AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 
 Composition florale. [Deux murets]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Composition florale. [Deux murets]   Sam 8 Mar - 21:44

Douce journée à Holy Sword. Douce journée où Done s’enterrait dans ses tâches quotidiennes. On aurait presque pu penser qu’il avait fait ça toute sa vie. La vie de fermier solitaire. La fenêtre s’ouvrant vers de grandes étendues agricoles et bucoliques. Les vaches t’accueillant le matin avec des meuglements sincères.
Pourtant, dans le Dakota du Nord, ses parents et lui vivaient dans une petite ville normale. Il fallait faire un peu de route avant de trouver des champs dans lesquels paitraient des bisons ; et non des demoiselles blanches et noires. Encore moins pourvues de chapeaux.
Dans l’Iowa aussi, quand il allait rendre visite à sa famille de la branche maternelle, tout ce qui l’entourait était urbain. Ne parlons même pas de la Californie d’où venait son père … Surtout dans cette société où la technologie est en plein essor.
Ce changement d’air lui était agréable. Donnel se nota mentalement d’inviter sa mère à passer des vacances à la campagne, un jour … Elle allait sans aucun doute apprécier tout autant l’idée que l’initiative de son fils. Enfin. Encore faudrait-il trouver une zone où les fantômes ne rodent pas. Ou très peu, au moins. Ce qui relèverait du miracle. Bon sang. Voilà comment jeter à l’eau tous les plans pleins de bonne volonté du jeune homme. Heureusement pour lui, la visite de l’un de ses voisins l’obligea à conserver le sourire. Pas besoin de les embêter avec ses problèmes … surtout qu’ils n’étaient pas de ce monde pour le moment.
Done avait réussi à préserver une bonne entente auprès des autres agriculteurs et fermiers des environs. Du coup, des fois, ils se partageaient généreusement leurs marchandises. C’était très sympathique. Ce jour-là, justement, ce voisin qui l’avait sorti de ses réflexions morbides lui avait apporté trois pleins cartons de légumes frais. Il exagérait. Vraiment. C’était beaucoup trop pour un seul homme … Mais refuser un tel acte de gentillesse était impossible pour l’américain, surtout qu’il insistait … Alors soit. Ce serait donc crudité, crudité et crudité toute la semaine. Et puis … rien ne l’empêchait de partager à son tour.

Surpris de ne plus avoir de travail pour le moment, le jeune homme se décida à aller rendre visite à son grand ami (au propre comme au figuré) Demure. En offrande pour cette visite impromptue, Donnel avait préparé un énorme panier garni de quelques légumes qu’il avait fraîchement reçu. Il passa peut-être une heure à le préparer, d’ailleurs, afin de ranger harmonieusement les aliments frais. C’était important pour lui de ne pas juste les mettre pêle-mêle. Beaucoup plus cool comme ça !
Lorsque sa structure donna plus l’impression d’être un gros bouquet de fleurs colorées qu’un bac à légumes du réfrigérateur, le fils Crossmann y rajouta deux bouteilles de bières blondes fraîches. Elles rajoutaient en classe et en couleur à ce super panier. C’était magnifique.

Il ne craignait pas pour Poppy, Daisy et Lily. Elles étaient grandes et ce n’était pas la première fois qu’il se permettait de les laisser seules … Il ne pourrait jamais sortir sinon. Bref, c’est ainsi, ce gros panier dans les bras, que Done alla à Dream Land. Celui-ci faisait bien tâche, rempli de ces bons légumes frais, alors que les habitants et autres passants avaient plutôt les bras chargés de sucreries.

Connaissant sa route, il ne fallut pas longtemps au jeune homme pour arriver chez Demure.
Avec un grand sourire sur les lèvres, il frappa.

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mer 26 Mar - 16:04

C'était... Calme.
Yeux plissés, Demure avait passé un moment à fixer l'extérieur à travers l'espace entre ses rideaux comme le plus parfait des détraqués. Comme il n'en était pas un, de son avis, son attitude était cela dit toute excusée : et puis ce n'était pas comme si qui que ce soit risquait de le voir, de toute façon. C'était bien ça le problème. Extrêmement calme. Trop calme, quasiment. Ce n'était pas extraordinaire, mais vu le monde qu'il y avait et surtout le monde en question (bizarrement, Dream Land attirait beaucoup de jeunes et d'excités du sucre en tous genres) les rues avaient tendance à être plutôt animées ; il lui était même arrivé de devoir prendre sur ses réserves de patience pour ignorer les hurlements surexcités de certains voisins. Pour quelqu'un ayant vécu toute sa vie en rase campagne, sans frères ni sœurs pour animer le quotidien – quoi qu'Heiki était plutôt bruyant – la notion de décibels était quelque chose de très, très vague. Certains considéraient chuchoter quand lui avait presque envie de leur demander de baisser le ton. Forcément, dans ces conditions, le silence semblait un peu surnaturel.
Mais bon. Abandonnant définitivement son espionnage douteux du quartier, le jeune homme repassa en quelques enjambées silencieuses jusqu'à sa cuisine. L'ampoule neuve posée sur la commode lui soufflait qu'une pièce devait être plongée dans le noir en ce moment : puisqu'il ne s'en rappelait pas, ça ne pouvait pas être très important. Et puis quand bien même. Le noir, ça reposait les yeux. Quelque chose comme ça. Bien décidé à attendre qu'on le prenne en pitié plutôt que de risquer l’électrocution, il repoussa ce léger problème aussi loin que possible dans sa mémoire. C'était peut-être pour ça qu'il ne se souvenait pas d'où elle venait, en fait.
Comme c'était pratique.
Bras ballants, l'estonien se sentit derechef aussi perdu qu'un enfant au milieu de sa nouvelle classe lorsqu'il eut fini de ranger la vaisselle. Les activités que l'on pouvait exercer ici, que ce soit à Dream Land ou ailleurs, étaient assez différentes de ce à quoi il s'était habitué en dehors d'Euphemia : d'ordinaire il aurait empaillé ou aider à empailler, lu quelques livres, fait un tour chez ses amis, peut-être... Ici, pas moyen. Enfin, il pouvait toujours aller voir ses amis – s'ils n'étaient pas occupés, ce qu'il craignait chaque fois qu'il prenait l'initiative de passer dire bonjour – et il pouvait coudre, seulement, ce n'était pas... Pareil. Si on veut.

Peu convaincu par ses propres excuses, Demure passa une main embêtée sur sa nuque et fit demi-tour jusqu'au salon. Il n'avait rien à réparer à proprement dit en ce moment, mais tant qu'à faire il pouvait aussi bien mettre de l'ordre dans ses fils et ses aiguilles : il en avait perdu quelques une dans le canapé et rien à faire, elles avaient refusé de revenir lui dire bonjour. A ce stade, il s'était presque résolu à ce qu'elles réapparaissent en se plantant dans les jambes de quelqu'un.  Les siennes, de préférence. Accueillir qui que ce soit avec une aiguille enfoncée dans la chaire n'aurait pas été très...

Surpris par les coup frappés à la porte, Demure voulut se redresser un peu trop rapidement, au grand dam du meuble devant lequel il était penché jusqu'alors. Visiblement, celui-ci tenait à garder son propriétaire un peu plus longtemps et le lui fit savoir avec la plus grande des douceurs en se mettant très aimablement sur le chemin de son crâne – qui, s'il ne craqua pas, invita tout de même un million de tambours pour une fête endiablée.
Mains appuyées contre sa tête, il fit tout pour ne pas savoir s'il lui manquait un os ou deux : à commencer par ravaler la douleur et se redresser. Ça avait beau ne pas être grave, ça faisait mal.
Lui qui se plaignait du calme, hein.
D'une main, plus gêné par la sensation désagréable que réellement sonné, le jeune homme ouvrit la porte. Prudemment, même s'il n'y avait pas de raison à ça. Rien ne le forçait à agir comme une brute non plus.

« Done ! » Aussitôt qu'il eut reconnu son ami, Demure retrouva le sourire ; se décalant en même temps que la porte, il avisa le panier. « Rentre, euhm... »

A moins qu'il n'ait muté entre temps, il n'avait toujours que deux bras. Avec une main sur la poignée et l'autre sur le crâne, il allait avoir du mal à lui serrer la main ou le délester ou – ou quoi que ce soit, en fait.
Embêté, il lui adressa un sourire désolé et lui fit signe de rentrer. Comme les « qu'est-ce que tu fais là ? » ou autres lui auraient donné l'impression de sous-entendre quelque chose d'affreux, il s'abstint et garda le silence.

Plop:
 

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Lun 31 Mar - 20:11

Le blond ne s’imaginait pas que c’était la fête à l’intérieur.
En fait, de là où il se trouvait, le jeune homme n’avait aucun indice sur la présence du propriétaire des lieux … Bien que minimes, les chances que Demure fut absent étaient non négligeables. On ne savait jamais ; l’estonien aurait très bien pu être sorti prendre l’air, avoir été appelé pour récupérer son chat dans un arbre ou encore enlevé par des OVNI … Erf. En y repensant, Donnel aurait peut-être dû prévenir de sa visite via son interface … Malheureusement le fils Crossmann n’avait tellement pas l’habitude de l’utiliser qu’il n’y pensait pas instinctivement … Pas assez naturel pour lui.
Oh, au pire, ce n’était pas si grave. Il ne serait pas venu pour rien : aurait fait sa promenade de la journée et se serait musclé les bras par la même occasion.
Heureusement, au son de la porte se déverrouillant, il n’eut pas à attendre bien longtemps pour cesser de s’inquiéter. Etre enlevé par des petits hommes gris n’était pas tant que ça plausible, de toute façon. Aucun champ n’avait été victime de Cercles de Culture à Euphemia … à sa connaissance.


« Done ! Rentre, euhm... »

Armé d’un grand sourire, l’invité surprise salua et remercia son hôte avant de passer l’entrée. Ses yeux verts avisèrent un moment son ami occupé des deux mains … l’une tenant la porte (normal) et l’autre son crâne. Arrivait-il à un mauvais moment ? Que Demure soit là était une chose, mais qu’il soit disponible en était une autre …

« Désolé de passer comme ça à l’improviste, hm … »

Après avoir fait quelques pas dans le couloir de l’entrée, Donnel se permit de déposer au sol son panier. Ainsi délesté de ce poids, il prit le temps de souffler avant de prestement défroisser sa chemise blanche et son jean. Ces petits arrangements terminés, il se retourna vers Demure en titillant sa barrette dans un tic nerveux, légèrement gêné :

« Ça va ? »

L’estonien était un très bon ami du garçon qui l’appréciait beaucoup. Loin de lui l’idée de s’imposer et violer son espace privé à grand coup de bottes. De toute façon, au départ, le fermier n’était venu que pour lui apporter quelques modestes offrandes. Tiens, il était bon de le dire ça, par exemple. Joignant ses doigts en désignant le panier garni du menton :

« J’ai reçu des légumes, du coup je me suis dit … »

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mar 22 Avr - 18:43

Doucement, comme toujours dans ses mouvements, Demure ferma la porte derrière son ami. Pas qu'il fasse horriblement froid dehors – ils étaient dans un jeu, après tout ; il voyait mal l'intérêt de les faire congeler juste pour le plaisir – mais l'habitude et la pudeur restaient de mise. Même pour aérer, non merci. Le jeune homme fit donc cliqueter la poignée, un sourire au visage tandis qu'il se retournait vers Done. Il n'était pas du tout embêté qu'il soit passé sans prévenir, bien au contraire, aussi tenait-il à ne pas avoir l'air bêtement gêné comme il en avait trop souvent l'habitude. Le but n'était pas de le mettre mal à l'aise ou de lui faire croire qu'il avait fait une bêtise. Ce n'était pas comme s'il avait grand chose à faire de toute façon ; pas chez lui, en tout cas. Il faudrait qu'il sorte à un moment ou un autre mais, vraiment, ça n'avait rien d'urgentissime. Il se voyait mal jeter le jeune homme dehors sous prétexte qu'il venait de se souvenir que, ou autre excuse tout aussi mauvaise que la précédente.

