AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 
 Je sais qui tu es.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité

avatar


Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMar 6 Mai - 13:35

Rencontre au sommet.


Lorsque deux êtres exceptionnels se rencontrent il y a deux possibilités : le combat ou l'alliance. L'alliance est bien plus dangereuse ...




Hope Corporation ... Un lieu de toute beauté ! A vrai dire, cet endroit est le premier que je visite après Holy Sword. C'est en fait la première fois que je sors de mon île. Et je ne suis pas mécontent d'être venu ici, dans l'île de la recherche. Ici, tout est nouveau pour moi et donc, tout s'imprime dans mon cerveau. Chaque coin de rue me laisse découvrir de nouvelles choses. J'ai prévu de rester ici quelques jours, afin de pouvoir apprendre un maximum de choses. Je compte bien tout apprendre sur ce monde, absolument tout. Je marche donc tranquillement. Oui, je suis passé par la mairie pour venir sur l'île mais ceci est inintéressant donc je ne développerais pas. Reprenons donc ma découverte de la couronne bleue. Comment ça "Quelle couronne bleue ?" ? Vous savez pourtant que chacun en ce monde à une couronne dans la nuque correspondant à son île d'origine. Pour Hope C, c'est le bleu. C'est assez étrange d'ailleurs. Pour la recherche, on s'attendrait plutôt à du blanc ou du vert. En effet, selon les codes, le blanc s'en rapprocherait pour 'limage que les gens ont des scientifiques : en blouse blanche avec des grosses lunettes de protections ou bien le vert car il s'agît d'une couleur souvent associé aux recherches bizarres. On image souvent un liquide verdâtre coulant d'une fiole pour ton dissoudre ... Désolé, je m'égare. J'ai appris ça dans un des bouquins de la bibliothèque d'Holy S et du coup, j'ai tout imprégné.

Toujours à coté du sujet, vous n'imaginez pas tout le coté pratique de mon pouvoir. Je suis devenu une véritable machine à apprendre. Si j'avais été capable de ça dans mes études, j'aurais littéralement écrasé du talon mes ennemis. Mais tout cela est derrière moi. Loin derrière moi ... Je me demande comment se porte ma famille. RHAAAAAAAAAAAAAA ! Je m'égare encore. Revenons en à notre sujet: Hope Corporation ! J'y ai donc appris énormément de choses. Alors que j'étais à un café, sirotant une limonade, j'entendis parler de l'aquarium. J'ai toujours été fasciné par l'océan, comme ma mère. Je veux dire, les abysses sont synonymes d'inconnus et ils ont toujours été une source d'inspiration pour moi. Ainsi donc, je suis parti après avoir payé. Après avoir traversé la serre, je suis arrivé devant un immense bâtiment. Je souhaite juste revenir sur un point : la serre est vraiment magnifique ! Le monde y est comme conservé par une puissance extérieur. C'est comme si le temps c'était figé, comme si la nature, bien que virtuelle, avait refusée de laisser l'homme venir ici ... Alors qu'en réalité, c'est le contraire vu que la serre est une création de l'homme ... C'est donc en pensant à cette différence entre réalité et apparences que je suis entré dans l'aquarium ...

Quel lieu merveilleux ... Un coup de foudre sidéral me frappa. Je suis amoureux de cet endroit. Je traversais donc tranquillement quand un visage devant un aquarium me parut familier. Enfin une paire de lunettes. Des lunettes bleus. Je le connaissais d'avant. Eirik Andersen si mes souvenirs sont bons ... Et ils le sont ! Je m'approche donc de lui et je regarde au dessus de sa tête : Ace. Je souris. Je ne lui ais jamais parlé. Je pose ma main sur son épaule alors que je suis derrière lui et je dis :

« Tu te souviens de moi, Eirik ? »

Je ne m'attends pas à ce qu'il dise oui. Je m'attends même au contraire mais bon ... Quelque chose me force à lui parler, à nouer un lien. Quelque chose de supérieur. Peut-être sommes nous destinés à nous connaître ...

Revenir en haut Aller en bas
Ace


Dreamland

Dreamland

Ace

Messages : 37
Date d'inscription : 03/05/2014
Localisation : auprès de Euphory ou en train de rôder derrière toi

Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMar 6 Mai - 19:11



LOOK EVERYONE THIS IS WHAT HATRED LOOKS LIKE WHAT IT DOES WHEN IT CATCHES A HOLD ON YOU IT'S EATING ME ALIVE & FEAR AND ANGER ONLY MAKE IT GROW FASTER
La Hope Corporation, c’était trop de bleu et de blanc. Trop de verre et de métal, trop de réseau de fil inextricablement liés. Une toile d’araignée dans laquelle tu te sentais englué contre ta volonté. Oppressé. Prisonnier. L’île communiquait avec ses différents quartiers par des trains à vitesse supersonique qui fendaient l’air comme des fusées. Rentrer dedans te rendait malade, en sortir, le tournis. Autant dire que vivre ici n’aurait pas du tout convenu à ta personne.

Le seul avantage que tu décelais dans cette ville de malade était l’aquarium. Le magnifique aquarium où nageaient en toute liberté plusieurs centaines d’espèces différentes. Tu étais bien en peine de toutes les nommer, préférant contempler la nage paisible des poissons et celle plus sauvage des requins. Ou ce qui s’en rapprochait le plus.

