvais de me laisser parler trop longtemps. Mais je ne prenais pas souvent le temps de trier les données. Puis, j'étais du genre spontané. Et comme la demoiselle avait envoyé un bon dynamisme, il était logique que je lui réponde de la même façon. L'arrivée en Euphémia jouait également sur ma curiosité. J'étais un peu l'ignorant qui devait redécouvrir un autre monde divisé par sa culture, ses régions, mais aussi ses personnes. Et en étant l'une des premières personnes que je rencontrais ici, elle jouait un bon rôle par de simples actions qui manquaient à ma vie antérieure.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candy


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Fourneaux !

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Mar 8 Juil - 23:44

« Philosophie autour d’une tasse de thé. »
Tu le regardes avec un grand sourire. Remarquable, hein ? Tu es juste d’une très grande hospitalité, non ? Et puis, avec ce temps, tu ne verras pas beaucoup de monde, autant préserver le peu de personnes que tu croises ! Même s’il ne consomme pas, évidemment. Au pire, tu iras combler ta frustration en les mangeant toi-même, ces pâtisseries ! Et toc ! Hum. Non en fait. Il ne vaut mieux pas. Surtout si tu ne veux pas avoir à fermer le magasin le temps d’en confectionner d’autres. Boarf, au pire ce n’est pas grave, il a l’air gentil et de bonne compagnie.

Il vient s’asseoir à ta table, te faisant face tranquillement. Tu le détailles davantage dans ta tête, remarquant ses prunelles céladon avec un petit sourire. Vert, hein ? C’est pas forcément commun comme couleur, surtout pour un brun. Quoique, avec les lentilles de couleur, il est facile de faire des miracles. Même si … Tu as l’impression que les siens sont naturels. Pour une fois, hé. Tu lui souris lorsqu’il te dit se nommer Alex. C’est donc un joueur qui donne son prénom directement. Il n’a peur de rien. Même si tu ne risques pas de le poursuivre dans la vie réelle pour une quelconque raison, bien au contraire. Puis, il te retourne la question. Tu lui as déjà indiqué ton nom lorsqu’il est entré dans la pâtisserie, mais il n’a pas dû y faire attention.

« Candy ! », lances-tu simplement.


Oui, ton pseudonyme. Si tu t’appelles ainsi ici, c’est pour une bonne raison. Aline n’est pas un prénom déplaisant ou peu gratifiant, mais tout de même. Cet univers est différent. Ici tu es quelqu’un d’autre, ou presque. Il n’empêche que tu es mieux. Que tu t’y sens … toi-même. Pour de vrai. Et tu n’es plus malade. Quelque chose de fou et d’incroyable, mais de vrai en Euphemia. Alors tu oublies celle que tu étais pour te concentrer sur celle que tu es.

La blague d’Alex te fait redescendre de tes réflexions rapidement, et tu ne peux t’empêcher de rire. Petit son cristallin échappé d’une bouche d’enfant. En plus d’être mignon, il a de l’humour. Quelle belle rencontre ! La pluie peut faire de bonnes choses, au final, non ? Tu lui tires la langue. Une pâtisserie dans un tel endroit ? Roooh …

« Bah, je suis armée de sucre ! Et, au pire des cas, je me ferais manger toute crue ! C’est pas bien grave ! »


Petit clin d’œil complice. Tu ne peux pas t’empêcher de rentrer dans le jeu des blagues, même si elles ont l’air pourries. Les plus simples et idiotes sont les meilleures, après tout ! Puis tu te laisses porter par tous ses récits. Hope Corporation est comme tu te l’étais imaginée : un endroit à la pointe de la technologie, avec du trafic partout, des routes dans tous les sens … Un truc de geek, quoi. Tu aimerais bien y aller pour voir à quoi ça ressemble. Voir tout ça de tes propres yeux. Après tout, ici, tu ne souffres d’aucune maladie, tu peux voyager à ta guise ! Tu n’as pas peur de tomber malade en croisant un petit peu de pollen ou autre ! Quelle libération. Tu plonges les yeux dans ton thé, contemplant la jolie surface rouge de l’eau, avant de te saisir de la tasse pour en prendre une gorgée, pensive.

Au fond, est-ce qu’on est forcément submergés par le désir de mieux ? Cette idée te laisse perplexe, et tu t’avoues qu’au final, l’être humain semble tendre à cet objectif. Ce sujet de débat est fort intéressant, il te met sur des pistes que tu ne pensais pas explorer un jour. Toutefois, tu te contentes de répondre simplement.

« C’est surtout une question de mentalités. Je ne pense pas que les gens se mettent forcément à la recherche de l’absolu. Parfois ils se contentent de l’absolu, parfois ils veulent davantage, tout est dépendant de la psychologie. Personnellement, j’ai longtemps cherché à avoir ‘mieux’ que ce que je pouvais avoir dans ma vie de tous les jours, pour autant, je ne veux pas faire toujours mieux, car je sais quelle limite il ne faut pas dépasser. L’absolu submerge quelques fois les gens, et ils en oublient le bonheur que c’était d’avoir ce qu’ils avaient : ils perdent la notion des choses et plus rien ne les satisfait. »


Te voilà à philosopher, maintenant. Une Candy réfléchie, ça n’arrive pas tous les jours ! Tu te soucies tellement peu de tout ça dans ton quotidien … Tu te contentes de travailler, ou de te balader. Tendre l’oreille, quelques fois, pour surprendre les conversations de tes clients, curieuse, mais c’est tout. Cependant, il y a un sujet, l’ultime sujet, qui t’a toujours tracassée, et tu as besoin de connaître les avis des autres.