« Ça va ? »

Si la question ne le surprit pas plus que ça, elle le laissa songeur une brève seconde malgré tout. Comme s'il avait eu besoin de cet infime temps de réflexion pour décider si, oui ou non, il allait bien ; et peut-être que, au fond, c'était bel et bien le cas. Il n'était pas du genre à admettre qu'il allait mal, à moins que ce ne soit vraiment flagrant et plutôt grave – parce que quitte à se faire traiter de menteur et énerver l'autre, il préférait encore avouer que quelque chose clochait. Jugeant qu'en ce moment rien de terrible ne valait le mérite d'être cité, hormis peut-être sa future bosse (et encore, ça lui paraissait franchement bénin et inintéressant), il hocha la tête de haut en bas.

« Ah, oui, ça va. Je me suis juste un peu cogné... »

Son rire gêné fut rapidement étouffé derrière ses lèvres, closes sur un sourire timide. Histoire de montrer que tout allait parfaitement bien au pays des bonbons et des enfants heureux (ce à quoi ressemblait Dreamland 50% du temps) il laissa glisser sa main le long de son corps ; puis suivit des yeux, curieux, le mouvement de menton de Done.

« J’ai reçu des légumes, du coup je me suis dit … »

Oh ; à la mention de légumes, le regard de Demure s'illumina. Pour lui, qui ne mangeait presque que ça – à quelques exceptions près, sachant que la viande était bannie de sa demeure – c'était forcément une bonne nouvelle. Avoir vécu en rase campagne l'avait habitué aux légumes frais, dont il connaissait la provenance. Même dans un jeu, il préférait savoir que ça venait d'une ferme et pas d'un magasin. Même si, à priori, les questions de bio ou non n'avaient pas grande importance ici.
Ce n'étaient pas leurs vrais corps, ce n'étaient pas de vrais légumes. Il peinait à intégrer.

« C'est génial ! Merci, ajouta-t-il avec un grand sourire – celui qu'il réservait à ses amis et, apparemment, aux légumes. Ça tombe bien, je commençais à me dire que je devrais faire les courses... »

Et, comme souvent, il avait repoussé. Sortir était génial, oui ; sortir acheter, moins. Aussi bête que cela puisse paraître, il avait jusque là toujours été du genre à attendre que tout soit vide et cassé pour se décider à changer ou reprendre ce qui lui manquait.
Mauvais pli à ne surtout pas prendre. Un peu tard pour y penser.

« On peeeut les mettre, hm, dans la cuisine. Tu veux rester un peu ? Boire quelque chose, ou... Fais comme chez toi, hein – enfin, je veux dire, à moins que tu sois pressé ? »

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Ven 25 Avr - 13:00

Ouch. Voilà pourquoi être petit avait du bon. Quoique ça ne les empêchait pas non plus de se cogner, certes, mais sans doute moins que lorsqu’on dépassait le mètre quatre-vingt. M’enfin, s’il lui assurait que tout allait bien, il le croyait. Demure ne donnait pas l’impression d’être différent, d’avoir eu une commotion cérébrale ou de sortir d’une crise d’épilepsie. Son bras retournant le long de son corps et un sourire illuminant son visage rassurait encore plus le fils Crossmann ; le détendant et le faisant laisser ses doigts tranquilles.

« On peeeut les mettre, hm, dans la cuisine. Tu veux rester un peu ? Boire quelque chose, ou... Fais comme chez toi, hein – enfin, je veux dire, à moins que tu sois pressé ? »

S’il proposait, c’est que ça ne devait pas le déranger. Parfait ! Ils étaient amis, hein. Ce n’était pas la première fois qu’il passait, il n’avait pas à se gêner, c’est vrai. Allez, du courage Done. Demure était une personne vraiment sympathique et tout, l’un des mecs les plus sympathique qu’il ait rencontré sur Euphemia, même ! Peut-être carrément le plus de tous ? Enfin, il n’allait pas commencer à faire une échelle de ses amis … ça ne se faisait pas et puis … Bon, on aura compris qu’il aimait bien l’estonien, quoi.

« Non, du tout. Poppy, Daisy et Lily sont tranquilles et gardent la maison, haha … »

Et il les connaissait assez pour être certain qu’elles n’allaient pas inviter des amis et faire la fête en son absence. Donnel rit doucement de sa boutade. Elle était un peu bête mais n’est-ce pas l’essence même des blagues ?
Il se repencha pour récupérer son panier de victuailles végétales et, connaissant le chemin menant à la cuisine, s’y dirigea sans peine, traversant du coup la salle à manger. Chez son ami aussi, comme lui, l’habitacle était bien rangé … Alors lorsqu’une chose brillante n’était pas à sa place …
Donnel laissa cependant ce fait de côté, le temps de déposer ses offrandes sur la table de la cuisine, mais y retourna bien vite. Passant sa tête par l’ouverture reliant les deux pièces, il fixa l’objet posé sur la commode qui l’avait interpellé :


« Une ampoule. »

Ça voulait tout dire. L’américain retourna ses yeux verts du côté de Demure et lui demanda :

« Qu’est-ce qu’il faut changer ? »

C’était fou quand même ! Chez lui, le jeune homme n’avait pas l’impression d’avoir à tant que ça remplacer les luminaires défectueux. Peut-être qu’il y avait une malédiction sur son ami ? Le fait que, justement, quand il ne faut pas que ça se passe, ça se passe quand même ? Une affaire de karma ? Pourtant Demure … Bon … Non … Rien.
De toute façon, outre le fait que ça devait lui coûter sur ses économies (mais il semblait bien vivre, alors ça ne devait pas être un problème), le Dream Landien avait pas mal de gens pour l’aider à remplacer ses ampoules. Heureusement pour lui.
Bon, du coup, aujourd’hui, c’était Done qui était là ! Prêt à aider, au taquet. Ce n’était pas de la pitié, n’est-ce pas, de vouloir aider un ami ? Non ? C’était compliqué, les mots. Celui-là n’était pas très beau, avait des consonances plutôt négatives à ses oreilles …


Ding Dong.:
 

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mer 30 Avr - 19:42

L'idée que des vaches gardent la maison tira un sourire amusé à Demure, qui ne chercha pas à réprimer son amusement. Il n'était pas certain qu'elles soient d'une grande utilité, mais... L'image de Poppy, Daisy ou Lily chargeant un voleur avait quelque chose de très atypique. Et curieusement, presque crédible. Ces bêtes à chapeau avaient l'air parfois très intelligentes – pas au point où il décide d'avoir peur d'elles, mais quand même. Un chien n'aurait pas fait meilleure impression comme animal de compagnie, à côté de ces charmantes demoiselles. C'était peut-être lié au fait qu'ils étaient dans un jeu... Ou juste à une technique d’élevage de Done qui marchait du tonnerre. Il n'était pas très sûr de lui sur ce point.
Après tout, tant qu'on aime un animal, il reste sûrement fidèle et obéissant. Suivant son caractère. Pour avoir grandi en campagne, quoi que très proche des bestioles empaillées, le jeune homme avait tout de même une affinité certaine avec les bêtes vivantes. Tant mieux, hein.

Quoi qu'ici, c'était plutôt les bonbons qui lui tenaient compagnie.

Par habitude plus que pour vérifier que Done ne risquait pas de se perdre ou de tomber sur quelque chose de top secret – qui n'aurait de toute façon rien eu à faire là, s'il avait eu quoi que ce soit à cacher –, Demure passa dans la salle à manger à sa suite. Il resta là, jugeant que le suivre partout aurait donné une désagréable impression de surveillance ou de... De chien, en fait – et il n'avait rien d'un chien, même si parfois lui-même s'en donnait l'impression. Désagréable, là encore. Il joua machinalement avec le rebord d'une des chaises, la faisant tanguer doucement sur les pieds arrière.
Puis, sur un ton tout-à-fait quelconque, le mot interdit résonna dans ses oreilles.
Ampoule.
C'était magique de constater à quel point ses amis avaient vite compris qu'il avait un problème avec ça. Enfin, pour les remplacer, du moins. Il n'avait aucun mal à les contempler ou à les abîmer bêtement en appuyant à répétition sur les boutons quand il était fatigué, sans compter les fois où il oubliait d'éteindre dans une pièce et s'en rendait compte le lendemain matin, mais les changer... Ça, non. L’électricité l'horrifiait au point où il préférait éviter de trop toucher aux prises – une fois branché, ça le restait. Les balais plutôt que les aspirateurs et rien de débranché même en cas d'orage. S’électrocuter, non merci. Et il ne vous parlait même pas des vieux films avec des personnes exécutés sur la chaise.
Alors forcément, entre ça et rester dans le noir... Mais bon. Tant que Done était là. Autant en profiter, hein ?

« Hum... C'est... »

Gênant. Il passa sa main derrière sa nuque, embarrassé comme toujours de se trouver si bête. Parce que ça l'était, bête, de devoir demander de l'aide pour un truc aussi basique. Il se sentait toujours handicapé de ne pas réussir à s'y forcer à moins d'urgence extrême et de trois couches de tissu voire de bois sur les mains.

« Ça doit être dans le salon, je pense, répondit-il finalement. Enfin... Pas dans la chambre, en tout cas, hm... »

D'un bref clic, il alluma la lumière de la salle à manger. Clic de nouveau pour ne rien gâcher, et il acquiesça en silence.

« Salon. »

Doigts noués devant lui, embêté qu'il veuille ou pense à l'aider – comme à chaque fois, nouvelle édition – il se mordit consciencieusement la lèvre supérieure.

« Mais c'est pas gênant. Et. Il. Va me manquer des fils, c'est plus urgent, et... »

Tout pour ne pas qu'il risque de s’électrocuter. Le pauvre ne devait pas comprendre à quel point ces trucs étaient vicieux : ils claquaient exprès pour essayer de le faire claquer lui. Mais ça ne marcherait pas. Non non.
Un sourire désolé plus qu'ennuyé étira ses lèvres.

« ... Fais attention ? »

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mer 30 Avr - 23:13

Done continua de regarda l’estonien, attendant qu’il lui indique ce qu’il devait faire. Instinctivement, son estomac se noua devant la gêne apparente de Demure … Mais il n’y pouvait rien, malheureusement, c’était toujours comme ça. Et puis, comme s’il s’était s’agit d’un virus, lui aussi commençait à être pris par l’embarras. D’accord, ce n’était pas la première fois, mais quand même. Il n’avait aucune idée négative sur le maître de maison. Non, ce n’était pas de la pitié. Non, il n’était en rien exaspéré. Non, Demure n’était pas un boulet dans l’histoire. Une ampoule, ce n’était rien pour l’américain. Le fait de rendre service le rendait très heureux, surtout pour quelqu’un qui, d’après lui, méritait bien plus. Vraiment, Demure était une bonne personne.
Léger sourire sans faille scotché sur les lèvres et sourcils inquiets, Done encourageait mentalement son ami. Il était tout à fait capable de survivre. Il n’allait pas mourir. Pour lui.


« ... Fais attention ? »

L’américain s’approcha de son ami, se voulant rassurant, et posa sa main sur son épaule.

« Ça va aller … ça ne sera pas long. »

Le blond se retourna, attrapa l’ampoule orpheline et se dirigea sans plus attendre vers le salon. Ça allait aller, vraiment.