Tu entres dans le bâtiment – toujours du verre et du métal, décidément- et t’extasies d’abord sur la serre même si sa chaleur t’étouffe quelque peu. Tu desserres d’un doigt le nœud papillon autour de ton cou, geste apparemment sexy qui te vaut un ou deux regards coquins. Mais tu n’es pas d’humeur, aujourd’hui, et ne dévies pas de ta route pour rencontrer celle de ce qui auraient pu être tes proies. Tu as de la chance et elles ne font rien pour te poursuivre, ce que tu apprécies. Si elles l’avaient fait, nul doute que cela se serait terminé avec un ou deux éclats de voix et peut-être un coup de poing perdu.

Enervé ? Non. En colère ? Non plus. C’était plutôt comme si un volcan bouillonnait en toi. Une crise de nerf habituelle pour toi, une de ces crises inexpliquées et inexplicables qui te voyaient sous tes plus horribles traits. Tu détestais, détestes et détesterais te montrer si faible. Le fait de ne même pas savoir ce qui t’énerver autant t’énervait davantage. Beaucoup trop d’énervement, donc, pour un vingtenaire.

Tu mâchonnes le bout de ta cigarette, ne prenant pas garde aux panneaux interdisant tel comportement. Ton regard incendiaire que cachent avec peine tes lunettes aux verres bleutés fait fuir les plus courageux qui auraient pu te faire des reproches. Tu n’es pas d’humeur, qu’ils passent leur chemin.

Lentement tu expires, un nuage de tabac se formant délicatement au-dessus de ta tête. C’en est presque poétique cette fumée de carbone contre ce verre blindé, tentant de s’échapper sans y parvenir. On dirait l’image métaphorique de vous tous, vous les joueurs, tentant de vivre au jour le jour, dirigeant vos mains tendues vers un destin et vers une sortie improbables. Quels crétins ces Hommes qui pensent arriver à tout par la seule force de leur désir. Quels cons, vraiment, d’espérer, toujours et encore. De s’adapter si parfaitement à n’importe quel milieu, de faire siens n’importe quel espace.

Génies ou imbéciles finis ?

La voix retentit derrière ton dos, te faisant sursauter légèrement. Ce nom… Qui ose l’utiliser ici ?

Tu te retournes vivement, ton corps tendu comme un arc, tes sens en alerte. Tu n’aimes pas cela, tu n’aimes pas qu’on te rappelle ton passé comme cela. Tu n’aimes pas te dire que quelqu’un te connaît d’  « avant ». Ca t’horripile, vraiment.

Lui… Tu en restes muet de stupeur. Tu savais qu’il était arrivé récemment mais ne te doutais pas que votre rencontre aurait lieu si vite. Il n’a pas changé, pas d’un iota. Alors que toi… Exit l’étudiant à peu près sympathique. Ne reste que la bête sauvage que tu laisses pleinement s’exprimer. Il n’empêche que tes épaules se décrispent un peu et que l’ombre d’un sourire naît sur tes lèvres. Un exploit. Bravo, gamin.

- Toi ici, quelle surprise… On ne t’a pas dit que c’est mal vu d’utiliser les anciens patronymes…


Tu lèves les yeux vers son curseur et complètes ta phrase :

- Kailash. Joli pseudo, au passage.


Tu te tournes vers la vitre de l’aquarium, rejetant un second nuage de tabac.

- Et sinon, qu’est-ce que tu fous par-là, Holy Swordien ? En ballade ?


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

_______________
Je sais qui tu es. 6256071157611
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

avatar


Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMer 7 Mai - 0:01

Rencontre au sommet.


Lorsque deux êtres exceptionnels se rencontrent il y a deux possibilités : le combat ou l'alliance. L'alliance est bien plus dangereuse ...




« Haha désolé, Ace. Et merci, je te retourne le compliment. »

Ainsi donc, il se souvient de moi. Je ne saurais pas dire pourquoi je l'ai marqué. Peut-être pour la même raison qu'il m'a marqué : pour sa différence. Car oui, malgré le fait que ce soit la première fois que je parle à Ei ... a Ace, il m'avait marqué. Il m'avait marqué car, dans notre école, nous étions semblables et opposés. On m'avait déjà parlé de lui. On l'avait souvent comparé à un loup montrant patte blanche. Comme une créature du diable pouvant manipuler sans aucun problème. Un monstre au visage d'ange. Mais comme m'avait souvent conseillé ma mère, je ne m'y fiait qu'à moitié. Pour connaître la vérité sur une personne, il faut lui parle, parler à ceux qu'elle connaît, prendre le bon comme le mauvais et en faire une moyenne. Rare sont ceux étant faits uniquement de lumière ou de ténèbres. De mon point de vue, c'est même impossible. Littéralement.

Bref. Je suppose que vous vous demandez comment je le connais si c'est la première fois que je lui parlais. Et bien, avant, nous étions dans la même école. Ni dans la même classe, ni dans la même année. Il est plus vieux. Mais je pense que chacun d'entre nous avait entendu parlé de moi. JE connaissais sa façon d'être un génie et il connaissait ma manière de briller. Ma capacité à employer ma rage pour devenir meilleur. « La fureur est mienne », comme disait un bouquin de ma soeur. Je le regardais donc de haut en bas. Il était comme je le savais. Plutôt grand, mince, blond, l'air légèrement arrogant au premier abord et une cigarette à la bouche. Je souris. Il devait sûrement savoir qu'il était interdit de fumer ici mais bon ... Une petite voix me murmurait qu'il n'en avait rien à faire et que personne ne lui dirait rien tant qu'il ne balançait pas son mégot dans un aquarium. Il s'était retourné pour regarder à travers la vitre devant nous. Il y avait là une écosystème de type tropical.

