AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 All I need is Kawaiii
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité




MessageSujet: All I need is Kawaiii   Dim 13 Avr - 19:46



« D
ieu a créé les ingénus pour être sûr de ne jamais s’ennuyer. »


    Musique, Maestro ~♫


Au début, il faisait jour.
L’imposante Mairie s’était dressée devant-elle, tandis que la jeune fille, totalement  paumée à peine eut-elle frôlé le sol d’Euphemia d’un demi orteil, s’enquérait à chercher le chemin menant à Hope Corporation. Vagabondant de panneau en panneau, d’inconnu en inconnu, elle avait finalement appris que chaque île était reliée à la Mairie par un tunnel. Ainsi, elle s’était introduite dans l’un des boyaux. Totalement au hasard. Pensant naïvement aboutir au havre de la haute technologie, en étant éblouie par une intense lumière artificielle une fois extirper des entrailles du monde virtuel. Elle s’attendait à être surprise par des voitures volantes, des robots parfaitement autonomes et indissociables de la foule fluctuant dans la rue, chaperonnée par ce stress commun à tous les citadins et que la gamine ne comprenait pas, qu’elle ne comprendrait jamais. Car peu importe le monde dans lequel elle se trouvait, qu’il soit réel ou virtuel. Dans sa tête, elle slalomait parmi des nuages en guimauves, accompagnée d’une nuée de chatons aussi doux que du coton… Et encore, ce n’est qu’un simple aperçu, un échantillon prélevé à la loupe. Sa naïveté était une barbapapa frémissante et dégoulinante, se collant à quiconque tentait d’en prélever un savoureux lambeau. A partir de là, on observait communément deux types de réactions bien distinctes : ceux qui s’empiffraient jusqu’à plus faim et ceux qui, écœurés, se lavaient la main avant de s’éloigner prestement. Généralement, le ce premier groupe était constitué de femme et d’enfant, tandis que les sociopathes et psychopathes en tout genre s’aggloméraient sous l’étendard du dégout.
Mais s’en rendait-elle seulement compte ?


Pour l’heure, Aï Tehk promenait son regard sur le monochrome de gris qui l’entourait de ses bras faméliques, lui susurrant à l’oreille quelque choses qu’elle seule pouvait entendre. Ou imaginer… Par moment, elle ne distinguait plus très bien le réel de son imaginaire. Quoi qu’il en soit, une chose au moins était sûre : jamais elle n’aurait visualisé Hope Corporation de cette façon ! Cette atmosphère qui lui enserrait la gorge lui rappelait plus un quelconque film d’épouvante que de science-fiction. Néanmoins, elle décida de ne pas se laisser abattre, tout en se rappelant à quel point il était déconseillé de juger un livre à sa couverture : un jour, elle avait capturée un magnifique papillon de nuit. Il l’avait piqué, sa main avait gonflé comme une petite balle toute replète… S’en suivit une phobie des papillons que personne n’avais jamais réussi à expliquer par la suite. Ainsi, l’inverse s’avérait tout aussi possible : il fallait bien passer par un sombre tunnel pour atteindre le pays des merveilles de Lewis Caroll.
Elle desserra peu à peu ses poings, laissant ses bras pendre mollement le long de son corps… Ses lèvres s’ourlèrent ensuite en un sourire si joyeux que son visage auréolé de candeur repoussait les ténèbres latentes un peu plus loin dans leurs retranchements. Puis elle s’élanca. Sautillant d’un pied sur l’autre, gambadant gaiment tel un hippocampe magique ! Aï ne releva même pas la présence que de ceux qui, nantis dans l’ombre maternelle, la dévisageaient haineusement. La gamine apportait bien plus de gaieté qu’ils ne pouvaient supporter ! Heureusement, elle se retrouva vite fait bien faite en dehors de la ville.


Elle se retrouva donc rapidement devant l’immense lac, cerclé d’une large corolle de brume qui enveloppa l’inventrice avec la fugacité d’un battement de cil… Docile, elle laissa le corps éthéré l’envelopper et l’accompagner dans sa découverte qui prenait décidément une drôle de tournure. Et comme le froid serpentant dans le brouillard commença à venir lui mordre la peau, elle rabattit la capuche de son sweet sur ses cheveux d’obsidiennes, les bridant comme de fougueux chevaux renâclant au creux du vent.
Elle avançait bien plus précautionneusement cette fois. Fronçant les sourcils sous le poids de l’inquiétude qui s’éveillait peu à peu dans ses entrailles.


Etait-ce vraiment cela, Hope Corporation ?
Revenir en haut Aller en bas
 
All I need is Kawaiii
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Crimson District :: Dark lake-