Il passa alors son doigt sur l’interrupteur afin de s’assurer qu’il n’allait pas changer le mauvais luminaire … Non, c’était bien là. Pour la suite des opérations, il rangea précieusement l’ampoule dans la poche de son jean. Ainsi, les mains libres, Done prit une chaise et la plaça là où il pourrait atteindre sa cible avec facilité. C’était ça de ne pas être bien grand, mais il ne s’en plaignait pas.
Il inspira un grand coup, jetant un bref regard à Demure, avant de prudemment monter sur le meuble. L’américain avait, de son point de vue, plus de risque de se rompre le cou en tombant que de s’électrocuter avec cette malheureuse ampoule … Mais ne parlons pas de malheur. Tranquillement, il dévissa le premier bulbe en verre et le glissa dans son autre poche en attendant. Aucune goutte de sueur ne perlait de son front, il agissait avec toute la sérénité que la tâche méritait … Et c’est ainsi que, de la même manière, l’ampoule remplaçante fut mise en place.


« Et voilà ! »

S’exclama Done devant le travail accompli. Il lança du coup un sourire à Demure tout en descendant prudemment de son perchoir. Il l’avait bien dit que tout irait bien.
A travers son attitude, le jeune homme voulait montrer implicitement à son ami qu’il n’y avait vraiment rien à craindre … Enfin, vu la profondeur d’ancrage de sa peur, l’en libérer sera une tâche très ardue … Peut-être même impossible, en fait. Mais il fallait rester optimiste. Au moins voir tous ces gens qui survivaient après l’avoir aidé devait au moins le soulager un minimum, n’est-ce pas ?

Donnel sortit l’ampoule morte et la tendit à son grand compagnon, certain qu’il en prendrait soin … Tout finissant pour le mieux, le garçon se rappela que dans son panier il n’y avait pas que des légumes, tiens.


« Ah, j’ai aussi apporté de … de la bière, haha … »

Il en rougirait presque, portant sa main à sa barrette. Des blondes, il en avait toujours dans son réfrigérateur. Question d’habitude. En fait, il ne préférait même pas en parler ou y penser. C’était comme ça … Il aimait s’en désaltérer … Et là, c’était bienvenu après tant d’émotions, non ?

« Oh, et donc tu as des courses à faire ? Je peux t’accompagner, si tu veux. »

Envisageant déjà ce que son ami aurait pu rétorquer, il enchaîna :

« Vraiment, je ne suis pas occupé. Je pourrai t’aider, comme ça à deux on portera plus de choses si besoin. »

Et il n’aurait plus à faire de courses avant un moment. Une pierre deux coups. Ou plutôt l’inverse ?

« Après, c'est comme tu veux, bien sûr. Tu décides, je suivrai. »

Fin alternative.:
 

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Lun 5 Mai - 18:14

Planté dans l'entrée du salon, bras croisés pour mieux éviter de se tordre les mains, Demure regarda son ami grimper sur une chaise non sans une certaine appréhension. Il avait beau savoir que tout le monde faisait ça sans jamais – ou du moins très rarement – se prendre ne serait-ce qu'une petite poignée de châtaigne, c'était plus fort que lui. Si le faire lui-même le mettait mal à l'aise au point de préférer laisser ça de côté et plisser les yeux dans la pénombre, ce n'était pas pour se sentir tranquille quand quelqu'un d'autre le faisait à sa place. L'impression d'envoyer son ami risquer sa vie en lieu de la sienne ne le quittait pas. Il savait que c'était stupide, vraiment. Ça lui sautait aux yeux comme ça sautait à ceux de toutes ses connaissances. Sauf que contrairement à eux, il ne pouvait pas hausser les épaules et en rire. Ça lui nouait l'estomac.
S'il n'applaudit pas, un grand sourire plus éloquent que n'importe quelle parole vint éclairer son visage lorsque Done fut descendu victorieux – et en vie – de la chaise. L'ampoule morte changea de mains ; rassuré à l'idée que celle-ci ne puisse plus jamais électrocuter qui que ce soit de toute façon, il la serra dans sa main droite et appuya rapidement sur le bouton pour vérifier que tout marchait. Clic clac. La nouvelle fonctionnait parfaitement. Donc... Ça irait à la poubelle, ça. Pas dans celle de la cuisine, bien sûr ; jeu ou pas, il avait pris l'habitude de trier et ne parvenait pas à la perdre. Pas que ce soit bien grave, heureusement. On n'allait pas se plaindre de ça.

« Ah, j’ai aussi apporté de … de la bière, haha … »

Nouveau sourire. Demure n'était pas du tout fan d'alcool de manière générale, persuadé à juste titre que ça n'amenait jamais rien de bon d'en boire plus qu'un verre à la fois, mais n'avait heureusement aucune antipathie envers la bière. Même lui aurait eu du mal à se saouler avec ça, franchement. Il acquiesça donc pour signifier que non, il ne comptait pas le laisser repartir avec sa bière (ça aurait été très triste, en plus) ; puis ouvrit de grands yeux, étonné par sa proposition. Il avait presque oublié que, dans sa panique momentanée, il avait mentionné son besoin d'aller acheter deux trois bricoles. Alors que Done se propose de l'aider... Pris de court par ses précisions, un peu rassuré néanmoins qu'il juge utile d'insister sur le fait qu'il n'était pas occupé – ça prouvait qu'il commençait à le connaître, haha... – Demure ne se mit pas à agiter les mains devant lui à grand renfort de « je ne veux pas t'ennuyer ». Il savait plus ou moins distinguer quelqu'un disant quelque chose parce qu'il se sentait forcé de quelqu'un proposant une aide sincère. De toute façon, Done avait ramené le sujet de lui-même. Ça voulait bien dire ce que ça voulait dire.
Il acquiesça donc de nouveau, l'air tranquille.

« Si ça... ne te dérange pas, je veux bien. Ce sera plus pratique ! »

Ce serait peut-être plus agréable aussi, d'une certaine façon, de sortir que de rester ici assis sur des chaises. Il n'avait rien contre ses chaises, attention. Elles étaient très belles et très confortables. Simplement au-delà de partager une bière, marcher faisait le plus grand bien. Il y croyait dur comme fer et n'en démordrait pas. De là à lui faire porter ses achats, bon... Ce n'était pas son activité favorite, non, mais partager les tâches avait quelque chose de convivial ; il n'avait pas à s'inquiéter pour Done, de toute façon. Il savait ce qu'il faisait et était bien assez grand pour décider si oui ou non il avait envie de faire quelque chose.
Comme Demure n'avait aucune phobie connue des magasins ou des vendeurs, il n'avait aucun scrupule non plus à y emmener son ami. Différent de ces saletés d'ampoules vicieuses.

« Tu veux qu'on, boive une bière avant et qu'on y aille ensuite ? Peut-être, tempéra-t-il immédiatement. Je vais ranger les légumes, déjà... »

Sûrement. Marcher était bien, se désaltérer aussi, mais faire les deux en même temps lui plaisait moyennement. C'était un coup à s'étouffer, ça.
Et si Done mourait d'avoir bu une bière, nulle doute qu'il n'en boirait plus jamais de sa vie.

A pas mesurés, Demure retourna dans la cuisine ; faillit ne pas repérer les pauvres bières et les sortit du panier juste avant de le ranger. Il ne craignait pas qu'on le renverse, mais... Sait-on jamais. Il n'était pas très sûr de qui pourrait décider de lui rendre visite d'une manière ou d'une autre. Et, surtout, il craignait de ne les renverser lui-même en faisant un faux mouvement. Ca aurait été bête.
Ampoule pour l'instant posée sur la table de la cuisine, Demure revint avec les deux bières. Tchin tchin.

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Sam 17 Mai - 13:26

C’était donc réglé. Demure et Done allaient sortir faire une petite balade dans le centre-ville de Dream Land. Le blond acquiesça à l’idée de se désaltérer avant de partir et laissa Demure retourner à la cuisine. Lui pendant ce temps, en attendant son retour, resta dans le séjour et fit quelque pas avant de se poster à une fenêtre. Une main sur le rebord et l’autre triturant sa barrette, l’américain félicitait le ciel d’être aussi clair. Une bonne journée.
En même temps, il avait déjà fait le chemin entre Holy Sword et Dream Land, donc il était bien au courant du temps qu’il faisait dehors, mais tout de même.  Chez lui, dans le Dakota, les sorties n’étaient encadrées que par le rythme scolaire et les envies soudaines de sa mère. Des envies de visites, des envies de promenade … auxquelles il répondait souvent positivement. Pour lui faire plaisir, pour ne pas se retrouver seul à la maison, pour le surligner en fluo sur son curriculum vitae mental que, oui, ça lui arrivait quand même de prendre l’air.
Laissant ses souvenirs dans un coin de son crâne, ses yeux verts s’attardèrent sur quelques passants, beaucoup plus nombreux que dans sa campagne d’heroic fantasy. Mais il n’avait aucunement à s’en plaindre. C’était beaucoup plus facile d’instaurer un contact lorsque le trafic était rare … Il ne se voyait pas sauter sur un flux trop important de gens qui, en plus, avaient sans doute mieux à faire que s’occuper d’un garçon louche disant bonjour à tout ce qui bougeait.

Les pas de Demure arrêtèrent Donnel dans son observation du pays des sucres. Il se retourna donc et s’approcha, le remerciant et tout sourire, afin de prendre cette bière qu’il lui tendait. Le jeune homme la souleva légèrement, en signe de toast, et alla s’installer dans l’un des fauteuils de la pièce. La bouteille fut portée à sa bouche afin de lui permettre d’apprécier une gorgée de la boisson ambrée. Ouais, ce goût il ne s’en lassait pas.


« Alors, quoi de nouveau pour toi sur Dream Land ? »

Commença l’américain. Les affaires ? Beaucoup de demandes de reprisage ? La routine ? Certes, là, comme ça, Demure donnait l’impression d’aller comme d’habitude … et puis ce n’était pas comme si cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas parler ; mais ne savait-on jamais. Un rien pouvait se passer en quelques secondes, minutes, heures ou après-midi. De toute façon, c’était la première question qui lui était venu en tête.

« Tout semble tellement calme … en apparence … »

Il était certain que derrière ce « calme », comme il disait, quelque chose devait se tramer. Qui pouvait savoir ce qu’il se passait dans la tête des Game Masters ? Depuis Noël et la disparation de l’un des leurs, ils ne s’étaient plus manifestés … Même si ça pouvait paraitre pessimiste, il valait tout de même mieux être sur ses gardes et s’attendre à tout. La petite vie tranquille pouvait à tout moment s’envoler d’un claquement de doigts capricieux de l’aîné de la fratrie Hedger.

Spoiler:
 

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mar 20 Mai - 18:51

Aussitôt la bière entre les mains de son ami, Demure joignit son toast au sien. Ses pas se firent lents et traînants quand il alla jusqu'au canapé du salon ; son attention s'était de nouveau, presque inconsciemment, focalisée sur la fenêtre. Même une fois assis, le regard poliment tourné vers Done, l'idée que c'était trop calme ne lui sortait pas de la tête. Cela dit, en bon habitué de la campagne perdue au milieu de nulle part, le garçon s'inquiétait plutôt de savoir pourquoi ça l'inquiétait – tout un problème, à ses yeux. Il n'était pas exactement sûr de ce qui s'était passé ces derniers temps, quoi qu'on le lui avait raconté à maintes reprises, et n'avait aucune envie de s'avancer sur quoi que ce soit. Le calme, au fond, c'était très bien. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Quelque chose de cet ordre.
Bière au bord des lèvres, il avala une gorgée en écoutant la question de son ami. Quoi de nouveau... Eh bien... Il aurait pu se contenter d'un « pas grand chose » pas vraiment utile ou d'un « rien » semi-mensonger, mais décida de s'accorder un instant de réflexion pour chercher ce qui avait pu lui arriver à lui ou à ses proches qu'il n'ait pas dit à Done depuis la dernière fois qu'il s'était vu. Il avait eu quelques clients, c'était vrai ; quelques problèmes, comme tout le monde. Rien qui ne soit vraiment dramatique, cela dit... Donc rien qui mérite spécialement d'être mentionné. Ou du moins rien qu'il veuille mentionner – il avait bien le droit de faire le tri entre ce qui était important et ce qui ne l'était pas, à priori. Si Done avait voulu connaître tous les détails insignifiants de ses journées, ils en auraient eu pour des heures avant de pouvoir aller où que ce soit.