« Je vais être indiscrète, mais … Est-ce que tu te plais ici ? Pas à DreamLand, ou même dans ma pâtisserie, je parle d’Euphemia en général. Est-ce que cette vie te convient ?  Ou alors ta vie réelle te manque ? »


Il est peut-être un peu trop pour cette question, tu ne penses pas ? Tu te rattrapes rapidement aux branches, maladroite, mais tu fais de ton mieux.

« Pardon, je me suis évadée dans mes songes … Tu peux ne pas me répondre, si cette interrogation est trop directe, je ne t’en voudrais pas ! »


Tu lui souris gentiment, de peur de l’avoir mis mal à l’aise. Tu espères qu’il ne partira pas en courant … Quoique. Il ne peut pas, il pleut encore à grandes gouttes dehors. Pauvre petit agneau piégé. ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lock-on


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 19/05/2014

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Ven 11 Juil - 23:52


Voyage au pays des candies


"Enchanté Candy"

La réponse venait d'elle même. Je réfléchissais un instant à ce nom qui dans un sens pouvait très bien être un prénom. Si l'on faisait l'impasse de la Corée du nord, il me semblait que Euphémia avait été exporté dans tous les pays. Ainsi, Candy pouvait être aussi bien un prénom qu'un pseudonyme. Par ailleurs, et car le mot penchait vers le côté "friandises", la deuxième option était tout aussi valable. Au final, la question importait tout de même peu et je passais à autres choses.

Autre chose signifiait choses simples. Elle montrait réponse aux blagues pas marrantes que je faisais. C'était plutôt sympathique de sa part car elle aurait pu m'envoyer un vent. Je n'étais pas dupe pour autant, elle pouvait très bien le faire par soucis d'image, pour sa clientèle ou juste pour ne pas laisser paraître un mauvais aspect. Mais si je pensais vraiment de la sorte, ça ferait de moi une personne paranoïaque. Ce que je n'étais pas encore. Des vices, j'en avais, mais pas celui-là. Je souris au clin d'œil. Elle était comique et c'était tout bénéfique. J'en oubliais le temps maussade.

Et voilà que tout s'enchaînait, facilement. Si on m'avait dit que je philosopherais cette après-midi, j'y aurais laissé un soupçon. La philosophie pouvait toutefois entrer dans des sujets complexes et je n'avais pas trop l'envie (quoi que, on allait bien voir avec la suite de la discussion ...) de théoriser énormément là dessus. La simplicité résolvait beaucoup de choses. Et Candy ne manqua pas d'énoncer ce point.

"Il me semble qu'un dicton dit que le bonheur c'est de désirer ce que l'on a déjà. Je ne me souviens pas de l'auteur mais ça semble d'une part vrai, d'une autre part, pas nécessairement évident. Après je me comprends, j'aime bien apprendre de nouvelles choses donc quand quelque chose est acquis, j'ai cette petite bille de curiosité qui veut que j'aille voir ailleurs, encore et toujours. Transposé à une personne qui travaille dans des sujets qui peuvent être relativement délicats à manipuler, ça peut aller jusqu'à des questionnements entre pousser les savoirs pour le bien de la compréhension où ne pas franchir des limites qui peuvent amener des conséquences néfastes."

Après un léger moment de blanc, je reprenais.

"Après, tant que le pouvoir est géré, on n'ira pas jusqu'à une troisième guerre. Et oui, raconté ainsi, ça sonne un peu comme un film ou une série."

Je levais la tête, basculement les yeux de droite à gauche car je dérivais facilement et qu'elle pourrait s'y perdre. J'avouais que la discussion touchait un peu à mon métier. D'office, j'avais facile à blablater.

"Bah quoi, elle est cool ta pâtisserie!"

Du tac au tac. je n'avais pas du tout réfléchi à l'essence même de la question. Je ne m'étais pas encore penché dessus. Je n'étais pas là depuis longtemps et entre les missions de découverte, le déménagement  pour que je m'installe comme je le voulais et le boulot pour gagner ma paie, il me manquait un peu de recul.

"Ah non, ne t'en fais pas. Si c'est trop direct, je te le dirais."

Suivi d'un regard un peu plus sérieux.

"Sauf si c'est de la méchanceté gratuite. "


Voilà que j'étais déjà ailleurs. Je reprenais une mine enjouée, mon intention était plus une mise en garde de précaution plutôt que vouée à faire peur.