« Je fais la même chose que toi je pense, je visite ... Petit rêveur. »

Je me mis à coté de lui pour scruter le bassin. La géographie interne de ce dernier m'était déjà acquise : depuis mon arrivée, je m'étais amusé à apprendre un maximum de choses sur les roches, leur formation, les mises en places typiques ... En regardant, j'avais déterminé quels types de poissons pouvaient êtres dans ce bassin et quels autres ne le pourraient. La présence d'un Combattant du Siam me permit de déterminer que l'eau était douce . J'étais sur l'instant tellement concentré que j'en avais presque oublié mon interlocuteur. Il avait dû remarquer que, le temps d'un instant, un air satisfait c'était installé sur mon visage. Une satisfaction venant de mes nouvelles connaissances sur la vie sous-marine.

Je tournais donc mon visage vers lui pour capter son regard. A travers ses lunettes, je distinguais le même air que j'avais déjà croisé deux ou trois fois auparavant, les mêmes yeux marrons. Je souris. Mon regard était sûrement le même qu'avant : vert et perçant mais désormais animé d'une soif de connaissance plus intense et violent. Une soif barbare, comme si je vivais pour apprendre.

« Plutôt étrange que deux élèves de la même école aient été embarqués dans cette histoire tu ne trouve pas ? Et puis bon ... C'est pas comme si on se connaissait réellement au final. »

Pourquoi avais-je dis ça ? Dans ma langue avait dépassé mon esprit. Il allait sûrement croire que je n'étais qu'un crétin cherchant désespérément un ami pour combler mon manque de vie social ... Et certes, plus de liens ne me feraient pas de mal mais bon. Pas à ce point là non plus. Je me sentais stupide d'avoir dit ça. Et cela se voyait.

Revenir en haut Aller en bas
Ace


Dreamland

Dreamland

Ace

Messages : 37
Date d'inscription : 03/05/2014
Localisation : auprès de Euphory ou en train de rôder derrière toi

Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMer 7 Mai - 0:46



AND NOW CAN YOU SEE ME CLEARLY ? ARE WE THE SAME OLD FELLOWS ?


Le gamin en face de toi prend cet air pétri d’angoisse et de gêne, un mélange de sentiments ne faisant pas bon ménage ensemble. Tu le regardes sous tes verres teints, un visage impassible.

-Pfff…


Tu soupires bruyamment, comme si tu étais exaspéré par le rouquin et son attitude. Sa positon de faible.

-Pfff…mmm…


La toxine sort de tes poumons en même temps, un long jet couleur argent venant vous nimber d’un voile vaporeux, parfait pour vous dissimuler au yeux des autres.

-Pffmouhahahahahahahaaaaa !!!


Ton rire résonne dans la grande galerie, tonitruant, vivant, grave. Tu as mal à l’estomac à force de rire si fort et te cramponnes comme un forcené à la barre derrière ton dos.

-Hahahahaa…


Tu as du mal à reprendre ton souffle et il te faut trois essais avant d’y parvenir. Des larmes perlent à tes yeux. Tu enlèves tes lunettes, révélant un court instant l’éclat marron de tes iris, avant de les rechausser comme si rien ne s’était passé. Mis à part le rouge de tes joues, tu es le même que cinq minutes plus tôt, avant ta crise de rire.

-Désolé, désolé… Mais t’aurais vu ta tronche, c’était hilarant.


Tu pouffes encore une fois avant de te racler la gorge. Franchement, un Kailash gêné ne collait pas du tout à l’étudiant froid et un peu trop sûr de lui que tu avais zyeuté dans les couloirs de l’université, en Norvège. Le contraste entre les deux te fait te demander s’il s’agit bien du même type ou si tu fais erreur sur la personne, malgré le fait que Kailash se soit souvenu de votre passé commun.

-Fais gaffe de revenir vite fait bien fait sur Terre et de pas te retrouver nez à nez avec les requins, mm ? Enfin, sur Terre… Devrais-je dire reviens parmi nous.


Ton ton est plus apaisé, toute la colère accumulée pendant la journée chassée par cet éclat de rire involontaire. Tu remercies mentalement le gamin en face de toi, curieux personnage haut en couleur.

-Faut pas prendre cet air paumé. Même si tu n’es qu’un gamin, on fait sensiblement parti de la même génération, pas vrai ? Et j’aime pas être traité de papy.


De ta cigarette ne reste qu’un mégot que tu éteints du bout des doigts, mouillés au préalable. Tu glisses le bout dans la poche de ta chemise. Propre ? Non. Civil ? Oui. Tu détestes les gens laissant leur déchet derrière eux et ne manques jamais de les remettre à leur place lorsque un cas comme ça surgissait devant tes yeux. C’est-à-dire dans la poubelle Après, à ces crétins de se sortir le cul de là.

Le regard du rouquin possède encore cet éclat de pur contentement. Tel que tu le connais, lui et sa soif de connaissance, lui doit savoir exactement quelles espèces contient l’aquarium et tous les détails sur la flore présente également. Une véritable encyclopédie vivante. Tu aimerais savoir s’il est aussi imbattable avec les ragots. Mais chaque chose en son temps.

-Tu sais comment je m’appelle et moi aussi. On se connaît plus tous les deux que la plupart des joueurs lambda, tu sais ? C’est plutôt cool, non ?



Tu lui souris franchement, intérieurement tenté de le tester. Pourrait-il te servir ? Et à quoi ? Déjà tu sens que son pouvoir pourrait faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre, ce qui t’inquiète quelque peu.