« Oh, la routine... » Sourire aux lèvres, il haussa les épaules. « J'ai eu quelques clients, hm... Certains avaient l'air de s'être battus, mais. »

Il haussa les épaules, comme pour dire que ce n'était pas notable d'une quelconque façon. Des fauteurs de troubles, il y en avait partout : pour peu qu'ils ne mettent pas son affaire sans dessus-dessous, l'estonien ne comptait pas aller leur demander le pourquoi du comment ils avaient pu se faire de telles entailles dans leurs vêtements. Il était bien au courant que certains commençaient à sérieusement s'énerver de ne pas pouvoir sortir, et au fond rien ne les empêchait de se passer les nerfs les uns sur les autres. L'idée qu'il y ait des personnes vraiment violentes ici, malgré tout, avait quelque chose d'assez effrayant. Que se passerait-il si un malade décidait de tuer plusieurs personnes à la chaîne ? Et s'ils ne revenaient pas ? Que ferait-on, au juste ?
Jamais la sécurité n'avait parue être un concept si mince et fragile. Se retrouver à la merci de possibles bugs était inquiétant.

« Tout semble tellement calme … en apparence … »

Demure soupira un « hmm » pensif, sirotant une nouvelle gorgée de sa bière. En apparence. Ces deux mots n'étaient pas pour le rassurer, honnêtement ; il commençait à croire qu'une épée de Damoclès risquait de ne leur tomber dessus du jour au lendemain, sans prévenir. La sensation n'était pas des plus plaisantes. D'autant plus qu'il ne voyait absolument pas ce que les joueurs ou les GM pouvaient tramer dans l'ombre ; ça pouvait être strictement n'importe quoi. De la fermeture du jeu à une révolution en règle, tout était possible. Tout et surtout n'importe quoi.

« Oui. Ça fait presque bizarre... Je m'attendais à ce que, je ne sais pas, il se passe un truc. On n'a pas eu de nouvelles depuis un moment... »

Nouveau haussement d'épaule. Il ne savait définitivement pas quoi en penser. L'absence d'Euphory était à la fois comme une porte ouverte et un champ de mines : si eux aussi avaient ce genre de problèmes, que leur arriverait-il ? Demure avait beau aimer l'expérience que procurait ce jeu à dimensions réelles, ne pas savoir ce qui pouvait arriver à son corps le laissait mal à l'aise. Un bras serré contre sa taille, il s'appuya contre le dossier du canapé.

« Tu crois qu'ils préparent quelque chose ? Je veux dire... Je vois mal quoi, mais... La situation va forcément changer, à un moment, ou à un autre... Les joueurs perdent patience, forcément. »

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Jeu 22 Mai - 21:50

Comme envisagé, tout allait bien pour Demure. La petite anecdote de gens s’étant battus ne surpris pas tellement Done, les joueurs d’Euphemia n’étant pas tous des personnes tranquilles … Il y en avait vraiment de toutes les couleurs et de tous les horizons. Qu’est-ce qui avait bien pu leur donner envie de le porter, ce casque, au juste ? Parce que c’était gratuit ? Le sentiment qu’il n’y avait rien à y perdre, de toute façon ? C’était vrai que personne ne se serait attendu à se faire enfermer dedans. Mais bon, cela ne changeait pas le fait que certains profils n’avaient pas l’air d’être du genre à vouloir s'amuser ce genre de jeux … Accident alors, peut-être ? Curiosité mal placée ? Tant de scénarios, mais qui ne changeaient en rien la situation actuelle. Ils étaient là.
Après il avait beau dire, mais Done lui-même n’était pas des plus tranquille. Il n’aimait pas s’en vanter, mais lui-même s’était déjà battu ici … Stupide tempérament. Le garçon devrait vraiment y remédier, hein. Les esprits s’échauffent vite et si on ne fait rien pour ne pas nourrir le feu …


« Oui. Ça fait presque bizarre... Je m'attendais à ce que, je ne sais pas, il se passe un truc. On n'a pas eu de nouvelles depuis un moment... »

Le blond hocha la tête, partageant les idées de son ami. Lorsqu’ensuite Demure lui posa ses questions, demandant son avis sur la situation, sa main se porta machinalement à sa barrette. Donnel réfléchissait, fixant l’étiquette de sa bière. Qu’est-ce qu’il croyait, hein ? Tout pouvait arriver. En effet, les joueurs perdaient patience, mais qu’est-ce que ça pouvait bien faire aux Game Masters ? Quelles étaient vraiment leur but ? Créer un monde où tout le monde pouvait vivre tranquillement ou juste jouer les scientifiques fous, riant des réactions de leurs petits rats de laboratoire ? Quelqu’un s’était-il posé la question ? Avait eu le cran de directement s’adresser à Father ?
Il ne l’avait jamais vu personnellement, lui, au contraire de certains. Enfin, de toute façon, il n’y tenait pas non plus. Le fermier n’aurait décemment pas su où se mettre ou comment se comporter … Le pire étant que le fils Hedger réussisse à l’énerver et lui donne envie de le frapper. Non, non, non. Laissons ça aux vrais diplomates. Lui resterait dans l’ombre, une place de choix.
Après quelques instants de silence, Done releva la tête vers Demure :


« Je n’en sais pas plus que toi … Tout est possible. Tu as vu les affiches des "Outsiders" ? Enfin, comment les manquer, il y en a partout … Je ne vois pas vraiment ce qu’ils pourraient faire. Nous sommes à la merci des Hedger … Peut-être sont-ils encore en train de s’occuper d’Euphory, ou quelque chose comme ça ? Mais quand ça ira mieux, Father serait très bien capable d’ouvrir un jeu comme celui qu’il a fait au début … »

Il n’y avait pas participé, mais ça avait été terrible. Certains joueurs, embarqués de force dans un duel où il ne pouvait y avoir qu’un seul survivant. Au final, personne n’était mort, le jeu arrêté à temps, mais …
Une boule se forma au creux de l’estomac de Done à mesure que les pensées négatives s’amoncelaient. Hu, il n’était vraiment pas rassuré. Pas du tout. Il avait eu de la chance pour le moment : rien de fâcheux ne lui étant arrivé à part la petite attaque de fantômes avec Avast … Sa main libre passa sur sa bouche alors que ses yeux s’attardèrent sur le goulot de sa bouteille. Un petit rire nerveux lui échappa :


« Ha. Il pourrait refaire pareil … Nous obliger à nous battre dans une arène, tant qu’il y est. Ou d’autres choses plus drôles encore, haha … »

Il disait vraiment n’importe quoi. Préférant se taire plutôt que de continuer dans des délires qui ne pouvaient que lui faire du mal, Donnel termina sa bière. Un soupire et les sourcils inquiets, le jeune homme tenta un sourire :

« Désolé … Hm. Nous ne pouvons que spéculer et espérer que ça ira. On se serre les coudes en cas de problème. »

La seule solution viable à ce jour.
Il savait qu’il pouvait compter sur Demure autant que Demure pouvait compter sur lui. De même pour les autres habitants des îles avec qui il était proche. C’était ça leur force, pas vrai ?

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Lun 26 Mai - 17:27

« Je n’en sais pas plus que toi … Tout est possible. Tu as vu les affiches des "Outsiders" ? » Il hocha la tête. « Enfin, comment les manquer, il y en a partout … Je ne vois pas vraiment ce qu’ils pourraient faire. Nous sommes à la merci des Hedger … »

Les paroles de Done trouvèrent un écho inquiet sinon douloureux entre les parois du crâne de Demure. Être à la merci de qui que ce soit ne lui plaisait pas beaucoup ; que ce soit des petites brutes ou un génie n'y changeait pas grand chose. Il se laissait faire, comme d'habitude – sans chercher à joindre le mouvement de révolte naissant ou à lancer sa pierre contre l'édifice imprenable qu'étaient les Hedger. Il n'y voyait pas d'intérêt et, docile, préférait attendre que les choses se fassent plutôt que d'aller risquer sa vie et peut-être plus encore dans une guerre pour laquelle il n'avait de toute façon qu'une empathie limitée, sachant qu'il tenait plus à rester qu'à revenir pour l'instant. Pas que sa famille ne lui manque pas. Pas qu'il ne s'inquiète pas, qu'il ne veuille pas rouler dans la neige et vérifier qu'Heiki ne s'était pas bousillé le foie entre temps. Mais tout de même. Cet endroit était bien. Il n'y resterait pas éternellement, soit, mais il se voyait mal faire quoi que ce soit pour que le contraire arrive. C'était tout simplement au-dessus de ses moyens. Il n'était pas du genre à se battre pour ce qu'il voulait, ce qu'il croyait juste, ce qui le touchait. Il ne le faisait que pour ses proches, et encore. Bien trop passif. Parfois il aurait aimé changer ce détail si important de sa personne ; l'idée ne restait jamais bien longtemps en surface.
Concentré sur la sensation agréable du goulot contre ses lèvres, le jeune homme tenta de chasser le malaise qui lui serrait la gorge et l'empêcher d'apprécier correctement sa bière. C'était effrayant, oui. Ils avaient tous les pouvoirs ; rien n'empêchait Father, en définitive, de leur faire subir des choses terribles pour le seul plaisir de les voir souffrir. Il ne savait pas comment il était, qui il était – ce qu'il faisait qu'il les avait enfermés, en somme ; mais malgré tout, il lui semblait évident que les raisons ne pouvaient être bonnes et admirables. Impossible. C'était un crime à envergure internationale, du terrorisme s'il fallait être parfaitement clair : les forces de l'ordre, à l'extérieur, allaient forcément faire quelque chose. Les familles ne se laisseraient pas faire. Il espérait simplement que ses proches ne se plongeraient pas jusqu'au cou dans les problèmes, de leur côté. Difficile de prévoir la réaction de parents dont on enlève leur enfant.
Il restait leur bébé. Ils auraient été capables de faire n'importe quoi.

« Désolé … Hm. Nous ne pouvons que spéculer et espérer que ça ira. On se serre les coudes en cas de problème. »

Un sourire un peu penaud étira ses lèvres. Il aurait aimé rassurer son ami, être un pilier sur lequel se reposer ou quelque chose du genre ; malheureusement, lui aussi était fragile. Il savait qu'il aurait eu le plus grand mal à ne pas être celui qui se cache en cas de problèmes et ce simple fait, en réalité, le mettait en colère contre lui-même. Il ne voulait pas être un poids ou une nuisance, encore moins un parasite tout juste bon à s'accrocher aux jambes des autres. Il n'avait jamais été très indépendant. Mais ici, c'était différent. Ici, personne ne savait : il ne partait avec aucun préjugé, aucune attache. Il faisait ce que bon lui semblait, était qui il se donnait les moyens d'être.
Raison pour laquelle il s'efforça d'avoir l'air sûr de lui quand, les deux mains serrées sur sa bière, il laissa s'échapper un petit rire.

« Bien sûr ! Ils ne peuvent nous forcer à rien, ajouta-t-il avec toute l'assurance dont il était capable malgré les légers tremblements qui tentaient d'agiter ses mains. On a l'avantage du nombre. Ce n'est pas rien. Et puis, hm... »

Pensif, il termina à son tour sa boisson ; la posa sur la table, sourire de nouveau collé à ses lèvres un peu pâles.

« Il n'y a aucune raison que ça se passe mal. S'ils voulaient juste nous tuer, ils l'auraient fait depuis longtemps. Ils doivent avoir, eh, autre chose en tête. »

C'était faux. Ils pouvaient vouloir s'amuser d'eux. Cela dit, penser cela était rassurant ; or ils avaient plus que jamais besoin d'être rassurés, en ces temps trop calmes pour ne pas annoncer la tempête.