"Enfin qui soit. Je suis ici depuis environ trois semaines. Alors entre l'aménagement, le dépaysement et le boulot, ma réponse sera un peu courte. Mais pour ce que j'en ai vu, car en dehors de Hope, je ne suis venu que ici, l'endroit semble cool. J'ai encore plein de choses à apprendre. Puis les magasins proposent pleins de machins qui n'existent pas chez moi! Par contre, je ne connais pas encore grand monde. J'espère juste rencontrer des personnes sympathiques! Un peu comme toi car je ne me souviens pas avoir parlé aussi longtemps avec une vendeuse dans l'autre monde!"

Sur la fin de sa question, je butais un peu. Le visage d'Elia m'effleura l'esprit. Si cette histoire n'en était qu'à pas grand chose, j'avais un peu mal analysé la chose. Le fait de ne pas pouvoir me déconnecter m'interdisait de donner des nouvelles. C'était un peu comme si j'étais parti sans mots dire. J'étais l'échappé d'un monde que je voyais d'un œil méprisant.

"Et pour ta dernière question, je pense que j'ai plus à y gagner ici que là bas. Qui vivra verra?"

Marquant un temps d'arrêt je reprenais avec un peu de curiosité sur mon interlocutrice. A me poser une question de la sorte, j'allais réagir.

"Et pourquoi ce genre de question? Simple curiosité? J'espère que tu ne regrettes pas ton choix. Ce serait ... ennuyant!"

La réalité du jeu faisait qu'on était tout de même pris au piège. Une personne sociable qui a sa famille et ses amis dans le monde réel ne devrait normalement pas être ici. Mais une erreur peut si vite être arrivée. Je ne serais pas étonné de rencontrer des personnes en déprime suite à cela. Ce qui serait un peu délicat.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candy


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Fourneaux !

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Ven 18 Juil - 0:02

« Au détour d’un sourire. ♪ »
« Le bonheur c’est de désirer ce que l’on a déjà. » Est-ce vrai ? Tu hésites. Tu as toujours couru après ce que tu n’avais pas, et c’est seulement une fois que tu l’as obtenu que tu t’es sentie pleinement heureuse. Le bonheur ne consiste-t-il pas aussi à travailler pour réaliser ses rêves ? Toutefois, dès que tu les as au creux de ta main, ce dicton s’avère vrai. Même si … Tu imagines que désirer davantage a parfois un certain attrait. L’inconnu, la satisfaction de cette curiosité rassasiée … Mais ça demande à en avoir plus, toujours plus. Et, même si ça ne mènera pas à une troisième guerre, comme le dit Alex, ça peut mener à la perdition de l’homme lui-même. Tu ne sais pas trop. Qu’est-ce que le Bonheur, au final ? Celui avec un grand B, que tous les êtres humains cherchent très tôt dans leur vie ? Tu n’en sais rien. Peut-être que tu l’as déjà, toi, non ? Peut-être.

« Non, je ne compte pas être méchante, voyons ! »


Tu reportes ton attention sur Alex, oubliant tous tes songes pour ne pas trop t’y casser les pattes. Un sourire égaye ton visage lorsqu’il te dit que ta pâtisserie est cool. Oh, oui. Un sourire sincère, plus encore que tous les autres. Tu es ravie qu’on te dise ça. Surtout que ça paraissait extrêmement naturel comme compliment ! Et puis viennent les autres compliments, comme quoi tu es sympa. Hé, faut bien, non ? Madame la commerçante se doit d’être courtoise ! Bah, au fond, c’est peut-être parce que tu l’aimes bien, ce jeune homme. Il est un peu différent des autres. Il est honnête. Intéressant. Ouaip’, il a ce que tu n’as jamais pu trouver dans ton autre vie. Aaaaah … Tu soupires doucement, puis relèves la tête.

Ta vie ici est mieux, c’est indéniable. Elle est largement mieux que celle que tu pouvais avoir avant. Tout est différent, tu peux réaliser tes rêves, tout ça … Ouais, c’est bien plus attrayant. Tu te retiens de voguer sur de nouveaux songes douloureux, préférant reprendre ses réponses petit à petit, pensive, mais suffisamment présente pour parler de manière normale.

« Oui, c’est une curiosité. Tu sais, j’entends de tout, tous les jours … Les gens parlent beaucoup entre eux, dans ma pâtisserie, et les ragots courent vite … »


Tu repenses à tout ce qui se raconte, tout le temps. Le flot de paroles court dans ta tête, noie ton cerveau. C’est lourd, c’est lourd, mais tu t’y retrouves presque. Il y a ces gens qui parlent de leurs derniers ébats en chuchotant, pensant que tu ne peux pas les entendre, puis ceux qui racontent leur dure journée, ceux qui s’extasient devant l’argent qu’ils ont pu gagner, ceux qui sont heureux d’avoir rencontré d’autres personnes … Puis il y a les autres, qui pleurent parce qu’ils ne peuvent plus repartir. Euphemia, Euphemia, cage dorée des insatisfaits, qui les retient désormais contre leur gré, alors qu’ils ont voulu y venir. Un jeu sans conséquence, hein … S’ils avaient su.

« Beaucoup ne sont pas heureux ici, enfin, ils le sont, mais veulent tout de même repartir … »


Tu baisses les yeux à l’énonciation de cette phrase. Ils regrettent. Pourquoi regretter leur choix ? S’ils ont décidé de venir ici, c’était peut-être parce que la vie qu’on leur proposait était mieux, non ? Cette idée te perturbe. Tu ne sais pas quoi en penser.