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

_______________
Je sais qui tu es. 6256071157611


Dernière édition par Ace le Mer 7 Mai - 22:46, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

avatar


Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMer 7 Mai - 11:55

Rencontre au sommet.


Lorsque deux êtres exceptionnels se rencontrent il y a deux possibilités : le combat ou l'alliance. L'alliance est bien plus dangereuse ...




Il est sérieux ? Il se fout de moi ? Je ne supporte pas qu'on se rit de moi. Je ne l'ai jamais supporté et, en temps normal, il s'en serait pris une. Il s'en serait même tellement pris que lorsque j'aurais arrêté, il serait parti directement pour l'hôpital. Il a certainement dû entendre parler de la dernière fois où c'est arrivé, à la fac, lorsqu'un élève à eu l'audace de parler trop vite et surtout, de s'attaquer au sujet le plus sensible : ma famille ... On l'a retrouvé le soir même, derrière le bâtiment principal et en sang. Officiellement, on a pas réussi à remonter jusqu'à moi mais tous les étudiants avaient compris qu'il ne fallait pas évoquer ma famille. Encore moins ma mère. Enfin bref. Tout ça pour dire que, cette fois là, j'allais passer l'éponge.

« Me retrouver face aux requins ? Qui te dit que je ne les menace pas déjà ? Je pense que, vu mon pouvoir, tu as déjà dû en entendre parler ... Je peux être plus dangereux que beaucoup de monde. Je n'oublie rien. »

Je souris. Ce petit sourire narquois. Ce petit air sûr de moi que j'affichais en sortant des partiels. J'avais le pressentiment qu'avec ce pouvoir, j'irais loin en ce monde. Très loin. Il marquait néanmoins un point : le simple fait de connaître nos vrais noms nous rendait plus proche que la plupart des joueurs. Alors que je le fixe, je le vois me sourire. Qu'a-t-il derrière la tête ? Ce mec est censé toujours avoir un truc derrière la tête. Je crains le pire. Soit il va me tester mentalement, soit physiquement. Je vois pas trois millions de possibilités. Non. Après y avoir bien pensé, il n'y a que ça. En plus, ce gars pu le pouvoir à plusieurs kilomètres à la ronde. Il est promis à de grande chose et je pense pas qu'il s'entoure de n'importe qui. Il lui faut des gens utiles. Des gens utiles ... Cette simple pensé me fait rire. Un petit rire bref. Vous savez, ce rire qui peut énerver ceux ne comprenant pas la nuance. Ceux qui ne savent pas que tout n'est pas tourné contre eux. J'espérais qu'il ne soit pas de ces gens là, car cela ne l'aurait pas fait entre nous.

« T'étaler en mondanité ne te ressemble pas d'après les retours que j'ai eu. Dis moi plutôt ce que tu veux savoir sur moi ou sur ce que je sais. Ce sera plus simple. Je n'aime pas trop les gens qui tente de m'analyser sans le faire voir clairement. Et depuis mon arrivé, j'ai concentré mon apprentissage sur les roches mais surtout sur le comportement humain. »

Et bim. Ca c'est une réplique digne de moi. Des phrases épurées, simples à comprendre et efficaces. Non pas qu'il soit stupide. Loin de là. J'ai déjà dit que c'est un génie. Mais j'ai l'habitude de ceux qui fréquente les hautes écoles grâce papa et maman et qui non donc pas le niveau. Ce genre de personne m'insupporte. Les gosses de riches qui se pavanent dans le luxe et qui sous estime ceux venant d'un milieu plutôt moyen. Ne leurs parlez pas de pauvreté. Ils en ont plus peur que de la peste. Ils pensent que la pauvreté est contagieuse, que s'ils s'en approche trop, leur argent disparaîtra. Enfin leur argent ... Celui de leurs parents. Bref. Je fixe donc le spécimen devant moi. D'un rapide regard de haut en bas, je tente d'en apprendre un maximum sur lui. Bon ben je sais qu'il est, ou a été barman. Sauf que je le savais déjà, ça. Tant pis.

Je replonge mon regard dans le bassin et j'attends. J'attends une réponse ou un coup de poing selon sa réaction. Espérons qu'il ne soit pas vexé par ma façon de parler. Les gens ont tendance à croire que je me fiche d'eux même quand je suis sérieux. Enfin bref ... On verra bien ce qu'il me répondra.

« Au passage, ne vois aucune forme d'intéressement. Si tu n'as rien à me demander ... Bah tu n'as rien à me demander. »

Ah oui ... Ma signature. Commencer une phrase et ne pas savoir la finir. C'est génial. QUOI ? On ne peut pas être un génie et avoir des coups d'mous ? Allez vous faire foutre si c'est ce que vous pensez.

Revenir en haut Aller en bas
Ace


Dreamland

Dreamland

Ace

Messages : 37
Date d'inscription : 03/05/2014
Localisation : auprès de Euphory ou en train de rôder derrière toi

Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMer 7 Mai - 12:15



AND NOW CAN YOU SEE ME CLEARLY ? ARE WE THE SAME OLD FELLOWS ?

Le gamin n’a pas l’air d’apprécier ton rire, même s’il n’était pas visé contre lui. Sa spontanéité est si rafraichissante que tu en redemandes volontiers à coup de sourires microscopiques. Tu vois bien qu’il a fait un effort pour se contrôler, ce qui prouve qu’il lui reste un brin d’éducation. Il ne s’est pas, comme tant d’autres, totalement lâché dès que papa maman n’étaient plus là pour le surveiller. Ceci dit, il te semblait très peu probable que le roux change autant que toi, ou que les autres, au vu de son passé. Sa mère n’étant plus là, il avait appris à se gérer tout seul depuis belle lurette. Ce que tu apprécies et admires.