« J'espère juste que les Outsiders ne vont pas les pousser bêtement à passer à l'offensive... »

Ça aurait été le pire scénario imaginable, pour l'heure. Qu'une partie trop agitée les pousse à écraser l'ensemble de la fourmilière.
Ce n'était pas inconcevable et c'en était d'autant plus effrayant.

D'un geste de la tête, il désigna la bière de son ami.

« Fini ? »

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mer 28 Mai - 1:17

Dans le monde réel, à part son père avec qui il ne tenait pas tant à partager autre chose qu’un peu d’espace vital, il s’était toujours dit que personne ne pouvait le comprendre. Et sa mère ne pouvait pas plus le consoler que ça, malgré ses efforts. Fff, quel sale gosse ingrat tu fais là.
Faire équipe, se serrer les coudes, compter sur quelqu’un … C’était nouveau, pour Done, et il appréciait ce sentiment. Rien que de pouvoir parler à Demure le soulageait grandement … Bien entendu, il s’en voulait de l’embêter avec ses idées noires ; mais, tout ça, c’était leur réalité à tous les deux. Il aurait justement été étrange qu’ils se sentent totalement heureux, ne connaissant ni la crainte ni le doute. Non, pas besoin de masque pour ce genre de chose tellement cela pouvait sembler évident.
Peut-être que certains ne le ressentaient pas comme ça ? Qu’ils ne voyaient pas ce qu’il y avait de terrible à être enfermé là, leur vie tirées par des marionnettistes d’un nouveau genre ? Bien qu’incroyable et plutôt malsain, cela restait possible …  Tant mieux, en quelque sorte ! En ces jours d’accalmie, ils étaient mieux lotis que ceux qui se morfondaient.
Done, lui, pensait qu’être dans un juste milieu était une bonne chose. Ni trop optimiste, ni trop pessimiste. Rester lucide et sur ses gardes pour ne pas tomber de trop haut tout en se délectant des moments tranquilles comme s’ils s'étaient s'agit une bonne bière.

Dont il n’avait plus une goutte.


« Fini ? »

Malheureusement. Hu … Bon, l’américain était conscient qu’il ne fallait pas en abuser, non plus.

« Oh, oui oui. Bon … allons donc nous dégourdir les jambes et s’aérer l’esprit. »

Sur ce, Done se leva de son siège et prit la bouteille que Demure avait posée sur la table, sans vraiment lui laisser le choix. Le blond aimait bien l’ordre, de toute façon, et ne pas être le maître de maison n’allait pas le faire agir autrement. Tranquillement, il retourna à la cuisine déposer tout ça.

S’arrêtant un temps, fixant l’évier, les paroles de l’estonien persistaient tout de même au creux de sa tête. Malheureusement, il y avait effectivement de très fortes chances que les Outsiders, par leur simple formation, inspirent une nouvelle machination de Father. Machination qui aurait eu lieu, dans tous les cas, mais …
Allons bon. Il était temps d’arrêter avec ça bon sang. Se délecter des moments tranquilles comme d’une bonne bière s’était-il dit, pas vrai ? Cette phrase faisait vraiment pompeuse pour ce que c’était … Done, tu penses vraiment à des choses bizarres. Et, qui plus est, tu te parles à toi-même. Dérangé, va. Tu cumules, dis. Roh, c’est bon. Pas la peine de s’enterrer plus qu’il n’en fallait.

Retournant vers Demure, le fermier lui renvoya un sourire :


« Alors, tu as une liste ou quelque chose comme ça ? »

Spoiler:
 

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Jeu 5 Juin - 1:56

L'insécurité était partout. Dans ses doigts serrés les uns contre les autres, dans son regard posé sur le dos de Done qui déjà s'éloignait ; dans ses genoux un peu tremblants, sa façon de déglutir nerveuse et pressée. Ce n'était pas tant qu'il était effrayé, pourtant. Il n'avait pas peur à proprement parler. Non, il s'agissait plutôt d'un mal latent, comme une écharde sous un ongle qui ne commencerait à faire mal qu'une fois la plaie infectée et le doigt bon à couper – il l'avait déjà vécu suffisamment de fois pour savoir que ça finirait comme ça. Pas que ça l'attriste vraiment. Du moins pas pour l'instant. C'était vraiment une situation stupide à souhait ; il ne pouvait pas se rendre compte de la gravité avant qu'elle ne lui éclate dans la figure et qu'il n'y ait plus rien à faire. Dans son cas, la peur et le doute grimperaient une fois que les événements dont ils parlaient seraient arrivés droits devant lui. Une fois l'épée en main et l'ennemi en face de lui, oui, il rigolerait beaucoup moins – si tant est qu'il riait pour l'instant. Ce qui, d'après l'expression mitigée de son visage, restait à revoir. Il n'était souriant qu'en public, généralement.
Raison pour laquelle ses lèvres s'étirèrent spontanément lorsque son ami revint près de lui, les mains libres et le sourire au visage. Marcher lui ferait sûrement le plus grand bien. Il ne pensait pas, quand il marchait – ou juste à des choses banales comme le temps qu'il faisait, ce qu'il avait à acheter, la distance le séparant de telle ou telle boutique... Pas des histoires de GM ou autres gâteaux chinois dont les prédictions étaient aussi absurdes qu'illisibles. Il ne voulait pas y penser. C'était trop désagréable. Inutile. Agaçant.
Inquiétant.

« Alors, tu as une liste ou quelque chose comme ça ? »

Mains sur les genoux, le jeune homme se releva souplement. Il n'avait pas de liste à proprement parler puisqu'il n'avait pas prévu de sortir ce jour-là ; n'ayant pas non plus prévu la visite de Done, il ne pouvait pas deviner que l'occasion se présenterait et qu'il voudrait la saisir. Cela étant, il n'était pas non plus tout à fait démuni. Tant mieux, hein ; ça l'aurait drôlement ennuyé de devoir faire attendre son ami le temps qu'il fasse le tour de ses placards pour voir ce qui lui manquait, ce dont il pouvait se passer sur le moment et ce qui était urgentissime – et Dieu sait que si on ne venait pas de lui apporter des légumes, ç'aurait été le premier élément à inscrire sur cette hypothétique liste.
Tapotant un bref instant des doigts contre ses cuisses, il hocha la tête.

« J'ai noté ce dont j'avais besoin, enfin, en gros, alors... Je vais chercher ça. »

En quelques enjambées, le jeune estonien se retrouva près d'un buffet dans la cuisine et fouilla dans ses tiroirs en quête du fameux papier. Tout ça pour se rendre compte, à deux doigts de se cogner la tête contre le bois d'être si bête, qu'il était posé juste devant lui. Alors... Des aliments quelconques, quelques épices dont il commençait à manquer –  rien qui ne soit trop difficile à trouver, même dans un pays où il y avait plus de bonbons qu'autre chose. Quoi qu'en laisse penser l'étiquette de Dream Land, tout le monde ici n'avait pas des habitudes alimentaires désastreuses.
Le fil, en revanche, était plus spécifique et donc plus difficile à trouver. Pensif, le jeune homme fourra deux sacs cabas dans un autre en tissu qu'il tint négligemment sur son épaule jusqu'à revenir près de Done.

« Voilà ! Je pense qu'on peut y aller. Juste le temps de, mettre ma veste. Et ensuite c'est bon. »

Il lui fit signe de le précéder dans l'entrée et attrapa sa veste sur la patère accrochée près de la porte avant de sortir. Jugeant que le temps n'était ni suffisamment bon pour s'en passer ni suffisamment mauvais pour la fermer, il finit par l'enfiler et raccrocher son sac en bandoulière sur son épaule. Prenant bien soin de fermer derrière eux, il étira doucement ses bras au-dessus de sa tête pour les détendre.

« Tu ne m'as pas dit comment ça allait par chez toi, au fait. » Curieux, il jeta un regard à Done. « Pas de nouveau ? »

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Jeu 12 Juin - 1:32

Sage comme une image, Done attendait dans le couloir le retour de Demure.
Il attendait comme attendrait sa maman un gentil petit garçon. La situation était plutôt particulière, en effet. Il voyait la plupart groupes d’amis plutôt se faire des sorties glaces, des sorties cinéma ou des sorties bar … Mais des sorties courses ? Ce genre d’activité semblait d’avantage approprié à des individus d’un âge plus avancé, non ? Enfin, ça restait un stéréotype idiot. Des amis pouvaient très bien se retrouver pour ça aussi ! Acheter du fil pouvait être tout aussi "fun" qu’une partie de baseball … En plus, la première option s’avérait beaucoup plus nécessaire dans l’instant présent que la seconde. Certaines personnes semblaient mettre un point d’honneur à vouloir vivre des aventures extraordinaires à tous les coins de rue, ne prenant jamais le temps de souffler et de faire des choses plus banales. Heureusement pour Done, pas tout le monde n’était comme ça (Demure étant un parfait exemple). Il se serait senti tellement perdu à tenter de suivre la cadence ! Pas qu’il était paresseux ou loin d’être dégourdi. Cependant, tenter de passer de la larve cloîtrée dans sa chambre au compagnon de jeu débordant d’enthousiasme aurait vraiment été violent.
En tout cas, pour en revenir à la situation actuelle, l’américain n’avait jamais vu quelqu’un regarder son interlocuteur de travers parce que celui-ci lui proposait de l’accompagner pour ses emplettes quotidiennes … à moins que l’interlocuteur en question ne soit un parfait inconnu, mais là était une toute autre histoire totalement hors sujet dans notre contexte. Pour résumer, des amis faisant des courses c’est bien. Normal. Tranquille. Comme il l’aimait. Parfait.


« Voilà ! Je pense qu'on peut y aller. Juste le temps de, mettre ma veste. Et ensuite c'est bon. »

Presque équipé, Demure lui laissa l’honneur d’ouvrir la marche alors qu’il s’ajoutait une couche de vêtements. N’ayant pas à faire tout ça, le fils Crossmann passa donc la porte et attendit son ami au milieu de la ruelle, laissant balader ses yeux de droite à gauche.
Loin d’être frileux et le ciel étant bien assez dégagé, il n’avait rien accompagné à sa chemise. Certes, il n’y connaissait rien en météorologie, mais qu’il pleuve aujourd’hui relèverait d’une grande malchance … Quoique. Ils étaient dans un jeu vidéo, ça ne marchait peut-être pas pareil ? Existait-il un générateur aléatoire de tempête ou quelque chose comme ça ? Qui savait. Surtout que certains possédaient sans doute un don en rapport. Bah. Dépourvu d’autres accessoires, ayant abandonné son panier chez l’estonien, il y avait bien peu de choses qui risqueraient de se faire tremper. Lui, ses vêtements, les quelques affaires élémentaires de survies dans ses poches …
Le claquement de la porte ainsi qu’un verrou que l’on tourne résonna derrière le blond qui se retourna, ses mains vides derrière le dos.


« Tu ne m'as pas dit comment ça allait par chez toi, au fait. Pas de nouveau ? »

A la question, Donnel se figea momentanément, cherchant dans un recoin de son crâne à se remémorer leur discussion dans le salon … Aurait-il foutu un vent à Demure sans s’en être rendu compte ? Non, non, impossible, ce n’était pas son genre, il faisait bien trop attention pour ça … Mais il n’était pas infaillible non plus, donc … Oh bon sang.
Heureusement, après quelques secondes, il se détendit vite, voyant bien qu’il n’avait fait là aucune bourde notable. Non, c’était juste leur échange qui s’était embarqué dans un thème tellement sérieux qu’il y eut un oubli de la part de Demure et de lui-même, l’empêchant de raconter ses dernières péripéties ô combien intéressantes.
Le jeune homme n’eut pas à réfléchir bien longtemps à sa réponse :


« Sans trop de surprises : comme toi, la routine. Pas de nouvelles têtes passant à la ferme … »

Calme. Calme. Calme. Ce mot dansait tranquillement dans son esprit. Seuls les membres de son cercle d’amis passaient lui faire un coucou à lui et ses vaches. Même Noise n’était pas venu depuis un petit moment … Tant mieux. Il n’avait pas non plus reçu de nouveau seau de peinture sur la tête ou quoi que ce soit d’aussi fâcheux.