« Moi … Je suis heureuse ici, je ne regrette rien. Pour beaucoup de raisons. »


Peu importe la vie réelle, la vie sociale, ces gens qui peuplent ton quotidien. Peu importe. Ils n’existent plus que dans tes souvenirs. Tout ça te paraît tellement irréel, au final … Une nouvelle vie, hein ? Ça a quelque chose de fou. Pourtant c’est vrai. Mais … Pourrez-vous y rester ici pour toujours ? Cette pensée te brise le cœur, le laissant choir sur le sol, morcelé. Tu fermes les yeux et soupires doucement. Quand tu les rouvres, un nouveau ris embellit ton visage. Il est doux, paisible, mais plein d’une fougue candide qui t’est propre.

« Tu m’es d’une bonne compagnie, Alex ! C’est rare d’avoir de tels clients ! »


Au fond, il ne faut pas oublier l’essentiel ! Tu espères que la pluie durera encore un certain temps pour continuer de tromper le temps à ses côtés. Il est vraiment intéressant. Tu finis ta tasse de thé, apaisée.

« Tu es sûr de ne rien vouloir ? C’est moi qui offre ! »


Nouveau clin d’œil complice. Laisse-toi tenter, voyons … Découvre la douceur du monde de Candy ! ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lock-on


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 19/05/2014

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Sam 19 Juil - 14:43


Voyage au pays des candies



Haha! Elle me faisait bien rire cette demoiselle. Il était un peu tôt pour définir le caractère de Candy. Mais elle était agréable à écouter. Il y avait cette petite touche humoristique agréable entre deux morceaux de conversation plus sérieux qui faisait que le courant passait bien. Vivifiante? Ce mot lui sied bien. Je me demandais un moment comment elle se comporterait en ville. Si elle était du genre extravertie à faire de grands gestes en parlant. Ou si, au contraire, sortir de son cocon à pâtisseries provoquerait un effet contraire. Car elle était en ces lieux dans son élément.

Des ragots ou des rumeurs? Qui n'avait jamais prêté attention à une discussion entre deux personnes lambdas dans la rue ou dans un transport en commun. Parfois la discussion tournait au ridicule avec pléthore d'idées sans queues ni tête. Parfois, la discussion était plus sérieuse mais toujours drôle. Surprendre la discussion entre deux vieilles pouvait être mythique. Car elles se mettent à jacasser sur les tenues frivoles des demoiselles. Et ça peut être très drôle car elles sont tellement dans le faux. En tant qu'homme, ce serait mentir que d'avouer préférer voir toutes les femmes en pantalon plutôt qu'en robe. La grâce n'y est alors pas.

"Tu joues alors l'espion à faire semblant de ne rien entendre et vous récupérez toutes les infos croustillantes qui passent proches de vos oreilles? Tu caches bien ton petit jeu. Je n'aurais pas crû cela de vous!"

Humour encore. Humour toujours. Pour repartir un peu sur du plus sérieux mais toujours dans l'agréable.

Elle était donc comme moi. Elle ne regrettait pas sa vie antérieure - si je puisse l'appelée ainsi car nous ne sommes pas encore trépas! Le fait qu'elle énonce un nombre de raisons sans vouloir les citer attisa ma curiosité. Mais j'aurais l'impression d'en demander trop. Au pire je lui demanderais une autre fois!

Tiens, une autre fois?  Après tout pourquoi pas. Car elle était sympa et je ne connaissais personne pour le moment. Mais chaque chose en son temps, même si la discussion était toujours aussi sympathique.

"Si c'est toi qui offre, je ne peux refuser l'invitation."

Je ne risquais rien à craquer pour une sucrerie? Quoi? Mon ventre lui oui? Ce n'était pas faux. Mais avec tout le positif que cette demoiselle dégageait, je ne pouvais pas refuser. Alors je regardais les différentes pâtisseries. A l'oeil, nombreuses avaient l'air bonnes. Mais je cherchais quelque chose qui apaiserait mes papilles. Une douceur. Une bonne crème. Quelque chose de simple, peut-être exotique. Ce n'était pas moi le connaisseur! Elle pourrait m'aider!

"Et bien ... Quelque chose de doux, d'une texture agréable et mon humeur n'est pas au chocolat. Même si j'aime bien le chocolat. Je vous laisse me surprendre!"


Pourquoi ne pas la laisser décider? Je voyais cela comme un petit jeu même si dans un sens, ça me gênait de me voir offrir quelque chose alors que je venais simplement dans son paradis sucré à l'origine pour m'abriter. En basculant mon regard vers la fenêtre, le ciel crachait encore de plus belle. A ce rythme, je ne rentrerais jamais chez moi. Quoi qu'une bonne bourrasque peut parfois suffire à afficher un ciel dégagé.

"Si l'envie vous prend, je vous propose de venir manger une pizza chez moi à l'occasion! Je suis loin d'être un adepte du fourneau mais les pizzas c'est sacré!"

Un dessert contre une pizza? Je respecterais ainsi ma part du gâteau. Vivre seulement pour prendre n'était pas dans ma conduite de vie.