Tes mains se retrouvent sans occupations. Tes ongles s’entrechoquent doucement, signe de ton manque d’activité. Tu préfères le ranger sagement dans les poches de ton pantalon avant que tu ne commences à te ronger les ongles, ce qui finira à coup sûr en plusieurs plaies suintantes de sang. Tu n’es pas sûr que Kailash apprécierait le spectacle. A part s’il était légèrement psychopathe. Et encore.

Son petit air supérieur ne le quittait décidément pas. C’était bien lui tout cracher, ça, penser tout savoir et tout connaître au premier coup d’œil. Pas étonnant que sa côte de popularité à l’université fasse partie des plus basses. C’est un antisocial pire que toi, avec en plus un excellent crochet du droit. A surveiller, donc.

Tu te fais la remarque que vous vous ressemblez bien trop, tous les deux. Vous êtes de véritables volcans endormis, instables, n’attendant qu’un coup de chaud pour vous réveiller et cracher lave plus pierres. Des hommes au tempérament de feu et n’ayant pas froid aux yeux. Des loups solitaires, même si toi tu caches les apparences par une fausse première bonne impression et ton charisme. Un charisme fait de charme et de poses avantageuses. Alors que lui, son charisme est fait de ce regard froid, de cette naïveté touchante et de cette dégaine de tueur. Un magnétisme nommé « peur ». Une peur primitive qui ne fait que t’exciter davantage. Vraiment, Kailash était un sacré morceau.

Ton regard se perd dans le sien avant de se détourner et de se perdre dans les méandres aquatiques et la danse lente des poissons. Ca te calme, ça t’apaise, ça t’aide à mieux réfléchir. Avec lui, tu sens qu’il est préférable de ne pas perdre de temps. De toute façon, les présentations sont faites depuis longtemps. Ne reste qu’à aller à l’essentiel.

-Qu’est-ce que tu fous dans ce jeu ? Pourquoi tu as dit oui ?


Le connaissant, c’était peu probable qu’il ne sache rien des dangers de ce jeu et celui, persistant, de se retrouver prisonnier. Il avait dû étudier les composants du casque avant de le poser sur sa tête, il avait dû mesurer la dangerosité de ce truc. Il devait savoir. Contrairement à toi qui avait foncé tête baissée.

Mais tu ne regrettais pas ton choix, bien au contraire.

CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

_______________
Je sais qui tu es. 6256071157611
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

avatar


Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMer 7 Mai - 13:38

Rencontre au sommet.


Lorsque deux êtres exceptionnels se rencontrent il y a deux possibilités : le combat ou l'alliance. L'alliance est bien plus dangereuse ...




« Ta question est intéressante ... Laisse moi formuler une réponse valable. »

Bon ... Déjà, il répond à ma question par une autre ... Sympathique le garçon. Soit il évite le sujet, soit je me suis complètement gouré. Et cela m'étonnerait. Je n'aurais pas dû le dire ainsi. La faute était stupide et je m'en veux encore pour cela. Bref. Pourquoi ais-je dis oui ... Je n'en suis pas vraiment sûr. J'étais conscient du risque. Basiquement, les termes employés dans le sms reçu étaient trop précis et sans aucune tournure : ceux l'envoyant disaient la vérité et je le savais. Je savais qu'il serait impossible de revenir. Pourtant je suis venu. Pourquoi ? La réponse est pourtant évidente. Mais d'un autre coté, j'ai peur de me l'avouer je crois. Que fait on lorsque l'on a tout perdu ? On fuit. Que fait on lorsque la fuite face à l'ennemi est impossible ? On combat. Que fait on lorsque le combat nous lasse, sachant que l'on ne peut gagner ? On meurt. Mais il y a plusieurs façon de mourir. On peut mourir en quittant physiquement et spirituellement ce monde ou bien on peut mourir en disparaissant simplement.

« J'ai voulu mourir. Je ne supportais plus le vrai monde. Je ne supportais plus de devoir vivre avec la futur haute sphère mondiale qui n'en avait rien à foutre du coté humain et qui voulait juste de l'argent. L'argent fait beaucoup de choses mais il en détruit aussi. Je suis juste parti vers un ailleurs où je pourrais construire quelque chose de réel et où je n'aurais pas à discuter avec des crétins finis se prenant pour des rois. »

Voilà. C'était sorti. Ca avait été compliqué à mettre en place mais c'était pour ça que j'avais rejoins Euphemia. Pour construire. Pour créer un monde nouveau et, même s'il n'est que virtuel, un monde qui servirait d'exemple au vrai monde et à tous ceux y vivant. Bien sûr, j'ai dû faire des sacrifices terribles : ma soeur, mon père, ma vie ... Mais j'y ai aussi gagné. Ma mémoire, un don hors du commun et, ne le cachons pas, la jeunesse est un trait plutôt intéressant. Enfin bref. J'avais répondu à sa question de la manière la plus sincère possible et avec un air sérieux et implacable. Maintenant, je devais m'attendre à toutes les réactions. Qu'allait-il se dire ? Quelque chose comme « T'es un malade. », « Faut que tu t'arrètes. » ou encore « Ne m'approche plus. ». De toute façon, j'ai l'habitude de ses réactions. Je suis ce qu'on appelle parfois un illuminé ou un utopiste. Déjà gamin, je n'aimais pas trop que les forts se jouent des faibles. Les gens ont souvent cru que je n'étais qu'un gamin frêle. Je suis devenu fort pour me défendre. L'esprit n'a jamais suffit dans le monde réel. Ici, toute la différence finira par se faire avec l'esprit, la finesse et la flexibilité de chacun. Je compte bien faire parti des dirigeants de ce monde.