« En somme, rien de bien terr-… »

Comme si le destin avait voulu se jouer de lui à ce moment précis, trouvant que cette douce tranquillité  dans laquelle les deux étaient enveloppés avait assez duré, Done fut stoppé dans sa réplique par un drôle de vacarme. Tournant la tête sur le côté, qu’elle ne fut sa surprise de voir approcher dangereusement un gorille, un cheval et un bison.
Louée soit sa vivacité instinctive qui lui permit à temps de sortir du chemin, allant s’accrocher à Demure encore sur le pas de la porte. Les doigts pris dans sa veste, les yeux ronds comme des soucoupes tournés vers la terrible apparition disparaissant tout juste au coin d’une rue. Ce n’était pas des gens qu’il avait vu sur les dos de ces animaux ? What the. De toute façon, son cœur battant la chamade d’avoir manqué de se faire piétiner généreusement, Done n’était pas vraiment en état de réfléchir convenablement.


« …ible. »

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Lun 23 Juin - 5:03

Rien de nouveau alors, hein ? Il semblait que tout soit vraiment calme ces derniers temps. Pas d'attaques terroristes de grande ou petite envergure, pas de problèmes outre mesure... Dans une vaine tentative pour chercher quelle avait été sa dernière mésaventure en date, Demure tenta de se souvenir qui avait pu l'entraîner dans les ennuis pour la dernière fois. Là, comme ça, ça ne lui disait rien ; et c'était peut-être mieux, remarquez. Cela voulait dire qu'il n'avait eu aucun problème récent que sa mémoire accepte de lui rappeler, ce qui était certainement une bonne chose. De même pour Done. Il ne souhaitait pas forcément à son ami de vivre dans l'ennui le plus total, mais ne voulait pas non plus qu'il soit ennuyé à chaque heure de la journée par des personnes mal intentionnées ou, pire encore, bien intentionnées mais sacrément lourdes à supporter. Il en connaissait quelques unes et pouvait témoigner sans peine que, au bout d'un moment, ça pouvait vite devenir invivable.
Il savait pertinemment que, contrairement à lui, tout le monde n'aimait pas passer ses journées à « ne rien faire » – et ce qu'il fallait comprendre par là, véritablement, c'était « ne rien faire qui apporte un minimum de rires et/ou d'adrénaline ». Le jeune homme n'était pas de ceux qui adoraient courir en tous sens. Certains de ses amis, si. Le choc des personnalités se révélait parfois on ne peut plus violent lorsque des sorties étaient proposées. Heureusement qu'il n'était pas du genre à dire non ou refuser quand on insistait, parce que...

« Eh –  »

Yeux écarquillés, Done accroché à sa veste, Demure faillit tomber à la renverse contre la porte d'entrée tant il fut surpris par la course poursuite qui se déroula devant ses yeux. Il fut tellement étonné, en fait, qu'il lui fallut un moment pour procéder que oui, ça venait bien de se passer – et que non, personne n'était blessé. Pour autant, ça ne suffit pas à faire redémarrer son cœur à une vitesse acceptable pour le commun des mortels. Parce que – mince, il venait de voir passer des animaux exotiques ou tout au moins bien trop gros pour ne pas être dangereux juste devant son nez. Ils avaient failli écrabouiller Done. En faire de la pâtée de fermier. Ce n'était pas le genre de choses qui lui arrivait dans sa campagne natale, alors ici ? Il ne s'y serait attendu pour rien au monde. Et encore. Il était gentil de dire ça ; ç'aurait plus été « jamais de la vie ça ne pourrait arriver », s'il s'était écouté. Et si, bien sûr, ça ne venait pas d'arriver.
Bienvenue à Euphemia. Tout devait être possible, ici.

L'air concerné, il se tourna vers Done.

« Euh... Ça va ? » Non, parce que... Il était en un seul morceau mais enfin, quand même. « C'était... Enfin... »

Visiblement perturbé, toujours sur le pas de la porte, Demure risqua un regard dans la direction d'où ils étaient venus ; puis, toujours aussi perplexe, celle vers laquelle ils étaient partis à toute berzingue.

« … Ils, euh. Tu crois que c'était leurs... Animaux de compagnie ? »

Il cligna des yeux, réfléchissant à sa propre hypothèse tandis qu'il se remettait bien droit, prêt à vaincre la route qui semblait d'un coup bien longue. Il allait falloir bouger à un moment ou un autre, qu'ils risquent de se faire écraser ou pas.
Même si, à l'évidence, le risque était là.

« Il n'y a pas de limites là-dessus ? Je pensais que c'étaient juste des petits animaux, ou, pacifiques, hm... »

Soucieux d'alléger l'atmosphère qu'il sentait tendue – et pour cause, il adressa un sourire à son ami.

« J'espère qu'on ne va pas recroiser de trucs bizarres, haha... »

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mar 24 Juin - 23:47

De bonnes longues secondes passèrent où nos deux protagonistes cessèrent tout mouvement. Figés dans une position incongrue après le passage de ce cortège tout aussi incongru, ils n’en menaient pas large.
Heureusement que Demure bougea le premier ; car, sans sa sage présence, le cerveau de Done aurait sans doute adopté le mode veille encore un bout de temps. A sa question sur son état, il se contenta de hocher doucement la tête en signe d’approbation, continuant de regarder là où il s’était trouvé un peu plus tôt. Là où il serait resté, en fait, sans son réflexe miraculeux.
Doucement, ses doigts se décrispèrent pour lâcher les vêtements de son ami et le blond fit un pas en arrière, lui accordant un peu d’espace vital. Machinalement, sans doute à but nerveux, il se chargea ensuite d’épousseter les habits de Demure avant de s’attaquer aux siens. A mesure que la surprise se dissipait avec les plis des vêtements, son cœur commença à reprendre un rythme normal et ses neurones se décidèrent à s’activer de nouveau. Il pouvait respirer.


« … Ils, euh. Tu crois que c'était leurs... Animaux de compagnie ?
- En effet, je ne vois pas d’autre explication … »

Acquiesça Done en se retournant vers l’estonien, un mince sourire sur les lèvres garantissant par là qu’il s’était plus ou moins remis de ses émotions.

« Il n'y a pas de limites là-dessus ? Je pensais que c'étaient juste des petits animaux, ou, pacifiques, hm … »

Ah, Demure, si tu savais. L’imagination de certains pouvait être si débordante, après tout. Sans doute que si le bestiaire avait été plus élargi, certains ne se seraient pas gêné pour prendre des bestioles plus grosses et féroces. Lui à côté qui ne rêvait que d’un petit chien faisait légèrement pitié. En même temps, dans ce monde de jeu vidéo, pourquoi chercher la banalité ? La plupart étaient là pour se mettre dans la peau de véritables héros et non pas de simples habitants. Ils rêvaient sans doute de sauver la princesse, de porter une armure et une grosse épée et … chevaucher un gorille ? Par exemple.

« J'espère qu'on ne va pas recroiser de trucs bizarres, haha … »

Done lui offrit un sourire timide et laissa échapper un léger rire pour l’accompagner, frottant sa nuque, mal à l’aise. Malheureusement, l’américain doutait très fort des paroles qui se voulaient encourageantes de Demure … ça lui faisait mal de le contredire mais, sans vouloir faire preuve de pessimisme, il en était obligé :

« Je suis désolé, Demure, mais j’en doute … »

Il s’obligea cependant à délaisser la peine pour une mine enthousiaste. Même si tout ne se passait pas comme prévu, ce n’était pas le moment de baisser les bras ! Il n’y avait aucune raison à cela.

« Nous sommes dans un endroit bizarre, avec des gens bizarres … Alors il ne fut plus s’étonner de ce genre de choses … C’est notre quotidien à présent et il faut l’a-… »

Le jeune homme n’arriva pas à finir sa phrase, se rendant compte un peu tard de ses paroles. Il tenta malgré tout de garder la face de l’assurance face à son ami, de ne pas fuir son regard, de ne pas toucher sa barrette. Aucun geste parasite. Tout allait bien. Au jour d’aujourd’hui, Done croyait dur comme fer en ses paroles.

« …l’accepter. »

Voilà de bien belles paroles. Haha. Bravo.
Faîtes ce que je dis. Pas ce que j’ai fait.
C’était derrière lui tout ça. Pour le moment.


« Allez, on reste prudent, on regarde à droite et à gauche avant de traverser et tout devrait aller pour le mieux. De toute façon, en cas de pépin nous avons nos pouvoirs nous aussi. »

WTF. :
 

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Dim 6 Juil - 4:08

Des animaux de compagnie, donc... Ça ne paraissait pas si étonnant sachant qu'ils pouvaient en avoir, mais – tout de même, ce n'était pas commun. Demure, comme beaucoup d'autres sans doute, avait tendance à oublier qu'il était dans un monde imaginaire plein de créatures magiques et de pouvoirs sans queue ni tête à chaque coin de rue : lorsqu'il en avait le rappel, c'était toujours plus ou moins brutal. Il lui était déjà arrivé d'oublier que lui-même était capable de tracer des portes dans tout et n'importe quoi, alors se souvenir que l'on pouvait avoir un gorille de compagnie... Quel genre de personnes pouvait avoir envie de choisir ça, franchement ? Lui-même n'était pas bien sûr de ce qu'il aurait décidé de prendre mais tout de même, il y avait mieux dans la vie que des animaux énorme sur lesquels faire des courses et risquer d’aplatir tout le monde comme de vulgaires crêpes aux légumes ou au sucre. C'était dangereux. Il s'était figuré, naïvement, qu'il devait y avoir des limites ou des choses impossibles à prendre dans un soucis de sécurité : apparemment, ce n'était pas le cas. A moins que le pouvoir d'une de ces personnes ne soit de faire apparaître des animaux sauvages... Ce qui, malheureusement pour la santé mentale du jeune homme, n'était pas bien différent au fond et ne changeait pas grand chose au problème. Qu'il vienne de la matrice du jeu ou d'une capacité quelconque, cela restait dangereux et sérieusement préoccupant.

« Je suis désolé, Demure, mais j’en doute … »

Le sourire du jeune homme glissa légèrement sur le côté, démoralisé rien qu'à l'idée de devoir composer avec d'autres choses toutes aussi étranges les unes que les autres uniquement pour aller faire les courses. Il y avait quelque chose de terriblement triste dans le fait de devoir s'habituer à risquer sa vie à chaque coin de rue à cause de joueurs trop peu respectueux de la vie d'autrui. Il ne voulait pas non plus s'amuser à donner tort à Done pour qu'il redonne tort et ainsi de suite, aussi décida-t-il de se taire. Il n'était pas dans le faux, après tout. Il avait beau se vouloir encourageant, lui-même n'y croyait qu'à moitié. Pour autant, ce n'était pas une raison de se laisser abattre ! Il n'y avait aucun moyen de savoir si oui ou non ils allaient recroiser ces hurluberlus, certes, mais ça ne voulait pas dire qu'ils allaient forcément voir pire. Il fallait voir le bon côté des choses.
Attentif aux paroles de son ami, le jeune homme hocha doucement la tête. S'y habituer, hein... Il n'était pas sûr d'en être capable mais, une fois n'est pas coutume, garda le silence sur ses doutes et son pessimisme latent.