"Si j'avais un endroit à visiter, à voir, à vivre dans Euphémia, vous me conseillerez quoi? Car je n'ai pas encore vu grand chose par ici!"

J'oubliais!

"En plus de votre pâtisserie évidemment!"

Lui souriant après ce trait d'humour.






Dernière édition par Lock-on le Jeu 24 Juil - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candy


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Fourneaux !

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Lun 21 Juil - 22:57

« Promises. »
Tu lui tires la langue, malicieuse. Tu es le vilain petit lutin qui entend tout. Celui qui se tapit dans l’ombre et écoute les discussions des passants. Mais tu n’as rien à raconter à personne. Il est un des seuls à te parler vraiment, sans juste te demander une ou deux pâtisseries en te gratifiant des politesses les plus barbantes. Ce n’est pas un client comme les autres. Enfin. Ce n’est pas un client du tout, à vrai dire ! Il est juste là pour échapper à la pluie. Quelle rencontre ! Si on t’avait dit ça, tu aurais simplement souri en te moquant. Invraisemblable, et pourtant vrai. Perturbant, hein ?

Alors qu’il te donne quelques conseils, tu hoches la tête et te diriges vers ton étalage. Tu sors une grande plaque recouverte de cupcakes recouverts de différentes crèmes, toutes d’une couleur pastel, bien que différentes selon leurs goûts. Ce sont tes cupcakes surprises ! Tes petites créations fantaisie, aux goûts variés, un peu comme les bonbons dans Harry Potter. Tu tires sur une première série et la poses sur un plateau, avant de les ramener à la table. Tu repars un instant pour te refaire un thé aux fruits rouges, puis reviens, paisible, ta tasse à la main. Tu t’installes à ta place, tout sourire.

« Voici les Cupcakes Mystère. Tu as plusieurs petits gâteaux qui ont tous une crème au parfum différent. Certains sont à la framboise, d’autres au fruit de la passion, alors que les derniers peuvent être à l’orange ! Il suffit de voir sur lequel tu tombes. »


Tu es plutôt fière de ces mets. Ils sont petits, ne pèsent pas bien lourds sur l’estomac, se mangent à volonté … Bref, un petit peu de Paradis sur les papilles des clients. Généralement plébiscités, tu en fais souvent pour ne jamais tomber en rade. Aujourd’hui est un jour différent, personne ne viendra te voir pour en commander vu les cordes qui tombent dehors. Tu en attrapes un, comme pour montrer l’exemple, le portes à ta bouche et croques un petit morceau. Un sourire ravi s’affiche sur tes lèvres.

« Pêche … ♥ », lances-tu, les yeux fermés, plus que satisfaite.


Tu reviens alors sur Terre, reportant toute ton attention sur Alex. Ton visage se fait plus sérieux, plus pensif. Tu fermes les yeux, retraçant tous tes voyages en Euphemia. Le moins qu’on puisse dire … C’est qu’il n’y a pas grand chose. Un soupire s’échappe de ta gorge. Tu baisses la tête. Cela fait quand même un moment que tu es ici, pourtant, tu ne connais que vaguement Dream Land … C’est peu, très peu. Peut-être pourrais-tu visiter d’autres endroits ? Euphemia est une contrée vaste, ses quatre îles ont toutes leur spécificité, alors pourquoi pas ? Tu te prendras un moment pour partir et visiter le monde ! Ton esprit curieux te le fait promettre une dizaine de fois et tâchera de te le rappeler aussi souvent que nécessaire.

« À vrai dire … Euphemia est un mystère aussi bien pour toi que pour moi. Mais on peut s’arranger pour en savoir davantage et visiter, non ? Après tout … On a toute une vie, ici, pour le faire … »


Tu te demandes si c’est quelque chose de beau ou de triste. Seconde chance ou cadeau empoisonnée ? D’un coup, tu hésites. Tu ne regrettes pas, mais est-ce que ta vie est mieux au point d’oublier l’ancienne ? De la quitter ? Tu ne sais plus. En un sens, oui, car tu n’es plus malade, mais d’autres raisons te font pencher de l’autre côté. Un nom te revient alors en tête : Ezeckiel. Qu’est-il advenu de lui ? Et des autres ? Tu n’en sais rien, et bloquée ici, tu ne peux pas le savoir. Ils te manquent, tous … Leurs bêtises balancées sur Skype, leurs défis stupides … Leurs coups de gueule, tout ça … Tu secoues la tête, sortant de tes pensées, revenant sur la proposition d’Alex, que tu avais maladroitement sautée, tellement perdue dans tes songes.

« Une pizza, hein ? Avec plaisir ! Je veux bien découvrir tes talents culinaires, héhé ! »


Tu le gratifies d’un sourire radieux, puis plonges le nez dans ta tasse de thé avant d’en prendre une gorgée. Tu sens la chaleur traverser ton œsophage pour se loger tranquillement dans ton estomac. Tu exhales un nouveau soupir, apaisé cette fois-ci. Tu relèves les yeux, plongeant tes prunelles céruléennes sur Alex, souriante.