Je me rendis alors compte que je fixais par delà l'aquarium et que j'avais les poings serrés. Je les desserrais alors doucement et me frottais les mains l'une contre l'autre afin de pouvoir m'enlever l'impression que mes ongles étaient toujours plantés dans ma peau. Moi ? Sentimental ? Absolument pas. Où allez vous chercher de telles idées. Je ne suis pas sentimental au sens fleur bleu. Je le suis au sens où mes sentiments guident mes pas et mes convictions. Je ne pourrais jamais adhérer à une cause si elle ne me fait pas vibrer. Si elle ne me donne pas envie d'avancer et de continuer sans penser à ce que je ferais après. C'est pas pour rien que j'ai jamais été dans un seul comité des élèves de la fac. Ils sont composés de gars qui veulent juste redorer leur curriculum vitae pour entrer en entreprise rapidement.

« Et toi ? Pourquoi tu es venu ici ? Pourquoi as-tu pris ce fameux risque ? »

Il est vrai que c'était plus étrange pour lui. L'avenir lui souriait ! Plus tard, il aurait sûrement été élu président ou un connerie dans le genre. Alors pourquoi prendre un tel risque ? Certes, j'avais aussi un avenir clément dans le domaine de mon choix mais pas en politique. Je ne serais jamais assez bon menteur pour cela ... Bref. Attendons sa réponse, il n'y a rien d'autre à faire.

Revenir en haut Aller en bas
Ace


Dreamland

Dreamland

Ace

Messages : 37
Date d'inscription : 03/05/2014
Localisation : auprès de Euphory ou en train de rôder derrière toi

Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMer 7 Mai - 22:38



A KIND OF A CONFESSION BEFORE THE BATTLE WICH SEEMS TO BE PRETTY SOONER THAN EXPECTED

La fuite. La fuite à travers l’alcool, la drogue, le sexe, la douleur, l’extase, l’oublie. Une fuite dans le temps et dans l’espace, comme un trou noir qui ne laisse qu’une enveloppe vide derrière lui. Voilà ce qu’était le jeu pour Kailash. Tu le comprends, tu comprends l’envie d’échapper à son destin qui ne réservait rien d’autre qu’une succession de jours sans fin pour toi. Comme un long et terriblement ennuyeux séjour dans le monde des vivants avant le Game Over final. Presque si tu ne voulais pas le provoquer par tes propres moyens, cet exil volontaire vers d’autres horizons. Ou vers le Rien, aussi, le Néant. L’homme en face de toi a choisi une voie qui lui permettait de ne pas choisir, justement. Intelligent, le garçon, l’avais-tu déjà dit ? Oui, il te semble. Mais c’est en même temps une décision incroyablement puérile, d’une telle évidence et d’une telle facilité que tu te demandes où est passé le gamin qui faisait face à tout la tête haute et les prunelles gelées. Il te manque un peu. Un tout petit peu.

Tu ne peux empêcher tes sentiments d’aller dans son sens, pourtant. Tu el comprends, oh combien tu le comprends. Le quotidien n’était pas non plus très brillant de ton côté avec ta mère sur les bras et un Ennui permanent. Tout était beaucoup trop facile. Beaucoup trop évident. Beaucoup trop répétitif. Même pété en deux les réponses qu’on attendait de toi étaient si évidentes, comme le nez en plein milieu de la figure. Tes notes, ton parcours sans faute, ton avenir brillant… Tu aurais tout jeté aux orties pour une autre vie faite de suspens, de fun et de buts où tu aurais pu réellement mettre toutes tes forces dedans afin de les concrétiser. C’est ce que tu as fini par faire en acceptant de participer à ce projet de fou. En acceptant ton transfert ici et ta nouvelle existence. Tu n’aurais pas pu rêver de mieux.

Tu hésites à lui dire la raison de ce « oui » au sms reçu. Pas par peur de son regard, pas par timidité ou un autre foutu sentiment bon pour les fillettes. Tu n’as tout simplement pas envie de « te la péter » comme le disait si bien ton seul pote. Pas envie de lui dire « je me suis inscrit parce que j’ai reçu deux sms et que je me suis cru important parce que je suis le seul à avoir bénéficier de ce traitement. » Tellement pas toi ce genre de réponse. Tellement « fils de » cette putain de réponse. Alors tu cherches autre chose à lui dire, autre chose que cette phrase de toute façon trop longue et dénuée de ponctuation pour être belle.

-Parce que ça avait l’air fun.


Tu y mets tellement de conviction que tu t’en persuades toi-même. En y réfléchissant, c’est vrai que le jeu avait un côté ultra sympa. Après quelques recherches avant de poser le casque sur ton crâne, tu avais zyeuté et bavé devant les vidéos promotionnelles. Du haut voltige, même pour quelqu’un ne s’y connaissant pas trop en MMORPG. Deux heures plus tard, tu étais dans ce nouveau monde à humer le parfum factice de l’herbe tendre.

-Parce que je m’ennuyais, surtout.