« Nos pouvoirs... »

Disant cela, songeur, Laur se remit vaille que vaille en route pour donner du poids aux paroles de Done. Il fallait y aller, voilà tout ; notons tout de même qu'il regarda longuement à gauche, à droite et devant avant de ce faire. Il n'avait aucune envie de se faire écraser – pour de bon, cette fois. On a beau se dire qu'on est dans un jeu et que la douleur n'est pas réelle, ce n'était pas si facile que ça. Il la sentait, lui. Et même si son corps était bien loin de là, dans un état... Végétatif, pour ainsi dire, ça n'y changeait rien. Il voulait rester beau et en parfait état, comme un animal empaillé. Ne pas subir les dommages du temps et des accidents.
C'était un bien noble but, hein ? Sans doute.

« Je pense que le tien sera légèrement plus utile, répondit-il en riant. A part nous faire une porte dans un mur si on est poursuivis, je ne vois pas trop à quoi je pourrais servir... »

Ce n'était pas de la fausse modestie ou quoi que ce soit. C'était juste la pure et stricte vérité. Il n'avait aucune idée de ce à quoi pouvait servir son pouvoir dans un cas de crise imminent. Il lui fallait un minimum de temps pour l'utiliser ; quant-à Done... Même lui, ça n'aurait pas été des plus brillants à priori. Il fallait de la concentration pour utiliser ce genre de choses. Aucun d'eux n'avait de pouvoir offensif pouvait les défendre efficacement.

« Bon, s'il n'y a pas de limites sur les animaux... réfléchit-il à voix haute, tu crois qu'il y en a sur les pouvoirs ? Ils ne doivent pas tout accepter ni donner n'importe quoi, quand même... »

Cette idée le mettait légèrement mal à l'aise. Déjà que lancer des boules de feu lui paraissait exagéré...

Done-sempai >///< :
 

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mar 8 Juil - 15:54

Ah, que c’était horrible de contredire. Même si à côté de l’estonien, Done faisait déjà figure de gringalet, il aurait cent fois préféré pouvoir se faire encore plus petit à présent. Malheureusement, dans les relations entre pairs, il fallait parfois se montrer honnête. Il ne pouvait pas mentir à Demure. Omettre des choses, peut-être ; rester vague, pourquoi pas. Mais pas mentir. Cela aurait été contre ses principes et un manque de confiance de sa part face à une personne pour qui il avait un profond respect. La petite mine de son ami rajouta un coup de couteau à son estomac, mais il n’en laissa rien paraître de l’extérieur. Il fallait rester positif, positif, positif, en effet ! Continuer, ne pas faire machine arrière. Déjà, Demure continua à avancer malgré ses craintes, ce dont l’américain fut content. Lui emboîtant le pas, son esprit chercha d’autres choses encourageantes à dire ou, pourquoi pas, un moyen de dériver le sujet vers des cieux plus cléments … Mais le temps que ses méninges ne trouvent quelque chose d’adéquat, Demure alla s’accrocher à la perspective d’utiliser leurs pouvoirs :

« Je pense que le tien sera légèrement plus utile. A part nous faire une porte dans un mur si on est poursuivis, je ne vois pas trop à quoi je pourrais servir... »

Ce qui était déjà plutôt bien. Et lui alors ? Le temps de former un bouclier assez grand pour eux deux, ils auraient sans doute déjà reçu milles projectiles en pleine poire. Enfin, ils n’étaient pas là pour faire un débat sur qui avait le pouvoir le plus pourri … Surtout que, de l'avis de Done, les deux partaient à égalité. Tout ce qu’il leur manquait était sans doute un peu de pratique afin d’en ressortir tout le potentiel possible. Peut-être devait-il s’entraîner à les dégainer plus vite et efficacement, à les adapter pour le combat. A ce jour, les seules circonstances où il avait pu s’en servir furent, en gros, pour se protéger de la pluie … Alors, voyez. Le regard dans la paume de sa main, Donnel fit apparaître subrepticement une coupole de plexiglas qui se rétracta tout de suite après que Demure ait repris la parole, déconcentrant le blond.
Il tourna donc la tête vers lui, cherchant ses mots. Une limite sur les pouvoirs ? La réponse était clairement positive. Le sort n’était tout de même pas contre eux de leur avoir accordé à eux seuls des dons avec des contraintes alors que d’autres pouvaient se surnommer « Grands Saigneurs de la Destruction ». Il ne connaissait bien entendu pas tous les pouvoirs que les gens pouvaient bien posséder, mais du peu qu’il en avait vu … Après il y avait toujours des cas un peu limites et pas forcément sympathiques, des cas que certains apparenteraient plus à une malédiction qu’autre chose. Tout était relatif. Trop relatif.


« Ouuuui. Là, je pense qu’il n’y a pas à trop s’inquiéter. Le système doit faire attention à ce que les pouvoirs ne soient pas trop "cheatés" non plus. »

Personne n’explosera leurs cervelles d’un claquement de doigt. Enfin, cette réflexion, il ne la partagerait pas à voix haute. Ce genre d’humour noir serait bien mal venu et, en vue de la situation, n’aurait sans doute fait qu’assombrir encore plus l’ambiance. Il était de son devoir de faire en sorte que le malaise disparaisse et que la suite de cette sortie se passe à merveilles.
Done fit voguer ses yeux verts  en quête de quelque chose dans le paysage, une diversion, n’importe quoi de normal et tranquille, si possible. Pas d’iguane volant, pas d’OVNI, pas de singe sur un monocycle, non … Normal, s’il vous plaît.
Hhhh. Il n’y avait rien. Rien qui ne vaille la peine qu’il hale son ami d’un « Hey, Demure ! » et qu’il le dirige tout sourire vers la nouvelle source d’inspiration. Hhhhhh. Le quartier était silencieux (seul le vent faisant danser les plantes des jardins et le chant des oiseaux rajoutaient de l’ambiance), les maisons endormies, vide de leurs habitants sans doute partis vagabonder ailleurs … Bon sang, Done, dis quelque chose au lieu d’admirer le paysage.


« Je me demandais … Tu as déjà pensé à essayer de faire pousser tes propres légumes chez toi ? Ou tu as peur que les tomates ne sortent enrobées de caramel façon pomme d’amour ? »

Il essayait de se convaincre au fond de lui que ce n’était pas un revirement de conversation si stupide.

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Lun 21 Juil - 2:23

Cheatés... Hm. A cette idée, Demure plissa les yeux. Principalement parce qu'il venait de se rendre compte qu'il avait encore laissé ses lunettes chez lui, mais passons. Lui qui n'avait pas une grande expérience de ce type de jeu – plus fan de ceux que l'on qualifierait de « classiques », ne nécessitant souvent pas de connexion internet – se demandait quand même bien à partir d'où l'on pouvait considérer que quelque chose était too much. Il voulait bien croire que « tuer d'un regard » ou « casser les os comme des baguettes » étaient des pouvoirs qui d'emblée semblaient trop puissants : mais leurs dérivés, et tous ceux qui pouvaient être extrêmement dangereux quand bien utilisés ?  Il pensait bien sûr aux pouvoirs élémentaires, qui lui paraissaient très offensifs et exagérés peu importe l'angle sous lequel il les regardait, mais aussi aux choses typiques comme la force surhumaine, la supervitesse ou encore la capacité de figer son adversaire sur place. Dans un jeu comme celui-là, où on ne pouvait normalement pas mourir à proprement parler, ces pouvoirs ne devaient pas paraître au-dessus d'une éventuelle limite imposée par les GM. Cependant...
Maintenant, s'il croisait un malade mental aux bras aussi dur que de l'acier, à combien contre un finissait-il la nuque brisée ou la colonne vertébrale cassée en deux ?
Rien à faire, il s'inquiétait. Lui qui ne demandait qu'à vivre une vie normale voyait d'un très mauvais œil ces pouvoirs et ces animaux qui n'avaient rien demandé à personne. Quelle utilité avaient-ils, franchement... Le jeune homme se serait bien vu dans une simulation de vie des plus simples, à refaire son existence une seconde fois pendant son sommeil – si possible un dont il serait capable de sortir, mais on ne pouvait pas tout avoir. Après tout il avait accepté ce casque en son âme et conscience. Ne regrettait pas tant, si ce n'était de causer du mal à ses proches. Sa situation différait sans doute pas mal de celle de la plupart des joueurs voulant sortir. Il tenait à faire durer le rêve aussi longtemps que possible, le tout bien évidemment sans y mourir. Ce n'était pas dans ses plans. Raison de ses inquiétudes sourdes et trop souvent muettes, par ailleurs. Il fallait bien qu'il y en ait une.

Habitué au silence comme aux monologues de la part de ses interlocuteurs, Demure fut presque étonné d'entendre la voix de Done s'élever tout à coup ; il oubliait, trop souvent, qu'une discussion pouvait être un tant soit peu agréable pour chasser l'ennui ou une atmosphère pesante. On ne l'avait pas éduqué comme ça. Son père, tout comme sa mère, étaient deux personnes plutôt renfermées. Parlant peu. Même aux repas, ce n'était pas toujours évident qu'ils parlent plus de la moitié du temps ; lorsqu'ils étaient concentrés sur quelque chose, ils ne plaisantaient pas avec ça. Il en allait certainement de même pour le fils, quoi qu'il n'y ait jamais prêté de grande attention jusqu'alors.
A cette idée, un bref rire vint malgré tout briser l'étau de ses lèvres. Rien que s'imaginer des courgettes-barbe-à-papa, des tomates d'amour et du sucre salade avait de quoi... Eh bien, le faire rire, en plus de lui donner une légère nausée. Il n'était pas sûr du goût que ça aurait eu mais, pour sûr, trop de sucre ne lui serait pas allé. Il ne fallait rien exagérer. Rester modéré devait sûrement être une vertu, quelque part – et lui l'était définitivement.

« Tu dis ça, mais je suis sûr qu'il y a de vrais risques... » Amusé, il prit un air plus grave. « Peut-être même que la terre les recracherait en voyant que ce ne sont pas des pousses de bonbons. »

L'image, quoi que grotesque, était presque crédible étant données les circonstances. Le fait même de parler de « pousses de bonbons » avait quelque chose de bizarre... Mais en même temps, ce genre de choses devaient faire plaisir aux plus jeunes comme aux plus grands, donc le garçon n'avait rien à y redire. Ce n'était pas son truc à lui, mais après tout pourquoi pas ?

« Non, plus sérieusement... En fait je, je ne sais pas, hésita-t-il en jouant nerveusement avec ses doigts. Je crois que je ne serais pas très doué pour le jardinage... Je n'ai jamais vraiment eu, l'occasion, enfin. Non ? »

Ceci dit, il haussa les épaules. Il était vrai qu'il aurait pu s'y mettre, histoire de changer ses habitudes, mais... Il craignait de ne pas y arriver et s'ajouter une source de stress supplémentaire n'était pas le but de la manœuvre. N'est-ce pas ?

« C'est difficile de se mettre à quelque chose de totalement nouveau... soupira-t-il doucement. Tu as beaucoup de mérite, toi ! Moi je suis plutôt du genre à faire comme mes parents... »

Lire les histoires de sa mère, reprendre le travail de son père. Il n'était guère doué pour grand chose d'autre.
Mais ça aussi, il s'y était habitué.

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Jeu 14 Aoû - 17:14

Les joues roses, le sourire de Done s’élargit dès lors que Demure se mit à rire. Il savait que ce n’était pas du genre de l’estonien de se moquer des autres, et devait donc avoir véritablement trouvé sa bêtise drôle. Tant mieux, tant mieux ! Le Swordien se sentait carrément plus léger, retrouvant un fil de discussion plus ou moins normal. Vraiment plus ou moins, en vue des images que Demure réveillaient dans l’imagination du fermier.
Feux d’artifices d’aubergines et de petits pois sur Dream Land, le pays des sucres. Le jeune citoyen Demure, banni pour avoir fait un tel affront que de planter des légumes au sein des terres du royaume d’Euphory. Il sera condamné à cinq ans de travaux d’intérêt général dans les caves du château de Father, à Crimson District. Pfft, n’importe quoi.