« Quand je viendrais sur Hope Corporation, si tu veux … Je viendrais te voir ! Tu ne seras pas que le « client étrange », héhé. Ce serait dommage, non ? »


Cela ressemble fort à une promesse, tu ne trouves pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lock-on


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 19/05/2014

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Jeu 24 Juil - 18:25


Voyage au pays des candies



Mademoiselle la pâtissière ne dévoilait pas ses secrets. Je n’en étais pourtant pas déçu car cette précédente question nétait qu’une idée venue s’agrémenter à toute cette discussion facile. Facilité que Candy montrait toujours dans ses paroles et ses actions. Elle m’épatait. Jamais je n’aurais imaginé faire une – plus que bonne – rencontre en ce temps pluvieux. Rappelons qu’une vingtaine de minutes plus tôt, j’étais en train de me demander si je n’avais pas atterri dans un monde de cannibales. J’espère qu’Euphémia me proposerait d’autres surprises de ce genre.

En mentionnant le mot surprise, j’en attendais une avec impatience. Entre tous ces petits mets colorés et aux arômes diversifiés, lequel allait-elle me tendre ? Alors, petite Candy, auras-tu l’imagination nécessaire face à cette interrogation surprise ? Je m’en délestais d’avance, je la regardais se mouvoir et prendre un plateau garni de petites choses au-dessus. Elle n’avait pas perdu de temps ! Je la suivais du regard, faire ses deux aller-retour pour enfin venir m’expliquer ce qu’étaient ces petits gâteaux. Ainsi, ces gâteaux à l’allure identique représentaient un jeu de roulette ? Répondre à une surprise par un mystère me semblait un choix judicieux. En valaient-ils alors le coup ? Je prenais le petit gâteau sur le dessus du plateau, le tout petit impatient qui envoyait le message « mangez-moi, mangez-moi » et je l’apportais à ma bouche pour en croquer une bouchée. Suspense … Je ne suis en général pas grand amateur des cakes mais celui-ci était moelleux. Mais le meilleur restait cette douce crème qui s’aventurait avec douceur pour prendre possession de mes papilles. Alors, verdict ?

« Oh ! Ananas ! » lui disais-je après avoir avalé mon morceau de gâteau.
Je n’avais pas pensé à un fruit étranger.


Mon esprit s’était focalisé sur les fruits que je mangeais plus couramment tels que les traditionnels poire, pomme, pêche, banane. Je m’étais fait duper. Mais tout seul. Un auto-dupage ?

« J’aurais préféré tomber sur un goût framboise. J’ai toujours préféré ce fruit. Qu’en est-il du tiens ? Bon choix ? Ou peut-être que mademoiselle les aime tous ? » J’y ajoutais le sourire.

Si elle travaillait dans une pâtisserie, il y avait fortes chances qu’elle aimait goûter. Je la regardais avec un sourire en pensant dans ma tête « Candy la gourmande. » Je trouvais cela marrant sans grandes raisons si ce n’était ma bonne humeur du moment. Je terminais mon cupcake ananas pour reprendre :

« Mais la crème est délicieuse, ça ne dérangera pas que je retente ma chance ? »

Ma main trahissait quelque peu ma question car j’attrapais déjà un nouveau gâteau. Un timide ! Il se cachait tout derrière les autres. Pourtant, ça ne voulait pas dire qu’il n’en valait pas le coup. Je le croque pour découvrir une nouvelle saveur. Cette fois-ci, il s’agissait d’un cupcake à l’abricot.

« Toujours pas de chance ! »

Je la regardais pour la voir un peu ailleurs. Elle semblait en ce moment plus calme, un peu absente et je me demandais ce à quoi elle pouvait penser. Pourquoi donc n’avais-tu pas hérité d’un don de vision dans les esprits ? Ta curiosité aurait tout de suite obtenu sa réponse. Mais le mystère se serait un peu envolé car ce serait comme tricher. Puis elle avait bien droit de souffler un peu. Elle avait le courage de travailler toute la journée. Ne serait-il pas bientôt l’heure de sa fermeture ? Je chassais cette pensée néfaste pour revenir à la pâtisserie. Candy ajoutait en plus une touche à la discussion. Était-ce une proposition de visite qu’elle me disait là ? J’avais toujours eu comme optique que, quitte à voyager, le faire à plusieurs était mieux. Alors je n’allais pas dire non.

« Si s’aventurer à Dream land ou ailleurs t’intéresse, on pourra y aller alors ! »

La suite continuait sur cette fameuse proposition de pizza. Elle semblait reprendre un peu de dynamisme tout à coup. Qui serait assez fou pour se faire refuser de la nourriture ? La bonne réponse devrait être « personne ! ». Heureusement pour moi qu’elle était d’accord avec cette proposition. Je n’avais par contre pas encore testé les pizzas depuis mon arrivée ici.

« Ça me convient bien comme plan ! Mais si tu viens à me voir, j’ose espérer que ce n’est pas que pour regarder les étalages ! » Cette petite provocation suivait le fil humoristique. J’étais un peu le voyageur qui entrait pour ne rien faire. « Ce sera une avant-première car je n’ai pas encore cuisiné de pizza ici ! »

Je cherchais dans ma poche ce qui pourrait faire office de papier. J’en sortais une ancienne facture.