Tu lâches cette confidence sur un ton détaché, comme les sales gosses qui, bras croisés derrière la tête, prennent tout et n’importe quoi avec la même désinvolture. Tu préfères garder tes distances avec Kailash, mais quelque chose te pousse à te confier un minimum à lui. A t’ouvrir un peu à cet être si semblable, à tâter le terrain d’une future alliance et d’une mutuelle confiance. Cependant, tu ne peux empêcher le soupçon de revenir au galop. Tu as connu beaucoup trop de désillusion en observant le genre humain que tu ne t’avances pas plus, détournant même ton regard du sien pour fixer intensément l’aquarium. Une envie de marcher un peu te chatouille.

-Ca te dirait de faire le tour ? C’est la première fois que je viens ici ; j’aimerais bien visiter.


Marcher t’aidera aussi à t’éclaircir les idées et vérifier si personne de ta connaissance, que ce soit des ennemis ou des alliés, ne se trouvent ici pour t’espionner ou t’apporter des nouvelles de Euphory.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

_______________
Je sais qui tu es. 6256071157611
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

avatar


Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeVen 9 Mai - 20:27

Rencontre au sommet.


Lorsque deux êtres exceptionnels se rencontrent il y a deux possibilités : le combat ou l'alliance. L'alliance est bien plus dangereuse ...




« Je vois ... Euh oui bien sûr ! Je n'ai pas visité non plus, allons y ! »

Pour le fun ? Il aurait accepté pour le fun ? Etrange. Cela ne lui ressemble pas. Absolument pas. Enfin après, je ne le connaissais pas. Du coup, peut-être avait il vraiment fait ça sur un coup de tête. Dieu seul le sait. Dieu et Ace. Sachant pas mal de choses sur les poissons, je me suis permis de le guider, agrémentant les différents arrêts d'informations sur les créatures vivant dans les aquariums. Ici, une baleine à bosse. Là, deux ou trois requins marteau. Rien de bien transcendant vous me direz. Mais la capacité de vérifier chaque connaissance apprise me donne une forme de fierté. Une fierté qui se voit sur mon visage d'ailleurs. Au bout d'un instant, je ne pu m'empêcher de m'arrêter devant l'un des bassin ... Des poulpes. De tous petits poulpes. Les plus rares du monde. Des poulpes sécrétant une forme de poison extrêmement violente et mortelle. En apparence faible, ce bassin pourrait tuer toutes les personnes dans l'aquarium. Et tous les animaux.

« Et donc là ... EH NAN MAIS EXCUSE TOI ! »

J'allais encore étaler ma science quand un homme me bouscula. Ou plutôt, quand un homme se saisit de mon épaule pour me tirer en arrière et prendre ma place devant Ace. Comme si de rien était. Pendant quelques secondes, je ne réalise pas ce qu'il se passe. Ou plutôt, je suis étonné. Pourquoi ? J'étais donc là, assis sur le sol pendant que lui discutait avec Ace. Pendant une seconde, je me suis dit que j'allais attendre mais en fait non. Ce gars là m'avait presque marché dessus. Ainsi, je me relève et j'attrape le gars par son avant bras puis je tire dessus, pour qu'il se retourne. Il est plus petit que moi, blond et ses yeux sont d'un brun assez étrange. Pendant quelques secondes, aucune parole ne s'échange entre nous. Je n'en ai pas besoin. La rage présente en moi s'exprime déjà à travers mes yeux.

Il fait un pas vers l'arrière. J'avance. J'avance encore. Mon visage est juste à coté du sien. Les gens autour pourraient croire qu'il est l'homme de ma vie au premier coup d'oeil. Mais à cette distance, mon poing droit mettrait dans les sept secondes pour atteindre son visage. Il me regarde. Il dit quelque chose d'incompréhensible. Un genre de désolé pas vraiment crédible. Mais c'était déjà ça. Je me retourne alors vers Ace. Mon regard n'est qu'incompréhension. Je ne voulais pas savoir ce qu'ils se sont dit. Je voulais juste savoir ce qu'il vient de se passer.

« Ace ... C'est qui se gars ? Et pourquoi il oublie la politesse avec moi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Ace


Dreamland

Dreamland

Ace

Messages : 37
Date d'inscription : 03/05/2014
Localisation : auprès de Euphory ou en train de rôder derrière toi

Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeDim 11 Mai - 15:29



WATCH OUT ! THIS IS WHAT AN ANGRY MAN LOOKS LIKE WHEN YOU FACE HIM WITH A LOOK HE DISLIKES

Tu ne t’attendais pas à ce qu’il s’interpose comme cela. La méthode – violente- est comme le personnage en lui-même. Petit, blond, les yeux d’un brun doré luisant étrangement. Si l’on s’approchait davantage, on pouvait distinguer les pupilles fendues d’un félin. Pas d’un chat, non, mais d’un félin autrement plus dangereux. Un lynx, un lynx des neiges. Ces animaux d’une vision à toute épreuve, par tous temps et d’une vitesse stupéfiante. Leur agilité comme leur endurance n’étaient plus à prouver. C’était, de ces faits, un excellent traqueur et un espion de premier ordre. Travaillant exclusivement pour toi et, par extension, pour Euphory, il fait parti des rares gens à qui tu accordes toute ta confiance. Raison pour laquelle tu ne bronches pas lorsqu’il pousse sans ménagement Kailsash afin de prendre sa place.

- Au rapport.