Demure continua ensuite, expliquant qu’il doutait de ses capacités au jardinage. Oh. Done ne cacha pas son désarroi, mais comprenait, malgré tout, les sentiments de son ami.


« C'est difficile de se mettre à quelque chose de totalement nouveau... Tu as beaucoup de mérite, toi ! Moi je suis plutôt du genre à faire comme mes parents...
- Merci … C’est sûr que c’est du travail … »

Il n’y avait pas à être modeste à ce sujet … N’importe qui l’aurait traité de fou avec une pareille reconversion. Passer de l’étudiant amorphe et solitaire à l’éleveur de vaches extraverti … Ses proches auraient du mal à le reconnaître, n’est-ce pas ?
Après, c’était ce qu’il voulait. Done était venu pour changer d’air, alors quoi de mieux que de se tourner vers la plus haute des branches ? Celle où on ne l’attendait pas. S’il était là, c’était pour fuir ses racines, justement. Un instant. Un court instant. Juste le temps d’apprécier la normalité.


« Le principal est que tu te sentes bien comme tu es que tu ne regrettes rien ! »

Très belle phrase. Et la sincérité allait de pair. Si lui avait des problèmes avec son arbre généalogique, ce n’était sans doute pas le cas de tous les autres individus de l’univers. De toute façon, à chaque fois qu’il y pensait, Done était victime d’un terrible mal de crâne le sommant d’arrêter de se croire nombril du monde. Le pauvre petit bébé qui n’arrive pas à gérer ses problèmes et qui préfère du coup les fuir. Ah mais non, mais non. Ou peut-être que si …
Passons. Ce n’était pas le sujet. Encore une fois, il ramenait tout à lui, bon sang.


« Enfin, tu sais, tu n’as pas à faire un potager géant, non plus. Tu peux commencer doucement avec une seule chose … Si tu veux, on peut faire ça ensemble. Comme une activité, comme ça, entre amis. Ça pourrait être amusant de s’occuper d’un petit plant de pommes de terre … »

… comme si c’était leur enfant. Enfin, ça, Donnel ne l’ajouta pas. Aussi innocente pouvait être cette pensée, l’américain préféra la garder pour lui au cas où elle serait mal interprétée. Pourtant, n’était-ce pas naturel que de chouchouter les végétaux, leur parler comme à de vrais gens ? Il paraissait que ça améliorait leur croissance. Alors, si Donnel et Demure jouaient au papa et à la maman avec les pommes de terre, quelles grandes et belles plantes deviendraient-elles ! Quoique … cela pourrait bien devenir contreproductif, car du coup ils ne pourraient plus les manger. Si ? Non ? Hm.
Enfin, bref.


« C’est toi qui voit. Si l’envie te gagne … Eh bien, tu me dis. »

Conclut-il en haussant des épaules avec le sourire, renvoyant la balle à Demure. Oh oui, il était prêt à consacrer un peu de son temps pour ce genre de loisir qui ne pouvait être que rafraîchissant, autant pour l’un que pour l’autre. Cependant, cela restait du travail et il comprendrait que son ami préfère passer son tour pour le moment.
Il aurait été triste que les petites pommes de terre deviennent orphelines pour cause de négligence …

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Dim 17 Aoû - 3:18

Qu'il se sente bien comme il est, hein...
A cette idée, Demure esquissa un demi sourire légèrement confus. Il aurait eu du mal à affirmer – et à croire, surtout – qu'il se sentait bien tel qu'il était ; à un niveau assez large, du moins, la problématique était complexe. Dans l'idéal il aurait aimé pouvoir rire et lui répondre qu'il avait bien raison, quitte à lui administrer une claque amicale sur l'épaule pour lui faire comprendre qu'il était entièrement d'accord. Seulement non. Il ne le fit pas ; n'y pensa même pas. A une époque, il aurait pu vouloir essayer de se forcer – mais là encore, c'était loin dans le passé. Ne pas se sentir capable était une chose, ne plus même avoir envie d'essayer en était une autre. Ce n'était pas tellement qu'il avait abandonné tout espoir de changer, mais... Pour lui, l'habitude et le calme étaient comme un environnement aussi protecteur qu'étouffant, rassurant mais stérile.
L'endroit auquel il appartenait.
Pieds et poings liés, il jeta un regard aussi doux que compréhensif à son ami.

« Si tu veux, on peut faire ça ensemble. Comme une activité, comme ça, entre amis. Ça pourrait être amusant de s’occuper d’un petit plant de pommes de terre … »

Pas plus surpris qu'outré, le jeune homme songea à l'idée ; la trouva très bizarre et, l'instant d'après, fut incapable de se souvenir pourquoi au juste. C'était plutôt... mignon ? Dans un sens. Sans doute qu'être habitué à avoir des amis aussi vifs que peu intéressés par ses propres centres d'intérêts lui avait fait oublier que l'on pouvait penser à ça de soi-même – et trouver ça judicieux, soit dit en passant. Rien qu'imaginer Heiki lui proposer la même chose faillit lui arracher un léger rire de gorge. La notion même de « petit plant de pommes de terre » avait quelque chose de douceâtre qui parvint à élargir son sourire de quelques micro-millimètres.
Peut-être était-il un brin trop émotif. Sans doute. Le simple fait de pouvoir parler à quelqu'un comme ça, de faire des projets à plus ou moins grande échelle, ça lui paraissait tout simplement surréaliste. Il n'y avait pas la moindre trace de malhonnêteté ou de méchanceté dans ce qu'il ressentait pour Done – et s'il pensait la réciproque valable, ce n'était probablement pas sans raison. Ça rendait les choses d'autant plus compliquées.
La question étant : est-ce que tu le mérites ?

Regard voilé, il détourna la tête sur le côté.

« Ce serait bien, oui. » Après quelques battements de cils perdus, il parvint à retrouver un semblant de sourire ; à regarder dans la direction de son ami. « Mais j'oserai jamais les manger, après. Alors... »

Forcément. Lui qui réussissait à s'attacher sérieusement à des animaux empaillés – au risque de passer pour un profond détraqué ; raison pour laquelle il évitait d'en parler – n'aurait probablement aucun mal à considérer un plan de patates comme tel s'il mettait suffisamment d'amour et de temps à le voir grandir et se développer. Il aurait l'impression de tuer quelque chose de beau en plantant ses dents dedans. Mais comme cette pensée risquait de le faire virer mort à défaut de pouvoir se résoudre à manger quoi que ce soit de même vaguement vivant, mieux valait s'arrêter là.
Ce n'était pas tant en demander qu'espérer avoir peu d'impact sur le monde, si ?

« Il faudra que je trouve un moyen de te rendre la pareille, un jour, ajouta-t-il en riant doucement. J'aimerais bien avoir quelque chose à t'apprendre. »

Qui ne soit pas de l'ordre du « recoudre des animaux morts » ou « prendre soin d'amis saouls voire drogués » – deux choses dont n'aurait probablement pas besoin Done dans l'immédiat. Ni jamais, ou du moins fallait-il l'espérer.
Se sentir inutile n'étant pas grand chose de nouveau chez le jeune homme, malheureusement...

« Ah, on peut passer par là. Je crois. »

De la tête, il désigna une rue transversale. Ça ira plus vite.
Je crois.

_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Done


Holy Sword

Holy Sword

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mar 2 Sep - 19:03

La perspective de devenir l’heureux parent d’un plant de pommes de terre sembla étrangement affecter Demure qui avait l’air pensif. Done, qui ne voulait pas paraitre insistant, se mordillait l’intérieur de sa lèvre inférieure en attendant une réponse qui, finalement, ne tarda pas :

« Ce serait bien, oui. Mais j'oserai jamais les manger, après. Alors...
- Aaaah, ça … Je dois avouer que moi non plus, en fait, haha … »

Comme il l’avait pensé … Ah, quel dommage, tout de même ! Ça aurait carrément pu s’avérer amusant, rafraîchissant et une bonne dose d’autres adjectifs sympathiques. Mais bon.
Donc, s’ils ne les mangeaient pas, que pourraient-ils faire avec elles ? Les laisser pourrir à la merci du temps ? Les vendre ? Les laisser voler de leur propre aile en les jetant par la fenêtre ? Aucune de ces soit-disant "solutions" n’étaient satisfaisantes … Alors, soit il fallait abandonner, soit repenser à une nouvelle stratégie.
Motivé, Done opta pour la seconde option, cherchant une alternative viable à sa proposition … Faire pousser des arbres, peut-être ? Ils auraient ainsi moins de remords à en prendre les fruits, non ? Enfin, ce serait totalement différent de la pomme de terre, quoi. Malheureusement, au départ, c’était des légumes dont ils avaient parlé … Mais l’américain, pour le peu qu’il en savait, n’était pas certain qu’il existait dans l’univers un légume pouvant pousser dans un arbre. Enfin, il n’était sûr de rien non plus ; peu importe l’âge ou l’expérience, on avait toujours des choses à apprendre, mine de rien. Malheureusement, un autre problème s’imposa à lui : le temps. Un arbre, pour pousser, était beaucoup plus lent qu’une citrouille ou une salade. Peut-être qu’avant même que sa première branche ne pointe le bout de sa tige, des événements feraient qu’ils seraient dans la capacité de rentrer chez eux … Hu …


« Il faudra que je trouve un moyen de te rendre la pareille, un jour. »

Done, sorti de sa réflexion qui avait commencé à aborder des problématiques un peu tordues, afficha une mine surprise face à la phrase de son ami.

« J'aimerais bien avoir quelque chose à t'apprendre. »

Eh bah, pourquoi donc ? Un sourire gêné sur le coin des lèvres, le blond répliqua :

« Oh, mais non ! Je ne crois pas vraiment qu’il y ait de pareille à rendre … Et puis, tu m’as déjà appris pas mal de choses, tu sais. »

S’il avait un problème, une question, un doute, il n’hésitait et n’hésitera pas à s’enquérir de l’avis de l’estonien. Il était, d'après Done, tellement plus compétent que lui dans le domaine des relations humaines … Se baser sur des acquis qu’il ne maîtrisait pas à cause de son manque d’expérience se serait avérer totalement insuffisant dans beaucoup de cas.
En fait, c’était plutôt lui qui devrait rendre quelque chose à Demure … Mais, là, le cercle infernal de la modestie risquerait de rendre sans fin ces sentiments de redevabilité.


« Bah, nous sommes amis de toute façon, c’est normal. »

Oui. Non ?

Done suivit la direction dans laquelle Demure les entraîna. Une artère un peu plus sombre que la route principale et, surtout, plus calme. Du genre à ne pas être souvent empruntée, ce qui n’était pas plus mal ; sachant que le petit groupe de tout à l’heure-là avaient dû continuer sur la route principale. En plus si elle faisait office de raccourci … Il ne fit pas attention à la fin de phrase incertaine de son ami, n’ayant aucune raison de douter de ses capacités d’orientation, hein. Le Dream Landien se trouvait en plein sur son territoire, après tout ! En plus, ils pouvaient entendre des éclats de voix au loin … Ils ne devaient donc pas être bien loin des commerces.


BLBLBLBLBL:
 

_______________

#B8FE72
Autres comptes : ; ; ; ;
wink wink :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Demure


Dreamland

Dreamland

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 01/01/2014
Localisation : Il longe les murs.

MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   Mer 5 Nov - 20:23


_______________

« Aggressive passive inhibitions ; laughs before an indecision.
Do I run or do I stay ? When all I do may fall away.
Lack of faith in what I trust, when all I measure turns to dust,
When all I know decays in vain - and I am left alone again. »

Hit reset, reset, time and time again :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Composition florale. [Deux murets]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Composition florale. [Deux murets]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Composition florale. [Deux murets]
» Composition de trains dans RRTC 7.0 B1 Gold
» [Résolu] addition de deux variable.
» j'ai deux question qui m'intrigue
» Un ascenseur pour deux memos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ❝ Dream Land :: L'allée aux lumières :: Habitations-