« Tu as un crayon pour que je  te donne mon numéro pour ton prochain passage ? Sauf si tu préfères le faire à l’improviste pour continuer dans le domaine de la surprise ? »

Cette seconde proposition trottait dans mon esprit comme un petit jeu. J’étais bien venu chez elle comme ça, sans raison, alors pourquoi ne pas lui laisser une même occasion ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Candy


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Fourneaux !

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Lun 28 Juil - 15:16

« Promises. »
Dégustation et promesses. Quel mélange étrange. Si on te l’avait dit, tu n’y aurais pas cru. Tu le regardes avec un sourire bienveillant. Tu ne sais pas trop quoi penser de lui. Il est l’étrange client qui n’en est pas un, celui qui s’aventure dans ta pâtisserie par un jour de pluie et vient simplement s’asseoir à ta table. Chance ou malchance, tu n’en sais pas grand chose … À vrai dire tu ne t’en soucies pas. Il est l’un des rares clients à te montrer sous tes yeux que tes gâteaux peuvent être bons, et en plus … Il te parle. Pas comme à une vendeuse, mais comme à un être humain. Une femme pâtissière, certes, mais plus une rencontre qu’un simple « Bonjour, merci, au revoir. ». Cela a quelque chose de plaisant. Tu le regardes s’aventurer en direction de tes cupcakes. Ananas, hein ? Ils sont bons, oui … Mais Alex a raison en un sens … Les framboises sont les meilleurs. Ton visages s’illumine à cette pensée.

« Oh, un autre amateur de fruits rouges … ♥ Même si j’aime tous les fruits, les rouges, et particulièrement la framboise, me font toujours fondre. »


Tes lèvres s’arquent en un joli sourire, et tu ne peux t’empêcher d’être fière du commentaire du jeune homme. Délicieuse, la crème, hein ? Ça touche ton petit cœur en sucre, étonnamment. Les habitués te font comprendre que tes pâtisseries sont bonnes en revenant aussi souvent, mais ce ne sont que des clients. Ils sont … Distants ? Il y a toujours cette barrière qui t’empêche de leur parler aussi librement qu’à Mr.Pizza. Là, tu fais face à quelqu’un que tu « connais » déjà un peu plus, avec qui tu as discuté pendant plusieurs minutes, voire heures – tu n’as pas compté – et qui ne te considère pas comme tous les autres. Tu ne sais pas vraiment comment il te considère, en réalité, mais … Tu ne te poses pas la question. Cette rencontre te fait plaisir et égaye cette semaine de travail, c’est tout ce qui compte.

Tu reprends un petit gâteau et le portes à ta bouche. Tu fermes les yeux, sentant le délicieux parfum d’orange rafraîchir tes papilles. Ça pétille, un vrai feu d’artifice. Un peu d’agrumes ne tue personne. Les cupcakes mystère sont aussi mystérieux pour toi que pour les clients, hé. Même si tu les confectionnes le matin même, tu en oublies rapidement la composition. Mémoire courte, hein ? Ceci est un secret ! ~ Tu reviens sur Terre, lui souriant gaiement.

« Orange. Pas mon préféré, mais il a un p’tit truc que j’aime bien. Je suis fière de mes cupcakes ! »


Tout artisan se doit d’être fier de son travail, après tout. Sinon, à quoi bon ? Tu n’as pas vraiment l’habitude d’étaler ton ego face aux autres, étant donné que tu te dois d’être un minimum modeste, mais … Tu n’en es pas malheureuse, de tes pâtisseries. Tu arrives à les faire jolies, ou appétissantes, et délicieuses. Elles ont ce petit truc, ton petit truc. Cette étincelle magique que tu es la seule à leur insuffler. Tu te dis que tu devrais quand même penser à en visiter d’autres, pour voir comment se débrouillent tes confrères … Visiter, hein ? Encore un truc à faire avec Alex, apparemment.

« D’accord ! Je note ça dans un coin de ma tête ! »


Puis il se lance, partant sur un ton humoristique qui t’arrache un nouveau sourire. Tu pouffes légèrement. C’est plutôt ironique venant de lui, hé. Mais il n’a rien à craindre … Ton estomac fera le travail. Oh, oui. Candy gourmande, Candy curieuse. Candy qui aime tester de nouvelles choses. Si Mr.Pizza est aussi doué qu’il le prétend, alors ça peut être très intéressant !

« Je pourrai être ta première cobaye, alors ! », lâches-tu, rieuse. « J’espère ne pas non plus être la dernière ! », complètes-tu avec de grands yeux. Une mauvaise pizza, hein ? Au fond tu n’y crois pas une seule seconde.


Tu le regardes sortir un petit papier et te proposer son numéro. Tu arques un sourcil, puis ne peux t’empêcher de sourire comme une enfant. Alors c’est une vraie promesse, hein ? Tu t’éclipses pour aller lui chercher un stylo. Appellerais-tu ça un ami ? Qu’en sais-tu ? Tu n’as jamais été douée pour déceler ça. Tu reviens presque en sautillant, enjouée, et lui tends ton stylo. Tu relèves la tête : la pluie s’est calmée, les trombes ne sont plus que des petites gouttes, voire juste quelques nuages qui se battent pour conquérir le ciel. Tu récupères le papier une fois que son numéro y est écrit.