Sec, sa voix est un soupir que seul toi peux entendre. Un signe de tête affirmatif t’informe que la cible a été correctement éliminée avant qu’il subisse exactement le même traitement qu’infligé précédemment par ses soins. Ou l’arroseur arrosé. Comme cinq minutes auparavant, tu n’interviens pas. Tu sens l’aura de Kailash chargé de cette rage de vaincre, de foutre son poing dans la gueule de l’adversaire droit devant lui, sans réflexion plus poussée. Tu aimes cette tension se dégageant de son regard, cette pulsion de mort battant dans sa tempe droite, cette adrénaline courant dans ses veines. Il te donne envie de te mesurer à lui, comme ça, juste pour savoir qui serait le plus fort de vous deux. Hommes de Cro-Magnon, en quelque sorte, c’est ce que tu deviens pour une courte durée avant que le poing crispé de Kailash cible directement le visage de son opposant. Tu sens un incident diplomatique. Si Kailash tentait de s’en prendre à Rush, connaissant Rush il n’allait pas en rester là et voudrait une revanche. Tu esquisses le geste de t’interposer entre eux deux lorsque la voix de Kailash retentie à ton oreille. Et un plan se forme dans ton esprit. Oseras-tu lancer ce défi à Kailash ? D’un coup d’œil tu devines qu’il ne refusera pas, mais pas du tout ta future proposition. Enfin, proposition. On pourrait presque parler de mission.

- C’est un connard qui vient de me voler un truc.


Tu te mets en position d’attaque, poing levé, yeux fixés sur Rush. Il n’a pas bougé d’un iota, ses pupilles étrangement fixes. IL a compris sans que tu ais eu besoin de dire un mot, comme d’habitude. Tu l’admireras toujours pour cela, sa capacité à s’adapter à toutes les situations possibles et imaginables. Mais surtout sa confiance absolue en toi. Il sait, et cela lui suffit, que tu ne le tueras pas. Un bras perdu, un œil crevé… Peu lui importait.

« Et je vais lui apprendre les rudiments des bonnes manières. »

Ton sourire peu engageant annonce une mort lente et douloureuse à Rush. Cependant, froid comme la glace, il ne bronche pas. Ta main droite vient fouiller la poche de ton pantalon, y piochant une paire de gants noirs. Tes lunettes sont rangées à la place de tes gants. Une inspiration et… Tu te lances sans restreindre tes forces, Kailash devenant un point insignifiant jusqu’à ce qu’il réagisse. Son envie de buter Rush t’as contaminé, bien qu’une certaine limite se dresse mentalement dans ta tête.

Que la fête commence.
CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

_______________
Je sais qui tu es. 6256071157611
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

avatar


Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitimeMar 20 Mai - 19:22

Rencontre au sommet.


Lorsque deux êtres exceptionnels se rencontrent il y a deux possibilités : le combat ou l'alliance. L'alliance est bien plus dangereuse ...




« Tu es bien sûr de toi ? »

Un sourire ce dessina sur mon visage. Mon intuition me disait que non, ce gars ne lui avait pas volé quelque chose. C'était autre chose. Mais quoi ... Aucune idée. La tension montait peu à peu. L'homme devant moi avait des yeux étranges. Un regard de félin. Quelque chose d'animal sommeillait en lui. C'était sûrement dû à son pouvoir. Pendant quelques secondes, je regardais autour de nous. Des gens nous observaient. J'en avais déjà vu certains. Mais pas tous. Mais bon. Il ne servirait à rien de se battre en intérieur. Ce serait même une plutôt mauvaise idée. Car si j'avais l'initiative, je n'avais aucune chance contre un possible polymorphe. Et je préférais ne pas prendre le risque. Je regardais Ace. Le froid s'était réinstallé en mes yeux. Il avait l'air de vouloir m'aider. D'un autre coté, comment en être sûr ? Cela ne faisait que quelques minutes que je le connaissais plus ou moins. Qui pouvait m'assurer de la véracité de ses dires ?

J'étais lassé. Lassé et fatigué. La journée avait été longue. Terriblement longue. Et j'allais être en retard sur un certain dosage. Un dosage pas forcément très légal en fait. Enfin bref. Je ne vais pas m'étaler sur mes petites activités plutôt sombres. Cela serait stupide. Vous seriez du coup tout aussi coupables que moi. Et dans l'illégalité, j'en connais un rayon. Cela fait un moment que je suis là dedans et ce n'est pas spécialement bien. Moins on en parle mieux c'est. Je contournais donc l'homme, le toisant du regard. S'il bougeait, mon pied finirait dans ses testicules et ceux sans que je n'ai le moindre remord. Je m'approchais donc d'Ace. Tout en me tenant devant lui, je cherchais dans mon profil le moyen de l'ajouter à ma liste d'amis. Je lui envoyais donc un invitation en souriant. Je tendis alors la main.

« Désolé d'écourter notre entrevue mais ... Se battre ici ne serait pas une bonne idée. Trop de gens nous regardent. En rêgle générale, je fais ça dans un lieu un peu plus discret. Un lieu où ma victime risque plus que quelques ecchymoses. Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée. Ace, envoie moi un message quand tu veux pour qu'on se revoit. »

Sur ces paroles, je fis demi-tour. L'homme s'était tourné pour me regarder. Au moment où j'étais à coté de lui, je mis un coup de poing armé dans son abdomen. Il se pencha en avant, le souffle coupé. Je fis un signe de la main à Ace en guise d'au-revoir. Ils le savaient maintenant : quiconque s'approche trop près de moi sans être prêt en paye les conséquences. Je sortis de l'aquarium puis de la serre. J'avais rendez vous à Crimson District. C'est parti ...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé







Je sais qui tu es. Empty
MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Je sais qui tu es. I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Je sais qui tu es.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Hope Corporation :: La serre :: L'aquarium-