« Peut-être préviendrai-je, héhé … Ou peut-être pas. Mais on se reverra, sois en sûr ! »


Tu lui souris à nouveau. Un ris qui vient du fond du cœur. Alex est quelqu’un d’intéressant. De bien, tu ne sais pas, tu ne le connais pas beaucoup. Mais tu comptes bien creuser !

« Allez, je n’ai plus besoin de te donner de parapluie … Mais penses-y la prochaine fois ! Quoique. Oublie-le, ça te forcera à revenir chez moi ! »


Clin d’œil malicieux. Il est le bienvenu, de toute façon. Tu lui tires la langue. Une bonne rencontre avant de reprendre le travail. Tu relèves le nez vers les cupcakes, puis tiltes doucement.

« Hésite pas à en reprendre avant de repartir ! Pour avoir été mon meilleur client-pas-si-client-que-ça du jour ! »


Haha. Quelle incroyable journée, non ? De promesses en gourmandises … Tu le reverras, c’est une certitude.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lock-on


Hope Corporation

Hope Corporation

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 19/05/2014

MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   Jeu 7 Aoû - 22:00


Voyage au pays des candies

Je finissais ce deuxième cupcake avec délectation. Cette crème coulante prenait une seconde fois possession de mes papilles et le parfum se faisait sentir. C'était plus qu'appréciable et j'en aurais bien pris un troisième. Mais ... car la négation s'imposait, on m'avait appris à apprécier les bonnes choses avec parcimonie. Il était parfois bon d'attendre, de ne pas en faire de trop et de laisser une part de merveille pour un moment futur.

"Prochaine fois que je passerais en ces lieux, je viendrais prendre un ou
deux autres cupcakes mystères!
"

Cette idée me traversait directement la tête. Alors que mon regard s'était levé vers la vitrine pour apercevoir une éclaircie naissante, mes neurones cogitaient déjà tels des moustiques affamés de sang, à l'affut d'une nouvelle douceur. On avait beau dire que les sensations se ressentaient sur tous les corps, l'organe principal restait le seul gestionnaire de ce qu'on aimait ou non. Je souriais sans autre raison que le fait d'être bien.
Regardant un moment la petite Candy qui montrait du positif à cette invitation. J'imaginais quelques scénarios. Dans les plus positifs, je voyais un sourire et un compliment. Alors ma pizza aura été une bonne pizza. Dans un suivant, une petite moue sceptique. Léger cuisinier, je pouvais également jouer au jeu des saveurs et des goûts et utiliser un aliment peu courant. Enfin, j'imaginais une Candy affolée si mon four se mettait à relâcher de la fumée noirâtre, presque opaque. J'entendais déjà cette sirène hurlait. Ce scénario me faisait rire mais sur le coup, je serais certainement quelque peu plus ... paniqué?

" être ma dernière cobaye ne ferait que garantir que ma pizza est excellente et que je peux changer de vocation!"

Une œillade suivait ma phrase, phrase qui ne se voulait pas hautaine mais évidemment humoristique.  Et si la pâtissière ne le comprenait pas de la sorte, alors j'aurais tout intérêt à être au maximum de mes capacités en ce jour car pas le droite à l'erreur!

Partie dans son petit monde pour compléter ce bout de papier, je laissais mon regard arpentait une dernière fois l'endroit. Qui aurait crû que je passerais une bonne demi-heure dans un pâtisserie pour parler plus que manger des cookies? Avec un intérieur décoré, lumineux et coloré. Je ne gagnerais pas au jeu du plus beau commerce avec elle. Encore que je pourrais faire un effort pour égayer mon monde de techno bidules.

"Haha ... pourquoi prendre ce numéro alors?"

Candy de retour et déjà une augure d'un moment imprévisible. J'aimais bien cette demoiselle. Enjoué, énergique, rigolote. Elle tenait un bon rôle. Mais je ne voulais pas en savoir plus sur sa visite alors, doucement j'ajoutais avant de partir.

"Garde cette visite secrète. La surprise n'en sera que meilleure!"

Attrapant un dernier cupcake sur la table, un téméraire, je prenais la direction de la porte d'entrée avec plusieurs idées qui germaient en moi. Et c'est sur un ton positif que j'ouvrais la porte qui déclenchait un bruit de clochettes.

"Aurevoir Candy! Et à une prochaine!"

Un a urevoir simple et qui pouvait faire penser que je la connaissais depuis toujours. Je refermais la porte et reprenait la route pour laisser cette curieuse personnage dans son monde de douceur.








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
La pluie est ton amie. | PV Lock-On ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je cherche pour une amie, un Divan pas cher (vendre ou donner) et aussi, une mini-laveuse portative !
» Thème : Pluie Manga
» [Résolu] Message d'une amie qui arrive toujours à la corbeille
» GPS sous la pluie
» Aimez-vous la pluie?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Dream Land :: L'allée aux lumières :: commerces-